dominic cooper

  • NEED FOR SPEED CÉLÈBRE LE 50e ANNIVERSAIRE DE LA FORD MUSTANG

    .  Aaron Paul, Dakota Johnson, Dominic Cooper, Michael Keaton, Imogen Poots et Kid Cudi, Need for race, Mustang, actualité cinéma, cinéma, courses, Lamborghini, Maserati, Ferrari, Porsche, vitesse, Usa, Ford Motor Company Belgique et le distributeur de films Entertainment One Benelux se sont associés ce samedi le 12 avril pour célébrer le 50e anniversaire de la Ford Mustang. Quoi de mieux que l’avant-première Belge de “Need For Speed” au Kinepolis d’Anvers comme cadeau d’anniversaire, un film dans lequel la Mustang revêt un des rôles principaux. Juste avant cette séance, le Kinépolis d’Anvers a accueilli sur son parking l’arrivée d’une parade de plus de 50 Mustangs, parmi celles-ci des ancêtres et des nouvelles.

     Des propriétaires de voitures de sport exclusives (Lamborghini, Maserati, Ferrari, Porsche…) ont pu s’inscrire à l’avant-première avec leur voiture. À peu près 200 magnifiques bolides, dont quelques-uns figurent également dans le film “Need For Speed”, sont assurés un accueil chaleureux sur le parking du Kinepolis d’Anvers.

     Après la séance du film « Need For Speed » il y avait aussi une surprise pour les fans des bolides. Pour la première fois en Benelux et seulement pour la troisième fois en Europe, Ford a introduit la FORD MUSTANG 2015, la nouvelle édition de la voiture, au public. La voiture a reçu une introduction appropriée et était accueilli avec des applaudissements.

     NEED FOR SPEED sort dans les salles le 16 avril.

    Synopsis : Alors que la concession automobile de Tobey Marshall (Aaron Paul) menace de tomber en faillite, ce dernier décide de s’associer à un ex-pilote de la NASCAR, l’arrogant Dino Brewster (Cooper). Dino fait atterrir injustement Tobey en prison pour tentative de meurtre pendant une course désastreuse. À sa sortie de prison, Tobey n’a qu’un seul objectif : se venger de son ex-partenaire. Il décide d’agir lors de la célèbre DeLeon Race. Mais pour y parvenir, Tobey va devoir tenter de se débrouiller dans un monde de bolides ultrarapides, d’échapper aux poursuites de la police et à un Dino violent, qui a décidé de mettre un contrat sur sa tête. Cette course s’annonce comme la plus tendue de tous les temps. 

    Casting : Aaron Paul, Dakota Johnson, Dominic Cooper, Michael Keaton, Imogen Poots et Kid Cudi

    Bande-annonce : https://www.youtube.com/watch?v=j3TkqrVyNfQ&list=UUH106YxkytIYWLtSQQBgyLQ

     

    .  Aaron Paul, Dakota Johnson, Dominic Cooper, Michael Keaton, Imogen Poots et Kid Cudi, Need for race, Mustang, actualité cinéma, cinéma, courses, Lamborghini, Maserati, Ferrari, Porsche, vitesse, Usa,

  • Dead Man Down Vu pour vous! Colin Farrell et Noomi Rapace pas très convaincants!

     

    DEADMAN.jpg

    Victor est le bras droit d'Alphonse, un caid New-Yorkais. Quelqu'un s'en prend à leur gang dont les hommes sont abattus les uns après les autres, et l'assassin multiplie les messages de menace. Espèrant s'attirer les faveurs d'Alphonse, Darcy, un ami de Victor se lance sur les traces du tueur. Lorsque Victor fait la connaissance de Béatrice, une française qui vit en face dans un immeuble tour avec sa mère, Valentine; il est tout de suite attiré. Il va vite découvrir qu'elle n'est pas ce qu'elle prétend. Béatrice est une victime qui a été défigurée dans un accident de voiture, et elle aimerait que Victor l'aide à "coincer" le chauffard... Mais Béatrice va elle aussi se rendre compte que Victor n'est pas exactement ce qu'il avait dit..Lui aussi à un compte à règler....Ces deux êtres assoiffés de vengeance vont mettre au point un plan qui n'épargnera personne.

    dead_man_down_box_office.png

    dead_man_down_opening_weekend.png

     

    Niels Arden Oplev qui a réalisé "The girl with the dragon Tatoo" le premier volet de Millenium, film qui a vu la carrière internationale de Noomi Rapace exploser, replonge dans le thriller et le réussit avec brio, du moins c'est ce que la bande-annonce laisse à penser. Mais attendons de voir quand même, car la presse américaine n'est pas tendre avec ce film....Ni moi non plus! Effectivement, comme cela arrive fréquemment, la B.A. est trompeuse, très trompeuse....En fait pour tout vous dire, l'essentiel s'y trouve ou presque. Et perso, je partage l'avis de certains  critiques qui dénoncent des scènes vues et revues, et qui font de Dead Man Down, un film qui n'apporte strictement rien au genre. Oplev ne parvient pas à maitriser les ficelles d'un bon polar noir! Malgré un début en fanfare, son "jouet" se traîne, et on a parfois du mal a entrer dans la trame., d'autant que les dialogues sont supers convenus. Oplev retrouve sa Muse dont le rôle glacial ici mais parfaitement maitrisé fait penser à Lisbeth Sander de Millenium, à ses côtés, Colin Farrell, ayant connu une petite traversée du désert, et qui revient en force au devant de scène depuis Seven Psychopats...Terrence Howard inégal, Dominic Cooper un rien  parano, et c'est un emphémisme et.....Isabelle Huppert...dans un rôle complètement à l'ouest, s'exprimant tantôt en français , tantôt dans un anglais approximatif, et dont le caméo apporte une petite touche de douceur dans la violence...Tout en s'occupant de son poulet, et des ses cookies, elle ne perd pas sa fille de "vue" . Nous avons même droit à quelques échanges dans la langue de Voltaire entre les deux....Surprenant!

