LA CINEMATEK A L'HEURE DU R'N'R....et des films musicaux. Gravos!

bbb.pngAlors que la Cinématek royale lutte pour poursuivre ses activités, avec des subsides en baisse et des besoins en hausse comprenant notamment le défi de la numérisation, saluons bien bas la programmation, en novembre et décembre 2011, de nombreux films de notre planète rock.

 Bye Bye Birdie notamment, de George Sidney, est très rarement visible: une satire d'Elvis pour lequel Presley a été pressenti, mais le colonel Parker a rejeté cette idée. Elvis ne peut apparaître dans un film parodique. C'est aussi son histoire qui a inspiré le film Sing Boy Sing, avec son rôle tenu par Tommy Sands. Dans Bye Bye Birdie, on trouve un certain Jesse Pearson, mais aussi Bobby Rydell, et Ann-Margret qui enregistre sur RCA comme le King. (séance 17H le 8/11)

 Ironie de l'histoire: en 1964, Sidney tourne Viva Las Vegas , avec le vrai Elvis, et sa pétulante partenaire Ann-Margret ! Rock, Rock, Rock (le 19 novembre) nous permet de voir celui qui a tant fait pour la cause du rhythm and blues devenu rock and roll sous son règne radiophonique (et même télévisuel) à Cleveland puis à New York: l'immense Alan Freed !

 

Le programme est super allèchant. En tout cas, pour tous les "jeunes" de mon époque, ceux qui ont connu les années 1955-1965....lors de l'apogée du R'n'R avec Jailhouse Rock , Rock Around The Clock, et Rock Rock Rock, et ensuite l'arrivée des opéras-rocks, tels Tommy, The Wall, The Phantom of the Opera,  Evita,  Quadraphonia, Hedwich and the Angry Inches le fabuleux film de James Cameron (l'autre) Mitchell et les comédies musicales comme The Blues Brothers,  Gentlemen Prefer Blondes etc etc...

 

LE ROCK

 

Rock_around_Clock.jpgEnfin j'attire l'attention de tous sur la séance avec le nom générique «Rock'n'Roll»: quatre courts métrages liés à la musique rock, la pure, la vraie (et non le terme galvaudé de nos jours pour définir la musique actuelle, et qui n'est qu'un foutoir de toute la musique actuelle n.d.l.r-MichCiné) , dont celui de Karel Reisz Momma Don't Allow (un de ceux qui constituent la naissance du Free Cinema dont il fut un des fers de lance), et celui de François Reichenbach À La Mémoire Du Rock, avec quelques images saisissantes d'un Vince Taylor sur scène, au sommet de sa trop courte gloire. Ainsi que Johnny et les Chaussettes noires, captés par le cinéaste en 1961 au palais des Sports de Paris, alors que l'on parle de plus en plus de rock and roll chez nos amis français, et jamais de yé-yé, puisque ce terme n'existe pas encore ! Le talent de Reichenbach les magnifie, et met en valeur l'excitation voire la fascination scénique que ces hérauts d'une fureur de vivre juvénile, ou dangereuse et sauvage (surtout pour Vince) ont pu déclencher. Beaucoup d'internautes qui lisent ceci comprendront Sources Christian Nauwelaerts, un clic sur http://www.memoire60-70.be/CinemaCoupDeCoeur/Rock_a_la_cinematheque.htm!

Attention il est recommandé d'acheter ses places à l'avance si possible, le nombre de sièges étant assez restreint ! Tél.02 551 19 19 Rue Baron Horta 9 (à deux pas de la gare Centrale). Seulement 3 euros la séance !

Christian Nauwelaers

Programmation complète et le reste hors musique, un clic sur:

http://www.cinematek.be/?node=9&description=Calendrier

Les commentaires sont fermés.