finances

  • Money Monster Bande-annonce.

    186.pngIn the taut and tense thriller Money Monster, Lee Gates (George Clooney) is a bombastic TV personality whose popular financial network show has made him the money wiz of Wall Street. But after he hawks a high tech stock that mysteriously crashes, an irate investor (Jack O'Connell) takes Gates, his crew, and his ace producer Patty Fenn (Julia Roberts) hostage live on air. Unfolding in real time, Gates and Fenn must find a way to keep themselves alive while simultaneously uncovering the truth behind a tangle of big money lies

    MONEY MONSTER - TRAILER 
    Youtube streaming: CLIQUEZ ICI

     

  • Pitt et Gosling transformés

    big short.jpgPour les besoins du tournage de "The Big Short - Inside the Doomsday Machine" réalisé par Adam McKay, d'après Michael Lewis 's book, Brad Pitt et Ryan Gosling ont subi une étonnante transformation. L'un arbore des cheveux en bataille et une barbe de plusieurs jours, tandis que l'autre, une toute nouvelle teinte de cheveux.

     

    Le premier incarne Ben Hockel et l'autre Gregg Lippmann dans un film qui raconte ce qui a précédé la grande crise de 2007 -2010, alors que Lippmann créait une société de crédit, aux montages financiers désastreux!.

     

    La société Plan-B de Brad Pitt assure la production.

    gosling.jpgbrad.jpg

     

  • Welcome to New York! DSK, j'y étais...enfin Presque!

     welcome_3.jpgBienvenue à New York , sort près de deux ans après la date  de l'arrestation  choc de Strauss-Kahn à New York , où les télévisions du monde entier avait pu voir l'ex Golden Boy enmené manu-militari les menottes aux poings, pour des accusations (abandonnées par la suite) de tentative de viol enver une femme de chambre à l'Hôtel Sofitel. Abandonnées sous pressions sans doute, car le passé de DSK ne plaide pas vraiment pour lui....

     

    Le film de Ferrara,  avec Gérard Depardieu et Jacqueline Bisset (qui remplace Isabelle Adjani) dans les rôles inspirés par Strauss-Kahn et son ex-épouse Anne Sinclair qui a pu  grâce à sa fortune personnelle, lui fournir les meilleurs avocats et ainsi "démonter" une partie des accusations, pourrait-etre un beau succès d'audience . Je n'en doute pas. Mais là où j'en ai un, c'est sur sa "non" culpabilité... Le tournage s'est déroulé à New.York, à l'endroit même ou le couple était assigné à résidence dans la Franklin street au croisement de Varick street... quelque part dans Tribeca .welcometny.jpg Durant le tournage, une situation assez réaliste montrée dans Le petit Journal i.... Une équipe de Canal + était partie filmer le tournage du film d’Abel Ferrara très inspirée de l’affaire DSK, avec Depardieu dans le rôle du politique français. Mais grosse surprise, dans les rues de New York, devant la maison qu’avaient occupée DSK et Anne Sinclair, le réalisateur Abel Ferrara engage l’équipe Canal « vous pouvez filmer…mais vous devez être dans le film…et j’aurai besoin des images que vous avez tournées« . Du pain bénit pour Etienne Truchot, l’envoyé Canal. Les voilà donc figurants dans le film de Ferrara, filmant l’arrivée de Depardieu et de Jacqueline Bisset dans la maison.

    SAM_7408.JPG

    .Et voilà que deux ans plus tard, je me trouve dans Franklin street, une rue finalement très commune, aux confins de Tribeca, à la limite sale et rebutante, à tel point que je me demande comment DSK et Anne Sinclair , habitués à vivre dans le luxe, aient pu loger...dans un petit immeuble écrasé entre deux bâtiments???.

    L'endroit ne paie vraiment pas de mine!!

     

    welcome2.jpgwelcome5.jpgEntretemps, Wild Bunch et le distributeur belge Belga ont décidé après projection à Cannes, de sortir le film de Ferrara directement sur DVD...tout en n'excluant pas une sortie salle quand même. Si ça c'est pas une bonne promotion? D'autant que les critiques en France volent bas, très bas. La plupart des chroniqueurs cinéma descendent le film de Ferrera en flamme, le cataloguant de film politico-raciste. Rien que ça. Lire ici : http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1203220-dsk-anne-sinclair-et-welcome-to-new-york-ce-film-est-ecrit-pour-les-fans-de-dieudonne.html?cm_mmc=EMV-_-LEPLUS-_-20140523_NLLEPLUS-_-dsk-anne-sinclair-et-welcome-to-new-york-ce-film-est-ecrit-pour-les-fans-de-dieudonne#xtor=EPR-4-[DernContrib]-20140523.

    SAM_7411.JPG

     

  • Welcome to NEW.YORK opens in Cannes, but no belgian release!!!!!!

    canne s.jpg

     

    The Cannes Film Festival’s opening weekend just got more interesting with news that maverick director Abel Ferrara’s highly anticipated Gerard Depardieu – Jacqueline Bisset starrer, Welcome To New York, will be screened in a special outside of selection berth.

     

    The movie will be screened in international premiere Saturday May 17th, the day the film becomes publicly available on the streaming platform in the festival’s host country, as well as other European territories. The Belgium release date in cinemas will be May 21.