    Cependant, partagée entre avoir assisté à un film d'action correct et un scénario aussi plat qu'une feuille de cigarette, et si peu crédible, je me pose mille questions..Comment Victor t-il pu infilter le gang d'Alphonse et s'y rendre indispensable , alors que dès le départ, le spectateur est averti que deux ans auparavant, le gang a assassiné sa femme et sa fille?..Comment a-t-il pu se procurer tout un arsenal digne des meilleures équipes de Navy Seals??? Pourquoi Farell et Rapace qui habitent le même immeuble depuis des années ne se sont-ils pas rencontrés auparavant? Bref que dire. Faut-il aller voir ce film? ...Pour les fans du beau Farrel?  Oui! Pour ceux de Rapace, éventuellement!  Quoique entre les deux, aucune chimie ne s'installe et lorsque dans le métro, leurs lèvres tentent un rapprochement sur fond d'une chanson de ZAZ....., on a plus envie d'éclater de rire....même si à cet instant précis, on sait qu'ils ont réussi!..Oups! Je viens de dévoiler la fin....SORRY! Pour Huppert, why not! Ah, pour les effets spéciaux....Peut-être...Reste cependant, une carte postale de New-York comme vous ne  l'avez sans doute jamais vu....Le lower East-side avec ses immeubles délabrés, ses quais avec de vieux rafiots rouillés plein de rats, et son cimetière ....Bref, s'il pleut, ou si il n'y a rien d'autre de mieux, ce qui m'étonnerait, dans les salles..

    dead-man-down-.jpg

    Dead-Man-Down-2.jpg

    DeadManDownWallpaper02.jpg

    Dead-Man-Down-Wallpaper-.jpg

    Dead-Man-Down-3
<iframe src=

  • Marilyn Monroe's Ultimate DVD

    mmdvd bx.jpg

    A la veille du 50ème anniversaire du décès de Marilyn Monroe, rien d'étonnant à ce qu'on retrouve son visage sur un énorme merchandising à chaque coin de rue. Cela va des Mugs aux sous-verres, en passant par des draps de bain, des sets de tables, des chaises, des fauteuils, et même des boites de chocolats façon Andy Warhol....Bref, la plupart du temps, "Kitchissîme" à souhait et de très mauvais goût. Surtout la fameuse scène sur la bouche de métro new-yorkais!  Et les libraires ne sont pas en reste non plus. Leurs rayonnages affichent de nombreux magasines avec en couverture le visage de la Star. La plupart du temps, c'est une MM glamour, tout en strass et en paillettes, pourtant, ce n'est personnellement pas la Marilyn que je préfère...Loin de là! Au contraire, parmi toute la documentation dont je dispose, et qui va de quelques photos inédites ramenées de New York, aux nombreux ouvrages publiés, ce sont toujours des photos tout en simplicité qui attirent mon regard....Même si je les ai déjà vues de centaines de fois....elles me ravissent encore toujours autant.... cinquante ans plus tard. J'avais quinze ans lorsque j'appris son décès, et depuis je suis restée "scotchée" à son aura. J'aime particulièrement les photos prises à la sauvette (ou pas)  où pratiquement non maquillée, avec ou sans foulard, chaussant ses lunettes noires ou pas..en villégiature chez des amis, roulant en vélo, Marilyn irradie de simplicité!....même dans un sac de patates

    potatoe.jpgJe parlais des libraires et des boutiques vendant des objets Kitch (que j'ai toujours détestés) mais il y a encore les studios qui, sortent un DVD spécial collector. Depuis auourd'hui, on retrouve dans les bacs un DVD Blu-Ray consacré à l'un des plus grands Monstres sacrés du 7ème art! Ce coffret contient Comment Epouser un Millionnaire - La Joyeuse Parade - Les Hommes Préfèrent les Blondes - La Rivière Sans Retour - Sept Ans de Réflexion. Bizarrement, pas de traces de Certains l'aiment Chaud (??) par contre, My Week With Marilyn sort également en Blu-Ray DVd. 

    A propos de Sept ans de Réflexion: Elle en a fait chavirer des coeurs, lorsque sur le trottoir de Lexington avenue, une des bouches d'aérations du métro New Yorkais soulevât sa robe...A tel point que cette scène mythique (en présence de Joe DiMaggio super jaloux...et on le comprends) du être réalisée et entièrement reconstituée en studio par après, et que la première mondiale qui eut lieu le 1èr juin 1955 au Loew's Theater de New York frôla l'hystérie collective. "Sept ans de réflexion" en dépit du ton acerbe des quelques critiques New Yorkaises, pour le jeu de M.M., fut un succès commercial sans précédent. ....Et la photo détournée de façon très humoristique....

