12 novembre 2012

Hôtel Noir le retour du film noir

hnoir2.jpgLe film noir a connu son heure de gloire dans les années 30/40 jusqu'à fin 50, avant de sombrer un peu dans l'anonymat, suite à l'avènement du technicolor et des films à grands spectacles. Pourtant ce genre à vu défiler ce qu'il y avait de meilleurs. D' immenses stars qui avaient pour nom  Barbara Stanwick, Robert Mitchum, Bogey, James Cagney et plein d'autres, tournant pour des réalisateurs exceptionnels qui s'appelaient Robert Aldrich, Orson Welles et un certain Robert Siodmak....que personnellement j'aime beaucoup, et d'excellents chefs-opérateurs se jouant avec une facilité dérisoire des éclairages et des contre-jours ...Ce type de films est devenu au fil du temps, l'un des mouvements les plus influents de l'histoire du cinéma, même si certains pros y allèrent de critiques assassines en qualifiants ces films là de "meurtriers" par la proliférations de criminels et d'assassins qui les peuplaient!!!! Bien souvent même, ces films pourtant produits par de grands studios tels que Twentieh Century Fox, MGM, Warner et Paramount étaient relègués vers les films B..afin d'avoir un catalogue étoffé sans plus! Noyés sous l'opprobe hollywoodienne, certains films sont néanmoins devenus des flms-cultes, et d'autres tels "Assurance sur la Mort - et Le Faucon Maltais.....nominés aux Oscars....

hn ma.jpgDepuis peu on assiste a un regain pour le genre qui avait déjà vu le film Black Dahlia se mettre au noir et blanc, et dernièrement "The Artist" ....même si ce n'est pas tout à fait le même style. Et aujourd'hui, le réalisateur Sebastian Gutierrez propose "Hôtel Noir" dont le casting à tiroirs donne envie....Malin Akerman (Rock of Ages) Kevin Connolly, Rosario Dawson, Roert Forster, Carla Gugino, Danny DeVito, Mandy Moore, Rufus Sewell. Cependant, cela ne donne pas nécessairement un bon film, et les Us Critics ne sont pas tendre avec le réalisateur qu'ils cataloguent de débutant, qui s'imagine que quelques tirs, quelques vamps, une musique rétro et le noir et blanc suffisent à récréer l'athmosphère lourde et pesante de ces films là! Je n'en dis pas plus n'ayant pu vu le film,  mais le seul non de Malin Akerman  a seulement éveillé ma curiosité pour que je m'attarde sur le dossier!

 

Les commentaires sont fermés.