info

  • The Danish Girl enfin dans les salles. L'histoire du premier transgenre.


    danish girl duoNicole Kidman et Charlize Theron avaient été présenties dès 2008 pour tourner dans The Danish Girl, d'après la nouvelle de David Ebershoff ( Best-seller traduit en 12 langues 2000) inspiré de la véritabe histoire de deux artistes des années 20,  Einar et Greta Wegener dont le mariage va prendre une tournure assez inatendue en 1929, lorsque Einar devint le premier transexuel de l'histoire. Finalement, le projet initial a été mis aux oubliettes pour ressurgir quelques années plus tard, avec Eddie Redmayne??? (My Week with Marilyn)

    Synopsis:

    Réalisé par Tom Hooper (Oscar du Meilleur Réalisateur avec Le Discours d'un roi, 2010 ; Les Misérables, 2012), DANISH GIRL retrace la remarquable histoire d'amour de Gerda Wegener (Alicia Vikander, récemment vue dans Ex Machina de Alex Garland, 2015) et Lili Elbe, né Einar Wegener (Eddie Redmayne, Oscar du Meilleur Acteur pour son interprétation de Stephen Hawking dans Une merveilleuse Histoire du temps de James Marsh, 2014), l'artiste danois connu comme la première personne à avoir subi une chirurgie de réattribution sexuelle en 1930.


    SORTIE CINÉMA JANVIER 2016

     

    tournage,sex gender,usa,danmark,amerique,united states,nicole kidman,charlize theron,the danish girl,transexuel,travesti,homosexualite,drame,biopic,comedie dramatique,photo,image,news,info,infos cine,blog,blog de mich,chronique cinema,actu,actu cine,actualite,actualite cinema,insolite,cine,cnema,cinema,nouveaute,peinture

    Découvrez la bande-annonce de DANISH GIRL - cliquezICI

     

                       

    tournage,sex gender,usa,danmark,amerique,united states,nicole kidman,charlize theron,the danish girl,transexuel,travesti,homosexualite,drame,biopic,comedie dramatique,photo,image,news,info,infos cine,blog,blog de mich,chronique cinema,actu,actu cine,actualite,actualite cinema,insolite,cine,cnema,cinema,nouveaute,peinture


                                    Lily Elbe einarLili Elbe

    Greta  et Einar sont un couple d'artistes très connus et demandés dans les années 20. Greta Wegener qui expose un peu partout dans le monde, et dont les dessins et esquisses sont publiés par Vogue et La Vie Parisienne, forme un couple très uni avec Einar.  Un jour, Greta demande à son mari de se travestir en femme alors qu'un des ses modèles à fait faux-bond.... Cette peinture qui fit le tour du monde, devint un objet de curiosité, et fit en sorte que,  le couple continua à interprèter ce jeu de rôle même à la ville, en présentant dorénavant Einar comme la soeur de Greta! A tel point qu'avec ses traits féminins plutôt accentués, les gens pensaient avoir devant eux, une femme  tentant d'occulter son genre masculin..Vous me suivez? Ce petit jeu sans importance au début, changeat complètement la donne au sein du couple, lorsque Einar qui prenant goût aux vêtements féminins, sentit sa vraie personnalité rejaillir!....Devenir femme et prêt (te) à subir 5 opérations chirurgicales, pourtant pas  très au point à cette époque, pour enfin être bien dans sa peau.!...La première étant l'Orchiectomie, ensuite le pénis, une transplantation d'ovaires....(?) qui fit l'objet d'un rejet, et enfin, la dernière à 50 ans, avec la mise en place d'un Utérus en 1931, pour devenir le premier transexuel de l'histoire..Greta se remaria et alla s'installer en Espagne, tandis qu'Einar devenu Lili Elbe pu vivre son homosexulité au grand jour. Mais pas pour longtemps, elle ne se remit jamais de sa cinquième opération, et mourrut peu après!! .

    https://en.wikipedia.org/wiki/Lili_Elbe

    danish gril book

  • Black Dahlia, dans nos salles le 8 novembre

     
     
     Ce soir  sur ARTE à 20h50...The Black Dahlia. L'un des plus grands mystères en matière criminelle des Etats-Unis
     
    smallvisual_blackdahlia
    dyn006_original_532_24_gif_2520423_e2a7e06bbf021a23e76682837f808eab

     

     
    Avec la signature de Brian De Palma, j'étais persuadée que "The Black Dahlia" serait à la hauteur de l'énigme, non élucidée à nos jours (elle l'est dans la fiction) des attentes du public, mais surtout que le film serait fidèle au livre labyrinthique de James Elroy. Et bien non pas du tout! Il délivre un film glauque, incompréhensible pour le cinéphile, amateur de polars non averti. Si De Palma donne les clés de l'énigme dans sa fiction, dans la réalité le cas Beth Short, soulève encore bien des intérrogations,  Le Dahlia noir garde tout son mystère. De Palma est un très grand réalisateur, mais sa vision est loin de faire recette, une analyse de relation entre les deux inspecteurs, des enquêtes, des contre-enquêtes, les coulisses de la police locale, ses manigences, des matchs de boxe, des querelles professionnelles, des amour partagées...voilà pour l'essentiel....Assez plat et terne.... Pleins de trucs qui auraient leur place dans tout bon polar qui se respecte, mais qui ici, nous éloignent très fort du mystère. Et tous les piètres rebondissements, coups de théâtre escamotés, ne font que noyer le poisson..il est très peu fait cas de l'enquête sur l'assassinat, d'Elisabeth Short,  (Mia Kirschner actrice de Toronto) petite starlette en devenir, qui aimait la compagnie des beaux militaires, et n'hésitait pas à fréquenter les bars lesbiens....que De Palma  a filmé d'une manière très caricaturale. Je n'ai jamais croisé des vamps dans les bars lesbiens qu'il m'est arrivé de fréquenter.

     

    Bref, De Palma nous a habitué à mieux....et Elisabeth Short, qui eut une fin atroce, méritait un meilleur hommage posthume!

     

    Néanmoins, un plus, certaines scènes ne sont pas sans rappeler quelques grands classiques "Obsession"  (deux femmes ressemblantes) "Snake Eyes" Femme fatale" (scènes lesbienne) "Les Incorruptibles" et Blow-Out (scène de l'escalier). Donc, Black Dahlia n'est pas le chef-d'oeuvre espéré, mais restera quand même dans la mémoire des fans du réalisateurs, qui pourront toujours se repasser ses films cultes pour se remettre de leur déception!

    etoile_3[1]

     

    affiche dahlia 

     

    Mon ancien post sur le sujet 18/8

    La télé étant branchée en même temps que le pc, je viens d'entendre la critique

    d'une chroniqueuse cinéma de la bande à Ruquier sur Fr1 (pub gratos) en gros: De Palma se prends les pieds dans le tapis, et tous les acteurs sont à côté de leurs pompes. (et toc!).

  • 7 ans et....3 millions de visiteurs..

                                                                  

     

     Hellow tous et toutes.

    dyn003_original_93_80_gif_2553649_d3a5b9d9f18420036efb7e69111ad635

    Le cinéma est depuis mon enfance, une véritable passion, voir une obsession. Quand j'étais gosse, ma grand'mère, chez qui je passais toutes mes vacances, grandes ou petites, m'enmenait dans l'unique petite salle de cinéma à l'arrière d'une brasserie sise sur la place communale de Diegem (Brabant).... En ces temps là, il y avait les chaises coiffeurs qui trônaient à côté du zinc, et derrière celui-ci, à côté des pompes à biere....une ouverture menant à la petite épicerie attenante et appartenant au même propriétaire... .... La campagne quoi! Et... la salle en question n'ouvrait que le dimanche, pour une seule séance à 14h.. Fallait avoir été très sage pour obtenir le précieux sésame qui donnait droit aux aventures des Comedy Capers, Harold Lloyd, Laurel et Hardy, et parfois des westerns. Ben oui, en ce temps là, les cinémas de quartier, comme celui niché au fin fond de cette commune qui sentait bon le foin, avant son urbanisation, n'avaient pas encore les reins assez solides pour proposer les films que l'on pouvait voir en ville..et puis..  avec le bus vicinal qui allait par monts et par vaux, c'était toute une expédition..la ville semblait si lointaine. Aujourd'hui cette salle et toutes les autres a fait place à des grandes surfaces,  des sites industriels, et si on veut aujourd'hui aller au cinoche, faut se rendre en ville et croiser toute une faune qui prend possession des 20 salles froides et impersonnelles que comptent les grands mastodontes dédiés au 7eme art. Tu parles d'un gai...surtout au son de tous ceux qui grignotent du popcorn . Lorsque je repense à "ma" petite salle dans l'arrière boutique...... le claquement du siège en bois, bruit si particulier, reconnaissable entre tous, un peu comme celui des briquets Dupont (pub gratuite)   les bonbons-caramels-eskimaus-chocolat criés par l'ouvreuse, tout me revient en mémoire.  Si j'avais été sage, ma grand'mère me gratifiait de 2 sous pour un frisko. Oui , oui.c'était chouette.

