• Cannes "Blindness" Film d'ouverture!

    blindnesssC'est le film Blindness  de Fernando Meirelles qui va faire l'ouverture du Festival de Cannes, il sera également en compétition. La film qui raconte l'histoire d'une ville touchée par une épidémie qui rend la population aveugle, est une adaptation de la nouvelle de José Saramango par Don McKellar. Avec Julianne Moore, Mark Ruffalo, Dany Glover et Gael Garcia Bernal...moore blindness.
    Le jury de Cannes voit arriver deux nouvelles têtes, à savoir; Jeanne balibar (actrice française) et la réalisatrice iranienne Marjane Satrapi( Persepolis).
    Deux films viennent d'être ajoutés;

     Entre Les Murs, de Laurent Cantet, basé sur le livre de Francois Begaudeau. et.  Two Lovers, de James Gray, avec  Joaquin Phoenix et Gwyneth Paltrow.

    En guise de clôture, on annonce le film de Barry Levinson "What Just Happened "

    cannesD'autre part, certaines stars de Sundance  Robert De Niro, Bruce Willis, Robin Wright Penn et John Turturro, seront présents aussi. La Palme d'Or sera décernée par Robert DeNiro le 25 mai, après la projection du film de clôture.  

    dyn009_original_155_346_gif_2543688_cccabf17d83043dc8fc8b96218ce2b8fListe des films en compétition

    Laurent Cantet - Entre Les Murs (France)

    Nuri Bilge Ceylan - Three Monkeys (Turkey-France-Italy)

    Jean-Pierre & Luc Dardenne - Le Silence De Lorna (Belgium-France-Italy-Germany)

    Arnaud Desplechin - A Christmas Story (France)

    Clint Eastwood - Changeling (US)

    Atom Egoyan - Adoration (Canada)

    Ari Folman - Waltz With Bashir ( Israel-France-Germany )

    Philippe Garrel - La Frontiere De L'Aube ( France )

    Matteo Garrone - Gomorra ( Italy )

    James Gray - Two Lovers (US)

    Charlie Kaufman - Synecdoche, New York (US)

    Eric Khoo - My Magic (Singapore)

    Lucretia Martel - La Mujer Sin Cabeza (Argentina-Spain)

    Brillante Mendoza - Serbis (The Philippines)

    Fernando Meirelles - Blindness (Brazil)

    Kornel Mondruczo - Delta (Hungary-Germany)

    Walter Salles & Daniela Thomas - Linha De Passe (Brazil)

    Paolo Sorrentino - Il Divo (Italy)

    Pablo Trapero - Leonera (Argentina-South Korea)

    Wim Wenders - The Palermo Shooting (Germany-Italy)

    Jia Zhangke - 24 City (China )

    Steven Soderbergh - Che (US-Spain-France) - one four-hour competion title comprised of Guerrilla and The Argentine .

    UN petit pronostic????

  • Cannes Cannes suite. Les Gerards les Nominés

    pubturin A qui le pavé d'or ou la truelle d'argent? Voici la liste des nominés.

    Gérard du film où on sait pas si on s’en va, si on revient, ou alors quoi ?
    - Pars vite et reviens tard de Régis Wargnier
    - Il a suffi que maman s’en aille… de René Féret
    - J’attends quelqu’un de Jérôme Bonnell
    - J’veux pas que tu t’en ailles de Bernard Jeanjean
    - Ceux qui restent de Anne Le Ny

    Gérard de l’acteur qui aurait vraiment mieux fait de continuer à faire des sketches
    -rouves Jean-Paul Rouve dans Ce soir, je dors chez toi
    - Pascal Légitimus dans Demandez la permission aux enfants !
    - Bruno Solo dans Pur week-end
    - Elie Semoun dans Le Petit monde de Charlotte

    Gérard de l’actrice que les journalistes s’obstinent à appeler « mademoiselle » alors qu’elle a plutôt une tête à ce qu’on l’appelle « mémé »
    - Jeanne Moreau dans Désengagement
    - Annie Girardot dans Christian
    - Marthe Keller dans U.V.
    - Catherine Deneuve dans Après lui
    - Fanny Ardant dans Roman de gare

    Gérard du mauvais timing
    - Taxi 4 avec Samy Naceri (qui, malheureusement, se trouvait en prison durant la promo)
    - L’Homme qui rêvait d’un enfant avec Darry Cowl (Dary Cowl est mort depuis au moins deux ans, non ?)
    - Ne touchez pas la hache avec Guillaume Depardieu (trop tard…)
    - arielle-dombasle-20060411-121330_V140Gradiva avec Arielle Dombasle (un film avec Arielle Dombasle ne devrait jamais sortir)
    - Christian avec Annie Girardot (qui ne s’en souvenait plus avant même de tourner)

    Gérard de l’ersatz
    -MichCin%c3%a9 Clovis Cornillac (et moi) dans Scorpion (notre « Bruce Willis français »)
    - Yvan Attal dans Le Serpent (notre « Al Pacino français »)
    - Alexandra Lamy dans Cherche fiancé tous frais payés (notre « Jennifer Aniston française »)
    - Elie Semoun dans Astérix aux Jeux Olympiques (notre « Woody Allen français »)
    - Mathilde Seigner dans 3 amis (notre « Steven Seagal française »)

    Gérard du plus mauvais animal dans un rôle d’animal
    - Le cheval qui joue le cheval fou dans Danse avec lui
    - Le poulain qui joue Pom dans Pom le poulain
    - Le chien qui joue Idéfix dans Astérix aux Jeux Olympiques
    - Le papillon qui joue le papillon dans Le Scaphandre et le papillon
    - Jean-Paul Rouve dans Ce soir, je dors chez toi

    Gérard de la compromission alimentaire
    - Alexandre Astier dans Astérix aux Jeux Olympiques
    - Albert Dupontel dans Jacquou le croquant
    - Gérard Lanvin dans Le Prix à payer
    - Bernard Farcy dans Taxi 4
    - Lambert Wilson dans Dante 01

    Gérard du film dont on a appris l’existence en préparant les catégories des Gérard
    - Avant que j’oublie (mais oui, de Jacques Nolot, avec Jean-Paul Dubois !)
    - Un baiser s’il vous plaît (mais oui, d’Emmanuel Mouret, avec Virginie Ledoyen !)
    - L’Age d’homme… maintenant ou jamais (mais oui, de Raphael Fejtö, avec Romain Duris !)
    - Tel père, telle fille (mais oui, d’Olivier de Plas, avec Vincent Elbaz !)
    - Vent mauvais (mais oui, de Stéphane Allagnon, avec Aure Atika !)
    - Très bien, merci (mais oui, d’Emmanuelle Cuau, avec Sandrine Kiberlain !)

    Gérardu du filmu roumanescu
    - Cum mi-am petrecut sfarsitul lumii de Catalin Mitulescu
    - Hirtia va fi albastra de Radu Muntean
    - A fost sau n-a fost de Corneliu Porumboiu
    - Legaturi bolnavicioase de Tudor Girugiu
    - Patru luni, trei saptamani si doua zile de Cristian Mungiu

    Gérard du désespoir masculin
    - Jean-Paul Rouve dans Ce soir, je dors chez toi
    - Lorànt Deutsch dans Jean de La Fontaine, le défi
    - Titof dans Gomez vs Tavarès
    - Franck Dubosc dans Astérix aux Jeux Olympiques
    - Elie Semoun dans Astérix aux Jeux Olympiques

    Gérard du désespoir féminin
    - Monica Bellucci dans Le Deuxième souffle
    - Aure Atika dans Vent mauvais
    - Arielle Dombasle dans Gradiva
    - Emmanuelle Béart dans Les Témoins

    Gérard du plus mauvais film de l’histoire du cinéma en 2007
    - Taxi 4 de Gérard Krawczyk
    - Nos amis les Terriens de Bernard Werber
    - Gomez vs Tavarès de Gilles Paquet-Brenner et Cyril Sebas
    - L’Auberge rouge de Gérard Krawczyk
    - L’Ile aux trésors de Alain Berbérian
    - Astérix aux Jeux Olympiques de Frédéric Forestier et Thomas Langmann

    Gérard de l’actrice qui bénéficie le mieux des réseaux de son mari
    - Arielle Dombasle dans Gradiva

     



     

