27 novembre 2015

BELGICA B.A.

bel.pngTRÈS ATTENDUE : la bande annonce de “BELGICA” !
Voici les premières images et le poster de “Belgica”, le cinquième long-métrage de Felix van Groeningen après La Merditude des Choses et The Broken Circle Breakdown.
Bienvenue au Belgica, votre endroit préféré de perdition ! bande annonce > https://youtu.be/65atH6QfOJ4 poster en haute résolution> http://we.tl/Ubxh5AnfMs

Belgica suit les pas de deux frères, qui bien que tout les oppose, ouvrent ensemble un bar.  Malgré le succès, leur fraternité se transforme malgré eux en rivalité...

Belgica suit les pas de deux frères, qui bien que tout les oppose, ouvrent ensemble un bar.  Malgré le succès, leur fraternité se transforme malgré eux en rivalité... Le scénario a été écrit par Arne Sierens et Felix van Groeningen.  Belgica est la cinquième collaboration entre le producteur Dirk Impens (Menuet).  Directeur de la photographie est Ruben Impens et le montage a été effectué par Nico Leunen.  La musique est composée par Soulwax.
Les rôles principaux sont pour Tom Vermeir, Stef Aerts et Charlotte Vandermeersch.
belgi.jpgrésumé

Jo et Frank sont deux frères, et comme souvent dans les familles, ces deux-là sont très différents. Pas très grand, maigre et borgne, Jo, le cadet, vient d’ouvrir le Belgica, son propre bar, à Gand, par amour pour la musique. Frank, quant à lui, père de famille et propriétaire d’une concession automobile, mène une vie bien rangée mais sans surprise… jusqu’au jour où il décide de rejoindre Jo au Belgica, et lui propose de l’aider à faire tourner son bar. Frank retrouve alors une deuxième jeunesse dans cette nouvelle vie nocturne au rythme effréné. Sous l'impulsion de ce duo de choc, le Belgica devient en quelques semainesthe place to be
Kinepolis Film Distribution distribue le film en salles dès le 2 mars.

belgica c.jpg

16:22 Publié dans comédies | Tags : belgica, belgique, tom vermeire, steve aerts, felix van groeningen | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

12 janvier 2014

The Broken Circle Breakdown awardé à L.A.

felix van groeningen,Johan Heldenbergs, ancienne belgique,spectacle,veerle baeten,bluegrass,actualité cinéma,cinéma,fipresci,los angeles,sonny and cher,sonnu bono,drame,belgiquefelix van groeningen,Johan Heldenbergs, ancienne belgique,spectacle,veerle baeten,bluegrass,actualité cinéma,cinéma,fipresci,los angeles,sonny and cher,sonnu bono,drame,belgiqueLe film de Felix Groeningen continue d'engranger les prix. Après le Prix d'interprétation féminine pour Veerle Baeten aux European Films Awards, ce superbe film flamand vient de se voir décerner le Prix Fipresci , Prix de la Presse au Festival du Film de Palm Springs.. festival été créé il y a 25 ans par Sonny Bono connu pour son duo avec Cher (I Got You Baby) alors qu'il était Maire de la cité..Ce prix arrive à un moment stratégique, puisqu'il survient à une semaine de la nomination définitive des cinq Meilleurs films en langue étrangère aux Oscars...Les neuf films en lice seront montrés une dernière fois à deux groupes composés de membres de l'Académie of Motion Pictures Sciences (AMPAS) à Los Angeles et à New York. Croisons les doigts...

broken-circle-breakdown.jpghttp://youtu.be/gT8RRJ6vRcc

Et la chanson qui passe en boucle partout. Tout simplement superbe : http://youtu.be/kPzSFkLchxM

 

Rappel Felix Van Groeningen avait déjà marqué les cinéphiles avec son exceptionnel "De Helaasheid der dingens- La Merditude des choses)

noter que le Broken Circle Bluegrass band sera à l'Ancienne Belgique le 14 mars prochain

Ahttp://www.abconcerts.be/fr/concerts/p/detail/the-broken-circle-breakdown-bluegrass-band-26-03-2014

20 avril 2010

La Merditude des Choses Un prix de plus sous la selle!

