documentaires

  • Strike the Pose.....with Madonna...

    Madonna, Strike the pose, danse, voguing, Harlem, In Bed with Madonna, Cinemien, brussels films festival, Halte à l’homophobie ! Tel aurait pu être le slogan du Blond Ambition Tour, la tournée mondiale de Madonna en 1990. Un documentaire montre comment sept danseurs qui ont accompagné la diva de la pop sont devenus des icônes du mouvement gay

    Strike a pose (prenez la pose) est le titre du documentaire réalisé par les Hollandais Ester Gould et Reijer Zwaan. 25 ans après, ils ont voulu savoir ce que les danseurs de la troupe de Madonna étaient devenus. Certains ont raccroché, d’autres, comme Kevin Stea, sont toujours très actifs. Après cette tournée mondiale de Madonna, ce dernier avait rejoint Michael Jackson avant d’être engagé par Prince, David Bowie ou encore Beyoncé. Mais ce sont ces années passées aux côtés de la blonde madone qui l’ont le plus marqué, lui et les six autres danseurs.

     

    synopsis

    Pour son «Blond Ambition» tournée en 1990, Madonna était à la recherche d' artistes qui pouvaient voguer, courant musical en train de décoller. Style de danse qui fait fureur dans les milieux noirs homos de Harlem (entre deux mouvements, on prend la pose comme le ferait un mannequin).

    Des centaines de prétendants firent la file, et les danseurs gay Salim, Kevin, Carlton, José, Luis et Gabriel ont été choisis ainsi que le danseur hiphop Oliver, le seul gars straigh... La tournée a été accompagné par une équipe de film et Madonna pris son rôle de "mama" très au sérieux sur scène.. Les danseurs eurent très vite de très nombreux fans parmi les jeunes homosexuels qui les ont vus comme des exemples, alors que la tournée est venu à symboliser l'engagement de Madonna pour la libération gay et la reconnaissance du SIDA. Mais l'idylle n’a pas tenu après la tournée. Bien que les danseurs ont été touichés par le message que Madonna voulu véhiculer, ce n’étaient pas la réalité. Après avoir échoué à convaincre Madonna de couper la scène du baiser qui serait le « outing » devant sa famille et amis, Gabriel a mené une action en justice contre elle. En 1995 Gabriel est mort d'une maladie liée au SIDA, tandis que les autres ont continué à poursuivre leur carrière professionnelle. Maintenant, vingt-cinq ans plus tard, les six artistes survivants sont réunis et des secrets enfouis depuis longtemps sont dévoilés. Les cinéastes racontent les histoires de ces danseurs très différents afin d’aller au plus proche de la vérité.

    https://youtu.be/7Hqh7lwaNKw

    http://www.salimgauwloos.com/strike-a-pose-film-1/  le site d'un des danseurs, avec le plein de belles photos de la tournée..

     

    Madonna, Strike the pose, danse, voguing, Harlem, In Bed with Madonna, Cinemien, brussels films festival, Madonna, Strike the pose, danse, voguing, Harlem, In Bed with Madonna, Cinemien, brussels films festival,

     

    Sources Arte et Abc Cinemien distributeurs.

  • Demain...Chaque geste compte!!!

    de.jpg

    Chaque geste compte !
    DEMAIN
     
     
    afin qu'il soit accessible au plus grand nombre, le plus longtemps possible.
    Aidez-nous à diffuser le message en partageant la bande-annonce sur vos réseaux pour sensibiliser un maximum de personnes.

     
     
    Un film de Cyril Dion et Mélanie Laurent. 
    Actuellement au cinéma.


    Et si montrer des solutions, raconter une histoire qui fait du bien, était la meilleure façon de résoudre les crises écologiques, économiques et sociales, que traversent nos pays
    ? Suite à la publication d’une étude qui annonce la possible disparition d’une partie de l’humanité d’ici 2100, Cyril Dion et Mélanie Laurent sont partis avec une équipe de quatre personnes enquêter dans dix pays pour comprendre ce qui pourrait provoquer cette catastrophe et surtout comment l'éviter. Durant leur voyage, ils ont rencontré les pionniers qui réinventent l’agriculture, l’énergie, l’économie, la démocratie et l’éducation. En mettant bout à bout ces initiatives positives et concrètes qui fonctionnent déjà, ils commencent à voir émerger ce que pourrait être le monde de demain…
    Retrouvez tout le contenu officiel
  • Week end du Doc

     
     

    Photo WE Doc 15.jpgC'est reparti pour une 3ème édition du WEEK-END DU DOC !


    Du 19 au 22 novembre 2015, le grand public pourra (re)découvrir ce cinéma du réel 100% "made in Belgium" projeté dans des lieux parfois insolites, à Bruxelles et/ou en Wallonie.
     
    4 jours durant lesquels, les réalisateurs belges seront à l'honneur, une occasion de découvrir un savoir-faire, un regard particulier qui interrogent la société et le monde pour en faire surgir la réalité, l'humanité, la poésie, le surréalisme parfois…C'est ça la magie du WEEK-END DU DOC

    Durant 4 jours, du19 au 22 novembre, ledocumentaire s’invite par le biais de projectons publiques dans 

    tous les lieux imaginables de Bruxelles et de Wallonie.

    Pour sa 3ème éditon, le WEEK-END DU DOC propose une programma7on d’envergure et s’installe dans des lieux

    de projection multiples à la rencontre de tous les publics.

    Le documentaire pour tous :C’est  le rendez-­‐vous  incontournable  des amoureux et amateurs de 

    ce cinéma du réel !

    Salles de cinéma, bien sûr, mais aussi associa7ons, bibliothèques publiques, centres culturels, médiathèques, 

    cafés-restaurants, maisons de jeunes, centres d’art et musées seront au rendez-­‐vous !

    Tous se mobilisent, le temps d’un long week end, pour mettre à l'honneur la diversité et la spécificité du documentaire belge.