  • Cannes Cannes Cannes Red carpet for the Gerards

    gerard
    Les 'Gérard du Cinéma' sont l'équivalent des 'Razzie Awards' d'Hollywood et récompensent 'le pire du 7e art'. Les prix seront décernés en direct sur le site internet de la chaîne Paris-Première, le 13 mai, à veille de l'ouverture du Festival de Cannes. Et ce qui frappe de prime abord lorsqu'on consulte la liste " nominés", c'est de voir chaque année, apparaître les mêmes noms (ou presque) Arielle Dombasle, grande habituée, viendra (sans doute pas) en compagnie de Emanuelle Beart, pour qui, si mes archives ne déconnent pas, c'est une première. Monica Bellucci sans Vincent Cassel, accompagnera Aure Aticka, chez les dames.  Crée en 2006, les Gerards ont acquis leurs lettres de noblesse au sein de ce que l'on appelle le métier. Sans doute parce que palmarès fait sourire le public, et sourire jaune les "lauréats". Du côté des mecs, Lorànt Deutch, Titof, Elie Semoun, Jean Paul Rouve et Franck Dubosc sont les heureux élus. Le jury regroupant une cinquantaine de journalistes, parmi lesquels, des rédacteurs du Nouvel Obs', Le Point, Le Monde, et Paris première. Donc des vues sérieuses pour un style non sérieux.
    En gros, il y a le 'Gérard de la compromission alimentaire', 'Gérard de l'actrice que les journalistes s'obstinent à appeler "Mademoiselle"', 'Gérard de l'acteur qui aurait vraiment mieux fait de continuer à faire des sketches', 'Gérard de l'actrice qui bénéficie le mieux des réseaux de son mari'...(Ici on vise spécialement Dombasle) Les trophées sont des truelles et des parpaings de béton dorés.
    Palmarès 2007,  Cinéma
    Plus mauvais film avec Clovis Cornillac : PolterGay
    Plus mauvais film dont personne n’a entendu parler : Le Concile de Pierre
    Plus mauvais membre de la famille Depardieu : Gérard Depardieu dans Quand j’étais chanteur
    Plus mauvaise réplique : "Ah ben ça alors !" : Audrey Tautou apprenant qu’elle est la descendante de Jésus dans The Da Vinci code
    Pire compromission alimentaire : Thierry Lhermitte dans Incontrôlable
    Plus mauvais gamin horripilant : Jean-Baptiste Maunier dans Le Grand Meaulnes
    Plus mauvais acteur ou réalisateur de 2005 qui du coup n’a pas pu tourner en 2006 : Titoff
    Plus mauvais scénario philatélique (qui tient sur un timbre-poste) : Incontrôlable par Raffy Shart
    Pire massacre d’une oeuvre originale : Le Grand Meaulnes
    Plus mauvais film a sortir en 2007 dont on suppose ou souhaite qu’il ne "rencontrera pas son public" : Gomez et Tavares, la suite
    Plus mauvais acteur : Christian Clavier dans L’Entente cordiale
    Plus mauvaise actrice n’ayant pas encore couché, euh, tourné avec Luc Besson : Monica Bellucci dans Napoléon et moi
    Plus mauvais film : Les Bronzés 3 amis pour la vie de Patrice Leconte
    Plus mauvaise actrice bénéficiant des réseaux de son mari : Arielle Dombasle dans Nouvelle chance
    Regardez les Gérard du cinéma en direct le 13 mai 2008
    L’autre site des Gérard de la télévision

  • Rec sortie 30/4 Un must!

    18914006_w434_h_q80
    [
    .
    Rec]
      à nouveau primé, après le Corbeau d'Argent au BIFFF de Bruxelles, et plusieurs prix au festival de Sitges en Espagne,   cette fois, c’est le prestigieux Silver Scream Award qui vient d’être décerné au film d’horreur espagnol de Jaume Balaguero et de Paca Plaza lors du 24e Festival du film fantastique d’Amsterdam. Le résultat de ce prix du public est loin d’être une surprise, car le film partait favori depuis plusieurs jours déjà. Point intéressant : c’est la première fois depuis 1996, et le ‘From Dusk Till Down’ de Robert Rodriguez, qu’un film d’horreur à part entière remporte le prix. Ces dernières années, la préférence allait plutôt à d’autres genres fantastiques tels que l’anime, le fantasy, la science-fiction et le thriller (fantastique). Au total, 8.768 personnes ont voté, soit 20 % de plus qu’en 2007.

    Rappel du texto publié il y deux semaines:

    rec4
    Bruxelles,
     
    [.rec]  de Jaume Balaguero et Manuel Velasco, est le film qui étonne. Lors de la projection à Sitges en Espagne, la salle était tellement enthousiaste que les distributeurs décidèrent  en guise de bande-annonce officielle de proposer sur Internet, non pas des images du film, mais plutôt les réactions du public. Et ces images sont parlantes. [rec]  est un des films qui écrase les erzats de "Blair Witch project", et offre une compilation de tous les films du genre, avec ses plans serrés, ses mouvements de caméras extrèmement rapides, la nervosité du ton, ses scènes intimistes dans la pénombre, ses courses éfrenées, et  les 5 dernières minutes d'anthologie. En filmant dans un lieu unique dont ils exploitent à merveilles les beautés blafardes, et les couloirs glauques des appartements, les réalisateurs ont réussi le film le plus flippant de l'année, et on ne s'étonne pas dès lors qu'un remake est déjà en chantier aux Etats-unis.  

    Dans [rec] Angela, (Manuela Velasco) est une ambitieuse reporter pour une télévision locale à Barcelone, où elle relate le quotidien de ceux qui travaillent la nuit. Elle propose pour un soir de passer la nuit avec les pompiers de la ville, en espérant une sérieuse alarme à proposer au public de l'émission "Pendant que vous dormez"  Elle fait visiter aux auditeurs les vastes locaux de la caserne, où les pompiers passent plus de temps à attendre, qu'à intervenir, et son caméraman dont on ne verra jamais le visage filme tout et n'importe quoi. Jusque là, en filmant de beaux moustachus tapant le carton en attendant d'aller chercher le chat de mémé dans un arbre, le film ressemble à un beau documentaire, et la présentatrice est plus journaliste que nature. Jusqu'au moment, où les pompiers appelés pour des cris de femme dans un immeuble de rapport, vont se retrouver en quarantaine sans savoir ni pourquoi, ni ce qui se passe. C'est le début du cauchemar, et une aubaine pour Angela. Elle tient là le reportage de sa vie...Elle ne sait pas à quel point. Les habitants de l'immeuble sont paraît-ils touchés par un mystérieux virus...qui les transforme en zombies sanguinaires..ce dont un des pompiers se rendra vite compte. Angela et son cameraman sont désormais enfermés avec les prétendus assoiffés de sang. La caméra tourne et tourne encore, et enregistre la lutte pour la survie. L'idée première du réalisateur Jaume Balaguero (Fragile) était de proposer un film sous la forme d'une réality tv, un enregistrement en direct, où l'horreur vous arrive devant les yeux en temps réel, sans aucune possibilité de l'arrêter, ni de la manipuler. Il voulait éluder le suspense  et la mécanique de la narration, en laissant simplement (?!) l'action se développer d'elle-même, comme si elle était bien réelle, comme si elle était vivante, comme si tout se passait réellement. Le réalisateur a créé  une situation d'horreur artificielle, et l'a laissé se développer, sans aucune coupure, sans temps-mort. Il la laisse grandir, et le cinéphile devient plus ou moins le complice de  l'Atmosphère hystérique, et de l'indescriptible chaos qui règne dans l'immeuble, complice jusque dans les cinq dernières minutes d'anthologie...Pour les amateur du genre ...[rec] , un film à voir!

    Et un tout grand bravo pour tous les comédiens, ils sont magistrals. Rien dans leur comportement ne laisse prévoir qu'ils le sont, le film ressemble de bout en bout, à un superbe documentaire, et la peur se lit sur les visages à chaque image.

    Jaume Balanguero est un habitué du Festival du Film fantastique de Bruxelles, en 2000, il a remporté le Corbeau d'Or avec "The Nameless" et l'année dernière "Fragile"  avec Calista Flockhaert était à l'affiche

  • La FOREST DE MOGARI sous la loupe

    la_foret_de_mogari_imagesfilm
    Une touche de zen c'est Naomi Kawase, Grand Prix 2007 à Cannes, qui la distille avec Mogari! Une des cinéastes japonaises les plus passionnantes du moment, auteur d'une œuvre qui se partage entre l'essai, le journal intime et la fiction (elle remporta à Cannes la Caméra d'or en 1997 avec Suzaku, suivi de Hotaru en 2000 et de Shara en 2003). De l'un à l'autre de ces genres, les mêmes motifs voyagent, repris et transformés par une œuvre d'un humanisme à la fois discret, vibrant, parfois bouleversant au-delà de tout. C'est la souffrance de la filiation, c'est le rappel de la mort, c'est le sacre lyrique de la nature, c'est le lien profond et ténu qui relie ces choses entre elles comme le souffle du vent dans les branches.L'histoire est donc celle de Shigeki, un veuf laconique, pensionnaire d'une maison de retraite, et de Machiko, une jeune aide-soignante qui se lie tout particulièrement à lui. Ces deux personnages partagent une dette spirituelle liée à la disparition d'un être cher. Shigeki ne s'est jamais remis de la mort de sa femme survenue il y a plus de trente ans, Machiko est obnubilée par celle de son jeune fils, victime d'un accident.

