25 février 2016

Bruxelles fait la fête à Guy Bedos!

dff7de52-097a-409a-82f4-fda38a2a6c85.jpg


Le 14ème BRUSSELS FILM FESTIVAL se déroulera du 17 au 24 juin 2016 à Flagey et à la Cinematek. Evénement festif, le festival témoigne de la richesse du cinéma européen à travers 8 jours de découvertes sillonnant plus de 20 pays européens, une centaine de courts et longs métrages, des concerts, des invités, des rencontres publiques, des débats professionnels et plus de 50.000 euros de prix encourageant la création et la promotion cinématographique en Europe.

Alors que la programmation du festival est en cours, son directeur Ivan Corbisier a décidé d’organiser, en collaboration avec le journaliste et auteur Nicolas Crousse, une soirée spéciale dédiée à Guy Bedos.

Dans les années 80, on ne voyait que Bedos, Coluche, Desproges. Des rois mages de l’insolence à la française, il ne reste aujourd’hui que Bedos. C’est à ce vieux lion de la savane du stand-up que la Belgique a décidé de rendre hommage, le samedi 18 juin prochain, dans le cadre du Brussels Film Festival.

 

Sur la piste des saltimbanques, Bedos a toujours été un irrésistible félin, sentimental et bagarreur, inconsolable et gai, fraternel et sanguin. Issu tant de la commedia dell’arte (gloire à Monicelli, Risi, Fellini!) que du stand-up new-yorkais (merci Lenny Bruce), Bedos est un adepte historique du rire de résistance, qui choisit la politesse du désespoir pour parler justice, solidarité et pourquoi pas désobéissance civile.

Hommage L’homme n’est pas friand du terme. Et il est du reste sans doute bien mal choisi. Car le 18 juin prochain, c’est une véritable fête que Bruxelles prépare pour l’acteur fétiche d’Yves Robert (Un éléphant ça trompe énormément, Nous irons tous au paradis…), qui fit ses premiers pas au théâtre en 1951, aux côtés de Jean-Paul Belmondo. Et qui, en 1963, écrivit avec Jacques Baratier un film à sketches, Dragées au poivre, dans lequel il donnait la réplique à la moitié du cinéma français, de Bebel à Simone Signoret, Francis Blanche, Anna Karina, Jean-Pierre Marielle, Sophie Daumier, Claude Brasseur ou Monica Vitti.

Trois ans après ses adieux au stand-up, c’est au Théâtre 140, là même où il fit ses débuts et ses adieux à la scène belge, que Guy Bedos reviendra le 18 juin, entouré par une pléiade d’amis, artistes de cinéma, de scène ou de musique.

Le casting de la fête devrait lui réserver quelques véritables surprises… comme au public, à qui l’affiche de la soirée ne sera donc pas dévoilée.

On peut ceci dit lever un coin du voile. Ce sont les excellents Fabrizio Rongione et Alex Vizorek qui présenteront la fête à Guy Bedos. Lequel pourra compter à ses côtés sur la présence de deux de ses amis, Michel Boujenah et de Fellag.

Que la fête commence !

26 octobre 2015

Magnifique affiche pour le prochain Festival du Film Bruxelles (Brussels Film Festival)

flagey.pngLe prochain BRUSSELS FILM FESTIVAL se déroulera du 17 au 24 juin 2016 à Flagey et à la Cinematek. Alors que son directeur Ivan Corbisier s’attèle à la programmation de cette 14ème édition, le festival est très fier de déjà dévoiler son affiche, réalisée par l’artiste belge Laurent Durieux.

A travers ses affiches au fil des années, le Brussels Film Festival a souligné la richesse, la diversité et l’impressionnante qualité du cinéma européen. Ainsi, en 2014, les différentes affiches du festival citaient des phrases cultes de cinéastes internationaux de Wim Wenders à Ken Loach, jusqu’à Woody Allen « J’ai toujours rêvé d’être un réalisateur européen » et même  anything for a woman with a knife ». En 2015, les affiches du festival rendaient hommage à des films cultes, clins d’œil à des cinéastes aussi variés que Pedro Almodovar, Jean-Pierre Jeunet ou encore Stanley Kubrick. Pour cette prochaine édition 2016, le Brussels Film Festival rend un hommage suprême à l’un des plus grands films cultes de l’histoire du cinéma James Bond et sa célèbre réplique , réplique « I’ll do Metropolis du cinéaste allemand Fritz Lang.
 

Peu connu en Belgique, Laurent Durieux fait partie de ceux que la scène new-yorkaise s’arrache. Né à Braine-l’Alleud et installé à Bruxelles, Laurent Durieux a étudié à La Cambre. Sur commande en partenariat avec les studios de cinéma et ayants droit, cet artiste de 45 ans a recréé les affiches de films aussi célèbres que King Kong, Vertigo, The Master, Jaws, The Wizard of Oz, The Phantom of the Opera ou encore The Godfather, attirant l’attention de réalisateurs tels que Steven Spielberg et Francis Ford Coppola. Influencées par les illustrateurs des années 30 à 50, ses œuvres construisent un univers rétro-futuriste témoignant de sa fascination pour un « futur qui n’a jamais eu lieu ». En 2010, il réalise pour Canal+ France un court métrage en images de synthèse, Hellville, qui sera remarqué par le magazine américain de référence Variety et présenté dans de nombreux festivals dont ceux d’Annecy, Porto et Chicago. Il est aujourd’hui répertorié parmi les 200 meilleurs illustrateurs au monde et ses œuvres sont exposées dans de nombreuses galeries américaines.
 
En faisant appel à lui pour la création de son affiche, le Brussels Film Festival met ainsi enfin cet artiste à l’honneur dans son propre pays. Lors du festival en juin prochain, une exposition de ses œuvres aura lieu au cœur même du festival à Flagey ainsi qu’à la Maison de l’image, nouveau partenaire du festival.
Infos sur l’artiste : www.laurentdurieux.com
Infos sur le festival : www.brusselsfilmfestival.be 

06 juin 2015

Vincent Lindon à Bruxelles

20150605_200105_resized.jpg

C'est Place Sainte-Croix à Ixelles que s'est déroulée la 13ème édition du BRUSSELS FILM FESTIVAL ce vendredi 5 juin à Flagey avec la projection du film LA LOI DU MARCHE  et, en présence de son réalisateur Stéphane Brizé et de son interprète principal Vincent Lindon, tout récemment couronné du prix d’interprétation à Cannes.

 

Le jury est composé de Christian Carion, Olivier Masset Depasse, Erika Sainte et Antonella Salvucci. Manque à l'appel Wim Willaert.


Photo-call MichCiné

 

20150605_193328_resized.jpg

05 juin 2015

Vincent Lindon, après Cannes, à Bruxelles

 

 actualité cinéma,vincent lindon,cannes,ixelles,flagey,biff

SOIREE D'OUVERTURE

Vincent Lindon lance le Festival du Film de Bruxelles
Après Cannes, il est à Bruxelles
AVANT-PREMIERE

Vincent Lindon, primé au dernier Festival du Film de Cannes pour son interprétation dans La Loi du marché, et Stéphane Brizé lancent ce vendredi la 13e édition du Festival du Film de Bruxelles.

 biff.pngVE 5.06 - 20:00 - FLAGEY 4

12:30 Publié dans Festivals belges | Tags : actualité cinéma, vincent lindon, cannes, ixelles, flagey, biff | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

26 mai 2015

La Loi du Marché avec Vincent Lindon à Flagey..

lindon.pngLa Loi du Marché en avant-première au Festival du film de Flagey.

VE 5.06 - 20:00 - FLAGEY INFO - RESERV. T + 32(0)2 641 10 20

 

À 51 ans, après 20 mois de chômage, Thierry trouve enfin un nouveau travail. Il devient agent de sécurité dans un grand magasin. Il remplit sa fonction sans passion mais avec professionnalisme. Rapidement, face à la misère qu’il rencontre et la politique inhumaine de son employeur, il se trouve face à un dilemme moral. Pour garder son boulot, qu’est-il prêt à accepter? Vincent Lindon est tout bonnement magistral dans ce rôle. Entouré d’acteurs non professionnels, il rentre tout en finesse dans son personnage et porte le film sur ses épaules. Stéphane Brizé le suit sans discontinuité avec sa caméra au cadre serré. Un film qui touche à l’universel par son thème et son histoire.

