john goodman

  • Tous les Prix engrangés par The Artist

    artist logo.jpg

    Lu dans la presse aujourd'hui

    C'est l'information qui tourne depuis hier sur la Toile : Le film "The Artist", sorti en 2011, serait un plagiat ! Dans ce long métrage, on découvrait l'histoire d'un couple muet en noir et blanc joué par un Jean Dujardin au sommet de son art et une Bérénice Bejo totalement inattendue. Ce film a été un tremplin pour l'acteur français qui a vu sa carrière décoller aux Etats-Unis, on l'a même vu récemment auprès du beau George Clooney et du culte Bill Murray dans " Monument men". Quant à Bérénice, on l'a remarqué dernièrement au bras de Robert Pat tinson. Cependant, il semblerait que ce soit elle la fautive au départ...la suite ici : http://www.puretrend.com/article/-the-artist-le-film-accuse-de-plagiat_a91484/1

    Christian Valdenaire, le plaignant va t'il vouloir une part  du gâteau.? Car si l'on revient sur  

    sur l'extraordinaire parcours du film de Michael Hazavanicius, on reste stupéfait par tant de prix!

     

    Ecrit et publié le 28 février 2012

    J'espère n'avoir rien oublié. Mais franchement, il y a de quoi avoir le tournis à la lecture d'un tel palmarès...Et dire qu'en France...bah.....on s'en fout...le film est magnifique.

    Petit bémol....rien pour les superbes seconds rôles, James Cromwell et John Goodman!!

     

    the artist,jean dujardin,oscas,césars,baftas,sag,directors guild awards,usa,united states,bérénice béo,michel hazavanicius,actualité,actualité cinéma,ciné,cinéma,insolite,uggie,john goodman,douglas fairbanks,james cromwell..

    juju.jpgFestival de Cannes

    • Prix d'interprétation masculine au Festival de Cannes 2011 pour Jean Dujardin
    • Palme dog pour le chien Uggy au Festival de Cannes 2011

     

    2012

    • Prix Lumière du meilleur film
    • Prix Lumière de la meilleure actrice pour Bérénice Bejo
    • Directors Guild of America Award du meilleur réalisateur pour Michel Hazanavicius
    • Producers Guild Award du meilleur film pour Thomas Langmann
    • Screen Actors Guild Award du meilleur acteur dans un premier rôle pour Jean Dujardin

    AACTA (Australian Academy of Cinema and Television Awards)

    • AACTA du meilleur film
    • AACTA du meilleur réalisateur pour Michel Hazanavicius
    • AACTA du meilleur acteur pour Jean Dujardin


    actor.jpgGolden globes

    • Golden Globe du meilleur film musical ou comédie
    • Golden Globe du meilleur acteur dans un film musical ou une comédie pour Jean Dujardin
    • Golden Globe de la meilleure musique de film pour Ludovic Bource
    • Critics Choice Awards 2012 du meilleur film
    • Grand Prix de l'Union de la critique du cinéma
    • Deux Spotlight Awards au Hollywood Film Festival pour Jean Dujardin et Bérénice Bejo
    • Audience Award en tant que Best Narrative Feature au Festival international du film des Hamptons pour Michel Hazanavicius
    • Prix du meilleur film et du meilleur réalisateur pour Michel Hazanavicius aux New York Film Critics Circle
    • Washington D.C. Area Film Critics Association : Meilleur film, meilleure musique,
    • Prix du cinéma européen : meilleure musique de film, Meilleur acteur,  meilleur photographie,
    • La Vegas Films critics: Meilleur film, meilleur acteur, meilleur réalisateur, meilleure musique, Meilleur direction artistique, meilleurs costumes.
    • Houston Films critics ;  meilleure musique 
    • Boston film Critics,  meilleure musique.
    • Florida Films Critics: meilleur scénario original
    • Phoenix Festival  Tous les prix..cad 11 au total, mais un nouveau Breakthrough caméra à Michel Hazavanicius.....
    • Hollywood Foreign Press association: Meilleur film, meilleur acteur, meilleure musique ,

           Etoiles d'Or du Cinéma Français: Meilleur film, meilleur acteur, meilleure musique, meilleure musique,  meilleure actrice, meilleur scénario, meilleur montage, meilleurs costumes, photographie...

    • Film de l'année 2011 par le Time Magazine
    • Neuf Prix aux Phoenix Film Critics Society Awards dont ceux de meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur acteur, meilleure actrice dans un second rôle et meilleur scenario original.
    • Hollywood film festival deux prix Jean Duardin et Bérénice Béjo
    • Union de la Critique du cinéma..The Artist
    • Detroit films Critics society Meilleur film, meilleur réalisateur.
    • London Films critics, meilleur réalisateur, meilleur acteur

    the artist,jean dujardin,oscas,césars,baftas,sag,directors guild awards,usa,united states,bérénice béo,michel hazavanicius,actualité,actualité cinéma,ciné,cinéma,insolite,uggie,john goodman,douglas fairbanks,james cromwell..Cesars; Meilleur film meilleur réalisateur,, meilleure actrice Bérénice Béo, meilleur décor, meilleure musique, photographie,

    uggie1.jpgGolden Collar Awards; Premier prix pour Uggie.

    Baftas:

     Meilleur Film, Meilleur Acteur et Meilleur réalisateur , Meilleur scénario, Meilleure musique, Meilleure cinéatographie, et enfin Meilleurs costumes. Carton plein.

    Indie Spirit Awards

    Meilleur film, meilleur réalisateur, Meilleur acteur et Meilleure photo (Guillaume Shiffman).

    424241_3349987945764_1150824365_3422072_907148610_n.jpgOscars

     Meilleur film,  Meilleur ralisateur, Meilleur acteur, meilleure musique et Meilleur Costume

     

    Et enfin : Meilleur film désigné par tous les critiques américains ( 100%)oeuvrant sur le net et dans les médias.

    In finé, voici la lettre qu'a adressé la petite fille de Douglas Fairbanks à Jean Duardin, lequel a renvoyé l'ascenseur dans son acceptance speech.

    Cher M. Dujardin,
    Je voulais juste vous envoyer ce petit message pour vous remercier pour ce magnifique film, The Artist. Pas seulement parce qu'il est brillant, mais aussi parce que, d'un point de vue plus personnel, j'ai cru reconnaître en vous mon grand-père, Douglas Fairbanks Sr.
    Ce fût une expérience extraordinaire et complètement surréaliste. Je ne sais pas quelle influence il a eu sur votre interprétation, mais j'ai vraiment eu l'impression que vous aviez redonné vie à son esprit vif, à sa "joie de vivre"
    (ndlr : en français dans le texte) et à cet aspect de sa personnalité qui me laissent toujours entre le rire et les larmes quand je revois ses films.
    Il avait compris comment provoquer des émotions sincères et vous faites la même chose. Hélas, il est mort sept ans avant ma naissance, mais j'ai toujours ressenti un lien particulier avec lui. Plus encore qu'avec mon propre père.
    Je ne suis plus toute jeune, mais j'ai envoyé mes enfants et mes petits enfants voir votre film. Eux aussi l'ont aimé, pour les mêmes raisons ! C'est pourquoi, pour conclure, je voulais vous dire un grand merci pour nous avoir touché au cœur de cette manière. Je vous souhaite plein de belles choses pour votre avenir et vous remercie d'avoir apporté cette magie au monde entier. Et en ce qui me concerne, quelque chose de plus personnel et de profondément émouvant.

    Melissa Fairbanks
    London, England

     

     

  • ARGO futur Oscarisé??

    politique,sag,pga,actualité cinéma,ciné,cinéma,usa,téhéran,six production,ben affleck,john goodman,alan arkin,otages,insolite,sagAffleck_PGA.jpgTout semble l'indiquer. Le film de Ben Affleck produit par George Clooney rafle tout ce qu'il y a à rafler depuis la fin 2012. Après les Golden Globes, les PGA (Producers) ce sont les SAG (screen actors guild) qui ont décerné l'Award du Meilleur film à Argo, qui relate la mise sur pied d'une mission complètement rocambolesque, afin de libérer une poignée de rescapés de l'invasion de l'Amabassade Us à Téhéran en 1979, et qui quoique réfugiés à  l'ambassade du Canada, n'en étaient pas moins convaincus que, tôt ou tard, ils seraient débusqués et assassinés..... L'un des plus fins limiers de l'exfiltration et faussaire de génie, avait réussi à convaincre un ami à Hollywood de créer une société de production et d'envoyer une équipe de 6 personnes, exactement le même nombre que les américains sur place, sensés réaliser un film dans la région.....Munis de tous les faux visas et autorisations, la mission fut une réussite totale. Et quoiqu'elle dut rester secrète (jusqu'il y a peu) la fausse société de production Six Prod, qui n'a existé que l'instant de la mission reçu par la suite une demande Steven Spielberg himself....même le grand réalisateur y a cru!