     

    Welcome to New York will not be released theatrically in Belgium.

    Belga Films and Umedia agreed last week on a distribution deal for Abel Ferrara’s Welcome to NY. The film traces the story of one of the world’s most powerful man’s sudden and humiliating fall into disgrace. Depardieu plays, a man according to the synopsis as  ‘a man who handles billions of dollars a day, who controls the economic fate of nations, a man who dreamed of saving the world and cannot save himself’.  Legendary British actress, Jacqueline Bisset  plays his wife, Simone Deveraux.

     

    French sales house Wild Bunch recently announced a move to release Ferrara’s film as an E-Cinema release in France, bypassing a theatrical launch. Although Belga Films and Umedia had considered a wide Belgian theatrical release in a first instance, both partners have decided today to follow the French straight to digital release strategy, which they feel is a better adapted release platform for the film. Belga Films is currently working on the digital distribution towards the earliest possible release date. Release date will be communicated shortly.

    The film will be screened in a special outside of selection berth during the Cannes Film Festival’s opening weekend.

     

     

     

     

    actualité cinéma,Nafissatou Dialo, Fond Monétaire internation, Dominique Strauss-Kahn, welcome to new york,gerard depardieu,jacqueline bisset,dsk? straus-kahn,fmi,finances,sofitel,scandale,usa,manhattan,insolite,biopic

    Depardieu and Bisset will be on hand to speak to international media at a special press conference, and the fire-cracker combination of Ferrara and two such media profiled actors will no doubt become one the weekend’s most talked about events.

    Ferrara’s latest movie, which follows the Venice Film Festival slotted 4:44 Last Day on Earth, Welcome to New York has attracted vast media attention since entering production last year.

    actualité cinéma,Nafissatou Dialo, Fond Monétaire internation, Dominique Strauss-Kahn, welcome to new york,gerard depardieu,jacqueline bisset,dsk? straus-kahn,fmi,finances,sofitel,scandale,usa,manhattan,insolite,biopicA story of one of the world’s most powerful man’s sudden and humiliating fall into disgrace,  

    Depardieu plays Mr Deveraux, a man according to the synopsis as  ‘a man who handles billions of dollars a day, who controls the economic fate of nations, a man who dreamed of saving the world and cannot save himself’.  Legendary British actress, Jacqueline Bisset  a recipient (2010) of one of France's highest honours, the Legion d'Honneur, plays his wife, Simone Deveraux.

    Of his cast, Ferrara extolls: “Depardieu is the best casting choice. He's the real McCoy. When we shot with Depardieu, he just pulled a chair up before I got there. He has a passion for making movies like you've never seen in your life.”

     

    actualité cinéma,Nafissatou Dialo, Fond Monétaire internation, Dominique Strauss-Kahn, welcome to new york,gerard depardieu,jacqueline bisset,dsk? straus-kahn,fmi,finances,sofitel,scandale,usa,manhattan,insolite,biopic

    actualité cinéma,Nafissatou Dialo, Fond Monétaire internation, Dominique Strauss-Kahn, welcome to new york,gerard depardieu,jacqueline bisset,dsk? straus-kahn,fmi,finances,sofitel,scandale,usa,manhattan,insolite,biopic

    Welcome to New York –  very likely to receive a big Welcome to Cannes when it arrives Saturday May 17.  

    Belgium Distribution : Belga Films

  • The real wolf of Wall Street..JOrdan Belfort..

    WOWS 17 DEC.JPG

    Here he is.

    http://youtu.be/2lrnljvcLD8 and here : http://www.jordanbelfort.com/

     

    Making-of: http://youtu.be/dBDsoW1ClJM

     

    Dès le 8 janvier 2014 dans les salles belges...

  • Timberlake, Affleck, Arterton are "Running". ME TOO!!

    run n er.jpg

     De Brad Furman. ( The Take, Lincoln Lawyer) Producteur Leonardo DiCaprio...Titre canadien "La Banque Gagne Toujours"...

    the players,runner runner,brad furma,leonardo dicaprio,banque,finances,thriller,actualité cinéma,cinéma,gemma arterton,jeu,las vegas,usa,californie,gambling,fox,ben affleck,justin timnberlakeRichie Furst, étudiant à Princeton, joue au poker en ligne pour payer ses frais de scolarité. Lorsqu'il se retrouve ruiné, et persuadé d'avoir été arnaqué, il décide de s'envoler pour le Costa Rica afin de retrouver la trace d'Ivan Block, le créateur du site. Ivan prend Richie sous son aile et l'amène à intégrer son business. Sentant grandir le danger et réalisant les ambitions démesurées de son boss, Richie va tenter de renverser la donne en sa faveur....

