homosexualite

  • The Danish Girl enfin dans les salles. L'histoire du premier transgenre.


    danish girl duoNicole Kidman et Charlize Theron avaient été présenties dès 2008 pour tourner dans The Danish Girl, d'après la nouvelle de David Ebershoff ( Best-seller traduit en 12 langues 2000) inspiré de la véritabe histoire de deux artistes des années 20,  Einar et Greta Wegener dont le mariage va prendre une tournure assez inatendue en 1929, lorsque Einar devint le premier transexuel de l'histoire. Finalement, le projet initial a été mis aux oubliettes pour ressurgir quelques années plus tard, avec Eddie Redmayne??? (My Week with Marilyn)

    Synopsis:

    Réalisé par Tom Hooper (Oscar du Meilleur Réalisateur avec Le Discours d'un roi, 2010 ; Les Misérables, 2012), DANISH GIRL retrace la remarquable histoire d'amour de Gerda Wegener (Alicia Vikander, récemment vue dans Ex Machina de Alex Garland, 2015) et Lili Elbe, né Einar Wegener (Eddie Redmayne, Oscar du Meilleur Acteur pour son interprétation de Stephen Hawking dans Une merveilleuse Histoire du temps de James Marsh, 2014), l'artiste danois connu comme la première personne à avoir subi une chirurgie de réattribution sexuelle en 1930.


    SORTIE CINÉMA JANVIER 2016

     

    tournage,sex gender,usa,danmark,amerique,united states,nicole kidman,charlize theron,the danish girl,transexuel,travesti,homosexualite,drame,biopic,comedie dramatique,photo,image,news,info,infos cine,blog,blog de mich,chronique cinema,actu,actu cine,actualite,actualite cinema,insolite,cine,cnema,cinema,nouveaute,peinture

    Découvrez la bande-annonce de DANISH GIRL - cliquezICI

     

                       

    tournage,sex gender,usa,danmark,amerique,united states,nicole kidman,charlize theron,the danish girl,transexuel,travesti,homosexualite,drame,biopic,comedie dramatique,photo,image,news,info,infos cine,blog,blog de mich,chronique cinema,actu,actu cine,actualite,actualite cinema,insolite,cine,cnema,cinema,nouveaute,peinture


                                    Lily Elbe einarLili Elbe

    Greta  et Einar sont un couple d'artistes très connus et demandés dans les années 20. Greta Wegener qui expose un peu partout dans le monde, et dont les dessins et esquisses sont publiés par Vogue et La Vie Parisienne, forme un couple très uni avec Einar.  Un jour, Greta demande à son mari de se travestir en femme alors qu'un des ses modèles à fait faux-bond.... Cette peinture qui fit le tour du monde, devint un objet de curiosité, et fit en sorte que,  le couple continua à interprèter ce jeu de rôle même à la ville, en présentant dorénavant Einar comme la soeur de Greta! A tel point qu'avec ses traits féminins plutôt accentués, les gens pensaient avoir devant eux, une femme  tentant d'occulter son genre masculin..Vous me suivez? Ce petit jeu sans importance au début, changeat complètement la donne au sein du couple, lorsque Einar qui prenant goût aux vêtements féminins, sentit sa vraie personnalité rejaillir!....Devenir femme et prêt (te) à subir 5 opérations chirurgicales, pourtant pas  très au point à cette époque, pour enfin être bien dans sa peau.!...La première étant l'Orchiectomie, ensuite le pénis, une transplantation d'ovaires....(?) qui fit l'objet d'un rejet, et enfin, la dernière à 50 ans, avec la mise en place d'un Utérus en 1931, pour devenir le premier transexuel de l'histoire..Greta se remaria et alla s'installer en Espagne, tandis qu'Einar devenu Lili Elbe pu vivre son homosexulité au grand jour. Mais pas pour longtemps, elle ne se remit jamais de sa cinquième opération, et mourrut peu après!! .

    https://en.wikipedia.org/wiki/Lili_Elbe

    danish gril book

  • La Belle saison

    belle.jpg

     

     

    1971. Delphine, fille de paysans, monte à Paris pour s’émanciper du carcan familial et gagner son indépendance financière.

    Carole est parisienne. En couple avec Manuel, elle vit activement les débuts du féminisme.

    Lorsque Delphine et Carole se rencontrent, leur histoire d'amour fait basculer leurs vies.

     

    Un film de Catherine Corsini, avec Cécile de France, Izia Higelin, Noémie Lvolsky,

    et encore Laetitia Dosch,

    Benjamin Bellecourt et Kevin Azaïs.


    Tourné à Paris et dans la Creuze.

     

    beau reportage sous le lien : http://culturebox.francetvinfo.fr/cinema/tournages/catherine-corsini-tourne-la-belle-saison-avec-cecile-de-france-et-izia-higelin-160861

     

     

    c ecile.jpg

    cecile.jpg

    cecile e.jpg

    cec ile.jpg

    belle e.jpg

     

     

     

     

  • The Imitation Game départ canon!!

    THE IMITATION GAME

    OUTSTANDING OPENING WEEKEND IN THE UK

    With a phenomenal box office result of £2.7milion (€3,3m), THE IMITATION GAME opened way above PHILOMENA, ATONEMENT and 12 YEARS A SLAVE.

    imitation.png

  • Love is strange A voir ou à revoir!

    Pretty Pictures, John Litgog, Alfred Molina, Manhattan, New York, homosexualité, actualité cinéma, Marisa Tomei, pretty pictures,john litgog,alfred molina,manhattan,new york,homosexualité,actualité cinéma,ira sachs,marisa tomeiAprès  quatre décennies de vie commune Ben (John Lithgow) et George (Alfred Molina) se marient enfin. La cérémonie  se tient dans le sud de Manhattan, et a tout d'une journée idyllique. Mais quand peu de temps après, George perd son emploi au sein de l'église dont il dirige la chorale, le couple ne peut plus faire face au prêt, et doit vendre son appartement et - victimes de l'implacable marché immobilier de New York City - vivre séparément de façon temporaire jusqu'à ce qu'il peut trouver un nouveau logement à prix abordable. Alors que George va s'installer chez deux amis (Cheyenne Jackson et Manny Perez) qui vivent en bas des escaliers,  Ben de son côté, va vivre à Brooklyn chez son neveu (Darren Burrows), sa femme (Marisa Tomei), et leur fils, un adolescent capricieux (Charlie Tahan), avec qui Ben partage bientôt une chambre à coucher. Tout en luttant contre la douleur de la séparation, Ben et George sont plus contestés par les tensions intergénérationnelles et la dynamique familiale que de leurs nouvelles conditions de vie.

     

    http://youtu.be/XdfA5Ff5e78

     

     

    Pretty Pictures, John Litgog, Alfred Molina, Manhattan, New York, homosexualité, actualité cinéma, Marisa Tomei, Pretty Pictures, John Litgog, Alfred Molina, Manhattan, New York, homosexualité, actualité cinéma, Marisa Tomei, Ira Sachs le réalisateur propose un film tout en retenue qui, bien plus que d'être une fenêtre sur ce qui dérange, et pointe au contraire, un regard posé sur la façon dont réagissent les différents personnages quand on s'installe dans leurs vies. pretty pictures,john litgog,alfred molina,manhattan,new york,homosexualité,actualité cinéma,ira sachs,marisa tomeiPortrait acide sur la société, bien plus que sur l'homosexualité. Au final, Love is Strange est  film sur l'apprentissage et sur le changement de soi, mais aussi sur la tolérance vis-à-vis de ce changement. Un long métrage qui nous parle en catimini, mais finalement s'adresse à des milliers de personnes. Le film d'Ira Sachs avec John Lithgow ,Alfred Molina et Marisa Tomei, a été sélectionné à Sundance, Berlin, Tribeca et Los Angeles festivals.

    Pretty Pictures, John Litgog, Alfred Molina, Manhattan, New York, homosexualité, actualité cinéma, Marisa Tomei, Love is Strange, Une belle histoire d'amour portée par un duo de comédiens fabuleux.. lequel parvient à faire en sorte qu'on ne peut que ressentir de l'empathie pour les homosexuels, et s'attrister de la mauvaise tournure passagère de sa relation.... Un long métrage qui nous parle en catimini, mais finalement s'adresse à des milliers de personnes. Pretty Pictures, John Litgog, Alfred Molina, Manhattan, New York, homosexualité, actualité cinéma, Marisa Tomei,

     

  • The Imition Game, un grand Benedict Cunberbatch

     cumberbatch.png

     

    Alan Turing a une histoire hors-norme. Mathématicien anglais,

     

    Turing a notamment aidé les Alliés à craquer les codes de la machine Enigma, utilisée par les nazis durant la Seconde Guerre mondiale. Homosexuel, il est poursuivi en justice en 1952 (cela semble fou mais il était illégal de l'être en Angleterre à l'époque) et évite la prison en étant castré chimiquement par prise d'œstrogènes.