    Argo a également remporté le Prix du meilleur casting d'ensemble....Mérité, tant John Goodman et surtout Alan Arkin sont exceptionnels eux aussi...Sans oublier de mentionner les autres....dans la peau des américains...Plus vrais que nature..

    politique,sag,pga,actualité cinéma,ciné,cinéma,usa,téhéran,six production,ben affleck,john goodman,alan arkin,otages,insolite,sag

    Outstanding Performance by a Cast in a Motion Picture
    ARGO (Warner Bros. Pictures)
    BEN AFFLECK / Tony Mendez
    ALAN ARKIN / Lester Siegel
    KERRY BISHÉ / Kathy Stafford
    KYLE CHANDLER / Hamilton Jordan
    RORY COCHRANE / Lee Schatz
    BRYAN CRANSTON / Jack O’Donnell
    CHRISTOPHER DENHAM / Mark Lijek
    TATE DONOVAN / Bob Anders
    CLEA DUVALL / Cora Lijek
    VICTOR GARBER / Ken Taylor
    JOHN GOODMAN / John Chambers
    SCOOT McNAIRY / Joe Stafford
    CHRIS MESSINA / Malinov

    La suite du palmarès:

    Daniel Day-Lewis Meilleur acteur Lincoln

    politique,sag,pga,actualité cinéma,ciné,cinéma,usa,téhéran,six production,ben affleck,john goodman,alan arkin,otages,insolite,sagpolitique,sag,pga,actualité cinéma,ciné,cinéma,usa,téhéran,six production,ben affleck,john goodman,alan arkin,otages,insolite,sagJennifer Lawrence Meilleur actrice Silver Linings Playbook

    Meilleur second rôle M. Tommy Lee Jones Lincoln

    Meilleur second rôle F. Anne Hathaway Les Misérables

    Stunt ensemble Skyfall

    Télévision

    Movie or miniseries M. Kevin Costner Hatfields and McCoys

                                      F. Julianne Moore Game Change

    Actor in a drama series Bryan Cranston Breaking Bad

    Actress in a drama serie  Claires Danes Homeland

    Actor in a comedy series  Alec baldwin 30 Rocks

     

    politique,sag,pga,actualité cinéma,ciné,cinéma,usa,téhéran,six production,ben affleck,john goodman,alan arkin,otages,insolite,sag

  • Argo de Ben Affleck Meilleur film pour les Producteurs USa. Sous la loupe!

    ar go.jpg La PGA, autrement dit, la guilde des producteurs américains à remis le Prix du meilleur film à  "Argo" de Ben Affleck...lequel dévançe des poids-lourds tels que Lincoln et Zero dark Thirty.....Pour rappel, la PGA ne décerne ses prix qu'aux seuls films, car les membres ne produisent jamais des comédiens . Pour Ben, c'est un carton plein avec un Golden Globe et un Critics Choice Awards. Argo va-t'il damner le pion aux  grands favoris que sont Lincoln, Zero Dark Thirty et Silver linings Playbook aux Oscars???

    Le 4 Novembre 1979, au summum de la révolution iranienne, des militants envahissent l'ambassade américaine de Téhéran, et prennent 52 Américains en otage. Mais au milieu du chaos, six américains réussissent à s'échapper et à se réfugier au domicile de l'ambassadeur canadien. Sachant qu'ils seront inévitablement découverts et tués, un spécialiste de l'exfiltration de la CIA du nom de Tony Mendez (Ben Affleck) monte un plan risqué visant à les faire sortir du pays. Un plan si incroyable, aussi brilant qu'extravageant,  qu'il ne pourrait exister qu'au cinéma. Tellement irréel que c'est justement le cinéma qui servira de base au plan machiavélique, un "film" au scénario improbable, et qui relève de la plus haute incertitude quant à son résultat final..

    .-argo a.jpgPourtant, ce script digne des plus purs thrillers révèlera finalement un beau coup dans le derrière donné aux services de renseignements iranien, ainsi qu'aux "purgeurs" liés au régime mis en place par Khommeny. Très nerveux de la gachette et aimant les exécutions sommaires et les pendaisons dans les lieux publics. Là, ils ne verront rien venir!

    .

    Avec Ben Affleck, Bryan Cranston, Alan Arkin, John Goodman, Taylor Schilling, Kyle Chandler, Chris Messina, Clea DuVall, Tate Donovan.

    En 1980 le fictif Studio Six productions - subtile allusion aux 6 otages- et créé de toutes pièces pour l'opération, annonce fièrement un nouveau projet du film réunissant les ingrédients d'une super production de science-fiction, au programme: des navettes spatiales, des extra-terrestres, des scènes d'actions et d'aventures, le tout se déroulant sur une lointaine planète désertique. Présenté comme "une explosion cosmique", ce projet gigantesque ne verra vous vous en doutez jamais le jour, mais sera  utilisé par Mendez aidé par son meilleur ami, le maquilleur ciné John Chambers. Ce dernier sait se montrer persuasif quant il affirme aux Iraniens allèchés par l'idée que ce "beau pays" sera mis en avant dans le projet, et que les professionnels du cinéma, effectuent toujours des repérages, et que leur présence ainsi qu'une équipe est donc nécèssaire... C'est donc à deux, avec "l'aval" d'un producteur resté au pays, incroyable Alan Arkin qu'ils élaborèrent un plan machiavélique, celui d'envoyer sur place, une équipe de "cinéastes" composée du même nombre que les otages....pour essayer de les ramener sains et saufs  dans leurs bagages. Ces six hommes et femmes ont été recueillis par l'ambassadeur canadien Ken Taylor, lequel à mis sa vie en péril sa vie et celle de sa femme, pour aider ces américains. Il faut faire vite, car la tension est trop vive, et les putchistes très nerveux de la gachette. Vu comme ça, ce scénario paraît utopique, décalé et juste digne d'une série B, pourtant Ben Affleck y croit et en réalise une adaptation 30 ans plus tard  avec "Argo", long mètrage qui s'inspire largement, de la véritable opération secrète de sauvetage des six américains retenus en Iran.argo c.jpg Affaire qui en son temps avait ébranlé le monde entier! L'assaut de l'amabassade a été un évènement cataclysmique géopolitique. Personne ne savait vraiment comment réagir à cette prise d'otages ainsi qu'au sort des six "invités" du Canada...Le problème de ces dernier était encore plus complexe car il était impossible de passer par la voie diplomatique habituelle pour négocier...Avec le plan de Mendez, ils avaient une petite chance de s'en sortir vivant...eux et l'ambassadeur ainsi que sa femme. C'est d'ailleurs la canada qui fournira aux 6 américains de faux passeports canadiens au nom de leurs personnages fictifs, membres d'une équipe de tournage, envoyés par la valise diplomatique . argo j.jpgGrâce à ses talents de faussaire, Mendez y apposa les bons visas iraniens et les dates indiquant que les six étaient rentrés dans le pays la veille. Cette opération très peu connue du grand public, s'inscrit dans un épisode délicat de l'histoire. Le public savait que six personnes avaient réussi à s'échapper grâce aux canadiens pendant quelques mois après le déclenchement de la crise, mais jusqu'au moment ou l'opération a été déclassifiée par le président Clinton en 1997, personne ne savait que la CIA avait orchestré le sauvetage grâce à une opération d'une rare audace. Car il faut savoir que même réussie, cette mission ne pouvait-être mise en avant pour ne pas envenimer les relations déjà fort tendues entre les deux pays. Imaginez une stratégie qu'aucun scénariste de studio américain n'aurait osé rêver, une réussite totale in finé, et devoir garder cela pour soi. Frustrant non??? Même s'il n'est pas rare d'associer  Hollywood avec la Cia, - quoique l'espionnage se prête de toute évidence à un dispositif scènique- réussir ce plan là tenait de la gageure, et pourtant, il a été réussi au delà de tout espèrance...mais ce ne fut pas sans mal. argo l.jpgDans le film  Ben qui reprend trait pour trait la trame, joue sur le suspense, car les enjeux sont considérables. Il a consulté le principal intéressé afin de coller au plus près du personnage . Il a essayé de comprendre le quotidien et les aspects concrèts de la vie d'un agent de la Cia à cette époque, et en cernant bien le personnage il apporte une certaine dramaturgie à sa mise en scène, qui ne se contente pas que d'action et de suspense, mais apporte une certaine dose d'humour lorsqu'il visite son copain, chef maquilleur de stars. J'en veux pour preuve, le parfait découpage du storyboard, qui pour ne pas lasser le spectateur, passe aisément d'un plan dramatique à un plan plus drôle dans les studios hollywoodien. argo D.jpgSur ce plan là, (sans jeu de mots) Ben Affleck démontre qu'il a l'étoffe d'un grand réalisateur, ce que j'avais déjà remarqué avec "The Town" son précédent opus. Argo est à la base une histoire extraordinaire, et cela c'est déjà la garantie d'avoir un film passionnant, mais avec sa façon de jouer des mouvements d'appareils, il donne à Argo une dimension de thriller haletant! ARGO un super bon film! A ses côtés John Goodman et Alan Arkin sont extras. Quant à ceux qui personn ifient les otages, ils sont comment dire "the Spiting images" des vrais. Et là encore, l'équipe qui entoure Affleck à fait du tout bon boulot; ils sont criants de ressemblance!

    argo F.jpgBrèves : ARGO est le troisième long métrage réalisé par Ben Affleck, après GONE BABY GONE en 2007 et THE TOWN en 2010.