24 avril 2015

La musique et le BIFF

Dédié au cinéma européen, le 13ème BRUSSELS FILM FESTIVAL se déroulera du 5 au 12 juin 2015 à Flagey et à la Cinematek. Comme déjà annoncé, le festival accueillera cette année l’actrice Juliette Binoche en invitée d’honneur. Outre sa programmation riche et variée, le festival s’intéresse également aux nombreuses relations entre la musique et le cinéma, avec des Ciné-Concerts, des documentaires liés à la musique et des rencontres entre compositeurs et réalisateurs.

 

ZONE LIBRE revisite 2001, L’Odyssée de l’Espace

 

Après les Tindersticks, les Chromatics, Chrysta Bell, Roscoe, Mélanie De Biasio ou encore My Little Cheap Dictaphone, The Flying Horseman et Follakzoid lors des éditions précédentes, le festival propose un ciné concert de Zone Libre, en première en Belgique, le samedi 6 juin à 20h30 à Flagey.

 

Le groupe Zone Libre revisite le mythique 2001, l'Odyssée de l'espace de Stanley Kubrick dans une version courte, mais toujours aussi hallucinée. La musique du groupe se compose de montées en puissance dramatiques, stridentes, collant aux images des grands fauves dévorant leurs proies, de singes armés de fémurs fracassant les crânes et autres carcasses. Bruit, fureur, mais aussi des notes pures, fascinantes, illustrant le vaisseau spatial évoluant dans l'espace à un rythme lent. La performance de Zone Libre va vous fasciner, subjuguer et vous embarquer dans un autre espace-temps.

 

 

 

Zone Libre est le fruit d'une rencontre entre deux univers artistiques singuliers : Serge Teyssot-Gay, guitariste de Noir Désir et du projet Interzone et Cyril Bilbeaud (batterie). Ensemble, ils explorent toutes sortes de sonorités : jeux de guitares incandescentes, larsen entre ruptures et lignes de fuite, riffs assassins comme autant d'ondes de choc. Zone Libre impose un univers envoûtant et inquiétant

 

20 mars 2015

Le FIFF en couleurs!

fiff3.jpgfiff2.jpgfiff1.jpg30 ans, ça se fête !
En bleu, en rouge, en vert, on vous promet un anniversaire haut en couleur ! Bloquez les dates dans votre agenda: rdv à Namur du 2 au 9 octobre pour une folle semaine de cinéma francophone!
  

N'oubliez pas! Vous avez jusqu'au 15 juin pour inscrire vos longs et courts métrages ainsi que vos vidéos clips.

12:41 Publié dans Festivals belges | Tags : fiff, flagey, festival, actualité cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

26 février 2015

Juliette Binoche invitée d'honneur au Festival de Bruxelles en juin

fiff 2015,flagey,actualité cinéma,bozar,juliette binocheLe 13ème BRUSSELS FILM FESTIVAL se déroulera du 5 au 12 juin 2015 à Flagey et à la Cinematek. Après Peter Greenaway en 2012, Bertrand Tavernier en 2013 et Alan Parker l’an dernier, le festival -dirigé par Ivan Corbisier- aura le plaisir d’accueillir l’actrice française Juliette Binoche comme invitée d’honneur !
Actrice internationale par excellence, Juliette Binoche a tourné avec les plus grands metteurs en scène des quatre coins du globe, de Godard à Téchiné, en passant par Doillon, Kieslowski, Minghella, Haneke, Ferrara, Assayas, Klapisch, Leconte, Rappeneau, Boorman, Hou Hsiao Hsien, Kiarostami ou encore Cronenberg. C’est dire la variété de sa palette d’actrice

21:55 Publié dans Festivals belges | Tags : fiff 2015, flagey, actualité cinéma, bozar, juliette binoche | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

07 juin 2014

Sir Alan Parker invité d'honneur du Biff.

IMG_8749.JPG Le Biff  consacré cette année au Cinéma Européen, à réussi à attirer une toute grosse pointure cinématographique en la personne de Sir Alan Parker, invité d'honneur de cette édition 2014,  comme de bien entendu  fort sollicité. Entre une présence au gala d'ouverture aux côtés du jury au sein duquel on retrouve le chanteur Raphael, une conférence de presse le lendemain, une Master class dans l'après midi, et une introduction à la projection du film "THe Commitments" le même soir, le réalisateur n'a pas en le temps de chômer.

IMG_8722.JPGIMG_8748.JPGAujourd'hui, la toute grande presse avait été conviée dans le foyer du magnifique Steinbergen Hôtel de la place Stéphanie...De très nombreuses questions couvrant toute sa carrière ont été posées. Interrogations auxquelles le réalisateur multi-récompensé à répondu avec beaucoup d'à-propos. Ainsi nous avons appris que pour le film Evita, Parker , alors que Meryl Streep figurait sur ses tablettes, se demandait s'il fallait engager une comédienne sachant chanter- ce que  Meryl à prouvé avec Mamma Mia quelques années plus tard- ou au contraire une chanteuse sachant jouer la comédie. Ce n'est qu'après reçu une fin de non recevoir de Streep, laquelle avait d'autres projets déjà signés, et après avoir lu quatre pages de textes envoyées....(oups) par Madonna que, son choix fut pris, non sans avoir également proposé le pitch à Michelle Pfeiffer et même Barbra Streisand...Cependant, dit-il "  Madonna  s'est vraiment comportée comme une pro"  A ce propos justement, il fit également remarquer, à la question de savoir comment il met si facilement ses scènes en boite, avec des Divas  " Qu'il est inutile de faire des dizaines et des dizaines de prises, après 20 claps, les acteurs ne savent plus où ils en sont, et puis cela coûte cher à la prod."  En ce qui concerne le cinéma Us, " aux States, on travaille 12/24h - 6/7jrs c'est très astreignant. Maintenant, je me consacre à la peinture, et je vais régulièrement au pub du coinSAM_8332.JPG Parmi le flot de questions, j'ai quand même eu l'occasion de poser la mienne concernant encore Madonna, lorsque Parker il y a quelques années,  fit part de son intention de tourner un remake de "L'Ange Bleu"  avec la star. Un peu surpris que je sois au courant de ça -cela date de l'époque "Angel Heart" quand même- le réalisateur a  confirmé avoir eu cette intention bien avant Evita, mais que les fonds pour mettre ce projet en chantier n'avaient pu être débloqués à temps!  Projet où figuraient Diane Keaton à la production, Robert De Niro et Madonna...excusez du peu! . Il fut beaucoup question de films musicaux (**) genre dans lequel le réalisateur a confié se sentir à l'aise " les films musicaux sont pour moi, le moyen le plus direct pour communiquer avec le public". Tout en déplorant  que, le cinéma Européen n'a pas encore fait son "trou" dans l'ombre des grosses machineries américaines, il ajouta que heureusement quelque fois, la télévision sauve les meubles. Néanmoins,  seule la chaîne HBO trouve grâce à ses yeux,  "elle propose de bonnes émission, et,c'est là qu'il faut aller quand on a un bon projet, un bon scénario et un bon sujet..".Il avoue avoir pensé tourner un film en Belgique tant il avait aimé "In Bruges" avec Colin Farrell et trouvé  la Venise du Nord très belle  (Cocorico). Toujours à propos de la Belgique, "Im ready to make an 100 pounds bett, that Belgium will go to the semi final at least" (Cocorico) En guise de mot de la fin, Alan Parker fit une petite pirouette bien amusante "Je ne pense plus tourner encore, à mon âge, je me dis que tôt ou tard ma dernière comédie musicale, sera celle d'aller  au ciel et de chanter en compagnie de Frank Sinatra".

¨¨ Pour rappel Sir Alan Parker  a sur sa carte de visite quelques grandes comédies musicales, telles Fame, Pink Floyd The Wall, Evita.