    dyn003_original_103_80_gif_2543688_f9fff9477de8adb03e2d0edc3389ff69A cette même époque, la télévision belge n'offrait quant à celle, que deux chaînes nationales, Rtb et Brt...et encore les programmes ne commencaient que vers 20h., du très figé avec des images cahotantes. Fallait faire avec, et la radio souvent branchée sur Europe1 ou Rtl complètaient la monotonie du paysage. Donc, le cinéma dans mes yeux d'enfant, représentait le monde extérieur, et la forme la plus "vraie" et la plus belle pour plonger dans le rêve.  Autrement mieux que tous les bouquins qu'on m'obligeait à lire et dans lesquels sans images, je n'aimais pas m'aventurer.

    x1pk64-9H0OKxSNQYK4oZs_dxL0Z7d9OK4z-rjkUYrn_PtAIYXhOww06KuTkAq4bUXIweHPCRKdyxgFIGTkgrgZPPXFhyBbZsPJg-LhYqa3yyzZzhmXPhUYCFyex_mVxqx05iv091sUc5LG7nyVQuelques années plus tard, je devais avoir 10/12 ans, ma tante du côté de mon papa, caissière au cinéma Victory, rue Neuve, juste en face du Métropole,  me faisait régulièrement passer entre les mailles du contrôleur (chut il y a prescription), et j'assistais les yeux ébahis aux échanges de John Wayne avec les indiens. Ce cinéma avait la particularité de, en dehors d'être un superbe exemple d'Art Déco,  proposer de nombreux westerns, genre à la mode à la fin des années cinquante, sous la forme de "Grindhouse" pour reprendre un terme fort à la mode ces temps çi.  Deux films pour le prix d'un, et en guise d'intermède, Stan Laurel et Oliver Hardy faisaient eux aussi, quoique déjà largement sur le retour, les beaux jours de ce cinéma. Je me rappelle aussi des "réclames". Qu'est-ce-qu'elles étaient marrantes...présentées par le petit Groom tout de rouge vêtu qui commencait par ces mots "publicité VanDamme KH" et faisant rouler des grands yeux écarquillés... Petite différence avec les cinéma de patelin, ici on avait droit à des bons fauteils bien moëlleux. A cette époque, j'étais émue par le sourire de la vedette, et j'imaginais l'histoire qui se cachait derrière les traits des nombreuses stars à l'affiche en ces temps là.
    decoration
    Bogart, Bacall, Mitchum, Turner, Martine Carol, Dietrich, Von Stroheim, Gloria Swanson, Tyrone Power, M. Monroe, Garbo, James Steward, Cary Grant, James Dean, E.G. Robinson, Hayworth, Susan Haywart, Joan Crawford, Bette Davies, Lana Turner, Henry Fonda, se retrouvaient l'espace d'une quinzaine à l'affiche des nombreuses salles bruxelloises. A l'époque la capitale en recencait plus d'une centaine...Rien qu'à la rue Neuve au centre ville, il y en avait une dizaine..Quant aux comédies musicales, les pas de danse d' Ann Miller, Fred Astaire , Nicholas Brothers Gene Kelly, Donald O'Connor, Cyd Charisse, Ginger Rogers, Judy Garland et Mickey Rooney, n'avaient plus aucun secrets pour moi.... Le cinéma d'alors avait tout pour capter une émotion, un instant de vérité sans tous les artifices utilisés aujourd'hui. Bien sûr, certains longs-métrages présentaient de grosses lacunes...et les "trucages" étaient bidouillés, mais qu'importe, le rêve  était bien présent..... j' eu la chance de pouvoir les vivre toute éveillée, une expérience qui a marqué ma vie. Et souvent la nostalgie m'emporte. john wayne,lairel et hardy,comedy capers,humphrey bogart  lauren bacall,marilyn monroe,actualite,actualite cinema,cine,cinema,moteur on tourne,movie,news,info,info cine,silence on tourne,actualite cine,photo,photosQu'elles étaient belles les salles des années 50 et 60, véritables chefs-d'oeuvres, des joyaux d'Art-Nouveau...Des murs africains pour certaines, art-déco made in the roaring thirtees pour d'autres, mais toutes avaient une âme, même lorsqu'elles étaient vides..et malgré le grand rideau rouge encore fermé . Ces salles étaient chaleureuses et accueillantes...surtout lorsque le  sourire des aimables "ouvreuses" lampe de poche à la main, nous guidaient vers nos sièges, après avoir déchiré une partie du ticket....A l'époque, pas d'horaire, le va et vient était permanent, comme les séances. Et pas de frisko, ni de popcorn et autres sodas....avant l'entracte. D'ailleurs entre les bâtons de glace avec ou sans chocolat, les 6 minis pralines chocolatées et glacées, et les petits paquets de bonbons, le choix était restreint, mais nous nous en contentions...Une fois les réclames passées, on n'entendait plus, contrairement à aujourd'hui, le moindre crunch crunch. En ces temps là Madame, les spectateurs se respectaient....

    dyn006_original_115_200_gif_2543688_33cfedf8db6996f79b1857c451755363[1]Je ne pouvais pas trouver de moment plus propice, maintenant que j'approche des trois millions de visiteurs, pour vous faire partager ces quelques moments d'intense émotion et, profite de l'occasion pour dire merci à tous ceux qui depuis le début continuent à me suivre , et ce malgré l'apport des réseaux sociaux qui petit à petit ont bouffé les blogs...Le mien vivote encore, mais même pour 10 visiteurs, je continuerai à l'alimenter chaque jour....BOn c'est moins drôle qu'au début, mais cela me permet de rester active dans le circuit..   A défaut de faire partager ma passion sur une grande échelle aujourd'hui, j'espère que mes avis tranchés et mes chroniques continueront à donner envie ou pas d'aller voir certains films...Mais je forme le voeux qu'il restera toujours quelque chose de MichCiné, quand j'aurai fermé boutique dans quelques années. D'ici là.... j'espère rester une bonne petite banque de données.

    mixedfeed

     

     

    mix2

     Mise au point Importante......

     

    dyn001_original_282_162_pjpeg_2563256_1d890f5458fe22c41aae39a942afa092Maintenant, je vais vite passer à un petit détail, mais important pour moi. Je sais qu'il y a des fautes d'orthographe par çi par là. Mes faiblesses, je ne les ai jamais cachées...je ne suis pas une encyclopédie vivante, et je ne fais pas partie des meilleures plumes du royaume, mais je reste pleine de tendresse, non pas pour les cancres, mais pour tous ceux qui comme moi, faute de n''avoir pu terminer de grandes études, n'en continuent pas moins de fureter partout, sur les sites internet, et dans les bibliothèques communales, pour continuer à se cultiver.. Pour tous ceux, et j'en fais partie, qui se bagarrent amoureusement avec les mots, qui craignent d'avoir commis 3/4 erreurs dans un article...mais qui pris par leur passion, sont un peu dissipés et distraits....  Je pourrais, à défaut d'avoir une syntaxe irréprochable, poster un texte au moins vide de fautes, suffit lors d'une hésitation; soit consulter le dico pôsé sur mon bureau, soit utiliser un correcteur dans le traitement de texte. Et bien non! Je laisse à dessein quelques couacs pour prouver aux esprits à la critique facile, que mes textes ne sont pas de vulgaires copiés/collés. Et s'il m'arrive de le faire, c'est d'après des communiqués de presse professionnels, et par manque de temps.....je gère ce blog toute seule... mais comme je suis une boulimique du travail, et tellement passionnée dans ce que je fais, il m'arrive de confondre vitesse et  précipitation. La seule vertu qui m'importe, c'est de présenter des articles biens faits, mais surtout récoupés..afin de ne pas être à côté de la plaque.....même si quelques "coquilles" orthographiques subsistent.

    Merci pour votre fidélité!