     

    Il est retrouvé mort, empoisonné au cyanure, le 7 juin 1954

     

    the imitation game,benecdict cumberbach,guerre,nazis,allemagne,code,enigma machine,keira knightleyLe film a reçu un accueil très positif lors de divers festivals. Il a notamment eu le prixdu public à Toronto et est fortement pressenti pour une nomination aux Oscars.

     

     

  • The Imition Game, un grand Benedict Cunberbatch

     cumberbatch.png

     

    Alan Turing a une histoire hors-norme. Mathématicien anglais,

     

    Turing a notamment aidé les Alliés à craquer les codes de la machine Enigma, utilisée par les nazis durant la Seconde Guerre mondiale. Homosexuel, il est poursuivi en justice en 1952 (cela semble fou mais il était illégal de l'être en Angleterre à l'époque) et évite la prison en étant castré chimiquement par prise d'œstrogènes.

     

    Il est retrouvé mort, empoisonné au cyanure, le 7 juin 1954

     

    the imitation game,benecdict cumberbach,guerre,nazis,allemagne,code,enigma machine,keira knightleyLe film a reçu un accueil très positif lors de divers festivals. Il a notamment eu le prixdu public à Toronto et est fortement pressenti pour une nomination aux Oscars.

     

     

  • Pink Screens Film Festival : 6 > 15 Nov !

     

     

    pink.pngLe Pink Screens Film Festival, festival des genres et des sexualités différentes, revient pour sa 13ème édition qui aura lieu du 6 au 15 novembre 2014 aux cinémas Nova et Aventure, à Bruxelles.

    Dix jours de fictions inédites, de « classiques » à (re)découvrir, de courts métrages affolants et de docus subversifs avec, entre les projections, expositions, débats, rencontres et festivités.

    L’équipe de Genres d’à côté
    PINK SCREENS #13
    Queer Film Festival
    6-15/11/2014
    Bruxelles, Belgique

    En attendant, Le Genres d'à côté propose un séance intéressante le 9 octobre prochain.

     

    09/10 - 19:30 / Cinéma Aventure
    Bande de filles
    Céline Sciamma

    actualité cinéma; Pink Screen festival, Gay d'Ac, Bruxelles, Homosexualité, Marieme veut faire « comme tout le monde : normal ». Elle vit dans une cité aux portes de Paris où elle a appris à baisser la tête et à s’effacer lorsqu’elle en traverse les allées. Elle rêve d’ailleurs, de romance aussi. Fascinée par l’assurance que dégagent trois comparses, elle accepte de les suivre. Bientôt, elle fait partie d’une « bande de filles » ce qui lui donne de l’assurance. La vie lui semble légère, différente… avant de la contraindre à faire face à la réalité. Après « La naissance des pieuvres » ... 

  • Pink Screen Festival à Bruxelles..

    PINK SCREEN.jpgLe Pink Screens Film Festival, festival des genres et des sexualités différentes, revient pour sa 13ème édition qui aura lieu du 6 au 15 novembre 2014 aux cinémas Nova et Aventure, à Bruxelles.

    Dix jours de fictions inédites, de « classiques » à (re)découvrir, de courts métrages affolants et de docus subversifs avec, entre les projections, expositions, débats, rencontres et festivités.

    L’équipe de Genres d’à côté
    PINK SCREENS #13
    Queer Film Festival
    6-15/11/2014
    Bruxelles, Belgique

  • Cinéma en Plein-air C'est reparti à Bruxelles!

    libération films,evere,belgique,guillaume et les garçons à table,guillaume galiene,olivier gourmet,djamel debbouze,homosexualite,gays,la marche,mobius,cécile de france,jean dujardin,thriller,espionnage,policierAvant, il y avait les Drives-In, mais ça c'était avant! Aujourd'hui il y a comme chaque année, le Cinéma en Plein-air, organisé par Libération Film. Une douzaine de films projetés dans les différentes communes de l'agglomération bruxelloise, et ce dès la tombée de la nuit vers 22h15.

    Cette année un programme de choix alliant la comédie dramatique au thriller en passant par le policier et la comédie tout court. Mais surtout, le grand lauréat de Cannes, à savoir Guillaume, et les garçons à table! à Uccle!!!!

    Voyez plutôt..

    mobius-47608.jpgMOBIUS avec Jean Dujardin et Cécile de France...Mercredi 9 juillet EVERE

    Espace Toots 125 Rue Stuckens.

    Grégory Lioubov, un officier des services secrets russes est envoyé à Monaco afin de surveiller les agissements d’un puissant homme d’affaires. Dans le cadre de cette mission, son équipe recrute Alice, une surdouée de la finance. Soupçonnant sa trahison, Grégory va rompre la règle d’or et entrer en contact avec Alice, son agent infiltré. Naît entre eux une passion impossible qui va inexorablement précipiter leur chute.

    Voir la bande annonce

    libération films,evere,belgique,mobius,cécile de france,jean dujardin,thriller,espionnage,policier Jeudi 10 Juillet Anderlecht, Place de la Résistance

    Né Quelque part avec Jamel Debbouze de Mohamed Hamidi

    Farid, jeune Français de 26 ans, doit aller en Algérie pour sauver la maison de son père. Découvrant ce pays où il n’a jamais mis les pieds, il tombe sous le charme d’une galerie de personnages étonnants dont l’humour et la simplicité vont profondément le toucher. Parmi eux, son cousin, un jeune homme vif et débrouillard qui nourrit le rêve de pouvoir rejoindre la France...

    Voir la bande annonce

    libération films,evere,belgique,guillaume et les garçons à table,guillaume galiene,olivier gourmet,djamel debbouze,homosexualite,gays,la marche,mobius,cécile de france,jean dujardin,thriller,espionnage,policierMolenbeek 11 JUillet, Cour de la Maison de la Culture et de la Conhésion Sociale, 4 rue Mommaerts.

    La Marche de Nabil Ben Yadir, avec Olivier Gourmet et Djamel Debbouze

    En 1983, dans une France en proie à l’intolérance et aux actes de violence raciale, trois jeunes adolescents et le curé des Minguettes lancent une grande Marche pacifique pour l’égalité et contre le racisme, de plus de 1000 km entre Marseille et Paris. Malgré les difficultés et les résistances rencontrées, leur mouvement va faire naître un véritable élan d’espoir à la manière de Gandhi et Martin Luther King. Ils uniront à leur arrivée plus de 100 000 personnes venues de tous horizons, et donneront à la France son nouveau visage.

    Voir la bande annonce

    Samedi 12 Juillet Scaherbeek Place Jambline de Meux

    La Petite Venise d'Andrea Seigre.

    libération films,evere,belgique,guillaume et les garçons à table,guillaume galiene,olivier gourmet,djamel debbouze,homosexualite,gays,la marche,mobius,cécile de france,jean dujardin,thriller,espionnage,policierSur une île de la lagune vénitienne, un pêcheur fait la connaissance d’une jeune chinoise récemment immigrée. Une douce amitié naît peu à peu entre ces deux êtres que tout semble séparer. Mais leurs sentiments dérangent deux communautés qui se rejettent : Italiens et Chinois voient d’un mauvais œil leur complicité naissante...

    Voir la bande annonce

    libération films,evere,belgique,guillaume et les garçons à table,guillaume galiene,olivier gourmet,djamel debbouze,homosexualite,gays,la marche,mobius,cécile de france,jean dujardin,thriller,espionnage,policierDimanche 13 Juillet Uccle Parc de Wolvendael

    Guillaume et les garçons, à table. 5 prix à Cannes de Guillaume Gallienne.

    Le premier souvenir que j’ai de ma mère c’est quand j’avais quatre ou cinq ans. Elle nous appelle, mes deux frères et moi, pour le dîner en disant : "Les garçons et Guillaume, à table !" et la dernière fois que je lui ai parlé au téléphone, elle raccroche en me disant : "Je t’embrasse ma chérie" ; eh bien disons qu’entre ces deux phrases, il y a quelques malentendus.