     

    Tous deux partiront un jour dans la forêt pour à la fois s'y perdre et s'y retrouver, en compagnie de leurs fantômes. Si les morts souvent nous accaparent, ce film, modeste mais précieux, suggère qu'ils peuvent aussi nous aider.


    mogaro twoGenèse du projet

    La réalisatrice nous confie, "Je me suis inspirée d’événements tout à fait personnels. Mes parents étaient déjà divorcés quand je suis née, et ma mère, avant de se remarier, m'a confiée à ma grand-tante Kawase Uno. Lorsqu’elle a commencé à présenter des symptômes de démence sénile, j'étais complètement désarmée, je ne savais pas bien comment faire face à cette situation. Bien que traditionnellement les Japonais refusent de confier leurs problèmes familiaux à un étranger, j'ai eu le sentiment qu'il ne fallait pas craindre de se faire aider par un médecin sous peine de se débattre seul avec sa souffrance. J'ai alors fait appel à un spécialiste en gériatrie qui m’a expliqué le mode d’accompagnement qu’il proposait à ses patients. J’avoue avoir beaucoup d’admiration pour ce système de santé qui respecte autant le point de vue du patient. La maison de retraite que l’on voit dans le film s’en inspire directement".

    h_3_ill_915599_cannes-mogari
    Dans ce processus d’accompagnement, je me suis aperçu que par moment, ma mère adoptive prenait autant soin de moi que moi d’elle. C’est dans ces moments de sérénité qu’elle m’offrait, malgré sa maladie, que l'image d'un vieil homme arpentant une montagne pour se rendre sur la tombe de sa femme s'est peu à peu imposée. En imaginant un autre personnage à ses côtés, j'ai tout de suite envisagé un aide-soignant. Et ce qui m’intéressait c’était de saisir le moment où la relation entre les deux s’inverserait. Je me suis aussi intéressée aux rites funéraires traditionnels. Dans la région de Tawara où se déroule le film, la tradition veut qu'on enterre les morts sans crémation. Encore aujourd'hui, les villageois perpétuent la tradition de la procession funéraire que l'on voit au début du film. J'ai été frappé par la force de cette communauté qui reste très proche de ses chers disparus par-delà la mort. Ce sont les villageois eux-mêmes qui s'occupent de l'enterrement de leurs voisins, sans passer par la crémation ni faire appel à des entreprises de pompes funèbres.

    mogari
    Le décor

    Le film se déroule dans la région montagneuse du canton de Tawara, à l'ouest du Japon. Nous avons effectué de nombreuses recherches et avons sollicité les médecins afin de recueillir un maximum d’informations pour construire le décor et préparer les comédiens. D’ailleurs, certains acteurs interprétant le personnel accompagnant sont de véritables aides-soignants. C’est au milieu de cette nature que nous avons entièrement reconstitué la maison de retraite comme un espace où cohabitent neuf personnages dans un environnement très proche de leur ancien cadre de vie. Autrement dit, je voulais que ce décor ne soit ni triste ni anonyme, mais que chaque personnage y ait son propre espace, tout en ayant la possibilité de se retrouver de temps en temps avec les autres pensionnaires dans une pièce commune. Grâce à ce principe, les pensionnaires forment une petite communauté solidaire, si bien que même les personnes âgées souffrantes peuvent mener une existence quasi normale. Il s’agit d’un système révolutionnaire au Japon consistant à offrir aux personnes âgés un cadre de vie plus humain. C'est d'autant plus important que notre société vieillit et que la longévité est plus élevée au Japon qu'ailleurs. Cependant la plupart des maisons de retraite sont encore installées dans d’immenses bâtiments sans âme, cette conception de « communauté réduite » est vraiment novatrice et reste une exception.

    Comédiens et mise en scène

    Uda Shigeki est un comédien non professionnel. Avant le tournage, il a séjourné pendant trois mois dans une maison de retraite, semblable à celle décrite dans le film. Il a pris l'habitude de manger et de dormir parmi les pensionnaires et c'est grâce à cette expérience qu'il a réussi à reproduire avec autant de précision et de justesse leurs gestes et leurs regards.

    Machiko a fait ses débuts dans mon premier long métrage MOE NO SUZAKU, en interprétant le personnage de Michiru. Tout ce qui se passe dans la maison de retraite est extrêmement fidèle au scénario. Dès le moment où les personnages pénètrent dans la forêt nous avons dû affronter les Éléments : un violent orage a éclaté entraînant des chutes d'arbres. Cela m’a semblé évident d’intégrer ces incidents au récit. Je ne crois pas que LA FÔRET DE MOGARI soit particulièrement différent des mes films précédents, dans la mesure où je privilégie toujours un style réaliste. Grâce à un monteur français qui est intervenu à la fin de la post-production, nous avons réintroduit une part de fiction. Avec l'ingénieur du son David Vranken, nous avons réenregistré 8O% des dialogues et recréé presque tout l'environnement sonore.

    L'intuition

    Pour prendre mes décisions sur un plateau, je me fie toujours à mon intuition. Cela reste vrai même si tout est minutieusement préparé en amont. Instinctivement j’aime accorder plus de confiance à mes émotions que de me reposer sur un plan de travail très détaillé. C'est d'ailleurs dans ces conditions que les comédiens peuvent donner aussi le meilleur d'eux-mêmes et jouer de manière vraiment naturelle.

    mogari oneLe lien entre Shigeki et Machiko

    Shigeki et Machiko partagent un lourd secret : la perte d’un être cher et le temps du deuil. C’est une grande empathie qui les lie l’un à l’autre et non un sentiment de tristesse. Ceux qui ont perdu un être cher sont souvent plus sensibles à la douleur des autres. Une fois que Shigeki et Machiko pénètrent dans la forêt, c'est cette dernière qui les protège et veille sur eux. La nature existe en soi, indépendamment de toute intervention de l’homme. On s’y sent protégé. Quand il fait soleil en hiver, je regarde souvent les branches des arbres agitées par le vent, et les premiers bourgeons en fleurs. Je me surprends parfois à pleurer devant la beauté d'un tel spectacle. Quand je cherche à exprimer ce sentiment de sécurité que m'inspire une telle force invisible à l'oeil nu, j'ai recours aux images.

    Espoir

    A la fin du film, Shigeki déclare : « Je vais dormir dans la terre. Comme je me sens bien! ». En s'allongeant auprès de sa femme et en fredonnant son air favori, il est vraiment en paix. Il s'agit aussi du 33è anniversaire de la mort de son épouse – autrement dit, selon la croyance bouddhiste japonaise, c'est l'année où un défunt ne pourra plus jamais revenir dans le monde des vivants, mais rejoindra le royaume de Bouddha. Cela signifie que Shigeki n'est pas seulement venu se recueillir sur la tombe de sa femme. Il est venu lui dire au revoir et la remercier d'avoir si bien veillé sur lui toutes ces années. C'est ainsi que Shigeki libère sa femme. Du même coup, Shigeki est libre lui aussi. Bien qu'elle soit beaucoup plus jeune, Machiko comprend le vieil homme et cette empathie lui permet d'aller de l'avant. C'est à ce moment-là qu'elle tourne son regard vers l'avenir. Cela n'apaise pas forcément sa douleur mais cela l'aide à reprendre espoir. Avec l'aimable collaboration de B. Portier -Cinéart!

  • Lou Reed, Jodie Foster, Javier Bardem à l'affiche cette semaine.

    Nim's Island  est un raté de première classe,  un beau "foutoir" de n'importe quoi, que l'on doit à la plume de 4 scénaristes et deux réalisateurs. C'est  un peu encombré pour asseoir une réussite, surtout quand on copie sur Indiana Jones, Pete's Dragon et autres Witch Mountain.. et Jodie  Foster dont c'est le plus mauvais rôle,  n'en sort pas grandie. Ce qui au départ devait-être être un film magique, tourne vite à la déconfiture. L'histoire passe du père perdu en mer, vers la gamine qui matérialise les aventures de son héros préféré, vers Alex, une écrivain en pleine crise de Toc, n'ayant plus quitté son appartement depuis 6 semaines...et qui est tout l'inverse du héros qu'elle a créé.  Je doute fort que les tous jeunes enfants vont s'y retrouver, et pourtant, c'est aux moins de 8 ans que ce film s'adresse. Pour les pré-ados, je leur conseille vivement de passer la porte du cinéma. Pourtant, l'ïle paradisiaque où se déroule pratiquement tout le film, aurait du être le parfait support d'une histoire idyllique, où dans nos rêves le plus fous, on aimerait siroter un bon apéro en dessous d'un cocotier. Hélas, après des débuts encourageants, l'action s'enlise dans des verbiages inutiles entre la gamine et l'écrivain, parrallèlement, on assiste au départ du papa qui se perd en mer,  après avoir essuyé une terrible tempête, et sera incapable de rejoindre la terre ferme. Et c'est là que commencent les égarements. Incapable de rejoindre la terre ferme, alors  qu'en pélican apprivoisé par Nim, parvient en deux coups d'ailes à retrouver le bateau et y amener des outils afin de réparer le rafiot. Première intérrogation; pourquoi le papa ne suit-il pas tout simplement le pélican en chemin inverse ? nims fiveSeconde interrogation; comment Foster,  agoraphobe, bourrée de TOC, arrive-t'elle à bon port, en trouvant comme par enchantement le chemin le plus direct, alors que cette île est aux antipodes des Etats-Unis...faudra me l'expliquer?  Et enfin, pourquoi ces touristes débarquant sur l'ïle....qui je le rappelle, se trouve au bout du monde, et pratiquement absente sur la carte du monde? Cela ne fait que compliquer inutilement la compréhension des tous petits, et de plus, les personnages sont caricaturaux à un tel point qu'on n'a qu'une envie, celle de voir cette séquence se terminer au plus vite...Pour en revenir à nos chères têtes blondes, sauront-elles faire la différence lorsque Breslin voit son nims twoimaginaire prendre vie, et venir en incrustation dans la réel. Je suis certaine qu'à partir de là, les jeunes enfants vont perdre tout le fil de l'histoire, pour peu qu'il y en ai un. Bref, Nim's Island c'est un manque d'équilibre entre la petite et la grande histoire, une réalisation inepte, et un montage "monstrueux".  Jodie Foster raide, à la limite du grotesque, paraît sortie tout droit du Musée de cire de Madame Tussaud. nims one
     En définitive, la seule qui tire vraiment son épingle du jeu, c'est la petite Abigail Breslin, qui a vraiment un lourde charge sur ses épaules encore toutes fraîches de l'après "Little Miss Sunshine".. Les séquences où elle "parle" avec un lion des mers, un pélican et un lézard barbu sont de petites merveilles, et nous plongent pas loin de Bindi la fille de la jungle. Mais c'est peu pour faire un bon film, et ce long-métrage va en ennuyer plus d'un, et les enfants vont bailler.

