24 mai 2012

On The Road vu pour vous! Dossier super complèt!

 

on the road cast Cannes.jpg

Mini-synopsis:

Après la mort de son père, Sal Paradise (Sam Riley), un aspirant écrivain de New York, rencontre Dean Moriarty (Garrett Hedlund), un sauvage et charismatique ex-taulard. marié à Marylou, une séductrice assez libérée..Les deux compères se sentent directement de nombreuses affinités, et on peut même dire que le courant passe bien. Déterminé à éviter les écueils d'une vie étriquée et étroite Sal et Dean prennent la route en compagnie de Marylou et ensemble s'en vont vers une Odyssée qui va complètement changer leur vie...tant émotionnelle que physique. Assoiffés de liberté, ils découvrent le monde, l'extase de l'expérience, la connexité de l'humanité et, finalement, eux-mêmes. Avec Kristen Stewart (Twilight -Into The Wild Snow White), Sam Riley (Control) Kirsten Dunst, Amy Adams (The Muppets), Garrett Hedlund (Tron Legacy) Viggo Mortensen,(Apaloosa) Tom Sturridge, Alice Braga (Predators), Elizabeth Moss (Mad Men) Danny Morgan et Marie-Ginette Guay.

 

ontr.jpg

otr a.jpg

otr12.jpg

On the Road d'après l'auto-biographie de Jack Kerouac propose une incursion dans le monde pré Beat Generation . On y suit une fille et deux gars, souvent le contraire, parfois un mec de passage (caméo de Steve Buscemi) ....à la poursuite d'une autre vie sur fond de drogues, d'alcool, de parties de jambes en l'air , afin d'échapper à l'American Dream, utopie parmi les utopies. Avec Marcel Proust sur le dashboard! Il y a des moments de pur plaisir, comme si le réalisateur avait lui-même pris le volant de la superbe Hudson, mais d'autres ou, franchement on s'ennuie un peu. D'où un film qui aurait pu être écourté d'une bonne vingtaine de minutes. Mais soyons francs. Le roman, tapuscrit sur un rouleau de 36,50 mètres, sans chapitres, sans ponctuation est impossible à mettre en bobine. Raison pour laquelle, Francis Ford Copolla qui avait acheté les droits en 1968, et d'autres ont mis tant d'années à sortir ce road-movie des "starting blocks"  Même Jean-Luc Godard et et Gust Van Sant fûrent approchés. Walter Salles qui a déjà tourné deux road-movies -Carnets de Voyage (Che Guevarra) et Central de Bresil sait de quoi il retourne en relevant le défi! Il veut dit-il " permettre aux spectateurs de revenir au lvre original , et qu'ils puissent construire leurs propres visions de "Sur la Route"  Le réalisateur Brésilien à mis 8 ans pour peaufiner son biopic, et parvenir à retranscrire la "prose libre" qui couvre 60.000 miles pour le grand écran! Il faut aussi savoir que, Kerouac lui-même fût tenté de faire le film, lorsqu'il écrivit une missive à Marlon Brando (ci-contre), l'implorant d'acheter son livre et de bien vouloir incarner le légendaire Neal Cassady.SAM_0303.JPG

SAM_0308.JPGLe rouleau en question, à l’écriture rythmée et foisonnante, comportant un seul paragraphe de 370 pages, sans marge et sans chapitres, fait l'objet d'une superbe exposition à Paris (°°) où il est subtilement mis en valeur dans une vitrine de dix mètres, spécialement conçue pour, qui s'étend telle une longue route américaine autour de laquelle défilent des paysages : paysage de la vie de Kerouac, paysage de son amour pour la littérature, paysage de ses rencontres, paysage de la réalisation du film. Entre le 2 et 22 avril 1951, Jack Kerouac retape ses notes 125 000 mots sur un support papier de 36,50 mètres de long. Il a 29 ans. On peut y découvrir un homme qui avance, en quête de liberté, explore tous les sens et se fraye un chemin aboutissant à la rédaction de ce monument de la littérature américaine. Une soudaine fi èvre scripturale qui  l’entraîne à écrire  en prose spontanée, empruntée aux techniques du Surréalisme inspirée par son compagnon de voyage Neal Cassady.  « Je vais me trouver un rouleau de papier pour couvrir les étagères, je vais le glisser dans la machine, et je vais taper à toute vitesse, à toute berzingue, et au diable les structures bidons, après on verra »…Je l’ai déroulé sur le plancher et il ressemble à la route. » « j’ai écrit ce livre sous l’emprise du café… 6 000 mots par jour, 12 000 le premier jour et 15 000 le dernier… »
SAM_0307.JPGIl préparait sa route depuis 1947, au moyen de dizaines de carnets et de notes manuscrites. De jeune romancier, Jack Kerouac va devenir l’écrivain le plus expérimenté, le plus doué de sa génération, qui le propulsera au sommet de la littérature américaine, avec la « littérature de l’instant ».
Après plusieurs refus d’éditeurs et de sérieuses modifi cations, le tapuscrit sera finalement publié par les éditions Viking en 1957, et trois ans après en France par la maison Gallimard. C’est cette version plus courte et expurgée de ses passages les plus sulfureux que le public connaîtra jusqu’à ces toutes dernières années.