    Voir la bande annonce

     

    libération films,evere,belgique,guillaume et les garçons à table,guillaume galiene,olivier gourmet,djamel debbouze,homosexualite,gays,la marche,mobius,cécile de france,jean dujardin,thriller,espionnage,policierLundi 14 Juillet Berchem Sainte-Agathe, place de l'Eglise

    Cheba Louisa de  Françoise Charpiat avec Isabelle Carré

     

    A 30 ans, Djemila, juriste célibataire a enfin son propre appartement... à deux pas de chez ses parents. Française d’origine maghrébine, elle fait tout pour gommer ses origines. Emma, sa voisine déjantée et fauchée, rame pour élever seule ses deux enfants. Alors que tout oppose les deux femmes, une amitié profonde va naître grâce à leur amour de la musique.

    Voir la bande annonce

     

    libération films,evere,belgique,guillaume et les garçons à table,guillaume galiene,olivier gourmet,djamel debbouze,homosexualite,gays,la marche,mobius,cécile de france,jean dujardin,thriller,espionnage,policierMardi 15 Juillet Jette Place Cardinal Mercier...

    Pierre Rabhi Au nom de la Terre de Marie-Dominique Dhelsing.

    Pierre Rabhi est paysan, écrivain et penseur. Il est l’un des pionniers de l’agro-écologie en France. Amoureux de la Terre nourricière, engagé depuis quarante ans au service de l’Homme et de la Nature, il appelle aujourd’hui à l’éveil des consciences pour construire un nouveau modèle de société où une "sobriété heureuse" se substituerait à la surconsommation et au mal-être des civilisations contemporaines. L’itinéraire d’un "sage", du désert algérien à son expertise internationale en sécurité alimentaire...

    Voir la bande annonce

    libération films,evere,belgique,guillaume et les garçons à table,guillaume galiene,olivier gourmet,djamel debbouze,homosexualite,gays,la marche,mobius,cécile de france,jean dujardin,thriller,espionnage,policierMercredi 16 Juillet . Woluwe Saint-Lambert Wolubilis Cours Paul- Henry Spaak. Blancanieves de Pablo Berger

    Sud de l’Espagne, dans les années 20. Carmen est une belle jeune fille dont l’enfance a été hantée par une belle-mère acariâtre. Fuyant un passé dont elle n’a plus mémoire, Carmen va faire une rencontre insolite : une troupe ambulante de nains toreros qui va l’adopter et lui donner le surnom de Blancanieves C’est le début d’une aventure qui va conduire Carmen/Blancanieves vers elle-même, vers son passé, et surtout vers un destin à nul autre semblable…

    Voir la bande annonce

    libération films,evere,belgique,guillaume et les garçons à table,guillaume galiene,olivier gourmet,djamel debbouze,homosexualite,gays,la marche,mobius,cécile de france,jean dujardin,thriller,espionnage,policierJeudi 17 Juillet Auderghem Place de l'Amitié

    L'Attentat de Ziad Doueiri

    Amin est un chirurgien israélien d’origine palestinienne. Il a toujours refusé de prendre parti dans le conflit qui oppose son peuple à son peuple d’adoption et s’est entièrement consacré à son métier et à sa femme Sihem. Jusqu’au jour où un attentat se produit à Tel Aviv. Son ami Naveed, policier, lui annonce alors que Sihem a été tuée et qu’elle est en plus soupçonnée d’être la kamikaze. Après une phase d’incrédulité, Amin entreprend de comprendre le geste de sa femme et part à la rencontre de ceux qui l’ont amenée à commettre ce geste. Son enquête l’obligera à regarder en face un conflit qu’il avait jusque-là réussi à ignorer.

    Voir la bande annonce

    libération films,evere,belgique,guillaume et les garçons à table,guillaume galiene,olivier gourmet,djamel debbouze,homosexualite,gays,la marche,mobius,cécile de france,jean dujardin,thriller,espionnage,policierVendredi 18 Juillet Watermael-Boitsfort

    When I saw You d'Anne-Marie Jacir...

    Jordanie, 1967. Des milliers de gens fuient la Palestine. Séparé de son père dans le chaos de la guerre, Tarek , 11 ans, et sa mère Ghayda sont parmi cette vague de réfugiés. Placés dans des camps temporaires jusqu’à ce qu’ils soient en mesure de rentrer chez eux, ils attendent, comme la génération précédente de 1948. Tarek, excentrique et sans limites, est en quête de liberté. Son esprit curieux l’amènera à une rencontre et un voyage qui changeront sa vie...

    Voir la bande annonce

    Samedi 19 Juillet Saint-Josse-ten-Noode Parc Saint-François (Rue Verte) Rock The Casbah de Leïla Marakchi

    Clibération films,evere,belgique,guillaume et les garçons à table,guillaume galiene,olivier gourmet,djamel debbouze,homosexualite,gays,la marche,mobius,cécile de france,jean dujardin,thriller,espionnage,policier’est l’été à Tanger. Une famille se réunit sur 3 jours dans la maison familiale suite au décès du père, pour se remémorer les souvenirs et partager sa perte, comme le veut la tradition musulmane. Il faut quitter les plages, les maillots de bain pour se vêtir de djellabas, réunir tout le monde et donner à la maison des allures d’enterrement. L’agitation est à son comble d’autant plus que cet homme n’a laissé derrière lui que des femmes. Tout va basculer avec l’arrivée de Sofia, la dernière des filles, celle qui a fait sa vie ailleurs. Actrice n’interprétant que des rôles de terroristes dans des séries américaines, elle arrive de New York après plusieurs années d’absence. Son retour va être le moyen de régler ses comptes avec ses soeurs et bouleverser l’ordre établi depuis toujours par ce patriarche. Entre rire et larmes, une hystérie collective va mener chacune de ces femmes à se révéler à elle-même...

    Voir la bande annonce

     

     

     

     

  • La Vie d'Adèle en ouverture du Fiff!

    image001.jpg

    LA VIE D’ADELE ouvre le Festival de Namur!

     

    La 28ème édition du Festival International du Film Francophone de Namur (FIFF) se déroulera du 27 septembre au 4 octobre 2013. Pour lancer les festivités, c’est le film LA VIE D’ADELE - Chapitres 1 et 2 d’Abdellatif Kechiche, Palme d’Or au dernier Festival de Cannes,  qui sera présenté en gala d'ouverture le vendredi 27 septembre, en présence de son réalisateur

    imagesCAAUNUVP.jpgLe film est porté par deux comédiennes formidables : Léa Seydoux (Bayard d’Or de la meilleure comédienne pour La Belle Personne de Christophe Honoré en 2008) et Adèle Exarchopoulos (présente au FIFF l’an dernier avec le film Des morceaux de moi de Nolwenn Lemesle, Bayard d’Or de la meilleure première œuvre).

     

    A 15 ans, Adèle (Adèle Exarchopoulos) ne se pose pas de question : une fille, ça sort avec des garçons. Sa vie bascule le jour où elle rencontre Emma (Léa Seydoux), une jeune femme aux cheveux bleus, qui lui fait découvrir le désir et lui permettra de s’affirmer en tant que femme et adulte. Face au regard des autres, Adèle grandit, se cherche, se perd, se trouve…

     

    Il s’agit donc d’une nouvelle étape dans la belle histoire qui lie Abdellatif Kechiche et le FIFF ! Né à Tunis, l’acteur, scénariste et cinéaste français Abdellatif Kechiche est en effet un habitué de Namur. En 1992, il décroche le Bayard d’Or du meilleur acteur pour sa performance d’un jeune prostitué tunisien dans BEZNESS de Nouri Bouzid. En 2000, son premier long métrage en tant que réalisateur, LA FAUTE A VOLTAIRE, y remportait le Prix Spécial du Jury et le Prix du Jury Emile Cantillon pour la meilleure première œuvre (ainsi qu’un Lion d’Or à Venise). En 2011, Abdellatif Kechiche revenait à Namur comme Président du Jury Longs Métrages afin de décerner les Bayards d’Or.

    Entre-temps, il a réalisé trois autres longs métrages tout aussi remarqués : L’ESQUIVE en 2003 (César du meilleur film, du meilleur réalisateur, du meilleur scénario et du meilleur espoir féminin), LA GRAINE ET LE MULET en 2007 (Prix Spécial du Jury à Venise, César du meilleur film, du meilleur réalisateur et du meilleur scénario) et LA VENUS NOIRE en 2010 (avec Olivier Gourmet, président d’honneur du FIFF). Avant de se lancer dans la réalisation, Abdellatif Kechiche a débuté sa carrière devant la caméra : en 1984, il tient le rôle principal dans LE THE A LA MENTHE d’Abdelkrim Bahloul puis enchaîne en 1987 avec LES INNOCENTS d’André Téchiné et en 1992 avec BEZNESS.