GetAttachmentLe film belge 'De Helaasheid der dingen'  de Felix Van Groeningen qui avait fait sensation à Cannes l'année dernière, tant pour son contenu que pour la super promotion tous à poils en vélo sur la Croisette, vient de remporter un prix au 29ème Festival du Film d'Istanboul. Ce qui est à première vue étonnant dans un pays comme celui-là. Faut se rappeler que certaines scènes sont très limites, même si elles reflètent la vraie vie, et décrocher un Grand Prix dans ce pays est vraiment un fait exceptionnel. Les organisateurs ont remis le " Golden Tulip Award a Bert Haelvoet et Wouter Hendrickx les deux acteurs présents là-bàas, ainsi que la même somme de 10.000 euros au distributeur Turc. Pour justifier son choix, le jury avec à sa tête Claus Maria Brandauer a confié que "La Merditude des Choses" est un film brut de décoffrage, énergique et criant de vérité sur la vie d'un village retiré..où il n'est pas aisé de sortir du lot et d'arriver à grandir. Fin mai, le film sera projeté en Allemagne, et en Russie dès le mois d'août! Beau parcours donc.

merde2
La merditude des choses, tiré du roman du même nom de Dimitri Verhulst, raconte l'histoire de Gunther Strobbe, 13 ans, qui partage le toit de sa grand-mère avec son père et ses trois oncles. Quotidiennement, Gunther baigne dans un climat de beuveries effrénées, de drague éhontée et de glande constante... Tout porte à croire qu'il subira le même sort. À moins qu'il ne parvienne à se « démerder » de là... Le récit autobiographique avait fait beaucoup de bruit à sa publication en 2006, les lecteurs flamands et hollandais l'ont accueilli comme la sensation littéraire des années 2000, et il avait été récompensé par de nombreux prix littéraires, et traduit en plusieurs langues. La merditude est une alliance miraculeuse entre humour, romantisme noir, et cynisme glacial. De nombreuses scènes sont hilarantes, mais soudain si poignantes que le rire s'estompe quand résonne la voix de Roy Orbison. Les scènes avec Only The Lonely et Pretty Woman sont fantastiques, et plus d'une fois le spectateur se tordra de rire avant de passer aux larmes.  Car le film c'est cela, un éternel virage à 360°...où le spectateur happé par le contenu, est trop content de pouvoir garder le cap...De Helaasheid se regarde avoir plaisir dès que la caméra pointe son objectif dans la pièce qui sert tout autant de salon où l'on cause que de cuisine. Le réalisateur passe au peigne fin, toutes les dérives verbales d'une famille pour qui, à défaut de travailler,  préfère aller au bistrot et boire jusqu'à plus soif,  organiser des kermesses de grandes bouffes, voir des courses cyclistes à poil, afin de sortir de la morosité, un petit patelin, où les distractions pour les chômeurs professionnels ne sont pas nombreuses. Si de prime abord, on rentre de plein pied dans une réalisation flirtant au raz des pâquerettes (vrai) on est cependant assez vite embarqué par cette fratrie un peu barge, souvent en bute avec des Huissiers de justice, et qui propose des scènes absolûment délirantes!  En tout cas, moi j'ai aimé,  je dirai même plus, j'ai adoré, et les nombreux prix récoltés ne m'étonnent absolûment pas
Bien sûr, le réalisateur montre certains "travers" de Reetverdegem, petite bourgade pas bien loin d'Alost en Belgique,sous un déguisement folklorique, et ose un humour cru, brut de décoffrage.  En montrant ses acteurs aussi moustachus, que gras et grotesques, il est certainement très proche de la réalité des "désoeuvrés" en mal d'amour et d'amitié, et les situations limites dans lesquelles il les plonge amènent des interrogations. Est-ce vraiment cela quand tout manque, sauf le comptoir auquel on peut se raccrocher? Or, comme il délivre un film empreint de poésie, d'amour et de tendresse, même si elle soigneusement cachée derrière quelques verres de bière, on  pardonne, et on applaudit un très bon film. A voir avec des copains et et un bac de bière, histoire de bien se plonger dans l'atmosphère!