    Les rendez-vous de la RTBF: 
    Partenaire de l’événement, la RTBF propose : La Nuit du doc en télé sur  La Trois (19/11/15 21h20), 
    La Nuit du doc en radio sur La Première (18/11)  
     Tout le Baz’Art sur Arte-­‐Belgique (08/11) et sur La Trois (12/11)

    Le WEEK-­‐END DU DOC est une initiative du Centre du Cinéma et de l'audiovisuel de la Fédération Wallonie-Bruxelles .
     . 
      

    www.we-doc.be - les infos concernant la programmation seront en ligne très prochainement !
  • Même pas Peur! Docu sur l'après-Charlie

    même pas peur.jpg

    Même pas peur !  est un documentaire d’urgence issu du questionnement et des interrogations suscités par les événements tragiques de janvier 2015 à Paris.

    Autour de 20 intervenants issus d’horizons divers (universitaires, citoyens, acteurs de la société civile...), Ana Dumitrescu (Khaos, les visages humains de la crise grecque) s’interroge sur l’après-Charlie et sur des questions de société qui sont remontées à la surface suite à ce traumatisme.

    Laïcité, identité nationale, banlieues, économie, politique, sécurité... Loin des clichés Même pas peur ! bouscule les préjugés et les idées reçues dans un débat qui pourtant n’est pas nouveau. Ce n’est pas un film sur les peurs, mais une réponse à ces peurs.

    memepaspeur-film.com

    Un film d'Ana Dumitrescu, France, 2015, 1h40, DCP, VO FR st NL

    Avant première 12/10 19h45 en présence de la réalisatrice..

    bande annonce : https://vimeo.com/118792351

  • The Forest is like The Mountains..

    The forest is like the mountains
    'Dans the forest Is Like The Mountains, on s’attache à une famille vivant dans un village reculé de Roumanie. L’Allemande Christiane Schmidt et le Belge Didier Guillain se sont immergés dans la vie de ce village et ont filmé cette famille pendant les quatre saisons d’une année. (...) Rien de spectaculaire, mais tout de vrai, de juste, d’exact, d’incarné, et c’est précisément cette justesse d’observation sans jugement qui fait toute la beauté de cette ode tranquille à l’altérité. (...) the Forest Is Like The Mountains, aisément le plus beau film de cette première salve berlinoise.'  
    Serge Kaganski, pour les inRocks, Berlinale #1

    http://www.lesinrocks.com/2014/02/11/cinema/berlinale-1-enlevement-houellebecq-forest-is-like-the-mountain-11471778/
     
     
    forest.png

  • Teaser Le Dernier Loup.

    dernier loup.jpg1969. Chen Zhen, un jeune étudiant originaire de Pékin, est envoyé en Mongolie-Intérieure afin d’éduquer une tribu de bergers nomades. Mais c’est véritablement Chen qui a beaucoup à apprendre – sur la vie dans cette contrée infinie, hostile et vertigineuse, sur la notion de communauté, de liberté et de responsabilité, et sur la créature la plus crainte et vénérée des steppes – le loup. Séduit par le lien complexe et quasi mystique entre ces créatures sacrées et les bergers, il capture un louveteau afin de l’apprivoiser. Mais la relation naissante entre l’homme et l’animal – ainsi que le mode de vie traditionnel de la tribu, et l’avenir de la terre elle-même – est menacée lorsqu’un officier du gouvernement central décide par tous les moyens d’éliminer les loups de cette région.

     

    dernier.jpg

     

    http://youtu.be/vEBQ-qEavmw

    La bande-annonce arrive le 8 décembre !

    Le dernier loup de Jean-Jacques Annaud avec Feng Shaofeng, Shawn Dou, Ankhnyam Ragghaa, Yin Zhusheng, Basen Zhabu. Le 25 février au cinéma

     

     

     

  • Iranien sortie belge..

     

    Iranien-Documentaire.jpgA la demande du P'tit Ciné, nous attirons votre attention sur la sortie belge du documentaire "Iranien" à Bruxelles le 17 décembre (AP le 16/12), film qui ne bénéficiera pas de vision de presse.

    Iranien athée, le réalisateur Mehran Tamadon a réussi à convaincre quatre mollahs, partisans de la République Islamique d’Iran, de venir habiter et discuter avec lui pendant deux jours. Dans ce huis clos, les débats se mêlent à la vie quotidienne pour faire émerger sans cesse cette question : comment vivre ensemble lorsque l’appréhension du monde des uns et des autres est si opposée ? La liberté, la religion, la place de la femme sont autant de sujets de discorde qui viennent peu à peu troubler la quiétude du salon, mais toujours dans une ambiance étrangement détendue où chacun se taquine mutuellement.

     

    Bande-annonce: http://www.boxproductions.ch/films/iranien.php

    Informations: http://us6.campaign-archive2.com/?u=db6724e6e6&id=0f60cd7db7&e=f100e213d5

     

    L'avis des internautes à découvrir ici : http://www.premiere.fr/film/Iranien-Documentaire-3946529

  • Le Dernier Loup de Jean Jacques Annaud, le poster.

    loup.jpg

    Découvrez l'affiche du prochain film de Jean-Jacques Annaud :
    Le dernier loup
    au cinéma le 25 février 2015

    Synopsis

     
    1969. Chen Zhen, un jeune étudiant originaire de Pékin, est envoyé en Mongolie-Intérieure afin d’éduquer une tribu de bergers nomades. Mais c’est véritablement Chen qui a beaucoup à apprendre – sur la vie dans cette contrée infinie, hostile et vertigineuse, sur la notion de communauté, de liberté et de responsabilité, et sur la créature la plus crainte et vénérée des steppes – le loup. Séduit par le lien complexe et quasi mystique entre ces créatures sacrées et les bergers, il capture un louveteau afin de l’apprivoiser. Mais la relation naissante entre l’homme et l’animal – ainsi que le mode de vie traditionnel de la tribu, et l’avenir de la terre elle-même – est menacée lorsqu’un officier du gouvernement central décide par tous les moyens d’éliminer les loups de cette région.
                           
     
     
  • Monsieur Etrimo documentaire

    Monsieur Etrimo, Vendôme, Buxelles, actualité cinéma, constructeur, immobilier, logement,Monsieur Etrimo: documentaire belge réalisé par Matthieu Frances et David Deroy qui s'intitule Monsieur Etrimo et est co-produit par la RTBF sortira au Vendôme et au Cinécentre de Rixensart ce mercredi 15 octobre. 