    Michciné (67)

     

  • Golden Door....Un film à voir ou à revoir

     

     

    images contact

    Golden door, Est une fable moderne qui racontre l'histoire de cet homme qui abandonne tout pour émigrer vers cette nouvelle terre, dont il reçoit régulièrement des images (truquées) Propagande qui arrive d'Amérique, pour encourager les paysans à quitter leurs fermes arides pour une terre d'abondance assurée. En Italie, on voit d'un bon oeil ces départs massifs. Ils soulagent le pays d'hommes réclamant le droit de propriété et, qui ne supportent plus d'avoir faim. Les premières grandes compagnies maritimes se constituent, les passeports sont délivrés à la préfecture...et c'est un bon revenu pour le gouvernement. Le temps qui acompagne cette métamorphose, c'est le temps suspendu au dessus de la traversée dres océans. Quatre épouvantables semaines, entassés tels des marchandises dans des dortoirs improvisés, en dessous du niveau de la mer, sans fenêtres, sans hygiène, ces émigrants siciliens se voient débarqués sur l'île des larmes, où ils sont immédiatement inspectés par les services de la Marine américaine. Elis Island, île de la quarantaine, première étape où les citoyens venus d'ailleurs rencontraient pour la première fois les gardiens du nouveau monde qui, examineront cas par cas,millimètre par millimètre, les corps et les esprits des futurs citoyens et c'est alors que de nombreuses familles devront se résoudre à se séparer pour toujours, car tous ne peuvent pas voir le privilège de franchir les portes de ce paradis. On y procédait à la détection d'handicaps...cécité, surdité, et ceux qui démontraient qu'ils étaient en parfaite condition physique, étaient soumis ensuite à des tests d'intélligence, car les gardiens du nouveau  monde, étaient convaincus que les défauts d'intélligence se transmettaient comme la couleurs des yeux et des cheveux.....les autres refoulés. Malgré le côté intimiste de certaines scènes dans les cales du bateau, et le côté suffocant de ces scènes, ce film c'est le choc de la grâce. Un peu confus au départ, Golden Door s'élance dès l'ancre levé,  pour nous offrir de superbe images d'une grande beauté, à la fois saissisantes et pénétrantes. Sans oublier que tout au long du film, les relations humaines entre les différentes couches de la société sont pleines d'émotion contenues.  Et puis que dire, de ces plans- où seul par des regards échangés, les héros, des rêves plein les yeux, parviennent à faire passer leurs émotions.
    Grand prix au festival de Venise 2006.

    Film d'Emanuele Crialese, déjà récompensé au Festival de Cannes en 2002 pour "Respiro" Superbe prestation pour Charlotte Gainsbourg.
    5 Etoiles sans hésitations... A voir!!!

    GoldenDoor_04

    www.goldendoor-lefilm.com


     

  • The Prestige Et Nicolas Tesla Génial inventeur à qui nous devons tant!!

    prestige
    Londres, au début du siècle dernier... Robert Angier et Alfred Borden sont deux magiciens surdoués. Une compétition amicale les oppose d’abord l’un à l’autre, mais l’émulation tourne vite à la jalousie, puis à la haine. Devenus de farouches ennemis, les deux rivaux vont s’efforcer de se détruire l’un l’autre en usant des plus noirs secrets de leur art. Cette obsession aura pour leur entourage des conséquences dramatiques...
    Avec "The Illusionist"  les studios Yary-film ont frappé fort. Ce thriller de haute facture, dépeignant d'une manière saisissante le monde de la magie au 19eme siècle et un magicien qui est bien plus que ce qu'il montre dans ses spectacles, réunissait toutes les qualités pour plaire à un public toujours plus avides "d'illusions"
    theprestige1

    The Prestige  

    de Chris Nolan, franchit encore une étape supplémentaire. Centré sur le même sujet, il dépasse cependant l'essence même de l'imaginaire du précédent. Nolan aborde le désir et l'ambition de l'être humain  à l'époque "Edwardienne" en y ajoutant ses origines "vaudeville" avec en arrière-plan "l'ombre" de George Mélies.....et de superbes effets spéciaux. sans toutefois dévoiler les trucs....
    prestige5_800

     

     

    theprestige24Dans ce thriller aux multiples ramifications, le mystère est permament, tout n'est qu'illusion.

     

    À travers  l’histoire de ces deux personnages, le réalisateur proche du magicien dans sa manière de livrer les informations aux spectateurs,  joue des similitudes qui existent entre le septième art et la magie. Il présente les règles que doit suivre tout magicien pour captiver ses spectateurs : d’abord la Promesse, qui présente une situation banale, ensuite  le Revirement de banale, la situation devient extraordianire, et  pousse vers l’extraordinaire,  mais si on tente de percer ce mystère,  on n'y arrivera pas, et c'est pour cela qu'il existe un troisème acte, le Prestige, le Must dans un excellent tour de magie. C'est là qu'ont lieu rebondissements et coups de théâtre, où des vies sont en jeu, où se produit un évènement extraordinaire qui, restera grâvé dans la mémoire du spectateur. Règles similaires également à la trame dramatique d'une pièce de théâtre:  l’exposition, le nœud dramatique, et le dénouement - . theprestige5Ch. Nolan filme la mise en scène d’un tour comme la mise en scène d’un plan-séquence cinéma, avec tous ses réglages et ses  artifices. Il montre comment l’artiste cherche à trouver les moyens les plus efficaces pour clouer les spectateurs de l'époque, qui il faut bien le dire n'avaient que ces quelques spectacles là pour se divertir, à leurs sièges. Néanmoins, le spectateur est tout à fait conscient que c'est une supercherie, mais il veut être dupé...car si il pense qu'une femme va réellement être coupée en deux,il serait bouleversé, et cela ne l'amuserait pas du tout.

    dyn004_original_64_12_gif_2543688_8f3c52c1cf6b680abc98cbc3cb687bb6[1]
    !CID_0~1777887
     
     
    http://theprestige.movies.go.com/

    PortraitTesla

    prestige3_1024

     

     

    Nicolas Tesla. Inventeur passionné, ingénieur et homme de science. Il émigre aux Etats-Unis où il est très vite considéré comme le Leonard de Vinci contemporain . Dès son arrivée, il avait déjà envisagé, le robot, l'ordinateur, le four à micro-ondes, le fax, le radar....bien avant la création de ces objets. Il a déposé 700 brevets et a contribué à notre société moderne faite de technologie. On lui doit la découverte du champ magnétique rotatif, indispensable pour tout dispositif utilisant le courant alternatif et la bobine Telsa, engin à inconduction, que l'on utilise en radio. Pourquoi je vous raconte toute cela? Simplement parce que sans son génie, le cinéma n'aurait pu exister, mais aussi parce qu'il apparaît sous les traîts de David Bowie dans le film. Et qu'avec l'apport de l'électricité, les deux héros n'auront de cesse d'améliorer leurs trucs respectifs, jusqu'à l'escalade finale

    http://dspt.club.fr/TESLA.htm

    news-clap_previewthumb-gif-top3541796ec-879

     


     

  • Quand nos stars "d'avant" étaient des héros!

     
     
     hollywood,hollywood canteen,infos cine,lee marvin,marine us,medailles,charles durning,john russell,actu cinema,tyrone power,decoration,heros,actu,actu cine,actualite cine,actualite cinema,cine,cinema,news,info,insolite,movies,photo,photos,guerre,service militaire,blog,blog de mich,james stewart,clark gable,audie murphy,alec guiness,donald pleasance

     Il m'a paru intéressant, en ces années où les stars sillonnent le monde pour défendre des causes humanitaires ( qui leurs servent aussi de belles promotions, n'en déplaise)  de mentionner ce que firent les Gable, Fonda, Stewart...et autres vedettes des années glorieuses d'Hollywood... ..surtout Audie Murphy, le plus décoré de tous, de republier un article posté ici il y a 4 ans déjà.......Mais aussi parce que d'année en années, les derniers "poilus" seront appelés à disparaître....Pourtant, nous leur devont tant. Et je n'oublie pas d'ajouter que, en dehors de ces stars qui ont été se battre sur le terrain et dans les airs, d'autres Bette Davis en tête ont créé le Fameux Hollywood Canteen, où pendant la guerre, les permissionnaires sont accueillis par les vedettes de l'écran  .

    Cette chronique pour vous parler des vraies  stars/ Le constraste est flagrant entre ces illustres comédiens des années de gloire du Hollywood, avec les pseudos-vedettes du Hollywood bling-bling d'aujourd'hui, qui militent contre les Etats-Unis. (traduction libre)
     
    WHAT HAPPENED TO THE WW II MOVIE STARS

    Hope you find this as informative and interesting as I did.

    In contrast to the ideals, opinions and feelings of today's "Hollywonk," the real actors of yester-year loved the United States.  They had both class and integrity.
    With the advent of World War II many of our actors went to fight rather than stand and rant against this country we all love.
    Au contraire des people, starlettes et autres stars du grand écran, les vrais acteurs de hier et d'avant-hier, avaient de la classe et de l'intégrité. Ils aimaient leur pays par dessus tout, et lorsque le deuxième conflit mondial éclatât, il n'hésitèrent pas à payer de leur personne, pour défendre le pays qu'ils chérissaient.