 La merditude des choses,  film réussi et captivant, mais surtout très abouti, rencontre un franc succès partout où il est projeté, à tel point que les pros du métier le classent parmi les  meilleurs films belges de cette année.merditude

merditudes 2

Le coup de la Croisette (vidéo en flamand)

Le vendeur international du film est MK2, tandis que le distributeur en Belgique est Kinepolis Film Distribution. Le titre français de ce film est « La merditude des choses », tandis que son titre anglophone est « The misfortunates "

crédit photo Image.net pro

 

 

21 novembre 2009

Le Cinéma belge....un bon cru 2009.


Est-ce l’été indien qui se prolonge, les films belges, majoritaires et minoritaires, développés et produits avec le soutien de MEDIA, se ramassent à la pelle...

Les Barons

ma1005096.jpg 

35.000 entrées en moins de deux semaines pour le premier film de Nabil Ben Yadir sorti sur onze copies. Un véritable plaidoyer pour les barons de Molenbeek dont les aventures ont été produites par Entre Chien et Loup avec le soutien du CCA, du CNC, du VAF, de la RTBF et du Tax Shelter, et une aide au développement du programme MEDIA. Le film est distribué par Cinéart depuis le 4 novembre.

Tous les billets, un clic ici:

http://mich-silence-on-tourne.skynetblogs.be/tag/1/Julien%20Courbey

 La Merditude des choses

ma1003716.jpg

Sorti en Flandre et à Bruxelles le 7 octobre, le film de Felix van Groeningen a déjà attiré plus de 340.000 spectateurs et sort cette semaine en Wallonie, la sortie française sur 100 copies étant programmée le 30 décembre (distribution MK2). Une sortie américaine est également programmée pour ce film qui représentera la Belgique dans la course aux Oscars. Un véritable OVNI dans le PAF belge. En tout cas pour moi, une pépite!

Il a été produit par la société flamande Menuet, avec le soutien du VAF et de MEDIA

Tous les billets, un clic sur :

http://mich-silence-on-tourne.skynetblogs.be/tag/1/Felix%...

Visages

ma1004641.jpg

Sélectionné en compétition à Cannes, le film de Tsaï Ming-liang « Visages » met en scène la légende de Salomé dans les couloirs du Louvre. Sortie sur nos écrans  le 11 novembre (Benelux Film Distribution), cette coproduction réunit JBA Production (FR), Tarantula (BE), Circe Films (NL) et Homegreen Films (Taïwan), et a bénéficié du soutien de MEDIA Développement, du CNC, du Tax Shelter belge et d’Eurimages.

Site officiel : http://www.visage-lefilm.com/indexnl.html

Les folles aventures de Simon Konianski

ma1005242.jpg

La comédie de Micha Wald présentée aux festivals de Paris, Namur et Bruxelles sort officiellement sur les écrans belges le 25 novembre, la distribution étant assurée par O’Brother Distribution, nouvelle filiale créée par Versus Production. Prestation haute en couleurs pour Popeck et Jonathan Zaccaï dans les rôles principaux. Le film a été co-produit par Versus Production (BE), Haut et Court (FR) et Forum Films (Canada) avec notamment le soutien du CCA, de Wallimage, de la RTBF et du Tax Shelter belge ainsi que du programme MEDIA.  

Altiplano

ma1004817.jpg

Primé aux festivals de Bangkok et de Virton, le nouveau film de Peter Brosens et Jessica Woodworth « Altiplano », avec dans les rôles principaux Jasmin Tabatabai et Olivier Gourmet, sort sur les écrans belges ce 25 novembre (distribution : Imagine). Cette tragédie lyrique inscrivant le thème du sacrifice et de la rédemption dans les paysages époustouflants des Andes a été co-produite par Entre Chien et Loup (BE), Lemming Films (NL), MaJa.deFiction (DE) et Cinecorp (Pérou) avec notamment le soutien du CCA de la Communauté française, du VAF, de Wallimage et du Tax Shelter belge. Le film a été développé et financé avec l’aide du Programme MEDIA et du Fonds Eurimages.

Site officiel : http://www.altiplano.info/

La famille Wolberg

la-famille-wolberg,422232.jpg

Le 2 décembre sortira sur les écrans français le premier long métrage d’Axelle Ropert, « La famille Wolberg », une coproduction entre Les Films Pelléas (FR) et Versus Production (BE). Cette affaire de famille dans une petite ville de province réunit notamment François Damiens et Valérie Benguigui. Le projet a été développé avec le soutien du programme MEDIA et financé avec notamment l’aide du CNC, de TPS et du tax shelter belge (Inver Invest).

