22 février 2013

Les notes d'Argo rendues publiques..

lord of light.jpg

Le dernier opus de Ben Affleck est super favoris aux Oscars® qui se dérouleront dans 48hrs...Tous les médias réunis le pace en tête de leurs votes..  Ceux qui ont vu Argo, le thriller de Ben Affleck, retraçant l'histoire des otages américains libérés en Iran savent que des esquisses d'un faux storyboard d'un film d'action avaient été présentées aux autorités Iraniennes, en vue de mettre sur pied une incroyable opération de sauvetage. Ces dessins représentaient une histoire complètement fictionnelle sur le tournage d'un film en iran et produit par une société de production bidon...
Aujourd'hui, la presse publie ces fameuses planches que l'on doit à Jack Kiry déjà auteur de X-Men à qui Barry Ira Geller un aspirant producteur de l'époque avait demandé d'illustrer un livre dont il avait acheté les droits. Ce livre "Lord of Light" de Roger Zelazny  raconte une histoire futuriste sur une planète éloignée....Cette adaptation fut à la base de "ARGO" Le film retrace très bien la génèse du film en reprenant presque à la scène près, les idées mises en place dans l'adaptation de Geller.

original Argo.jpg

Au final, l'opération, quoique très risquée, car le pays était sous le joug de révolutionnaires très près de la gachette, fut une totale réussite. Tous les dignitaires, les terroristes et les révolutionnaires tombèrent dans le panneau, et la "société de Production"  pu obtenir tous les visas nécéssaires pour commencer le tournage..Même plus tard, le grand Spielberg a proposé un scènario à cette société bidon, c'est dire à quel point, toute la mission avait parfaitement été mise sur pied!!!!!! Détail....Geller n'apprit qu'en 2001 que son script avait été utilisé pour la libération des otages iraniens....et, c'est normal, quand on sait que cette opération de foutage de G....si bien huilée se devait de rester secret afin d'aviter des représailles..

original Argo 1.jpg

Le 4 Novembre 1979, au summum de la révolution iranienne, des militants envahissent l'ambassade américaine de Téhéran, et prennent 52 Américains en otage. Mais au milieu du chaos, six américains réussissent à s'échapper et à se réfugier au domicile de l'ambassadeur canadien. Sachant qu'ils seront inévitablement découverts et tués, un spécialiste de l'exfiltration de la CIA du nom de Tony Mendez (Ben Affleck) monte un plan risqué visant à les faire sortir du pays. Un plan si incroyable, aussi brilant qu'extravageant, qu'il ne pourrait exister qu'au cinéma. Tellement irréel que c'est justement le cinéma qui servira de base au plan machiavélique, un "film" au scénario improbable, et qui relève de la plus haute incertitude quant à son résultat final..Pourtant, ce script digne des plus purs thrillers révèlera finalement un beau coup dans le derrière donné aux services de renseignements iranien, ainsi qu'aux "purgeurs" liés au régime mis en place par Khommeny. Très nerveux de la gachette et aimant les exécutions sommaires et les pendaisons dans les lieux publics. Là, ils ne verront rien venir! En 1980 le fictif Studio Six productions - subtile allusion aux 6 otages- et créé de toutes pièces pour l'opération, annonce fièrement un nouveau projet du film réunissant les ingrédients d'une super production de science-fiction, au programme: des navettes spatiales, des extra-terrestres, des scènes d'actions et d'aventures, le tout se déroulant sur une lointaine planète désertique. Présenté comme "une explosion cosmique", ce projet gigantesque ne verra vous vous en doutez jamais le jour, mais sera utilisé par Mendez aidé par son meilleur ami, le maquilleur ciné John Chambers. Ce dernier sait se montrer persuasif quant il affirme aux Iraniens allèchés par l'idée que ce "beau pays" sera mis en avant dans le projet, et que les professionnels du cinéma, effectuent toujours des repérages, et que leur présence ainsi qu'une équipe est donc nécèssaire... C'est donc à deux, avec "l'aval" d'un producteur resté au pays, incroyable Alan Arkin qu'ils élaborèrent un plan machiavélique, celui d'envoyer sur place, une équipe de "cinéastes" composée du même nombre que les otages....pour essayer de les ramener sains et saufs dans leurs bagages. Ces six hommes et femmes ont été recueillis par l'ambassadeur canadien Ken Taylor, lequel à mis sa vie en péril sa vie et celle de sa femme, pour aider ces américains. Il faut faire vite, car la tension est trop vive, et les putchistes très nerveux de la gachetteargo kirby.jpg