    Si l'on excepte tout ce que je viens d'écrire, Nim's Island est un bon documentaire sur certaines îles du pacifique. Sans plus. L'histoire débute avec le récit que Nim (Breslin) fait de sa propre existence, et dont le fait le plus marquant est la disparition de sa maman océanographe, dévorée par une énorme baleine bleue affamée.( ce qui est peu probable scientifiquement) . Depuis lors, elle partage son île avec son papa (Gerald Butler) biologiste de son état. Ses journées sont faites de plongeons aux côtés des lions des mers, et d'aventures "adaptées" à sa manière, issues d'un livre, dont elle et son papa attendant chaque mois l'arrivée du nouveau tôme... Aux antipodes de ce paradis sur terre, Alexandra (Foster) une jeune femme atteinte de désordre neurotiques, agoraphobe, et pleine de TOC.  C'est en mettant la dernière main à l'écriture des dernières aventure de Alex Roover, (héros dont s'inspire Nim pour meubler ses journées sur son île paradisiaque) qu'elle tombe sur un article écrit par le papa,  parti en mer à la recherche d'un protozoaire assez recherché, où ce dernier décrit sa vie à l'ombre d'un volcan. Elle n'a dès lors de cesse dinonder la petite  de E-Mails pour en connaître un peu plus sur les volcans, et terminer son histoire en cours.  Nim l'intrépide, livrée à elle même, mais cependant très débrouillarde, dans un premier temps, ne fait pas trop attention aux nombreux mails envoyé par l'écrivain. Elle ne se doute pas encore que Alex est une femme. Lorsqu'elle annonce que son papa n'est pas revenu après les deux jours prévus...Foster, réalisant que la petite court un réel danger (c'est ce qu'elle croit) va se résoudre à quitter sa résidence de San Francisco, pour voler à son secours. La petite très délurée est parfaitement capable de se prendre en charge, sans avoir à se coltiner une femme un peu "dérangée" nerveusement...ne voit pas en cette arivée soudaine, une solution à l'absence du papa...et la reçoit très mal...  Voilà en gros, et j'arrête ici, tellement c'est stupide. Mais n'ayez crainte pour vos kids, la peur, il ne vont pas la rencontrer dans ce film, et je vous parie  que certains d'entre-eux vont même piquer un petit roupillon entre deux scènes, tellement c'est ennuyeux! Malgré tout, je n'ai pas pu résister à placer la poster "grandeur nature", parce que je le trouve très réussi, et peut-être vous donnera -t'il quand même envie de voir ce film, malgré cette critique négative.

    Cote 3


    Autres sorties belges de la semaine.
     coeursimple
    Félicité est une femme qui consacre sa vie aux autres. Sans abnégation mais avec l'amour immense dont elle est dotée et qu'elle offre à ceux qui ont la chance de la croiser et de la comprendre. Elle aimera successivement et avec une même intensité Théodore qui la trahira, Clémence dont l'affection lui est interdite, Victor qui va disparaître, Dieu qu'elle découvre tardivement et pour finir Loulou, un perroquet.
    Au centre de cet univers se tient Mathilde, sa maîtresse, la clé de voûte d'une vie qu'elle se construit avec détermination.

    Drame de Marion Lane, avec Sandrinne Bonnaire, Marina Foïs et Pascal Elbé


    amourcholeraDe Mike Newell, avec Javier Bardem. Fin XIXe siècle, Cartagena, Colombie. Un jeune télégraphiste pauvre et poète, Florentino, tombe amoureux fou de la plus jolie des jeunes filles, Fermina. Sous les amandiers d'un parc, il lui jure un amour éternel et elle promet de l'épouser. Mais le père de Fermina, furieux, se promet de séparer les jeunes amants.
    Quelques années plus tard, celle qui est devenue une éblouissante jeune femme, irrésistible de grâce et d'intelligence, épouse Juvenal Urbino, un jeune et riche médecin, plutôt que le médiocre Florentino. L'homme qui a réussi à endiguer l'épidémie de choléra de la ville part s'installer avec son épouse à Paris. Lorsqu'ils reviennent à Cartagena plusieurs années après, Fermina a tout oublié de son premier amour...
    Florentino, lui, ne l'a pas oubliée. Devenu un riche armateur, il collectionne les liaisons féminines mais brûle toujours d'amour pour la belle Fermina... Cote 5



    amouror
    De Andy Tennant avec Mathew McConaughey et Kate Hudson. Ben Finnigan est un ancien surfer qui consacre désormais l’essentiel de son temps à la chasse aux trésors sous-marins. Depuis huit ans, ce flegmatique aventurier rêve de découvrir la légendaire “Dote Royale˝- 40 coffres renfermant d’inestimables trésors qui coulèrent en 1715 au large des Caraïbes.
    “Finn” a tout sacrifié à cette obsession, notamment son mariage avec la belle Tess et son antique rafiot coulé corps et biens. Plus urgent et plus inquiétant: il doit un paquet de dollars au gangster Big Bunny, individu peu recommandable et bien décidé à récupérer son investissement. Tandis que Tess entame une nouvelle vie comme serveuse à bord du somptueux yacht du milliardaire Nigel Honeycutt, Finn découvre un indice capital sur la position des 40 coffres. Persuadé qu’il tient enfin la chance de sa vie, il s’introduit sur le yacht et persuade Honeycutt et sa fille Gemma de participer à ses recherches.
    Mais un rival se présente bientôt, en la personne de Moe Fitch, l’ancien mentor de Finn, devenu son ennemi juré. Financé par Bigg Bunny, Fitch ne reculera devant aucune violence pour s’approprier le magot.
    La chasse est ouverte, que le meilleur gagne…Difficile à coter. Film d'aventure, un peu passe-partout, qui plaîre à certains et pas à d'autres. Moi, en tout cas, ce n'est pas ma tasse de thé.


    berlinLe mythique album de Lou Reed Berlin sorti en 1973, qui racontait l'errance d'un couple de drogués, Caroline et Jim, a toujours été considéré comme son chef d'oeuvre. Berlin, 33 ans plus tard, est joué pour la première fois en concert à Brooklyn par Lou Reed et filmé par Julian Schnabel.
    Pour les inconditionnels de Reed seulement, car un concert intimiste, façon unplugged, peut s'avérer barbant pour tous les autres. Même si Lou Reed reste Lou Reed, je déconseille ce film à tous ceux qu'il n'a jamais intéressés jusqu'à présent. Ce n'est pas avec ce documentaire, superbement réalisé, je vous l'accorde que cela va changer. J'y suis allé par curiosité, parce que j'aime "Walk on the wild side", mais j'avoue être sortie après 25 minutes.... Faut aimer Reed, et ce n'est pas mon cas. Site officiel, vec une b.a. minimaliste, qui ne vous apprendra rien de plus. De plus, une vraie b.a, j'ai eu beau chercher, introuvable sur le net..pour intensifier le mystère sans doute.

    :http://www.berlinthefilm.com/


     



     

     

     


     

  • Après James Bond, au tour de G.I.Joe

    G.I.JOe crash
    Depuis quelques années, on assiste à une véritable "guerre" d'effets spéciaux sur grands écrans. C'est à qui dépassera l'autre dans la course au box-office de la plus grosse production. Cependant, cette montée en puissance de gros moyens, n'est pas sans risques. J'en veux pour preuve les deux réçents accidents sur le tournage du dernier James Bond. Mais encore, les quelques figurants légèrement blessés en Allemagne pendant le sprises de vues de Valkyria avec Tom Cruise. Alors pour parachever la logique qui veut qu'il y ai une  "loi des séries" , voilà que j'apprends que lors du tournage de G.I.Joe, sept personnes ont été plus ou moins légèrement blessées, lors du crash dans le centre de Prague, entre un bus et plusieurs voitures, dont un 4X4 à l'origine du carambolage.gij
    Les images de cet accident ont déjà fait le tour du monde, et la télévision nationale TV Nova, chaîne privée, les diffuse en boucle, et plusieurs sites internet se font un réel plaisir de le mettre en ligne.

