• Le film "Illégal" primé en France!

     

    Illegal.jpgLe film du réalisateur belge OLivier Masset-Depasse "Illégal" a été élu "Meilleur film" à la 3ème édition du  Festival d'Angoûlème. Le film traîte du parcours d'une russe et de son film de 13 ans, venus en belgique pour commencer une nouvelle vie..Masset-Dupasse est un habituée des festival déjà. Avec "Cages" le réalisateur avait remporté le prix du meilleur film tant à Namur qu'à Rome en 2006. Et Illégal avait aussi ét présenté à Cannes dans "La quinzaine des Réalisateurs".
    Tania Zimina (39ans), une femme d'origine russe, et son fils Ivan (13ans) sont arrivés en Belgique il y a huit ans. Bien qu'ils soient bien intégrés, ils n'ont pas de papiers d'identité et vivent dans la clandestinité. Jusqu'au jour où il se font contrôler par la police de l'immigration. Tania se fait prendre. Ivan y réchappe de justesse. Tania est envoyée dans un centre fermé pour sans-papiers. Elle va devoir affronter l'enfer carcéral d'un centre fermé et découvrir qu'il existe des zones de non-droits. Et puis, un jour, "ils" voudront l'expulser... Loin de son fils....
  • Paribas Fortis Movie days.....A vos agenda

    BNP Paribas Fortis Film Days, la fête du cinéma de l'année! août 2010

    Depuis quelques annes déjà, le Parisbas Movie days en France marche du tonnère, alors faites comme nos voisins... Ne prenez aucun rendez-vous pour le vendredi 24, le samedi 25 ou le dimanche 26 septembre, car durant ces trois jours, les BNP Paribas Fortis Film Days vous permettront d'aller au cinéma, partout en Belgique, pour seulement 3€ la séance. Hé oui ! Vous lisez bien! 3€, pas plus ! Une occasion idéale de (re)voir des films déjà à l'affiche. Mais aussi de découvrir une dizaine de longs métrages très attendus, proposés en avant-première. Un des événements de ce long week-end sera naturellement la présentation de ‘Despicable Me’. Ce film d'animation américain en 3D, produit par Universal Pictures, est en train de battre tous les records de l'autre côté de l'Atlantique. Si vous désirez en apprendre davantage sur LA fête du cinéma de l'année, n'hésitez pas à cliquer sur ‘more’.

     BNP Paribas Fortis et l’ensemble du secteur du cinéma se sont donné la main pour nous offrir trois jours de plaisir cinématographique. Après avoir soutenu l'édition de 2005 et celle de 2006, BNP Paribas Fortis a tenu à marquer à nouveau l'initiative de son empreinte. Walter Torfs, Hoofd Brand, Communications & Quality chez BNP Paribas Fortis est particulièrement enthousiaste: “De tout temps, la Belgique a développé une relation particulière avec le 7e Art. C'est précisément une forme de communication qui combine créativité et plaisir d'une façon qui plaît au grand public. Cette magnifique initiative offre un excellent moyen de renforcer la communication du groupe en Belgique et aussi d'en faire profiter tout le monde".

    Vous avez envie de goûter à ce véritable festin de cinéphile ? Surfez donc sur www.filmdays.be pour découvrir le programme complet et la liste des cinémas participants

  • Emmy Awards

    emmy's recipients on stage.jpg

    Les americains savent comment y faire lors de cérémonies d'Awards. Même lorsqu'il ne s'agit pas des prestigieux Oscars, les autres grands évènements décernant les mérites sont de petites perles de réalisation. Hier soir ce sont déroulés les Emmy Awards, autrement dit  Academy of Television Arts & Sciences. lesquels sont à la  télévisionn ce que les Oscars sont au cinéma. George "What Else" s'est vu dcerner un prix d'honneur pour son combat lors des évènements dramatiques de Tahiti. rappelez-vous, il avait organisé un immense téléthon afin de récolter des fonds...et toute sles grosses pointures, ou presque avaient répondu présent.

     

    emmys clooney.jpgLa soirée fut un grand évènenemt haut en couleurs, comme en témoigne la bande-annonce ci-dessous. Même George Clooney s'est prêté au jeu dans le deuxième clip.

     Durant la soirée, tout ce que Hollywood compte comme" big celebs" s'était donné rendez-vous sur l'immense tapis-rouge de Los Angeles.

     Un clic sur http://tv.msn.com/emmys/winners/photo-gallery/feature/?photoidx=26     pour découvrir toutes ces stars  les une splus somptueuses que les autres.....

     

    Palmarès

    Drama Series: "Mad Men," AMC.

    Comedy Series: "Modern Family," ABC.

    Reality TV Competition Series: "Top Chef," Bravo.

    Variety, Music or Comedy Series: "The Daily Show with Jon Stewart," Comedy Central.

    Miniseries: "The Pacific," HBO.

    Made-for-TV Movie: "Temple Grandin," HBO.

    Actor, Drama Series: Bryan Cranston, "Breaking Bad," AMC

    emmy's sedgwick.jpgActress, Drama Series Kera Sidgwick  "The Closer"  TNT.

    Supporting Actor, Drama Series: Aaron Paul, "Breaking Bad," AMC 

    emmy's Archie panjabi.jpgSupporting Actress, Drama Series:Archie Panjabi "The Good Wife"  CBS.

    Actor, Comedy Series: Jim Parsons, "The Big Bang Theory," CBS.

     

     

     

     

     

    emmys adie falco.jpgemmy's danes.jpgActress, Comedy Series:  Edie Falco "Nurse Jacke"  Showtime.

    Supporting Actor, Comedy Series: Eric Stonestreet, "Modern Family," ABC.

    Supporting Actress, Comedy Series: Jane Lynch, "Glee," FOX.

    Actor, Miniseries or Movie:  Al Pacino  "You Don't Know Jack," HBO.

    Actress, Miniseries or Movie:Claires Danes "Temple Grandin"   HBO.

    Supporting Actor, Miniseries or Movie: David Straithairn, "Temple Grandin," H

    emmy's pâcino.jpg

    Supporting Actress, Miniseries or Movie: Julia Ormond, "Temple Grandin," HBO.

    emmy's ann margret.jpgGuest Actress in a Drama Series: Ann Margaret, "Law & Order: Special Victims Unit," NBC.

     

    Enfin la reconnaissance pour cette super talentueuse "entertainer" La seule qui a pu éclipser le King Elvis dans un de ses films...Un Emmy après 6 nominations et 2 nominations aux Oscars. (J'y reviendrais demain)

    emmy's John Lithgow.jpgGuest Actor in a Drama Series: John Lithgow, "Dexter" HBO

    Guest Actress in a Comedy Series: Betty White, "Saturday Night Live."

    Guest Actor in a Comedy Series: Neil Patrick Harris, "Glee"

    emmy's glee ryan murphy.jpgDirecting for a Comedy Series: Ryan Murphy, "Glee"

    Directing for a Drama Series: Steve Shill, "Dexter."

    Directing for a Miniseries or Movie: Mick Jackson, "Temple Grandin," HBO

    Directing for a Variety, Music or Comedy Special: Bucky Gunts, "Vancouver 2010 Olympic Winter Games, Opening Ceremonies," NBC.

    Writing for a Drama Series: Matthew Weiner and Erin Levy, "Mad Men."

    Writing for a Comedy Series: Steven Levitan and Christopher Lloyd, "Modern Family."

    Writing for a Variety, Music or Comedy Special: "63rd Annual Tony Awards," CBS.

    Writing for a Miniseries, Movie or Dramatic Special: Adam Mazer, "You Don't Know Jack," HBO. 

    emmy's hanks the pacific.jpg

    emmy's cast.jpg

    Et enfin, un Award d'honneur décerné à Padmi Lakhsmi, Gail Summers et Tom Colichio pour l'organisation et la compétition mise en place lors de cette 62ème cérémonie des Emmy Awards. Cette fine équipe à pris beaucoup de plaisir lors de son passage sur scène..

     

  • Alain Corneau....décès!

    corneau7.JPGAlors que "Crime d'Amour" son dernier film fait un très beau parcours en France, et que le duo Kristin Scott Thomas, Ludivine Sagnier doit encore sortir en Belgique, on apprends avec stupéfaction le décès d'Alain Corneau.

    Le réalisateur est décédé des suites d'une longue maladie, raison pour laquelle, il n'avait pu assurer la promotion de son dernier long-mètrage. Avec la disparition de Corneau, c'est un nouveau grand du cinéma français qui a tiré sa révérence ce jour.

     Alain Corneau qui voulait être musicien de Jazz, effectue un stage chez Costa Gavras après ses études à l'IDHEC, il sera son assistant sur "l'Aveu" en 1970, et fera la rencontre d'Yves Montand pendant le tournage...avec qui  il tournera 3 grands films. Ensuite il sera  également l'assistant de Nadine Trintignant pour " Cela n'arrive qu'au autres" .  La suite on la connaît, Corneau réalisera en solo l'un des plus beaux cataloguex de films français avec encore " Stupeur et tremblements" film qui a vraiment lançé la carrière de Sylvie testud, avec lui sur la première photo, La Menace, Le choix des Armes, Fort Saganne, Tous les Matins du Monde, Les Mots Bleus, Le deuxième souffle, Série Noire...... testud.jpgcorneau.JPG Alain Corneau était âgé de 67 ans....