    Le film s'inspire à la fois du roman « The Master of Disguise », d'Antonio J. Mendez, ancien opérateur de la CIA et instigateur de l'affaire ARGO lors de la prise d'otage en Iran en 1979, et de l'article « The Great Escape » de Joshuah Bearman, paru dans Wired Magazine.

    ARGO est produit par Ben Affleck, mais aussi par George Clooney et George Heslov, le réalisateur des CHÊVRES DU PENTAGONE.

    argo p.jpgargo,téhéran,otages,exfiltrés,ben affleck,john goodman,alan arkin,bryan cranston,usa,vitor garber,cea duvall,kyle chandler,warner brosAvant le tournage, Ben Affleck a enfermé les acteurs qui incarnent les six otages américains à l'intérieur de la maison utilisée pour recréer la propriété de l'ambassadeur. Ils sont restés là une semaine, en costume et sans moyens de communication avec l'extérieur.

    Ironie de l'histoire: une fois le «Studio Six» fermé, quelques semaines après l'opération «Argo», il reçut 26 scripts. «L'un deux venait de Steven Spielberg»

    http://en.wikipedia.org/wiki/Canadian_Caper

  • Fligh de Robert Zemeckis a décollé!

    flight.jpgOu plutôt a attéri d'une manière spectaculaire.....Robert Zemeckis abandonne les effets CGI utilisés dans Polar Express, Beowulf et le Noel de Scrooge, pour revenir au film d'action en prises de vues réelles.."Flight" raconte les aventures aériennes de Whip Whitaker, un pilote de ligne qui se réveille dans un lit d'hôpital et qui apprend via la presse, qu'au dehors on le considère comme un véritable héros, pour la façon miraculeuse avec laquelle il est parvenu à faire attérier son engin, alors que l'avion est pris dans de très violentes turbulences...Cependant, comme lors de toute grande catastrophe aérienne, une commission d'enquète est mise sur pied, laquelle ne va pas tarder à découvrir que Whitaker avait un important taux d'alcool dans le sang....ce qui on s'en doute change toute la donne. De super-héros, il pourrait devenir super prisonnier à perpetuité!

    Avec Denzel Washington (Safe House, Pelham 1 2 3)  Kelly Reilly (Sherlock Holmes 2) Don Cheadle (The Guard - Iron Man ),Melissa Leo (THe Fighter), James Badge Dale (Iron Man 3 -World War Z) John Goodman (Argo-The Artist- Inside Llyevin Davis),  Nadine Velasquez ( Snitch et Télévision) et Bruce Greenwood (Star Trek)

    dw.pngSortie prévue janvier 2013

     

  • The Artist. L'effet Oscar, enfin dans le top 10 US

    image001.jpg

    Le public américain commence à se déplacer pour voir la sensation des derniers Oscars....Stagnant depuis plusiuers semaines à la 11ème place, The Artist fait enfin sa grande entrée dans le hit parade des meilleurs films. Bon, c'est pas encore le grand rush, mais le film a quand engrangé 3.8m de $ en un week-end....

    Sources Mojo.

     Friday
    3/2

    (Estimates)
    Saturday
    3/3

    (Estimates)
    Sunday
    3/4

    (Estimates)
    Monday
    3/5
    1 DR. SEUSS' THE LORAX
    Universal

    3,729
    $17,400,000

    -- / $4,666
    $17,400,000 / 1
    $31,300,000

    +79.9% / $8,394
    $48,700,000 / 2
    $22,000,000

    -29.7% / $5,900
    $70,700,000 / 3

    N/A
    2 PROJECT X
    Warner Bros.

    3,055
    $8,170,000

    -- / $2,674
    $8,170,000 / 1
    $7,640,000

    -6.5% / $2,501
    $15,810,000 / 2
    $4,965,000

    -35% / $1,625
    $20,775,000 / 3

    N/A
    3 ACT OF VALOR
    Relativity

    3,053
    $3,800,000

    +141.1% / $1,245
    $35,339,000 / 8
    $6,100,000

    +60.5% / $1,998
    $41,439,000 / 9
    $3,800,000

    -37.7% / $1,245
    $45,239,000 / 10

    N/A
    4 JOURNEY 2: THE MYSTERIOUS ISLAND
    Warner Bros.

    3,060
    $1,365,000

    +187.3% / $446
    $80,051,000 / 22
    $3,270,000

    +139.6% / $1,069
    $83,321,000 / 23
    $2,290,000

    -30% / $748
    $85,611,000 / 24

    N/A
    5 SAFE HOUSE
    Universal

    2,553
    $1,900,000

    +139.4% / $744
    $102,864,000 / 22
    $3,400,000

    +78.9% / $1,332
    $106,264,000 / 23
    $1,900,000

    -44.1% / $744
    $108,200,000 / 24

    N/A
    6 TYLER PERRY'S GOOD DEEDS
    Lionsgate

    2,132
    $1,850,000

    +170.8% / $868
    $20,595,000 / 8
    $3,425,000

    +85.1% / $1,606
    $24,020,000 / 9
    $1,725,000

    -49.6% / $809
    $25,745,000 / 10

    N/A
    7 THE VOW
    Sony / Screen Gems

    2,826
    $1,850,000

    +181.1% / $655
    $107,462,000 / 22
    $2,760,000

    +49.2% / $977
    $110,222,000 / 23
    $1,490,000

    -46% / $527
    $111,712,000 / 24

    N/A
    8 GHOST RIDER: SPIRIT OF VENGEANCE
    Sony / Columbia

    2,487
    $1,120,000

    +116.5% / $450
    $41,301,000 / 15
    $2,235,000

    +99.6% / $899
    $43,536,000 / 16
    $1,345,000

    -39.8% / $541
    $44,881,000 / 17

    N/A
    9 THIS MEANS WAR
    Fox

    2,342
    $1,685,000

    +187.7% / $719
    $37,524,000 / 15
    $2,600,000

    +54.3% / $1,110
    $40,124,000 / 16
    $1,340,000

    -48.5% / $572
    $41,464,000 / 17

    N/A
    10 THE ARTIST
    Weinstein Company

    1,756
    $938,000

    +187.3% / $534
    $34,126,000 / 99
    $1,690,000

    +80.2% / $962
    $35,816,000 / 100
    $1,272,000

    -24.7% / $724
    $37,088,000 / 101

  • The Artist et Jean Dujardin nous laissent sans voix!!!!!! Cesar Meilleur Réalisateur!

    The-Artist_21499376.jpgEst-ce le renouveau d'un style considéré comme désuet?  Sans doute... "The Artist"  primé à Cannes, avec Jean Dujardin et Bérénice Bejo, sans oublier le chien, (plus cabot que cela tu meurs) pourrait amorçer une "nouvelle" tendance....Le film muet.  aura lui aussi droit, et ce dès l'année prochaine,  aux honneurs à Hollywood! (i en est question)  Et ma foi, j'approuve entièrement cette nouvelle, parce que je le répète encore une fois, sans les pionniers, ceux qui pour le première fois fixèrent des aventures sur pellicule tournées à vitesse rapide , nous ne pourrions pas à l'heure qu'il est, regarder un film bien calés dans nos fauteuils.. Les premiers tours de manivelle fais à la main, dans la vallée de Los Angeles, alors immenses terrains vagues , ont donné par la suite naissance aux plus grands studios, d'où sont issus, Chaplin, Keaton, Laurel et Hardy, Harold lloyd, Mack Sennet and co. Sans tous ces "zozos" là, pas de cinéma. Ils ont tous donné  au 7ème Art ses lettres de nobless qui ,depuis lors, est devenu un Art à part entière. Sans eux, rien n'aurait existé ..Le muet, c'est l'art de montrer des émotions sans qu'un mot ne soit prononçé...Et si aujourd'hui, cette façon de faire paraît facile, je crois qu'au contraire, il n'en était rien. Il fallait aux acteurs faire transpirer toutes leurs émotions, rien qu'avec les yeux et le visage...Oui, je vous l'accorde, parfois c'était grotesque et ridicule...surtout dans le chef des "méchants" flics qui poursuivaient les quidams. Avec leurs yeux outrageusement maquillés, ils étaient à la limite du genre, mais qu'importe, on rigolait bien...Surtout quand les "bathing beaties" firent leur apparition...ajoutant du piment au minis sanyetes...TA_10-4_PI_01946.jpgTA_11-11_PI_09706.jpgAinsi, lorsqu'il y a quelques semaines, je visionnais "The Artist"  je me suis retrouvée, un peu comme Mia Farrow, dans "The Purple Rose of Cairo" de Woody Allen...complètement "dans le cadre"...Je fis un bond de cinquante ans dans le temps, où lorsque je me rendais au cinéma Victory rue Neuve à Bruxelles, là où  ma tante ma laissait entrer (elle tenait la caisse, mais chut, il y a prescription maintenant). C'était le bon temps, avec des grandes salles aux fauteuils moëlleux,  proposant plein de comedy capers, de folles poursuites à la Mack Sennet, des envolées de tartes à la crème...des Charlie Chaplin et Laurel and Hardy, entre deux westerns! ...A l'entre -acte, on courait derrière l'ouvreuse afin d'acheter de savoureux Chocos-glaçés en compagnie de la pub VanDamme KH...Que les anciens connaissent certainement..