     

     

    Synopsis:

    Pour la seule année 1970, le sénateur du Brabant Jean-Florian Collin a en stock 4.339 appartements, 662 studios, et plus de 2.500 garages. Son activité, en 1969 engrange plus de 2 milliards de francs de chiffre d’affaires. Son rêve? Vendre un appartement à chaque ménage belge doté d’un revenu moyen. Victime de sa propre démesure, le promoteur coule en 1970. L’annonce de la nouvelle provoque l’émoi dans la population. 2000 petits épargnants, qui se sont endettés, se retrouvent à Bruxelles pour faire entendre leur voix. En 1985, date de son décès ; le « père du logement social pour cadres moyens » ne laisse rien ; sinon quelques effets personnels. Son héritage à la Belgique? L’accès à la propriété

     

     
    Plus qu'un documentaire, le film raconte la fabuleuse histoire de Jean-Florian Collin, le fondateur des immeubles Etrimo. Un homme avide de constructions qui a permis à un grand nombre de Belges d'assouvir leur rêves d'accès à la propriété évoquant note fameuse "brique dans le ventre".
    La fin d'un rêve et d'une saga pour ce Citizen Kane. Un plongeon dans les Golden Sixties. 
    Aujourd'hui ces immeubles sont encore bien présents dans notre patrimoine bruxellois mais aussi à Liège, Anvers, en Brabant wallon...
    De nombreuses questions subsistent quant à son héritage... suite au concordat de la société!
    Qui d'entre nous n'a pas une connaissance dans un des immeubles Etrimo?
     
    Voici la bande-annonce: http://www.playtimefilms.com/#2/14/61
  • Once I entered a Garden en présence du réalisateur Avi Mograbi

    actualité cinéma,avi mograbi,once i enterred a garden,nova,bruxellesOnce I Entered a Garden
    (Dans un jardin je suis entré)

     

    Le Cinéma Nova à Bruxelles propose, du 17 septembre au 19 octobre, une rétrospective du cinéaste israélien Avi Mograbi, couplée avec la sortie de son dernier film "Dans un jardin je suis entré" ("Once I Entered a Garden") dès le 24 septembre. Avi Mograbi sera présent du 17 au 21 septembre pour le lancement de cette rétrospective.

    Avi Mograbi fait partie de cette minorité d’Israéliens ayant rompu avec l’idéologie sioniste à cause de son caractère colonialiste et de plus en plus religieux, une minorité qui ne voit qu’une solution possible au conflit israélo-palestinien : l’abandon du caractère exclusivement juif de l’Etat d’Israël. Porte-parole d’un groupe de soldats qui refusa l’incorporation pendant la première guerre menée contre le Liban, Mograbi a rejoint plus tard une organisation de parents de "refuzniks" (jeunes appelés qui refusent de faire leur service militaire dans les territoires occupés).

    Arrivé au cinéma après des études d’art et de philosophie, il posa dès son premier film les bases d’une œuvre forte, iconoclaste et dérangeante, marquée par ses convictions et par la volonté de créer débat, d’avoir un impact politique. Une œuvre tour à tour rageuse, caustique, mélancolique ou désespérée, mais toujours en relation directe avec la société israélienne, dont elle déconstruit les mythes, sonde les malentendus et les ambiguïtés, scrute l’âme et les choix politiques.

     actualité cinéma,avi mograbi,once i enterred a garden,nova,bruxellesDans une totale indépendance d’esprit et de moyens, Mograbi invente des dispositifs cinématographiques lui permettant d’interroger la construction du mensonge et de la fiction. S’impliquant personnellement dans la narration (ce qui lui vaut d’être souvent comparé à Nanni Moretti) et aimant laisser son propos initial se faire emporter par un autre, ses films évoluent aux limites entre journal intime et chronique sociale, blagues juives et cinéma politique, humour féroce et lucidité, fiction et réalité,…

    Avi Mograbi nous fait le grand plaisir d’être parmi nous pendant cinq jours, du 17 au 21 septembre : à la fois pour présenter son dernier film "Dans un jardin je suis entré", pour discuter avec le public et différents intervenants autour de ses précédents films, mais aussi pour une séance inédite en compagnie de son ami et collègue, le cinéaste anglais John Smith. Une rétrospective où, vous l’aurez compris, il sera autant question de cinéma comme art que comme moyen de changer le monde.actualité cinéma,avi mograbi,once i enterred a garden,nova,bruxelles

     

    Le dernier film du cinéaste israélien Avi Mograbi est à l'affiche du Cinéma Nova à Bruxelles,
    en exclusivité du mercredi 24 septembre au dimanche 19 octobre.


    Avant-première en présence d'Avi Mograbi : mercredi 17 septembre à 20h !
     
    Manifeste politique et poétique, "Dans un jardin je suis entré" se tourne vers un Moyen-Orient révolu pour trouver la force d’imaginer un Proche-Orient apaisé, où les communautés coexistent sans effort et où même les frontières      UN DOCUMENTAIRE SENSIBLE MÊLANT AMOUR, RACINES ET NOSTALGIE”
    LIBÉRATION

    “DES CONVERSATIONS PASSIONNANTES… UN FILM FOISONNANT”
    PREMIÈRE

    “PLACÉ SOUS LE SIGNE DE L’ÉCHANGE, DANS UN JARDIN JE SUIS ENTRÉ ESQUISSE UNE POLITIQUE DE L’AMITIÉ”
    CAHIERS DU CINÉMA

    “SANS LOURDEUR ET DRÔLE”
    L’HUMANITÉ

    “FOISONNANT... PASSIONNANT.... APAISANT ET APAISÉ...”
    TÉLÉRAMA

    “LA CAMÉRA INTIME DE MOGRABI FILME TOUTE LA BEAUTÉ ET L’INTELLIGENCE DE CETTE RELATION AMICALE”
    LES INROCKUPTIBLES

    “UN BEAU RÉCIT ÉPISTOLAIRE”
    POLITISmétaphoriques n’ont pas leur place…

    garden.png

  • Avant-première ALPHABET

     
     
     
     
     
     
     
    BMG avant-première Alphabet
     

  • Waterloo grosse "artillerie" pour la sortie nationale de 28 mai

    Waterloo-2015-1815.jpgLes Films de la Mémoire ont le plaisir d' informer que à l'occasion du bi-centenaire de la célèbre bataille  (1815), un documentaire thriller intitulé '' Waterloo, l'ultime bataille'' de Hugues Lanneau, une sortie nationale  est prévue le 28 mai dans une quinzaine de salles. 
     En s’appuyant sur les témoignages écrits des combattants, le "Waterloo" réalisé par Hugues Lanneau décrit le vécu de la bataille sans artifices romantiques, mais aussi les espoirs, les peurs, les souffrances, la mort, les effets de la défaite. Filmé en partie par 10 caméras de la RTBF lors de la reconstitution de 2010, et  sur le champ de bataille même, en 2013 pour le film.