    They gave up their wealth, position and fame to become service men & women, many as simple "enlisted men".
    Ils mirent leurs avoirs, leurs renommées, et leurs position sociales sur le côté, pour devenir de simples "conscrits", avec pour certains d'entre-eux des grades élévés, à la fin du conflit.


    So remember; while the "Entertainers of 2005-2006" have been in all of the news media lately I would like to remind the people of what the entertainers of 1943 were doing, (61 years ago). Alors, ayons une pensée émue, et laissons de côté, les paillettes, le bling-bling des vedettes d'aujourd'hui, pour tous ceux qui dès 1943, et ce pendant plus de deux ans, ont vraiment rendu service à la nation...

    Most of these brave men have since passed on.

    "Real Hollywood Heros" 
     
    alec2
    Alec Guinness
    (Star Wars) operated a British Royal Navy landing craft on D-Day. 

     doohanJames Doohan ("Scotty" on Star Trek) landed in Normandy with the U. S. Army on D-Day. 

    pleaseanceDonald Pleasance (The Great Escape) really was an R. A. F. pilot who was shot down, held prisoner and tortured by the Germans. Il fut torturé par les allemands.

    DavidsmilingFRONTPAGE 
    David Niven was a Sandhurst graduate and Lt. Colonel of the British Commandos in Normandy. 

     

     
     

     


    1874_photo_fiche_stewart_jamesJames Stewart Entered the Army Air Force as a private and worked his way to the rank of Colonel.  During World War II, Stewart served as a bomber pilot, his service record crediting him with leading more than 20 missions over Germany, andtaking part in hundreds of air strikes during his tour of duty. Stewart earned the Air Medal, the Distinguished Flying Cross, France's Croix de Guerre, and 7 Battle Stars during World War II.  In peace time, Stewart continued to be an active member of the Air Force as a reservist, reaching the rank of Brigadier General before retiring in the late 1950s. (En temps de paix, Stewart fut encore un membre actif en tant que réserviste de la Air force, et se retira en 1950 avec le grade de Brigadier Général)

    gable1 
    Clark Gable (Mega-Movie Star when war broke out)
    Although he was beyond the draft age at the time the U.S. entered WW II, Clark Gable enlisted as a private in the AAF on Aug. 12, 1942 at Los Angeles. (alors qu'il avait largement dépassé l'âge d'être enrôlé, il s'engageât comme privé)
    He attended the Officers' CandidateSchool at
    Miami Beach, Fla. and graduated as a second lieutenant on Oct. 28, 1942.
    He then attended aerial gunnery school and in Feb. 1943 he was assigned to the 351st Bomb Group at Polebrook where flew operational missions over Europe in B-17s.
    Capt. Gable returned to the U.S. in Oct. 1943 and was relieved from active duty as a major on Jun. 12, 1944 at his own request, since he was over-age for combat. Devenu Major, c'est à se demande, qu'il fut relevé de ses obligations militaires. Il estimait avoir atteint la limite
    d'âge pour aller au combat. 


    georgec__scott_1George C. Scott (Nuts-Patton )was a decorated U. S. Marine.

     

     



      
     

     

    eddie-albert-2-medEddie Albert (Green Acres TV) was awarded a Bronze Star for his heroic action  as a U. S. Naval officer aiding Marines at the horrific battle on the island of Tarawa in the Pacific Nov. 1943.

     

     



    marvin 
    Lee Marvin (The Dirty Dozen) was a U.S. Marine on Saipan during the Marianas campaign when he was
    wounded earning the Purple Heart.
     
    russel

     

    John Russell: In 1942, he enlisted in the Marine Corps where he received a battlefield commission and was wounded and highly decorated for valor at Guadalcanal



    ryanindexpic0Robert Ryan was a U. S. Marine who served with the O. S. S. in Yugoslavia.  


    tyrone 3Tyrone Power (an established movie star when Pearl Harbor was bombed) joined the
    U.S. Marines, was a pilot flying supplies into, and wounded Marines out of, Iwo Jima and Okinawa. 

      
    murphyEt le plus médaillé de tous. L'un des plus grands héros de la deuxième guerre mondiale.
    Audie Murphy, little 5'5" tall 110 pound guy from Texas who played cowboy parts:
    Most Decorated serviceman of WWII and earned: Medal of Honor, Distinguished Service Cross, 2 Silver Star Medals, Legion of Merit, 2 Bronze Star Medals with "V", 2 Purple Hearts, U.S. Army Outstanding Civilian Service Medal, Good Conduct Medal, 2 Distinguished Unit Emblems, American Campaign Medal, European-African-Middle Eastern Campaign Medal with One Silver Star, Four Bronze Service Stars (representing nine campaigns) and one Bronze Arrowhead (representing assault landing at Sicily and Southern France) World War II Victory Medal Army of Occupation Medal with Germany Clasp, Armed Forces Reserve Medal, Combat Infantry Badge, Marksman Badge with Rifle Bar, Expert Badge with Bayonet Bar, French Fourragere in Colors of the Croix de Guerre, French Legion of Honor, Grade of Chevalier, French Croix de Guerre With Silver Star, French Croix de Guerre with Palm, Medal of Liberated France, Belgian Croix de Guerre 1940 Palm.

    Pour tout savoir sur le soldat le plus décoré de l'histoire, y compris des médailles françaises et belges...un clic sur!

    http://www.audiemurphy.com/


    Il est curieux de constater que la plupart des acteurs repris ici ont par après, incarné des héros ou anti-héros de guerre au grand écran.

     
     

  • Grindhouse.. Ce soir Boulevard du Crépuscule...A voir!!!!!!

     

    grind_house_bnr

     

     Quentin Tarantino/Robert Rodriguez  ce soir le premier "Death Proof" sur Plug Rtl à 20h30. Sortis à quelques jours d'interval dans nos régions, ces deux films sont inclassables....Les deux compères de talent se sont lancés dans une fructueuse collaboration afin de réaliser chacun un film intitulé ‘Grindhouse’. Le thriller ‘Planet Terror, et "Death Proof" titre original du film qui passe ce soir..

    Score_300x250

    Contrairement aux Etats-Unis où Grindhouse est sorti en un seul format, , la plupart des pays européens ont proposé la sortie comme un ‘double long métrage’. Par ces films, les réalisateurs visent à souligner le culte ‘grindhouse’.  Ces grindhouses étaient des cinémas des années septante et quatre-vingts qui montraient des films lowbudget en double programme. Les spectateurs achetaient un billet pour deux films entre lesquels étaient projetées des bandes-annonces. Etant donné que ce phénomène grindhouse est peu connu en Europe, les producteurs américains ont choisi de séparer les deux films chez nous. Les faux trailers, réalisés entre autres par Eli Roth et Rob Zombie, seront naturellement conservés.

    Dans ‘Grindhouse: Death Proof’, Kurt Russel joue un cascadeur psychopathe qui tue de jolies femmes avec sa voiture. Il est entouré notamment de Rosario Dawson, Vanessa Ferlito, Jordan Ladd, Rose McGowan et Sydney Poitier.(Bobby) Le film est réalisé par Quentin Tarantino, remarqué entre autres par Reservoir Dogs (1992), Pulp Fiction (1994) et Kill Bill (2003, 2004).

     

    ‘Grindhouse: Planet Terror’ raconte l'histoire de quelques personnes qui doivent faire face à des zombies dans leur petit village. Le cast réunit Rose McGowan, Freddy Rodriguez, Josh Brolin, Marley Shelton, Naveen Andrews, Bruce Willis (Die Hard IV) et bien d'autres. Le film est réalisé par Robert Rodriguez, dont on se souvient de Desperado (1995),  From Dusk Till Dawn (1996) et Sin City (2005). Malgré tous ses défauts au-delà de simples pastiches, fausses rayures sur la pellicule, sauts d'images dues aux collures, couleurs endomagées, émulsions passées, images décalées entres deux séquences, Death Proof m'a plu. Quoique incompris aux Etats-Unis, public qui est désormais trop habitué aux films à gros effets et aux visuels décoiffants, "Death proof" est à mon sens, un film qui ose revisiter un genre qui a quand même marqué son époque, et rien que pour cette raison, cette volonté de vouloir se démarquer, aurait du valoir plus de reconnaissance à Tarantino. L'autre raison à ma satisfaction, c'est que pendant près de 2 h, j'ai replongé dans les années soixantes, avec tous les ingrédients qui vont avec, et parce que DP-DF-07157R1Tarantino cela reste Tarantino, un réalisateur unique, visionnaire, qui insufle toujours du "sang" neuf et des idées novatrices dans tous ces films. Il n'en a réalisé que 5, mais tous sont devenus cultes. Quid de Death proof?