Vu comme ça, ce scénario paraît utopique, décalé et juste digne d'une série B, pourtant Ben Affleck y croit et en réalise une adaptation 30 ans plus tard avec "Argo", long mètrage qui s'inspire largement, de la véritable opération secrète de sauvetage des six américains retenus en Iran.argo c.jpg Affaire qui en son temps avait ébranlé le monde entier! L'assaut de l'amabassade a été un évènement cataclysmique géopolitique. Personne ne savait vraiment comment réagir à cette prise d'otages ainsi qu'au sort des six "invités" du Canada...Le problème de ces dernier était encore plus complexe car il était impossible de passer par la voie diplomatique habituelle pour négocier...Avec le plan de Mendez, ils avaient une petite chance de s'en sortir vivant...eux et l'ambassadeur ainsi que sa femme. C'est d'ailleurs la canada qui fournira aux 6 américains de faux passeports canadiens au nom de leurs personnages fictifs, membres d'une équipe de tournage, envoyés par la valise diplomatique . argo j.jpgGrâce à ses talents de faussaire, Mendez y apposa les bons visas iraniens et les dates indiquant que les six étaient rentrés dans le pays la veille. Cette opération très peu connue du grand public, s'inscrit dans un épisode délicat de l'histoire. Le public savait que six personnes avaient réussi à s'échapper grâce aux canadiens pendant quelques mois après le déclenchement de la crise, mais jusqu'au moment ou l'opération a été déclassifiée par le président Clinton en 1997, personne ne savait que la CIA avait orchestré le sauvetage grâce à une opération d'une rare audace. Car il faut savoir que même réussie, cette mission ne pouvait-être mise en avant pour ne pas envenimer les relations déjà fort tendues entre les deux pays. Imaginez une stratégie qu'aucun scénariste de studio américain n'aurait osé rêver, une réussite totale in finé, et devoir garder cela pour soi. Frustrant non??? Même s'il n'est pas rare d'associer Hollywood avec la Cia, - quoique l'espionnage se prête de toute évidence à un dispositif scènique- réussir ce plan là tenait de la gageure, et pourtant, il a été réussi au delà de tout espèrance...mais ce ne fut pas sans mal. argo l.jpgDans le film Ben qui reprend trait pour trait la trame, joue sur le suspense, car les enjeux sont considérables. Il a consulté le principal intéressé afin de coller au plus près du personnage . Il a essayé de comprendre le quotidien et les aspects concrèts de la vie d'un agent de la Cia à cette époque, et en cernant bien le personnage il apporte une certaine dramaturgie à sa mise en scène, qui ne se contente pas que d'action et de suspense, mais apporte une certaine dose d'humour lorsqu'il visite son copain, chef maquilleur de stars. J'en veux pour preuve, le parfait découpage du storyboard, qui pour ne pas lasser le spectateur, passe aisément d'un plan dramatique à un plan plus drôle dans les studios hollywoodien. argo D.jpgSur ce plan là, (sans jeu de mots) Ben Affleck démontre qu'il a l'étoffe d'un grand réalisateur, ce que j'avais déjà remarqué avec "The Town" son précédent opus. Argo est à la base une histoire extraordinaire, et cela c'est déjà la garantie d'avoir un film passionnant, mais avec sa façon de jouer des mouvements d'appareils, il donne à Argo une dimension de thriller haletant! ARGO un super bon film! A ses côtés John Goodman et Alan Arkin sont extras. Quant à ceux qui personn ifient les otages, ils sont comment dire "the Spiting images" des vrais. Et là encore, l'équipe qui entoure Affleck à fait du tout bon boulot; ils sont criants de ressemblance!

argo F.jpgBrèves : ARGO est le troisième long métrage réalisé par Ben Affleck, après GONE BABY GONE en 2007 et THE TOWN en 2010.
.

ARGO est produit par Ben Affleck, mais aussi par George Clooney et George Heslov, le réalisateur des CHÊVRES DU PENTAGONE.

argo p.jpgargo,téhéran,otages,exfiltrés,ben affleck,john goodman,alan arkin,bryan cranston,usa,vitor garber,cea duvall,kyle chandler,warner brosAvant le tournage, Ben Affleck a enfermé les acteurs qui incarnent les six otages américains à l'intérieur de la maison utilisée pour recréer la propriété de l'ambassadeur. Ils sont restés là une semaine, en costume et sans moyens de communication avec l'extérieur.

Ironie de l'histoire: une fois le «Studio Six» fermé, quelques semaines après l'opération «Argo», il reçut 26 scripts. «L'un deux venait de Steven Spielberg»

http://en.wikipedia.org/wiki/Canadian_Caper

 

 

Les commentaires sont fermés.