    Une large et originale campagne de promotion est mise en place : distribution de 20.000 sachets de bonbons Napoléon à partir du samedi 24 mai, aimants de promotion du film Waterloo placés sur des voitures sandwich, application jeux, pages facebook et site internet…

    waterl.jpg
     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Voici la bande annonce du film :
     
    http://vimeo.com/92667084

    Et une autre ce Waterloo Tv http://www.waterlootv.be/Tags/Blucher.aspx

    http://www.waterloo1815.be/fr/dossiers/reconstitution-bataille-waterloo-2010?galerie=1#prettyPhoto[gallery1]/6/

    wat.jpgwate.jpgwater.jpg

  • Le Mecano de la Générale...

    Capture_d_cran_2014_04_14_17_58_544048d7.png

  • Ban Ki-moon, le Secrétaire général des Nations Unies au Festival Millenium

    Millenium festival, Nations Unies, Ban Ki-moon, Bozarts, Bruxelles, documentaire, actualité cinéma, cinéma, A World Not Ours", Ban Ki-moon, le Secrétaire général des Nations Unies, se rendra à la 6ème édition du Festival International du Film Documentaire Millenium, le mercredi 2 avril, veille de son ouverture officielle à Bozar.
     
    M. Ban Ki-moon se verra remettre, à titre symbolique, l'Objectif d'Or, le grand prix du festival. Il assistera ensuite à la projection du film "A World Not Ours", primé l'an dernier au festival par le jury et le public. 
     
    Il s'agit d'un événement exceptionnel pour le Festival Millenium qui, à travers une programmation de films documentaires indépendants et engagés, contribue à mettre les Objectifs du Millénaire pour le Développement dans une perspective qui met en avant les destins humains et la compréhension de l'Autre, avec force et dignité.
     
    "Cette visite représente une joie immense et une grande marque de reconnaissance vis-à-vis de tout le travail mis en oeuvre par le festival dans la mobilisation des artistes et des citoyens autour des grands objectifs du millénaire" a déclaré son directeur, Lubomir Gueorguiev. 
     

  • In The Land of the Head Hunters..sortie DVD.

    in_the_land_v2.jpgDans ce docu-fiction de 1914, présenté ici dans une version inédite restaurée, le célèbre photographe et ethnologue Edward S. Curtis met en scène les Indiens d’Amérique du Nord de l’île de Vancouver. Derrière le scénario d’une guerre entre tribus déclenchée par la convoitise de deux hommes pour la belle Naida, se révèle une véritable entreprise de reconstitution et d’immortalisation d’une culture amérindienne en voie de disparition.
     

    DEUX MUSIQUES INÉDITES :
    - Composition originale de JOHN BRAHAM (1914), jouée par le
    Turning Point Ensemble, en collaboration avec The Vancouver Film Orchestra.

    - Nouvelle composition de RODOLPHE BURGER (2014).
     

    BONUS :

    - Entretien avec Rodolphe Burger, 2014, 12 min.
    - Session d’enregistrement du Turning Point Ensemble, 2013, 3 min.

  • Le chantier des enfants dossier complèt...

     

    "Le chantier des gosses" n'a quasiment pas été projeté depuis son avant-première en 1970.
    Aujourd'hui, le Nova exhume ce trésor caché du cinéma belge en lui offrant la sortie qu'il mérite : une nouvelle copie 35 mm est tirée et sera projeté pendant sept semaines dans le cinéma de la rue d'Arenberg.


    A l'occasion de cette sortie, le cinéma Nova propose une programmation autour de son réalisateur, Jean Harlez, et autour du quartier populaire des Marolles

     

     
    0181637ad28e98b036050f9ba875.jpg

    A l'occasion de cette sortie, le cinéma Nova propose une programmation autour de son réalisateur, Jean Harlez, et autour du quartier populaire des Marolles.

    Autour du chantier

     

    Projection "Des gens du quartier" et d’autres films tournés sur ou dans les Marolles. Mais aussi des courts métrages sur la ville réalisés à la même époque par des cinéastes belges.

     

    jeane1b74406703b.jpgDécouvrez d’autres facettes de Jean Harlez : ses courts métrages, ses films d’exploration au Groenland, et des séances consacrées à Marcel Broodthaers et à Charles Dekeukeleire

     

    "La bataille des Marolles"

     

    Pour lutter contre l’extension du Palais de Justice, les habitants des Marolles s’organisent autour de l’abbé Vanderbiest, et deviennent un véritable symbole de la résistance locale face à la “bruxellisation”.
    09.02 > 19:00
    bataille_1.jpgmarollescourts.pngLa projection sera suivie d’une discussion avec Jacques Vanderbiest et des membres du Comité general d’action des Marolles (CGAM) et de l’Union des locataires des Marolles (ULM).

     

     

     

    Les Marolles en films

    Petit parcours dans l’histoire récente des Marolles et clin d’oeil au “Chantier des gosses” à travers cinq films d’ateliers.
    02.02 > 17:00
    Projection du fameux "Rue haute" avec Annie Cordy.
    11.01 > 21:00 + 26.01 > 17:00

     

     

     

    NOVA 3 rue d'Arenberg - Bruxelles..

     

  • Mademoiselle C.....la mode et plus encore..

    mademoiselle c,new >york,mode,mars distribution,france,people,karl lagerfeld,vogue,actualité dcinéma,cinéma,carine roitfeld,anna wintour,glamour,strass,it-girls,paparazzi,mannequins,défilé,catwalks,tapis-rouge,documentaire

    mademoiselle c,new >york,mode,mars distribution,france,people,karl lagerfeld,vogue,actualité dcinéma,cinéma,carine roitfeld,anna wintour,glamour,strass,it-girls,paparazzi,mannequins,défilé,catwalks,tapis-rouge,documentaire 

    Carine Roitfeld est la rédactrice de mode la plus connue au monde avec son acolyte du Vogue américain : Anna Wintour. La plus inaccessible aussi.