    Pour tout savoir et visionner plein de bandes-annonces, un clic sur:

    http://movies.yahoo.com/feature/grindhouse.html

     

    Plus d'info sur le site :  http://www.grindhousemovie.net

    http://www.dailymotion.com/video/xucom_vo-grindhouse-bande-annonce

    original_dyn_gif (2) 68954-4931ef_532686efcab_

     




    Pays : USA

  • WORLD TRADE CENTER. GROUND ZERO comme si vous y étiez.

     

     

    "World Trade center". d'Oliver Stone ..Une histoire de courage et de survie. (20 septembre) ***
     

     

    De prime abord lorsqu'on regarde attentivement le poster dépouillé de tous détails inutiles c'est qu'il, capte l'essentiel, 2 personnages, 2 Tours et deux chiffres.

    Mais ce qui interpelle  lorsqu'on est bien installé dans son fauteuil d'orchestre, c'est que contrairement à son habitude Oliver Stone n'a pas filmé ses propres visions des faits, ni inclus ses tendances politiciennes, pas plus qu'il n'a utilisé les archives des avions percutant les Twin Towers, avec leur effondrement comme conséquence. Ces scènes  vues et revues tellement de fois n'auraient rien apporté de plus à l'essence du film selon le réalisateur, qui a préféré focalisé la plus grande partie du tournage  sur les liens très forts qui unissent  les deux policiers prisonniers des décombres. Vu sous cet angle là, le film est poignant, avec tout le travail des Marines, policiers, pompiers, membres des Services d'urgences  se formant pour leur porter secours, bravant le danger au prix de leur propre vie,  les décombres menancant à tout instant de continuer à débouler,, mais j'aurais aimé que Stone, montre un peu plus, les New Yorkais face au drame qui se joue devant ses yeux...Le huis-clos entre les deux principaux protagonistes  fait partie des scènes le splus dramatiques que j'ai vues au cinéma, mais quand on compare  avec "Vol93" de Paul Greengrass, force est de constater que Oliver Stone a manqué un de rigueur. Là ou "United 93"dépeint avec réalisme l'extrême peur des passagers à la vision de leur propre "mort annoncée", l'histoire de World Trade Center" s'enlise dès que les caméras s'introduisent dans 2 les familles respectives....pour virer vers le melo., et Stone zape complètement les citoyens. j'veux bien qu'il s'agit de l'adaptions des mémoires de deux héros, et qui ont participé au film..Donc, en résumé, le message de Stone est clair; il faut plaire aux ménages américains qui voient au travers du "miroir" des héros, le renvoi de leurs propres vies.....alors que 3.000 personnes sont décédées ou portées disparues, et TANT d'autres devenu(e)s des héros. Pas une seule image sur la course éperdue des survivants sortant des tours avant qu'elles ne "collapsent" pas une seule image de la ronde des pompiers, pratiquement rien sur les rues dévastées des alentours, à peine quelques centaines de feuillets de papiers virevoltant dans le ciel New-Yorkais, ressemblant plus à des confettis lors de la fête nationale (excusez le raccourci), quelques cendres ça et là et...rien sur les anonymes prêtant main forte aux sauveteurs.

    Il reste cependant à souligner la performance des acteurs qui réalisent quelque chose de phénoménal, surtout Nicolas Cage, lequel passe le plus clair de son temps d'acteur pris au piège du béton et de l'acier, ne laissant apparaître que son seul visage pour exprimer, la peur, la douleur, la perte de conscience, le découragement, l'endormissement. Du grand Cage!

    Je vous recommande quand même de revoir  ce film,  ma chronique négative n'engage que moi, quoique d'autres journaliste vont dans la même direction. Pourquoi y aller alors, me direz-vous? Simplement pour que le souvenir du jour le plus noir d'Amérique ne s'estompe pas. Mais si d'aucun ne veulent plus entendre parler de ce que l'Amérique a perdu ce jour là,  il y aura toujours assez de matière pour leur rappeler que ça AUSSI fait partie de L'HISTOIRE.... américaine et mondiale..

    Petits secrets de tournage: La productrice Debra Hill, dont le nom restera lié à plusieurs films-clés dont Halloween et New-York 1997 est décédée en mars 2005, avant le début des prises de vues de WTC.

    Des quatre acteurs principaux, Maria Bello qui incarne le femme de Nicolas Cage, est la seule à avoir été témoin du travail des sauveteurs. Lorsqu'un appel fut lancé à l'adresse des infirmières et médecins de la ville, elle s'est rendue en compagnie de sa mère infirmièrelle aussi, à l'hopial Saint-Vincent dans l'attente de porter secours aux nombreux blessés qui ne sont jamais arrivés, pour cause, il y avait si peu de survivants. Elle ensuite remonté à pied la 6ème avenue au milieu d'une immense cohorte de gens couverts de poussière grise marchant dans un silence total. On lui prenait la main, lui demandant "tout est OK?" " Jamais" dit-elle "je n'ai éprouvé une telle sérénité au milieu d'une foule, ni ressenti une telle unité"

    Michael Pena a été aidé par le vrai Will Jimenopour faire siennes ses attitudes, sa démarche. Il a aussi passé beaucoup de temps avec la famille Jimeno, au point d'être "adopté" par les petites Bianca et Olivia.

    Will Jimeno, embauché comme conseiller technique par la production, s'est rendu fréquemment sur le plateau pour apporter son aide à Oliver Stone.

    GROUND ZERO s'étend sur plus de 6 hectares et ne pouvait être reconstitué à l'échelle. L'équipe des décorateurs à d'abord travaillé sur maquette et lorsque les décors ont commencé à prendre forme, la solution s'est imposée d'elle même: reconstituer certains pans particulièrement évocateurs de la ruine, qui ont pris valeur de symbole pour avoir fait l'objet d'innombrables photos.

    A ce niveau là, on peut vraiment dire qu'ils ont réussi au délà de tout, la descente dans les abysses des décombres est criante de vérité, et les éffets spéciaux et sonores .....surtout complètent la parfaite "immersion" dans les tréfonds de Ground Zéro détruit (n.d.l.r.)

     et demi....

     

    Fiche artistique:

    John Mc Loughlin - Nicolas cage

    Donna Mc Loughlin - Maria bello

    Will Jimeno - Michael Pena

    Maggie Gyllenhaal - Allison Jimeno

     

     

    BEFORE 11/9 Photo perso

     

    Superbe site sur les ruines de Ground Zero et le travail de reconstruction

    http://www.911exhibit.com/french.

    Site offciel du film : http://wtcmovie.com/

    Site sur tous les mémorails dédiés à la journée la plus noire des Etats-Unis d'Amérique

    http://911wvfa.org/sept_11_memorials.html

  • L'un des Buzz du Net!! A voir! Les plus beaux topless au cinéma

    !

    Pour le plaisir, juste pour le plaisir des yeux!

    Rappel d'une vidéo que j'ai publié en 2007, et qui visiblement plaît!

    Donc, je la reposte une fois de plus...

    Juste pour le plaisir, et pour ceux qui l'auraient raté ici l'année dernière, et vu l'énorme succès en termes de visiteurs sur le net, voici à nouveau cette vidéo absolûment "géniale", qui fait défiler tout ce qu'il y a de plus beaux en topless au cinéma. Et tant pis pour les frustrés du Q, les coincés, et tous les offusqués. JAyant par la suite fait l'objet d'une superbe mise à la une sur la platte-form Skyneblogs..Ne boudons pas notre plaisir, surtout le vôtre. La revoilà!  Cependant, faut avoir l'oeil vif et aguisé, et en plus être connaisseur pour reconnaître toutes les stars qui défilent devant vos yeux. Pour ma gouverne, j'ai reconnu Demi Moore,Angelina Jolie, Jayne Mansfield, Rosanna Arquette, Lauren Hutton, Gena Gerson, Pamela Anderson et Renée Richards. Peu, en regard des 4'30 que dure le clip, superbement accompagné par la chanson "Show 'em to me" interprètée par Rodney Carington!

    Une fidèle m'a signalé avoir reconnu Madonna. c'est possible! Et vous? En reconnaissez-vous d'autres?

    Et pour que le plaisir soit complèt, je vous ajoute en "fichier joint" la séance photos de Angelina Jolie qui a servi à sa séquence dans cette vidéo. Gâtés les mecs hein?

     

    Un internaute me fait remarquer ce jour 20 avril 2011, que la vidéo avait disparu, alors que dans les outils qui permettent la publication des notes, je la vois toujours!!!!?!?!? Bizarre ça. Désolé, mais je vais essayer de la retrouver, car elle est vraiment trop belle!