    TA_10-20_PI_05128.jpgTA_11-11_PI_09761.jpgEn assistant aux aventures de Jean Dujardin, Bérénice Béjo, de John Goodman et James Cromwell, épatants eux aussi dans des rôles pas si secondaires que cela, sans oublier le chien malicieux, j'ai re-traversé cette époque dorée, et suis ressortie de la projection le sourire au lèvres et de très bonne humeur. J'avais passé un superbe moment de détente, et je n'ai cessé, de m'esclaffer du début à la fin, comme la plupart des collègues présents dans la salle. The Artist....c'est une pépite, une perle, une découverte, une manière très spéciale, mais surtout très "couillue" pour notre époque de raconter une histoire., Fallait oser, et Haznavisius l'a fait d'une façon grandiose, dans un film où tout se passe par l'image, où le spectateur déconnecté par le son  -à part le verre qui claque sur la table dans la loge-.rentre dans le sujet. Les cinéphiles vont voir dans The Artist, un bel hommage aux années de gloire du 7ème Art, et si au départ, tout en aimant cette époque, j'avais un petit doute, me disant que ce film ne serait rien d'autre qu'un clin d'oeil humoristique, sorte de gimmick comparé aux originaux...j'ai été conquise dès les premières images...La façon dont l'histoire est mise en place, entre entièrement dans le moule, et propose des situations qu'un film dit parlant n'aurait pas mieux fait! Je dirais plus, The Artist est un film qui aurait du être réalisé depuis longtemps. Il va s'en dire qu'il est en position de favori aux Oscars...Et devinons pourquoi....Costume, mise en scène, scénario, acteur, actrice, interprètation, désign et musique....que j'ai failli oublier. Pourtant, la partition fait plus que partie intégrante du film....elle accompagne merveilleusement une histoire craquante et flamboyante à la fois..

    actualité,actualité ciné,cinéma,france,douglas fairbanks,jean dujardon,john goodman,berenice bejo,muet,james cromwell,mack sennet,bathing beauties,ucla,festival du film muet,insoliteLors de la vision-presse, il ne manquait plus que les "bonbons-caramels-eskimaux-chocolats en sus.  Tout ceci pour vous dire que "The Artist"  où Dujardin n'est pas éloigné de Fairbanks Sr,  est désormais classé parmi mes 100 Meilleurs films (eh oui et why-not après tout?)

    Jean Dujardin,  George Valentin est une grande star du muet. Vous êtes-vous inspiré d’acteurs célèbres pour l’interpréter ?

    Douglas Fairbanks bien sûr ! Flamboyant, virevoltant, plein de panache, n’hésitant pas à multiplier les clins d’œil aux spectateurs… Ça, c’était très drôle à faire, notamment tout ce qui concerne les films dans le film, là, je pouvais en faire des tonnes. J’ai regardé tous les films de Douglas Fairbanks qui ne sont pas toujours des grands films mais où lui se permet tellement de choses… C’est comme la vie en mieux, en plus clinquant, moi, j’aime bien ça. J’ai fait mon marché dans ces films mais après, c’est toujours la même chose, il faut savoir se dégager des références et faire entrer le personnage en soi. Pour toutes ces scènes, quand il est au volant de sa Bugatti, quand il est pris dans les sables mouvants, qu’il se bat contre les sauvages, ou même le soir de la grande première, vous y allez à fond, vous lâchez tout ! On a commencé par ça et c’était amusant. J’étais complètement à ma place. C’est d’ailleurs là où on se rapprochait le plus d’O.S.S. Mais je savais qu’après, il y avait tout à inventer de la vie de George Valentin. Le plus excitant, c’était de partir de ce parsonnage flamboyant, qui est tout le temps dans le show, devant la caméra, avec sa femme, avec ses fans, et de glisser peu à peu dans des zones plus troubles, plus sombres, plus douloureuses... De partir du plaisir du jeu pur, preqque enfantin, et d'aller de plus en plus dans l'incarnation..Je craigais au départ ces scènes plus grâves,  plus sombres, et pour lesquelles je n'avais pas de textes auquel me raccorcher, et finalement j'ai découvert que le muet était presque un atout: il suffit de penser l'émotion pour qu'lle se voit...Aucun dialogue ne vient la polluer. Il suffit d'un rien, un regard, un battement de cil, pourque l'émotion soit palpable..En plus, on était tellement en confiance les uns avec les autres, avec Miche, Bérénice et Guillame, qu'on pouvait y aller sans crainte... Pour ces scènes là, la musique a été un outil magnifique... C'est un grand luxe, le tournage d'un film muet: vous pouvez mettre toute la musique que vous voulez pendant la prise. Moi, vous me faites écouter "Les Choses de la vie" de Philippe Sarde, et a y est, je pleure...

     

    actualité,actualité ciné,cinéma,france,douglas fairbanks,jean dujardon,john goodman,berenice bejo,muet,james cromwell,mack sennet,bathing beauties,ucla,festival du film muet,insolite 

     TA_10-8_PI_02936.jpgTA_10-27_PI_06397.jpg

  • Max Von Sydow époustouflant dans EL-IC.....

    el and ex close.pngJe suis quasi certaine que emportés par la curiosité, certains de mes visiteurs se sont précipités sur mon texte, (enfin je l'espère) afin de savoir ce qui se cache derrière ces quatre lettres!! Vous avez raison, car cela ne saute pas aux yeux quand on a jamais entendu parler - oui cela existe encore-  du film  "Extremely Loud, and Extremely Close" dans lequel apparaissent Sandra Bullock et Tom Hanks. Deux grands comédiens certes...et pourtant, ce billet ne leur sera pas consacré!  D'une part, parce que Hanks n'a qu'un petit rôle, et d'autre part, parce que Sandra Bullock, ne m'a pas émue plus que cela, même si son rôle de maman aux prises avec un fils intelligent certes, mais très perturbé par le décès de son papa est beau....Cette fois je laisse de côté les bankables d'aujourd'hui pour vous entretenir d'un acteur fabuleux qui m'a mise sur le derrière dès son apparition à l'écran.  En l'occurence, Max Von Sydow. Comédien dont j'avais vu de nombreux films, sans jamais avoir remarqué à quel point il est talentueux. Il a fallu la vision-presse de EL-IC pour m'en aperçevoir!  Cependant sans vraiment savoir où Stephen Daldry le réalisateur essaye d'amener le spectateur, faut que je dise qu'on s'ennuie ferme les 30 premières minutes...On n'entre pas dans les histoires à dormir debout du gamin, et encore moins dans  les flashs-back.....Et difficile aussi d'adhérer à la "journée" d'Oskar, toujours  à la recherche de la serrure qui correspond  la clé découverte dans les affaires de son défunt papa,. Ayant recensé tous les dénommés Black dans les 5 Burroughs de Manhattan, il se fait ouvrir toutes les portes de tous les dénommés Black sans rencontrer aucune méfiance, et ce malgré un comportement kinétique et une quyrielle de questions, Bonsoir la crédibilité.....elicl.jpgHeureusement l'arrivé de Von Sydow change complètement la donne. Nous ne sommes plus "assomés" par les  énervants "soliloques "  du gamin....Le muet qui désormais l'accompagne, nous arrachera plus souvent qu'à son tour, un sourire quand ne "pipant" pas un seul mot, pour répondre aux interrogations du petit,  il lèvera soit la main gauche, soit la droite, dans lesquelles les mots oui et non sont inscrits, ou  sèmera tel le Petit Poucet, des dizaines de Post-It pour l'orienter. ...Avec ce qui le rendra encore plus sympathique et attendrissant.... du soleil dans les yeux, un sourire au coin des lèves, et une dégaine paternaliste. Sans dire un mot donc, Max Von Sydow m'a donné envie de rester jusqu'à la fin. Je ne voyais plus  que lui, "n'entendais" que lui, et mieux même, me suis franchement amusée, parfois laissé attendrir, par toutes les facéties d'un vieillard qui, malgré quelques rhumatismes,  essaye de suivre le pas d'un Tintin nouvelle génération, et dont le visage buriné passe par toute la palettes des émotions. Du grand, du très grand Von Sydow...Sa présence sauve le film d'un naufrage dans une mer de pathos!!   Sa nomination aux Oscars est plus que méritée, et s'il devait être snobé par le métier, ce serait une énorme injustice...