    the players,runner runner,brad furma,leonardo dicaprio,banque,finances,thriller,actualité cinéma,cinéma,gemma arterton,jeu,las vegas,usa,californie,gambling,fox,ben affleck,justin timnberlake.Brad Furman s'essaye au polar/thriller et emmène le spectateur dans les "coulisses" des paris en ligne ou autre, et se fourvoie complètement...Ce n'est qu'une succession d'images glauques, même pas bien filmées, où  Gemma Arterton est sensée apporter du piment...?!?! Lequel? Voulant sans doute renouer avec les films noirs où la Vamp avait une place "d'honneur" Furman ne fait que dévaloriser le personnage, mais surtout la belle qui vaut bien mieux que ça! Alors, un consiel, et le film vous y invite "Run, Run" as fast as you can". Don't go watching this annoying movie".. Et comme le dit si justement Justim Timberlake, qui ferait mieux de se consacrer à sa carrière musicale, car aucun de ses films n'a marché, "Know when to walk away"  ....Et dis-moi Affleck, qu'est tu allé faire dans une telle galère après ton magnifique ARGO???? Quant à toi, Furman, j'ose espérer que ce film ne sera pas "Untergang" (La Chute)

    ru n n e r ru.jpg

    runn er runne r.jpgrunner runner.jpgrunner runn.jpgthe players,runner runner,brad furma,leonardo dicaprio,banque,finances,thriller,actualité cinéma,cinéma,gemma arterton,jeu,las vegas,usa,californie,gambling,fox,ben affleck,justin timnberlaker unner.jpgrunner run.png

  • Le grand retournement...Quand les Alexandrains sont en "crise"..

    ImageProxy.jpgC’est la crise, la bourse dégringole, les banques sont au bord de la faillite, le crédit est mort, l’économie se meurt… Pour sauver leurs mises les banquiers font appel à l’État. L’État haï est soudain le sauveur ! Les citoyens paieront pour que le système perdure, que les riches restent riches, les pauvres pauvres.

     

    Adaptée de la pièce de Frédéric Lordon cette histoire d’aujourd’hui se raconte en alexandrins classiques. C’est tragique comme du Racine, comique comme du Molière…

     

    "Qui sème la misère, récolte la colère"

     

     

     

    Qu’est-ce qui vous a donné envie d’adapter la pièce de théâtre dont est tiré Le grand retournement ?

    J’ai lu D’un retournement l’autre quasiment à sa publication et j’ai immédiatement appelé Frédéric Lordon pour lui demander de n’en céder les droits à personne. Il n'y avait que moi pour en faire un film ! Un film qui, selon la magnifique définition de Jean Cocteau, serait « un objet difficile à ramasser ». Je trouvais le texte brillant, très drôle et très fin, sans compter que je partageais en tous points l'analyse économique et financière qu’il proposait. Il est vrai aussi que j’aime faire des films à partir de textes qui ne sont pas a priori cinématographiques, comme En compagnie d’Antonin Artaud d'après le journal de Jacques Prevel. Le journal d’un jeune poète qui passe ses journées en quête de nourriture et ne pense qu'à écrire n’est pas par nature l’objet idéal pour un scénariste ni ce qui excite d'emblée les producteurs. La pièce de Frédéric Lordon portait en elle le même genre de défi.

    cr.jpg

     

    Quels aménagements avez-vous apportés au texte de Frédéric Lordon pour en faire un film ?

     

    La pièce de Frédéric Lordon a été écrite d'abord pour être lue, ensuite éventuellement pour être jouée mais je ne crois pas que la dimension scénique ou cinématographique ait été la préoccupation centrale de l'auteur. Il fallait donc l'amener au cinéma, l'adapter. Mon travail s’est déroulé en deux temps.
    D'abord j'ai fait éclater le texte pour répartir les répliques entre les rôles et définir le caractère des personnages, le banquier Franck serait dans le registre " ecclésiastique ", le banquier Pater serait l'ami de toujours, le banquier Barbin un illuminé, le premier deuxième conseiller, Benjamin Wangermée, serait comme un écureuil fou, son remplaçant jouerait Hernani etc… Ensuite autour d'une table, avec les acteurs, nous avons confronté mon adaptation aux nécessités de l'oralité, nous avons travaillé à la " mettre en bouche " si vous préférez. Par exemple, dès la première lecture, Jacques Weber nous a suggéré de " faire du Rostand ", c’est-à-dire non seulement répartir les répliques, mais ne pas hésiter à donner trois mots d'un vers à l'un, trois à l'autre et six au dernier, ce qui souligne immédiatement l'humour du texte. Lecture après lecture, je crois que c'est autour de cette table que le film s'est construit, quand chaque acteur s'est emparé des alexandrins de Lordon pour les faire siens, pour qu'ils leur passent dans les moelles jusqu'à paraître absolument naturels et quotidiens. L'enjeu était de faire du cinéma, pas du théâtre ! Dès lors n'avons-nous pas hésité à modifier tel ou tel vers pour aller toujours vers plus de simplicité tout en respectant à la lettre le texte de Frédéric Lordon.

    Il a suivi ce travail ?

    Tout a été fait avec son accord. Jour après jour, je lui soumettais nos modifications… Ce qui d'ailleurs l'invitait à nous en proposer d'autres !

    cri.jpg

     

    Comment avez-vous contourné l’écueil du théâtre filmé ?