IMG_8731.JPGIMG_8725.JPGIMG_8735.JPGSAM_8286.JPGSAM_8292.JPG

13 mai 2014

Musique & cinéma au BRUSSELS FILM FESTIVAL

 

 flagey,ixelles,belgique,fiff,actualité cinéma,musique

 

 

 

Le prochain BRUSSELS FILM FESTIVAL se déroulera du 6 au 14 juin 2014 à Flagey et à la Cinematek. Dédié au cinéma européen, le festival accueillera cette année Sir Alan Parker en invité d’honneur. Mais le festival s’intéresse aussi aux nombreuses relations entre la musique et le cinéma. Cette 12ème édition proposera des Ciné-Concerts, une compétition de documentaires liés à la musique et des rencontres entre compositeurs et réalisateurs.

 

CINE-CONCERTS

11 juin 2014 – 20:00 @ Flagey – Studio 4

Préventes dès le 15 mai : 12€  - Sur place : 15€

 

My Little Cheap Dictaphone, The Flying Horseman, Follakzoid

 

Après les Tindersticks, Chromatics, Chrysta Bell, Roscoe et Mélanie De Biasio lors des éditions précédentes, le festival propose à nouveau 2 créations de ciné-concerts, en collaboration avec la Cinémathèque Royale et ses précieuses archives.

My Little Cheap Dictaphone, le groupe de Liège qui n’arrête pas de faire parler de lui, adaptera sa musique en travaillant sur des images issues de la collection de la Cinémathèque. Leur choix s’est posé sur des images tournées lors de la guerre 14-18. La vidéaste Caroline Poisson proposera une vision très personnelle de ces images à couper littéralement le souffle.

 

www.mylittlecheap.net

http://carolinepoisson.tumblr.com

 

The Flying Horseman [Ciné-Concert]

Flying Horseman, le groupe anversois mené par le guitariste virtuose et singer-songwriter hors-pair Bert Dockx,  est assurément un des groupes belges les plus intéressants, intriguants et séduisants du moment. Musicalement, on se situe quelque-part entre les ambiances des princes noirs Mark Lanegan ou Nick Cave, mais aussi dans des envolées plus lyriques proches d’un Jeff Buckley. Philippe Werkers, artiste visuel, et qui se charge des projections en direct avec Dans Dans – autre projet de Dockx – a plongé dans les archives de la Cinémathèque…

Follakzoid (CL)

Le groupe chilien propose une musique cinématographique dans l’essence même de ses influences : krautrock, psychédélisme et un wall of sound de guitares. Le groupe emmène ses propres visuels, et nous transporte dans un western post-apocalyptique pour nous rapprocher du cosmos. Un ciné-trip.

« Föllakzoid est LE fournisseur officiel chilien de rock cosmique et psychédélique. Elevés dès leur plus jeune âge aux jams sessions dans les garages de Santiago du Chili, le groupe construit son monde avec de longues fresques sonores qui gardent un appui bien stable dans le Krautrock de Neu! et Can, rythmiques motorik a l'appui, basse sourde et métallique en contrepoint. Les voix caverneuses répondent en échos aux envolées de guitares aériennes ancrées dans la tradition western rock de leurs cousins californiens (Warlocks, Black Angels, Brian Jonestone Massacre). Mais la musique de nos chiliens n'est pas une longue route tracée type 66, elle est jonchée d'accidents sonores synthétiques, de nappes drones qui enroulent l'auditeur dans un univers doucereux, amer et finalement d'un psychédélisme assez sombre. Föllakzoid a déjà séduit en tournée aux cotés de Tame Impala, Warlocks, Dead Meadow ou Psychic Ills, ils ont assommé les scènes de Lollapalooza ou SXSW ou du Austin Psych fest »

 

http://follakzoid.bandcamp.com

 

BRUSSELS FILM FESTIVAL

Du 6 au 14 juin à Flagey.

Pour plus d'info : www.brusselsfilmfestival.bewww.brff.be

08:34 Publié dans Festivals belges | Tags : flagey, ixelles, belgique, fiff, actualité cinéma, musique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

18 juillet 2013

The Girl with the 9 wigs - Heute bin ich Blond!!!

   

image003.jpgactualité cinéma,cinéma,sophie scholl,allemagne,belgique,drame,cancer,maladie,flagey,perruques,the girl with the 9 wigsHEUTE BIN ICH BLOND (La fille aux neuf perruques/The Girl with nine wigs) raconte le combat contre la maladie d'une jeune femme au féroce appétit de vivre, qui veut coûte que coûte continuer à s'amuser, voyager et surtout aimer intensément. Par le réalisateur de SOPHIE SCHOLL - THE FINAL DAYS (Ours d’argent du meilleur réalisateur à Berlin et nominé aux Oscars

.

actualité cinéma,cinéma,sophie scholl,allemagne,belgique,drame,cancer,maladie,flagey,perruques,the girl with the 9 wigsactualité cinéma,cinéma,sophie scholl,allemagne,belgique,drame,cancer,maladie,flagey,perruques,the girl with the 9 wigs

 

 

 

 

 

e De Marc Rothem Avec Lisa Tomaschewsky, Karoline Teska, David Rott, Maike Bollow, Peter Prager, Alice Dwyer.

 Par le réalisateur de SOPHIE SCHOLL - THE FINAL DAYS (Ours d’argent à Berlin)

actualité cinéma,cinéma,sophie scholl,allemagne,belgique,drame,cancer,maladie,flagey,perruques,the girl with the 9 wigseSortie en Belgique : 4 septembre 2013

 

Allemagne /Belgique – 2013 – 117 min. – comédie dramatique – version originale sous-titrée  français/néerlandais

 SYNOPSIS

Sophie a vingt et un ans et des rêves plein la tête lorsqu'elle apprend qu'elle est atteinte d'un cancer. Dotée d'une énergie hors du commun, elle est déterminée à se battre. Quand ses cheveux commencent à tomber sous l'effet de la chimiothérapie, Sophie a l'impression de perdre sa féminité. Elle se lance alors dans une frénésie d'achat de perruques et imagine un jeu qui, petit à petit, va lui donner une force insoupçonnée. Il y aura neuf perruques pour neuf facettes de sa personnalité. Sophie sera tour à tour Stella, Daisy, Sue, Blondie, Platine, Emma, Pam, Lydia et Bébé. Neuf identités qui vont l'aider à s'affirmer, à devenir elle-même, et à survivre. Neuf vies en une alors que le temps lui est compté...

 

English

HEUTE BIN ICH BLOND is based on the autobiographical bestseller by Sophie van der Stap.
Sophie has just started her studies when she is diagnosed with cancer: her world is turned
upsidedown. But Sophie is a fighter. She wants to live, with everything that goes with life; dreams, parties,laughing, flirting and having sex. Nine individual wigs become Sophie‘s elixir of life. Sometimes courageously wild, erotic or romantic, depending on the hair color and style, each wig brings another piece of Sophie to the fore. She escapes from the everyday hospital drudgery, parties wildly with her best girlfriend and falls in love with her buddy Rob. With humor, courage and a portion of lightheartedness, Sophie extends her middle and gives her
illness the bird!

 actualité cinéma,sophie vander stap,lisa tomaschewsky,cinéma,sophie scholl,allemagne,belgique,drame,cancer,maladie,flagey,perruques,the girl with the 9 wigsactualité cinéma,sophie vander stap,lisa tomaschewsky,cinéma,sophie scholl,allemagne,belgique,drame,cancer,maladie,flagey,perruques,the girl with the 9 wigs

16 juin 2013

Heute bin ich blond au Flagey..

 

hbib.jpgimage002.jpgHEUTE BIN ICH BLOND (La fille aux neuf perruques/The Girl with nine wigs) raconte le combat contre la maladie d'une jeune femme au féroce appétit de vivre, qui veut coûte que coûte continuer à s'amuser, voyager et surtout aimer intensément. Par le réalisateur de SOPHIE SCHOLL - THE FINAL DAYS (Ours d’argent du meilleur réalisateur à Berlin et nominé aux Oscars).

