16 novembre 2012

L'Enfer et d'Henry George-Clouzot au ciné Palace (Miat) à Gand

l-enfer-

Trente ans après son décès, le Festival du Film de Gand a dignement rendu hommage à Romy Schneider en lui consacrant une superbe exposition, et ce en collaboration la Province de la Flandre Orientale, et organisée par la Deutsche Kinemathek de Berlin. Cette exposition est encore en cours jusqu'au 13 janvier 2013 au Caemersklooster. Et toujours dans le cadre de cet hommage, le cinéma Place MIAT a mis le film "L'Enfer" de Henry George-Clouzot, ou tout au moins le documentaire qu'est devenu ce film maudit et jamais terminé...au programme du 18 novembre. Je profite de l'occasion pour remettre le billet que j'avais consacré à Romy Schneider il y a deux ans.

 

Serge Bromberg et Ruxandra Medrea ...... proposent non pas un documentaire sur le tournage, mais bien "L'enfer" de Clouzot,  un chef d'oeuvre qui auait du être le film évènement de 1964, et qui ne vit jamais le jour à cause de problèmes cardiaques du réalisateur. Proposant un film hybride, à mi-chemin entre le documentaire, le making-of et la fiction, ils démontrent que cette oeuvre avant-gardiste, enigmatique et très dérangeante sur la jalousie, n'a pas pris une ride. Alors que l'on pensait les images perdues à tout jamais, le duo a pendant plus de 150 heures, restauré les 185 bobines retrouvées pour nous proposer un document exceptionnel, où Clouzot qui disposait d'un budget colossal pour l'époque, repoussait les limites de la création artistique. Etait-il fou, visionnaire? On ne le saura jamais, car le film fut arrêté après trois semaines seulement.  Présenté au Festival de Cannes 2009 et à Locarno.

Bromberg et sa co-réalisatrice y ont intercalé les scènes manquantes,  qu’ils ont eux-mêmes filmées, d’après le script original  avec  Jacques Gamblin et Bérénice Bejo.« Ils reprennent les rôles respectifs de Serge Reggiani et Romy Schneider, explique Serge Bromberg. L'histoire se construit et se déroule sous nos yeux, les images se font de plus en plus hypnotiques. Le mystère est là, tout entier. Il s'offre à nous et se dérobe à la fois. Nous voyons ce que Clouzot avait vu. Nous sommes au cœur de la création, qui n'a ni logique ni explication. Il n'est ici affaire que de beauté. (sources : extrait d'interview sur http://www.iledefrance.fr/)

Romy Schneider, Serge Reggiani, Jean-Louis Trintignant, Catherine Allégret, Dany Carrel, Claude Brasseur,Mario David, Germaine Delbat,  Blanchette Brunoy, Henri Virlojeux

l'enfer-2

 

inferno three

Deux clips subjugeants

http://youtu.be/L29HrwBA1BQ

http://youtu.be/aZ38CcJ-2vw

 

Fac similé d'un article du magasine première d'époque.

L'Enfer journal

 

 

Superbe et envoûtante Romy Schneider.

Ce document exceptionnel, L’ENFER d’Henri-Georges Clouzot, m' incite à remontrer quelques titres de ce maître français du suspense, scrutateur des aspects sombres de la nature humaine et auteur d’œuvres d’une rare intensité. Si les tenants de la Nouvelle Vague n’en faisaient pas leur favori, force est d’admettre avec le recul que beaucoup de ses réalisations résistent au temps.

lenfer avertissementTourné sous l’Occupation et traitant de délations anonymes, Le corbeau est tenu, autant que Quai des orfèvres, pour un chef d’œuvre du cinéma français. Le salaire de la peur avec Yves Montand et Charles Vanel garde tout son caractère “explosif”, Les diaboliques prouve une brillante maîtrise du récit policier, adapté en l’occurrence de Boileau et Narcejac, et Les espions nous plonge dans un univers kafkaien, décalé.

VARIATIONS SUR L'ENFER!!!!!

http://youtu.be/IqY7a1KpOdQ


 

Commentaires

Pour Martine. Je viens de tester. les liens fonctionnent

Écrit par : MichCiné | 16 novembre 2012

Les commentaires sont fermés.