    Une heure plus tard. On y est, mais cela ne fut pas sans peine. J'ai daller au plus loin dans google et par des petites astuces....

    f3

     

     

     

  • Thomas Gilou, Président du jury au Festival du film d'Amour de Mons!

    Le réalisateur Thomas Gilou présidera le Jury Officiel de la 26ème édition du Festival.

    Thomas GilouAprès des études de cinéma et d'arts plastiques, Thomas Gilou entre dans le milieu du cinéma d'abord comme photographe, puis comme opérateur ou assistant scénariste. Il est le premier assistant de Raoul Ruiz pour L'Eveillé du pont de l'Alma en 1985.

    En 1979, il passe à la réalisation avec un premier court métrage sur une bande de rockers parisiens, General Lee et ses Teddy Boys, avant de faire sensation en décrochant en 1984 une nomination aux César pour le très remarqué La Combine de la girafe. Son premier long métrage, une plongée dans la communauté noire de Paris, confirme les bonnes dispositions de Thomas Gilou. Black Mic-Mac est un grand succès en salles.

    Et pourtant, il faut attendre presque dix ans avant de revoir Thomas Gilou derrière une caméra. Son film sur les jeunes des cités en galère, Raï en 1994, n'attire pas autant l'attention, malgré un propos sans complaisance. C'est en 1997 que le réalisateur retrouve le chemin du succès. Totalement inattendu, la comédie sur les juifs du Sentier La Vérité si je mens est l'un des plus gros cartons de l'année. Un raz-de-marée bientôt confirmé par Thomas Gilou avec une suite quatre ans plus tard, après une parenthèse avec Chili con carne.

    Thomas Gilou réunit en 2007 le couple Gérard Depardieu et Nathalie Baye devant son objectif pour Michou d'Auber, confirmant par la même son statut de cinéaste du déracinement et du dialogue entre communautés. Pour suivre la voie de la solidarité, le réalisateur signe en 2009 Victor dans lequel Pierre Richard est adopté pour éviter une expulsion.

    http://www.fifa-mons.be/

  • Michael Jackson ....


    jacko Tussauds of germany(Tussaud's In Germany)
    Depuis deux jours, la dernière photo de Michael Jackson circule sur le net. Le site TMZ a été le premier sur le coup...Quoique je n'aime pas cette expression, relayé peu par tous les médias.

    Fallait-il publier? Ne fallait-il pas pour laisser aux millions de fans, une image clean de la popstar? Je ne sais pas....

    Alors, je fais un compromis à la belge. Elle est visible que si vous cliquez sur le lien.

    Voyez cette photo sur le site d'Entertainment Tonight:

  • Nicole Kidman fera revivre une Icône "Dusty Springfield"

    actu cinema,cine,cinema,nicole kidman,pet shop boys,musique,in private,son of a preacher man,dusty sprinfield,the beatles,the rolling stones,swinging london,soul,blog,blog de mich,news,info,infos cine,nouveaute,tournage,2008,actu,actu cineactu cinema,cine,cinema,nicole kidman,pet shop boys,musique,in private,son of a preacher man,dusty sprinfield,the beatles,the rolling stones,swinging london,soul,blog,blog de mich,news,info,infos cine,nouveaute,tournage,2008,actu,actu cineKiddie, la belle australienne va incarner la reine de la soul-pop des années 60/70, Dusty Springfield, dans un biopic sur cette fabuleuse chanteuse. Le scénario sera écrit par  Michael Cunningham, déjà auteur de "THe Hours" avec laquelle Nicole Kidman a remporté un Oscar. Ce sera une chronique sur l'ascension vers la gloire au début des années 60, jusqu'à ses addicts aux alcools, en passant par la drogue, jusqu'à ses troubles mentaux, et son décès d'un cancer du sein en 1999. Contemporaine des Beatles et des Rolling Stones, Dusty Sprinfield était appellée .."Blue eyes soul lady"

    Elle fut une très grande artiste dont on disait "no One knows what to do with her" en référence à l'un des ses plus gros succès "I just dont know what to do with myself.  Pour sa bio complète, un clic sue le lien. Très complèt!

    http://jdsallaberry.free.fr/soulmen/soulpage/dusty.htm


    un medley bien trop court pour les fans (dont je fais partie) et ceux qui ne la connaissent pas

     
    la chanson qui l'illustre ce clip çi à été jouée lors de ses funérailles. Emouvant! http://youtu.be/CtEJ2hO-FF0
     
     
    En guise d'ultime hommage, voici la vidéo de son dernier succès, produit par les Pet Shop Boys "In private", et là je parie que cela fera tinter une petite cloche chez certains....Ce Titre est archi connu.
     
     
     
  • Night at the Museum 2. Du solide au Box-Office

    A Night at The Museum 2 , de Shawn Levy. On reprends les mêmes ou presque et on recommence. Never change a winning team qu'on dit. Et cette suite à de la gueule. Le sequel Night At The Museum 2 fait une entrée tonitruante au box-office américain. Au week-end, le film familial enregistrait des rentrées de plus de 50 m de $...en se plaçant tou juste derrière "Anges et démons" , lequel film garde encore la première place avec des bénéfices de l'ordre de 60.4 m de $. Mais pour combien de temps encore?  Les films familiaux ont depuis des années, toujours eu la côte, et à chaque sortie d'un film destiné au grand public, il n'a aucune difficulté à battre les grosses productions aux multiples effets spéciaux. Projeté dans 8.000 salles (oups) de la planète, Night At The Museum- Battle of the Smithsonian" le film au casting à tiroir à récolté exactement 53.4 m de $.,réunit le casting original et une apparition-caméo d'Alain Chabat en prime, dans de nouvelles aventures hilarantes sous la direction de Shawn Levy. Il  classe d'emblée en pôle position tant en France qu'en Angleterre, Russie, Brésil et Australie...et en Belgique!.

    Le premier volet sorti à Noël 2006 avait enregistré 323 m de $ sur les marchés internationaux....Bref, en un mot comme en cent......les films familiaux auront toujours la côte. En sachant qu'avant juillet prochain, aucun autre film de ce type ne sera programmé, on peut dès lors s'attendre à un très bon et long parcours pour Ben Stiller et sa cliques de déjantés de la nuit!

    Quant à Angels and Demons, il aura vite fait son temps. Après un très bon succès de curiosité, le dernier Ron Howard, devrait tout doucement rentrer dans les rangs. D'autant que quelques grosses pointures s'annonçent et devraient déboulonner le thriller "vaticanesque"!!!!i Il ne m'étonnerait de le retrouver dans le ventre mou du box-office dans quelques jours.

    musée 7

    Dans ce sequel, on imagine le grand chaos que va provoquer le transport de tous personnages du plus grand Musée du monde fermé pour rénovations, vers le "Smithsonian Institute" et la tête de Ben Stiller chargé de voir que tout ce passe bien, et que tous les plus grands personnages  décident de n'en faire qu'à leur tête!

    night at the museum first

     


    musée chabat

     

    musée one

     

    Photos 20Th Century Fox. Sources dossiers pros persos

     

     

     

     

  • Cannes à Christopher Waltz. Un bâtard heureux!


    cannes,inglorious basterds,tanratino,christopher weitz,clip,actualite,actualite cinema,qactualite,actualite cinema,cine,cinema,cine,cinema,news,info,photo,image,allemagne,blog,blog de michC'est le comédien Christopher Waltz qui a remporté le prix du Meilleur acteur à Cannes pour son interprètation du vilain dans Inglorious Basterds de Quentin Tarantino. Et comme le disait Hitchcock, "quand le vilain est bon, le film est bon" Et puis, dites-moi, que feraient les polciers s'il n'y avait pas les mauvais, sans les vilains, les polars, thrillers et les comics seraient bien plats.

    Personnellement, je trouve que si Brad Pitt est le grand nom au générique des Batards, c'est quand même Weitz qui tient le film à bouts de bras, et cette récompense est amplement méritée.

     

     

     

     

  • N.York. Crash pendant un tournage!

     ny post crashLes clips du tournage de "The Sorcener Apprentice" avec Nicolas Cage sont de mauvaise qualité, mais l'accident pour spectaculaire qu'il soit, amène quand même des interrogations. La première, pourquoi prendre des risques sur une chaussée détrempée,  et ensuite, pourquoi cette scène au demeurant fort dangereuse en pleine circulation new yorkaise à-t-elle été filmée sans mettre en place un cordon de sécurité.   Soit, à l'angle de la 7ème et la 42ème ils ont du avoir chaud dans ce resto italien, lorsque le dessert à été apporté, car on ne peut vraiment pas dire que cet accident soit la cerise sur le gâteau...