 

SYNOPSIS

Sophie a vingt et un ans et des rêves plein la tête lorsqu'elle apprend qu'elle est atteinte d'un cancer. Dotée d'une énergie hors du commun, elle est déterminée à se battre. Quand ses cheveux commencent à tomber sous l'effet de la chimiothérapie, Sophie a l'impression de perdre sa féminité. Elle se lance alors dans une frénésie d'achat de perruques et imagine un jeu qui, petit à petit, va lui donner une force insoupçonnée. Il y aura neuf perruques pour neuf facettes de sa personnalité. Sophie sera tour à tour Stella, Daisy, Sue, Blondie, Platine, Emma, Pam, Lydia et Bébé. Neuf identités qui vont l'aider à s'affirmer, à devenir elle-même, et à survivre. Neuf vies en une alors que le temps lui est compté...

 

 

fl.pngfla.pngflage.pngflagey 1.pngsamedi 22 juin à 12h30

à Flagey

(entrée : rue du Belvédère 27 – 1050 Bruxelles)

Version originale sous-titrée FR/NL

en présence de Sophie Van der stap. Auteur du livre dont est adapté le film.

 

dans le cadre du BRUSSELS FILM FESTIVAL où le film est présenté le lendemain soir en avant-première

lors d’une Séance Spéciale en présence de Sophie van der Stap, auteur du roman et personnage principal dont est inspiré le film.

 

 

http://www.youtube.com/watch?v=hYiy_-Cf35I

31 mai 2013

Le Festival Flagey et la Fête de la Musique...

flagey.jpgLa 11ème édition du BRUSSELS FILM FESTIVAL se déroulera du 19 au 26 juin 2013 à Flagey.

Cette année, le  Brussels Film Festival s’associe à la Fête de la Musique pour une série de concerts en lien avec le cinéma. Le festival propose également une compétition de documentaires liés à la musique et met sur pied une rencontre entre compositeurs et réalisateurs. Avec notamment Chrysta Bell, Mélanie De Biasio, Roscoe, Bent Van Looy, Mike Simonetti.

 

CINE-CONCERTS + afterparty -  21 juin 2013, à Flagey – entrée gratuite

 

David Lynch presents Chrysta Bell. La nouvelle muse de David Lynch propose un set envoûtant et théâtral, à l’image de l’univers du réalisateur. Lynch a co-écrit et produit son premier album solo, et a créé son accompagnement visuel pour la scène.

www.facebook.com/chrysta.bell.official

 

Roscoe, un des groupes belges les plus prometteurs du moment, propose un ciné-concert spécialement conçu pour l’occasion. La musique du groupe, à la fois mélancolique et électrique, entrera en dialogue avec des images issues de films muets belges (Henri Storck, Henri Moerman, Alexandre Promio).

www.roscoeband.com

 

Jazz noir, langoureux, sensuel… On songe à Nina Simone, au Velvet Underground, à Sade. La voix habitée de Mélanie De Biasio, originaire de Charleroi, fait fureur partout. Une grande dame , à (re)découvrir dans un contexte idéal.

www.melaniedibiasio.com

 

Romano Nervoso

Pionnier auto-proclamé du spaghetti-rock made in La Louvière, Romano Nervoso a le don de mettre le feu là où il passe. Le quatuor propose un rock&roll authentique, teinté de rock garage, de punk et d’un second degré contagieux.

+ Afterparty par / met / with VICUNA (www.vicuna.be)

 

Mike Simonetti (US - dj – Italians Do It Better)

En créant le label Italians Do It Better, le dj et producteur New Yorkais Mike Simonetti créa une petite révolution teintée de disco psychédélique proche de celle de John Carpenter, de house et de post-punk. Il signe Glass Candy et Chromatics (qui étaient présents à l’édition précédente du Festival), et n’a jamais arrêté le dj-ing, discipline dans laquelle il excelle depuis 20 ans.

vivaitalians.blogspot.co.uk

 

Aguila (B)

Influencé autant par la disco, l’italo et la wave, né des discothèques new-beat, house et acid, Aguila propose des mixes à la fois retro et futuristes, passant de Aretha Franklin aux sons de l’Hacienda via Inflangranti

www.aguilasound.com

 

MUSIC DOCS

Le Festival propose une compétition autour d’une dizaine de documentaires liés à la musique, avec une série de premières belges ! Avec, entre autres :

 

- Mistaken for Strangers (Tom Berninger) - 25 Juin

Tom est le frère de Matt Berninger, le leader du groupe The National. Tom aime le metal, glander, faire la fête. Matt est perfectionniste et charismatique. Pour la nouvelle tournée américaine de son groupe, Matt engage son frère comme roadie. Et Tom, caméra au poing, décide d’en faire un film.

 

- Charles Bradley : soul of America (Poull Brien) – 21 juin

Charles Bradley a toujours connu la pauvreté, la solitude, l’exclusion. Son rêve ? Devenir un chanteur soul professionnel. A 62 ans, il rencontre un des producteurs de Daptone Records qui l’aide à trouver sa propre voie musicale. Pour Bradley, une nouvelle vie commence…

 

- Pussy Riot – A Punk Prayer (Mike Lerner, Maxim Pozdorovkin) – 20 juin

Trois jeunes femmes risquent l’incarcération suite à une performance musicale et satyrique dans la plus grande cathédrale de Moscou. Le film retrace leur combat et leur procès fortement médiatisé. Une réflexion édifiante sur la liberté d’expression dans la Russie de Poutine.

 

- Round the Bend (Dimitri van Zeebroeck) – 20 juin

Bent Van Looy (Das Pop), esprit créatif et agité, se rend à Los Angeles pour l’enregistrement de son premier album solo avec le producteur Jason Falkner. Un portrait intime de l’homme à travers ses influences et le processus de création.

+ SHOWCASE DE BENT VAN LOOY le 20 juin, à Flagey.

 

RENCONTRE MUSIQUE ET CINEMA

Le 21 juin, à Flagey, dès 14h, le Brussels Film Festival met sur pied une rencontre individuelle entre compositeurs, réalisateurs et producteurs sur le principe du speed-dating.

Le but ? Inciter à la rencontre et favoriser la collaboration entre compositeurs de musique de films, réalisateurs et producteurs de films de fiction et de documentaires belges.

Ca se passe comment ? Un comité de sélection effectue un premier tri des envois et en sélectionne dix. Les candidats retenus sont mis en rapport avec des réalisateurs et producteurs de cinéma et, conformément au principe du speed-dating, ont 15’ pour convaincre.

Qui peut participer ? Tout qui est domicilié en Belgique, possède une expérience probante en composition de musique de films (acquise grâce au court métrage, au long ou au doc), est compositeur professionnel ou encore compose des musiques originales.

Bon à savoir : Tous les styles de musiques actuelles concourent.

Comment participer ? En envoyant des fichiers son (.wav, mp3 etc) et une bio à l’adresse suivante, avant le 10 JUIN 2013 : music@brff.be

Pour plus d’informations : Marc Jacobs - marc@brff.be -  +32 2 762 66 76

08:54 Publié dans Festivals belges | Tags : flagey, bruxelles, festival, david lynch, musique, actualité cinéma, cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

07 mars 2013

Bertrand Tavernier au BIFF en juin.

image004.jpgIl aura fallu des nuits entières pour s’en remettre… Après un dixième anniversaire particulièrement festif, la 11ème édition du BRUSSELS FILM FESTIVAL s'annonce tout aussi prometteuse!

 

C’est du 19 au 26 juin que cinéma, fiesta et musique animeront le cœur de Flagey afin d’accueillir cinéphiles avertis ou non. Outre la compétition officielle focalisée sur les films européens, la programmation proposera des Avant-premières avec des œuvres venues des 4 coins du monde, un Panorama de petites perles à découvrir, des séances spéciales mais également une section musicale qui ne cesse de prendre de l’ampleur.