    Alain Corneau sur : http://fr.wikipedia.org/wiki/Alain_Corneau

     

     

     

    corneau6.jpgcorneau 2.JPGcorneau 4.JPGcorneau 5.JPG

  • Karaté Kid et Kung Fu panda....même combat!

    kk s.JPG300 millions de dollars. Cette somme, si exorbitante soit-elle, représente ce qu'a rapporté The Karate Kid (avec Jackie Chan et Jaden Smith) remake 2010  au box-office mondial, pour un budget de 40 millions de $. Donc excellent rapport qualité/prix qui a donné des idées aux producteurs. Ces derniers envisagent de surfer sur la vague du succès, en préparant déjà une suite...Ce ce que vient de confimer Sony...Et puis, faut pas trop trainer avec un petit gars qui pourraitn grandir très vite s'éloigner de son personnage Selon le site THR, les scénaristes de Kung Fu Panda Cyrus Voris et Etha Reiff qui en connaissent un brin en art martieux...vont donner un solide coup de main..

  • AVATAR avec les scènes inédites..bientôt dans nos salles (8/9!!

     

     

    TWENTIETH CENTURY FOX 

     

    Special Edition

     

    RELEASE DATE/SORTIE LE : 08/09/2010

     

    Avatar B.JPG 

     

    À redécouvrir au cinéma avec 8 minutes des images inédites.

    Exclusivement en 3D.

    Pour une période limitée.

     

    AVATAR nous entraîne dans un univers spectaculaire qui repousse les limites de notre imagination. Un héros malgré lui se lance dans une aventure épique qui le conduira à se battre pour sauver un monde lointain ; un monde qu’il finira par considérer être le sien.

     

    James Cameron, le réalisateur oscarisé de TITANIC, a commencé à concevoir le film il y a quinze ans, à une époque où les moyens pour concrétiser sa vision n’existaient pas encore. Aujourd’hui, après quatre ans de production intensive, AVATAR offre une expérience cinématographique unique, portée par une nouvelle génération d’effets spéciaux. Une technologie révolutionnaire inventée pour le film qui laisse toute sa place à l’authenticité émotionnelle des personnages, pour une immersion totale du spectateur dans l’intensité de l’histoire.

    Nous découvrons ce monde lointain à travers le regard de Jake Sully, un ancien marine immobilisé dans un fauteuil roulant. Malgré sa paralysie, Jake est resté un combattant au plus profond de son être. Il est recruté pour se rendre à des années-lumière de la Terre, sur Pandora, où de puissants groupes industriels exploitent un minerai rarissime destiné à résoudre la crise énergétique sur Terre. Parce que l’atmosphère de Pandora est toxique pour les humains, ceux-ci ont créé le Programme Avatar, qui permet à des « pilotes » humains de lier leur esprit à un avatar, un corps biologique commandé à distance, capable de survivre dans cette atmosphère létale. Ces avatars sont des hybrides créés génétiquement en croisant l’ADN humain avec celui des Na’vi, les autochtones de Pandora.

     

    Sous sa forme d’avatar, Jake peut de nouveau marcher. On lui confie une mission d’infiltration auprès des Na’vi, devenus un obstacle trop conséquent à l’exploitation du précieux minerai. Mais tout va changer lorsque Neytiri, une très belle Na’vi, sauve la vie de Jake. Ce dernier est alors recueilli par son clan, et à travers de nombreuses épreuves et aventures, il va apprendre progressivement à devenir l’un des leurs. Alors que la relation entre Jake et la réticente Neytiri s’approfondit, Jake en vient à respecter le mode de vie des Na’vi et finit par trouver sa place parmi eux.

    Reste pour lui à affronter l’ultime épreuve en les menant dans une bataille épique qui devra sceller le destin de tout un monde.

     avatar A.JPGAvec Sam Worthington, Sigourney Weaver et Zoe Zaldana. Science-fiction, Fantasy 169m

    Nederlands

     

    Herontdek de film op het grote scherm.

    Met 8 minuten nooit eerder vertoonde beelden.

    Exclusief in 3D gedurende een beperkte periode.

     

    AVATAR neemt ons mee naar een spectaculaire fantasiewereld, waar een held tegen wil en dank een episch avontuur tegemoet zal gaan. Uiteindelijk zal hij de buitenaardse wereld, die hij ondertussen als zijn thuis beschouwd, redden. Het idee voor deze film van James Cameron, de met een Oscar bekroonde regisseur van ‘Titanic’, ontstond zo’n 15 jaar geleden toen de technologie die nodig was om dit te realiseren nog niet bestond. Nu, na vier jaar productiewerk, is AVATAR een live-actiefilm geworden met een nieuwe generatie speciale effecten en een nieuwe soort cinematografische ervaring, waarin de kijker volledig opgaat. De revolutionaire technologie, speciaal uitgevonden voor deze film, versmelt met de emoties van de personages en het meeslepende verhaal.

     

    We betreden de buitenaardse wereld via de ogen van Jake Sully, een ex-marinier die aan een rolstoel gekluisterd is. Ondanks zijn gebroken lichaam is Jake nog steeds een soldaat in hart en nieren en wordt hij uitverkoren. Hij moet lichtjaren reizen naar een menselijke buitenpost op de planeet Pandora, waar een zeldzaam mineraal gedolven wordt. Dit mineraal is de sleutel tot de oplossing van de energiecrisis die op Aarde heerst. Omdat de atmosfeer van Pandora giftig is, werd het Avatar-programma ontwikkeld. Hierin werd het bewustzijn van menselijke ‘bestuurders’ gekoppeld aan een avatar, een op afstand bediend biologisch lichaam dat in deze dodelijke atmosfeer kan overleven. Deze avatars zijn genetisch gemanipuleerde hybriden van menselijk DNA die gemengd worden met het DNA van inboorlingen van Pandora: de Na’vi.

     

    Herboren in zijn avatarvorm kan Jake weer lopen. Hij krijgt de opdracht te infiltreren bij de Na’vi’s, die een obstakel vormen bij het delven van de waardevolle grondstoffen. Wanneer de mooie vrouwelijke Na’vi, Neytiri, Jake’s leven redt, verandert echter alles. Jake wordt liefdevol door Neytiri’s stam opgenomen en leert hoe hij echt één van hen kan worden. Hiervoor moet hij echter vele proeven en avonturen doorstaan. Terwijl de relatie van Jake met zijn onwillige mentor Neytiri hechter wordt, leert hij de levenswijze van de Na’vi te respecteren en voegt hij zich uiteindelijk bij hen. Het duurt niet lang voordat hij de ultieme uitdaging zal aangaan wanneer hij hen in een epische strijd leidt, waarin niets minder dan het lot van een hele wereld beklonken zal worden.

     

  • Julia's eyes...produit par Guillermo del Toro!

    Encore un de ces bons films produits par le cinéma Ibérique. Souvenons-nous "Pan's labyrinthe" et " The Orphenage" avec Geraldine Chaplin en 2008...Julia's Eyes est produit par Guillermo del Toro, le génial réalisateur/producteur derrièreSplice et Hellboy...et Pan's Labyrinte entre autre

    Julias2.jpg

    Julia (Belen Rueda) une femme souffrant d' une maladie dégénérative de l'œil , trouve à son insu sœur jumelle aveugle Sara pendue dans la cave de sa maison . Elle décide d'enquêter sur ce qu'elle ressent comme un meurtre , mais au fur et à mesure de ses investigations, JUlia à l'impression de rentrer dans un monde sombre, qui pourrait même cacher une présence aussi troublante que mystérieuse.. Au fur et à mesure que Julia avançe dans son enquète, au plus sa vue commence à baisser..jusqu'à ce que des morts suspectes et des disparitions croisent son chemin... Avec encore Guilliem Morales.

    julias5.jpg
    julia's1.jpg
    Julia's3.jpg

     Bande-annonce flippante. Une de plus!

     

  • Emmy's Dimanche Soir. Un carton pelin pour "The Pacific"??

    Les Emmy's,  prestigieux awards de la télévision vont être décernés ce dimanche soir, heure américaine s'entend! Cette cérémonie rend hommage au meilleur de la télévision d'Outre-Atlantique...Et comme chaque année 30 Rock qui verra bientot l'arrivée de Matt Damon en guest -star régulier,  part comme grand favori avec Mad Men et Lost. Cependant, le petit nouveau de l'an dernier pourrait bien faire basculer tous les pronostics; "The Pacific" pour le chaîne HBO a décroché 24 nomination....La 67ième céremonie présentée par Jimmy Fallon, l'un des présentateur de la chaîne ABc, en profitera pour honorer George Clooney, pour son engagement humanitaire. Mais dans ce cas, faudra pas oublier Sean Penn, l'an prochain, ainsi que Leonardo DiCaprio pour sa lutte écologique. 

