info theatre

  • Le Mime Marceau est Mort. BIP n'est plus!

     

     marceau

    Marcel Marceau dit "Le Mime Marceau" est décédé à l'âge de 83 ans, ont annoncé ses deux enfants dimanche matin. Après avoir fréquenté l'école Des Arts de Limoges, il devint l'élève de Charles Dullin et d'Etienne Deroux, qui établit la "grammaire" de l'art du mime, qu'il appelait "Statuiare mobile"  Son art consistait à donner forme à ses pensées tragiques au travers de gestes. Il appelait cela "Mimodrame" "La parole n'est pas nécessaire pour exprimer ce qu'on a sur le coeur". Il crée le personnage de bip, être sensible et poètique, inspiré de Charlie Chaplin, qui lui permet d'exprimer la vie de la société moderne, et de mettre en lumière leur coté tragique. Sources Afp.

    Naissance de Bip

    La guerre s’achève en avril 1945. Mobilisé encore un an, Marcel Marceau va ensuite intégrer la compagnie de Jean-Louis Barrault et Madeleine Renault. Il y interprète Arlequin, le pantomime Baptiste, "que Barrault avait popularisé dans les Enfants du paradis", le long métrage de Marcel Carné.  Le 22 mars 1947, jour du 24e anniversaire de l’artiste, sortira de l’ombre des coulisses un drôle de personnage, Pierrot lunaire, "hurluberlu blafard" à l’œil charbonneux et à la bouche déchirée d’un trait rouge, un drôle de haut-de-forme sur la tête, avec une fleur rouge tremblotante en guise de panache : BIP était né.  "J’ai mis le maquillage blanc, en souvenir du Pierrot, le mime blanc du 19e siècle." C'est ainsi qu’il a recréé un art nouveau d’un art ancien, à l'aide de la grammaire de Decroux.
    "Le secret, dit-il, c'est le poids de l'âme. Dans la salle, il se crée une sorte d'hypnose: je m'identifie au public et le public s'identifie à moi." Rien ne lui échappe : de Charlie Chaplin à la guerre en Irak, de sa carrière à sa vie, il exprime tout à travers "BIP".
    Ce pantomime au langage universel, qui peut communiquer aussi bien avec un Papou qu'un Japonais par un geste, un regard, parle rarement mais quand il le fait, il ne dit pas n'importe quoi, comme au cours d'une récente tournée américaine où il s'est exprimé sur la paix et la nécessité pour les nouvelles générations de trouver d'autres solutions que la guerre.
    Son génie et son talent révèlent un sens aigu de l'observation. Il sait brosser le tableau de l'humanité dans ses moindres détails, il donne à son art une dimension poétique intemporelle, et garde toujours, même quand il aborde des sujets graves, cet espoir et cette foi en la vie qui imprègent ses sketches. sources Judaïsme.sdw.fr/perso/