 

tave rnier.jpgAutre point fort du Brussels Film Festival, les rencontres professionnelles se poursuivront en étroite collaboration avec les associations du 7ème art. Dans ce cadre, le festival est heureux d’accueillir en invité d’honneur le cinéaste français Bertrand Tavernier. De L’Horloger de Saint Paul en 1973 à son prochain Quai d’Orsay, en passant par les inoubliables La Mort en direct, Coup de Torchon, Mississippi Blues, Round Midnight, La Vie et rien d’autre, L.627 ou encore In the Electric mist, il a marqué plus d’une génération de cinéastes et de cinéphiles, avec des œuvres toujours plus variées et d’une totale maîtrise. Une rétrospective de quelques-unes de ses œuvres les plus marquantes sera présentée à la Cinematek. Lors de sa venue au festival, le réalisateur partagera également sa connaissance encyclopédique du 7ème art lors d’une leçon de cinéma à Flagey. Une rencontre qui s’annonce déjà passionnante !

 

Ptaver nier.jpgour sa quatrième année à la direction du festival, Ivan Corbisier renforce sa combinaison gagnante ‘musique et cinéma’ avec la projection de documentaires musicaux, le développement des concerts d’artistes prometteurs (souvenez-vous des concerts sold-out des Tindersticks en 2011 et des Chromatics en 2012) suivis de soirées DJ sets endiablées (à la mesure de celles animées par Carl Barât et Saul Williams l’an dernier !). Cette année, le festival fera par ailleurs partie intégrante de la Fête de la Musique avec une programmation thématique le vendredi 21 juin. Voilà de quoi commencer l’été sous le signe de la bonne humeur !

17 juin 2012

Festival du Film de Flagey Palmarès

image009.jpg

 

La 10ème édition du Brussels Film Festival s’est clôturée ce samedi 16 juin par la cérémonie de remise des prix en présence des lauréats, suivie de la projection du dernier film de Michael Winterbottom, Trishna, superbe transposition du roman Tess of the d’Ubervilles de Thomas Hardy dans l’Inde contemporaine.

 

L’événement bruxellois a accueilli des dizaines de milliers de festivaliers venus assister aux projections de films, concerts et rencontres. Outre la compétition officielle, le public pouvait découvrir quelques avant-premières dont Quand je serai petit en ouverture (en présence de Jean-Paul Rouve, Claude Brasseur et Arly Jover), The Deep Blue Sea (en présence de son réalisateur Terence Davies), Paris-Manhattan (en présence de la réalisatrice Sophie Lellouche) ou encore To Rome with Love, le dernier opus de Woody Allen, tourné en Italie avec Penelope Cruz, Roberto Benigni et Alec Baldwin.

Le festival faisait également la part belle à la musique avec une nouvelle section dédiée aux documentaires musicaux (dont The Libertines : There are no innocent bystanders, Shut up and play the hits ou encore Vinylmania) et deux Ciné-Concerts : l’un de NLF3 sur le film Le Golem, l’autre de NeirdA & Z3ro sur le premier épisode la série Le Prisonnier. La grande soirée anniversaire réunissait plus de mille spectateurs pour le fameux concert des Chromatics (auteur notamment de la musique de Drive) suivi de DJ sets de Carl Barât, Saul Williams, Sofa, Didz et le groupe J-Prock. Une journée entière était également dédiée à la musique au cinéma avec de fructueux speed dating entre producteurs et musiciens et tables rondes.

Point fort de cette édition, les Master Classes données par le cinéaste anglais Peter Greenaway (à qui l’on doit notamment les superbes Meurtre dans un jardin anglais, le Ventre de l’architecte ou encore Le Cuisinier, le voleur, sa femme et son amant), Peter Aalbaek Jensen (producteur des films de Lars von Trier, Susanne Bier, Lukas Moodysson et Thomas Vinterberg), Jean-Michel Bernard (compositeur attitré de Michel Gondry et également du dernier film de Scorsese, Hugo Cabret), Thomas Bidegain(scénariste de Un prophète et De rouille et d’os de Jacques Audiard, ainsi que de A perdre la raison de Joachim Lafosse) ou encore Lucas Belvaux (réalisateur de la trilogie Un couple épatant/cavale/Après la vie, La Raison du plus faible, Rapt et 38 témoins).

 

11.jpg

le jury Tania Garbarski, Mireille Perrier, Ivan Corbisier (directeur du festival), Frédéric Fonteyne, Edouard Molinaro, Koen Mortier et Bernard Yerlès.

 

GOLDEN IRIS AWARD pour le meilleur film

10.000 € offerts par la Région de Bruxelles-Capitale

Ce prix est décerné par le Jury Officiel parmi les films de la Compétition

DEATH FOR SALE

de Faouzi Bensaïdi (France/Belgique/Maroc)

et

 

CINEUROPA AWARD

5.000 € offerts par Cineuropa.org

Ce prix est décerné par un jury Cineuropa parmi les films de la Compétition  

 

 

 

 

 BEST SCREENPLAY AWARD

  2.000 € offerts par l'ASA et la SABAM
 Ce prix est décerné par le jury du scénario parmi les films de la Compétition européenne

 

FEDEX CINEPHILE AWARD
2.500 €
offerts par Fedex
Ce prix est décerné par le jury jeunes parmi les films de la Compétition européenne

 

CINEUROPA AWARD
5.000 € offerts par Cineuropa.org
Ce prix est décerné par un jury Cineuropa parmi les films de la Compétition européenne

 

AUDIENCE AWARD
2.000 € offerts par Euro Millions
Ce prix est décerné par le public parmi les films de toutes les sections (sauf séances spéciales et projections en plein air)

 

RTBF TV AWARD pour le meilleur film
10.000 € (en garantie de distribution).
Ce prix est décerné par la RTBF La Deux parmi les films de toutes les sections (sauf séances spéciales et projections en plein air)

 

Be TV AWARD pour le meilleur film
5.000 € (en garantie de distribution)
Ce prix est décerné par Be TV parmi les films de toutes les sections (sauf séances spéciales et projections en plein air)

 

PRIME TV AWARD pour le meilleur film
5.000 € (en garantie de distribution sur Prime distribué par télévision digitale Telenet)
Ce prix est décerné par Prime parmi les films de toutes les sections (sauf séances spéciales et projections en plein air)

 

BEST SHORT FILM AWARD
1.400 € offerts par l'ARRF (Association des Réalisateurs et Réalisatrices de Films) et UniversCiné Belgium et 1.000€ offerts par Studio l'équipe.
Ce prix est décerné par le Jury Court Métrage

BEST SHORT FILM UPCB
1.000 € offerts par l'UPCB (Union de la Presse Cinématographique Belge) 

 

13 mai 2012

Bientôt le Festival du film de Bruxelles..

016.JPG

La 10ème édition du BRUSSELS FILM FESTIVAL se déroulera du 8 au 16 juin à Flagey et Bozar.

 

La Compétition Officielle réunit 12 films européens en lice pour des prix d’un montant total de 45.500 € dont 10.000 pour le Golden Iris Award du meilleur film. Le Jury est composé de Peter Geeenaway, Edouard Molinaro, Tania Garbarsky, Frédéric Fonteyne, Mireille Perrier, et Bernard Yerles !

Quelques superbes avant-premières, dont le dernier Woody Allen, mais ne rêvons pas, il ne sera pas présent!, A l'inverse de Jean-Paul Rouve peut-être. En Belgique on fait avec ce que l'on a....mais avec Molinaro, Peter Grenaway et Garbasky, c'est déjà pas si mal. Cependant des invités de dernière minute pourraient allonger la liste!!

 

-en gala d’ouverture, le nouveau film réalisé et interprété par Jean-Paul Rouve, QUAND JE SERAI PETIT(France). Il y est entouré de Miou-Miou, Claude Brasseur, Benoît Poelvoorde, Arly Jover, Gilles Lellouche et Xavier Beauvois.

-En gala de clôture, TRISHNA (UK) dans lequel Michael Winterbottom transpose le célèbre roman Tess of the D’Ubervilles de Thomas Hardy dans l’Inde contemporaine, avec Freida Pinto (révélée par Slumdog Millionaire).

-A découvrir également : PARIS MANHATTAN (France) de Sophie Lellouche avec Alice Taglioni, Patrick Bruel et Woody Allen, THE DEEP BLUE SEA (USA/UK) de Terence Davies avec Rachel Weisz, Tom Hiddleston, Simon Russell Beale, TO ROME WITH LOVE de Woody Allen, avec Woody Allen, Roberto Benigni, Penelope Cruz, Alec Baldwin, Ellen Page, lors d'une journée spéciale le 9 juin! A vos agendas...