     

    pacific banner.jpg

    3ORock.JPGMeilleure Série Comique

     Larry et son nombril (HBO) GLEE (FOX) Modern Family (ABC)  Nurse Jackie (Showtime) The Office (NBC) 30 Rock (NBC)

     Meilleure Série Dramatique

    Breaking Bad (AMC) Dexter (Showtime) Lost (ABC) The Good Wife (CBS) Mad Men (AMC) True Blood (HBO)


    Meilleur Acteur dans une Série Dramatique
    Michael C. Hall pour Dexter (Showtime) Bryan Cranston pour Breaking Bad (AMC)
    Hugh Laurie pour Dr. House (FOX)
    Matthew Fox pour Lost (ABC)
    Jon Hamm pour Mad Men (AMC)
    Kyle Chandler pour Friday Night Lights (NBC)

    Meilleur Acteur de second rôle dans une Série Dramatique
    Aaron Paul pour Breaking Bad (AMC)
    Martin Short pour Damages (FX Networks)
    Terry O'Quinn pour Lost (ABC)
    Michael Emerson pour Lost (ABC)
    John Slattery pour Mad Men (AMC)
    Andre Braugher pour Men Of A Certain Age (TNT)
     

    Meilleure Actrice dans une Série Dramatique
    Kyra Sedgwick pour The Closer (TNT)
    Glenn Close pour Damages (FX networks)
    Connie Britton pour Friday Night Lights (DirectTV)
    Julianna Margulies pour The Good Wife (CBS)
    Mariska Hargitay pour New York Unité Spéciale (NBC)
    January Jones pour Mad Men (AMC)

    Meilleure Actrice de second rôle dans une Série Dramatique
    Christina Hendricks pour Mad Men (AMC)
    Sharon Gless pour Burn Notice (USA)
    Rose Byrne pour Damages (FX Networks)
    Archie Panjabi pour The Good Wife (CBS)
    Christine Baranski pour The Good Wife (CBS)
    Elisabeth Moss pour Mad Men (AMC)

    images.jpgMeilleure Actrice Guest Star dans une Série Dramatique
    Mary Kay Place pour Big Love (HBO)
    Sissy Spacek pour Big Love (HBO)
    Shirley Jones pour The Cleaner (A&E)
    Lily Tomlin pour Damages (FX Networks)
    Ann-Margret pour New York Unité Spéciale (NBC)
    Elizabeth Mitchell pour Lost (ABC) 

    Meilleur Acteur Guest Star dans une Série Dramatique
    Beau Bridges pour The Closer (TNT)
    Ted Danson pour Damages (FX Networks) Robert Morse pour Mad Men (AMC)
    Gregory Itzin pour 24 (FOX)
    John Lithgow pour Dexter (Showtime)
    Alan Cumming pour The Good Wife (CBS)
    Dylan Baker pour The Good Wife (CBS)

     
    Meilleure Actrice dans une Série Comique
    Lea Michele pour Glee (FOX)
    Tina Fey pour 30 Rock (NBC)
    Toni Collette pour United States of Tara (Showtime)
    Edie Falco pour Nurse Jackie (Showtime)
    Amy Poehler pour Parks And Recreation (NBC)
    Julia Louis-Dreyfus pour Old Christine (CBS)


    carell office.jpgMeilleur Acteur dans une Série Comique
    Steve Carrell pour The Office
    (NBC)

    Alec Baldwin pour 30 Rock (NBC)
    Jim Parsons pour The Big Bang Theory (CBS)
    Larry David pour Larry et son nombril (HBO)
    Matthew Morrison pour Glee (FOX)
    Tony Shalhoub pour Monk (USA Network)

    wallach.jpgMeilleur Acteur Guest Star dans une Série Comique
    Fred Willard pour Modern Family (ABC)
    Eli Wallach pour Nurse Jackie (Showtime
    Mike O'Malley pour Glee (FOX)
    Neil Patrick Harris pour Glee (FOX)
    Jon Hamm pour 30 Rock (NBC)
    Will Arnett pour 30 Rock (NBC)


    Meilleure Actrice Guest Star dans une Série Comique
    Tina Fey pour le Saturday Night Live (NBC)
    Betty White pour le Saturday Night Live (NBC)
    Elaine Stritch pour 30 Rock (NBC)
    Jane Lynch pour Mon Oncle Charlie (CBS)
    Christine Baranski pour The Big Bang Theory (CBS)
    Kathryn Joosten pour Desperate Housewives (ABC)
    Kristin Chenoweth pour Glee (FOX)


    Meilleure Actrice de second rôle dans une Série Comique
    Jane Lynch pour Glee (FOX)
    Jane Krakowski pour 30 Rock (NBC)
    Julie Bowen pour Modern Family (ABC)
    Sofia Vergara pour Modern Family (ABC)
    Kristen Wiig pour le Saturday Night Live (NBC)
    Holland Taylor pour Mon Oncle Charlie (CBS)
    Meilleur Acteur de second rôle dans une Série Comique
    Jesse Tyler Ferguson pour Modern Family (ABC)
    Jon Cryer pour Mon Oncle Charlie (CBS)
    Neil Patrick Harris pour How I Met Your Mother (CBS)
    Chris Colfer pour Glee (FOX)
    Eric Stonestreet pour Modern Family (ABC)
    Ty Burrell pour Modern Family (ABC)


    Meilleure Mini-Série
    Return To Cranford (PBS)
    The Pacific (HBO)

    pacino.jpgMeilleur Acteur dans une Mini-Série ou un Téléfilm
    Michael Sheen pour The Special Relationship (HBO)
    Dennis Quaid pour The Special Relationship (HBO)
    Al Pacino pour You Don't Know Jack (HBO)
    Jeff Bridges pour A Dog Year (HBO)
    Ian McKellen pour The Prisoner (AMC)

    Meilleure Actrice dans une Mini-Série ou un Téléfilm
    Claire Danes pour Temple Grandin (HBO)
    Maggie Smith pour Capturing Mary (HBO)
    Joan Allen pour Georgia O'Keeffe (Lifetime)
    Judi Dench pour Return To Cranford (PBS)
    Hope Davis pour The Special Relationship (HBO)


    Meilleur Acteur de second rôle dans une Mini-Série
    Michael Gambon pour Emma (PBS)
    John Goodman pour You Don't Know Jack (HBO)
    Patrick Stewart pour Hamlet (PBS)
    Jonathan Pryce pour Return To Cranford (PBS)
    David Strathairn pour Temple Grandin (HBO)

    bates.jpgMeilleure Actrice de second rôle dans une Mini-Série
    Brenda Vaccaro pour You Don't Know Jack (HBO)
    Susan Sarandon pour You Don't Know Jack (HBO)
    Kathy Bates pour Alice (SyFy)
    Julia Ormond pour Temple Grandin (HBO)
    Catherine O'Hara pour Temple Gradin (HBO)
  • SuBo chez Madame Tussaud. Clap! Clap!

    images.jpgSeuls les grands politiques de ce monde y ont droit, les explorateurs, et ceux qui ont façonné l'histoire, ainsi que les srandes stars du 7ème art et du sport.....Cependant, la grande gagnante du net de l'an dernier Susan Boyle  qui va bientôt chanter devant le pape, va également faire son entrée dans le célèbre musée de cire de madame Tussaud à Londres... Selon le News of the world, une réplique de la chanteuse d'une valeur de 180.000 euros sera placée dans le musée avant la fin de l'année.  Si c'est pas une consécration ça!....Mais dans quelle salle va-t'elle trôner? Dans celle consacrée au idoles de la musique, cad en compagnie des Beatles ou Rolling Stone, voir Beyoncé et Michael Jackson, ou, au contraire, être placée bien en vue à côté de Brad Pitt, Clooney ou Jolie?..Clap!Clap! Bravo Subo..

  • 30 Rock Baldwin désormais en compagnie de Damon!!

    3ORock.JPG

    30 Rock, la série télévisée qui cartonne et qui raffle tout ce qu'il y a à prendre en matière d'awards, accueille une grosse pointure pour sa prochaine saison, dont le tournage a déjà  commencé. C'est désormais officiel, Matt Damon fera de nombreuses apparitions dans les prochains épisodes. Cette nouvelle vient de la bouche de Katrina Bowden qui incarne une staggiare dans la comédie des studios  ABC, info relayée à présent par Sheri Shepherd (Angie Jordan dans la série) via son Twitter.. Comment va réagir Alec Baldwin, lui qui ne sera plus la principale attraction?

     

     !