     

    images21.jpgEntretien avec Abdellatif Kechiche

     

    Pourquoi avez-vous choisi d’adapter la bande dessinée Le Bleu est une couleur chaude de Julie Maroh, pour réaliser votre cinquième film La Vie d’Adèle – Chapitres 1 et 2 ?

     

    Il s’agit d’une très libre adaptation de cette bande dessinée.

     

    Mais ce qui a déclenché mon envie, mon désir de réaliser La Vie d’Adèle – Chapitres 1 et 2, est la conjonction de deux éléments : la lecture de la bande dessinée et un projet de film que j’avais depuis longtemps. J’avais en effet, depuis mon film L’Esquive [2003], un projet de scénario sur le parcours d’une professeure de français passionnée de théâtre. Ce qui m’intéressait c’était de développer un personnage de femme qui voulait transmettre, et qui accomplissait son travail avec passion. En même temps, cette enseignante assumait les répercutions sur son métier de ce qu’elle vivait dans sa vie privée, c’est-à-dire ses amours, ses deuils, ses ruptures. J’avais côtoyé plusieurs de ces professeurs hommes ou femmes durant la période de L’Esquive. J’étais touché par la façon dont ils vivaient leur vocation. C’étaient de vrais artistes, ils avaient le désir de la lecture, de la peinture, de l’écriture... On se souvient tous de ce moment charnière de notre vie scolaire où un prof passionné nous emmenait voir tel film, ou nous poussait à lire tel livre, et peut-être, faisait naître des vocations en chacun d’entre nous. Mais mon scénario finalement n’a jamais vraiment abouti. Et lorsque je suis tombé sur cette bande dessinée, Le Bleu est une couleur chaude, racontant cette histoire d’amour absolue entre deux femmes, et, en même temps, le récit d’une jeune fille qui devient institutrice, j’ai vu comment je pouvais faire se rencontrer ces deux projets.

     

    La vocation est en effet une thématique très forte chez les deux héroïnes de votre film, vocation de peintre pour l’une, vocation d’enseignante pour l’autre.

    Je trouve extrêmement respectable et légitime la notion de vocation, et ce, d’autant plus lorsque ce sont des vocations anonymes, des vocations pleines d’abnégation, qui ne cherchentpas la reconnaissance des autres. Je suis plein d’admiration pour ça, ces institutrices, ces profs qui sont passionnés par le résultat de leurs élèves. Ca devient un élément de leur vie, c’est leur satisfaction.

     

    Votre film est aussi et surtout une histoire d’amour, et d’amour au féminin, entre deux femmes.

    Raconter une histoire d’amour entre deux femmes c’est donc travailler pleinement avec deux actrices, c’est un travail qui me passionne et qui se révèle de plus en plus important, au fur et à mesure de mon parcours cinématographique. Je me pose la question de ce qui dans l’histoire, issue de la bande dessinée Le Bleu est une couleur chaude, a été le plus inspirant, le plus déclencheur. Est-ce que ce sont les planches de corps nus ? C’est possible. Les motivations très précises finalement, je ne les connais pas.

     

    Justement, comment avez-vous choisi vos deux héroïnes, Léa Seydoux et Adèle Exarchopoulos ?

    J’ai d’abord rencontré Léa Seydoux pour le rôle d’Emma. Elle avait la beauté, la voix, l’intelligence et la liberté du personnage. Mais surtout ce qui a été déterminant lors de ma rencontre avec Léa, c’est son regard sur la société, elle est très à l’écoute du monde qui l’entoure, elle est empreinte d’une réelle conscience sociale. Il y a en elle un véritable engagement vers le monde, qui correspond beaucoup au mien. J’ai pu m’en rendre vraiment compte puisque j’ai passé un an avec elle, entre le moment où elle a été choisie pour le rôle et la fin du tournage.   Par ailleurs, je trouvais qu’il y avait en Léa quelque chose qui est de l’ordre de ce qu’on pourrait appeler « l’arabité », quelque chose de l’âme arabe. Elle m’a appris plus tard qu’elle avait des demi-frères arabes, je ne le savais pas. Léa a une façon de traverser la vie, pleinement consciente que tout passe. C’est une façon aussi d’accepter les vicissitudes de la vie. Cela a à voir alors avec le nomadisme, l’errance, quelque chose qui est de l’ordre de la mélancolie, ce qu’on appelle le « mektoub ». Léa est empreinte de ça, de cette façon de passer dans le monde.

    adele.jpgEt pour Adèle Exarchopoulos ?

    Nous avons fait un gigantesque casting, et dès que j’ai vu Adèle, je l’ai choisie. Je l’avais invitée dans une brasserie. Elle a commandé une tarte au citron, et à sa façon de la manger, je me suis dit : « c’est elle ». Elle est « dans les sens », sa façon de bouger sa bouche, de mâcher...La bouche a été un élément très important pour ce film, et même les deux bouches des deux héroïnes, elles étaient très déterminantes et ce, pour des raisons très humaines. Elles provoquent toutes sortes d’impressions, de sensations. On est touché par quelque chose dans un visage, un nez, une bouche. Pour moi, c’est le moteur des choses.

     

    Pourquoi avez-vous choisi de changer le prénom d’une des héroïnes, qui dans la bande dessinée, s’appelle Clémentine et dans le film s’appelle Adèle ?

     

    Clémentine est devenue Adèle, parce que j’ai eu envie de garder le prénom de mon actrice. Cela ne la dérangeait pas. Je crois même que cela l’a aidée à fusionner avec son personnage et moi aussi avec elle. C’est une question de résonance enfin : Adèle, Emma, Léa... ce sont des prénoms légers, aériens. C’est évidemment subjectif. Et puis il y avait son sens en arabe. Adèle, ça veut dire justice en arabe, ça me plaisait bien.

    Pourquoi avez-vous choisi de traiter l’homosexualité comme un thème uniquement d’amour comme les autres, sans revendications spécifiques par rapport à la façon dont la société peut parfois se montrer intolérante ?

    Mais en tant que français d’origine arabe, territoire où l’homosexualité n’est pas toujours comprise, cela ne peut qu’avoir un impact fort et positif qu’une figure comme la vôtre choisisse de traiter et de filmer une telle histoire ?

    Quand j’ai terminé le film, je me suis dit : « ça va faire du bien à la jeunesse tunisienne. » Une révolution ne se fait pas sans être aussi une révolution sexuelle.

    Je n’avais rien à dire de militant sur l’homosexualité. Je ne cherchais pas à la définir et durant toute la fabrication du film je ne me suis jamais posé

    La question : « ah oui, ce sont deux femmes... ». J’avais plus le sentiment de traiter, de raconter l’histoire d’un couple, du couple. La problématique de l’homosexualité, je ne voyais pas pour quelles raisons je l’aborderai spécialement, car la meilleure façon, si je devais avoir un disours sur ce sujet, ce serait de ne pas en avoir, de filmer cela comme n’importe quelle histoire d’amour, avec toute la beauté que cela comprend.

     Mais en tant que français d’origine arabe, territoire où l’homosexualité n’est pas toujours comprise, cela ne peut qu’avoir un impact fort et positif qu’une figure comme la vôtre choisisse de traiter et de filmer une telle histoire

    Quand j’ai terminé le film, je me suis dit : « ça va faire du bien à la jeunesse tunisienne. » Une révolution ne se fait pas sans être aussi une révolution sexuelle.

    Ce à quoi j’aspirais quand on tournait ces scènes, c’était de montrer ce que moi je trouvais beau. Nous avons donc tourné ces scènes comme des tableaux, des sculptures. On a passé beaucoup de temps à les éclairer pour qu’elles soient vraiment belles, après, la chorégraphie de la gestuelle amoureuse se fait toute seule, avec le naturel de la vie. Il fallait les rendre belles visuellement donc, mais tout en gardant la dimension charnelle. On a beaucoup cherché, travaillé. On a beaucoup discuté, mais les discussions finalement ne servaient à rien. On parle beaucoup sur un plateau et au final tout ce qu’on a dit ne compte pas tant que ça, parce que tout ce qu’on dit est très intellectualisé, mais la réalité est plus intuitive.

  • Behind the Candelabra...Michael Douglas est.....

    candelabra.jpg

    Les superlatifs me manquent.  