Programme de la compèt!

-AMONG US (Onder Ons) de Marco van Geffen (Pays-Bas)

-BLOODY BOYS (Jävla pojkar) de Shaker K. Tahrer (Suède)

-CAN de Raşit Çelikezer (Turquie)

-CLIP (Klip) de Maja Miloš (Serbie)

-DEATH FOR SALE de Faouzi Bensaïdi (Belgique/France/Maroc)

-KAUWBOY de Boudewijn Koole (Pays-Bas)

-MERCY (Gnade) de Matthias Glasner (Allemagne/Norvège/Angleterre)

-MY BROTHER THE DEVIL de Sally El Hosaini avec James Floyd & Saïd Taghmaoui (UK)

-NO REST FOR THE WICKED (No habrá paz para los malvados) de Enrique Urbizu (Espagne)

-ROSE (Róża) de Wojciech Smarzowski (Pologne)

-TWILIGHT PORTRAIT (Portret v sumerkakh) de Angelina Nikonova (Russie)

-VOICE OF MY FATHER (Babamin Sesi) de Orhan Eskiköy & Zeynel Doğan (Turquie/Allemagne/France

Incontournable tradition, le festival présente quatre Séances en plein air, gratuites, dès 22h30 sur la Place Sainte-Croix, l’occasion de (re)savourer les excellents LES GEANTS de Bouli Lanners et HASTA LA VISTA de Geoffrey Enthoven, mais également deux ciné-concerts : LE GOLEM de Paul Wegener par NLF3 et LE PRISONNIER de George Markstein par NeirdA & Z3ro.. Les années précédentes, le festival proposait une dizaine de séances style "drive-in" et le succès allié à une bonne météo, avait rendu chacune de ses soirées..inoubliables et very successful!....Cette année, 9 voisins de la Place Sainte-Croix, ayant porté plainte pour nuisances sonores, les orgaisateurs ont du revoir leur copie pour satisfaire ces "grincheux" et le bourgmestre en place...Donc, seulement 4 films...

Les Invités

Peter Aalbaek Jensen, Carl Barât, Lucas Belvaux, Jean-Michel Bernard, Thomas Bidegain , Claude Brasseur (sous réserve), Raşit Çelikezer, Terence Davies, Ozgur Dogan, Zeynel Dogan, Frédéric Fonteyne, Tania Garbarski, Valeria Golino (sous réserve), Peter Greenaway, Gustav Hofer, Marc A. Huyghens, Elin Klinga, Boudewijn Koole, Sophie Lellouche, Edouard Molinaro, Koen Mortier, Mireille Perrier, Jean-Paul Rouve, Roger Sargent, Julien Sigalas, Alice Taglioni (sous réserve), Shaker Tahrer, Selen Uçer (sous réserve), Saul Williams, Michael Winterbottom (sous réserve), Bernard Yerlès..

 

16 décembre 2011

Festival Anima 2012 Avant-programme.

Anima, le Festival international du film d'animation de Bruxelles se déroulera à Flagey du 17 au 26 février 2012.

 

Anima dévoile les meilleurs films d'animation du moment, triés parmi plus de 1.066 films soumis à la sélection: la diversité de style, d'écriture, de techniques se retrouve dans une compétition internationale et une autre réservée aux films belges, incluant courts et longs métrages, publicités, vidéos musicales. Le Festival propose aussi en 2012 un vaste choix de rétrospectives et d'événements. Au moment où ces lignes sont écrites, tout n'est pas encore fixé. Notons toutefois la mise à l'honneur de deux pays par Anima 2012 : la Suisse et l'Espagne.

 

Les journées professionnelles Futuranima se dérouleront sur le même site du Flagey du 23 au 25 février 2012. Avec de très nombreuses rencontres :

Igor Alban-Chevalier, designer, sculpteur et directeur artistique sur des blockbusters comme Harry Potter et X-Men.

Plusieurs équipes de longs métrages d'animation actuellement en production viendront présenter les progrès de leur travail et avec eux de nombreux professionnels belges impliqués dans ces productions internationales : Stéphane Aubier, Philippe Coenen, Eric Goossens, Vincent Patar, Ton Roebben, Vincent Tavier,... Il sera d'ailleurs aussi question d'aborder le travail de jeunes sociétés belges actives dans le secteur: Beast Animation avec Steven de Beul et L'Enclume avec Jérémie Mazurek.

Deux grandes soirées festives aussi, la première, le jeudi soir, avec les fameux « Open Screenings », durant laquelle amateurs et pros viennent proposer librement leur films d'animations dans une séance conviviale et gratuite. La deuxième soirée, le « Pecha Kucha » en partenariat avec la SACD, donne l'occasion aux auteurs de présenter leur futur film en 20 images affichées chacune 20 secondes. Fraser MacLean, grand professionnel de l'animation qui a oeuvré sur « Qui veut la peau de Roger Rabbit », « Space Jam » et « Tarzan » nous fera le grand honneur de partager son expérience sur le « lay out d'animation » (il est l'auteur d'un tout récent ouvrage sur le sujet : « Setting the Scene: The Art & Evolution of Animation Layout »).

 

Bien entendu, les incontournables que constituent la Nuit animée et le Cartoon d'Or seront également au rendez-vous. La Nuit animée rassemblera un florilège des meilleurs courts métrages de la sélection officielle et des courts choisis spécialement pour la Nuit. Le Cartoon d'Or, prix européen des festivals d'animation décerné par Cartoon permettra de voir ou revoir quelques unes des plus belles animations du moment.

07 juin 2011

Mr Nice. Délirant, décapant...Bientôt dans nos salles..

rhys 1.jpgMR. NICE"  (Angleterre – 2011 – 121 min.)

 avec Rhys Ifans, Chloë Sevigny, David Thewlis, Omid Djalili

Version originale anglaise sous-titrée bilingue français/néerlandais

Distributeur belge : Paradiso

 

 

 

Synopsis : Intello de service, Howard Marks découvre les plaisirs de la fumette à Oxford, avant de s’improviser passeur de marijuana, de développer un réseau de cannabis entre le Pakistan et Londres (avec l’aide, s’il vous plaît, du MI16, les services secrets de Sa Majesté), et de fanfaronner en baron de la drogue. C’est que Mr Nice a de la suite dans les idées !

rhys1.jpgLes aventures rocambolesques d’un contrebandier (incarné par Rhys Ifans, le dandy rock deGood Morning England) haut en couleurs, cela sent la fiction à plein nez ! Sauf que ce film-ci est adapté d’une histoire vraie qui a d’ailleurs alimenté un best-seller. Mais au-delà de l’aspect biographique d’un dealer vraiment pas comme les autres, c’est une  étonnante figure de la contre-culture qui nous est donnée à voir, dans une Grande-Bretagne en pleine mutation Sex, Drugs & Rock’n’Roll. Pas besoin d’être écolo pour aimer l’herbe.

Bernard Rose le réalisateur s'amuse avec son sujet, et le fait se balader d'hier à aujourd'hui, en y insérant des images d'archives du baron de la drogue que fut Howard Marks dans l'Europe des années 70... Rhys se ballade comme un poisson dans l'eau dans cette inoubliable traversée du XX siècle.

28 avril 2011

Benjamin Biolay à Bruxelles en juin

image001.jpgLa 9ème édition du BRUSSELS FILM FESTIVAL s'annonce chaude! Non seulement elle démarre avec l'été mais son programme promet d’être ravageur. Préparez vos palmes et bloquez dès à présent vos agendas du 22 au 29 juin!

Depuis l'arrivée de son nouveau directeur Ivan Corbisier l'an dernier, le Brussels Film Festival voit grand, ouvrant sa programmation à une sélection plus riche, offrant aux spectateurs plus de diversité et aux professionnels un véritable espace de promotion.