    Avec encore John Goodman (The Artist) Viola Wills (The Help) Thomas Horn, Zoe Caldwell, Jeffrey Wright. 

    stephen daldry,max von sydow,sandra bullock,tom hanks,extremely loud incedibly close,drame,actualité,actualité cinéma,ciné,cinéma,usa,united sates,new york,manhattan,thomas horn,viola wills,john goodman,jeffrey wright,zoe caldwellstephen daldry,max von sydow,sandra bullock,tom hanks,extremely loud incedibly close,drame,actualité,actualité cinéma,ciné,cinéma,usa,united sates,new york,manhattan,thomas horn,viola wills,john goodman,jeffrey wright,zoe caldwell

  • The Artist re-sort dans toute la Belgique le 22 février!

    cinema.jpg

    Après 3 Golden Globes, 10 nominations aux Oscar et 10 nominations aux César, le film The Artist poursuit sa marche triomphale. Récemment, le film a été récompensé par 7 Bafta. Suite à son succès éclatant le film ne pouvait pas être absent des écrans belges. Cinéart a décidé de ressortir The Artist en Belgique le 22 février.

     article-2100190-11B43990000005DC-113_306x505.jpgj.jpggc22.jpgActuellement, le film muet qui vous laissera sans voix, est toujours sur les écrans de  Rixensart et Charleroi. A partir du 22 février The Artist sera sur les écrans du Grand-Duché de Luxembourg, Liège, Namur, Waterloo, Bruxelles, Louvain-la-Neuve, Braine-le-Comte, Rocourt, Huy, Mons, Verviers, Anvers, Bruges, Gand, Courtrai et Malines.

     The Artist, un film muet qui fait décidément beaucoup de bruit !

    SILENCE IS GOLDEN INDEED!

    john g.jpg

  • And the winner is UGGIE Golden Collar 2012

    ar t.jpguggie11.jpgEnfin!  Le fidèle compagnon de George Valentin dans  "The Artist" a eu droit à la récompense qu'il mérite.....et ce juste avant de partir à le retraîte! La lutte était chaude, plusieurs de ses "collègues à poils avaient également fourni de belles prestations. Dont "Cosmo" (Beginners) Denver (50/50) Hummer (Young Adult) et Blackie (Hugo)

    Mais, finalement, c'est le facétieux Jack Russel qui peut se parer de la belle distinction.. Un superbe collier doré, plus bling bling que ça on fait plus! ..A ce point beau, qu'on se demande si les "grands" ne pourraient pas en être jaloux...et demander à remplacer la célèbre statuette qui commence à se faire vieille!

    uggie4.jpgUggie a remporté le prix de l'interprétation canine et un collier couvert de cristaux Swarovski, avec un pendentif en forme d'os. Le dresseur d'Uggie, Omar von Muller, a tenu à remercier les organisateurs de la soirée qui mettent leur métier en lumière : "C'est très important pour les dresseurs de l'industrie cinématographique, car nous n'avons jamais été distingués auparavant" (AFP).

     

    the artist,uggi,jean dujardin,golden collar,michael hazavanicius,bérénice béjo,john goodman,james cromwell,actualité,actualité cinéma,ciné,cinéma,usa,united states,los angeles,dog day newsDu côté du petit écran, les vainqueurs sont : Brigitte  qui joue  Stella dans Modern Family et Lambchop, le X Chihuahua-Caniche dans le rôle de  Yakult dans Suburgatory. Lequel lorsqu'il ne foule pas les plateaux télés, est plutôt maladroit (à voir dans la vidéo ci-dessous)


     

    sources http://dognewsdaily.com/index.php

     

  • Made in Hollywood pour The Artist!!!! Et Uggie vole la vedette!

    The Artist_2011_photos.jpgIl y a 125 ans naissait Hollywood. Et pour honorer cet évènement, la ville de Los Angeles a décerné le premier "Made In Hollywood Award" au film de Michael Hazavanicius "The Artist" Ce trophée a été crée pour honorer les films tournés entièrement à Los Angeles!  La cérémonie a eu lieu dans Red Studio, le même lot (entrepôt-studio) que celui où réalisateur a tourné une grande partie de son film....Les organisateurs estiment que The Artist mérite largement son throphée pour le bel hommage rendu à cet immense empire qu'est devenu Hollywood..En tournant à la Mecque  du cinéma, les réalisateurs participent à l'essor, l'économie et l'emploi dans la Cité des Anges, estiment les organisateurs...Etaient présents, Jean Dujardin, Michael Hazavanicius, Uggie, James Cromwell, Missy Pyle et Penelope Ann Miller..

    uggie 15.jpg

    uggi6.jpguggie2.jpguggie12.jpguggie11.jpg

  • Jean Dujardin chez Jimmy Fallon...et pendant ce temps là.....

    The Artist_2011_photos.jpgBérénice Bejo est reçue par Ellen DeGeneres...

    Alos qu'il avait promis de ne plus faire ce genre de truc, "Brice" n'a pas pu s'empêcher de refaire le coup de l'imitation de Robert DeNiro...sans oublier le chameau...Drôle.

    Et les spectateurs américains sont visiblement conquis...moi aussi, surtout lorsque Dujardin termine pas quelques instants de claquettes, imité par Fallon. Bon, le duo n'a pas le cachet de celui du film, mais c'est super agréable à regarder!

    john g.jpgPendant ce temps là, Bérenice Béjo, qui maitrise parfaitement la langue anglaise, était sur le plateau de Ellen DeGeneres, laquelle ne tarissait pas d'éloges à propos du film...Bérénice quant à elle, explique le succès de film en évoquant Uggie, le chien.....mais pas que....

    Pour ma part, je trouve qu'on oublie un peu vite les deux autres acteurs qui complètent le générique, à savoir, John Goodman qu'on ne présente plus, et , mais surtout James Cromwell, un habitué des seconds-rôles...qui, dans la peau du dévoué chauffeur de George Valentin, livre une superbe prestation

     


    Jean Dujardin fait le chameau dans un talk show... par puremedias

    video platformvideo managementvideo solutionsvideo player

  • THE ARTIST FAIT UNE ENTREE FRACASSANTE EN ANGLETERRE!

     
     
     
    Hooray for Hollywood! The Artist comes to Curzon Cinemas
     

     
    The Artist
    The Artist

     

    Nominated for six Golden Globes, winner of two New York Film Critics Circles awards and Best Actor at Cannes Film Festival!

    The Artist, Michel Hazanavicius’ celebration of early Hollywood, tells the story of silent movie star George Valentin (Jean Dujardin, OSS 117) whose career is in crisis thanks to the introduction of sound. However, when he encounters Peppy Miller (Bérénice Bejo) he sees in the young starlet hope for the future. Like Singin' in the Rain, The Artist hilariously recreates Hollywood’s golden age. The result is a breathtaking love letter to the halcyon days of Tinseltown.


    The Artist opens Friday 6 January at

    Curzon Mayfair Curzon Soho Curzon Renoir Curzon Chelsea Curzon Richmond hmvcurzon Wimbledon


    Also coming to Renoir and Richmond:


    Curzon Screen Salon: The Artist and Hollywood’s love affair with itself

    There’s no business like show business and Hollywood loves nothing more than to put itself up on the big screen. From Singin' in the Rain and Sunset Boulevard to The Purple Rose of Cairo, this Screen Salon celebrates the release of Michel Hazanavicius’ joyous evocation of 1920s Hollywood with a look back at that golden age.

    Curzon Renoir
    Sunday 8 January 2.25pm
    £10.50 / £8.50 Cineastes

    Curzon Richmond
    Sunday 8 January 6.00pm
    £11.50 / £9.50 Cineastes


    The Artist The Artist The Artist


    “Everyone should see it”
    The Times

    “Glorious... I can’t wait to see it again”
    Peter Bradshaw, The Guardian

    “A triumph”
    Sukhdev Sandhu, Daily Telegraph

    “Magnificent... A surefire crowd-pleaser”
    Geoffrey McNab, The Independent



       
       
    Entertainment Film Distributors PG - Contains scene of mild threat
       
       

  • The Artist ça continue

    The Artist_2011_photos.jpgMalgré qu'il ne soir projeté que dans un nombre imité de salles,  "The Artist" , la presse Us salue avec enthousiasme le film de Michael Hazavanicius, mais il appaludit également les prestations 24 carats de Jean Dujardin et Bérénice Bejo..Les bookmakers donnent "The Artist" gagnant dans la course du Meilleur film aux Oscars....;sans oublier de mentionner qu'ils placent Dujardin en bonne position pour être déclaré Meilleur Acteur devant George Clooney Himself....