    Après 10 ans passés à la tête du Vogue Paris couronnés de succès et de scandales en tous genres, elle claque la porte l'an dernier et part vers ce qu'elle appelle la liberté.

    Son plus grand défi : créer un nouveau magazine. Le magazine ultime de mode, le plus chic, le plus surprenant, le plus glamour, le plus innovant, qui porte tout naturellement son nom : CR. Mode, pouvoir, mannequins, tous se retrouvent autour de la plus iconique des rédactrices de mode au monde, la plus parisienne, la Tour Eiffel sur talons de 12 :
    l'irrévérencieuse Mademoiselle C.  mademoiselle c,new >york,mode,mars distribution,france,people,karl lagerfeld,vogue,actualité dcinéma,cinéma,carine roitfeld,anna wintour,glamour,strass,it-girls,paparazzi,mannequins,défilé,catwalks,tapis-rouge,documentairemademoiselle c,new >york,mode,mars distribution,france,people,karl lagerfeld,vogue,actualité dcinéma,cinéma,carine roitfeld,anna wintour,glamour,strass,it-girls,paparazzi,mannequins,défilé,catwalks,tapis-rouge,documentairemademoiselle c,new >york,mode,mars distribution,france,people,karl lagerfeld,vogue,actualité dcinéma,cinéma,carine roitfeld,anna wintour,glamour,strass,it-girls,paparazzi,mannequins,défilé,catwalks,tapis-rouge,documentairemademoiselle c,new >york,mode,mars distribution,france,people,karl lagerfeld,vogue,actualité dcinéma,cinéma,carine roitfeld,anna wintour,glamour,strass,it-girls,paparazzi,mannequins,défilé,catwalks,tapis-rouge,documentaire

    mademoiselle c,new >york,mode,mars distribution,france,people,karl lagerfeld,vogue,actualité dcinéma,cinéma,carine roitfeld,anna wintour,glamour,strass,it-girls,paparazzi,mannequins,défilé,catwalks,tapis-rouge,documentairemademoiselle c,new >york,mode,mars distribution,france,people,karl lagerfeld,vogue,actualité dcinéma,cinéma,carine roitfeld,anna wintour,glamour,strass,it-girls,paparazzi,mannequins,défilé,catwalks,tapis-rouge,documentaire

    mademoiselle c,new >york,mode,mars distribution,france,people,karl lagerfeld,vogue,actualité dcinéma,cinéma,carine roitfeld,anna wintour,glamour,strass,it-girls,paparazzi,mannequins,défilé,catwalks,tapis-rouge,documentaire




  • When I Saw You.

    when_i_saw_you_originaleb8df28.jpgJordanie, 1967. Des milliers de gens fuient la Palestine. Séparé de son père dans le chaos de la guerre, Tarek , 11 ans, et sa mère Ghayda sont parmi cette vague de réfugiés. Placés dans des camps temporaires jusqu’à ce qu’ils soient en mesure de rentrer chez eux, ils attendent, comme la génération précédente de 1948.
    Tarek, excentrique et sans limites, est en quête de liberté. Son esprit curieux l’amènera à une rencontre et un voyage qui changeront sa vie...

    Un film de Annemarie Jacir
    Palestine/Jordanie, 2012, 1h30,
    DCP, VO st FR/NL


    Voir la bande-annonce

    La réalisatrice sera présente à Bruxelles le 8 décembre. Dans le cadre du Festival du Film Méditerranéen

  • Blackfisk Impressionnant

    blackfish,sea world,californie,documentaire,orque,baleine,actualité cinéma,cinémaSynopsis 

    Un thriller psychologique intense avec une orque en vedette, qui illustre comment la nature peut se venger lorsque l'homme la pousse dans ses derniers retranchements.  'Blackfish', c'est l'histoire de Tilikum, un orque condamné à devenir une bête de spectacle. Durant ses 30 années de aptivité, Tilikum a tué et blessé plusieurs personnes.  Gabriela Cowperthwaite, la réalisatrice du film, a interviewé des témoins directs. Elle dresse un portrait hallucinant de la manière dont ces animaux particulièrement intelligents sont maintenus en détention par l'industrie des parcs de loisir, avec pour seul objectif l'appât du gain.  Cette histoire interpellante pose une question cruciale : ces animaux peuvent-ils être détenus de la sorte, sans que des limites claires soient fixées ?

    Le 24 février 2010 est un jour que les entraineurs de cétacés - et les amateurs de parcs aquatiques - n’oublieront jamais, particulièrement ceux qui se trouvaient à SeaWorld Orlando. C’est ce jour qu’une entraîneuse expérimentée, Dawn Brancheau, a été brutalement attaquée et tuée par l’une des orques les plus anciennes du parc, : Tilikum.

     Malgré ce terrible événement, et d’autres accidents similaires impliquant Tilikum, l’orque reçoit toujours l’amour et la sympathie de la part des entraineurs d’orques.

     Blackfish nous présente ces entraîneurs, qui se souviennent de l’aptitude et l’habileté de Brancheau quand elle travaillait avec les orques, et qui racontent ce qui les a attire vers ce métier atypique. 

     Si personne n’a compris à l’époque pourquoi l’orque a attaqué brutalement leur ancienne collègue, avec qui Tilikum a travaillé pendant des années, ces histoires partagées ainsi que les nouveaux elements de l’enquête réunis depuis l’incident offrent un point de vue inédit sur les rouages de SeaWorld, et leur perpétuelle stratégie de deformation d’informations sur les cétacés. 

    Dans Blackfish, la scénariste et réalisatrice Gabriela Coperthwaite raconte l’histoire de ces entraineurs, mais, à travers leurs récits et ceux d’experts en cétacés, raconte également l’histoire de Tilikum. La description des conditions de la capture de Tilikum rappelle la complexité et la profondeur de la vie émotionnelle et sociale des orques, et permet de comprendre notamment les effets néfastes qu’a sur elles la separation de leur environnement naturel.  

    blackfish,sea world,californie,documentaire,orque,baleine,actualité cinéma,cinémaL’histoire de Tilikum commence lors de sa capture à l’âge de deux ans dans l’Atlantique Nord en 1983. Il fût transporté vers son premier habitat artificiel au parc SeaLand on the Pacific, où, en 1991, il fût responsable de la mort de l’entraineuse Keltie Byrne.

