12 mai 2013

The Great Gatsby descendu en flamme aux States!!

AF_May_cover.jpgAlors que partout en Amérique, la promotion pour "The Great Gatsby" en commençant par d'immenses panneaux aux quatre coins de New-York, et les vitrines de Tiffany et Prada superbement décorées..., sans oublier tous les gadgets, le site "The Wrap" aussi craint que ne l'étaient les commères Maxwell et Parsons dans les années de gloire d'Hollywood....vient de descendre en flamme le dernier Baz Luhrman...

Tout en ne niant pas le côté exceptionnel de certaines images des roaring twenties, le journaliste qui signe cette chronique, n'y va pas de main-morte.. En fait, il ne trouve rien de bien dans cette immense fresque décrivant les dérives d'une société dite bien-pensante durant la période où l'argent coulait à flot. Où les dames étaient parées des plus beaux bijoux, et où ces messieurs se pavanaient au volants de superbes Convertibles et autres grosses cylindrées clinquantes. Il va jusqu'à écrire que tous les acteurs sans exception semblent s'ennuyer ferme et que par moments, le spectateurs à l'impression de les voir s'activer dans 4 films différents qui ne vaudraient pas un clou. Moi je ne me prononce pas. J'attends de voir pour juger, cependant au vu des nombreux extraîts et images, il me semble que ce chroniqueur (ou critique) y va un peu de café, et à l'encre "un peu lourde" A moins que ce ne soit sa tablette

!!! Je vous le laisse découvrir ici:

'The Great Gatsby' Review: How Many Flappers Make a Flop?

Baz Luhrmann sucks the life out of F. Scott Fitzgerald’s immortal novel and replaces it with empty filigree and overbearing style.

F. Scott Fitzgerald’s "The Great Gatsby" tells the story of a man with a shady past who is willing to waste countless millions of dollars in the pursuit of love and respect, so it's no surprise that the story has constantly proven to be catnip for people in the movie business.

Now making its fourth foray onto the big screen, under Baz Luhrmann’s uniquely ADHD-fueled supervision, "The Great Gatsby" uses the unbridled excess of the Roaring Twenties as an excuse to unleash the unbridled excess of 21st century digital effects, but we're left with nothing but roar. La suite sur le lien....

http://www.thewrap.com/movies/article/great-gatsby-review...

Un autre ici va vous mener vers l'Afi qui met toutes les versions en parallèlle.... Très intéressant ma foi

http://americanfilm.afi.com/

 

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.