Dossier de presse : http://www.pyramidefilms.com/presse/dpfamillewolberg.pdf  

Rapt

ma1005051.jpg

Inspiré de l’affaire Empain, le nouveau film de Lucas Belvaux est sorti en France cette semaine et abordera nos écrans le 9 décembre (distribution Cinéart) : ce thriller repose entièrement sur les épaules d’Yvan Attal, lequel à suivi un régime draconien afin de personnifier au plus près le personnage retenu en otage, et qui cela va de soi, dépérit à vue d'oeil. Il alla même jusqu'à faire bande à part lors des repas pris par la production, afin de ne pas être perturbé. Un pari fou, mais un pari réussi. Il est méconnaissable lorsqu'il est libéré à la fin. Avec encore Anne Consigny. Il a été produit par Agat Film (FR) et Entre Chien et Loup (BE) avec le soutien du CCA, de Wallimage, du Tax Shelter et de la RTBF, notamment. Le développement a été cofinancé par le programme MEDIA et la coproduction a bénéficié de l’aide d’Eurimages.

Site officiel : http://www.rapt-lefilm.com/ 

Oscar et la dame rose

ma1004232.jpg

L’auteur à succès Eric-Emmanuel Schmitt nous revient en décembre avec une adaptation à l’écran de son roman éponyme, offrant un très beau rôle à Michèle Laroque. La carrière du film débutera en France le 9 décembre (Wild Bunch Distribution), puis en Belgique le 16 décembre (Cinéart). Le film a été produit par Pan Européenne (FR) et Oscar Films (BE) avec notamment le soutien de Wallimage, de la RTBF, du Tax Shelter belge et du programme MEDIA de l’Union européenne.

Site officiel : http://oscaretladamerose.com/

 

 

29 septembre 2009

De Helaasheid der dingen, Hollywood après Gand? Sans doute!

gand oneLa 36e édition du Festival du Film de Gand débutera le 6 octobre, avec en ouverture le nouveau film de Felix van Groeningen, La merditude des choses, un film très réussi et captivant, mais surtout très abouti, un des meilleurs films belges de cette année.  Le film sera projeté en avant-première dans 4 salles du complexe cinématographique Kinepolis et au Centre d'Art Vooruit. 


merditude onemerditude twoLa merditude des choses, tiré du roman du même nom de Dimitri Verhulst, raconte l'histoire de Gunther Strobbe, 13 ans, qui partage le toit de sa grand-mère avec son père et ses trois oncles. Quotidiennement, Gunther baigne dans un climat de beuveries effrénées, de drague éhontée et de glande constante... Tout porte à croire qu'il subira le même sort. À moins qu'il ne parvienne à se « démerder » de là... Le récit autobiographique avait fait beaucoup de bruit à sa publication en 2006, les lecteurs flamands et hollandais l'ont accueilli comme la sensation littéraire des années 2000, et il avait été récompensé par de nombreux prix littéraires, et traduit en plusieurs langues. La merditude est une alliance miraculeuse entre humour, romantisme noir, et cynisme glacial. De nombreuses scènes sont hilarantes, mais soudain si poignantes que le rire s'estompe quand résonne la voix de Roy Orbison. Les scènes avec Only The Lonely et Pretty Woman sont fantastiques, et plus d'une fois le spectateur se tordra de rire avant de passer aux larmes.  Car le film c'est cela, un éternel virage à 360°...où le spectateur happé par le contenu, est trop content de pouvoir garder le cap...De Helaasheid se regarde avoir plaisir dès que la caméra pointe son objectif 
dans la pièce qui sert tout autant de salon où l'on cause que de cuisine. Le réalisateur passe au peigne fin, toutes les dérives verbales d'une famille pour qui, à défaut de travailler,  préfère aller au bistrot et boire jusqu'à plus soif,  organiser des kermesses de grandes bouffes, voir des courses cyclistes à poil, afin de sortir de la morosité, un petit patelin, où les distractions pour les chômeurs professionnels ne sont pas nombreuses. Si de prime abord, on rentre de plein pied dans une réalisation flirtant au raz des pâquerettes (vrai) on est cependant assez vite embarqué par cette fratrie un peu barge, souvent en bute avec des Huissiers de justice, et qui propose des scènes absolûment délirantes!  En tout cas, moi j'ai aimé,  je dirai même plus, j'ai adoré, et les nombreux prix récoltés ne m'étonnent absolûment pas
Bien sûr, le réalisateur montre certains "travers" de Reetverdegem, petite bourgade pas bien loin d'Alost en Belgique,sous un déguisement folklorique, et ose un humour cru, brut de décoffrage.  En montrant ses acteurs aussi moustachus, que gras et grotesques, il est certainement très proche de la réalité des "désoeuvrés" en mal d'amour et d'amitié, et les situations limites dans lesquelles il les plonge amènent des interrogations. Est-ce vraiment cela quand tout manque, sauf le comptoir auquel on peut se raccrocher? Or, comme il délivre un film empreint de poésie, d'amour et de tendresse, même si elle soigneusement cachée derrière quelques verres de bière, on  pardonne, et on applaudit un très bon film. A voir avec des copains et et un bac de bière, histoire de bien se plonger dans l'atmosphère!