    J’avais déjà connu deux expériences dans ce domaine, les Sonnets de Shakespeare qu’avaient mis en scène Jean Jourdheuil et Jean-François Peyret et Architruc d’après Robert Pinget. Le théâtre m'inspire mais je me garde bien d'en copier les effets ou pire, de l'illustrer. Filmer le théâtre, c'est ma façon de l'apprivoiser, de l'arracher à la scène. Je ne tourne pas de "captation", je le fais mien en en faisant du cinéma. C'est toujours une mise-en-scène originale. Le Grand Retournement paye sa dette au théâtre par l'usage de l'alexandrin et s'en affranchit aussitôt en oubliant les planches pour ne connaître que le cadre et sa lumière.

    C'est vrai que la photo est très réussie… Qu'elle ne donne jamais l'impression d'une " lumière de théâtre ".


    François Catonné, le chef opérateur, et moi sommes complices depuis plus de trente ans. Nous préparons très longuement chaque tournage et sur le plateau notre challenge est que l'un doit toujours avoir une idée de plus que l'autre. Que ce soit sur le terrain documentaire ou dans la fiction, nous partageons l'idée d'un cinéma inventeur de formes, inventeur d'images dont l'esthétique exprime toujours notre point de vue sur ce que nous tournons. J'ai envie de préciser : notre point de vue moral et politique.

    Comment avez-vous choisi la musique ?

     

    J’ai donné une seule indication au compositeur : il faut traiter le genre et que la musique porte en elle l’ironie du texte, son lyrisme aussi. Elliott Covrigaru a suivi la piste Kurt Weil… et c'était la bonne piste. La musique et le texte ne font qu'un, ce sont deux discours jumeaux dans des registres différents. C'est une musique que j'aime beaucoup...

     

    Où le film a-t-il été tourné ?

     

    Nous avons tourné dans l’usine Babcock d’Aubervilliers dont j’avais déjà utilisé un bureau désaffecté pour une scène des Cinq parties du monde

     

    crise.jpg

    Pourquoi avez-vous choisi pour décor cette friche industrielle à l’abandon ?

    Il y avait une chose dont j’étais certain : je ne voulais pas tourner dans les ors de la République ; cela aurait été totalement pléonastique d'aller filmer dans un palais ou je ne sais quelle institution. J’ai également évacué l’éventualité de tourner dans un décor hyper moderne avec de grandes surfaces vitrées ; décor qui aurait signifié une dépendance totale par rapport à la météo, une structure plus lourde sur le plan technique et d’autant moins de temps pour les acteurs. L’idée de la ruine industrielle s'est très rapidement imposée. Elle renvoie métaphoriquement à la destruction absolue provoquée par la crise financière et bancaire. C'est un décor de désolation. Les lieux gardent la trace de leur splendeur passée dont il ne reste que des vestiges, ferrailles, gravats, effondrements ; la banque centrale n'est plus qu'un trou et l'Élysée un pan de mur… Dans cet espace, dans ce désastre architectural si photogénique, je pouvais à la fois faire du cinéma et laisser du champ aux acteurs sans les contraindre à l'excès.

     

    crisess.jpgLe livre est paru en mai 2011. Entre-temps, la situation politique a changé. En avez-vous tenu compte ?

     

    Les acteurs, Frédéric Lordon et moi-même étions d’accord sur le fait qu’il n’y avait aucun réaménagement à opérer. Que ce serait une erreur de vouloir coller à l’actualité. La mise en cause de la politique néo-libérale d'un gouvernement de droite l’est encore aujourd’hui - et peut-être de façon beaucoup plus cruelle - sous un gouvernement de gauche. La force de l’analyse de Frédéric Lordon, c’est qu’elle traverse le temps. La critique que l’on peut faire aujourd’hui des institutions bancaires, de la Banque Centrale Européenne, de l'asservissement du politique à l’économie est tout aussi fondée qu'elle l'était il y a trois ans. La question qui se pose, et qui se posera à ceux qui verront le film en 2013 : comment se fait-il qu’un gouvernement socialiste élu par une majorité populaire poursuive une politique économique et financière au détriment des intérêts de ses électeurs!

     

     

     

    crises.jpg

     

     

     


    lien vers un super article : http://www.spoutnik.info/evenement/2759-le-grand-retournement

    http://youtu.be/2T88Jg4Dneg

     

     

    Quand la Crise est en Crise.
  • Cosmopolis....j'ai eu l'occasion de faire une sieste!

     

     

    COS_D027-05147.jpg

     

     

    Une méthode dangereuse, le dernier opus de Cronenberg ne m'avait pas spécialement emballée....Ensuite, comme je ne peux "encadrer" Robert Pattinson que je trouve un très mauvais acteur, j'ai du me forcer pour me rendre à RTL House...  le film est quand même projeté à Cannes le même jour! Ne pouvant me rendre sur la Croisette, je regarde la pupart des films sélectionnés.....par "procuration! ..Cosmopolis, que dire?  Les notes de productions et les bandes-annonçes consultées auparavant, m'avaient déjà un peu mises au parfum...tout en laissant à Cronenberg ce qu'il est...un réalisateur à part! Pourtant cette  adaptation de la nouvelle de Don DeLillo, un habitué du style science-fiction et irréel ne va pas  convaincre les cinéphiles......Dans Cosmopolis, Robert Pattinson incarne un golden boy new-yorkais, immensément riche, qui ne sait plus quoi faire de son argent, et qui, pour vous donner un exemple, décide entre deux pâtés de maisons new Yorkais, vouloir acheter une église entière rien que pour s'approprier les oeuvres d'art qui s'y trouvent.