  • Qu'ont Godard, Coppola et Eli Wallach en commun???

    godard oscars.jpgLes producteurs, réalisateurs et acteurs (trices) bref tout ce qui bouge à Hollywood n'a d'yeux, en cette fin de saison ciné que pour les Oscars de février prochain. Tous espèrent repartir avec une précieuse statuette. Des stars pour une interprètation exceptionnelle, des réalisateurs pour avoir fait le film de l'année, les maquilleurs et spécialistes des effets spéciaux pour les films à grands budget, et puis comme chaque année, les anciens, les piliers du 7ème art. Ceux par qui le cinéma est ce qu'il est aujourd'hui. Les monstres sacrés qui on marqué les pellicules, ceux qui ont amusé, fait pleurer, fait bouger les choses....comme Jean-Luc Godard qui se verra remettre un Oscar d'honneur pour l'ensemble de sa carrière..Celui qui est le "père" de la Nouvelle vague, mouvement cinématographique créé à la fin des années 50, et dans lequel se sont engoufrés tous les grands cinastes après lui, mérite bien ça! Sa carte de visite est pleine de film cultes tels "A Bout de Souffle" "Le Mépris" "Pierrot le Fou" Films qui ont vraiment révolutionné le cinéma.  ghost writer.jpgEli Wallach sera également mis à l'honneur. Agé de 94 ans, cette "gueule" fait   partie des "meubles" à Hollywood. On l'a vu dans de nombreux Westerns (spaghettis) "Les sept Mercenaires" Le Bon, la Brute et le Truand" entre autre, et il tourne encore..une apparition dans "Ghost Writer"  " New-York I Love You"  "Wall Street" en attestent....mais faut bien sûr le reconnaître.....Ensuite ce sera au tour de Francis Ford Copolla, génial réalisateur entre autre de "Apocalypse Now" de reçevoir le Irving Thalberg Memorial Award pour l'ensemble de sa carrière. Déjà lauréat à 5 reprises avec "Le Parrain" Le Parrain II" "Patton" soit comme scénariste, soit comme réalisateur de 1973 à 1975! Détail, depuis l'année dernière, ces cérémonies si particulières ne se déroulent plus lors du grand gala annuel, mais lors d'un dîner séparé, où les "anciens" se sentent plus à l'aise..ce qui permettra à Godard d'enfin se montrer, lui qui n'aime pas sécialement le Bling-bling qui  entoure les tapis-rouge. Et, en ce qui le concerne, il devrait-être royal ce soir là.."

    Socialiste" sa dernière réalisation avait été présentée à Cannes cette année encore.....sans lui!!!
    .

     

  • 127

     

    127.jpg

    Après avoir parcouru les Indes avec le multiple-Oscarisé "Slumdog Millionaire"  Danny Boyle change complètement de régistre, en posant sa caméra dans de magnifiques paysages alpestres. Mais là s'arrête le côté fleur-bleu.!

     

    Boyle.jpg

    franco.jpg "127 Hours" l'histoire vraie de l'alpiniste américain Aron Ralston, qui pour se dégager d'un rocher en dessous duquel il est resté coincé 6 jours et 5 nuit, n'a pas hésité à s'emputer d'une main à l'aide de son canif.  Et pour coller au plus près de la réalité, Danny Boyle a réalisé la première heure du film sans aucun dialogue, comme si le dramatique évènement reprennait vie devant les spectateurs. Du reste , l'alpiniste incarné par James Franco, est vraiment resté seul pendant 5 jours. Fox Searchlight avec  LIza Caplan, Kate Moro, Amber Tamblyn.

     

     

    "127 hour" sera projeté au Tiff et au Festival de Venise dans les prochaines semaines...Et aux States, on le dit en bonne position pour être nominé aux Oscars (quoi déjà??)

     

  • Les sex toys envahissent le grand écran!

    gyllenhaal's.jpgLes acteurs Maggie Gyllenhaal et Hugh Dancy seront les vedettes de la comédie sentimentale "Hysteria" sur un scénario de Stephen Dyer et Jonah Lisa Dyer, film qui se penchera sur l'invention du vibromasseur à l'époque victorienne en Angleterre. Tout un programme....réalisé par Tanya Wexler. Avec aussi Rupert Everett et Jonathan Pryce....

    Dancy et Pryce incarneront des docteurs qui traitent des cas d'hystérie, un état qui était caractérisé par l'irascibilité des femmes, la colère et les pleurs inexpliqués. Le personnage de Dancy et celui d'Everett, qui incarnera son meilleur ami, expérimenteront un nouvel appareil électrique pour soigner la maladie et inventeront par hasard le vibromasseur. Début de tournage à Londres et au Luxembourg, en octobre prochain. (Variety)



    Maggie Gyllenhaal est à l'affiche de «Nanny McPhee Returns».

  • Sean Penn Travelo (!) pour les besoin d'un film!?!?!

    penn this must be the place..1.jpg Alors qu'il tourne "This must be the Place"  pour Poalo Sorrentino (Il Divo) à Londres, l'acteur a été vu arborant une perruque noire, de longues boucles d'oreilles, et les lèvres maquillées outrageusement de rouge à lèvres.. Vraiment caricatural, mais heureusement pour les besoins du film où il incarne une rockstar très riche à la recherche du nazi  meutrier de son père. A le voir ainsi, on se dit que le "fantôme" de Robert Smith chanteur du groupe phare des années 80 " The Cure" n'est pas loin.  Peu ou prou ne filtre pour le moment, et au vu des images, ce film pourrait tout aussi bien être une comédie dans le genre "Priscilla" vu le travestissement, qu'un drame. Senn donnera la réplique à Frances McDormand, (Fargo-Burn after Reading-Transformers 3)  laquelle sera son épouse.

    penn 2.jpg
  • "Aviator (?) à Bruxelles....Un Sikorsky débarque.

     hydravion.jpg

    Une réplique du premier hydravion construit par l'avionneur américain Sikorsky S-38, baptisé "Osa's Oark"  et piloté par l'américain Thomas Schrade et l'allemand Bruno Gantenbrink,  sera exposé à Bruxelles le 3 septembre prochain. Ceci en hommage au 80ème anniversaire du premier vol de cet appareil entre les Etats-Unis et l'Allemagne.  Il s'agit d'une réplique  du Sikorsky-38 ayant appartenu aux cinéastes Martin et Osa Johnson, entre 1920 et 1930...Cette même réplique a été utilisée dans le film "Aviator" , le biopic sur Howard Hughes, l'excentrique réalisateur-aéronaute, incarné par DiCaprio...Auparavant, le duo avait utilisé cet appareil pour réaliser des dizaines de documentaires en Afrique. Le passage à Bruxelles coïncide avec le 14ème  jour d'un périple de trois semaines..

    aviator-01_l.jpgLes Sikorsky, parfois appelés "Flying Yachts ou Explorer's Air Yachts" ont été fabriqués en 118 exemplaires, et ils étaient équipés de deux moteurs Pratt & Whitney en étoile de 450 chevaux, et pouvaient transporter six passagers, en plus des deux pilotes..


  • Arts et lettres pour E. Seigner??? A cause de Polansky?

     

    Emmanuelle-Seigner-.jpgEmmanuelle Seigner et Laurent Deutch ont été décorés de l'ordre de Chevalier de l'ordre des Arts et des Lettres...par le Ministère de la Culture française. Géraldine Pailhas et Jean-Pierre Darroussin ont reçu le titre honorifique d'Officier, et enfin Richard Anconina et Jean-Hugues Anglade celui de Commandeur.  Mais qu'ont donc fait ces comédiens dans le domaine  artistique ou littéraire pour mériter ces "décorations"? Simplement leur métier non? Alors franchement, être honoré pour "si peu" Cela me dépasse! Franchement, je trouve que la France va un peu vite en besogne, et dévalorise encore un peu plus ces prestigieuses décorations, qui auparavant récompensaient de vrais artistes avec une carrière aussi longue que Bruxelles New-York. Aujourd'hui à à peine 30 ans, on y a déjà droit. Ces décorations manquent inconstestablement de cohérence, surtout en ce qui concerne la première nommée. L'a-t'elle reçu pour son combat aux côtés de Roman Polansky, son époux.?????

    .

     

  • Piranha 3D, j'ai vu pour vous. Une suite déjà en chantier!

    piranha-banner.jpgHier, avec les lunettes spéciales dans mon sac, je me suis rendue a la vision-presse "Piranha 3D"  d' Alexandre Aja.  Je n'étais pas vraiment à mon affaire. Comme je l'ai déjà mentionné plusieurs fois, les films d'horreur, d'épouvante où le sang coule à flots ne sont pas ma tasse de thé!. Je quitte toujours

    les projections après 30 minutes, incapable de pouvoir soutenir les effusions d'hémoglobine. Pourtant, et j'en suis la première surprise,  les fameuses lunettes sur le nez, je suis restée jusqu'à l'image finale, qui préfigure une suite....La nouvelle vient d'ailleurs d'être annonçée officiellement!  Cependant, Piranha 3D est déjà un sequel d'une franchise commençée en 1978

    piranha_3d.jpgLes Poissons font peur, malgré une réalisation naive et dans une  qualité 3D plus qu'approximative. Certaines scènes pouvaient du reste être regardées sans les binocles  avec juste un peu de relief à l'écran,  sans en perdre le sel.  D'abord filmé en 2D et "remasterisées" plus tard pour le 3D, cette technique m'a empêché...de voir des Piranha me débouler sous le nez, encore moins des cadavres démembrés flotter dans la salle... mais c'était probablement mieux comme ça...sans cela je n'aurais pa vu la fin comme d'habitude!   Piranha 3D est un bon divertissement, et ce qui ne gâte rien, le suspense est rondement mené. De plus, le spectateur à même droit à de magnifiques images de plongées dans les profondeurs des abysses. Rien que cela vaut le déplacement...Et les comédiens aussi du reste.....Pour certains, les séquences de sauvetages représentaient de véritables défis. Avec Piranha 3D, il ne faut pas s'attendre à un grand film, mais le regarder en profitant du spectacle qui est à la hauteur quand il est proposé par un réalisateur de renom...autant dans l'eau que sur les magnifiques yachts sur lesquels les ados se trémoussent. On se croirait dans des "raves" parties MTV, voir des dances parties orchestrées par David Guetta à Ibiza....En faisant une place à    Richard Dreyfuss tout au début du film...."(clin d'oeil Jaws" ), et Christopher Lloyd vu dans "Retour vers le futur" en scientifique fou, le réalisateur nous rappele simplement que Piranha n'est rien d'autre qu'une référence aux films d'actions des années 70/80. Aja propose un savant mélange de gore, d'humour, d'action, de suspense et d'aventure. Pourtant, du gore aquatique, ce n'était pas gagné d'avance...

