24 hour party people

  • Control ....Suite

    24La presse britannique se répand en long et en large sur le décès de Tony Wilson, emporté par un cancer à 57 ans. Pour comprendre cette inflation (justifiée), il faut faire un saut dans le rétroviseur et revenir à Manchester en 1976. Les Sex Pistols se produisent au Free Trade Hall.  Tony Wilson, jeune journaliste qui officie  Granada TV, offre le mois suivant  une première apparition télé pour le tout nouveau groupe punk lors de son émission  So It Goes présentée par Wilson himself....Peu après, cette émission devient la vitrine du mouvement punk  : The Clash, Siouxsie and the banshees, The Stranglers, y apparaissent régulièrement .Parallèllement. wilson_tonyTony Wilson  rencontre  Ian Curtiss chanteur d'un petit groupe sans importance, et ensemble, il vont fonder le Factory Club en 1978 où Curtis et Joy Division ouvrent le bal un mois plus tard.  Le succès aidant, le night-club se mue rapidement en un label où The Durutti Column,  A Certain Ratio,  OMD sont les groupes phares...Tony Wilson recrute d’anciens camarades de classe dont le graphiste Peter Saville et Rob Gretton, manager de Joy Division. «Tous nos musiciens avaient le droit de dégager, ce qui, je pense, était un contrat merveilleux», riait Wilson. C’est comme ça que Factory Records perd les Orchestral Manoeuvres in the Dark, capturé par Virgin.

    Flairant l’arrivée de la techno, Factory crée le club The Hacienda en 1982, qui fermera en 1997, cartonne avec Blue Monday de New Order, et lance les Happy Mondays. C’est l’époque de «Madchester» où règne son roi, Tony Wilson. Sa gestion anarchique noie Factory sous les dettes en 1991. Le producteur réofficie alors sur Granada TV et la BBC Manchester Radio. Caricaturé dans 24 Hour Party People de Winterbottom puis dans Control de Anton Corbijn  Tony Wilson a accédé au statut d’icône en ayant redynamisé un Manchester miné par le déclin industriel, et en jetant à la face du monde les plus beaux hymnes d’une génération désabusée. 
    Site 24 Hour Party People:
    Film de Michael Winterbottom (A Mighty Heart-Angelina Jolie-) satyre sur Tony Wilson Texte posté en Août 2006.