 merditude
La merditude des choses a été sélectionné pour la Quinzaine des Réalisateurs du Festival de Cannes où  Felix van Groeningen accompagné du producteur Dirk Impens (Menuet) et de quelques-uns des acteurs principaux ont fait un tour à vélo, totalement nus, sur la Croisette.  Felix van Groeningen, s'était déclaré ravi  que son 3e long métrage puisse inaugurer le Festival du Film de Gand : 'La sélection de Cannes était inattendue et extraordinaire, mais pouvoir faire l’ouverture dans son propre pays de plus grand festival national est tout simplement fantastique !' Le vendeur international du film est MK2, tandis que le distributeur en Belgique est Kinepolis Film Distribution. Le titre français de ce film est « La merditude des choses », tandis que son titre anglophone est « The misfortunates ».

merditudes 2

 Et maintenant en route pour Hollywood............

 

Un Comité de Sélection national, composé de professionnels du cinéma belge et présidé par Christian De Schutter (Responsable de Flanders Image), a choisi officiellement le film « De helaasheid der dingen » pour représenter la Belgique aux 82èmes Academy Awards dans la catégorie « Meilleur film en langue étrangère » Le titre français de ce film est « La merditude des choses », tandis que son titre anglophone est « The misfortunates ». Les cinq films nominés dans la catégorie "Films en langue étrangère" seront annoncés le 2 février 2010, tandis que la célèbre cérémonie de remise des « Oscars » se tiendra à Los Angeles le dimanche 7 mars 2010

17 juillet 2009

La merditude des Choses au festival de Gand

gand oneLa 36e édition du Festival du Film de Gand débutera le 6 octobre, avec en ouverture le nouveau film de Felix van Groeningen, La merditude des choses, un film très réussi et captivant, mais surtout très abouti, un des meilleurs films belge de cette année.  Le film sera projeté en avant-première dans 4 salles du complexe cinématographique Kinepolis et au Centre d'Art Vooruit. La 36e édition du Festival du Film de Gand se déroulera du 6 au 17 octobre en différents endroits de la ville. Le palmarès du festival compte déjà des célébrités comme Viggo Mortensen, David Cronenberg, Mike Leigh, François Ozon, Jeanne Moreau, Gina Lollobrigida, Alain Resnais, Fatih Akin, Bertrand Tavernier, Tom Tykwer, Sir Peter Ustinov, Sydney Pollack, Jane Birkin, Luc Besson, Mike Figgis, Morgan Freeman, Andy Garcia, Melanie Griffith, Robert Altman, Juliette Binoche, Sandra Bullock, Brad Pitt, Ken Loach et Michael Haneke.
Cette année, l’accent sera mis sur l’Asie, avec une attention tout particulière pour le cinéma chinois, un concert de musiques de films du compositeur japonais Shigeru Umebayashi et une exposition sur les films d’animation nippons au couvent des Carmélites. Le programme complet du festival sera dévoilé le 23 septembre.