     Piranha 3D a fait un bon démarrage au Box-Office Us, et les critiques sont pour la plupart excellentes.
     

    piranha3.jpg

    Mini synopsys: Alors que la ville de Lake Victoria s’apprête à recevoir des milliers d’étudiants pour le week-end de Pâques, un tremblement de terre secoue la ville et ouvre, sous le lac, une faille d’où des milliers de piranhas s’échappent. Inconscients du danger qui les guette, tous les étudiants font la fête sur le lac tandis que Julie, la shérif, découvre un premier corps dévoré… La journée va être d’autant plus longue pour elle que Jake, son fils, a délaissé la garde de ses jeunes frères et soeurs pour servir de guide à bord du bâteau des sexy Wild Wild Girls

    pira

    piranha 1.jpg
    piranha

    Avec Elisabeth Shue, Jerry O’Connell, Kelly Brook, Christopher Lloyd et Richard Dreyfuss, Ving Rhimes et Eli Roth en animateur de T-Shirt Mouillé!!!

    pi.jpg

     

  • Charlotte Gainsgourg et Morgan Davis émouvantes dans "The Tree"

    the tree pixAdapté du roman “L'arbre du père” de Julie Pascoe "The Tree" a été projeté au Festival de Cannes en sélection officielle au gala de clôture. Avec Charlotte Gainsbourg, Marton Csokas (l'Âge de raison) et la petite Morgan Davies touchante! Et pour la première fois, un film de clôture à fait l'unanimité. Ou comment conjuger Deuil et nature de superbe façon sans tomber dans le pathos.  Ironie, l'année dernière, Charlotte Gainsbourg avait reçu le Prix d'Interprètation pour "Antichrist" de Lars Von Trier, une histoire avec un arbre....

     

     

     

     Arbre12Synopsis: Dawn, Peter O’Neil et leurs quatre enfants, une petite famille heureuse dans l'arrière-pays australien.  A côté de leur maison un peu bancale, mais où il fait bon vivre quand même, se dresse un  " Moreton Bay Fig tree"  (un figier), arbre majestieux, aux branches tentaculaires, terrain de jeu favori de cette marmaille. Même les racines qui se font un rien envahissantes...jusque chez les voisins, semblent faire continuellement des appels du pied, comme les grenouilles dans les sanitaires, et les chauve-souris "caquentant " la nuit, la tête à l'envers. Plein de petits avatars sans importance, qui font bien rire la petite famille.  La vie s'écoule ainsi entre les grimpettes dans l'arbre et les jeux innoçents des enfants des alentours. Jusqu'au jour où Peter victime d'une rupture d'anévrisme,  s'encastre au pied de l'arbre...Voilà Dawn désormais seule pour faire face et élever ses quatre enfants, tout en essayant de reconstruire sa vie.  Refusant  que sa mère puisse remplacer son papa, Simone se réfugie dans l'arbre désormais, persuadée que le bruissement des feuilles, c'est lui, que les branches qui craquent, c'est encore lui. Un jour, elle initie sa maman à son secret et l'invite à monter avec elle dans l'arbre...Dawn s'immerge un peu dans le petit monde crée par Simone, ce qui va resserrer les liens entre la mère et la fille. Un beau jour, Dawn doit faire appel à Georges (Marton Csokas) un plombier, afin de réparer les dégats faits aux tuyauteries, par ces fameuses racines qui deviennent de plus en plus envahissantes. Les semaines passent, l'arbre comme les sentiments entre George et Dawn, continue à grandir, jusqu'à envahir la maison et mettre à mal les fondations..A partir de ce jour, Simone, de plus en plus isolée dans son  "trip" ne voudra plus descendre de "son" arbreDawn n’a plus le choix : elle doit le faire abattreArbre01

     


    the-tree

     "The Tree" une histoire magnifique, super bien filmée, avec une Charlotte Gainsbourg inspirée et la petite Morgan Davies, émouvante de maturité pour son son jeune âge. Le casting pour ce rôle fut très long et complexe, 200 fillettes en tout furent auditionnées. Car il fallait que la petite fille puisse porter un si grand rôle, chaque jour, pendant 9 semaines. Un garçon manqué, sauvage, pas tro "petite fille modèle", idéalement n'ayant pas les tics d'une jeune actrice déjà rodée....Morgana est étonnante, vraiment mouvante, belle et forte.

    arbre02

    arbre2

    arbre3


    arbre9

     

    Je ne vous dévoilerai pas la suite... juste ajouter que c'est la nature qui se chargera de rappeler toute la communauté à l'ordre.."The Tree", une superbe fable à la limite du fantasque, avec comme personnage central, un arbre majesteux que l'équipe de production voulait énorme, volumineux, et possèdant assez de branches pour qu'il puisse servir d'aire de jeu pour tous les enfants, et une maison typique. La réalisatrice a parcouru des centaines de kilomètres dans l'arrière pays australien et l'arbre finalement trouvé était incroyable. Il répondait parfaitement à tous les critères, mais en plus, il avait un côté accueillant, c'était un arbre qui invitait tous les enafnts à l'escalade. Quelquefois, pouvait y avoir sans problème jusqu'à 20 têtes blondes dedans.(***).. 

     

     

    arbre7

     

    Il suffisait dorénavant d'apporter la maison à côté, en mauvais état, mais juste ce qu'il fallait pour donner le ton au film, qui utilise la force primitive de la Nature comme miroir des sentiments. C’est pourquoi il était capital de tourner en Australie, où la Nature et ses excès parfois hallucinants sont au centre de tout. L’Hémisphère Sud, l’autre côté du monde, présente tellement de différences de culture, de climat, de végétation, d’atmosphère. De plus, le travail de deuil s’apparente à l’exil, il arrache à l’autre, il arrache une partie de nous-mêmes. C’est un voyage que l’on entreprend pour arriver à se détacher de l’autre tout en le gardant à l’intérieur de soi, comme un exilé tente de garder en lui un lien avec ses racines. C’est pourquoi il était si important pour elle d’aller raconter cette histoire loin de chez elle.... Le plus loin possible. A l’autre bout du monde.  "D'après la nouvelle  "Our Father Who Art in the Tree" de Judy Pascoe. A L'origine, le livre était écrit du point de vue unique de l’enfant mais la réalisatrice à tout de suite voulu avoir deux personnages principaux, la mère et la fille, tout en laissant une grande place au reste de la famille, en inventant par exemple le personnage de Lou, le frère, qui entretient aussi un rapport étrange et animiste avec l’arbre. Elle à réussi faire un film qui reste aux frontières du surnaturel tout en restant ancré dans le réalisme et la simplicitéarbre5   .

     

     

    *** En plus des enfants sélectionnés au casting, la réalisatrice a fait tourner ses propres enfants comme figurants....Pourtant, les conditions n'étaient pas idéales...Ils venaient de perdre leur père..pendant l'écriture du scénario....    

  • Cycle John Cassavetes à l'Arenberg.

    écran total.JPGComme chaque année,  et jusqu'au 14 septembre, le Cinéma Arenberg propose ce qu'il y a de meilleur dans le domaine des classiques. un programme allèchant, mais surtout des Cycles très divers. Cette année, c'est le grand John Cassavetes qui est à l'honneur, pour le plus grand plaisir des cinéphiles, car le choix des films proposés  avec ses acteurs fétiches, Gena Rowlands et Ben Gazzara est majestueux!

    untitled.JPGShadows - Faces - A Womand under Influence - The Killing of a Chinese Bookie - Love Stream - Opening Night - Bref, du grand cinéma...

     

    http://www.arenberg.be/fr/4/event/277/

    Le reste du programme avec Tokyo Sonata, quelques classqiues français, Wendy and Lucy, Fantastic Mr Fox, Lola Montes, In The Electric Mist....etc etc.... un clic sur http://www.arenberg.be/fr/4/event/297/

     

  • Michael J. Fox revient!

     

     Michael J. Fox, refait surface. A la retraite depuis 2001, le comédien atteint de la maladie de Parkinson, va faire son come-back (?) dans la série télévisée "The Good Wife"  dans la peau d'un avocat. L'acteur âgé de 49 ans, n'aura qu'à être lui-même, enfin presque, puisque cet avocat, atteint du même syndrome utilisera son état de santé pour discuter de tous ses contrats....Bref, plus vrai que nature. A ses côtés, Julia Marguiles vue dans "Urgences" autre feuilleton devenu culte..Après avoir remisé les scénarï¨cinéma au placard, Fox avait déjà fait des apparitions au petit écran dans "Spin City" Boston Juice" et enfin "Rescue Me" ET la voix de Stuart Little c'était lui aussi. Détail, afin de fêter les 25 ans de "Retour vers le futur" avec Christopher Lloyd (le 1/9 dans Piranha 3D en Belgique) , le film sera à nouveau projeté dans quelques salles américaines..