    Et ce n'est pas tout, apès avoir décroché un Hollywood Spotlight award lors du Hollywood Film Festival, le site  The Hollywood Reporter rapporte que le réalisateur français va reçevoir le Prix Sony Bono Visionary, créé par le chanteur Sony (and Cher) qui fut également maire de Palm Springs. Lorsqu'on lit la presse Us, il paraît évident qu'une carrière à la Cotillard s'ouvre pour Bérénice, qui s'exprime dans un anglais parfait...Dujardin quant à lui doit encore un peu assurer dans la langue de Shakespeare

     

     

     

    Extraits des crtiques US:

    -Ce n’est pas un film sur l’histoire du cinéma mais plus l’expression sans bornes de l’amour du réalisateur pour les films, à la fois généreuse, touchante et un peu loufoque. (New York Times)

    -The Artist ne se résume pas à un hommage intelligent aux vieux films (heureusement, car ça n’aurait été marrant qu’une vingtaine de minutes). (The Wrap)

    -Voilà un film qui amène ses spectateurs à observer d’un œil neuf tout en filmant paradoxalement dans un style ancien. The Artist est peut-être le film le plus moderne du moment. (Movieline)

    -The Artist est un film muet, en noir et blanc. Mais en dépit de ce qui devraient être deux barrières pour en faire un succès populaire, elles en font un des plus incroyables buzz pour les Oscars (la NPR, la radio publique américaine).

    -Sans cesse inventif, plein de rebondissements intelligents et riche de détails incroyablement bien assemblés, The Artist est une lettre d’amour passionnée et drôle à l’âge du muet. (The Guardian)

    -La vraie star du film, c’est le directeur de la photo, Guillaume Schiffman (The Playlist). Le choix du format et des tons de gris participent à la beauté du film.

    -Ceux qui s’intéressent aux Oscars sont en plein débat pour savoir jusqu’où The Artist peut aller. Un analyste a ainsi tweeté que la lettre d’amour faite à Hollywood par Hazanavicius devrait toucher les membres de l’académie comme le lait attire les châtons (film critics)

    -Le savoir faire du réalisateur est varié et impressionnant, même si ses meilleurs effets-spéciaux restent ses acteurs, deux "performers" dont la caméra ne peut résister à la grâce. (New York Times) Sur Jean Dujardin, plus précisément, l'article évoque "un talent comique tout en nuances".

    -C’est presque un crime de voir à quel point Jean Dujardin est beau à regarder. C’est aussi un acteur très physique, sorte de mélange entre Douglas Fairbanks et Gene Kelly, qui comprends d’emblée que son rôle demande autant de gravité que de légèreté. (Movieline)

    Coming Soon  : -Bejo est parfaite pour contrebalancer le jeu de Dujardin. Leur jeu n’est jamais diminué par le fait qu’il leur manque les mots.

    USA Today  : -Dujardin et Bejo sont fascinants, maîtres en comédie, faisant passer toutes les émotions par leurs corps et leurs visages si expressifs.

    -Comme le promettait l’affiche, ce film mélange romance, comédie et sensations fortes (et il a aussi l’un des chiens dressés les plus charmants que vous verrez sur grand écran !) (The Wrap)

     

     

  • Us critics love "The Artist"...Que du bon..

    artist logo.jpgFrench writer-director Michel Hazanavicius, who has previously struck gold by mining the past with his Bond-era spoofs (and Gallic box-office hits) OSS 117: Cairo, Nest of Spies (2006) and OSS 117: Lost in Rio (2009), eases neophytes’ discomfort by creating the cinematic equivalent of an amuse-bouche (an amuse-oeil?). Although many of the technical aspects of the silent period are expertly re-created—shooting at 22 frames per second, the boxy 1:33 aspect ratio—The Artist’s blithe presentation of the transition from sound to talkies is even less complex than the one found in Singin’ in the Rain.

    The film opens in 1927, when preening matinee idol George Valentin (Jean Dujardin, the lead in the OSS 117 capers), saluting his own life-size self-portrait in his mansion every morning, is still the top draw at Kinograph Studios. Ignoring the increasingly icy glares his wife (Penelope Ann Miller) aims at him from across the breakfast table, George acts as a mentor to Peppy Miller (Bérénice Bejo), a chorine with big ambitions. Borrowing heavily from A Star Is Born (just as the score does, rather incongruously, from Bernard Herrmann’s music for Vertigo), The Artist tracks both Peppy’s ascent (through amusing montage) and George’s decline as he refuses to acknowledge synchronized sound as more than a passing fad. By 1932, Peppy’s attracting lines around the block for her latest, Beauty Spot, while George spends his afternoons passed out on a barroom floor, his Jack Russell terrier his sole remaining fan.

    The Artist, Jean Dujardin, Bérénice bejo, Michael hazavanacius, France, noir et blanc, John Goodman, actualité, actualité cinéma, ciné, cinéma, insolite, Usa, United States, Douglas fairbanks, film muet, Oscar, Or so he thinks: Peppy has never forgotten him, and the film’s concluding act restores The Artist’s buoyancy. The movie pivots on the spry connection between the mute (save for one scene) Dujardin and Bejo, both nimble performers elegantly turned out in period finery and pomade. If the charm offensive comes on too strong at times, it’s the result of a ham playing a ham: Dujardin, who won the Best Actor award at Cannes, seems incapable of not daring us to adore him, constantly arching his brow and flashing his choppers—a surfeit of cute for a character already inspired by suave silent-era smoothies like Douglas Fairbanks. The Artist is movie love at its most anodyne; where Guy Maddin has used the conventions of silent film to express his loony psychosexual fantasias for more than a decade, Hazanavicius sweetly asks that we not be afraid of the past

    The Village voice....Melissa Anderson...

    The Artist, Jean Dujardin, Bérénice bejo, Michael hazavanacius, France, noir et blanc, John Goodman, actualité, actualité cinéma, ciné, cinéma, insolite, Usa, United States, Douglas fairbanks, film muet, Oscar,

  • The ARTIST MAking-off.....

    the-artist5.jpgThe Artist est en salle depuis une semaine, et cette petite merveille du 7ème art  répond à toutes les attentes. Le film de Michel Hazavanicius caracole en tête des box-office français et belges..Jean Dujardin et Bérénice Bejo y sont époustouflants. Voici donc les coulisses de ce superbe film..

     


    The Artist - Featurette Jean Dujardin et... par WarnerBrosPicturesFrance

    Pour découvrir le dossier complète sur Mich Silence on tourne, un clic sous le poster à gauche.

  • The Artist reçoit 2 Hollywood Spotligt Award....avant un Oscar????

    michel hazanavisius,the artist,actualité actualité cinéma,ciné,cinéma,jean dujardin,cannes,bérénice béjo,fim muet,hollywood,hollywood spotlight award,los angeles,john goodmanLes Oscars sont encore loin pourtant, il se murmure qu'alors  que la Weinstein Cie vient d'acquérir les droits pour The Artist, le chemin vers la consécration  ultime à Hollywood n'est plus très loin. Mais ce n'est pas tout....le fil de Michel Hazanavicius a été récompensé par un Hollywood Spotlight Award, lors de 15e édition du Hollywood Film Festival . Déjà à Cannes, le public et el jury avaient été emballés par la prestation 24 carats de Jean Dujardin (bien loin de Brice de Nice) ainsi que celle toute en pétuance et espièglerie de sa partenaire Bérénice Béjo..Ils seront tous deux honorés lors de la cérémonie qui se tiendra au Beverly Hilton hôtel le 24 octobre prochain à Hollywood...

    the-artist5.jpgthe-artist.jpg

     

    Le Hollywood Spotlight Award, un prix qui récompense chaque année depuis quinze ans les performances des jeunes acteurs en devenir. Palmarès 2011: Amber Heard (Rhum Diary) Elle Fanning (Super-8) Shailene Woodley ( The Descendant) Andrea Riseborough ( W.E.) et Anton Yelchin (Like Crazy) 

     

  • The Flinstones are BACK!

    The_Flintstones.jpgAprès les Muppets, la famille Flinstones à son adaptation cinématographique! Les Studios 20th Century Fox, Seth MacFarlane et La Warner Bros Television sont arrivés à un accord. Ils vont réaliser un reboot de la célèbre série télévisée, autant pour le grand écran que pour la lucarne...MacFarlane y travaille déjà depuis des années, et il a du batailler ferme avec ses deux interlocuteurs afin de finaliser son rêve, parce que les ayants-droits du sitcom ne voyaient pas comment on pouvait ré-adapter ce feuilleton là!  Qui seront Wilma, Fred et la Smala Flinstone?  Mystère! La série a tenu l'antenne du 30 septembre 1969, au premier avril 1966, et a donc fêté son 50ième anniversaire l'année dernière...Une version filmée avait déjà vu le jour en  1944 avec John Goodman, Rose O'Donnel et Rick Moranis...

     

  • Jean Dujardin Prix d'interprètation masculine à Cannes!

     

    actualité,actualité cinéma,ciné,cinéma,news,usa,united states,jean dujardin,cannes,berenice bejo,douglais fairbanks,james cromwell,john goodman,cinéma muset,hollywood,michael hazanavicius,007,insoliteCannes a jugé le film et non le réalisateur. Melancholia de Lars Von Trier a permis à Kirsten Dunst de remporter le Prix d'interprètation féminine. Quant à Jean Dujardin, il est repart avec le Prix de l'interprètation masculine pour le film évènement, v"ritable Ovni dans le paysage cinématographique "The Artist"

     

    artist.jpg

     

     

    Brice de Nice voyait la vie en jaune, Jean Dujardin voit désormais la vie en noir et blanc, puisqu'il est à l'affiche de"The Artist" de Michel Hazanavicius avec Berenice Bejo, film qui nous replonge dans l'univers du cinéma américain à la veille du parlant, et qui repart tout auréolé dun Prix d'interprètation pour Jean Dujardin, qui prouve avec ce film -véritable Ovni dans la paysage cinématographique, faut quand même oser un muet avec toutes les technologies actuelles- qu'il est autre chose que Brice de Nice. Bravo...