    COS_D005_00986.jpgN'ayant aucune conscience de l'argent, il est persuadé qu'avec ses millions, tout lui est permis, que le monde doit le suivre au doigt et à l'oeil, afin de satisfaire ses moindres désirs de Golden Boy doré! Y compris, traverser la Grande Pomme entièrement paralysée par la venue du président des Etats-Unis et par diverses manifestations, pour une coupe de cheveux! . Constamment entouré de gardes du corps, il parcours la ville dans sa limousine entièrement insonorisée, rendant encore plus flagrant la différence entre frénésie extérieure et le monde fermé dans lequel il gravîte. Voilà vite fait, dressé le pitch de Cosmopolis. Un film aseptisé comme la bagnole, où les longs échanges, les verbiages sont légions...A tel point que, et là c'est une nouveauté en ce qui concerne Robatz, même dans les séquences de baise, on parle, on parle et on ne se tait jamais....A en devenir nauséeux!  Pattinson avec sa tête à la Buster Keaton ne délivre aucune émotion. Pas un cil, pas un sourcil ne trésaille. Monocorde comme peut l'être une momie de l'ère des pharaons, et horreur suprême, il est de toutes les séquences, de toutes les scènes... au final, je ne peux m'empêcher de comparer sa superbe limousine à un corbillard High-Tech, empêchant de ressentir le chaos extérieur et la lente dérive du système américain, vouée à une mort certaine sans les soubresauts boursiers, comme l'est finalement Eric Parker, éternellement traqué et entouré d'une horde de gardes du corps.... Trop occupé à sa petite personne, le golden boy se fait même ausculter la prostate.....sur le siège arrière...Paranthèse, cette séquence est hilarante, comme l'est celle de Binoche et de Mathieu Amalric, les deux caméos qui ont réussi à me sortir d'une grosse torpeur..l'une dans une séquence érotique, l'autre en entarteur que n'aurait pas renié notre Godin, l'entarteur belge de notoriété publique! .Projeté à Cannes aujourd'hui, certains journalistes auront probablement que de bons mots à l'encontre de Cosmopolis, d'autres ont déjà commis de sérieuses réserves quant au devenir d'une éventuelle grande carrière hollywoodienne pour RobPatz. Quant à moi, je termine en ne vous conseillant pas d'aller voir ce film aux lenteurs ennuyeuses et au verbiage plus qu'énervant!COS_D001_00109_Comp_v02.jpg

    Pattinson&GadonDay1.jpg

    COS_D016-02769_Comp_v03.jpg

     

    PS. J'ai toujours dit que je ne comprenais pas l'engouement pour RobPatz, que je ne trouve pas beau. Je confirme que dans Cosmopolis il est encore plus vilain que je ne pensais. Bien entendu, ce n'est pas le physique - enfin pas toujours- qui compte chez un comédien, mais quand on a du talent, le reste devient invisible. Comme Pattinson n'en a aucun, on ne voit que son physique disgrâcieux! Désolé pour les fans..

    Préparez-vous à être déçus!COS_D025_04605.jpg


     

  • De bon Matin

    debonmatin.jpgLundi matin, Paul Wertret, cinquante ans, se rend à la Banque Internationale de Commerce et de Financement, où il est chargé d’affaires.
    Il arrive, comme à son habitude, à huit heures. Il s’introduit dans une salle de réunion, sort un revolver et abat deux de ses supérieurs. Puis il s’enferme dans son bureau.
    Dans l’attente des forces de l’ordre, cet homme, jusque là sans histoire, revoit des pans de sa vie et les évènements qui l’on conduit à commettre son acte.

    Du tout grand Daroussin, dans un film aux dialogues épurés, mais au climax exceptionnel..qui n'est pas sans rappeler les nombreux suicides au sein de France télécom..Habile mise  en scène de Jean-Marc Moutou, pour un film étonnement très actuel...et qui me remet en mémoire, le fantastique " Violence des Echanges en Milieu Tempérés" avec notre Jeremie Renier.

    Avec aussi Xavier Beauvois.

    bon.jpgbon b.jpgbon bn.jpg

  • Robert Pattinson, de nouvelles photos de "Cosmopolis"

    cosmopolis.jpgCosmopolis» est l’histoire d’Eric Packer, un jeune et richissime génie des finances qui perd en 24 heures des millions de dollars. Pris dans le trafic automobile à New York, il assiste avec impuissance au désastre, en compagnie de sa femme , incarnée pour la nouvelle venue Sarah Gadon, qui lui est complètement indifférente..La plupart des photos, ont été réalisées par Catlee Cronenberg la fille du réalisateur, que l'on peut voir sur la dernière photo...http://caitlincronenberg.blogspot.com/2011/05/im-on-cab.html cosmopolis3.jpgcosmopolis6.jpgcosmopolis9.jpgcosmopolis11.jpgcosmopolis15.jpgcosmopolis17.jpgcosmopolis.jpg

    cosmopolis2.jpg

    cosmopolis1.jpgcrédits quelques photos http://www.imagebam.com/image/cd6f86134378688

  • Largo Winch Vu pour vous!