    Aujourd'hui j'ai assisté au film-évènement de l'automne....Behind the Candelabra... grande envolée Kitch ayant une grande star des années 50 comme personnage principal. LIBERACE dont le film retrace les dernières années de sa vie, nous montre d'entrée de jeu, une scène culte, où l'artiste interprète un boogie woogie endiablé...Pianiste exceptionnel , Liberace  pouvait interprèter du classique comme du swing avec égal talent...Pour moi, il était un artiste dont j'appréciais tout autant l'art musical que le côté décalé et les tenues plus qu'extravagantes...IL arrivait sur scène enveloppé de fourrures avec longues traîne, souvent en sortant d'une énorme limousine. Et lors des 52 derniers concert qu'il a donné à Las végas, alors qu'il était déjà malade...il arrivait sur scène par le haut, tel un ange...Tout cela Soderberg nous le montre d'un belle façon, et même si certaines facettes du personnages sont à la limite du vulgaire, tant dans son comportement que de la façon de se vêtir, le réalisateur le montre avec respect et avec d'infinies précautions. tout en ne négligeant pas la part d'ombre et les bassesses des personnages....actualité cinéma,malaguena,sammy davis junior,cinéma,liberace,las vegas,michael douglas,matt damon,kinepolis,insolite,kitch,pianiste,homosexualitéactualité cinéma,malaguena,sammy davis junior,cinéma,liberace,las vegas,michael douglas,matt damon,kinepolis,insolite,kitch,pianiste,homosexualité. Jamais cependant, pendant les deux heures que dure le film, on ne ressens un malaise devant la débauche de luxe, de kitch  et de sex, car il en est beaucoup question aussi. Même les dizaines de baisers pleine bouche échangés entre les deux amants , et les scènes de lit ne sont pas déplacés...au contraire, le spectateur assiste à une belle histoire d'amour.  Boudé à Cannes, où le prix d'interprètation est revenu à Bruce dern (????) Michael Douglas qui tient là le rôle de sa vie, et incarne un troublant Liberace, dont il reprend les mimiques et le timbre de voix d'une manière ahurissante, n'en est pas pour autant aigri...Il estime qu'avoir pu tourner le film est un cadeau du ciel après sa rude bataille contre le cancer...Egalement été boudé aux Etats-unis, les pros le jugeant trop gay pour une sortie salle, Behind the Candelabra a atteri directement sur la chaîne HBO où il a battu tous les records avec plus de 3 millions de spectateurs.... 

    actualité cinéma,malaguena,sammy davis junior,cinéma,liberace,las vegas,michael douglas,matt damon,kinepolis,insolite,kitch,pianiste,homosexualitéMais qui est Libérace.?

    Les moins de vingt ne peuvent pas le connaître, pourtant ce fut une des plus grandes stars des années 50 à 80.. tellement populaire qu'il pouvait tout se permettre. Une démesure à la hauteur du personnage, mais cela aussi lui était pardonné!  actualité cinéma,malaguena,sammy davis junior,cinéma,liberace,las vegas,michael douglas,matt damon,kinepolis,insolite,kitch,pianiste,homosexualité

    Liberace né Wladziu Valentino Liberace en 1919    apprit les premiers rudiments du piano à l'âge de 4 ans, et était capable de retenir des morçeaux classiques très compliqués dès l'age de 7.. Tout au long de sa carrière  pendant laquelle il a joué dans le clubs, les grands théâtres, et même comme soliste au sein de grands orchestres...., il n'a eu de cesse d'affirmer que sa musique  était du classique sans les effets compliqués et les orchestrations alambiquées...Comme toutes les stars de l'époque, il fit une timide apparition au cinéma dans "Sincerly Yours" en  1955 pour la Warner. Cependant, à force de n'avoir que quelques minutes d'antenne dans les nombreux shows  où  en tant qu'invité d'honneur il faisait exploser les audiences.... il créa son propre show, qui firent un carton..car il fut le premier à prendre le public à partie  et à parler à la caméra. Ses nombreux intermèdes humoristiques faisaient la joie des téléspectateurs des années 50. actualité cinéma,malaguena,sammy davis junior,cinéma,liberace,las vegas,michael douglas,matt damon,kinepolis,insolite,kitch,pianiste,homosexualité

    actualité cinéma,malaguena,sammy davis junior,cinéma,liberace,las vegas,michael douglas,matt damon,kinepolis,insolite,kitch,pianiste,homosexualitéactualité cinéma,malaguena,sammy davis junior,cinéma,liberace,las vegas,michael douglas,matt damon,kinepolis,insolite,kitch,pianiste,homosexualité

     Détail. Debbie Reynolds ici sur la photo en compagnie du pianiste, était très amie avec ce dernier, et c'est elle qui incarne sa maman dans le film. J'avoue que je ne l'ai pas reconnue. J'ai appris son rôle en consultant le dossier presse...

     

    Pour vous faire une idée de la rapidité avec laquelle il jouait....voyez le clip...

    Et ici il interprète une séquence utilisée dans le film

     

     

    Mais il excellait aussi dans un répertoire de variété Malaguena...en compagnie de Sammy Davis Jr..

    un clic sur

    http://www.youtube.com/watch?v=Pn7ImsFM13k

    Et enfin, ici le personnage kitch dans toute sa splendeur.

     

    actualité cinéma,malaguena, Sammy Davis Junior, cinéma,liberace,las vegas,michael douglas,matt damon,kinepolis,insolite,kitch,pianiste,homosexualitéSteven Soderbergh (Magic Mike) a adapté le livre de mémoires Behind the Candelabra : My life with Liberace de Scott Thorson.. avec Richard Gravanese au scénario et Jerry Weintraub à la production. Matt Damon  incarne Scott Thorson. Ce dernier poursuivit Liberace en 1982 pour la somme de 113 m de $ de pension alimentaire....aruguant qu'il avait été le compagnon pendant 5 ans. Et même si Liberace a toujours nié être gay, Thorson a quand même obtenu 95.000 $ en 1986

     

     

    BEHIND THE CANDELABRA | MA VIE AVEC LIBERACE screeningon Tuesday25 June at 12h (KinepolisBxl)

    _______________________________________________________________________

     

    actualité cinéma,malaguena, Sammy Davis Junior, cinéma,liberace,las vegas,michael douglas,matt damon,kinepolis,insolite,kitch,pianiste,homosexualitébiography | drama -releasedate Belgium : 30 October 2013 director : Steven Soderbergh cast : Michael Douglas, Matt Damon, Rob Lowe version : english spoken (withbilingualsubtitles) duration : 1h58 www.hbo.com/#/movies/begin-the-candelabra

    Before Elvis, before Elton John, Madonna and Lady Gaga, there was Liberace:

    virtuoso pianist, outrageous entertainer and flamboyant star of stage and television.  A name synonymous with showmanship, extravagance and candelabras, he was a world-renowned performer with a flair that endeared him to his audiences and created a loyal fan base spanning his 40-year career. Liberace lived lavishly and embraced a lifestyle of excess both on and off stage. In summer 1977, handsome young stranger Scott Thorson walked into his dressing room and, despite their age difference and seemingly different worlds, the two embarked on a secretive five-year love affair. BEHIND THE CANDELABRA takes a behind-the-scenes look at their tempestuous relationship – from their first meeting backstage at the Las Vegas Hilton to their bitter and public break-up.cande.jpg

    actualité cinéma,malaguena, Sammy Davis Junior, cinéma,liberace,las vegas,michael douglas,matt damon,kinepolis,insolite,kitch,pianiste,homosexualité

  • Cannes 2013 Clap de fin

    Cannes 2013.jpgEt début d'une carrière prometeuse pour le film  "La Vie d'Adèle"  réalisé par Abdelatif Kechiche.... la vie amoureuses de deux lesbiennes incarnées par Adèle Exarchopoulos et Léa Seydoux, et...qui arrive comme un gros pavé dans la mare des "antis mariage pour tous et des homophobes". Le film avait également remporté le Prix Fripesci  de la critique Internationnale la veille.

     Spielberg peut-être remercié! 

    Quant à Béjo, je suis ravie pour elle, la consécration après sa magnifique performance dans "The Artist" (également awardé à Cannes)

     

    c.png(photo Canal+)

    Palmarès:

     Palme d'or : «La vie d'Adèle» d'Abdellatif Kechiche.

    1. : «Inside llewyn Davis» des frères Coen.

     Palme d'or de la meilleure mise en scène. Amat Escalante pour «Heli».