 La merditude des choses, tiré du roman du même nom de Dimitri Verhulst, raconte l'histoire de Gunther Strobbe, 13 ans, qui partage le toit de sa grand-mère avec son père et ses trois oncles. Quotidiennement, Gunther baigne dans un climat de beuveries effrénées, de drague éhontée et de glande constante... Tout porte à croire qu'il subira le même sort. À moins qu'il ne parvienne à se « démerder » de là...

merditude onemerditude two

Plus tôt dans l’année, La merditude des choses a été sélectionné pour la Quinzaine des Réalisateurs du Festival de Cannes. Le film n’est pas passé inaperçu, notamment parce que Felix van Groeningen accompagné du producteur Dirk Impens (Menuet) et de quelques-uns des acteurs principaux ont fait un tour à vélo, totalement nus, sur la Croisette. Le metteur en scène, Felix van Groeningen, est enchanté que son 3e long métrage puisse inaugurer le Festival du Film de Gand : 'La sélection de Cannes était inattendue et extraordinaire, mais pouvoir faire l’ouverture dans son propre pays de plus grand festival national est tout simplement fantastique !'.

24 mai 2009

CANNES déjà des prix et deux pour la Belgique. Cocorico!

afficge cannesCannes 2009. Le jury de Cinéfoundation, présidé par l'anglais John Boorman,  a décerné le premier prix au film "Baba" du réalisateur Tchèque Zuzana Kirchnerová-Špidlová.

Le deuxième prix a été décerné à Goodbye du chinois Song, alors que deux films se partagent le troisième prix  Diploma de l'israelliene Yaelle Kayam et  Don’t Step Out of the House du coréen Jo Sung-hee .

Dans la catégorie "La Quinzaine des réalisateurs", c'est le film "I killed my Mother" d u tout jeune réalisateur Xavier Dolan (20)qui est sorti grand vainqueur avec trois prix:  7e Prix Regard Jeunes 2009 et le prix SACD

 

la-merditude-des-choses_cannes_peopleLa Belgique aussi à l' honneur.  En effet, le film "La Mertitude des choses" ( De Helaasheid der dingen) du flamand Felix van Groeningen a reçu un Mention Spéciale! C'est le troisème film de Groeningen, et est basé sur le roman du même nom de Dimitro Verhulst. Il raconte l'histoire d'un garçon de 13 ans Gunther Strobbe, qui en compagnie de son père et ses trois oncles habite chez sa grand'mère, dans un taudis à Reetveerdegem. Sortie belge prévue début octobre prochain.

Le Prix Art et Essai est décerné par la  Confédération Internationale des Cinémas d'Art et d'Essai (CICAE), comprenant  3.000 arthouses dans le monde entier..

Le Label Cinémas Européen est revenu à La Pivellina de Tizza et Rainer Frimmel (Autriche)

farewell-gary-smallLa 48 ème Semaine Internationale de la Critique a aussi rendu son verdict, et c'est le film français Farewell Gary de Nassim Amarouche dont c'est la première réalisation qui est reparti avec les lauriers. On y retrouve Jean-Pierre Bacri, Dominique raymond, Yasmina Baldi

Et deuxième cocorico pour la Belgique avec Caroline Strubbe et son " Lost Persons Area" s'est vu décerner le Prix du meilleur scénarion à la Semaine de la Critique. Cette section est l'une des plus anciennes du festival et propose depuis le début, la première ou deuxième oeuvre d'un réalisateur. Lost persons Area a également reçu la Caméra d'Or pour le Meilleur premier film. Mini-synopsis: Bettina et marcus, un couple très passionnel vit dans une cantine au beau milieu d'un paysage peuple de pylônes électrique à perte de vue. Marcus essaie de de démarrer une société de fourniture d'énergie,, tandis que bettina qui rêve d'une vie meilleure, s'occupe de la cantine, et leur fille, qui joue de l'absentéïsme à l'école avec régularité se sent un peu perdue dans ce paysage. Alors que Marcus engage un ingénieur hongrois Zoltan Miklos Hadju, la vie de la communauté va prendre une autre tournure. Avec  Zoltan Miklos Hajdu, Kimke Desart, Sam Louwyck, Lisbeth Gruwez.

Pour rappel, déjà l'année dernière "Aanrijding in Moscou" avait récolté le prix du meiller scénario dans cette même catégorie. Le cinéma belge, et flamand se porte bien......