    Peu après, il fût acheté par SeaWorld Orlando, où son lien avec la mort de Byrne fût caché aux entraineurs, qui étaient autorisés à travailler étroitement avec lui. Les entraineurs de SeaWorld revèlent entre autres le genre de fausses informations fabriquées par la direction de SeaWorld et répétées inlassablement aux visiteurs du parc à propos de ces mammifères marins : allant de l’espérance de vie des orques (30 ans selon le personnel de SeaWorld, alors que la communauté scientifique s’accorde sur près d’une centaine d’années), à la docilité des orques à effectuer les numéros imposés par les entraineurs. 

    Plusieurs attaques sont montrées et analysées, dont celle perpétrée sur Ken Peters, une des plus impressionnantes jamais capturées en vidéo. Ken Peters a habilement - et miraculeusement – survécu à l’étreinte d’un orque qui refusait de le relâcher, et l’a emporté au fond de la piscine à plusieurs reprises pour de longues périodes de temps au cours d’une inexplicable séance d’insoumission qui dura 12 minutes.

    Le film détaille également l’affaire judiciaire portée contre SeaWorld par l’Agence Fédérale de la Sûreté du Travail (OSHA), qui met en lumière les détails de la mort de Dawn Brancheau et les mesures exigées par l’OSHA – et combattues par SeaWorld – pour protéger les entraineurs contre de nouvelles attaques.

     

    A propos du film

     Tout parent - particulièrement en Californie du Sud et en Floride - a eu SeaWorld sur la liste de ses destinations de vacances à un moment ou un autre. C’est un endroit où la famille a l’opportunité de voir une variété d’animaux marins, des otaries aux lions de mer, jusqu’aux dauphins et aux orques. La cinéaste Gabriela Cowperthwaite était l’un de ces parents.

     

    blackfish,sea world,californie,documentaire,orque,baleine,actualité cinéma,cinémaOriginaire de Los Angeles et mère de jumeaux de 7 ans, Cowperthwaite s’était rendu au parc à plusieurs reprises. Mais c’est en se lisant des articles à propos de la mort de Dawn Brancheau que son intérêt en tant que documentariste a été piqué. L’ancienne réalisatrice de séries pour le National Geographic et ESPN, entre autre (“City Lax: An Urban Lacrosse Story,” 2010) raconte : « J’ai lu tout ce que je pouvais me mettre sous la main. Et je me souviens que quand Dawn Brancheau a été tuée, je n’arrivais pas à concevoir ce qui s’était passé. J’ai commencé à lire sur le sujet, et plus je lisais, moins je comprenais. Le plus troublant était le communiqué officiel de SeaWorld, qui disait que Brancheau avait simplement glissé et puis que Tilikum avait attrapé sa queue de cheval et l’avait tiré jusqu’au fond de l’eau, jusqu’à ce qu’elle se noie.  C’était déroutant. Il y avait beaucoup de questions sans réponses, et je sentais que si j’avais tant de questions, alors d’autres bénéficieraient aussi surement des réponses. »

     

    Cowperthwaite se plongea dans tout le matériel qu’elle pouvait trouver, découvrant les réponses à certaines questions, s’en posant d’avantage au fur et à mesure qu’elle avançait dans ses recherches. L’auteur Tim Zimmermann, qui a écrit un article sur le sujet des orques intitulé “L’assassin dans la piscine” (“The Killer in the Pool”) pour Outside Magazine, fût un point de départ pour la réalisatrice - et elle lui demanda même d’être producteur associé du film. Elle étudia les rapports de l’OSHA à propos de l’incident, ainsi que l’affaire judiciaire contre SeaWorld. Mais le plus important était le rapport d’autopsie de Brancheau, qui décrivait de manière très graphique les ravages causés par l’orque sur le corps de cette femme de 40 ans (notamment l’avulsion de son scalp et de son bras gauche).

     

    blackfish,sea world,californie,documentaire,orque,baleine,actualité cinéma,cinéma« C’était évident à la lecture de l’autopsie que c’était une attaque agressive et brutale - même si SeaWorld se tenait à son explication de la queue de cheval. C’était un horrible. Et il n’y a pas un seul rapport d’orques tuant des humains dans la nature. »

     

    Comme la plupart d’entre nous, Cowperthwaite pensait d’abord aux cétacés comme de gentils géants de l’océan, avides de vivre aux cotés des Hommes. « Je pensais naïvement que j’allais faire un documentaire sur les humains et leur relation avec leur homologue animal, que ces animaux étaient nos camarades, cétacés qui étaient là pour nous sauver et nous protéger des requins blancs. Comment une entraineuse qualifiée a-t-elle pu perdre sa vie aux mains d’un animal qui, soit-disant, l’aimait? C’était la question qui me motivait. Et le plus je faisais de recherches, plus tout ceci me paraissait choquant. Je savais que je n’avais pas d’autre choix que de dire la vérité. »

    Cowperthwaite fit la connaissance de plusieurs entraineurs qui avaient quitté Sea World et entamé un rôle actif dans l’étude et le changement de la situation des orques dans les parcs aquatiques. « Le jour où Dawn a été tuée, j’ai contacté [l’ancien entraineur] Jeff Ventre, avec qui j’avais gardé des liens,  » explique John Jett, un entraineur ayant quitté Orlando en 1996. « J’ai dit : tu sais, quelqu’un est mort. » On s’est demandé : alors, que fait-on ? Peut-être qu’il est temps d’entrer en action. » La mort de Dawn était devenu le catalyseur qui nous a fait réagir officiellement contre cette affaire d’orques. »

     Jett et Ventre adressaient en fait ces sujets en public, depuis les années 1990 avant d’être contactés par Zimmerman, et ils étaient impatients de s’engager. « Tim est un bon écrivain, et il fonde ses idées sur des faits et des preuves, ce qui est aussi ma manière de procéder », ajoute Jett. D’autres anciens entraineurs d’orques, dont Samantha Berg, Dean Gomershall et Carol Ray se sont aussi impliqués, suivis de Kim Ashdown et John Hargrove, qui n’ont quitté le parc que plus récemment.