    Palme d'or du jury : «Tel père, tel fils» de Kore-Eda Hirokazu.

      Palme d'or du meilleur scénario
    : Jia Zangh Ke pour «A touch of Sin»

     Palme d'or de la meilleure interprétation féminine : Bérénice Bejo pour «Le passé»  d' Asghar Farhadi.

  • Berlinale... ABC Belgique achète W:imie (in the name of) Un film qui va "déranger"

    berlin film festival 2013.jpg

    La 63ème édition de la  Berlinale....c'est parti. Tout le cinéma actuel part à la chasse à l'Ours...qui a débuté avec la programmation de "The Grandmaster" le dernier Wong Kar-Wei, et se prolonge avec un film-évènement qui va certainement secouer le cocotier.. "W imie" (In the name of), de la réalisatrice polonaise Malgoska Szumowska, un drame sur l'homosexualité d'un prêtre contemporain charismatique, qui lutte contre son désir pour un jeune garçon.

    Un film - qui risque de semer la controverse dans la très catholique Pologne, à en juger par certaines questions des journalistes - qui traite de l'homosexualité au sein de l'Eglise catholique à travers "la solitude infinie" d'un prêtre, exilé dans un village polonais contemporain.

    Ce prêtre, Adam (Andrzej Chyra), qui a découvert sa vocation religieuse à 21 ans, vit dans un village reculé où il s'occupe essentiellement de jeunes délinquants.

    La suite sur http://www.lepoint.fr/culture/berlinale-un-drame-sur-l-homosexualite-d-un-pretre-lance-la-competition-08-02-2013-1625344_3.php

    Egalement en compètion.... "Elle s'en va" d'Emmanuelle Bercot avec Catherine Deneuve, "Camille Claudel 1915" de Bruno Dumont avec Juliette Binoche et "La religieuse" de Guillaume Nicloux d'après le roman de Diderot avec Isabelle Huppert en mère supérieure. Le jury est composé de Tim Robbins (ex-Susan sarandon) Susanne Nier (cinéste) Andreas Dresen (réalisateur) l'opératrice Ellen Kuras, et des réalisatrices Athina Rachel-Tsangari - Shirin Neshat.

    Acheté par Wild Bunch à Berlin : W IMIE (IN THE NAME OF) de Malgoska Szumowska, et distribution belge assurée par ABC productions.

    Le film est en compétition.

    http://www.berlinale.de/en/HomePage.html

  • Passion de Brian de Palma programmé à Genres d'à côté

    genre logo.jpg

    passion001.jpgGenres d’à Côté est heureux de présenter en avant-première, PASSION, thriller érotique comme seul Brian De Palma sait le faire, racontant l’histoire d’une lutte de pouvoir entre deux femmes dans le monde des affaires.

    Christine a l’élégance et l’aisance d’une femme possédant argent et pouvoir. Sa protégée Isabelle est innocente et peu sûre d’elle, mais déborde d’idées que Christine n’a aucun mal à s’approprier. Elle guide son élève de plus en plus loin dans un jeu de séduction et de domination. Mais lorsque Isabelle a une liaison avec l’amant de Christine, la guerre éclate.

    De Palma renoue avec la jouissive veine hitchcokienne qui a fait son succès dans les années 70 et livre un film mêlant érotisme glacé et fièvre morbide, où les personnages se manipulent et s’humilient dans un suspense haletant. PASSION est aussi un film de femmes, pour la plupart bisexuelles, où le seul homme est un falot qui se laissera berner comme un bleu.

    passion1.jpgpassion6.jpgpassion7.jpgpassion2.jpg« Filmé au cordeau, à l’épure, au couteau, avec une maîtrise de chaque seconde, PASSION est assurément un des plus beaux films de Brian De Palma » (d’après Jean-Baptiste Morain, Les Inrocks).

    Avec Rachel MacAdams (Sherlock Holmes, Midnight in Paris) et Noomi Rapace (Millenium)

    Distribution : Lumière

    Date le 7 février à 19h30

     

     

     

    Chronique publiée il y a deux ans sur le blog.....

    drame,ludivine sagnier,kristin scott thomas,rache mcadams,noomi rapace,passion,brian de palma,usa,united sates,actualité cinéma,ciné,cinéma,alain corneau,thrillerdrame,ludivine sagnier,kristin scott thomas,rache mcadams,noomi rapace,passion,brian de palma,usa,united sates,actualité cinéma,ciné,cinéma,alain corneau,thrillerVoilà c'est fait! Le superbe "thriller-érotique" Crime d'Amour qui vit s'affronter Ludivine Sagnier (Pieds nus sur les Limaces, La Fille coupée en 2)et Kristin Scott Thomas (La Femme du Vème,) dans le film d'Alain Corneau, à son remake Us, et pas par n'importe qui. Brian De Palma (Pulsions, Snake Eyes ,Scarface) y met sa griffe, et ce n'est pas pour me déplaire...Cependant pour être à la hauteur du duo franco-anglais, fallait des grosses pointures et... c'est chose faite! Noomi Rapace(Sherlock Holmes2, Prometheus, ) qui avait bluffé tout le monde du 7ème Art avec la trilogie Millenium, y donne la réplique à Rachel McAdams.(Sherlock Holmes, Morinig Glory)  

    drame,ludivine sagnier,kristin scott thomas,rache mcadams,noomi rapace,passion,brian de palma,usa,united sates,actualité cinéma,ciné,cinéma,alain corneau,thriller

    drame,ludivine sagnier,kristin scott thomas,rache mcadams,noomi rapace,passion,brian de palma,usa,united sates,actualité cinéma,ciné,cinéma,alain corneau,thriller

     

    Sources page Facebook

    http://mich-silence-on-tourne.skynetblogs.be/archive/2012/05/04/noomi-rapace-imperiale-dans-baby-call.html

    http://mich-silence-on-tourne.skynetblogs.be/archive/2010/08/18/crime-d-amour-sortie-belge-kristin-scott-thomas-satanique.html

     

     

  • Les Invisibles....vus pour vous!

    invisibles.jpgDes hommes et des femmes nés entre les deux-guerres. Ils n'ont aucun point commun si ce n'est d'être homosexuels, et d'avoir choisi de la vivre au grand jour. Aujourd'hui ils racontent ce que fut cette vie insoumise, partagée entre a volonté de rester des gens comme des autres et l'obigation de s'inventer une liberté pour s'épanouir. Ils n'ont eu peur de rien! Les Invisbles, un film de Sébastien Lifshitz

    Au début du film, je me suis posée la question de savoir pourquoi le réalisateur n'avait choisi que des personnes

    relativement âgées, alors que plusieurs tranches d'âges auraient été un plus.....Et peu à peu, j'ai réalisé à quel point de l'après-guerre jusqu'aux années 60, il ne devait pas être facile de vivre en étant "PD" et "gouines" comme ils disaient à l'époque!
    Pourtant après quelques minutes, mes à prioris ont très vite laissé la place à un sentiment de partage avec ceux que je découvrait à l'écran! Le réalisateur pose un regard plein de tact, aborde le sujet sous plusieurs angles, et il donne un éclairage nouveau sur ces personnes qui ont eu une vie bien remplie, malgré les embûches.

     Et la façon qu'il a de filmer en utilisant des allers et retours dans les différentes vies, évite qu'un certaine lassitude ne s'installe!  Au contraire, avec cette manière de faire, de nombreuses fenêtres s'ouvrent à chaque fois sur cette "communauté" à laquelle, et c'est l'impression que j'ai eu, "l'omerta" n'empêchât point au bonheur...de faire partie de leur quotidien....
    Ces visions intimistes sont parfaitement mises en scènes et les nombreux plans large sur la nature avec ce qu'elle a de  plus beau ne fait qu'accentuer le caractère chaleureux des personnes intérrogées, et le bien-être qu'elles affichent! L'aspect pictural presque pastoral des paysages et des intérieurs agit beaucoup sur la narration et transforme les personnes interrogées en véritables héros.

    invisibles 2.jpglesinvissib.jpgLes Invisibles démontre par A+B que les homosexuels peuvent être heureux,  que le bonheur n'est pas réservé aux seules personnes non marginalisées. Les Invisibles c'est ceux que la société ne voulut pas voir, ceux qui ont du taire leur différence, et ceux qui devenus "cheveux blancs" aujourd"hui , quasi invisibles car vivant en vase clos, le sont, mais avec des souvenirs joyeux et des étoiles plein les yeux!