    Le duo Dujardin/Bejo avait déjà enflammé les cinégeeks dans les aventures de 007 , raison pour laquelle le réalisateur a décidé de reprendre les mêmes pour signer une comédie déjantée, comme il en a le secret! Jean Dujardin sera George Martin, un acteur sans texte qui va dégringoler la pente avec l'arrivée du parlant et, Berenice Bejo, une petite figurante qui, au contraire sera elle propulsée au devant des sporlights hollywoodiens. Sans en avoir la même trame, ce film n'est pas sans rappeler "Singin in the Rain" avec Gene Kelly ou le virage vers le parlant tenait une grande place. fair1.jpgJames-Cromwel.jpggood.pngAvec The Artist, le réalisateur rend hommage aux grands de cette époque, et plus particulièrement à Douglas Fairbanks..

    Avec aussi John Goodman et James Cromwell, un habitué des seconds rôles.

     

  • Sandra Bullock et Tom Hanks sur le tournage de EXTREMELY LOUD AND INCREDIBLY CLOSE...

    El&ic.jpgLa ville de New York est devenue la plaque-tournante du cinéma depuis la mi-mars. Après les photos des différents tournages new yorkais publiées ici il y a deux jours, en voici de Tom Hanks et Sandra Bullock, prises à Central Park le premier avril dernier....Et, ce n'était pas un poisson d'avril...

    Le duo tourne sous la direction de Stephen Daldry (The Reader, The Hour) un drame au titre racoleur "Extremely Loud and incrédibly close" qui raconte la quète d' Oskar Schell, un petit génie de l'invention qui, deux ans après 9/11,  là où commence le film, découvre dans un vase, une clé ayant appartenu à son père mort dans la catastrophe...Adapté du roman de Jonathan Safran Foer, le bouquin avait essuyé quelques critiques acerbes lors de sa sortie en 2005. Mais pas assez pour rebuter Eric Roth le scénariste de Benjamin Button. On peut donc s'attendre à quelque chose de spécial. Alors que Daldry a permis de découvrir Jamie Bell dans "Billy Elliot", il donne cette fois la chance au petit Thomas Horn de faire ses débuts au cinéma. Détail, Horn a déjà remporté 31.800 $ en participant au jeu télévisé américain "Jeopardy...hanks3.jpghanks12.jpghansk9.jpghanks15.jpghanks6.jpghanks18.jpg

    Avec encore John Goodman, Viola davis, Jeffrey Wright. Pour Paramount et Warner Bros.

  • Bertrand Tavernier à Bruxelles la semaine prochaine

    electric twoDans le cadre de la promotion de son dernier opus "In the Electric Mist", tourné en Louisiane, le réalisateur Bertrand Tavernier (Coup de Torchon-Que la Fête commence) sera à Bruxelles le 23 mars prochain. Avis aux chasseurs d'autographes.....postez-vous aux alentours de l'Hôtel Plaza dans l'après-midi. Peut-être aurez-vous une chance de l'apercevoir.
    Quant au film, il est assez surprenant d'y trouver Tommy Lee Jones au générique, où alors l'inverse, étonnant que ce dernier, comédien en vue aux States soit dirigé par un cinéaste français. Cependant, Tavernier n'est pas étranger à l'univers Cajun et bayou, il avait déjà écrit Mississipi Blues, il y a quelques années. Je pourrais vous donner plus de détails lundi soir...Entretemps j'aurais même vu le film...

    electric mist
    New Iberia, Louisiane.
    Le détective Dave Robicheaux est sur les traces d'un tueur en série qui s'attaque à de très jeunes femmes. De retour chez lui après une investigation sur la scène d'un nouveau crime infâme, Dave fait la rencontre d'Elrod Sykes. La grande star hollywoodienne est venue en Louisiane tourner un film, produit avec le soutien de la fine fleur du crime local, Baby Feet Balboni. Elrod raconte à Dave qu'il a vu, gisant dans un marais, le corps décomposé d'un homme noir enchaîné. Cette découverte fait rapidement resurgir des souvenirs du passé de Dave. Mais à mesure que Dave se rapproche du meurtrier, le meurtrier se rapproche de la famille de Dave...

    electric oneAvec Mary Steenbruger, John Goodman, Peter Sarsgard et Ned beaty.

    Accrochez-vous, la bande-annonce est décoiffante et très prometeuse...Un film à voir sans hésitation...ce que je vais faire le 20 mars..Quelqu'un veut-il m'accompagner. Mais faut faire vite. Un message ici avant ce soir.

    electric mist dvd sleeve Anecdote: Aux States, le film est déjà disponible en Dvd Blu-Ray....

    Il se murmure même que la version américaine est différente de celle de Tavernier, Tommy Lee Jones, a paraît-il mis son grain de sel un peu partout..?

  • John Goodham- John Cusack

    goodhamJohn Goodman continue dans les films d'animation. Lui qui, a rencontré un succès monstre en prêtant sa voix dans deux productions Disney/Pixar "Monster Inc" et "Cars" va jouer Jumbo le légendaire bûcheron qui devra aider deux ados aventureux à sauver des griffes d'un patron de cirque plutôt dément, un jeune éléphant  A la réalisation; Jim Rygiel, détenteur de 3 OScars pour ses effets spéciaux sur . "Lord of the Rings" trilogy, fera ses grands débuts à la barre d'un film.
    Goodman à quant à lui, remporté un Golden Globe pour son rôle dans la série d'Abc "Roseanne" et il a été nominé 9 fois"Roseanne" aux Emmy Awards. On l'entendra  bientôt dans un autre film d'animation "Bee Movie" et il termine "Speed racer" pour Warner Bros. Film où on annonce des effets spéciaux innovants.  Encore à son crédit :"Evan Almighty," "The Big Lebowski" et "O Brother, Where Art Thou?" Bientôt Goodman sera dans nos salles avec une interprètation très glauque dans "le superbe " Death Sentence" que j'ai vu hier. Il y campe un chef de bande, à ses heures vendeur d'armes, qui fait travailler ses deux fils dans des domaines aussi divers, que le racket, les agressions, et les meurtres gratuits... par plaisir. Le plus drôle de l'histoire, attiré par un gros paquet d'argent, il ira jusqu'à vendre des armes très sophistiquées à Kevin Beacon, sachant que ce dernier va s'en servir dans une mémorable chasse à l'homme dans laquelle sera impliqué un de ses fils. Glauque je vous dit. Entretemps, Goodman termine la post-prod de "The Hero of Color City," et devrait sortir mi 2008. Pour Magnolia Pictures.

    sources variety.

  • Mr Brooks- Death Sentence, I Know who Killed Me,-The Mist- 28 Weeks later- The Sleuth-

    misterb Earl Brooks est un mari charmant et un homme d'affaire apprécié et reconnu par l'industrie locale. Mais Mr brooks, tout en connaissant le courant de sympathie qu'il génère, a aussi d'autres "préoccupations" La nuit venue, il est un autre homme. Il quitte son paisible appartement pour descendre dans son atelier de poteries et céramiques, où sont dissimulés les différents accessoires dont il va s'équiper afin "d'endosser" la peau de Brooks le sérial-killer, personnage à la dualité bien affirmée, dont il manipule subtilement les ficelles. Derrière son côté sympathique charmant et bon père de famille,  se cache un tueur froid et implacable.  Le meurtre gratuit c'est sa raison d'être, à la limite, il perpétue ses crimes au pif, sans se soucier de la condition sociale de sa futur victime. Juste besoin d'appuyer sur la gachette, et sentir l'adrénaline l'envahir. Et zou, il envoie ses victimes voir plus haut si les nuages sont plus blancs. C'est sans compter sur un légèr "dérapage" lors de sa dernière sortie....et un témoin gènant entre dans la danse.  Mais Mr Brooks, en homme d'affaire avisé sait comment il doit "baratiner" et '"diriger" l'intrus. Commence alors un véritable jeu du chat et de la souris, dont il tient très bien les rennes....Sauf lorsque son "alter-égo"  son âme Marshall (William Hurt) ne trouve rien  de mieux que de s'imiscer dans son quotidien....Il a une toute autre vision des choses...et pousse Brooks dans ses derniers retranchements. Quoque un peu confuses au début, petit à petit les insursions de Hurt sintègrent très bien dans la trame et nous offrent quelques moments de choix.

