04 octobre 2014

l'ABC de Bruxelles verdict en suspens encore quelques jours

abc.png

CINEACT sur le trottoir en attendant le jugement du 4ème canton de Bruxelles

 

Ce mardi 30 septembre 2014, la fondation CINEACT est passée devant le 4ème canton de la justice de paix de Bruxelles. Le juge a entendu les parties en urgence et rendra son délibéré dans le mois.

Le Cinéma ABC est au centre d’enjeux immobiliers. D’une part CINEACT prétend avoir un droit au bail commercial, depuis le 3 avril 2014, d’autre part les propriétaires, héritiers de l’ancien exploitant décédé le 4 mai, ont vendu ce 30 septembre le bâtiment libre de bail à un promoteur immobilier... Le juge de paix est appelé à se prononcer sur l’existence ou non d’un contrat de bail entre les parties. De l’existence de ce contrat dépend l’ouverture publique du cinéma dans le cadre de la Nuit Blanche bruxelloise le 4 octobre, et surtout de la réaffectation de l’ancien ABC !
À cette heure le délibéré n’est pas rendu. CINEACT se retrouve donc sur le trottoir, après avoir occupé le bâtiment durant près de 6 mois !    

Les fondateurs de la fondation privée CINEACT, constituée et capitalisée par un mécanisme de donations lancé avec la collaboration de la Fondation Roi Baudouin, espèrent voir leur projet de bail confirmé. 

Grâce au soutien de plus de 650 dons, les fondateurs de CINEACT sont en mesure de garantir un an de loyer et les frais attenant à la prise de bail. Combinés à une promesse financière de la ville, plus de 60.000€ ont pu être réunis. Le pari du crowdfunding est réussi. En se constituant en Fondation, CINEACT permet de lancer une mécanique fiscale couvrant la rénovation du dernier cinéma mono-volume de Bruxelles. Le principe étant que chaque don donne droit à une exonération fiscale du montant de l’investissement. Par ce mécanisme original, CINEACT prévoit la mobilisation de fonds importants permettant la rénovation du cinéma ABC avant d’accueillir un projet culturel de qualité, que nous voulons construire avec plusieurs associations qui se sont déjà manifestées.

Ce qui fait la force de l’ABC aujourd'hui : le dessin architectural simple, la taille de la salle (114 m² au parterre) et sa jauge qui rendent son exploitation réaliste (100 places au parterre et 50 places au balcon). La ligne architecturale de la salle crée une dynamique visuelle et une ambiance quasi unique à Bruxelles. Hormis le Grand Eldorado d’UGC et le Cinéma Nova, l’ABC est la dernière salle bruxelloise à conserver un balcon. La gestion de la salle est rendue réaliste par un loyer encore "possible" de 3500 € par mois la première année et 4000 € dès la deuxième. Montants qui avaient été acceptés d'une part par la fondation CINEACT, et de l'autre par le propriétaire, et cela lors d'une négociation conclue par l'intermédiaire de l’agence immobilière Century 21. Le juge doit statuer sur la légalité du bail âprement négocié.

Les fondateurs de CINEACT, actifsau sein de trois associations de cinéma de référence : Cinéma Nova, La Rétine de Plateau et Offscreen Festival, sont des professionnels de l’exploitation cinématographique et des passionnés du cinéma.Par leur union originale, par l’addition de leurs compétences, de leurs expériences et de leurs vécus, ils ont voulu concrétiser et rassembler leurs énergies dans la vision du sauvetage de l’une des deux dernières salles de cinéma du boulevard Adolphe Max, l'ancien boulevard du Nord qui vit naître le premier théâtre du cinématographe à Bruxelles. 

Aujourd’hui, alors que Nuit Blanche rend hommage à l’histoire des cinémas au centre ville, se joue un débat urbanistique crucial : celui du maintien d’une fonction culturelle au centre de Bruxelles, sur son boulevard historique. 

Il faut souligner la détermination mais aussi la fragilité de CINEACT, à la merci d’une vision spéculative privée… Sauver l’ABC n’est pas simple. CINEACT veut que l’affectation urbanistique de cinéma soit maintenue pour l'ABC. Cela pourrait changer demain si le nouveau propriétaire venait à demander un changement d'affectation. CINEACT exige donc que cette affectation soit protégée.


L'ABC est localisé à trois maisons de la place Rogier. Cette proximitédevrait être jugéeprioritaire par les pouvoirs publiques. Plus largement, nous invitons les représentants de la Ville de Bruxelles et de la Région à s’interroger sur la vision du boulevard Adolphe Max. Car sans une vision intégrant la vie culturelle, le centre de Bruxelles ne sera plus qu'une succession d'enseignes commerciales, une nouvelle vitrine pour les mastodontes de la consommation.
En dehors des derniers sex-shops, qui ne résisteront sans doute pas à la "revitalisation" urbanistique, on ne trouvera plus, sur le boulevard Adolphe Max, que les mêmes hamburgers, cafés, parfums, vêtements et GSM que partout ailleurs, notamment dans la rue parallèle.
L’histoire se répète. Il suffit de citer l’exemple de la rue Neuve qui était auparavant une artère vibrante et vivante alternant cinémas, cafés, théâtres et magasins et qui n'est plus qu'un axe de passage monotone et banal, encombré la journée mais désert et glauque une fois que les magasins sont fermés.   

La rénovation de la place Rogier et le projet de réaménagement des boulevards du centre ville, porté par le Bourgmestre de Bruxelles, sont une opportunité unique pour soutenir la reconversion des anciennes salles de cinéma fermées depuis les années 1980-90.CINEACT a créé les prémisses de cette vision et sa structure juridique peut permettre, à l’heure de la diminution des subsides, un cadre de financement alternatif original. 

 
Le juge de paix du 4ème canton de Bruxelles rendra son délibéré dans le mois. Cette période d'un mois devrait permettre à chacun de s’interroger sur le futur des fonctions urbanistiques de Bruxelles-Centre. Les administrateurs-fondateurs de CINEACT ont en tout cas entrepris la défense de leurs idéaux individuels, et des 650 donateurs qui apportent leur soutien à ce projet.
A la presse, aux bruxellois d'interpeller les pouvoirs publics. Il est encore temps.
Nuit blanche permet cette prise de parole et cette mobilisation. 
 
DURA LEX, SED LEX. Le juge rendra son avis, Bruxelles gagnera ou perdra un équipement culturel de qualité. 
 
En attendant, CINEACT a décidé de maintenir sa participation à Nuit Blanche et occupera le trottoir devant l’ABC. En parallèle, nous lançons une pétition pour le maintien urbanistique de l’affectation de salle de cinéma dans ce bâtiment !
 
Tenez-vous informés sur notre site internet www.abc-cinema.be et notre page Facebook.

Les commentaires sont fermés.