    Après les avoir rencontrés, Cowperthwaite se rendît compte qu’ils pourraient être les acteurs clefs du développement du film. « Je les comprenais », se souvient-elle. « Dès ma première entrevue, je me suis rendu compte qu’ils seraient la colonne vertébrale de l’histoire. Il se trouve que le film est devenu l’histoire de Tilikum, mais racontée par les entraineurs. C’est un film basé sur des faits, tout en étant guidé par des anecdotes et des histoires parallèles - à la fois celles de Tilikum et celles des entraineurs, depuis le début de leur carrière jusqu’à leur désillusion complète. »

    blackfish,sea world,californie,documentaire,orque,baleine,actualité cinéma,cinémaEn préparant les entrevues, Cowperthwaite avait étudié les textes mentionnés précédemment pour préparer des questions pour les entraineurs, mais leurs réponses montraient à la réalisatrice que l’histoire était plus grande qu’elle l’imaginait au début. « J’imaginais donc initialement le film comme une grande histoire à propos des Hommes et des animaux. Mais plus on se mettait à parler, ce qu’ils racontaient à propos de leur carrière à Sea World m’a époustouflé. Les entrevues sont quasiment devenues des enquètes - dont certaines m’ont guidée dans la manière de raconter l’histoire. »

    « Elle posait des questions très générales », se souvient Jett, « des choses comme : quel type d’entraineuse était Dawn? Ou comment se passait le travail avec Tilikum? Mais elle a rapidement ajusté ses questions pour suivre les chemins que je lui proposais. Elle était très flexible, et cela nous a permis de suivre des voies qui en fin de compte étaient très intéressantes. »

     

    Les entraineurs interrogés partageaient un requête en particulier, afin de s’impliquer dans le film : « leur condition sine qua non pour faire partie du film était que ce soit basé sur des faits - et non une reconstruction dramatique. » L’approche de la réalisatrice a immédiatement plu aux entraineurs tels que Jett. «  Elle voulait faire un film honnête, uste et véridique, ce qui étaient aussi mes critères, » explique-t-il. « Et je pense qu’elle a réussi. Éviter de dramatiser est un élément clé pour obtenir - et maintenir - l’attention du spectateur dans un film tel comme celui-ci. Sea World a un sacré talent quand il s’agit de faire passer la communauté scientifique ou militante pour une bande de cinglés. Et, malheureusement, il y a beaucoup d’approches militantes qui, pour une raison ou une autre, ne sont pas acceptés par le courant dominant. Donc un attachement strict à une approche véridique, et fondée sur des faits, est devenu la voix du film. »

     

    Le Professeur Associé Dr. David Duffus de l’Université de Victoria, est à la tête du laboratoire de recherche sur les cétacés. Il apparait dans le film aux cotés de plusieurs autres universitaires et experts en cétacés, et il approuve lui aussi de l’approche choisie par la réalisatrice. « On a tous entendu beaucoup de discours enflammés à propos de Sea World, mais cela ne semble pas informer le public du tout. L’idéal, et ce que Gabriella tentait de faire, serait en fait de réellement engager la question et d’amener les spectateurs à y réfléchir par eux-mêmes. La manière d’y arriver est de simplement présenter les faits, et de laisser le public décider par lui-même, explique Jett. « Tous les anciens entraineurs ont fait très attention à ne pas s’emporter. La chose la plus importante est de dire la vérité. Parce que la vérité est inattaquable. »

     

    La mort d’entraineurs à SeaWorld

    Les inquiétudes à propos du fait que les entraineurs et les orques nagent dans la même piscine à SeaWold, ne sont pas sans fondement. Il y a eu de nombreux incidents - à part celui de la mort de DawnBrancheau – relatés dans Blackfish.

    Un incident connu a eu lieu en 2006 à SeaWorld, pendant lequel une orque de 22 ans du nom de Kasatka attrapa le pied de son entraineur Ken Peter et l’attira au fond de la piscine à plusieurs reprises - devant un public ahuri - au long d’une période de 12 minutes. On voit que Peters est ramené à la surface régulièrement, toujours sous l’emprise de Kasatka, et caresse calmement l’animal avant d’être entrainé à nouveau sous l’eau.

    « C’est incroyable qu’il aie réussi à maintenir sa ventilation, à retenir sa respiration et à ne pas paniquer, explique Duffus. Mais il était à un doigt de la mort. Si ça avait été un Mr Dupont ordinaire, l’affaire n’aurait pas duré plus d’une minute. »

    « Le fait que Kasatka tire Peters jusqu’au fond de la piscine et le ramène à la surface est un comportement, à nouveau, enraciné dans les gènes de l’animal. Tirer les animaux sous l’eau est un comportement de prédateur commun chez les orques, explique-t-il. « Ils font ça avec les phoques. Mais ça serait impossible pour eux de savoir combien de temps un humain peut retenir sa respiration. C’est intéressant à spéculer - c’est une affaire vraiment mystérieuse. »

    « Le mot clé est « prédateur ». Lorsque Kasatka lâche enfin le pied de Peters et que celui-ci se précipite vers une rampe au bord de la piscine, on peut voir que l’orque essaie à nouveau de le capturer - pour on ne sait quelle fin. On voit dans la vidéo que l’orque nage en cercles devant la rampe, et observe ce qu’ils font, explique Jett. Ca me fait penser que l’animal n’en avait pas fini avec Peters. Elle essayait de trouver un moyen de récupérer ce corps. Elle n’avait pas fini. »

    Duffus trouve curieux ce qui s’est ensuite passé avec l’entraineur. « Le fait qu’il travaille encore pour SeaWorld à San Diego est ahurissant! Et Peters insiste qu’il n’avait pas peur. D’une manière ou d’une autre, il n’avait aucun contrôle sur la baleine. Kasatka était en contrôle total et elle ne l’a pas tué. Il a une sacrée chance d’être en vie. »

    blackfish,sea world,californie,documentaire,orque,baleine,actualité cinéma,cinémaDawn Brancheau fût moins chanceuse, sa mort a encouragé l’Occupational Safety and Health Administration (OSHA) a intenter un procès contre SeaWorld, afin d’empêcher que les entraineurs de SeaWorld mettent leurs vies en danger au nom de divertissement. Tout comme Keltie Byrne, Brancheau a été attrapée par Tilikum après être rentrée en contact proche avec l’animal - comme elle l’avait fait une infinité de fois auparavant. 