    action,aventure,thailande,birmanie,largo winch,largo winch ii,sharon stone,finances,laurent terzieff,bd,bande-dessinnée,actualité,actualité cinéma,jérome lasalle,ciné,cinéma,usa,france,belgique,ulrich tukurUNE NOUVELLE AVENTURE

    Lorsque LARGO WINCH sort dans nos salles, le 17 décembre 2008, LARGO WINCH II est déjà en gestation.Julien a relu les albums et en compagnie de Jérome Salle a commençé le scénario qui s'inpirerait de l'univers de Largo Winch, mais dans une version originale,tout en restant fidèle à l'esprit; au rythme, au ton de la bande-dessinée du premier film. Et là, on peut dire que le réalisateur à réussi au delà de tout! Son film est tour à tour explosif, ludique, et humoristique, même si certains évènements décrits sont dramatiques. Tourné en partie en Belgique, Largo Winch est une réussite de par les spectaculaires scènes d'actions, dignes des Rambo et autres Expendables  (Stallone) Même si il s'en défend, le seul reproche que l'on peut faire à Salle est que son film contient un peu trop de bla-bla financier, utile à l'intrigue, je ne dis pas, mais qui pourraient faire s'éloigner le spectateur un peu du sujet, parce que les arcanes des finances sont difficiles à maitriser. action,aventure,thailande,birmanie,largo winch,largo winch ii,sharon stone,finances,laurent terzieff,bd,bande-dessinnée,actualité,actualité cinéma,jérome lasalle,ciné,cinéma,usa,france,belgique,ulrich tukurCeci étant dit, Largo Winch se laisse regarder avec plaisir, surtout quand Sharon Stone s'assied devant Sisley et ...décroise les jambes. Petit clin d'oeil voulu à un film que tout le monde connaît. Mais La Stone, ne fait pas que cela, elle est super crédible dans la peau d'un(e)  procureur(e) à la Cour pénale Internationale, femmme de 40/45 ans bien dans sa peau qui collectionne les jeunes amants, et chargée d'enquèter sur le groupe W. qui, tel un "cougar" s'acharne sur Winch alors qu'elle est dans l'erreur. D'ailleurs leur relation est assez ambigue. A tous ceux qui l'attendaient au tournant, moi je leur dit...vous allez encore l'attendre longtemps, Stone est superbe dans cette jungle politico-financière.. Quand à Tomer Sisley, je l'ai trouvé épatant sans doute parce qu'il à été consulté, vu son back-ground de sportif et de jump-base (r)... et a pu apporter des commentaires intéressants,  afin que son personnage tienne la route. Une belle surprise en somme!  Cela donne au contraire de Largo Winch I où le héros accède au pouvoir, un L.W.II  devenu adulte, et responsable de ses actes, et sachant où il veut aller..Qui n'a plus rien à prouver. Cependant à la tête d'un groupe immense, après avoir fait la paix avec son père, il est plein de questionnement...Que vais-je faire de ce pouvoir, de cet argent, de cette fonction??

    action,aventure,thailande,birmanie,largo winch,largo winch ii,sharon stone,finances,laurent terzieff,bd,bande-dessinnée,actualité,actualité cinéma,jérome lasalle,ciné,cinéma,usa,france,belgique,ulrich tukur


    action,aventure,thailande,birmanie,largo winch,largo winch ii,sharon stone,finances,laurent terzieff,bd,bande-dessinnée,actualité,actualité cinéma,jérome lasalle,ciné,cinéma,usa,france,belgique,ulrich tukurLa réussite à tout prix ?

    Pour écrire le scénario de ce deuxième LARGO WINCH, le réalisateur s’appuie sur deux albums de la saga Largo Winch : La Forteresse de Makiling et L’Heure du tigre, tous deux se déroulant en Birmanie. Dans la série de BD, il est évoqué que Largo a vécu un temps en Asie, à l’époque où il était une sorte de routard. Dans les rencontres qu’il avait pu faire à ce moment-là quelque chose stimulait notre imaginaire. Et puis, cette région est intéressante d’un point de vue géopolitique. Les compromissions ou les liens que des grands groupes peuvent entretenir avec des régimes dictatoriaux, comme celui au pouvoir en Birmanie, est un thème qui est abordé d'une manière subtile. Mais en dehors des scènes d'actions époustoufflantes, L.W est aussi un film sur le déracinement, les relations père-fils, mais aussi de la réussite et de ce qu'elle implique. Bref, un film éclectique . D'un côté le réalisme pour grandes personnes, et de l'autre, la comédie pour les plus jeunes..Quand au casting, il est des plus international...on y retrouve Laurent Terzieff dans son dernier rôle, Mame Nakprasitte, ravissante Thaïlandaise de 29 ans, très connue en Thailande, Ulrich Tukur, et Olivier Barthélémy. Et malgré la présence de l'immense star sur le plateau, une réelle alchimie a règné pendant toute l'épôpée..
    action,aventure,thailande,birmanie,largo winch,largo winch ii,sharon stone,finances,laurent terzieff,bd,bande-dessinnée,actualité,actualité cinéma,jérome lasalle,ciné,cinéma,usa,france,belgique,ulrich tukurLe tournage a duré 99 jours de la Thailande, avec le village Malunai, Bangkok, Hong-Kong, Belgique, Allemagne, des scènes de la chute libre dans le sud de la France, pour terminer à Londres....Un tour du monde que n'aurait désavoué Jules Vernes. Au final cela donne un film alerte, faisant cohabiter des univers très contrastés avec les allers/retours entre eux. Il y a un univers minéral froid - la ville, les bureaux, les grattes-ciels, qui s'oppose à la jungle très organique. Un film d'aventure doublé d'un thriller bien huilé.. Bref, un spectacle grandiose, assez étonnant dans le chef d'un réalisateur français.J'en veux pour preuve, la scène en chute libre, entièrement exécutée par Tomer Sisley, lequel s'était déjà essayé au Base-jump dans le civil..Cette scène a demandé une synchonisation parfaite, car du caméra man aux comédiens, tous déboulaient à des vitesse différentes, et un seul écart aurait signifié un impact colossal. Cette scène a été tournée tout à la fin par mesure de précaution, et parce que les assurances et on les comprends quand on la vue, en avaient décidé ainsi.