     

    marilyn 023.jpg

    Tous mes précédents billets sur Marilyn des inédits, des photos rares, des vidéos sont à consulter sur

     http://mich-silence-on-tourne.skynetblogs.be/tag/marilyn+monroe (copié/coller ceci)

     

    ....

     

     

     

     

     

     

  • Noomi Rapace blessée

    dmro.jpgLa comédienne qui enchaîne tournages sur tournages, les derniers en date étant "Baby Call- Sherlock Holmes et Prometheus"  se trouve actuellement à New York, où avec Colin Farrell, elle met de nouvelles scènes de "Dead Man Down" en boite dans la Grosse Pomme! Pour les besoins, l'actrice arbore de sérieuses égratignures sur une grande partie du visage....Bravo au maquilleuses sur ce coup là! Et, je retrouve avec plaisir Dominic Cooper au générique. Un acteur au talent énorme et qui mériterait lui aussi une reconnaissance internationnale (Souvenez-vous "The Devil's Double") et qui donnait la réplique à Michelle Williams dans "My Week With Marilyn"... Dead Man Down c'est l'histoire d'un tueur professionnel, homme de main d'un ponte de l'underground New Yorkais qui tombe amoureux d'une des cibles de son boss! Sortie prévue en juin 2013. Et c'est une fois de plus Niels Arden Oplev qui tient les commandes. Vous savez c'est le réalisateur qui a réussi de maitresse façon à adapter la trilogie Millenium au cinéma....franchise qui nous a permis de découvrir la superbe Noomi...et moi de la rencontrer "en vrai" à Bruxelles!  noomi rapace prometheus,colin farrell,new york,usa,united states,a ctualité cinéma,ciné,cinémanoomi rapace prometheus,colin farrell,new york,usa,united states,a ctualité cinéma,ciné,cinémanoomi rapace prometheus,colin farrell,new york,usa,united states,a ctualité cinéma,ciné,cinémanoomi rapace prometheus,colin farrell,new york,usa,united states,a ctualité cinéma,ciné,cinéma

  • Abraham Lincoln Vampire Hunter. Vu pour vous!

     

    lincoln.jpg

    Timur Bekmambetov (Wanted) et Tim Burton deux cinéastes visionnaires ont adapté la nouvelle de Seth Graham, lequel a écrit le scénario avec Simon Kinberg ....et revisitent le mythe du vampire tel qu'il est vraiment...et pas comme dépeint dans une saga pour ados....Le duo remet le vampire à sa juste place dans une fresque exceptionnelle . Cependant, même  si au départ, je me suis interrogée quant au bien fondé de faire du 16ème président des Etats-Unis, le héros principal d'une histoire "sanguinolente"... où au travers de son journal de bord, on lui colle un "autre" passé sur le dos..... était une bonne idée  (Quoique avec Seth Graham, nom derrière Zombie cela ne m'étonne qu'à moitié) Et ma réponse est....OUI!  Jamais je n'aurais cru que la dualité Abraham Lincoln, grand émancipateur et impitoyable exterminateur de créatures de l'au-delà, deux thèmes qu'on ne s'attend pas à voir réunis, puisse fonctionner et au final donner lieu au premier vrai Super-Héros....(ce dont raffolent les cinéphiles d'aujourd'hui) Cependant cette dichotomie est au coeur du film....où la vie entière d'Abe semble reflèter la mythologie des héros de comics...!  Pendant toute la projection, je me suis accrochée à cette histoire rocambolesque pour non pas, en retenir que le côté spectacle, mais également être en plein dedans et finalement "croire " à cette histoire. Why not? Le cinéma n'est-il pas fait de rêves les plus fous???....Un peu lent au démarrage.... l'enfance d'Abe et la mort de sa maman par un vampire-  le film s'anime dès sa rencontre avec Henry Sturges (Dominic Cooper ) un bel aristocrate qui va lui apprendre tous les rudiments pour éliminer les assoiffés de sang. L'approche de Sturges n'est pas vraiment celle de Abe, mais il va néanmoins s'en servir pour assouvir sa terrible vengeance, celle d'éradiquer tous ces monstres, mais surtout éliminer celui qui a assassiné son fils et sa maman ...Ce duo qui n'est pas sans rappeler Sherlock et Watson, fonctionne à merveille.....parce que, il faut le dire, ces vampires là ne sont ni romantiques, ni drôles, ni très reluisants, mais surnois et particulièrement effrayants car ils vivent incognitos parmi les hommes.. certains sont forgerons, d'autres pharmaciens ou banquiers. Et que les précieux conseils de son "mentor" sont les bienvenus!  .Mèlant fiction avec réalité en y insérant des personnages ayant vraiment existés comme  Marry Todd (Mary Elizabeth Winstead) William Johnson (Anthony Mackie) Joshua Speed ​​(Jimmie Simpson) et Stephen A. Douglas (Alan Tudyk), le film dresse également le portrait d'une figure éminemment appréciée des américains et revient sur des évènements majeurs qui ont façonnés les Etats-Unis et qui influenent encore certains débats du XXIème siecle. Mais il propose aussi de grandioses scènes de combats pendant la guerre civile, où les "mauvais" sudistes sont représentés par des soldats vampires, et où les Nordistes "menés" par le sens oratoire de leur président gagneront la bataille non sans dommages collatéraux....Je croise les doigts que pendant l'énorme cavalcade des chevaux, aucun de ceux-ci n'aient été blessés, car cette séquence là  est pour moi l'une des plus spectaculaires jamais montrées sur grand écran...Faut voir, Walker du haut de son mètre nonante, sauter de l'un à l'autre...le tout en 3D ...et celle du train de marchandises roulant à tombeau ouvert sur un énorme pont en bois complètement enflammé!. Des séquences aux effets spéciaux à couper le souffle, auxquelles je joins celle où Abe, son ennemi juré et Vadoma un de ses soldats féminins redoutables, exécutent une chorégrapie de combat mèlant corps à corps et maniement de la hache, pendant la scène de bal.. celle que Bekmanvetov appelle "La Valse de la Mort" alors qu'auteur d'eux cela bouge toujours, les protagonistes sont "gelés" dans un superbe ballet aérien.. Avec les lunettes chaussées sur le nez, on voit passer les lames à quelques millimètres de soi! Grisant!   Au départ on jurerait voir une scène paisible de "Autant en Emporte le Vent" jusqu'à ce que les invités se mettent à voler aux quatre coins de la pièce. On voit des vampires bondir au plafond, et des têtes tomber devant soi...Si vous pensiez avoir tout vu en matière de scènes d'action....détrompez-vous... The Vampire Hunter va vous en mettre plein les mirettes...Dans Wanted, Bekmanvetov avait déjà montré toute l'étendue de son talent dans ce domaine, mais ici il se surpasse...Ces scènes là,  s'inscrivent parfaitement dans l'univers esthétique et créatif du réalisateur! Abraham Lincoln ;Chasseur de Vampires se montre en tout cas fidèle à l'esprit des deux cinéastes, des maîtres dans l'art de regarder le monde autrement!