     

    Le premier clip montre l'accident de face, et les dégâts. Remarquez le gars à terre à gauche dont personne ne s'occupe dans un premier temps...Le second clip est divisé  en deux parties. La première explique comment la scène a été filmée une première fois. Ennuyeuse comme le commentaire inséré. La deuxième montre le crash et la vitrine de derrière et le resto du coin....Et dire qu'il y a quelques années, Remi Julienne, le cascadeur hors pair français avait été mis en examen pour le décès d'un caméraman lors du tournage de Taxi 2 en 1999.

  • Watchmen énorme avant-première sur la Tamise!

    theater_watchAvant-première à Londres de Watchmen. Du grand spectacle sur la Tamise, devant le Shell Building à hauteur du Victoria Embankment et de la grande roue. Un son et lumière très réussi pour une évènement exceptionnel.uk watchmen eight

    uk watchmen six

    uk watchmen event twouk watchmen seven
    Pour voir les 53 secondes du spectacle, un clic sur :

    http://www.image.net/xads/actions/layout/preview.do?asset=122158567&fromPage=product

    Crédits photos et clip Image.net et Jo Hale pour Paramount Pictures.

     

  • Passchendale en DVD

     

    passchendaele two
    Tous ceux qui ont été confrontés aux horreurs des tranchées lors de la première guerre mondiale, se sont longtemps souvenus des classiques du genre qui ont depuis fait école "All Quiet On The Western Front" (A L'Ouest rien de nouveau) et   Paths Of Glory. (Les sentiers de la Gloire, le superbe film de Stanley Kubrick, longtemps interdit de sortie....Passchendaele, l'ambitieux film de Paul Gross  n'essaye pas de complèter la série. Au contraire, le scénariste-réalisateur-producteur, a choisi de se concentrer sur le style Ernest Hemingway, cad  "l'Amour et la guerre"....Son film démontre en quelques coups de "pinceau, et sans concessions aucune, toute la palette d'émotions que l'on peut ressentir avant de se retrouver plongé dans le bain de l'énorme chaos des champs de batailles....Passchendaele a le sentimentalisme de Saving Private Ryan de Spielberg, "assaisonné de c....Présenté comme la production canadienne le plus chère,  Passchendaele  devrait émouvoir le patriotisme national, lors de sa programmation à Toronto...et Gross en échange, en retirer de gros bénéfices. Cependant, du point de vue international, n'ayant aucun nom connu au générique, sera je pense, un frein énorme pour être bien perçu Outre-Atlantique...En clair Passchendaele c'est la couverture de l'une des batailles les plus importantes de la Grande guerre.

    passchendaele three
    Mini-synopsis: le sergent  Michael Dunne (Paul Gross) blessé au front à Calgary, revient au Canada en état de choc. De retour chez lui, il est assigné à la guidance des nouvelles recrues en partance pour le front... Il est attiré par l'angélique infirmière  Sarah (De Havernas), droguée à la morphine depuis sa naissance...(ah .  La charnière du film dépeint une romance qui s'épanouit façon images d'épinal, avant d'être rejointe par la triste réalité des hommes au front.)  Le jeune frère de sarah David (Dinicol) souffre d'asthme et sa condition le décharge de toutes obligations militaire envers son pays...Cependant, afin de pouvoir quand même servir sa patrie, il va utiliser un faux certificat médical pour pouvoir s'inscrire sur les listes d'enrôlements...Michael va dès lors le suivre et le protéger...Les deux hommes comme de nombreux canadiens, vont batailler à Ypres (Belgique) et se retrouver sur le front dit "Passechendaele" une bataille contre des impossibles forces et qui fit de nombreuses victimes: 600,000 dans les deux camps. Passchandeale est orchestré de façon délicate, avec une petite touche de romantisme, afin d'arracher quelques larmes aux spectateurs...Amours impossibles, actes nobles, actions héroïques. Tout y est pour faire fondre le public. Il y a même comme une séquence d'amour en slow-motion sur fond de ballade romantique façon Dion.. Mais, petit bémol;  si les capacités de réalisateur sont indéniables, surtout dans la scène finale de 25 minutes, où tout les ingrédients pour prendre la vie sonts présents, baïonnette, couteaux, grenades,  une plus grande retenue aurait certes mieux servi l'histoire. Avec un budget tournant autour de 20 millions $, on dit que «Passchendaele» est le film le plus coûteux à avoir été produit au pays par des intérêts entièrement canadiens. Cette somme est très modeste si on la compare aux budgets des grands drames de guerre hollywoodiens.  Les scènes de bataille sensées se dérouler en France et en Belgique furent tournées en Alberta, comme le reste du film d'ailleurs.  Gross ne se gêne pas pour montrer certaines horreurs de la guerre. Tout l'attirail des images choc sont au rendez-vous, le sang est partout...l'Hémoglobine coule à flots, au travers des bras et jambes arrachés.
    Parlant de ce jeune, David, joué par Joe Dinicol, il n'est pas très convaincant. Caroline Dhavernas se débrouille bien même si elle ne joue pas le plus grand rôle du siècle. On a déjà vu ces infirmières amoureuses de soldat. Cette fois, Gross a cependant voulu lui donner un peu de piquant en la rendant accro à la morphine, une façon pour elle de fuir sa dure réalité quotidienne. Conclusion: Passchendaele n'est pas vraiment le film qui marquera les adeptes du genre, les romantiques déploreront les trop longues scènes de batailles façon gore, et les fans des grandes guerres, les scènes romantique enveloppées de guimauve...Bref, une cote entre les deux 6/10 quand même pour le grand spectacle

    Site officiel
    Saviez-vous qu'il existe un Musée Passchendaele en Belgique.
    Un clic ici suffit pour y entrer: http://www.passchendaele.be/eng/homeEN.html
    Et enfin, une bande-annonce avec des extraits de réal footage, et une belle musique.

    Paul Gross né au Canada (Alberta) a écrit le scénario en se basant sur les histoires qu'ils a entendues de la bouche même de son grand'père Michale Dunne. Il en est le producteur et le réalisateur, et tourné en Alberta, inclus une grande praire dans la Réserve Tsuu Tina First national Reserve, à côté de Calgary..Dans Pachendaele, il incarne un soldat Canadien survivant mais blessé, lors de la bataille de Ridge en France, qui rentre en Alberta, mais qui rejoint peu après le 10ème Bataillon de l'Armée canadienne lors de la bataille historique de Passchendaele en Belgique. 

     

  • Frestival du Film d'Amour de Mons. Programme;

    banniere
    Troubles et subversions dans le cinéma européen
     », voilà le thème de la rétrospective présentée lors de la 25ème édition du FIFA.

    mockyUn débat publique en présence de Brigitte Lahaie, Jean-Pierre Mocky, Andrzej Zulawsli, Jan Bucquoy, Thierry Zeno, et Jean-François Davy se tiendra ce samedi 14 février dès 15h30 dans la salle de conférence du Ciné-Village du FIFA au Lotto Mons Expo. La soirée d'ouverture de cette rétrospective aura lieu le soir même dès 20h30 au cinéma Plaza Art avec la diffusion de L'OMBRE D'UNE CHANCE de Jean-Pierre Mocky et de POSSESSION de Andrzej Zulawski en présence des réalisateurs.Du 13 au 20 février 2009, le Festival International du Film d'Amour de Mons propose une sélection de films européens sulfureux, scandaleux et parfois même censurés à l'époque de leurs sorties en salles. Oeuvres méconnues ou faisant partie intégrante de l'histoire du 7ème Art, ces morceaux de cinéma ont comme point commun de ne jamais laisser le spectateur indifférent. Parmi la dizaine de films à (re)découvrir sur grand écran et en version originale sous-titrée au cinéma Plaza Art :

    pasoliniSALO O LE CENTOVANI GIORNATE DI SODOMA de Pier Paolo Pasolini / Italie

    MARTHA de Rainer Warner Fassbinder / Allemagne

    PEEPING TOM de Michael Powell / GB

    TURKISH DELIGHT de Paul Verhoeven / Pays-Bas

    CAMPING COSMOS de Jan Bucquoy / Belgique

    POSSESSION de Andrzej Zulawski / Allemagne

    CINQ ET LA PEAU de Pierre Risient/France/Philippines

     VASE DE NOCES de Thierry Zéno / Belgique

     L'OMBRE D'UNE CHANCE de Jean-Pierre Mocky / France

     LES HEROINES DU MAL de Walerian Borowczyk / France

    Sources dossiers pros persos. Accréditation festival!