Pour accueillir ses élans, le festival s'étend dans la ville. En effet, le Brussels Film Festival se déroulera -comme chaque année- dans le superbe FLAGEY, mais également -pour la première fois cette année- dans le grandiose BOZAR, un autre grand lieu foisonnant de culture et de divertissement. A Flagey, le festival occupera les studios 4 et 5 ainsi que la place Ste Croix pour les séances en plein air. Au Bozar, le festival s'installera dans les salles M et Studio.

image002.jpgLa programmation s'articulera autour de sept sections : la Compétition Officielle (ouverte à tous les films européens, tous genres confondus), les Avant-Premières (proposant en primeur les films européens les plus attendus de l'été et de la rentrée), le Panorama (plate-forme de découvertes), L'Europe des genres (ouverture sur un cinéma peu exploré en festivals, qu'il s'agisse de thriller, policier ou comédie), les Séances en plein air (toujours gratuites, rassemblant des milliers de spectateurs chaque soir sur la Place Ste Croix, dans une ambiance inoubliable), une Compétition Courts Métrages (mettant nos jeunes talents belges sous le feu des projecteurs) et Hello Sundance (une vitrine offerte à nos confrères américains de ce célèbre festival). 

images.jpgEt pour lancer les festivités, Benjamin Biolay viendra présenter le film d'ouverture, Pourquoi tu pleures? de Katia Lewkowicz, dans lequel il tient le rôle principal, le mercredi 22 juin à Flagey.

 

 Le mariage, un choix ? Et comment ! C'est d'ailleurs bien là le dilemme qui noue le ventre d'Arnaud, censé se marier dans 4 jours. Lui qui n'a pas l'habitude de décider, se retrouve obligé de régler toute une série de questions posées par sa future femme, sa (trop) nombreuse belle-famille, sa soeur hystérique, sa mère envahissante, ses potes de toujours et une attachante nouvelle idylle! 

 image003.jpgBenjamin Biolay, Emmanuelle Devos, Nicole Garcia et Valérie Donzelli : joli casting pour le premier long métrage de Katia Lewkowicz (sélectionné à la Semaine de la Critique à Cannes) qui mixe mariage, passion, passé familial et futur conjugal, sans avoir peur de secouer le cocotier romantique ! C'est que la question posée est on ne peut plus pertinente: à quoi renonce-t-on en disant OUI ?

Brèves Biolay: Pourquoi pas le Brésil? - Didiene- C'est Pour Quand?- Stella - La meute - Petite fille -Qui a envie d'être aimé? - Pourquoi tu pleures?

 

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Benjamin_Biolay

 

 

13 avril 2011

La Mécanique de l'Orange......et non Orange Mécanique! Sortie Belge

 jaffa.jpgNon, vous n'avez pas mal lu. Non, il n'y a pas erreur dans la formulation. La Mécanique de l'Orange c'est: 

 
l'’histoire de la Palestine et d’Israël s’articulant autour de représentations, d’images et de clichés. Parmi tous ces symboles partisans et opposés, un seul est commun aux deux pays : l’orange. Raconter son histoire, c’est raconter l’histoire de cette terre.

L’orange de Jaffa sert de trame pour raconter une facette de la vie commune judéo-arabe en Palestine, le récit d’une convoitise coloniale, l’histoire d’un effacement, d’une nat...ionalisation, puis d’une négation et, peut-être un jour - si les Dieux et les hommes le veulent bien – la genèse d’une histoire commune.

Le film sortira en salles le 30 mars. cette sortie sera précédée de plusieurs avant-premières en présence du réalisateur, Eyal Sivan.
 

Jaffa, l’une des plus anciennes villes du monde, était aussi l’une des villes les plus prospères et les plus peuplées de Palestine. Avec ses orangeraies déployées à perte de vue, elle fournissait du travail, depuis la cueillette du fruit jusqu’à sa préparation pour l’exportation, non seulement aux Palestiniens mais à des ouvriers venus d’Egypte, de Syrie, du Liban.

En 1948, plus de 4 000 bombes tombent sur Jaffa. Sur les 85 000 Arabes qui y vivaient, il ne va plus en rester que 3 000. Le gouvernement israélien confisque les orangeraies et s’approprie l’orange de Jaffa, qui est devenue le symbole des produits de la colonisation.

Pour nous raconter cette « mécanique de l’orange » et le recouvrement de Jaffa, Eyal Sivan met à l’écran une foule d’images et de représentations et donne la parole à de nombreux interlocuteurs palestiniens et israéliens, historiens, écrivains, chercheurs, ouvriers… Un travail remarquable autour d’un fonds d’archives, photographies, peintures, vidéo, et de témoignages percutants.

On y voit d’abord, dans les années 1920, Arabes et Juifs travailler ensemble dans une relation qui a été extirpée des deux mémoires. Les Juifs ne possédaient alors que 7 ou 8 % des terres et les paysans palestiniens, qui transmettaient leur savoir-faire, étaient loin d’imaginer que dans le sillage de leurs élèves viendraient leurs colonisateurs.

La rupture est intervenue avec l’arrivée des kibboutzim : « Pour eux, nous étions des traîtres », indique un agriculteur israélien qui se souvient : « Ils voulaient imposer le travail juif. Mais l’idéal était une chose, la réalité une autre : Ils pelaient ausoleil. » Leur peau claire et leur incapacité à travailler la terre ne les empêcheront pas de persister. La colonisation sera méthodique et rigoureuse, donnée à voir avec documents et images d’avant 1948 en abondance.

Le début de la photographie remonte à 1839 et Khalil Khaed est le premier photographe palestinien à avoir immortalisé les Palestiniens dans les champs d’agrumes et leur relation charnelle à la terre. Puis les Israéliens vont effacer la présence arabe et imposer leurs propres représentations. « On s’est d’abord approprié l’image et après la terre », précise une historienne israélienne : « Les Juifs veulent donner une vision européenne de la Palestine : l’Orientvu de l’Occident. » Avec la peinture aussi, les colons se veulent dans la continuation de l’orientalisme. Ils se travestissent en celui qu’ils viennent remplacer. Le discours de la « terre arabe mal exploitée et peu fertile » se met en place. La propagande sioniste a recours à une iconographie très organisée et contrôle totalement les images produites pour échafauder le mythe d’une terre à l’abandon où ils viennent introduire la modernité. « Le cliché selon lequel la colonisation apporte le progrès ! », souligne Elias Sanbar. Et qui va se décliner dans des images de la bonne santédans le travail, les chants, les danses, les femmes radieuses, émancipées et en short... C’est le réalisme socialiste à l’israélienne, le rêve colonial qui produit les oranges que l’Orient envoie à l’Occident.

L’orange va devenir un symbole de l’idéologie sioniste. « L’Israël des oranges, c’est un Israël sans Arabes », résume un historien. Dès 1948, les Israéliens déposeront la marque Jaffa. Près de 5 millions de caisses par an seront produites jusqu’en 1970. Les investissements en budgets publicitaires sont considérables : « Jaffa est aux fruits ce que Coca-Cola est à la boisson. » En devenant une marque, la « Jaffa » a effacé la ville de Jaffa, absorbée aujourd’hui par Tel-Aviv.

* « Jaffa, la mécanique de l’orange », un film d’Eyal Sivan, durée : 90 minutes. Premier Prix au Fimmaker milan 2009

http://blog.mondediplo.net/2010-03-15-Jaffa-histoire-d-un...

Mais encore ceci :

Une histoire commune

Des Palestiniens et des Israéliens (issus du milieu agricole, mais aussi historiens, poètes, écrivains ou encore artistes) ont accepté d'évoquer ce passé devant la caméra d'Eyal Sivan. Comment expliquer la détérioration de la relation judéo-arabe, au départ modelée par une communauté d'intérêts et poussée par la conquête du marché européen, au moment où la colonisation britannique s'est imposée dans le pays ? Comment, dans les années 1920, les institutions sionistes ont-elles utilisé l'image des oranges de Jaffa pour véhiculer des valeurs telles que le travail, l'effort collectif, la fierté nationale ou la réussite ? Quels sont les événements qui ont conduit à ce qu'il n'y ait plus d'orangeraies aujourd'hui ? Comme un devoir de mémoire, Eyal Sivan répond à ces questions en donnant la parole à des hommes et des femmes marqués encore par cette période charnière de leur histoire commune.