     The Vampire Hunter est le film d'action par excellence, où il faut faire fi  des invraisemblances pour  savourer le spectacle grandiose proposé par leTim Burton-Timur Bekmanvetov ....celui dont on se souvient longtemps après.. Moi, cette saga sur fond de guerre civile à Gettysburg (entre autre) m'a emballée.... Cela semble incroyable de voir un Président loyal le jour derrière son bureau oval (1) et vengeur la nuit....Pourtant la mayonnaise prends! Cependant, je pense sincèrement que ce film s'adressera surtout aux spectateurs avides de grands spectacles, et pas trop aux gens qui aiment ce que l'on appelle un bon film....à ranger dans les classiques du 7ème Art!

     

     Avec Dominic Cooper, Elisabeth Winstead, Rufus Sewell, Benjamin Walker  linc.jpg

    li.jpg 

     

     

     

    .http://fr.wikipedia.org/wiki/Abraham_Lincoln,_chasseur_de_vampires

     

     

     

    lincolnn.jpg

    lincoln.jpg

    lincol.jpg

    actualité cinéma,ciné,cinéa,timur bekmanvetov,tim burton,usa,united states,confédération,secession abraham lincoln,lincoln,abraham incoln vampire hunter,dominic cooper,elisabeth winstead,benjamin walker,seth graham smith,rufus sewel

    actualité cinéma,ciné,cinéa,timur bekmanvetov,tim burton,usa,united states,confédération,secession abraham lincoln,lincoln,abraham incoln vampire hunter,dominic cooper,elisabeth winstead,benjamin walker,seth graham smith,rufus sewel

    actualité cinéma, ciné, cinéa, Timur Bekmanvetov, Tim Burton, Usa, United States, confédération, secession Abraham Lincoln, Lincoln, Abraham incoln Vampire Hunter, Dominic Cooper, Elisabeth Winstead, Benjamin walker, Rufus Sewel,

     1. Cette scène n'est pas sans évoquer, John-John, le fils de Kennedy qui jouait en dessous de ce fameux bureau!

     

    Anecdotes: Benjamin Walker a du perdre 15 kilos pour ressembler à la légendair minceur "Lincolnienne".

    Les scènes d'action, de combat et les cascades du film n'ont pas été tournées à Hollywood, ni dans les locaux de la Prod à la Nouvelle Orléans, mais à des milliers de kilomètres de là, au Kazakhstan, dans l'école de combat por acteurs du chorégraphe Igor Say, l'Acting School of Fighting Kun-Do.

    Les semaines précédant le tournage,  Mic Rodgers, coordinateur de cascades dans Mr and Mrs Smith, Wanted et Fast and Furious, ainsi que Don Lee, coordinateur des combats dans la franchise Pirates des Caraïbes ont travaillé avec Benjamin Walker. Un entraînemant exténuant à base de stretching, yoga, boxe et de travail sur le jeu de jambes..Sans oublier les nombreuses heures passées à manier la hache spécial vampire...

    Tout le monde connaît les mousquets, les baïonettes et les haches. Mais personne n'avait jamais émis l'idée de les réunir sous une seule arme. Burton/Bekmanvetov l'ont fait. Et c'est une arme redoutable!