Extrait : " Côte à côte, ils s'élançaient dans les rues, savourant toute chose dans le style qui était alors celui de leur première amitié et qui, plus tard, devint tellement plus désolé, objectif, morne. Mais alors ils s'en allaient, dansant dans les rues comme des clochedingues, et je traînais derrière eux comme je l'ai fait toute ma vie derrière les gens qui m'intéressent, parce que les seules gens qui existent pour moi sont les déments, ceux qui ont la démence de vivre, la démence de discourir, la démence d'être sauvés, qui veulent jouir de tout dans un seul instant, ceux qui ne savent pas bâiller ni sortir un lieu commun mais qui brûlent, qui brûlent, pareils aux fabuleux feux jaunes des chandelles romaines explosant comme des poêles à frire à travers les étoiles et, au milieu, on voit éclater le bleu du pétard central et chacun fait: "Aaaah!" Quel nom donnait-on à cette jeunesse-là dans l'Allemagne de Goethe?"

Jack Kerouac, Sur la route, Folio, 1976, p. 21.

INTERESSANT !!!: http://www.mk2.com/evenements/festival-cannes-paris-au-mk...

otr21.jpg

Cependant, même si tiraillée entre deux sensations, l'une bof pas mal, l'autre j'ai aimé, force est de reconnaître que même si les paysages traversés sont magnifiques, la route reste ouverte au clap final! On reste sur sa faim, ce film n'étant finalement rien de plus qu'une voie sans issue, où les pneus crevès prennent le pas sur les "tours-minutes" (métaphore) Je salue cependant l'énorme travail des comédiens, surtout Garett Heddlund qui crève littéralement l'écran, et Kristen Stewart qui prouve ici qu'elle est mûre pour enfin sortir du carcan Twilight. Je l'avais déjà remarquée dans un autre road-movie "Into The Wild" de Sean Penn, où son talent explosait. Pour le reste, autre bémol, j'ai eu du mal avec la manière dont les femmes sont traîtées. A la limite et pour conclure cette chronique, j'ajoute que ce film est un "rien" misogyne. Mais cela n'engage que moi! 

otr16.jpg

SAM_0305.JPGLorsque Kerouac couchât ses premières notes sur papier, ou sur tout ce qui lui tombait sous la main, y compris, dans des moments de profond désarroi, sur des bouts de journaux trouvés dans des poubelles, il dut changer les noms pour des raisons légales. Décrire ses propres errances eut-été un suicide dans cette amérique encore cahotante et pudibonde. Ainsi Luanne Henderson dans la réalité devient Marylou (Stewart) dans le roman,  Carolyn Cassidy est Camille (Kirsten Dunst) Neil Cassidy est Dean Moriarty (Garrett Hedlund) Jack Kerouac prend les traîts de Sal Paradise (Sam Riley) William Burroughs -Old Bull Lee (Viggo Mortensen) ensuite Al Hinkel est Ed Dunkel (le nouveau venu Danny Morgan) et enfin la Mexicaine Bea Franco est Terry ( Alica Braga).

Détails: Salles a organisé un boot camp d'un mois pour toute la production à Montreal en 2010, afin de les familiariser à l'ambiance très particulière du courant Beat. . Et la Hudson qui fait l'objet d'un véritable culte aux States est  le fil conducteur . Elle a été choisie parce qu'elle devait-être assez grande et large, afin que  les nombreux personnages puissent y prendre place lors des différents allers et retours effectués par la bande à Kerouak...sans oublier de mentionner que l'espace de la belle américaine a donné lieu à une scène cocasse, celle ou Marylou  nue entre Sal et Dean, également en tenue d'Adam, leur procure un plaisir simultané, alors que pied au plancher, le paysage défile à toute vitesse...Cette bagnole a pour les besoins du tournage, parcouru 7000 kilomètres non-stop, à tel point que des fanas de cette belle carosserie s'arrêtaient en la voyant passer où discutaient chrômes et enjoliveurs avec la prod!  Lors  de certaines séquences, plusieurs mécaniciens hauts en couleurs ont donné de précieux conseils...Kristen Stewart a été contactée bien avant le début de la saga Twilight.

 

http://www.lemonde.fr/cinema/infographe/2012/05/18/le-tou...

°° MUsée des Lettres et des Manuscrits

222 bld Saint-Germain 75007 Paris Jusqu'au 19 août 2012.

 otr hors série.jpgSAM_0301.JPG

 Sources Hors-série "Sur la Route" Editeur Trois Couleurs" reçu de la Maison de Production MK2  et  grâce auquel j'ai pu commètre cette chronique....et .que je remercie chaleureusement. Un ouvrage magnifique, avec de nombreuses photos d'archives et tout le périple décrypté miles par miles. La vie et le parcours superbement mis en images...jusque dans les recoins de la salle 320 Berg Collection à la New York Public Library qui détient des centaines et des centaines de documents. Sans oublier un large chapitre de la Beat generation de l'après Kerouac! Un trésor que ce hors-série...

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.