    GIJOE



    Avec Marlon  Wayans,  Gordon-Levitt , d’Akinnuoye-Agbaje, les membres de la distribution de G.I. Joe comprennent également Ray Park (Snake-Eyes), Rachel Nichols (Scarlett), Sienna Miller (la baronne), Said Taghmaoui (Breaker), and Byung-hun Lee (Storm Shadow).

    Sources Variety et Canoe, AFP Et Coming Soon,

    Sour

  • Cannes. Un film sur les caricatures sélectionné

    La Une de Charlie Hebdo du 8 février 2006 (DR)

    La Une de Charlie Hebdo du 8 février 2006 (DR)

    Copié/collé d'un article du Nouvel Observateur. --L'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo s'est félicité, dans un communiqué daté du mercredi 23 avril, de la sélection au 61e festival de Cannes de "C'est dur d'être aimés par des cons", le film de Daniel Leconte qui revient sur le procès des caricatures de Mahomet qui sera projeté en séance spéciale.cannes

    Pour Charlie Hebdo, cette "sélection courageuse montre à quel point cette affaire a marqué notre histoire récente".
    Dans ce film, "on découvre comment, en France, dans un moment de tension extrême, le dialogue a fini par s'instaurer, dans l'enceinte du tribunal et à ses portes, entre des religieux et ceux qui sont venus témoigner de leur détermination à ne rien céder sur la laïcité et la liberté d'expression", explique l'hebdomadaire.
    "Fidèle à l'esprit du procès", le film de Daniel Leconte "vise à mettre de la passion intellectuelle, là où, en Europe et ailleurs ne s'expriment que le rejet et la violence", ajoute-t-il.

    Relaxe

    Charlie Hebdo, poursuivi pour avoir publié des caricatures de Mahomet considérées comme injurieuses pour les musulmans, a été relaxé en mars 2007 par le tribunal correctionnel de Paris. Cette décision a été confirmée en appel.
    Parmi les trois dessins incriminés figuraient deux caricatures qui avaient été déjà éditées dans le journal danois Jyllands-Posten en septembre 2005 et avaient provoqué une flambée de violence anti-danoise dans le monde musulman.
    Un troisième dessin contesté était une œuvre de Cabu, dessinateur habituel du journal, représentant Mahomet se prenant la tête dans les mains et déclarant: "c'est dur d'être aimé par des cons". A la gauche du dessin, une légende précise: "Mahomet débordé".

     

  • Indy 4 versus Star Wars Parodie "hallucinante"

    indy 17Avant-première mondiale, un mois avant la sortie officielle du film, voici la parodie d'Alex 'Dark-vador" de Paris. de Indiany Jones. Du grand art, comme d'hab'...Enfin sachez que sa parodie des Ch'Tis à fait la une de l'express pendant 2 semaines....Bravo!

    Synopsis Halluciner :

    "Le quatrième et dernier épisode des aventures du célèbre archéologue Indiana Jones, lancé sur les traces des légendaires crânes de cristal...
    Malgré la destruction de l'Etoile Noire, l'Empire nazi maintient son emprise sur la galaxie, et poursuit sans relâche sa lutte contre l'Alliance rebelle. Indiana Jones, la princesse Leia et Chewbacca se dirigent vers Bespin, la cité des nuages gouvernée par Lando Calrissian, ancien compagnon d’enfance d’Indy. Pourtant un piège du lâche Dark Vador les attend sur place, aidé de ses fidèles Stormtroopers. Parvenant à s’échapper, Indiana et ses amis continuent leur quête et découvriront très vite que la légende du crâne de cristal est en fait une métaphore poétique désignant la tête des gens plongées dans la 'carbonite' (...)"

    indi4fleche2Indy17


    Comparaison avec la bande-annonce originale
  • Marion Cotillard et Guillaume Canet

    cotillard londonCinq ans après le sympathique et touchant Jeux d'enfants — sur le tournage duquel ils s'étaient rencontrés — Marion Cotillard et Guillaume Canet, vont à nouveau être réunis sur grand écran dans Le dernier vol de Lancaster, réalisé par Karim Dridi pour Gaumont, et adapté du roman de Sylvain Estibal, lequel livre  avait reçu le prix Lire Elire en 2004.

    Ce film retracera les derniers jours de Bill Lancaster, pilote qui avait tenté en 1933 l'exploit de partir d'Angleterre et de voler jusqu'au Cap, en Afrique du Sud. Le trajet ne se passera pas comme prévu, puisqu'il s'écrasera en plein désert du Sahara. Il survivra à cet accident et attendra les secours, seul, en plein désert. L'aide mettant du temps à venir, c'est sa femme, Chubbie Miller, qui tentera tout pour le retrouver et le sauver.

    Le tournage devrait débuter en octobre/novembre prochain, dès que la  Cotillard en  aura terminé avec  Public Enemies de Michael Mann, et Nine de Rob Marshall. Comme on peut le constater, malgré les dérapages" (à replacer dans le contexte de l'époque où ils ont été prononcé) la Césarisé et Oscarisée "Môme Cotillard" est bien partie pour une belle et longue carrière.....Mais elle le vaut bien.

  • One missed call sur DVD-Blue-Ray!

    Et le RINGTONE Officiel que l'on peut se procurer en Amérique.

  • Disney Nature! Un nouveal label vient de naître!

    disney natureDick Cook, Président des Studios Walt Disney, a annoncé aujourd’hui, la création de DisneyNature, un nouveau label de production de films, basé à Paris.
    Ce label a pour vocation de produire de grands films sur la nature. Il célèbrera sur grand écran les merveilles du monde dans lequel nous vivons et nous fera voyager jusqu’aux lieux les plus reculés de la planète pour captiver les publics du monde entier avec des histoires inventées par la nature.
    L’activité de DisneyNature s’étendra à l’ensemble du groupe Walt Disney qui soutiendra chacun de ces films. Jean-François Camilleri, jusqu’ici Senior Vice President et Directeur Général de The Walt Disney Studios Motion Picture France dirigera ce nouveau label et sera en charge du développement, de la production, des acquisitions et du lancement de ces films pour le monde entier.
    Au sujet de cette annonce, Bob Iger, Président Directeur Général de The Walt Disney Company, a déclaré : « Disney est un équilibre entre héritage et innovation. DisneyNature en est le parfait exemple. Nous plaçons dans les mains des grands réalisateurs avec lesquels DisneyNature va travailler, l’héritage de Walt Disney lui-même qui avait produit la série “True-Life Adventures” dans les années 50. DisneyNature est un concept que nous allons développer dans le monde entier, pour chacune des activités du groupe. Et nous espérons que ces films contribueront à une meilleure compréhension de la beauté et de la fragilité du monde dans lequel nous vivons."
    Dick Cook a ajouté : « Notre objectif avec DisneyNature est de proposer des films événements qui plairont à toutes les personnes amoureuses de la nature et du cinéma. Grâce aux moyens techniques actuels, les réalisateurs peuvent raconter des histories extraordinaires, qui prennent toute leur dimension sur le grand écran. »
    Pour Jean-François Camilleri, « la nature invente les plus belles histoires; nous avons envie de les faire partager avec passion et enthousiasme. En travaillant avec les plus grands réalisateurs, nous offrirons au public du monde entier, la nature telle qu’elle n’a jamais été vue, et permettrons de faire découvrir l’incroyable beauté du monde qui nous entoure. Grâce à ces films, nous espérons également aider un large public à prendre conscience des défis qui sont les nôtres pour les générations futures. »
    Les films DisneyNature actuellement en développement ou en production

    LES AILES POURPRES : le Mystère des Oiseaux de Feu

    Dans une contrée lointaine et oubliée, se cache l’un des derniers grands mystères de la nature : la naissance, le vie et la survie d’un million de flamants. Coréalisé par Matthew Aeberhard et Leander Ward, produit par Paul Webster, LES AILES POURPRES emmènera les spectateurs au bord du Lac Natron, dans le nord de la Tanzanie. Cette histoire bouleversante nous rappelle qu’ici sur terre, existe un univers qui ne demande qu’à être découvert.