  • My Week With Marilyn. Super Michelle Williams et le plein de clips!

    sans-titre2.png

    ENGLISH SYNOPSIS

     

    In the early summer of 1956, 23 year-old Colin Clark (Eddie Redmayne), just down from Oxford and determined to make his way in the film business, worked as a lowly assistant on the set of ''The Prince and the Showgirl.'' The film that famously united Sir Laurence Olivier (Kenneth Branagh) and Marilyn Monroe (Michelle Williams), who was also on honeymoon with her new husband, the playwright Aurthur Miller (Dougray Scott). Nearly 40 years on, his diary account ''The Prince, the Showgirl and Me'' was published, but one week was missing and this was published some years later as ''My Week with Marilyn'' – this is the story of that week. When Arthur Miller leaves England, the coast is clear for Colin to introduce Marilyn to some of the pleasures of British life; an idyllic week in which he escorted a Monroe desperate to get away from her retinue of Hollywood hangers-on and the pressures of work.

    week 12.jpg 

    week2.jpgweek 8.jpgFRENCH SYNOPSIS

     

    Durant l’été 1956 Colin Clark, qui vient de terminer ses études, travaille en tant qu’assistant de production sur le tournage de The Prince and the Showgirl, avec dans les rôles principaux Sir Lawrence Olivier et Marilyn Monroe. Quand le mari de Marilyn, le scénariste Arthur Miller, doit s’absenter pour affaires Colin est désigné comme accompagnateur de Marilyn. MY WEEK WITH MARILYN, basé sur la publication des mémoires de Colin Clark, nous montre comment se déroulent les 7 jours entre la star mythique et l’assistant inexpérimenté et timide .

    united states,usa,new york,big apple,marilyn monroe,lexington avenue,le prince et la danseuse,sir laurence olivier,arthur miller,actor's studio,my week with marilyn,actualité,actualité cinéma,ciné,cinéma,insolite,biopic,festival du film de new york

    Comme vous pouvez le voir dans le fac-similé de l'invit presse......le distributeur a prévu des Itv téléphoniques. J'avoue honnètement que si j'avais la chance d'être parmi les sélectionnés, non seulement ce sera une première pour moi...mais également un moment de grande solitude...Ne pas avoir "M.M." devant moi, comment vais-je faire? J'ai déjà rencontré quelques grosses pointures, mais souvent en face-à-face, quelque fois en duo, très peu en collégial.....Alors par téléphone....au secours, comment fait-on? Soit, je ne me prends pas la tête avant, suis même pas certaine d'en être..because priorité à la grande presse..Par contre, ce dont je suis certaine, c'est d'avoir vu un très bon film, par moment un peu trop linéaire, mais qui retranscrit à la perfection les 7 jours pendant lesquels Marilyn, qui se trouvait à Londres pour tourner "The Prince and the Showgirl" ...et qui passait par de grands moments de doutes à des remises en question!  C'est dans ces moments là, loin du strass des paillettes, et des flashs des paparazzi que, Marilyn sous le straits de Michelle Williams apparaît plus vraie que nature. La comédienne dont je doutais du bien fondé dans la peau de la star, propose un portrait intimiste, et personnifie M.M. d'une magnifique façon...tant dans les gimmicks que dans les attitudes..le clignement des yeux, les moues facétieuses...TOUT y est! .Elle est Marilyn, à tel point que ses nominations aux Oscar et autres différents Awards ne sont certainement  pas usurpées.

    biopic,mariyn monroe, Simon Curtis, Kenneth Branagh, Emma Watson, Milton Greene, chris cooper,milton greene,sir laurence olivier,le prince et la danseuse,my week with marilyn,michele williams,arthur miller,actualité,actualité cinéma,ciné,cinéma,usa,united states,kate perry,vidéo,clip,the one that got away

     

    united states,usa,new york,big apple,marilyn monroe,lexington avenue,le prince et la danseuse,sir laurence olivier,arthur miller,actor's studio,my week with marilyn,actualité,actualité cinéma,ciné,cinéma,insolite,biopic,festival du film de new yorkPOur la plupart, Marilyn est plus Icône qu' actrice...certains on vu plus de photos qu'ils n'ont vu ses films, d'autres l'aiment parce que son visage apparaît partout et sur tout...qu'on ne peut s'empêcher, même si on n'est pas de la même génération, de ressentir une certaine empathie ! Pour le réalisateur, se plonger dans les mémoires de Colin Clark, un des assistants au Royal Court Theater où se déroulaient les prises de vue du film, était le meilleur moyen de "voir" ou plutôt de montrer la vraie Marilyn. Cette rencontre improbable avec l'Assistant numéro 3, celui qui a accès à tout, mais qui ne sert pas à grand chose, qui doit être visible et invisible à la fois, va donner lieu a des moments exceptionnels. Spécialement lors des escapades a deux, de la visite à Eton, au Château des Windsor, jusqu'au bain pris dans un étang. Dans ces instants , (qui ont réellement eu lieu), Marilyn seule après le départ d'Arthur Miller, lassé par ses incertitudes, se tourne vers Clark, et devient  "madame tout le monde" loin de la foule déchaînée le temps d'une "journey"..Elle avait besoin d'une épaule, et cette "béquille" ce fut Colin Clark! En sa compagnie, on découvre une Marilyn rayonnante, souriante, enjouée et simple. Quant arthur Miller quitta l'Angleterre, la voie fut dégagée pour que Clark puisse montrer à Marilyn les joies de la vie britannique, une semaine "idyllique" pendant laquelle il a escorté l'actrice, désespérée de son cortège d'assistants et d'agents hollywwodiens qui la suivait partout, et de laisser derrière elle les pressions du travail.. 