    Perso, je n'ai jamais eu aucun problème avec çà....Même dans les années 70, parce que je n'ai jamais mélangé ma vie privée avec le boulot....Et j'ai toujours été appréciée....même par ceux qui savaient.

    Sebastien Lifshitz : On doit énormément aux homosexuels. Je suis dans une génération qui n’est pas tellement politisée : on n’a pas connu la guerre, ni ces combats de lutte sociale. Mais finalement, en écoutant les récits et les combats des personnes interrogées, je me dis que ça a dû être de grands moments ! La réalisation de ce film m’a fait vraiment prendre conscience de ça."

    LES INVISIBLES sera projeté lors du Festival Gay Et lesbien au PINK SCREEN le 10 NOvembre, en présence de Sébastien Lifshitz. Sortie salle 5/12
     
    ...

     

  • Yvan Attal se plante majestueusement et n'atteint pas l'extase!!

    Do-Not-Disturb.jpgDO NOT DISTURB malgré l'énorme promotion sur les chaînes télés françaises... ne cumule qu'un petit 76 708 entrées sur 265 copies. C'est peu, et une véritable déception tant Yvan Attal nous avait habitué à mieux en tant que réalisateur (MA FEMME EST UNE ACTRICE, 729 431 entrées, ILS SE MARIERENT ET EURENT BEAUCOUP D'ENFANTS, 932 237 entrées), sans oublier une superbe saynette dans "New York I love you" avec Robin Wright... Certes, HUMPDAY, film dont DO NOT DISTURB est le remake, n'avait cumulé que 30 219 entrées parce que déjà un sujet sensible et interprèté par des comédiens inconnus....Pourquoi en faire un remake et au final ne pouvoir atteindre qu'au mieux dans les 150 000 entrées d'ici sa fin d'exploitation...Comment un comédien et réalisateur de sa trempe, a-t'il pu se commettre dans une telle daube? Vraiment je ne comprends pas!

  • Sacha Baron Cohen et l'homosexualité!

    Sacha-Baron.jpgBIS! Je pourrai intituler mon billet "homosexualité bis" étant donné que le facétieux réalisateur et comédien anglais avait par le passé, déjà réalisé et tourné un film sur le sujet...."Bruno" rappelez-vous! Aujourd'hui, la presse people fait état qu'il pourrait s'attaquer à une autre sujet dans le genre, à savoir réaliser un film sur Cecil Chao,  un milliardaire  magnat de l'immobilier de Hong Kong, ayant proposé la somme record de 63 millions de $, à celui qui serait capable de convaincre Gigi sa fille de se séparer de sa compagne, avec laquelle elle vit maritalement depuis quelques années..... afin de convoler en juste noces avec lui. En deux mots...devenir hétéro...Relayé par les Studios Paramount, le sujet intitulé tout simplement "The Lesbian" pourraît faire grand' bruit. On ne sait d'ailleurs toujours pas si, à l'heure actuelle, le couple a accepté la proposition (j'en doute, l'argent n'achète pas tout) et le nombre de candidats qui se sont présentés au "casting"....Une autre question s'impose...avec sa "grâce" habituelle, comment Sacha Baron Cohen va-t'il aborder le sujet???? Car avec lui, la fiction dépasse souvent la réalité!

     

  • Les sorties de la semaine....Pas le top

    dis.jpgEntre deux festivals, la cavalcade des visions-presse continue. Ainsi j'ai eu droit à quelques bons films, à un super documentaire sur la génèse de la franchise James Bond , mais également à des nanars de première classe....Parfois je me demande où est l'utilité de réaliser un film qui ne casse pas une patte à un canard et qui plus est, est "c...." au possible. (remplir le blanc pas soit chiant, ou con) Déjà qu'en été, les bons films se font rares, mais si en plus, on doit se farcir des imbécilités, où va-t'on??? De Taken à Do not Disturb, le remake complètement raté de "Hump Day" version Mr  Charlotte Gainsbourg à la ville, ma semaine de reprise de la nouvelle saison à été plus qu'ennuyeuse...Quelle idée de vouloir s'intéresser de si près au derrière de Cluzet, quand ce dernier était parfait dans "Les Intouchables"........Vraiment Yvan Attal me déçoit.....Son approche de l'homosexualité est trop réductrice, et pas crédible non plus, même si, il s'agit ici de deux hétéros qui se la jouent façon pour obtenir un rôle dans un film!

    taken.jpgLe premier volet de Taken m'avait emballée, la suite m'a ennuyée.....Liam Neeson a pris quelques années et  quelques rides aussi, s'est empâté, et ne colle plus vraiment au héros premier du nom, lequel était super crédible dans la recherche désespérée de sa fille mystérieusement disparue....Le deuxième volet est mou, plat, et ressemble à une suite de clichés complètement éculées...Sans parler du montage et du découpage complètement loupés eux-aussi....Soit, Olivier Megaton, le réalisateur de Transporteur 3 doit sérieusement revoir sa copie, si il veut coninuer à jouir de l'estime de ses pairs.....Quant aux cinéphiles qui iraient quand même voir ces deux films là, qu'ils soient donc prévenus qu'ils vont se faire entuber par la médiocrité du sujet....pour ne pas dire autre chose du style "enc..."  Seule consolation, la présence de Laetitia Casta dans "Do Not Disturb"....Toujours aussi belle, mais qui fait quand même un peu (trop) d'ombre....à Charlotte Gainsbourg, confinée dans un rôle absolûment imbécile de lesbienne jouant avec des sextoys.....Pfft.......

    dis.jpgdist.jpgphoto.jpgrobot-frank-poster.jpgUn conseil donc, zapez ces deux films et voyez plutôt "Little Glory" du bon belge de Vincent Lannoo filmé façon Us,  mais également "Elle S'appelle Ruby" de la très talentueuse Zoe Kazan, le très surprenant  "Robot and Frank" avec un impérial Frank Langella ,ou plus tard "Le Monde Nous appartient' , primé à Toronto et encensé par la presse lors de l'avant-première à Gand....que l'on doit à Stephan Streker, autre réalisateur belge dont on entendra certainement encore parler.....

  • Cynthia Nixon mariée à Christine!

    witcynthianixon.jpgwit.jpgCynthia Nixon le quatrième maillon de "Sex and The City" a épousé Christine Marinoni, son amie de longue date. Le couple s'est  rencontré en 2004, et s'était officiellement fiancé lors d'un mariage entre gens du même sexe en 2009. Le couple est parent d'un garçon prénommé Max, auquel Marinoni a donné naissance l'année dernière. Quant à NIxon, elle a également deux enfants Samantha et Charles, nés de ses quinze ans de vie commune avec Danny Mozes. Cynthia Nixon avait déclaré il y a quelques mois qu'elle était Bi-sexuelle, non par choix, mais parce que c'est un fait. Elle vient de connaître un énorme succès à Broadway avec la pièce , où elle interprètait une femme atteinte d'un cancer en phase terminale. Rôle pour lequel elle n'avait pas hésité à se raser entièrement le crâne. Et le public new yorkais ne s'y est pas trompé, en lui réservant une  " standing ovation" lors des premières représentations de "Wit",  prouvant que même sans "artifices"  à la SATC elle pouvait-être épatante...

     

     

     

     

     

  • Marvel Premier mariage homo en vue

     images.jpgForts de la "bénédiction" présidentielle par la voix de Barack Obama, les studios Marvel qui comptent un énorme blockbuster avec "The Avengers" ont décidé que les superhéros devaient évoluer avec le temps! Nous assisterons à l'union de Jean-Paul "NorthStar" Beaubier et Kyle Jinadu le 20 juin prochain dans la BD "Astonishing X-Men numéro 51 ! En voilà une nouvelle. Et pas en reste avec l'actu, voilà que DC Comics le plus grand concurent des éditions Marvel annonçe lui aussi vouloir introduire un homosexuel dans ses prochaines aventures. Pour 'l'instant Batman et Superman pourtant pas les premiers venus font le bonheur de cette maison d'édition là!