    Sortie mondiale à partir de décembre 2008 Sortie France : 17 décembre 2008

    ORANGS-OUTANGS : Minuit Moins Une

    Pour les orangs-outangs, il est « minuit moins une » : si la destruction de leur habitat naturel n’est pas stoppée, il n’existera plus de grands singes à l’état sauvage dans les forêts de Bornéo dans quelques décennies. Réalisé par Charlie Hamilton James, produit par Frédéric Fougea, ORANGS-OUTANGS : Minuit Moins Une est l’histoire vraie d’une mère et de ses deux enfants et de leur voyage à travers la jungle pour lutter contre l’extinction. Sortie mondiale : 2010

     LES FLEURS DE L’AMOUR

    Les fleurs : symbole de la beauté à l’état pur. Fragiles et mystérieuses, délicates et gracieuses, elles sont l’avenir de la terre. Mais sans leur histoire d’amour avec les “pollinisateurs”, rien ne serait possible. Le film de Louie Schwartzberg, LES FLEURS DE L’AMOUR, tourné aux quatre coins du monde, nous fera partager l’intimité des rapports entre le monde végétal et le monde animal, essentiel pour l’équilibre de la planète. Sortie mondiale : 2011

    FELINS

    Dans les plaines du Serengeti en Tanzanie, les félins sont les rois. La savane est leur domaine et la nourriture abonde. Mais quand les adultes partent à la chasse, les petits sont en danger. Coréalisé par Keith Scholey et Alastair Fothergill, produit par Alix Tidmarsch, FELINS nous raconte l’histoire émouvante et captivante d’un groupe de lions, d’un léopard solitaire et d’un couple de guépards prêts à tout pour protéger leur famille. Sortie mondiale : 2012

     CHIMPANZE

    Jamais un film ne nous a plongé dans le monde fascinant des chimpanzés, le plus proche cousin de l’homme. Dans une forêt de Côte d’Ivoire, CHIMPANZE, réalisé par Mark Linfield et Alastair Fothergill, avec Christophe Boesch, président de la Wild Chimpanzee Foundation, en tant que consultant et Alix Tidmarsh en tant que productrice, nous raconte l’histoire du passage de l’enfance à l’adolescence et de l’adolescence à l’âge adulte d’une jeune femelle et nous fait découvrir un monde proche, mais inconnu….Sortie mondiale : 2012

    planetPar ailleurs, EARTH (Un jour sur Terre) sortira sous le label DisneyNature aux Etats-Unis (22 avril 2009) et en Amérique Latine. lien pour le dossier complèt: planète  

    OCEANS, réalisé par Jacques Perrin (Le peuple migrateur) et Jacques Cluzaud, produit par Galatée Films et Pathé Renn, sortira sous le label DisneyNature aux Etats-Unis (2010).

     www.disneynature.com <
    http://www.disneynature.com/>  

  • "Formidable" bientôt dans les salles

     

    formidable Formidable ", le nouveau film de Dominique Standaert, sortira dans les salles belges dès le 30 avril 2008. Formidable est une comédie 100% belge, avec Stéphane De Groodt et Serge Larivière, entourés de toute une pléiade de comédiens " bien de chez nous " !

    Matthieu (Serge Larivière) est un ex-sabenien recyclé en assistant communal à la sécurité des écoles. Marc (Stéphane De Groodt) vend des gyrophares, ou du moins il essaye... Leur rencontre, c'est la collision de deux univers... différents? Pas tant que ça! Les deux hommes ont la quarantaine. Ils viennent tous deux de se faire larguer par leurs femmes et, au niveau professionnel, cela ne va guère mieux... Bref, ils sont en train de se noyer! Mais peut-être y a-t-il un sauveteur dans la salle?

    "Formidable" est une production co-déléguée Artémis Productions/A Private View, en coproduction avec la R.T.B.F. (Télévision belge), avec le soutien du Centre de cinéma et de l'audiovisuel de la Communauté française de Belgique et des télédistributeurs wallons, du Tax shelter du gouvernement fédéral de Belgique, du Vlaams Audiovisueel Fonds et l'aide du Programme MEDIA de la Commission Européenne (Développement), avec la participation des Ateliers d'écriture d'éQuinoxe tbc Vienne 2005.

    Dans un premier temps, Formidable sera diffusé au Kinépolis (Bruxelles), à l'UGC Toison d'Or (Bruxelles), au Acinapolis (Jambes), au Carollywood (Charleroi), au Kinépolis Rocourt (Liège) et au Plaza Art (Mons).


    formidableFORMIDABLE” PRIMÉ AU MAROC
    Le second long métrage de Dominique Standaert, “Formidable” a gagné  le Prix du Jury de la Presse lors du 6ème Festival du Film
    Francophone de Safi (Maroc) qui s'est tenu début avril.  Il s’agissait de la première projection du film en dehors de nos frontières.
    La comédie “Formidable” est le second long métrage de Dominique Standaert. Diplômé de l'INSAS, assistant réalisateur, producteur, professeur lui-même, Dominique a réalisé en 2002 son premier long métrage, “Hop” en noir et blanc.  Seconde comédie sur fond de graves thèmes sociaux, “Formidable” sera distribué par Kinepolis Film Distribution dès le 30 avril 2008.

    formidable one

     
    http://www.formidable-lefilm.be
     

  • Wall E. le dernier né de Pixar. Un vrai petit bijou!

    wall e two
    Le dernier né de Pixar, est une pépite, une perle, un petit bijou, et quelques petites larmes seront perfectibles, au coin de l'oeil de nos chères têtes blondes lors de la projection. Moi qui en ai vu quelques sneakpreviews ,j'ai fondu devant ce "petit bonhomme" de fer, mais avec du plomb dans la cervelle!

    wall e onewall e Threewall e 5wall e 4Wall-E. est le dernier petit robot sur terre. Et il est bien triste dans cet univers, car depuis bientôt 700 ans qu'il fait la chasse aux déchèts afin de rendre la planète habitable pour les humains, il n'a pas encore atteint son but, jusqu'au jour où arrive sur terre, Eve un autre robot, pour voir si la travail avance...ET, je vous le donne en mille. Wall-E va en tomber amoureux, et les cinéphiles, à coup sûr, amoureux de cette belle histoire romantique. Et ils vécurent heureux, et eurent beaucoups d'enfants.....enfin de belles petites boites de conserves...



    Alors, puisque la machine médiatique est lançée, enfin je veux dire le petit robot écologique, je vous propose le spot télévisé que les américains ont pu découvrir pendant l'incontournable évènement sportif aux Usa, "Le Super Bowl" Alors pour vous, le voici, tout en vous avouant que même si je l'avais annoncé dans ces colonnes, j'ai eu un mal fou à le trouver.

     

  • Hancock Mister catastrophe

    hancock
    Une pré-bande-annonce de "Hancock" avec Will Smith pour Columbia, dont la sortie belge est prévue pour le mois de juin, est désormais disponible sur le net. Les studios ont profité d'un taux d'audience élévé de l'émission "Americain Idol"  pour mettre le mini-clip en ligne. Relayé par vous l'aurez deviné You-Tube. Avec également Charlize Theron.

    Will Smith est la définition même de l'acteur bankable. Tout ce qu'il touche se transforme en million d'entrées.  I'm a legend a cumulé 1 096 518 spectateurs pour sa première semaine d'exploitation, soit le meilleur démarrage de l'acteur depuis MEN IN BLACK 2 (2 141 755 spectateurs). Cette année, déjà, il portait sur ses épaules avec succès A LA RECHERCHE DU BONHEUR (893 717 entrées. Quoi ?! Seulement ?! Oui mais c'est un drame et un drame c'est sur le papier tout de même moins lucratif qu'un film d'action ou une comédie). Enfin,  évoquont le rêve que nous dissimulons discrètement dans les limbes de notre esprit. Hancock c'est Monsieur catastrophe, ou quand une "Legende" tombe de son "piedestal.  Will Smith, incarne un super héros, tombé en disgrâce auprès du public, parce que tout ses ses actions  font plus de mal que du bien, avec d'énormes dégâts à la clés. Tout va de plus en plus mal, lorsqu'une personne (Jason Bateman) qu'il a jadis sauvée de la mort vient à son secours. Tout pourrait aller mieux, mais le looser tombe amoureux de la femme (Charlize Theron) de ce dernier.
    Bande-annonce longue durée
  • Eldorado sous la loupe.

    eldorado 2
    Synopsis
    : Yvan (Bouli Lanners), dealer de voitures vintage, la quarantaine colérique, surprend le jeune Elie (Fabrice Adde) en train de le cambrioler. Pourtant, il ne lui casse pas la gueule. Au contraire, il se prend d’une étrange affection pour lui et accepte de le ramener chez ses parents au volant de sa vieille Chevrolet. Commence alors le curieux voyage de deux bras cassés à travers un pays magnifique, mais tout aussi déjanté.

    Eldorado
    Scénario & réalisation
    : Bouli Lanners

    Avec Bouli Lanners, Fabrice Adde, Philippe Nahon, Didier Toupy, Françoise Chichéry, Stefan Liberski, Baptiste Isaia, Jean-Jacques Rausin, Renaud Rutten, Jean-Luc Meeker Musique : Renaud Mayeur, avec Jesse Sykes ('Troubled Soul'), Stefan Liberski ('Empty Roads'), The Milkshakes ('Ida Honey') et An Pierlé & Koen Gisen ('Eldorado') Production : Jacques-Henri Bronckart - Versus Production

    Le mois prochain dans nos salles.
  • Bruits de coulisses.