     

    united states,usa,new york,big apple,marilyn monroe,lexington avenue,le prince et la danseuse,sir laurence olivier,arthur miller,actor's studio,my week with marilyn,actualité,actualité cinéma,ciné,cinéma,insolite,biopic,festival du film de new yorkA d'autres moments, devant les caméras, seule dans son cottage (°°°°) ou entourée des comédiens du film (Le Prince je précise, parce que nous assistons à un film dans un film) le réalisateur nous  renvoit vers celle que tout le monde pensait connaître et qu'elle était .....réellement, une femme apeurée, peu sûre d'elle, imprévisible et parfois schizophrène...mais en même temps vulnérable, douce, tendre, et agréable!  Michelle Williams personnifie à merveille toutes ces facettes là, et nous rend le personnage Monroe très humain..comme la confession de quelqu'un quelle aurait sans doute préféré être, et non pas cette poupée 'barbie' qui pour s'échapper du monde "virtuel" dans lequel elle grâvite,  abusait d'alcool et de médocs, et de la présence constante de Paula Strasberg à ses côtés, sans qui elle refusait de venir au studio....Toutes ces choses qui firent du tournage une vraie galère pour toute la prod, et Sir Laurence Olivier en particulier! Heureusement qu'au final le film fut un succès, et propulsât Marilyn au sommet de son art..Quelques séquences nous montrent Michelle Williams tournant les plans les plus connus, (voir clip) et quand on les compare avec les vraies séquences, on peut dire sans se tromper que Marilyn est là devant nos yeux....Cependant, même si j'ai apprécié la très bonne performance de Williams, je pense qu'elle aura fort à faire avec Meryl Streep, Tilda Swinton et Glenn Close....Et je vais vous dire que je n'aimerai faire partie du jury pour l'attribution de l'Oscar de la Meilleure actrice...Toutes les quatre sont hallucinantes de vérité, et un ex-aecquo me conviendrait mieux...

    week6.jpgAvec Dominic Cooper (photo Tamara Drewe-The Devil's Double) Emma Watson, Julia ormond, Kenneth Branagh, Judi dench, Eddie Rednaye.

     Scénario Adrian Hodges d'après The Prince, the Showgirl, and Me : Six Months on the Set with Marilyn and Olivier et Une semaine avec Marylin de Colin Clark, publié en septembre 1995 et qui fut très acclamé par la critique.  Il devint ensuite l'un des plus prolifiques producteurs -réalisateurs de documentaires

    "My Week with Marilyn" devrait faire un carton, car aujourd'hui, tout ce qui touche de loin ou de près au mythe M.M. rassemble les foules de fans que la star à toujours eus.
    La compagne de Heath Ledger a mis quelques mois à remonter la pente, après le décès inopiné du comédien, mais aujourd'hui, maquillée comme elle,  ce rôle est taillé  pour elle. Comme ce fut a cas pour M.M. Le Prince et la Danseuse" a vraiment signifié un pas en avant pour la grande star, qui sortait définitivement du statut de "greluche de luxe" dans lequel elle était confinée...Talent confirmé par la suite avec "Bus Stop" et "Niagara". Donc la route Hollywoodienne est grande ouverte pour Williams aussi!

     

     

    .week11.jpgweek5.jpg

     °°°° La prod a utilisé le vrai cottage, afin de mieux s'imprégner.  Ce fut un moment d'une rare émotion que de se retrouver là où la star à passé un mois....en vrai....Sans doute doit-on y voir la raison de l'exellence de la réalisation!

     

     

     

     

     

      

     

     

    Le tag Marilyn Monroe en dessous vous mènera vers les très nombreux articles consacrés au film et à la star en particulier!!! A VOIR!!

  • My Week with Marilyn...nouvelles photos....

    mm.jpgMarilyn Monroe fait comme on le sait, l'objet de deux biopics. Le premier intitulé "My week With Marilyn"  relate les tensions qu'il y avait entre Sir laurence et Marilyn Monroe, pendant le tournage du film "Le prince et la danseuse" "My Week with Marilyn" (**) devrait faire un carton, car aujourd'hui, tout ce qui touche de loin ou de près au mythe M.M. rassemble les foules de fans que la star à toujours eus.
    Michelle Williams, la compagne de Heath Ledger, qui lui prête ses traits dans ce "faux-vrai-biopic" a mis quelques mois à remonter la pente, après le décès inopiné du comédien, mais aujourd'hui, maquillée comme la star, on voit que ce rôle est taillé sur mesure pour elle. Comme ce fut a cas pour M.M. "Le Prince et la Danseuse" a vraiment signifié un pas en avant pour la grande star, qui sortait définitivement du statut de "greluche de luxe" dans lequel elle était confinée...Talent confirmé par
    la suite avec "Bus Stop" et "Niagara".

    ..Le film est une adaptation du bouquin de Colin Clark (Eddie Redmayne), assistant de Laurence Olivier, âgé de 27 ans à l'époque, et qui prit de nombreuses notes pendant le tournage du "Prince and The Showgril" en Angleterre. Tournage plein de péripéties dues principalement aux scènes de ménage entre Vivien Leigh (Julia Ormond) et Laurence Olivier (Kenneth Branagh) , et les nombreuses absences pour boissons de la comédienne anglaise..