Ariane Dadier



PROGRAMMATION

BRUXELLES - PIANOFABRIEK
MONS - PLAZA ART - sortie le 27/4
Flagey depuis le 23/3

NAMUR - CAMEO II - Sortie le 27 avril

LIEGE - CINEMA LE SAUVENIERE

 

07 mars 2011

Anima un duo franco-flamand à l'affiche

Anima_2011.jpgDaphne Van Gerwen et Frédéric Plumey sont sélectionés avec leur court-mètrage 'Looking for the Sun' au festival du Court Anima 2011. L'histoire d'une gamine qui vit sur une décharge publique, qui est entourée d'un haut mur en bèton. La gamine rêve d'un jour pouvoir toucher le soleil.

4293906737.jpgLa bande-annonce ici: http://www.cobra.be/cm/cobra/rubrieken/rubriek-friskefisk...

24 février 2011

Le Festival Anima 2011 S'affiche!

anima 2011.jpgLe festival qui se déroulera du 4 au 13 mars au Centre Flagey à Ixelles (Bruxelles) démarrera avec un film d'animation japonais "Arrietty" de Hiromasa Yonebayashi..

Anima c'est le festival du court par excellence à Bruxelles. Et cette année 119 courts et 10 longs ont été sélectionnés parmi lesmilliersde productions proposées. De nombreux pays seront représents. De l'Amérique latine à une grande partie de l'Europe. Le jury, le public et aussi les enfants pouront voter afin de décerner leurs prix.

Pour tous les renseignements: www.anima2011.eu.

Prix des billets 7,50 euros- 6,50 euros pour les enfants. 25 euros pour 5 séances et 65 euros pour le passeport ANIMA

21 février 2011

Hitler à Hollywood...

Affiche_HH.jpgRencontre des acteurs du film « Hitler à Hollywood »

Projection d’ « Hitler à Hollywood » en Compétition Internationale en présence de l’équipe du film ce mercredi 23 février à 18h30 au Plaza Art. Maria de  Medeiros, actrice du film et à qui le FIFA consacre un "Coup de Cœur", sera présente. Venez assister aux retrouvailles de Micheline Presle, actrice dans le film et de Luis Aramcheck, réalisateur belge avec qui elle avait tourné le film « Je ne vous aime pas » il y a 60 ans.

 

“ « Hitler à Hollywood » est un film inclassable : faux documentaire, jeu de piste à suspense sur fond de décors bruxellois, manifeste en faveur d'un cinéma d'auteur, bande dessinée aux couleurs détourées ou encore grand portrait de la délicieuse Micheline Presle.” N icolas Crousse – Le Soir

“ « Hitler à Hollywood », jonglant avec vérité et mensonge, propose un véritable jeu de pistes sur le cinéma. Non dénué d’humour, belge, cet audacieux petit bijou anti-formatage met ainsi la culture, et l’histoire du cinéma, à la portée de tous”. Stéphanie Grofils – La Libre Belgique

« Un pamphlet salutaire. Une plongée paranoïaque dans le monde de la conspiration. Salopard de Mc Bridge ! Vive Aramcheck et Micheline Presle, décidément increvable et infatigable. Et Maria de Medeiros, délicieuse. » Bertrand Tavernier

 

Synopsis

Lorsque Maria de Medeiros entreprend le tournage de son documentaire sur l'actrice Micheline Presle, elle n'imagine pas qu’une histoire débutée à la fin des années 30 révèlera un complot qui met encore des vies en danger. Les bribes d'un film disparu depuis la seconde guerre mondiale lancent l'actrice de « Pulp Fiction » sur les traces d'une œuvre interdite qui aurait pu changer pour toujours l’Histoire du cinéma mondial : « Hitler à Hollywood ».

De Paris à Venise, en passant par Berlin, Bruxelles, Cannes, Londres, Ostende et Malte, le film est une fable qui explore, de manière ludique, le pouvoir du 7ème art sur nos imaginaires.

 hitler,bollywood,micheline presle,documentaire,insolite,bruxelles,galleries saint-hubert,flagey,ixelles,news,infos,actualité cinéma,ciné,cinéma,maria de mideirosDétail: une partie du film a été tourné à Bruxelles...dans les superbes Galeries Siant-Hubert.
Micheline Presle est venue présenter ce film l'année dernière au festival du Film francophone à la Place Flagey. J'ai eu la chance de rencontrer une très grande dame, dont  je ne soupçonnais pas qu'elle avait une  carte de visite aussi   impressionnante...et une carrière aux Etats-Unis dans les années 50...

 http://fr.wikipedia.org/wiki/Micheline_Presle

29 septembre 2010

Bruxelles ma belle...

flagey-bxl-labelle.jpg

Projection de douze films, douze regards sur Bruxelles, témoignant de son cosmopolitisme et de sa grande diversité culturelle, à travers une sélection du CVB, l'atelier de production audiovisuelle le plus ancré dans la ville.

 

Issus d'ateliers vidéos ou documentaires de création, ces films vous emmèneront dans la vie de la cité...

Au programme:

Mardi 5 octobre
18h30: Carnet de notes à deux voix. Proposition de film sur l'immigration maghrébine en Belgique, de Rajae Essefiani et Frédéric Fichefet (2003)*
20h30: Trois regards sur la ville et ses habitants : Les voisins, de Jaco Van Dormael (1981) / Héron City, de Frédéric Guillaume (2002) / Extérieur rue, de Anne Closset et Carmen Blanco Principal (2009)*

Mercredi 6 octobre
18h30
: D'une place à l'autre, atelier collectif (2005) suivi de Autoportraits de l'autre. De Belgique en Palestine, de Gérard Preszow (2008)

Jeudi 7 octobre
18h30
: Porte à porte, de Delphine Duquesne (2010) suivi de Nord, un film du collectif Cinqheuresmoinsdix (2008)

20h30 : Les Cheveux coupés, d'Emmanuel Marre (2010)* suivi de Boulevard d'Ypres/Iperlaan, de Sarah Vanagt (2010)*

Vendredi 8 octobre
18h30
: Le cadre prend le large, atelier collectif (2006) suivi de Ateliers urbains #1-Flagey, atelier collectif (2010)

* en présence des réalisateurs

Télécharger le programme complet du festival

En savoir plus sur le Centre Vidéo de Bruxelles

 

14:43 | Tags : flagey, bruxelles, ciné, cinéma, actualité, bruxelles ma belle | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

18 août 2010

L'entarteur est de retour.

moi entarteur.jpg
Photo: Noel Godin, sa serviette et moi en 2008 à Ixelles!

Quoique n'aimant pas vraiment le personnage, je dois lui reconnaître un certain talent à me faire rire.

Noel Godin dit "l'entarteur" à fait de nombreuses victimes dans ses batailles de tartes à la crème, au point de faire des émules dans le monde entier...sans jamais être égalé. Disposant d'une équipe de "fins limiers", Godin arrive toujours, même après un battage médiatique, à en mettre plein la g...de la cible annonçée.

Alors que pendant quelques années, le bruxellois ne se séparant jamais de sa serviette, s'est fait discrèt, n'arpentant plus que les nombreux festivals de films auxquels il est invité...car pas folle la guèpe, les organisateurs espèrent toujour sun coup d'éclat, voilà qu'il annonce une grande bataille pour les semaines à venir. Et plus particulièrement dans la sphère politique..Ses cibles sont dans un premier temps, les ministres Brice Hortefeux (UMP) et Eric besson..(à ne pas confondre avec le cinaste Luc Besson) ainsi que la patron de .Radio france Philippe Val, pour avoir dit-il '"viré" les deux poils à gratter du paf français, Stephane Gillon et Didier Porte, qui on le sait n'ont jamais pratiqué la langue de bois....

Cependant, je me demande pourquoi il va "si loin", alors que chez nous, il y a tant de nuls politiques à entartrer.
Bizarre. J'aurais bien aimé Bart de Wever croulant sous la crême, et Di Rupo essuyer son noeud pap', ou  voir Madame "Non" dire "et bien m...alors"....