     

  • Elle s'appelait Sarah...Sublime Kristin Scott Thomas

    Emini_Elle-sappelait-sarah_affichex500.jpglle s'appelait Sarah
    Un film de Gilles Paquet-Brenner.
    Avec Kristin Scott-Thomas, Mélusine Mayance, Niels Arestrup, Frédéric Pierrot .
     

     

    Sortie le 13 octobre 2010. en France, et un peu plus tard ici en Belgique, ou la plus frenchie des comédiennes anglaises est à l'affiche avec "Crime d'Amour"! 

    Synopsis :

    Julia Jarmond, journaliste américaine installée en France depuis 20 ans, enquête sur l'épisode douloureux du Vel d'Hiv.
    En remontant les faits, son chemin croise celui de Sarah, une petite fille qui avait 10 ans en juillet 1942.
    Ce qui n'était que le sujet d'un article devient alors, pour Julia, un enjeu personnel, dévoilant un mystère familial.
    Comment deux destins, à 60 ans de distance, vont ils se mêler pour révéler un secret qui bouleversera à jamais la vie de Julia et de ses proches ?
    La vérité issue du passé a parfois un prix dans le présent...

     

    ELLE S’APPELAIT SARAH est une fiction, mais l'adaptation du  livre  est extrêmement bien documenté et respecte au plus près la réalité des faits. En suivant ces différents destins,le réalisateur espèr avoir fait un film dans lequel tout le monde peut se sentir concerné. Un film qui nous fait visiter l’histoire d’un point de vue accessible et identificateur, mais pas infantilisant ni moralisateur.

     

     

                           elle_sappelait_sarah_photo2.jpg 

     

     

    
    Qu’est-ce qui vous a donné envie de porter à l’écran Elle s’appelait Sarah, le livre de Tatiana de Rosnay ?
    L’idée de ce film est née trois mois avant la sortie d’UV. Je sens que celle-ci va mal se passer et j’ai envie de revenir à un cinéma de fond. Je tombe alors sur le livre de Tatiana de Rosnay. J’ai littéralement dévoré son intrigue captivante qui, en plus d’évoquer la Rafle du Vél’d’Hiv et les camps d’internement du Loiret, l’exprime d’un point de vue contemporain : après la découverte d’un secret de famille, une journaliste américaine installée en France va mieux appréhender l’histoire de son pays d’adoption et voir sa vie bouleversée par quelque chose qui au départ ne la concerne pas. Le récit explore également des zones d’ombre peu traitées, comme l’attitude des témoins de cette époque où les collabos et les résistants étaient à la marge. La majorité regardait ailleurs en essayant de sauver sa peau ; comme la famille Tezac qui, dans l’absolu, n’a rien fait de mal et se sent  néanmoins coupable ; ou encore les Dufaure, qui deviennent des héros presque contre leur gré. On sort des schémas manichéens : on a les faits, mais aussi les conséquences sur les générations futures et on est loin de la simplification à laquelle nous avons été habitués. Cela résonnait également avec ma propre histoire.


    De quelle manière ?
    Je suis d’origine juive et les hommes de ma famille ont disparu à cette période. Mon grandpère, un musicien juif allemand ayant fait sa vie en France, a été dénoncé par des Français et est mort au début de sa déportation. Je lui rends hommage dans le film via le personnage de l’homme au violon qui a cette bague contenant du poison pour décider du moment où il va mourir… Ma mère m’a raconté l’anecdote pour la première fois pendant la préparation du film. Certaines choses sont remontées à la surface. Je n’étais pas là quand mon grand-père a été déporté, mais j’ai vu les conséquences sur ma mère, ses soeurs, ma grand-mère… Je retrouvais ça, dans le livre : les vivants qui doivent apprendre à vivre avec les morts.


    Est-ce que Tatiana de Rosnay vous a facilement cédé les droits de son livre ?
    Avant même de finir ma lecture, je souhaitais en faire un film. Et en me renseignant, j’ai réalisé que Tatiana et Serge Joncour, l’auteur d’UV, se connaissaient et s’appréciaient. Grâce à Serge, Tatiana a donc su que je voulais adapter son roman et nous avons contacté sa maison d’édition. Nous avons été les premiers à faire cette démarche, puisque j’ai eu la chance de lire l’ouvrage assez vite, quelques jours après sa sortie. Le succès aidant, Tatiana a ensuite croulé sous les propositions, américaines notamment, mais elle n’a qu’une parole et nous a maintenu sa confiance.


    Dans l’adaptation que vous avez donc signée avec Serge Joncour, avez-vous modifié beaucoup de choses par rapport au roman ?
    Non, nous sommes restés assez proches, à part pour un élément essentiel. Dans le livre, le petit frère de Sarah allait de lui-même se réfugier dans le placard pendant que sa famille se faisait arrêter. Dans le film, c’est Sarah qui lui demande de le faire, ce qui modifie son personnage et sa culpabilité. L’autre changement majeur a consisté à réparer une frustration de beaucoup de lecteurs qui regrettaient comme moi que, dans le livre, nous n’évoquions plus Sarah après la découverte de son frère. Avec Serge, nous avons donc développé à l’écran le personnage de Sarah adulte. Mais l’adaptation n’a pas été très difficile, tant le livre est remarquablement construit. Les seules vraies difficultés furent de gérer le passage d’une époque à l’autre - de 1942 à nos jours - et de faire tenir le tout en deux heures. Serge m’a d’ailleurs rendu une première version de 250 pages ! (rires) Mais dès les premières lectures du scénario, on a eu des réactions enthousiastes.

    elle_sappelait_sarah_photo3.jpg


    Pourquoi avoir choisi Kristin Scott Thomas pour incarner le rôle de cette journaliste qui, en préparant un article sur la rafle du Vel’ d’Hiv’, va remonter le fil de la vie de Sarah ?

     

    Son profil dans la vie correspond de manière troublante à celui de Julia Jarmond. Cela lui faisait d’ailleurs un peu peur, car elle n’avait jamais joué un personnage aussi proche d’elle. Stéphane Marsil connaissait Kristin pour

    avoir produit ARSENE LUPIN, et IL Y A LONGTEMPS QUE JE T’AIME est sorti pendant qu’on bouclait notre scénario. Or, avec ce film, un vrai lien fort et durable s’est créé entre elle et le public français. Nous lui avons donc envoyé le script, mais comme elle jouait au théâtre à Broadway, sa réponse n’a pas été immédiate. Or l’élection

    présidentielle US approchait et j’ai eu envie de la vivre sur place… J’ai rencontré Kristin le jour de la victoire d’Obama, en allant la chercher à la sortie du théâtre. Là, portée par son envie de raconter cette histoire et sans doute aussi par l’euphorie étrange qui régnait dans la ville, elle m’a dit oui. Son engagement a été décisif. Pour le financement du film, bien sûr, mais surtout pour tout ce qu’elle lui a apporté. Dans ELLE S’APPELAIT SARAH, on la voit telle qu’elle est dans la vie : charismatique, moderne, dans son temps. La sobriété de son jeu et sa classe

    naturelle emportent le film loin de tout piège larmoyant. Comme elle le dit elle-même, elle est ici la conscience du spectateur. Investie, mais avec la pudeur indispensable.

     

    elle_sappelait_sarah_photo6.jpg
    Comment avez-vous choisi le casting autour d’elle ?

    Nous voulions éviter la galerie de stars. On a fait la distribution en recherchant le meilleur acteur ou la meilleure actrice pour chaque rôle et pas forcément des têtes d’affiche. On a donc un mélange de talents confirmés et d’inconnus. Nous avons trouvé des étrangers, d’autres qui parlaient le yiddish. Il fallait que tout sonne vrai, authentique, faire disparaître l’artificialité du cinéma

    .


    Pourquoi avoir fait appel à Niels Arestrup dans le rôle de ce fermier qui recueille la petite Sarah, après son évasion des camps ?

    Niels a ce côté bourru des gens de la terre, le physique aussi. Et sa froideur de surface est un contrepoint intéressant au courage et à la bonté du personnage. Il l’a lu en deux jours, accepté de me rencontrer autour d’un café et m’a dit oui. Niels participe au même titre que Kristin à l’équilibre de l’ensemble. Sa retenue sur un rôle qui aurait pu verser dans la bonne conscience un peu facile est fondamentale. Je pouvais même parfois penser qu’il n’en faisait pas assez sur le plateau. C’est dans ces moments-là qu’on s’aperçoit qu’il faut savoir suivre des gens qui en savent plus que vous. Travailler avec des pointures comme Niels ou Kristin apprend

    l’humilité.

     

    Comment avez-vous choisi Mélusine Mayance pour jouer Sarah, enfant ?