    Aujourd'hui de nouvelles photos font leur apparition sur le net...Le film s'ouvre  une interpèrtation de "Heat Wave" un des succès de Marilyn chanté dans "There's no Business Like Show Business".....par une Michelle Williams tout en lamé doré. (photo 1)

    La deuxième photo représente la fameuse scène de "Something Got to Give", le dernier film inachevé de Monroe...
    mm3.pngmm5.png

     



     

     

  • The Devil's Double en salle ce 21 /9 A VOIR!!!!

    devil's trouible.jpgde Lee Tamahori (Die Another Day, State of Union)

    L'oeuvre est tirée de l'histoire vraie de Latif Yahia, l'homme qui a été obligé, par la famille Hussein, d'officier comme sosie d'Udai Hussein, le fils cruel de Saddam Hussein.

     Badgad, 1987. L’Irak vit sous la dictature de Saddam Hussein. Son fils aîné, Oudaï Hussein, est un être narcissique, cocaïnomane, abuseur, pour ne pas dire carrément cinglé. Surtout, Oudaï l’enfant gâté est terrifié par la perspective d’être assassiné. C’est pourquoi il « engage » un double qui a le grand malheur de lui ressembler physiquement, Latif Yahia, lieutenant de l’armée mandaté de prendre son identité pour ses apparitions publiques. Réalisé par le cinéaste néo-zélandais Lee Tamahori, ce film offre à Dominic Cooper qui nous avait habitué à des rôles plus softs,  (Tamara Drew, The Duchess, Mamma Mia, Captain America) )  une sorte de représentation de Dr Jekyl and Mister Hyde. Tour à tour violent, monstrueux, pervers dans la peau d'Oudai,  et puis plus empreint de calme dans celle de Latif...Cooper est bluffant, hallucinant, déstabilisant..The Devil's Double ou une visite au sein de la famille royale de Saddam Hussein, et mode d'emploi de la brutalité avec laquelle elle a rêgné sur le pays...Pire que la pire des mains de fer... Un "dérangé" du cerveau sans foi, ni loi qui était prêt à tout pour garder la main-mise sur son territoire, et que Dominic Cooper campe avec une vérité hallucinante...Pour reprendre les parole d'un journlaliste croisé dernièrement et qui a vu le film..."à côté de ce personnage sanguinaire et pervers, le diable passerait pour un enfant de choeur". Le cinéaste examine lentement mais avec brio les relations qui s'installent entre les deux hommes, sans enlever les frissons qui s'installent en nous, au fur et à mesure de ce qui se passe à l'écran. Un très grand semi-biopic et Dominic Cooper extraordinaire. Certains critiques Us définissent The Devil's Double comme mi Scarface, mi The Godfellas...d'autres comme le Devil of Arabia en c'est tout dire. Bref, un film coup de poing...

    the devil's double,leah tamahori,drame,thriller,dominic cooper,ludivine sagnier,actualité,actualité cinéma,kinépolis,insoliteProjeté à Berlin et à Sundance sous les acclamations. Et primé au Festival du Film de Saint Petersbourg (Russie) en juillet dernier.

    Réalisé par le Néo-Zélandais Lee Tamahori, le film a été financé et produit par une société anversoise.

    Il sera présenté en avant-première le 9 septembre prochain à Ostende.

    A gauche Udai Hussein et Latif Yahia dans la vrai vie.

    A noter que la doublure à réussi à s'enfuir d'Iraq, mais a du être suivie par un psy, tellement il a dit souffrir de ce qu'il a vu là-bàs....

    http://thedevilsdoublefilm.com/index2.html

    Bande-annonce terrifiante sur fond de Dépeche Mode's music

    bande annonce : https://www.youtube.com/watch?v=ScJA7zd3Nso

    the devil's double,leah tamahori,drame,thriller,dominic cooper,ludivine sagnier,actualité,actualité cinéma,kinépolis,insolitethe devil's double,leah tamahori,drame,thriller,dominic cooper,ludivine sagnier,actualité,actualité cinéma,kinépolis,insolite

     

  • Captain America dénaturé

     captain-america1.jpgCaptain America: The first avenger , super héros de comics, au costume inspiré du drapeau américain. Né en 1940 du crayon de Jack Kirby et de l'imagination de Joe Simon.....est le film évènement attendu depuis de nombreux mois déjà. Pourtant il fait polémique.  Un truc dont se seraient bien passé les studios Paramount Pictures et Marvel.  Surtout quand on connaît le fond du sujet..un super soldat luttant contre les Nazis pendant la deuxième guerre mondiale, et qui aujourd'hui est "obligé de baisser pavillon" devant d'autres...

    La Russie, La Corée du Sud et l'Ukraine ont décidé de supprimer America du titre...Rien que cela!  Et Pourquoi? Pour ne pas heurter leurs citoyens, toujours ancrés dans un anti-américanisme prononçé...Donc le film s'appelera désormais "The First Avenger" tout en gardant le Star and tripes et le bouclier en état..cad, bardé des couleurs Us......

    Quant à la Chine, là c'est du razibus à 100 % ...pas d'Avengers du tout dans les salles. La purge anti-américaine quoi! Et pour se justifier, les chinetoques se rencardent derrière la loi qui ne permet de diffuser qu'une vingtaine de films étrangers par an..

