12 mai 2013

Sous surveillance...

company keep.pngTout en me demandant si la traduction française est appropriée, je revois comme un fil conducteur dans ma tête, cette dernière réalisation de Robert Redford...Honnètement,  j'ai passé un bon moment cinématographique...Enfin, un film sans effets de jambes, sans effets spéciaux assourdissants, et avec de très bons comédiens qui, mis à part Shea Labeouf font tous partie de ma génération...J'ai retrouvé avec plaisir la sublime Julie Christie dont la dernière apparition au grand écran remonte à 2008 avec "Away From her" de Sarah Poley qui,  même avec ses rides très marquées, a gardé sa subjugeante beauté ! A ses côtés, un autre Monstre Sacré en la personne de Susanne Sarandon, qui elle apparaît de temps en temps comme "guest" dans certains films réçents...mais qui ici reste l'un des personnage centraux de l'intrigue tout en disparaissant assez vite de l'écriture...Avec son "passé d'activiste" ...-n'a-t'elle pas été arrêtée plus d'une fois sur des barrricades américaines- elle apporte ce petit plus de crédibilité à son rôle...

company.jpgco m pany.jpg

 

Ensuite, le king of Sundance himself, à savoir Robert Redford....toujours aussi séduisant, et qui réalise un film qui poussera les gens à la réflexion... Not to mention Shea LaBeouf que j'ai rarement vu aussi bon. Tel un roquet, doublé d'une sangsue, il va coller aux baskets de tous ces anciens "terroristes" et remonter toute la filière. LaBeouf est tout simplement exceptionnel dans la peau du journaliste d'investigation, sorte que l'on rencontre de plus en plus depuis l'avènement du net des réseaux sociaux. Par moment sa façon de faire dans le film me rappelle un peu le système Mediapart...(lequel site que j'apprécie quand même) où l'éthique journalistique est mise au placard pour arriver au résultat.. Ce préambule pour vous dire que Redford n'a rien perdu de ses talents de réalisateur. Son histoire brûlante d'actualité tient la route, et le public prend fait et cause pour les bad , comme je le fis. La façon de diriger ses comédiens et de mettre en place leurs intinéraires propres ne peut qu'amener le public à ressentir une réelle empathie pour le mauvais côté du "politiquement correct" toutes époques confondues. Car ici il s'agit quand même ici d'un groupuscule terroriste qui lors d'un attentat ou était-ce un hold-up, en guise de protestations contre la guerre du Vietnam, fit de nombreux dommages colatéraux, la bombe ayant explosé trop tôt. Avec le recul, on se dit que les choses n'ont pas vraiment changé...Sauf qu'aujourd'hui, c'est en connaissances de causes que les poseurs de bombes ciblent des innoçents...Je n'oublie pas de mentionner Stanley Tucci, rédacteur en chef "écrasé" par sa hierarchie, et last but not least..Terrance Howard en flic du FBI ne lâchant pas prise, quelque soit la manière utilisée. Richard Jenkins, Nick Nolte et Chris Cooper, qui joue le frère du principal héros et qui sera chargé par celui-çi de protèger sa fille....et Anna Kendrix complètent ce casting à tiroirs qui n'est sans doute pas étranger au succès du film..

c ompany.jpg

comp any.jpg

compan y.jpg

c ompany.jpg

En 1969, un groupe de militants radicaux appelés Weather Underground revendique une vague d'attentats aux Etats-Unis pour protester contre la guerre du Vietnam. La plupart de ses membres furent emprisonnés, mais quelques-uns disparurent sans laisser de trace... Jusqu'à aujourd'hui. L'arrestation de Sharon Solarz, l'une des activistes, remet cette affaire sur le devant de la scène, au point d'attiser la curiosité du jeune et ambitieux reporter Ben Schulberg. Jouant de ses relations au FBI, il rassemble petit à petit les pièces du puzzle, le menant jusqu'à Jim Grant, un avocat apparemment sans histoires... Lorsque celui-ci disparaît brusquement, le journaliste se lance sur sa piste, déterminé à le retrouver avant le FBI.

compan n y.jpg

company.jpg

 

Les commentaires sont fermés.