3 jours du condor

  • State of Play. sortie belge.

    http://www.stateofplaymovie.net/

     

    state of playCal McAffrey est un journaliste aux méthodes assez bizarres. Quand il a un papier à écrire, il ne se contente pas de 2-3 heures de recherches sur le net ou n’envoie pas un petit email au porte-parole ou attaché de presse concerné. Lui bouge son petit cul et part enquêter sur le terrain. Le problème avec cette méthode c’est que, sur le terrain, on finit par s’y faire des amis. Dans son cas, il y a Stephen Collins, star montante de la politique américaine, où il s’est fait une réputation d’incorruptible. Alors, quand une des enquêtes de McAffrey sur le meurtre d’une assistante du congrès finit par éclabousser Collins et qu’il découvre un bel imbroglio politico-financier, Cal se dit qu’il aimerait faire comme tous ses collègues et n’avoir qu’un seul copain : Google.

    Pour peu que vous soyez un fan de séries pas totalement inféodé aux âneries foxiennes, le titre du nouveau film de Kevin Macdonald (Last King of Scotland) ne vous sera pas inconnu. Le film est en effet tiré de l’une des meilleures mini-séries sorties du giron de la B.B.C. de ces dernières années. S’il fait inévitablement des concessions sur la profondeur des personnages, ce remake garde par contre l’essentiel d’une intrigue qui gagne, grâce à son resserrement, en intensité dramatique. Macdonald ne s’en cache pas, il signe avec State of Play un hommage appuyé aux thrillers politiques des années ’70, type 3 jours du Condor et Les Hommes du Président. Y ajoutant un casting stellaire (Ben Affleck, Russell Crowe, Helen Mirren,…), Macdonald se donne toutes les cartes pour jouer dans la cour des grands.

    stae of
    Pourtant, il se plante magistralement. Filmé à l'ancienne, comme du temps des deux films précités, en y ajoutant  "Watergate", State of Play ne parvient jamais à sortir d'une certaine torpeur. Et Helen Mirren, d'habitude "imposante" à l'écran, ne fait ici qu'une piètre caricature de ce qu'est une rédactrice en chef. Je pense vraiment que le public, désormais habitués aux effets spéciaux énormes, aux enquètes musclées, aux poursuites infernales high tech, ne va pas adhérer à State of Play. Une  réalisation molassonne pour une histoire trop convenue, où le réalisateur complique inutilement son jeu, et dont on peu deviner la scène suivante sans difficulté.....Bref, à mon sens, film trop "clean cut" contenant des longueurs inutiles et lassantes au possible, pour un final convenu et conformiste. 
    Scénaristes : Matthew Michael Carnahan, Tony Gilroy and Billy Ray

    stateofplaystill

    Avec Rachel McAdams, Ben Affleck, Russell Crowe, ... Universal Pictures Intl Belgium

    Anecdotes: le film a pris du retard à cause de la grève des scénaristes, et avec les défections d'une part de Brad Pitt qui s'était retiré du projet parce qu'il n'avait pu participer à la ré-écriture du scénario, et celle de d'Edward Norton pour des raisons que je ne connais pas, ou du moins, je ne m'en rappelle plus. Beacoup d'eau ayant passé sous les ponts depuis 2007...Cependant quand on voit le résulat, on comprend mieux la réaction de Pitt!

    http://www.stateofplaymovie.net/

    state of p