    Le niveau de frustration et de stress de l’animal est, dans un sens, compréhensible, explique Berg. «  Il est dans une situation horrible. Voilà un animal immense et majestueux qui est réduit à la performance de son petit éclaboussement dans une piscine minuscule, et ça fait 20 ans qu’il le fait ! Ensuite il retourne dans un espace qui représente pour un animal de sa taille l’équivalent d’une cellule de prison. Sa vie est tellement limitée. Il a eu une opportunité de faire quelque chose de plus intéressant, et il l’a saisie. Pourquoi ça a escaladé en quelque chose de si violent, personne ne le saura jamais. » 

    L’animal continuait à « jouer » avec le corps, bien après qu’elle n’ait péri. « On voit ça souvent avec de jeunes orques, explique Duffus. Elles harassent de potentielles proies. Et elles font des exercices d’entrainement avec leurs petits, jouant littéralement avec un phoque mort pendant des heures, le jetant en l’air. Donc c’est un entrainement, afin d’augmenter la force physique et la coordination. C’est une histoire d’évolution.

    Cela a pris à l’équipe de SeaWorld un temps insupportable pour retirer le corps mutilé de Dawn Brancheau de la bouche de Tilikum, après ce que Cowperthwaite a décrit comme une attaque profondément violente. Ils ont seulement réussi en le guidant vers une piscine plus petite qui fût drainée jusqu’à ce que la baleine puisse être atteinte avec des bâtons de bois afin d’ouvrir sa bouche, selon Jett.

    blackfish,sea world,californie,documentaire,orque,baleine,actualité cinéma,cinémaBien que Brancheau soit visible brièvement avec Tilikum pendant la vidéo précédant l’attaque, Cowperthwaite tenait à ne pas inclure les images grotesques de l’attaque. “Il n’y a absolument aucune valeur éducative à voir cette vidéo,” explique la réalisatrice. “Il n’y a rien qu’on ne puisse pas apprendre de l’autopsie.” Bien que les images aient été accessibles (puisqu’elles faisaient partie d’un dossier public dans le cas d’OSHA), elle explique : « dès le départ, quand je pensais pouvoir m’en procurer une copie, je savais que je ne la voudrais pas l’utiliser. Elle est enfermée dans une chambre forte, et la famille est en litige pour essayer de la retirer du public. Il n’y avait aucune raison pour que je l’utilise dans mon film! Je n’aurais pas pu vivre avec cette décision. »

     http://www.magpictures.com/blackfish/

     

     

     

  • Metallica à Kinépolis..

     

    Le mardi 8 octobre, le batteur Lars Ulrich et le bassiste Robert Trujillo seront à Paris pour présenter personnellement leur tout nouveau film « Metallica : Through The Never » au monde entier. Pour les rockeurs belges et les fans de Metallica qui ne peuvent être présents dans la Ville-Lumière, Kinepolis diffuse cette interview live sur grand écran. L'interview exclusive sera suivie par l'avant-première du film. Le film est cependant très différent d'un film-concert ordinaire. Loin d'être un « rockumentaire », « Metallica : Through The Never » combine fiction et concert.

     

    Rockumentary, actualité cinéma, cinéma, Kinépolis, Paris, France, musique, Robert Trujilo, Lars Ulrich, Mettalica,

     

     

    Pour plus d'infos au sujet des concerts sur grand écran chez Kinepolis, surfez sur www.kinepolis.be.

  • The Spirit of 45

    ImageProxy.jpg

    De Ken Loach..

    Synopsis

    L'année 1945 a marqué un tournant dans l'histoire de la Grande-Bretagne. L'unité de son peuple pendant les combats de 1939-1945, et le souvenir douloureux de l'entre-deux-guerres ont conduit à l'émergence d'un nouvel idéal social. La fraternité est ainsi devenue le mot d'ordre de cette époque. Pour former la trame narrative éminemment sociopolitique de son film, le réalisateur Ken Loach a eu recours à des séquences vidéo provenant d'archives régionales et nationales britanniques, à des enregistrements sonores et à des témoignages contemporains.spirit2.jpg

    spirit.jpgspirit 4.jpgspirit2.jpg

  • Twenty Feet For Stardom....un documentaire musical haut de gamme..

     

     

     

    star.jpgDécouvrez dès maintenant l'affiche et la bande-annonce de Twenty Feet From Stardom, le film documentaire de Morgan Neville avec Darlene Love, Merry Clayton, Lisa Fischer, Judith Hill, Bruce Springsteen, Bette Midler, Sheryl Crow, Mick Jagger, Sting, Stevie Wonder,

     

     

    star.jpg

     

    100777_gal.png

    affiche_s.jpgTWENTY FEET FROM STARDOM raconte l'histoire secrète des choristes qui se cachent derrière les plus grands hits de la musique populaire. C'est une célébration de ces voix de l'ombre, de ces performances d'exception qui, au-delà de la lumière des projecteurs, du fond de la scène, apportent tellement à ces chansons que nous connaissons tous.
    Le film suit une demi-douzaine de ces chanteurs de talent à travers l'histoire de la musique. Chacun a sa propre expérience à partager, en marge de la gloire et des stars mondiales. Ils représentent des styles musicaux variés, illustrent des époques différentes, mais tous font partie de la grande famille des voix qui nous font vibrer. Leur tour est venu d'entrer dans la lumières..

     

    100783_gal.jpg

     

    .Morgan Neville est un réalisateur multi awardé...Spécialisé en documentaires musicaux... il a été nominé pour trois Grammy Awards pour "Respect Yourself, The Stax Records story, Muudi's Waters Can't be Satisfied et Johnny Cash 's America..E, 18 ans de carrière il a réalisé pleins de films sur tous les chanteurs et musiciens qui ont marqué la musique du 20ème siècle... productions récentes.. Pearl Jam Twenty (2011); Troubadours ( Sundance Film Festival 2011)

     

    http://youtu.be/WTjCtxMrGgw

    au cinéma le 4 décembre 2013.