18 février 2014

Fumée, cendres, Romains et tremblements de terre lors de la première belge du film catastrophe Pompéi

IMG_2644 (Copier).jpgLA DESTRUCTION DE POMPÉI REDEVIENT RÉALITÉ LORS D’UNE PREMIÈRE À BRUXELLES

 

 

 

 

BRUXELLES (18 février 2014)

 – Hier soir, les spectateurs de la première belge du film Pompéi qui se déroulait au Kinepolis Bruxelles ont été complètement surpris lorsque la catastrophe historique s’est à nouveau déroulée à l’écran, mais aussi dans la salle. « Top !» nous raconte Pierre Favry: « Il y avait du feu, il y avait du vent, il y avait du cendre, de la lumière. C’était vraiment super ! » Les effets spéciaux dans la salle se chargent d’apporter une dimension supplémentaire, les spectateurs n’avaient pas été prévenus... « C’était génial. J’étais emballé !», nous explique un spectateur enthousiaste. 

Le public  a été complètement figé par la surprise et les cendres lorsque la catastrophe historique a non seulement pris vie à l’écran mais aussi dans la salle. La manœuvre publicitaire créative a créé une stupéfaction démentielle et une expérience unique lorsque de véritables gladiateurs sont entrés dans la salle. Et lorsque le Vésuve est entré en éruption, une véritable odeur de lave, de fumée et de feu s’est répandue dans la salle où le public profitait tranquillement du film. Personne n’avait été averti de cet exploit et les effets spéciaux ont donc assuré au film une dimension supplémentaire.

 

Veuillez retrouver sur ce lien http://youtu.be/V-nRDbwYmlQ un reportage du spectacle.

 

 

 

Regarder ici la vidéo de cette action : http://www.youtube.com/watch?v=bSGYZ0LvJKk

 

IMG_2512 (Copier).jpgAvant que le film ne commence, le public a été reçu par des hommes et des femmes romaines. Il y avait des gladiateurs à l’entrée qui ont tout de suite imprimé une ambiance particulière à la soirée. Dans la salle de cinéma, des effets spéciaux étaient prévus. Ceux-ci ont bluffé les spectateurs à un moment particulier du film : feu, fumée, cendres, odeur de lave… Tout a été prévu pour que le spectateur de cinéma ait la sensation d’être véritablement à Pompéi. Entertainment One Benelux, le distributeur du film, et Kinepolis ont annoncé qu’ils allaient renouveler l’expérience autre part en Belgique. Ils ne dévoilent pas encore où. Le film est sur les écrans depuis le mercredi 19 février dans les cinémas en Belgique.

 

À propos du film

En l’an 79, Pompéi est l’une des villes les plus importantes de l’Empire Romain. L’esclave Milo rêve de devenir un homme libre et de se marier avec la superbe fille de son maître. Malheureusement, Cassia est mariée à un sénateur romain cruel.  Alors que Milo, trahi, risque sa vie en tant que gladiateur dans une arène, le temps presse dans la ville de Pompéi. De sombres volutes noires surgissent au-dessus du Vésuve… Dans quelques heures, la ville sera le théâtre d’une des plus grandes catastrophes naturelles de l’histoire de l’humanité. Avec dans les rôles principaux Kit Harington, Emily Browning, Kiefer Sutherland, Jared Harris et Carrie-Anne Moss.

 

 

21 avril 2010

AGORA SORTIE BELGIQUE 22/4/2010

 

25312
 En Sélection officielle Hors Compétition au Festival de Cannes 2009 et lauréats de plusieurs prix aux Goyas d'Espagne.

IVème siècle après Jésus -Christ. L’Egypte est sous domination romaine. A Alexandrie, la révolte des Chrétiens gronde. Réfugiée dans la grande bibliothèque, désormais menacée par la colère des insurgés, la brillante astronome Hypatie tente de préserver les connaissances accumulées depuis des siècles, avec l’aide de ses disciples. Parmi eux, deux hommes se disputent l’amour d’Hypatie : Oreste et le jeune esclave Davus, déchiré entre ses sentiments et la perspective d’être affranchi s’il accepte de rejoindre les Chrétiens de plus en plus puissants...sources: agence

Suis pas très films historiques, mais Rachel Weisz se faisant plutôt rare depuis "My Blueberry Nights", ce fut quand même un réel plaisir d'assister à la projection-presse,de la découvrir en d'Hypatie, une femme érudite qui étudie le fonctionnement de l'univers, ce qui en ces temps de la lapidation des paiens par les chrétiens, et surtout le mépris dont étaient l'onbjet les femmes, était un réel tour de force. Mais encore et aussi pour la réalisation de Alesandro Amenâbar réalisateur de The Others et Mar Adentro, et une bande-annonce prometeuse!