    action,aventure,thailande,birmanie,largo winch,largo winch ii,sharon stone,finances,laurent terzieff,bd,bande-dessinnée,actualité,actualité cinéma,jérome lasalle,ciné,cinéma,usa,france,belgique,ulrich tukur
     

     

  • John Lennon ecu-star!

    lennon 's money.jpgUne pièce en argent à l'effigie de feu le leader des Far Four, immortalisé avec ses cheveux longs et ses lunettes rondes, est en vente sur le Web. Le Beatle, qui a été assassiné le 8 décembre 1980 à New York et aurait eu 70 ans cette année, a été choisi par le public pour figurer sur ce joli jeton d'une valeur de cinq livres (6 euros) mais vendu 44,99 livres (57 euros).

    Les fans du Scarabée chantant se sont assurés, via les réseaux sociaux Facebook et Twitter, que leur idole soit choisie par l'Hôtel britannique de la monnaie qui avait lancé un concours pour élire la personnalité devant figurer sur la nouvelle collection, après le dramaturge William Shakespeare et l'ex-Premier ministre Winston Churchill.  Le compositeur d’Imagine l'a emporté haut la main avec 92% des suffrages.  Cette pièce fabriquée à 5 000 exemplaires peut être achetée sur le site www.royalmint.com/johnlennon.
    Une figure mythique, une valeur sentimentale, une monnaie peu courante… mais qui ne vous sera d’aucune utilité dans le commerce!

    sources: http://www.gala.fr/l_actu/la_photo_du_jour/john_lennon_et_l_ecu_sonne#xtor=EPR-586


  • Wall Street sequel "Money never Sleeps" sortie retardée pour cause de festival de cannes

    Wall-Street-2-Mbanner
    Dans l'espoir d'être représenté et sans doute lauréat d'un prix, la 20th Century Fox a retardé la sortie de "Wall Street2-Money never Sleeps" du réalisateur Oliver Stone du 23 avril au 24 septembre. J'avoue ne pas bien comprendre cette statégie, vu que le prestigieux festival se déroule du 12 au 23 mai prochain? Bizarre ça!

    wall-street-2- WTC Background

    Dossier complèt Wall Street  icihttp://mich-silence-on-tourne.skynetblogs.be/post/7680296/wall-street-money-never-sleeps-un-trailer-plu

     

  • Wall Street Money Never Sleeps, un trailer plus complèt!

    19 février 2010.

    wall-street-MNS

    Merci au Sun,  nous avons enfin un trailer digne de ce nom à nous mettre sous la dent. Il y a quelques mois, alors que me trouvant à new York, j'eus l'occasion de  visionner quelques scènes de la suite de Wall Street,  je confiais ici que je n'avais pas du tout apprécié le deuxième opus dédié au monde de la finance. Le succès de Wall Street 1, ne justifiait pas à mes yeux de lui donner une suite. La technologie ayant tellement évolué (voyez sur la dernière photo, l'énorme téléphone mobile) qu'il me semblait décalé de replonger le spectateur dans les méandres des marchés boursiers, en montrant des images avec du matériel dépassé.  La bande annonce officielle ne fit rien pour m'inciter à poser un autre regard sur ce film.... Jusqu'à ce que The Sun, ne dégote un nouveau trailer...qui change la donne. Un clic sur le lien en dessous du fac similé, et hop plus de 7 minutes de vidéo!

    money never sleeps

    http://www.thesun.co.uk/sol/homepage/video/article300101.ece?vxSiteId=0bc72527-aa8e-4487-a5e8-94aae448c9dd&vxChannel=Film%20Trailers&vxClipId=1347_SUN42642&vxBitrate=300

     

    Wall-Street-2-

    wall-street-2 La Beouf Pc

    wall-street-2- WTC Background

    wall-street-2 douglas Labeouf

    wall-street-2-trio

    LaBeouf-Brolin-Douglas

    wall-street-2-brolin wallach

    Brolin- Eli Wallach (Westerns Spaghetis)

    Wall-Street-2-Mobile

  • The Informant avec Matt Damon Bande-annonce

    The InformantPix1Il y a des affiches de film qui sont de véritables oeuvre d'art. Digne de figurer bien en vue dans votre living. Mais en avez-vous déjà vu une plus vilaine que celle-là? Oui, peut-être celle de "The Love Guru....Et aucune des deux ne figurera sur un des murs de mon living!  Sachant que le film traîte d'un personnage réel mais assez loufoque,soufrant de troubles bipolaires,  on aurait pu comprendre une affiche un peu décalée. Mais celle-çi est vraiment énorme de mauvais goût. Pourquoi ne pas avoir gardé tout simplement la couverture du bouqin? Minimaliste mais néanmoins très porteuse. Les effets les plus lourds tuent les effets.

    informant_  book cover Qu'en pensez-vous?