    A l'instar de son ex Brad Pitt, Jennifer Aniston est bien sur le point d'adopter un enfant. Selon une rumeur, elle se serat inscrite dans une agence d'adoption de L.A. Des travaux d'un montant de 300 000 dollars sont en train d'être effectués dans sa maison de Beverly Hills pour accueillir le futur enfant, qui devrait être un garçon, selon le désir de la comédienne. Jennifer Aniston, 39 ans, aimerait prénommer son futur fils Alexander, qui signifie "défendre les hommes" en grec, et envisagerait également d'adopter une petite fille dans un avenir proche. Le fait que Jen est toujours célibataire, ne devrait pas être un frein. Si elle avait pris cette décision plus tôt,  aurait-elle gardé le beau Pitt auprès d'elle. La question reste pôsée????


    indi4Dans une récente interview à USA Today Harrison Ford a confié qu'il ne verrait pas d'un mauvais oeil, une cinqième suite aux aventures d'Indiana Jones... Ce qui anéantirait d'un seul coup, les nombreuses spécualtions quant à la mort du héros dans " Indiana Jones and the Kingdom of the Crystal Skull" D'autres prétendent néanmoins que ce serait une pirouette des studios pour faire monter la pression quelques semai,es avant la sortie d'Indy 4, et qu'il pourraît quand même avoir passé l'arme à gauche. Wait and see. 
    Guillermo Del Toro a "enfin" atteint son but. "The Hobbit" (pour New Line) De sources sûres, ce long-metrage, longtemps annoncé sous la houlette de Peter Jackson, sera finalement réalisé par Guillermo DelToro, avec Peter Jackson à la production. Après quatre mois de négociation, le tournage peut commencer, et nous pourrons enfin savoir ce qui se cache derrière les 60 années qui sépareront l'histoire de "The Hobbit" (distribution Warnner bros) d'avec celle de la  la trilogie The Lord Of The Rings" Pour les besoins de la production, DelToro va s'installer en Nouvelle -Zelande pendant quatre mois,





  • Iron Man Première à Londres

    ironmaneng

    Les grosses productions font toujours les choux-gras des grosses métropoles avnt de débarquer en Belgique. Ainsi, les habitués du cinéma Odeon à Leicester square de Londres, ont-ils eu le joie de voir débarque le générique principal du dernier Marvel "Iron Man" (que je qualifié de belle boite à conserves par ailleurs).

    Alors voici les premières photos du tour du monde promotionnel des protagonistes de l'homme d'acier.

    iron man castiron man duo duoiron man duo

    Source Jo Hale pour Paramount et ImageNet pro!
  • Coup d'oeil sur le festival du film de Gand!


    Festival International du Film de Flandre-Gand
    vendredi 25 avril 2008  



    Le Festival du Film de Gand s’engage avec Belgacom et Marriott


    Le Festival du Film de Gand s’est associé à deux nouveaux sponsors qui contribueront durant les prochaines années à son essor : l’entreprise de télécommunications Belgacom et le Marriott Ghent. C’est ce qu’a déclaré l’administrateur délégué Jacques Dubrulle à l’occasion de la réception de printemps du Festival. Il a également présenté en primeur le nouveau logo du Festival ainsi que l’affiche de la 35ème édition qui se déroulera du 7 au 18 octobre 2008.

    Pour les cinq prochaines années, Belgacom sera avec Kinepolis un ‘presentation sponsor’ du Festival du Film de Gand. L’entreprise de télécommunications ne soutiendra pas seulement le Festival financièrement, elle lui fournira également une assistance technique. Jacques Dubrulle, administrateur délégué du Festival, se réjouit de cette nouvelle collaboration : 'L’engagement de Belgacom pour 5 ans au moins nous permet d’élaborer des projets à long terme. C’est une aubaine qu’une entreprise aussi importante que Belgacom place une telle confiance en notre organisation et croie en l’avenir et au développement du Festival.' 

    Le Marriott Ghent sera partenaire du Festival pour au moins 3 ans. Les hôtes du Festival pourront désormais séjourner dans cet hôtel prestigieux installé sur le Korenlei à Gand. De plus, le Festival utilisera les espaces de réunion dans l’hôtel pour y organiser des interviews et des conférences de presse. 'Nous n’aurions pu imaginer plus belle carte de visite pour la ville de Gand que le Marriott', déclare Jacques Dubrulle. 'Les invités internationaux séjourneront dans le plus bel hôtel de la ville situé dans le plus bel endroit qui soit. Ce qui sera une excellente chose pour l’image de Gand.' 

    La réception a également été l’occasion de présenter le nouveau logo du Festival avec l’affiche qui sera utilisée pour faire la promotion de la 35ème édition. Les deux concepts ont été réalisés par le bureau gantois Scritto+Little Grayhound qui assume la campagne de communication du Festival depuis 7 ans. Le nouveau logo fait allusion de manière espiègle au disque de Joseph Plateau qui figurait aussi dans le précédent logo du Festival. Au lieu de douze petits chevaux, le choix de l’agence s’est porté sur un seul cheval, bien mis en valeur. En septembre, le site Internet du Festival sera remanié pour correspondre au nouveau style de l’événement et sera relancé à l’occasion de la 35ème édition. 

    Le nouveau logo se retrouve également dans l’affiche de la 35ème édition du Festival du Film de Gand. Le caractère festif est renforcé par l’utilisation de l’or et la mappemonde intégrée dans le disque de Plateau fait allusion au caractère international du Festival et à l’attention accordée au cinéma du monde entier dans son riche programme. 

    Une chose est d’ores et déjà certaine: la 35ème édition du Festival ne passera pas inaperçue. En plus des plus de 200 films et courts métrages, le programme prévoit à nouveau différents concerts de musique de film ainsi que des événements connexes. De plus amples informations suivront.

    ________________

  • Jean-Claude Van Damme Toujours aware!!!!

    'J.C.V.D.'est de retour sur la toile.  Le clip qui suit est une fois de plus, comme le premier qui était very funny (voir Tag plus bas) un straight-vidéo, où il est difficile de savoir quand c'est la bande-annonce, ou quand ce ne l'est pas. Prises hors champ, prises pendant des poses. On se mélange un peu les pinceau, mais la bande-annonce est très intéressante.. 

      Ayant perdu la garde de sa fille, JCVD revient en Belgique, dans l'espoir d'y retrouver le calme qu'il n'a plus aux Etats-Unis. Cette comédie dans laquelle il se tourne lui-même en dérision devrait être l'élément déclencheur d'une seconde carrière.  Le réalisateur Mabrouk El Mechri replace très bien notre Jean-Claude dans le circuit. Aucune date de sortie n'est planifiée pour l'instant.

    Dossier complèt et première bande-annonce sur:

    http://mich-silence-on-tourne.skynetblogs.be/tag/1/jean%20Claude%20Van%20damme

  • Vidéo Clone Stars Wars .....si vous rapides

     

    star warsUne bande-annonce "clone" de Star Wars circule sur le net. Youtube l'a déjà enlevé, mais il reste un endroit où le trouver....et chez moi, si vous êtes rapides..Le clip montre le travail des 300 animateurs 3D qui travaillent sur le pharaonesque projet de George Lucas, depuis 3 ans...(que de 3) De qualité plus que moyenne, la vidéo invite vraiment au voyage....elle est sauvée par une Polish Corvette, transformée en Astromech Droid, débarquée sur une planète déserte et retrouvé dans un garage en krakovie. 

     Traduction libre de: two-minute trailer that was briefly seen in YouTube and then pulled off just to be rescued at the last minute by a Polish Corvette, saved into an astromech droid, launched onto a desert planet, and found by us in a garage sale somewhere in Kraków. Or something like that.

    clone strar wars One
    un clic sur : http://gizmodo.com/379190/leaked-clone-wars-trailer-is-the-new-force-hotness

    Tag Michciné:  Star Wars 

     

    clone star wars 3


    clone star wars 2

  • Des Ch'Tis aux Blacks, une idée de Will Smith

    ch'Tis gif
    Lors de la projection du film de Dany Boon au Festival Col-Coa de Los Angeles où Bienvenue chez les Ch'tis  a reçu le Prix du Public, les cinéphiles avec parmi eux Will Smith en tête, sont sortis séduits par cette banale petite histoire, au point que Smith, envisage un Bienvenue chez les Blacks, Le héros de "Men in Black" et 'I'm a Legend'" et prêt à se lancer dans la course aux droits d'adaptation. Si l'acteur aux multiples talents a, semble-t-il, déjà un casting en tête, rien ne dit qu'il parviendra à ses fins : car le producteur du film entend bien faire monter les enchères. « Pour une fois que les Américains se disputent un scénario français !» lâche-t-on d'ailleurs chez Pathé.La course est lancée !

    Sources Le Point

  • (REC) Silver Screen Award à Amsterdam...

    18914006_w434_h_q80
    [
    .
    Rec]
    est à nouveau primé, après le Corbeau d'Argent au BIFFF de Bruxelles.  Cette fois, c’est le prestigieux Silver Scream Award qui vient d’être décerné au film d’horreur espagnol de Jaume Balaguero et de Paca Plaza lors du 24e Festival du film fantastique d’Amsterdam. Le résultat de ce prix du public est loin d’être une surprise, car le film partait favori depuis plusieurs jours déjà. Point intéressant : c’est la première fois depuis 1996, et le ‘From Dusk Till Down’ de Robert Rodriguez, qu’un film d’horreur à part entière remporte le prix. Ces dernières années, la préférence allait plutôt à d’autres genres fantastiques tels que l’anime, le fantasy, la science-fiction et le thriller (fantastique). Au total, 8.768 personnes ont voté, soit 20 % de plus qu’en 2007.