    Je ne vais m'étaler sur le sujet, car je ne suis pas fan de BD, ni de supers-héros, cependant, je me demande si les BD-phages vont accrocher à cette nouveauté. Les héros ne sont-ils pas sensés être virils et invincibles...? En se mariant, il montrent qu'eux aussi peuvent avir des émotions....ce qui pourrait à mes yeux, enlever tout le "charme" de leurs exploits...Et que les studios devront adapter le physique des futurs héros à l'emploi...Exit les pectoraux impressionnats et le stablettes de chocolat. Non, là je rigole mais quand même, je vois mal un gars super musclé adopter une attitude un rien éfeminée...

    imagesA.jpg

     

     

  • Chaz Bono primé..

    chaz.jpgChaz Bono (ici avec Mary, la veuve de Sonny Bono-à ne pas confondre avec le chanteur de U2) vient d'être récompensé, après des années de galère,  pour son combat en faveur des transgenres, et assume sa nouvelle identité masculine haut et fort. Dailleurs il fut un des valeureux compétiteurs de la téléréalité "Dancing With The stars" où les spectateurs n'ont pas toujours été tendre avec lui...
    Il a été récompensé par une "Outstanding documentary Prize and Stephen F. Kolzak Award" lors de la 23ème cérémonie du Gala annuel "Medias Awards for the Gay and Lesbian Alliance Against Defamation" qui s'est tenue au Westin Hôtel de Los Angeles.  Il rejoint ainsi Ellen DeGeneres, lauréate en 2011 et présente lors de la soirée avec son épouse Portia De Rossi...
    ellen.jpg
     
     
    Aujourd'hui donc, ces trophées remettent un peu les pendules à l'heure.. Chaz (43) : "Depuis ma plus tendre enfance, et surtout depuis ma puberté, je sentais que je n'étais pas dans le bon corps"
    Chaz a donc fait ce qu'il pensait devoir faire, et cette longue transformation à fait l'objet d'un documentaire accepté par ce dernier. Et c'est ce docu, proposé l'année dernière sur VTM, une chaîne flamande du nord du pays (Belgique) qui vient d'être multi-récompensé!!!
     chastity.jpg
     


    chaz 4.jpgchaz.jpgTelefactc Zomer qui avait proposé ce docu un soir de juillet  revenait sur le parcours de Chaz Bono, sur ses interrogations, ses doutes, les suites de ses nombreuses opérations, et sur sa relation avec sa copine Ella.  (dont il est séparé depuis). Le documentaire intitulé "Becoming Chaz"  programmé l'année dernière au "Sundance Film festival" se penche également sur les ressentis de sa maman, l'immense chanteuse Cher, pour laquelle, passer de elle à il ne fut pas facile, lorsqu'elle s'adressait à son enfant. En acceptant de témoigner, Chaz espère aider d'autres transgenres chez qui le sujet reste encore tabou.

    Un extrait du document

    CHER PARLE DE CHAZ chez David Letterman.

     

  • Bye Bye Blondie

    blondie.jpg

    Non, il ne s'agit pas d'un titre faisant référence à Debbie Harry la chanteuse du groupe icônique des années 80 "Blondie", mais le titre d'un film réalisé par Virginie Despentes (Baise moi) , réunissant Béatrice Dalle (domaine) et Emmanuelle Béart, qui incarnent Gloria, une femme sans emploi, sans famille, sans adresse,  et Frances, star de la télévision déchue,  Elles  se sont aimées dans la France des années 80 comme on s’aime à seize ans. Puis la vie, autant que les contraintes sociales, les ont séparées. Vingt ans après, à nouveau, leurs chemins se croisent…

     

    virginie despentes,béatrice dalle,emmanuelle béart,qsoko ii,pascale gregory,actualité,homosexualité,lesbiennes,insolite,france

    virginie despentes,béatrice dalle,emmanuelle béart,qsoko ii,pascale gregory,actualité,homosexualité,lesbiennes,insolite,france

     

    Lu sur écran large;

    L'amour chez les hétéros, c'est pas rigolo. » C'est de cette sentence immortelle que nous gratifiait Virginie Despentes lors d'un entretien donné à Arrêt sur Images, lors de la sortie d'Apocalypse Bébé. C'est sans doute forte de ce haïku au propos aussi riche que la rime que la réalisatrice s'est lancée dans l'écriture et la réalisation de Bye Bye Blondie, soit la chronique d'une passion brûlante entre deux femmes, de leur adolescence provinciale jusqu'aux remugles d'une crise de la quarantaine germano-pratine. Ayant en mémoire les écrits et le premier essai filmique de l'artiste (Baise-moi), avouons que nous attendions cette nouvelle tentative avec l'évidente circonspection de l'hétérophile homophobe, soit l'ennemi à abattre de la modernité triomphante.  Cible de critiques assassines, je passe le relais à  http://www.ecranlarge.com/movie_review-read-24108-151141.php  pour lire la suite. avec aussi Clara Ponsot, Soko II et Pascale Gregory....Juste dire ceci, le milieu homo n'en sort pas grandit..  

     

  • Week-end un superbe film anglais! A voir chez "Genre d'à Côté!!!

    weeekend%20quad%2072%20dpi-1.jpg

    Après une soirée banale chez des amis, Russell décide de sortir. Il drague gauchement mais réussit à brancher Glenn, un mec qui lui plaît. L’ayant ramené chez lui, une enivrante et surprenante complicité s’installe entre eux au réveil. Ils évoquent leur rencontre, leurs ébats, leurs désirs et leurs désillusions. Aucune attente, seul prime l’instant : le temps d’un week-end, les jeunes hommes livrés à eux-mêmes vont se parler beaucoup, se désirer, se bourrer la gueule et s’envoyer sauvagement en l’air. Ce week-end sera pour eux celui de la découverte de soi qui ébranlera à jamais leurs certitudes et leur vision de la vie. Avec un excellent Tom Cullen, et Chris New.

    2011 / 96’ / Royaume-Uni / anglais / français / long / fiction
    LOGO_fr.jpg

    Genres d’à côté asbl

    42 rue Marché au Charbon 1000 Bruxelles

    info@gdac.org

    CINECLUB MENSUEL, au :

    Cinéma Aventure
    Galerie du Centre
    57 rue des Fripiers
    1000 Bruxelles
    www.cinema-aventure.be

  • Le Cinéa Aventure remplace le défunt Arenberg!

    2.gif

     

    Nouveau lieu pour le cinéclub : Cinéma Aventure

    L’ARENBERG est hélas fermé mais le ciné-club de genres d’à côté continue !!!

    ATTENTION :

    Nouveau Lieu :CINEMA AVENTURE - (galerie du centre - près de la Bourse). Consultez la page

     

    Contact

     

    pour de plus amples détails.

    Nouvel Horaire : MARDI 20/12 à 19H30 (et non plus 21H30)

    Nouveaux Tarif : Prix plein = 8 euros / Prix réduit = 6 euros

     

     

    20/12 - 19:30 / Cinéma Aventure Galerie du Centre. Bruxelles...
    Shame

    Steve McQueen
    avec Michael Fassbender, Carey Mulligan, James Badge Dale
    Brandon est un trentenaire new-yorkais, vivant seul et travaillant beaucoup. Son quotidien est dévoré par une seule obsession : le sexe. Quand sa soeur Sissy, chanteuse un peu paumée,arrive sans prévenir à New York pour s’installer dans son appartement, Brandon aura de plus en plus de mal à dissimuler sa vraie vie.—Prix d’Interprétation masculine, Festival de Venise 2011 Michael Fassbender est un géant qui joue l’addiction comme personne... Ici le sexe se consomme cru, est filmé de façon aussi

  • Pink Screen Brasilia....en avant!

    8622c9972dfb60e9cf8dc0ef2e8b8a62.pngPink Screens 2011 : Le cinéma BRESILIEN à l’honneur !

    Dans les jours qui viennent le Pink Screens Film Festival met notamment à l’honneur le cinéma queer brésilien en partenariat avec Europalia.Brasil.

     

    Trois séances exceptionnelles au cinéma Arenberg avec Como Esquecer de Malu de Martino, Pixote de Héctor Babenco (qui ne pourra malheureusement pas être présent) et le merveilleux Os Famosos E Os Duendes Da Morte, premier long-métrage d’Esmir Filho qui sera présent lors de la projection ! Au nova, O Brasil Em Curtas, une série de court-métrages, vous permettra de redécouvrir une des premières œuvres du jeune réalisateur Vibracall.

     

    Perles et surprises seront au programme avec notamment le documentaire D/S qui propose une immersion dans l’univers singulier de la domination, Girl Parts des court-métrages éclectiques ou encore Mary-Lou, une comédie musicale flamboyante.

     

    Bienvenue aux curieus-e-s et audacieux/ses !
    Bon festival !!
    Pink team
    www.pinkscreens.org

    La page en lien direct ici  : http://www.gdac.org/spip.php?page=seance-pinkscreens&id_article=11454&lang=fr&tit=O%20Brasil%20Em%20Curtas