 


15 mars 2010

Spartacus la nouvelle série télé aux States qui crée scandale!

spartacus_arena_2010_215x120"Spartacus: Blood and Sand" le nouveau peplum créé par Stephen S. DeKnight et produit par Zack Snyder (300) déchaîne la critique aux Etats-Unis. Et contrairement à ce que le titre laisse à penser, il y a plus de sang que de sable dans cette télé-série, dont le pilote a sucité une énorme vague de protestation. L'homoglobine coule dans chaque séquence, et non seulement, la violence est partout, mais il y a les nombreuses scènes de sex à se farcir. Elles sont partout, dans les arrières salles, les gradins pendant que les gladiateurs d'affrontent, dans tous les coins et recoins de la ville romaine. Les maîtres avec leurs esclaves en attendant l'arrivée des amants, les héros avec les héroïnes, le tout sans voile et artifices. Brut de décoffrage. Ah j'oubliais, il y a même une scène de "partouze" ou plutôt d'orgie, bien dans l'air du temps de cette époque. Je me demande si Canal qui avait en son temps programmé "Rome" avec succès, va prendre le risque après la tornade de critiques négatives, d'ajouter cette série en 13 épisodes, à sa grille programme pour l'année prochaine.

spartacus
 Selon les tabloïds Us, "Spartacus: Blood and Sand"  relègue "Rome et 300" dans le bac à sable de nos enfants, tant il est violent. Pourtant "Rome"  était tout sauf indiqué aux âmes sensibles et cathos en tous genre, l'importance du sex dans cette ville décadende, y était présenté mais d'une autre manière quand même. Du coup, les critiques ont crée un nouveau mot "Pornum" contraction de porno, vous vous en seriez douté, et peplum.  

Le site  ICI. et une vue plongeante sur l'arène là:

 http://www.starz.com/originals/Spartacus/Arena


En savoir plus: cinemovies.fr

15 septembre 2007

Minor! J'ai vu et rencontré J.J.Anaud et José Garcia.

minor posterDans une île imaginaire, perdue en mer bleue rêve, complètement Egée, aux temps très lointains d'avant Homère, Minor (José Garcia) mi-homme, mi-cochon, orphelin et muet, file des jours tranquille dans la douce tièdeur de la porcherie en compagnie de la truie (Mauricette). Au cours d'une escapade en forêt mythologique, il fait la rencontre d'un des personnages les plus influents de son époque, le Dieu-Pan, alias Satyre (Vincent Cassel)l'homme aux pattes de bouc, à la tête flanquée de cornes, au torse couvert de poils,  qui l'initie à sa manière de bouc aux imprévus du paganisme. Plus tard, perché sur une branche d'olivier pour épier Clytia (Melanie Bernier), la fille du patriarche (Jean-Luc Bideau), promise au poète Karkos (Sergio-Persis-Mencheta), Minor fait une mauvaise chute et se tue. Comme on est encore au début du film, et que ce long-métrage d'une fantaisie débridée de Jean-Jacques Annaud n'en est qu'à son début, et que les évènements et la période le permet, il réssuscite et retrouve la parole. Les villageois (Claude Brasseur-Rufus,  Taïra) un peuplade peinturlurée aux rites cocasses, éberlués, découvrent que non seulement il n'est pas mort, mais que de plus, il est doté d'un stupéfiant sens de l'éloquence. Sur les conseils du devin (Bernard Haller) Minor est sacré Roi. Les ennuis commencent.