    J’avais une conviction : les enfants s’endurcissent et grandissent plus vite en temps de guerre. Je cherchais, finalement, autant l’adulte en devenir que l’enfant... C’est en voyant RICKY que j’ai eu envie de rencontrer Mélusine. Elle a fait partie des trois petites filles que nous avons sélectionnées. Pour les faire travailler quelques séances en vue d’essais filmés. Le but était de les connaître un peu mieux, essayer d’évaluer leur maturité et voir comment elles réagiraient à la dureté du sujet. En finale, il en restait deux : une plus instinctive et Mélusine, une professionnelle, qui s’est imposée naturellement. C’était son film ! Elle a scotché tout le monde. Elle est précise dans ses intentions, a un sens inné de la caméra, est toujours dans ses marques, sans la moindre hésitation. Comme François Ozon l’a dit : « Mélusine n’est pas une petite fille, c’est une actrice ». Pour un rôle aussi difficile à cet âge, c’est une chance de l’avoir trouvée.

    elle_sappelait_sarah_photo7.jpg

     

    On a aussi la surprise de revoir Aidan Quinn, le partenaire de Brad Pitt dans LEGENDES D’AUTOMNE, dans le rôle du fils de Sarah, que la journaliste incarnée par Kristin Scott Thomas va retrouver au fil de son enquête. Comment êtes-vous allé le dénicher ?
    Tatiana résume parfois son livre ainsi : c’est l’histoire d’un homme qui va enfin découvrir qui était sa mère… Pour ce rôle, je cherchais une idée, une présence, un charisme. La découverte de William à la fin du film est cruciale, car elle donne son sens à la quête de Julia. La recherche a été longue et fastidieuse et même si la présence de Kristin nous a ouvert des portes, les agents américains nous ont poliment ignorés. Parce qu’on n’avait que trois jours pour tourner ces scènes et pas d’argent... Certains comédiens nous ont dit oui, mais à un tarif prohibitif. Et

    puis, un jour, notre directrice de casting américaine m’a annoncé qu’elle attendait la réponse d’Aidan Quinn.  J’étais surpris, mais ne pouvais rêver mieux : un acteur dont les amateurs de cinéma vont reconnaître le visage, mais qui va néanmoins disparaître derrière son personnage. En plus, Aidan est un être humain magnifique et un comédien très généreux, un peu dingue, immergé à fond dans son rôle et extrêmement puissant.

     

    Quels ont été vos partis pris de mise en scène pour y parvenir ?


    Au départ, je me suis surtout posé des questions sur : comment différencier les deux époques ? Comment réussir à trouver et garder cette pudeur indispensable au sujet ? Où se situe la limite entre la sobriété et le manque de créativité ? Je voulais aussi exprimer à l’image la différence des mondes dans lesquels Sarah et Julia évoluent : le chaos de l’occupation face à un certain confort bourgeois. J’ai alors choisi de filmer toute la période 1942 avec une caméra à l’épaule et des focales courtes pour être toujours dans le point de vue des personnages et au contact de l’action ; le tout entrecoupé de tableaux plus graphiques pour donner un peu d’air, comme ceux de la scène de l’évasion de Beaune-La-Rolande… Et, pour la partie contemporaine, j’ai opté pour une mise en scène très classique avec une économie de plans ; pour que chaque gros plan et chaque mouvement aient un sens. Mon but était que les spectateurs puissent suivre l’histoire, sans que ma mise en scène ne les en détourne un seul instant, même si elle existe. Privilégier le récit avant tout

    .

     

    Dans ce film, vous vous confrontez directement à la représentation du Vél’d’Hiv. Comment l’avez-vous abordée ?

     

    J’ai rencontré des survivants et tous m’ont parlé de la chaleur étouffante, de sons, d’odeurs, du fourmillement permanent… Plutôt que jouer la représentation pure et simple, leurs témoignages m’ont conforté dans l’idée d’aller vers un côté immersif, de rendre ces sensations de manière presque impressionniste. Ensuite, je vois pour la première fois MONSIEUR KLEIN. Et je m’aperçois que Losey l’a tourné au vélodrome Jacques Anquetil de Vincennes. Or celui-ci a gardé sa structure Eiffel, comme le Vél’d’Hiv. C’était donc un lieu envisageable

    pour nous, et ce d’autant plus lorsque les responsables des effets spéciaux m’ont expliqué qu’il était possible de fermer, à l’écran, ce vélodrome à ciel ouvert. Nous avons donc tourné là et Mac Guff a fait un boulot extraordinaire. Au final, il n’y a que quatre plans truqués dans la séquence. Pour le reste, j’ai travaillé le découpage pour donner

    une impression de nombre, sans avoir en permanence 500 figurants dans le cadre. Je voulais que le spectateur ait la sensation du grand espace du Vél’d’Hiv, mais sans être démonstratif, car je me méfiais de la 3D, qui permet tout, mais au détriment parfois de la sensation de réalisme. J’ai aussi banni tout plan d’ensemble du lieu car, dans ce cas, le point de vue sur la situation aurait été extérieur, soit à l’inverse de ma volonté d’immersion. Tous les plans du Vél’d’Hiv sont vus à travers le regard de Sarah.


    Y a-t-il une scène que vous redoutiez plus qu’une autre de tourner ?

    Celle de la séparation des enfants et de leurs mères. Et ce encore plus, quand je

    me suis retrouvé à la tourner avec An

    nette Müller à mes côtés…

    elle_sappelait_sarah_photo5.jpg

    C’est vous qui aviez souhaité sa présence ?


    Non, c’est elle. Elle est venue avec son frère, Michel, qui était déjà là avec elle en 1942. Et comment avez-vous alors vécu le tournage de cette scène impressionnante ? J’étais dans ma bulle, je ne voulais pas être influencé par l’émotion du plateau pour ne pas devenir complaisant. J’ai commencé par mettre la caméra à distance, en retrait pour voir comment les figurants se déplaceraient. Or ils ont été exceptionnels. Ce qu’ils ont donné n’a pas de prix. Certains se sont même évanouis… Je me suis peu à peu rapproché du coeur de l’action. Pendant une demi-journée, je ne suis pas parvenu à capter l’essence de ce que je voyais - la sauvagerie insupportable - et mon inquiétude grandissait. J’ai alors demandé au cadreur de se mettre au milieu des gens au 14mm, quitte à ce qu’ils le cognent, le bousculent. Il s’est fait mal, mais en cinq prises, il a obtenu le chaos qu’on peut découvrir à l’écran.


    Avec ELLE S’APPELAIT SARAH, vous êtes le premier à avoir filmé dans le Mémorial de la Shoah.
    Oui, ce Mémorial n’avait jamais été filmé dans le cadre d’une fiction. Et la scène où le personnage de Kristin s’y rend est ‘‘casse-gueule’’, car on peut vite basculer vers la politique. L’homme qu’elle rencontre là-bas lui résume ainsi sa mission : « échapper aux chiffres et aux statistiques pour redonner un visage et une réalité à chacun de ces destins. » Ces mots définissent mon but profond avec le film. Jusque-là, les films sur l’Holocauste sont restés - de façon certes indispensable - sur l’Histoire avec un H majuscule. Moi, je ne me sentais pas à l’aise là-dedans. Ça a été fait de nombreuses fois et à mes yeux, LA LISTE DE SCHINDLER est indépassable. Je me suis alors demandé quelle petite pierre je pourrais apporter à cet édifice. Et la chose qui m’est apparue était d’essayer de faire ressentir aux gens cette tragédie, sortir des grands discours pour lui redonner un aspect concret et palpable, à hauteur d’homme, faire que les spectateurs se sentent au contact des événements, indépendamment de leurs opinions ou leur origine. Le personnage de Kristin est Américain et non juif. L’histoire de Sarah et de la Shoah n’est donc pas son histoire, mais elle va être touchée indirectement. Cela pourrait arriver à n’importe qui.

       

    Dosssier Avec l'aimable autorisation de Ugc Distribution Pro. (merci)

  • cloverfield2....??

    cloverfield.jpgAvant même d'en avoir écrit la moindre ligne du scénario, J.J. Abrams avait su attiser la curiosité des cinéphiles, avec une campagne de pub hors normes pour sa production "Cloverfield"  réalisé par Matt Reeves. Juste un trailer mystérieux où l'on voyait la tête de la Statue de la Liberté atterir dans une avenue New Yorkaise et des personnages apeurés courir dans tous les sens en criant "Oh My God"...... Un modus-operandi qui avait fait mouche pour un film proposé en steady-Cam. Ensuite, très peu de news pendant des semaines, juste quelques pincées à gauche et à droite, et le film à fait un carton au box-office avec 170 m de $ en 2008.   Rebelote. .. Quelques Us geeks ont eu la chance de visionner un trailer exclusif pour une prochaine production en Super 8 du même Abrams,  où rien n'a encore été tourné jusqu'à présent. Nul ne sait s'il s'agit d'un sequel, ou d'un prequel, voir d'une toute autre production

    Reeves: "les circonstances étaient exceptionnelles, nous avions un film, pas de scénario, pas d'histoire, et déjà un trailer....Sous cet angle et  dans cet ordre, il était normal que le public soit devenu excité à l'idée de découvrir quelque chose de très spécial..Et à voir comment les spéculations ont été bon train, nous savions Abrams et moi que nous étions sur la bonne voie. Jusqu'au dernier moment, les cinéphiles se sont fait un film....et rien ne fut comme prévu!" Ala question de savoir si..... Reeves n'a pas caché au reporter venu le questionner que " collaborer avec Abrams sur ce projet exceptionnel et "unique" lui a procuréun immense plaisir, vu qu'ils se connaissent depuis l'enfance, et.....je verrai d'un bon oeil la réalisation commune d'un sequel"...Mais Abrams sera-t'il d'accord?"  http://www.cloverfieldmovie.com/

    Vous l'aurez deviné, aux States, on ne parle que de cela, même si ce ne sont encore que des rumeurs que  j'aime moi aussi colporter ici.. il n'y a pas de fumée sans feu non?