    Réalisation Joe Johnson, avec Stanley Tucci, Dominic Cooper, Hugo Weaving, Tommy Lee Jones, Toby Jones, Haylee Atwell, Chris Evans,

    Ce film commence à casser la baraque aux States... Donc, je pense que les producteurs ne vont s'arrêter à ces " petites considérations asistaiques"

    .

     
  • Tamara Drew Vu pour vous!!!!

                                                   Tamara Drewe frears

    Stephen Frears sera à Bruxelles en Août prochain. Je vous tiendrai au courant et....avis aux chasseurs d'autographes
    !!!!

    Stephen Frears   est un réalisateur inclassable..impossible de lui accoler une étiquette. Il peut passer de La Reine d'Angleterre (sublime Helen Mirren dans The Queen) à une courtisane (Michelle Pfeifer) en passant par tout un panel de personnages hauts en couleurs, et de genres différents. Aujourd'hui, avec "Tamara Drew, il nous propose une comédie légère, drôle, sorte de fantaisie pastorale, très représentative du cinéma anglais,  dont Frears est devenu le spécialiste, en montrant avec délectation, tous les travers de ses compatriotes dans bon nombre de ses réalisations! 

    Synopsis officiel....Avec son nez refait, ses jambes interminables, son job dans la presse people, ses aspirations à la célébrité et sa facilité à briser les coeurs, Tamara Drewe est l'Amazone londonienne du XXIe siècle.
    Son retour au village où vécut sa mère est un choc pour la petite communauté qui y prospère en paix.
    Hommes et femmes, bobos et ruraux, auteur de best-sellers, universitaire frustré, rock star au rancart ou fils du pays, tous sont attirés par Tamara dont la beauté pyromane et les divagations amoureuses éveillent d'obscures passions et va provoquer un enchaînement de circonstances aussi absurdes que poignantes
    .

     

    Tamara01.jpg

     

     

    Tourné dans la jolie campagne de Surrey, le film propose d'emblée de magnifiques paysages , magnifiés par un subtil éclairage en demi-teinte, et une musique ponctuant de fort belle manière les moments forts du film.. Et lorsque je vous aurai dit que l'histoire survole les allées et venues de  quelques écrivains en mal d'inspiration réunis dans une belle résidence séculaire, et sur une année calendrier  vous aurez compris que tous les protagonistent et les paysages changent au gré du temps qui passe, et que ce bel ensemble magnifie à merveille cette histoire campagnarde où dans tout  milieu rural qui se respecte, tout le monde connaît tout le monde,  tout le monde épie tout le monde derrières ses persiennes...les adultères n'échappent à personne sauf aux tromps...et les ragots souvents déformés par une fausse perception des choses, vont bon train...  Même les deux ados du village, amoureuse de la rock star locale qu'elles aimeraient bien rencontrer de plus près, se font un film lorsqu'elles découvrent que l'objet de leurs désirs passe le plus clair de son temps auprès de Tamara. Cette dernière ne laisse personne indiférent dans le village....Revenue plus belle que jamais,  elle feint d'ignorer l'intérêt que lui porte un autre gars du coin, lequel secrètement amoureux depuis sa jeunesse, ne voit pas d'un très bon oeil la relation entre la journaliste et la rock-star du coin, revenue au bercail, et dont deux jeunes écervelées sont également amoureuses.....ni avec l'un des écrivain en place...Présenté sous forme de vaudeville, ce film vaut pour ses dialogues truculents, son ambiance, le portrait au vitriol signé Frears, passé maître dans cet excercice.....et la fin...inatendue!

    Bref, en  quelques mots, Tamara Drew c'est.....un écrivain qui trompe sa femme, un autre qui persiste à vouloir écrire les aventures de Tomas Hardy, d'autres en mal d'inspiration l'homme à tout faire qui  depuis sa prime jeunesse, a un penchant pour l'enfant du pays, revenue au bercail avec un tout nouveau nez,  et qui voit cette dernière passer d'un amant à un autre, sous l'oeil inquisiteur de deux ados du coin...le tout sur fond campgnard propice à toutes les situations cocasses.

                 tamara1.jpg

     Gemma Arterton que le grand public a pu découvrir dans le dernier James Bond, éclaire ce film de sa fraicheur semi-candide. Sa beauté fait mouche, et on ne peut s'empêcher malgré un comportement excessif de ressentir une réelle empathie pour Tamara...Dominic Cooper (New-York I Love You) en star du rock est assez surprenant. Je ne peux passer sous silence les autres comédiens qui font de ce film un long-mètrage joussif et super agréable à regarder, à savoir Jessica Barden en épouse bafouée, Roger Allam, Tasmin Greig, Bill Camp et Luke Evans

     

     

    tamara04.jpg


    Maintenant, je n'attends plus qu'une rencontre avec Stephen Frears, afin de pouvoir lui dire à quel point j'ai adoré son film...

     

    .

    Tamara5.jpg
  • Mamma Mia! Scène "hot" coupée!!!

    mamma mia fesses
    Je viens de mettre la main sur une scène hot tirée de Mamma Mia!

    Et, je ne comprends pas vraiment pourquoi, elle a été supprimée. Elle est même assez craquante. Enfin c'est mon avis.