    Rappel du texto publié il y deux semaines:

    rec4
    Bruxelles,
     
    [.rec]  de Jaume Balaguero et Manuel Velasco, est le film qui étonne. Lors de la projection à Sitges en Espagne, la salle était tellement enthousiaste que les distributeurs décidèrent  en guise de bande-annonce officielle de proposer sur Internet, non pas des images du film, mais plutôt les réactions du public. Et ces images sont parlantes. [rec]  est un des films qui écrase les erzats de "Blair Witch project", et offre une compilation de tous les films du genre, avec ses plans serrés, ses mouvements de caméras extrèmement rapides, la nervosité du ton, ses scènes intimistes dans la pénombre, ses courses éfrenées, et  les 5 dernières minutes d'anthologie. En filmant dans un lieu unique dont ils exploitent à merveilles les beautés blafardes, et les couloirs glauques des appartements, les réalisateurs ont réussi le film le plus flippant de l'année, et on ne s'étonne pas dès lors qu'un remake est déjà en chantier aux Etats-unis.  

    Dans [rec] Angela, (Manuela Velasco) est une ambitieuse reporter pour une télévision locale à Barcelone, où elle relate le quotidien de ceux qui travaillent la nuit. Elle propose pour un soir de passer la nuit avec les pompiers de la ville, en espérant une sérieuse alarme à proposer au public de l'émission "Pendant que vous dormez"  Elle fait visiter aux auditeurs les vastes locaux de la caserne, où les pompiers passent plus de temps à attendre, qu'à intervenir, et son caméraman dont on ne verra jamais le visage filme tout et n'importe quoi. Jusque là, en filmant de beaux moustachus tapant le carton en attendant d'aller chercher le chat de mémé dans un arbre, le film ressemble à un beau documentaire, et la présentatrice est plus journaliste que nature. Jusqu'au moment, où les pompiers appelés pour des cris de femme dans un immeuble de rapport, vont se retrouver en quarantaine sans savoir ni pourquoi, ni ce qui se passe. C'est le début du cauchemar, et une aubaine pour Angela. Elle tient là le reportage de sa vie...Elle ne sait pas à quel point. Les habitants de l'immeuble sont paraît-ils touchés par un mystérieux virus...qui les transforme en zombies sanguinaires..ce dont un des pompiers se rendra vite compte. Angela et son cameraman sont désormais enfermés avec les prétendus assoiffés de sang. La caméra tourne et tourne encore, et enregistre la lutte pour la survie. L'idée première du réalisateur Jaume Balaguero (Fragile) était de proposer un film sous la forme d'une réality tv, un enregistrement en direct, où l'horreur vous arrive devant les yeux en temps réel, sans aucune possibilité de l'arrêter, ni de la manipuler. Il voulait éluder le suspense  et la mécanique de la narration, en laissant simplement (?!) l'action se développer d'elle-même, comme si elle était bien réelle, comme si elle était vivante, comme si tout se passait réellement. Le réalisateur a créé  une situation d'horreur artificielle, et l'a laissé se développer, sans aucune coupure, sans temps-mort. Il la laisse grandir, et le cinéphile devient plus ou moins le complice de  l'Atmosphère hystérique, et de l'indescriptible chaos qui règne dans l'immeuble, complice jusque dans les cinq dernières minutes d'anthologie...Pour les amateur du genre ...[rec] , un film à voir!

    Et un tout grand bravo pour tous les comédiens, ils sont magistrals. Rien dans leur comportement ne laisse prévoir qu'ils le sont, le film ressemble de bout en bout, à un superbe documentaire, et la peur se lit sur les visages à chaque image.

    Jaume Balanguero est un habitué du Festival du Film fantastique de Bruxelles, en 2000, il a remporté le Corbeau d'Or avec "The Nameless" et l'année dernière "Fragile"  avec Calista Flockhaert était à l'affiche

    Sortie 30 avril.

  • Hulk Hulk and Hulk.


    hulk bucket
    En 2003, le film "Hulk" adapté de la B.D "The Hulk" (1996) arrivait dans les salles obscures, et malgré un gros ramdam médiatique, le film fut très mal reçu et surtout très critiqué. Néanmoins, un autre Hulk va bientôt débarquer sur nos écrans avec Edward Norton  dans le rôle principal. Il faut savoir qu'avant d'être adapté à l'écran, ce super héros avait fait les beaux jours de la télé dans les années 1077 à 1982, avec Bill Bixby dans le rôle de Bruce Banner. Le décès de ce dernier, d'un cancer de la prostate, mis fin à plusieurs projets, dont un très ambitieux qui devait voir l'arrivée au générique de She-Hulk et iron Man dans des petits caméos...et la série s'arretât aussi. Pour laisser la place, à 3 longs-métrages pour la télévision, à savoir, "The Incredible Hulk Returns- The Trial of Incredible Hulk et surtout "The Death of the Incredible Hulk"...

    pour le dossier un clic sur http://mich-silence-on-tourne.skynetblogs.be/tag/1/The%20Incredible%20Hulk

    Sources dossiers persos.

    Crédit photo Bucket.

     

     

  • Iron Man!!! Une belle boite de conserve!

    marvel gallery "Iron-Man"  fait partie des personnages clés de Marvel, mais tant "Spider-lman" "Hulk" "Transformers" "Fantastic Four" ont déçus l'année dernière en termes de box-Office.. Sorti en 2000, "X-Men" ne récolta que 54.5m de $...Plus tard, en 2002, "Spider-Man" doubla la mise avec 114.8m de $, alors que "Hulk" peina à dépasser les 62m de $. Et que dire de "The fantastic Four, à peine 56m de $ .Annoncé avec fracas au moyen de cette vidéo, décoiffante, et un buzz internet puissant dans la foulée, "Iron Man" qui selon les spécialistes devrait être LE BLOCKBUSTER de l'été, m'a quand même déçu! Tony Stark (Iron-Man) le héros crée en 1963 par Stan Lee, et dont la première apparition dans " Tale of Suspense" n'était ni plus ni moins que la représentation de l'Icône et milliardaire Howard Hughes, n'est pas à la hauteur cette fois. Les effèts spéciaux sont du déjà vu, et mis à part quelques nouveaux ingrédients, tels le sable du désert, remplaçant le Vietnam, des terroristes, et quelques vues de la base militaire de "Edwards Air Force Base"  le film n'est pas suffisamment consistant pour garder le spectateur éveillé jusqu'à la fin..Comme j'ai lu quelque part sur le net,  "difficile d'impressionner un public qui revient de tout,  quand on veut faire du neuf en meublant avec des éléments empruntés." Tout est dit.  "Iron Man" c'est en résumé, beaucoup de Bling-Bling, quelques combats à la "Transformers" une apparition de  Jeff Bridges en version plus Hulk que vrai nature, dans un Monger Suit (800 Livres) armure bien trop grande et à la limite ridicule (***), quelques explosions et c'est tout. Si l'on excepte la fabrication et le montage en 3D de la combinaison Mark III Rouge et or (90Livres) de Tony Starck, et la séquence où ce dernier "vole" ou plâne" (c'est selon) dans son atelier(***), on a du mal à se concentrer sur l'histoire qui.....est vide!. Donc, une fois de plus, on prend le public pour un c.... . Même si dans le genre" Iron man" reste du tout grand spectacle visuel,  le sequel  qui devrait voir Tony Stark à la tête de la toute puissante "S.H.I.E.L.D"  lutter avec Captain America...apportera sans doute le plus tant attendu..

    ironman-poster
    Pour en revenir à nos moutons, moi qui ne suis pas spécialement portée pour les -tranformers- en tous genres,  Iron Man, ne va pas me faire changer d'avis, même si dans le rôle du vilain de service, car il en faut un, Jeff Bridges sous les traîts d'Obadiah Kane, est le seul qui sort du lot. Dieu que la boule à zéro, lui va bien..Gros bémol; pourquoi avoir créé de toute pièce, un rôle pour Gwyneth Paltrow, on l'enlèverait du scénario, que cela ne changerait pas grand chose?  Pâle, insipide et d'aucune aide....surtout lorsqu'elle court en talons hauts parmi les débris de verre et autres résidus . Gwyneth aurait-elle à ce point besoin de rôles alimentaires??? . !  

    Synopsis: Réalisé par Jon Favreau, "Iron Man" nous montre Robert Downey Jr. dans la peau de Tony Stark, un  fabricant d'armes. Fais prisonnier par une guerilla au moyen-Orient, il est contraint de fabriquer un missile. Au lieu de cela, Stark, parvient en dépit de ses blessure, à créer une armure de fer, qui lui permet de s'échapper... Revenu à Malibu, Stark paufine son invention, et devient un fervent militant, pour une pas dire un "croisé des temps modernes" Avec Pepper Potts (Gwyneth Paltrow), Obadiah Stane (Jeff Bridges).

    *** (ses bottes sont vraiment munies de propulseurs, avec lesquels il peut graviter à quelques mêtres du sol.....Le reste est du domaine  l'animation)  .

    *** il fallait 5 hommes pour articuler les deux bras de ce monstre terrifiant!