    Surtout qu' un immense casting a été organisé l'année dernière, en vue de dénicher quelques ados de 13/15 ans pour un film qui devrait (?) s'intituler Super8.  Cependant, aujourd'hui, un vent favorable a envoyé "Darling" comme dernière infos., lequel film serait un remake de "Little darlings" Même que les habitants de Weirton Eight (West Virginia) on reçu un courier leur annonçant le tournage dès septembre prochain, dans la rue principale de la cité!!! Alors quoi?  Cloverfield, Super8 ou Darling....Info ou Intox? En attendant, j'ai déniché une bande-annonce intrigeante une fois de plus.....Steven Spielberg et J.J. Abrams..next summer...

     

  • Prix Lux du parlement bientôt...

      3 films MEDIA finalistes du Prix Lux

    Les 3 longs métrages européens retenus pour la compétition du Prix Lux du Parlement Européen viennent d’être dévoilés. Il s’agit de 3 films soutenus par le programme MEDIA :

    - Akadimia Platonos (Plato’s Academy) de Filippos Tsitos (Grèce, Allemagne) qui a reçu 20 000 euros en soutien au développement,

    - Die Fremde (When we leave) de Aladag Feo (Allemagne), « labellisé » par Europa Cinémas à Berlin et qui a reçu plusieurs réinvestissements MEDIA au titre du soutien automatique à la distribution,

    - Illégal de Olivier Masset Depasse (Belgique), dont le producteur a obtenu un soutien au développement (25 000 euros) et i2i (50 000 euros) et dans lequel l’agent de vente français Films Distribution a réinvesti 10 000 euros.

     

    Pour mémoire, le lauréat du Prix LUX bénéficiera du soutien du Parlement européen pour financer : le sous-titrage dans les 23 langues officielles de l’UE, l’adaptation de la version originale pour les malvoyants ou les malentendants et la production, par Etat membre, d'une copie 35 mm ou un soutien pour la sortie ultérieure en DVD.

      

    Le vainqueur sera désigné le 24 novembre 2010 à Strasbourg.

     

    http://www.lux-prize.eu/

     

  • Deux films belges au Tiff (Toronto Int Film festival)

     

    22 Mai.jpgLe Tifff Toronto International Film Festival) qui soutient les "meilleurs films issus de chaque coins du monde",  se profile tout doucement à l'horizon. Dès le 9 septembre et ce jusqu'au 19,  la Belgique sera représentée avec deux réalisations. La première "22 mai" du belge Koen Mortier, proposée dans la catégorie Contemporary World Cinema", soutenu par le Fonds audivisuel flamand "VAF". Pour Mortier, c'est le deuxième long-mètrage aprrès "Ex-Drummer"  film que perso je n'avais pas vraiment aimé. mais alors pas du tout!  Ensuite, et non des moindres, "Sammy's Adventures" de Ben Stassen  (Fly me to the moon) en 3D est également programmé dans "Visions du Festival.

    Synopsis: Une heure dans la vie de Sam, tel est le sujet du film. Sam est un homme quelconque, qui a dépassé la quarantaine et n’attend plus grand-chose de la vie. Il est divorcé et travaille comme agent de sécurité dans un centre commercial. Un emploi dominé par l’ennui et qui consiste à attendre que le temps passe en faisant les cent pas dans le centre commercial. Sa carrure et son uniforme impressionnent suffisamment pour lui éviter d’être confronté à de gros problèmes.

    2Un matin, il se réveille, se lave à la va-vite, s’habille, se prépare rapidement un casse-croûte à emporter et prend un bus pour aller travailler. C’est un jour tranquille, en pleine semaine, les gens entrent et sortent du centre commercial. À un certain moment, un jeune homme parfaitement ordinaire passe devant Sam avec un sac à dos. Sam le suit un instant des yeux, sans vraiment faire attention ni soupçonner quoi que ce soit. Et soudain, l’explosion...

    . Sortie nationale le  17 septembre.

  • Claude Lelouche en Belgique!!

    bmd10-b.jpgCommuniqué de presse

     



    Après le franc succès du Festival de Bruxelles, il est grand temps de vous informer de la 4e édition des Brussels Movie Days qui, bien implantés à Wolubilis, fixent un rendez-vous désormais incontournable à tous les cinéphages en mal d’avant-premières. C’est vrai cette année encore avec, du 8 au 12 septembre prochains, quelque 10 avant-premières très intressantes!!!!!

    Le 8 septembre, une journée pas comme les autres…
    17h : leçon de cinéma en présence de Claude Lelouch, animée par Olivier Lecomte, journaliste et formateur.
    Infos aux lecteurs : la leçon de cinéma est gratuite – inscription via infos.bmd@gmail.com ou 02/762 08 98

    20h30 : projection en avant-première européenne de Ces amours-là, le nouveau film de Claude Lelouch en sa présence. Dans cette fresque flamboyante, Lelouch pose une question volontiers taquine: si ce n’était pas Dieu qui avait créé la femme mais chaque homme qu’elle avait aimé ? À méditer.

    Une 4e édition riche en avant-premières

    Tamara Drewe. Le nouveau Stephen Frears confirme, après Les Liaisons dangereuses, Chéri et The Queen qu’il aime toujours autant les dames ! Sa nouvelle héroïne? Une bombe à la beauté pyromane. Présentée dernièrement à Cannes, cette comédie drôle, frivole, sexy et délicieusement vacharde, impose un magnifique traité des passions humaines. (voir
    http://mich-silence-on-tourne.skynetblogs.be/archive/2010/07/24/tamara-drew-vu-pour-vous.html
         pour le dossier complèt)
    Four Lions de Christopher Morris. Quatre terroristes islamistes préparent un attentat. Mais ces kamikazes-là ressemblent davantage à des abrutis qu’à des guerriers- martyrs ! Réaliser un film sur un sujet qui ne prête généralement pas à rire, c’est le pari relevé par le Britannique Chris Morris qui ose un ton iconoclaste. Une comédie au vitriol 100% jubilatoire.
    Benda Bilili de Renaud Barret, Florent de la Tullaye. Magnifique leçon d’optimisme que ce remarquable documentaire sur les Benda Bilili ! Originaire de Kinshasa, cet orchestre compose de jolis morceaux de rumba-blues enracinés dans leur quotidien... de paraplégiques.
    i amlove.jpgIo Sono l’amore -  I am Love! de Luca Guadagnino. Une pertinente étude des moeurs de la grande bourgeoise italienne nourrit un drame baroque qui n’est pas sans rappeler les grands classiques de Visconti. Tilda Swinton, fabuleuse, y joue les Emma… Bovary et laisse s’exprimer avec ferveur, des passions trop longtemps réprimées (voir http://mich-silence-on-tourne.skynetblogs.be/archive/2010/06/30/io-sono-l-amore-et-the-tree-deux-superbes-films.html pour le dossier complèt sur ce film. )
    Moi, moche et méchant.  Le film d’animation des congés de la Toussaint, mais nous on l’a avant pour le plus grand bonheur des petits et grands.
    ET...........
    ws.jpgWall Street : l'argent ne dort jamais de Oliver Stone avec Michael Douglas
    (voir...http://mich-silence-on-tourne.skynetblogs.be/archive/2010/02/20/wall-street-money-never-sleeps-un-trailer-plus-complet.html   - dossier complèt)

    Et aussi…
    Des séances en plein air gratuites, dont
    Thelma, Louise et Chantal et I Love You Phillip Morris.   voir http://mich-silence-on-tourne.skynetblogs.be/archive/2009/01/07/quand-thelma-et-louise-rencontrent-chantal.html   et http://mich-silence-on-tourne.skynetblogs.be/archive/2010/01/11/i-love-you-philip-morris.html
    Une journée spéciale enfants, le samedi 11 septembre : avec petit dej’ dès 9h, film à 11h, atelier dès 14h30…
    Un spectacle et atelier de clown : le dimanche 12 septembre
    Une séance senior
    Un atelier de scénario
    Bref, il y en aura pour tous les goûts...surtout en ce qui concerne Tamara Drew, Tilda Swinton, et Michael Douglas. Vraiment cette année Wolubilis fait fort!

    Infos
    Brussels Movie Days
    Du 8 au 12 septembre 2010


    Avenue Paul Hymanslaan 251 - 1200 Bruxelles/Brussel
    Metro Roodebeek - Parkings gratuits (station Roodebeek)

    Tél. : 02/762 08 98  -
    www.brusselsmoviedays.be

    Tarifs : 7€ et 25€ le PASS valable pour 5 films