  • Vendredi 13

    Friday

    Friday the 13th

    Genre : Epouvante-horreur
    Réalisé par :
    Marcus Nispel
    Avec entre autres :
    Jared Padalecki, Derek Mears, Amanda Righetti

    Un groupe d'adolescents découvre le camp de Crystal Lake, en même temps que le terrifiant Jason Voorhees, et ses intentions meurtrières.
     Encore un de ces remakes qui ira tout droit au mur. Histoire trop stéréotypée. Clichés visibles longtemps à l'avance, banalité du récit, et à ce remake raté s'ajoute ce qui est plus grâve, et ce qui faisait tout l'attraît du premier, l'absence de sens. Navrant! Bref, un film frappadingue, lourdingue, et je ne suis pas la seule à penser cela..  Passez votre chemin, il y a plein d'autres films à voir...

    Genre : Epouvante-horreur
    Réalisé par :
    Marcus Nispel
    Avec entre autres :
    Jared Padalecki, Derek Mears, Amanda Righetti

  • Yes Man, sortie belge 31/12

     



    yesCarl Allen (Carrey), un homme qui suit un programme spécial basé sur un principe tout simple...dire Oui à tout, y compris faire un bungie Jump, du pont Arroyo Seco dans l'état de Pasadena. Au départ, tout va bien, et sa vie est litérallement transformée, mais peu à peu, Carl va découvrir que cette façon différente de vivre a aussi ses revers de la médaille.

     

     

     

     

    aim_2009aim_jimAvec encore Zooey Deschanel, Bradley Cooper, Rhys Darby, John Michael Higgins, Danny Masterson, et Terence Stamp.

    yes man eleven

    Précédents billets sur Yes-Man un clic sur : http://mich-silence-on-tourne.skynetblogs.be/tag/1/Yes%20Man

     Sitehttp://yesisthenewno.warnerbros.com

  • Le Congrès de Futurologie. L'Après Waltz with Bashir pour Folman.

    le congres de futurologie
    Le metteur en scène israélien Ari Folman, le réalisateur israélien du formidable documentaire "Waltz With Bashir" va commencer le tournage de son deuxième opus. Le Congrès de Futurologie insérera des séquences animées dans les prises de vues réelles. Histoire sans doute de ne pas perdre la main dans un genre qui a fait son succès?  Le film sera une adaptation du roman teinté humour noir, de Stanislaw Lem, également auteur de Solaris, qui raconte comment un futurologu se réveille en l'an 2039, après avoir utilisé des hallucinogènes. (enfin c'est ce qu'il croit!)

                                  Bashir
     

  • Les pires films 2008 par Le New-York Post


    Comme chaque fois en décembre, quelques médias dressent le bilan des pires films de l'année écoulée. Le New-York Post a ouvert la voie, mais il faut y voir que des films américains...Ah bon!

    guruA la première place "The Love Gourou", dont j'avais déjà signalé le vilain poster dans ces colonnes. Plus vilain poster, plus mauvais film. je ne voudrais pas être à la place des producteurs. A la deuxième place, et cela ne surprendra personne "The Hottie and the Nottie" avec la très people, mais rien que cela  "Paris Hilton..mad moneySur la troisième marche, Queen Latifah-Katie Holmes-Diane Keaton pour un mauvais recyclage du $ dans "Mad Money"
    On reste dans l'argent, avec celui que l'on peut "facilement" gagner en allant au casino,  cependant "Jackpot"  et Cameron Diaz n'a pas séduit grand' monde. Un saut dans la préhistoire mal négocié pour "10.000" le film aux milliers d'invraisemblances...à la cinquième place. Quant à Mathieu Kazovitz, son parcours US est un vrai fiasco avec "Babylon A.D." Je passe un coup de brushing sur la septième place "Rien que pour vos cheveux" en voilà un titre! En vrac, en huit, Sly ne fait décidémment plus recette, et John Rambo se plante magistralement. Faut-il y voir la raison du refus de Van Damme de jouer dans "The expendable" le prochain Stallone? "

    bhc_3Witless protection" et Beverly Hills Chihuahua ferment le classement.

     

  • TomCat dans un remake du DERNIER TANGO A PARIS?

    Selon certains tabloïds Anglais, Tom Cruise envisage de tourner avec Katie Holmes dans un film sexy et hot tout en étant accessible au public..., en faisant référence à "Basic Instinct" qui d'après Tom est un bon film, avec un bon scénario et quelques intenses scènes de sex...Il n'en faut pas plus pour que la rumeur s'emballe, et que certains avançent  "Le Dernier tango à Paris" de Bernardo Bertoluci avec Marlon Brando et Marie Schneider. C'est en tout cas ce qu'affirme le site www.filmjunk.com tout en signalant à la fin de son article qu'il n'y croit pas très fort. Alors une petite question, les cinéphiles ont-t'il vraiment envie de voir TomCat s'envoyer en l'air? Bien sûr, il y a un précédent avec Kidman et "Eyes Wide Shut" de Stankey Kubrick, mais il faut voir là justement la justification de la lente descente aux enfers de Tom Cruise, même si les critiques de l'époque avaient salué ce film. Entretemps, on apprends que Tom, afin de rebooster sa carrière, envisage de prendre ses distances par rapport à Katie Holmes. Ben oui, et pourquoi pas, parce que ce n'est pas avec Valkyria, et après les très mauvaises critique lors du test-screening tenu le mois dernier, que Tom va remonter la pente. sans oublier l'apparition caméo dans "Tropic Thunder" méconnaissable.cruise tropic thunder cameo

    Certaines Sources NOW Magazine  

     

  • Britney Spears "Tackle" la Star Ac' à Berlin!

    Hier se sont déroulés à Berlin, les Bambi Awards. Cérémonie qui récompense les peoples de l'année en divertissement, littérature et sport en Allemagne Si on notait des awards pour Keanu Reeves, également présent sur la plateau de Cauet le soir même (enregistré)  et Meg Ryan qui a reçu un Bambi Spécial pour l'ensemble de sa carrière, et qui a profité de cette vitrine pour annoncer qu'elle arrête de tourner, la prestation la plus remarquée fut celle de Bri-Bri, élue  People de l'année, qui devant un public guindé  a présenté son nouveau tube "Womanizer" Même si on la sent un peu anxieuse, voyez son regard à la fin, il est certain qu'avec sa tournée de promotion en guise de rodage, ce titre est parti pour devenir un megahit. Britney Spears sortie des Abysses, enfin! Et dire que ce soir à la Star Ac' les organisateurs pensaient tenir un gros morçeau. Britney en parfaite femme d'affaire, sait comment s'y prendre pour mettre sur pied un grande campagne de promotion en peu de temps, histoire de garder "les plats" au chaud. Après Berlin hier, la France aujourd'hui, demain, c'est en Angleterre qu'elle ira présenter son titre. Et gageons que ces deux publics seront un rien plus réceptif que celui en "Tuxedo-Cravatte" d'hier-soir.

     britney-bambi

  • Diagonale Week-end Cinéma 2 euros chaque film en Belgique.

     diagLes 29 et 30 novembre s'annonce comme un super bon week-end pour tous les amateurs de bons films en Belgique. Le cinéma d'Art et D'Essai est mis à l'honneur, et les salles mebres du réseau proposeront de nombreuses séances à 2 Euros dans toute la Belgique.  L'objectif du Réseau Diagonale, créé il y a 5 ans,  est de promouvoir le cinéma d'Art et d'Essai en tant que cinéma de qualité avant tout, et non comme un cinéma réputé difficile et peu accessible. Cette fète du 7 e art a pour but d'attirer le plus grand nombre, tous publics confondus.

    Des avant-premières

    youngCasa Calmos - Coquelicots - Je veux Vivre - Le Banquet - Le chant des mariées - Le Piège américain -  Sel de la Mer - Les Grandes Personnes - Stella - The Song of Sparrow - The Visitor - Two-legged Horse - Young@atheart.

    mesrine2Mais encore  Waltz with Bashir, les Chimpanzés de l'Espace, Home, W, The Changeling, Quatuof Solace, Vicky Cristina Barcelona, Entre les Murs, Séraphine. Mesrine 2, Annie Hall, Baby Doll, Body of Lies, Douze hommes en colère.

    Une rétrospective Sam Peckinpah: Pat Garett et Billy The Kid - The Killer Elite - The Wild Bunch.

    Des séances enfants : La Famille Suricate - Le Bonhomme de neige - Les 3 Brigands - Mèche blanche, le petit castor.

    Où? Bruxelles Actor's - Arenberg - Flagey - Nova - Vendôme.

    16 Petite Rue des Bouchers 1000 Bruxelles

    Liège Le Parc - Churchill - Sauvenière   Mons. Plaza-Art - Namur Cameo 2

    Programme complèt sur :