annaud Minor et Garcia 006
Ce farce débridée, bucolique, lubrique  et onirique, risque de surprendre dans le chef de Jean-Jacques Annaud, qui se frotte aux affres de la comédie, est de celle insolite, qui mélange les genres, matinée au réalisme historique, tel Jean-Pierre Mocky, qui nous délivre un cocktail à base de satyre, fricotant avec les humeurs du pamphlet ...pas très éloigné de Pasolini.  Annaud, voulait un film de poussières, de roche blanche et d'émeraude. L'Amant ruisselait d'humidité, Stalingrad sentait le goudron, . Avec Sa Majesté Minor il fallait des cieux bleus petants, des murs à la blancheur éblouissante, de la chaleur, de la poussière, des senteurs de thym, serpolet, laurier....Bref, Minor  tourné près d'Alicante, où Annaud  a pu bénéficier d'un angle de 360° sans intrus (je suppose qu'il voulait dire par là, sans touristes, sans avions ni autre moyens de locomotion)  est une aventure exceptionnelle, qui s'est faite au fur et à mesure de l'avancée du tournage. Pratiquement toutes les scènes ont été développées en cours de route. José Garcia " Ce ne fut pas difficile pour moi d'improviser, déjà avec Antoine De Caunes sur feu Canal+, même si nos sketchs étaient écrits, il y avait une grande part d'improvisation, et avec les nombreux déguisements que nous nous sommes payés, finalement, je n'ai pas été dépaysé par les conditions de tournages et les tenues très rudimentaires dans lesquelles Annaud nous a "fourré" La plupart du temps, j'étais pratiquement nu, et pieds-nus, et je vais vous faire une confidence, pour pouvoir courrir, marcher, grimper dans le décors naturel de l'île, des falaises crochues, où tout n'était que ronces et rocailles, je mes suis entraîné à durcir ma voûte plantaire. Et lorsque le soir venu, je pouvais chausser de savattes, c'était le pied...(sans jeu d emots). J'apprends encore que les deux truies engagées pour Minor, tout en étant plus ou moins "dressées", oubliaient toutes leurs belles leçons et redevenaient elles-mêmes lorsque des besoins se faisaient sentir.
José Garcia : Imaginez-vous, en plus des terrains escapés, j'ai souvent pataugé dans la m..... de cochon, et respiré leurs pets. Ensuite il  fallait être continuellement sur le qui-vive, des truies cela peut devenir dangereux d'un moment à l'autre"

Minor, n'est pas qu'un film "inclassable", il est aussi, et pour cela Annaud a du se battre afin de décrocher des producteurs ayant envie d'investir dans une telle farce, son premier film en français, et pas n'importe lequel: le français Méditérrannéen. Ainsi, on va de surprise en suprise, lorsque les héros, crottés, hirsutes, et mal fagottés causent dans un français impéccable, digne des meilleures comédies de Molière. Suprenant et très drôle!

mi,nor2
Une scène m'a particulièrement séduite, c'est celle où Minor va se coucher auprès de sa truie, laquelle allaite sa portée. Cette séquence est touchante,  lorsque après on apprends lors de la conférence de presse que, 40 cochons, José Garcia et toute l'équipe se  tenaient dans 4m2. Cela rend le film d'autant plus méritant, car cela ne se remarque pas à l'écran.

minor3
Ensuite, Vincent Cassel. Je ne soupconnais une telle veine comique chez cet acteur, à qui selon Annaud "il n'a fallu que 2 jours pour s'imprégner de son personnage, mi-homme, mi-bouc, alors que être à l'aise sur "ses pattes arrières rebondissantes" était loin d'être évident. Il a le physique troublant d'un Faune, il possède quelque chose qui fait penser aux représentations médiévales du Dieu Pan et de son descendant, le séduisant Lucifer. Vincent représente très bien cette vigueur païenne d'un acteur capable de communiquer ce total plaisir de vie, de joie. Il est fascinant comme le diable"

Plein de clins-d'oeils au bestiaire mythologique, ce film se laisse regarder avec un plaisir non dissimulé, et le défilé de créatures aussi démentes qu'intrigeantes, mélange de parties humaines et des membres d'une partie animale, telles le Centaure, la Gorgone, La Harpie,le Minotaure, n'est pas fait pour déplaire. Ce film s'est certain, va en choquer plus d'un, car en fait, il ne parle que de Q, à toutes les sauces; Homosexualité, triolisme, échangisme, Zoophilie. Et quand lle Dieu Pan s'envoye en l'air dans un tronc d'arbre dont il a eu soin de bien polir les angles des fesses. ..on reste sans voix! Mais soyez rassurés quand même, même si elles existent, ces scènes ne sont pas "vulgaires". En ces temps reculés, le péché, qu'il soit mortel, ou véniel, ou de la chair, n'existait pas encore, et toutes les extravageances sexuelles étaient permises. C'est sans doute le message que Annaud à voulu faire passer.  annaud Minor et Garcia 001
Minor, serait-elle un comédie déguisée, cachant sous ses rires et sa jouissance, des intérrogations sur notre monde? Annaud: "J'ai eu seulement envie de retrouver la liberté décomplexée propre à la période (Grece ancienne à mi-chemin des temps anciens et du nouveau monde) Une innocence sans arrière-pensée, tellement loin des rigidités de notre époque que l'on dit libérée. Dans le monde Grec, il n'y avait pas de notion de bien ni de mal lié au désir sexuel, le concept culpabilisateur du péché de chair n'éxiste pas"

MInor6
Minor est un film qui surprendra les fans de Annaud. mais laissons à ce dernier, le mérite d'oser changer radicalement de cap, pour notre plus grand plaisir.

Crédit photos: toutes ImagesNet sauf Jean=Jacques Annoud et moi-même. Copyrights Mich Claes. rencontre avant-première privée Ugc Toison d'Or 14 septembre.