    MattDamonMatt Damon...

    .whitacre two
    Le vrai Whitacre. Bof, pas vraiment ça!

    Quand Matt damon rencontre Steven Soderberg, cela donne un film décalé, loin, très loin de la saga Ocean's. Et loin de ce que l'on peut attendre d'un réalisateur de sa trempe. The Informant, c'est l'histoire vraie de Mark Whitacre, Président de la société japonaise d'agro-alimentaire Archies Midland Corp, suspectée de gonfler les prix, lui permettant d'engranger dénormes profist illégaux. Recruté par le Fbi, afin d'espionner sa société suspectée de gonfler les prix, Whitacre deviendra une "taupe" au sein de sa propre société!  Avec juste une ligne téléphonique, et en enregistreur obsolète, Whitacre va infilter tous les recoins de AMD, et faire un compte-rendu détaillé des faits et gestes, à tel point que lorsque les choses iront mal, il se verra impliqué au même titre que les administrateurs.  Ilsera condamné à 10 ans de prison pour conspiration, bien plus que les autres conspirateurs.l Il avait confié à sa femme: Tu construis une société le jour, et tu la détruis la nuit"...

    Liens : http://www.markwhitacre.com/

    http://fr.wikipedia.org/wiki/The_Informant

  • Le Tax Shelter en danger!!!!!!

    tax_shelter
    Le cinéma belge peut commencer à se faire du soucis. Le Tax Shelter, le sytème ou plutôt l'aide au financements de projets cinématographiques, perd un de ses "sponsors" La banque Ing a décidé de retirer ses billes et de ne plus accorder son soutient dans ce projet, qui a permis à quelques perles belges de se faire connaître à l'étranger....Grâce au Tax Shelter, le système qui permet aux entreprises qui investissent dans l'audiovisuel d'obtenir des avantages fiscaux en échange, de très bons longs-mètrages ont pu voir le jour, tels "Le Silence de Lorna" Elève Libre" de Joachim Lafosse, Nue Propriété (du même) Depuis son instauration, une quarantaine de films sont financés chaque année, du film à petit budget, au long, en passant par le documentaire,  mais le retrait de Ing pourrait mettre à mal la structure debase du financement, même si pour le moment, seule cette banque se retire, alors que pendant le "marché" au sein du festival de  Cannes, des garanties avaient été obtenues auprès des autres organes financiers...cad  Fortis et consorts. Entretemps, le politique s'en mèle, et envisage une réforme du Tax Shelter. Quelques titres financés par le Tax Shelter Mr Nobody - Julia - Melting Pot Café - Barrage contre le pacifique - L'Iceberg- Ultranova - 00S 117 Le Caire - Le Couperet - Indigènes - Aanrijding in Moscou - Brendan and the Secrets of Kells - Disco - Fly me to the Moon - Michael Blanco - JCVD - Los -Rumba - seraphine -Louis La brocante, Irina Palm etc etc etc...Rien que du beau monde.

    Pour la liste de tous les films, un clic sur :

    http://invest.belgium.be/films-taking-benefit-tax-shelter-system

    pour les trailers de la plupart des films : http://invest.belgium.be/movie-trailers

  • Sequel Wall Street Douglas -Stone Réunis!

    douglasLe monde des finances va mal. Faut-il voir là, la raison d'une suite au film-culte Wall Street", qui voyait Michael Douglas incarner Gordon Gekko, un requin des finances,  symbôle de la corruption et de l'avidité qui rêgnait à Wall Street dans les années 80? Film pour lequel, le comédien s'était vu décerner un Oscar

    Cependant, avec l'évolution des marchers boursiers, les temps seront bien différents pour Gekko, qui retrouvera Oliver Stone à la barre du sequel, dont le titre pourrait-être tout simplement  "Wall Street 2" (***) d'après un scénario de Allan Loeb (21)  Les deux compères sont ravis de se retrouver pour un projet qui devrait s'avérer grandiose vu l'état du monde financier aujourd'hui. Tous les ingrédients sont réunis pour faire de cette suite, une histoire explosive.  Selon les dernières nouvelles, le film suivrait pour une grande partie la trame du premier, tout en s'accomodant des gros changements opérés dans les finances  la chute du pouvoir d'achat, sans oublier l'écroulement de l'immobilier...Mais Gekko sera toujours "le vilain" de service.  Le début du tournage de "Wall Street 2" est prévu pour cet été, avec Edward Pressman à la production (Wall Street1).

    *** Money Never Sleeps" peut-être!

    Sources Jam Movies.

    .Biographie Michael Douglas : http://fr.wikipedia.org/wiki/Michael_Douglas