    MB-014%20MrB_00322MrB_01777

    Un bon film, agrémenté d'une belle scène de sexe, d'un rôle de faire-valoir pour Demi Moore, assez terne Sa contre-enquète sur un meurtrier en cavale, n'apporte strictement rien au récit... et ne fait qu'alourdir un film qui amputé de 20 à 25 minutes ne s'en serait pas porté plus mal....

     

    MrB_02401

     

     

     http://www.theressomethingaboutmrbrooks.com/main.htm



    i_know_who_killed_me I know who killed me.. avec Lindsay Lohan.
    Elle a de plus en plus de tours dans son sac. Elle a su transformer sa vie en film, mais ce film est-il vraiment sa vie? C'est ainsi que débute "I Know who killed me" avec Lindsay Lohan et ces mots résonnent bien au delà de l'écran...Peut-être voit-elle sa vie comme un film, mais en attendant débarassée de ses problèmes d'alcool et de gardes à vue, elle vient de trouver un rôle à sa mesure..dans un film réalisé cependant avec un petit budget. Sorte de sous DePalma, mais efficace quand même, le film survole un évènement exceptionnel, mais surtout surréaliste d' enlèvement de plusieurs jeunes filles,  Audrey étant la dernière à disparaître, pour finir par être retrouvée amputée d'une jambe et d'une main, quinze jours plus tard dans un bois...Seul hic, celle qu'on retrouve, crie, vocifère qu'elle n'est pas la disparue, mais un simple table-dancer qui pourrait lui ressembler....ce qui on le comprend, provoque un choc auprès de ses parents. IKnow
    Bref, aurons-nous droit à des flash-Back de Lohan faisant de la "pole-dance" avec juste les vêtements nécessaire pour couvrir juste ce qu'il faut.????? 

    http://www.sonypictures.com/movies/iknowwhokilledme/

    Sources dossier perso pro.


    sleuth-1The sleuth. avec Jude Law et Michael Caine.

    Synopsis :
    Un riche auteur de romans policiers anglais invite dans sa somptueuse demeure un séduisant coiffeur londonien, dont il connaît la liaison avec son épouse, et lui propose de simuler un cambriolage pour toucher l'argent de l'assurance... Sources variety.

    http://youtube.com/watch?v=qmix3UgpAtM


    poster_28weekslater_328WL_01634_thumbNail28WL_01763_thumbNail28WL_02493_thumbNail28WL_02068_thumbNail

    28WL_01944_thumbNail28WL_01712_thumbNail28WL_00060_thumbNail

    Film de Danny Boyle (Trainspotting- Sunshine) avec Robert Carlysle (Trainspotting) Le film démarre 6 mois après qu'un virus de la rage ait atteint Londres. L'armée américaine appelée en renfort à neanmoins pu mettre de l'ordre et le monde médical, freiner l'avancée de la maladie...Ils s'apprêtent à repeupler la ville mise sous quarantaine . Cependant, au grand étonnement de tous, un nouveau virus de la rage apparaît, et ré-infecte la précédente épidémie, semant la panique au sein de la population.

    http://www.apple.com/trailers/fox_atomic/28weekslater/

    http://www.28weekslatermovie.co.uk/

    Sortie 19/9.



    whiteoutposterWhiteout un action-thriller de  Dominic Sena, avec Kate Beckinsale 
    Carrie Stetko (Beckinsale) est un flic (U.s. Marshal) , qui vient de s'installer dans l'Antartique désormais devenu sa terre d'adoption. Dans cette vaste étendue, elle a trouvé le calme et la plénitude, choses qui devraient lui faire oublier son passé et se sentir bien. Jusqu'au jour où quelqu'un commet un meutre dans sa juridiction, et que le calme est rompu. Elle va désormais traquer cet assassin, elle n'aura que 6 mois pour y parvenir....Dans ces régions, le soleil n'y brille que pendant cette période.....N'y aurait-il pas un petit air de déjà vu.....Fargo des Frères Coen par exemple?????? 

    Sources Comic.com



    mistposterVous aimez la science-fi et les films d'horreur, alors ceux qui suivent sont pour vous!

    De Frank Darabont, avec Thona Jane, Marcia Gay Harden, Laurie Holden.

    The Mist, réunit le maître de l'horreur Stephen King à l'écriture, avec celui du scénariste Frank Darabont (The Green Mile=The Shawshank Redemption) à la réalisation de ce thriller à faire dresser les poils sur tout le coorps, d'après une adaptation d'une nouvelle de King Himself. . Synopsis court: après une violente tempète, David Drayton, un artiste qio habite dans une petite communauté est confronté ainsi que tous les citoyens de cette bourgade,  à des incéssantes attaques de créatures n'agissant que dans le brouillard épais mais surtout surnaturel...La rumeur locale avance que la petite ville retirée serait la cible d'une expérience appellée ."'The Arrowhead Project' mise sur pied par la base militaire top=secreèe à quelques miles de là. Tout le groupe n'a désormais qu'un but, sauver sa peau, sans se demander si le brouillard peut-être mortel. Câchés dans un supermarché local, Drayton et les autres survivants doivent désormais s'unir afin de pouvoir tenir tête à leur ennemi qu'il ne peuvent même pas aperçevoir... sources comic.com

    Site officiel:  http://www.mistmovie.com/

    Quelques scènes clé dans le supermarché:

    http://www.shocktillyoudrop.com/films.php?id=446.



    30daysofnightposterLe film est fidèle au comic book de Steve Miles et Ben Teplemith, et narre l'histoire d'habitants de la petite ville de Barrow en Alaska, qui doivent se battre contre un groupe de Vampires, assoifés de sang (normal non?), qui se sont introduits dans la cité, lors d'une fête annuelle nocturne.

    Avec Josh Hartnett, Ben Foster (Alpha dog) Sam Raimi, David Slate.

    30daysofnightpubahttp://www.30daysofnight.com/


    poster_death-sentence-p6La première bande-annonce du thriller d'action "Death Sentence", une réalisation de James Wan (Saw-Dead Silence), est disponible sur YouTube. "Death Sentence est basé sur un roman homonyme de Brian Garfield qui a aussi écrit "Death Wish" le roman qui a inspiré la célèbre franchise mettant en vedette le regretté Charles Bronson. Nick Hume (Kevin Bacon) est un cadre bienveillant avec une vie parfaite, jusqu'à une nuit horrible où il est le témoin d'un événement qui le changera à jamais. Transformé par le chagrin, Hume en arrive à la conclusion troublante qu'il ferait n'importe quoi pour protéger sa famille. La distribution est aussi composée de Garrett Hedlun, Kelly Preston, John Goodman, Aisha Tyler, Leigh Whannell, Matt O'Leary, Yorgo Constantine et Jordan Garrett. Le scénario de Death Sentence a été écrit par Ian Jeffers .

    Bande-annonce sur Youtube:

    http://youtube.com/watch?v=K0a8UUEG52

    Une autre sur Terror.feed.

    http://terrorfeed.com/index.php?id=deathsentence-justice

    Et maintenant, tous les posters. Lequel préférez-vous?

    death silenceposter_ComicConDeathSentencePosterposter_death-sentence-p3

    poster_death-sentence-p2poster_death-sentence-p5poster_death-sentence-p4


     

  • Don Cheadle Guy Pearce Jared Leto, Cate Blanchett, Bob Dylan, Robert De Niro...bruits de coulisses

    cheadleDon Cheadle (Ocean's 13-Hôtel Rwanda) a annoncé qu'il v'a s'attaquer à 5 projets via sa société Crescendo Productions. 
    D'abord un  biopic sur le trompettiste de Jazz Miles Davis, sur un scénario de Stephen Rivele et Chris Wilkinson. Ensuite Traitor , drame politique, écrit  réalisé par Jeff Nachmanoff. Cheadle compte y incarner un agent infiltré dans une organisation terroriste. Il devient la cible de plusieurs agents fédéraux, craignant qu'il dépasse les limites et devienne réellement un des leurs.
    Mais encore Quest to Ref,  d'après un scénario de Ben Watkins et Guy Guillet, où Cheadle campera un avocat qui décide d'abandonner son métier et de poursuivre une carrière sportive dans le monde du basket.
    Broken Adonis avec probablement Michael Apted à la réalisation, verra l'acteur en ancien prisonnier qui va nouer une relation particulière avec un garde-frontière et son indic. Et enfin,  Marching Powder qu'il compte produire avec Brad Pitt via la maison de production de Pitt: Plan B. C'est l'histoire vrai d'un dealer qui a passé cinq années à travailler comme guide dans la prison de San Pedro en Bolivie.

    Bientôt dans nos salles les deux prochains films de Cheadle : Reign Over Me et Talk to me.



    Source:Variety et Photorazzi

    pearceGuy Pearce et Don Cheadle vont se donner la réplique dans le thriller d'espionnage Traitor , produit par Overture Films et Mandeville  Basé sur une idée originale de Steve Martin,En développement depuis 2002, le projet semble aller de l'avant puisque le tournage est programmé pour débuter au mois de Septembre, sous la direction de Jeff Nachmanoff . Traitor est le sixième long-métrage que distribuera la jeune compagnie Overture Films. Lancée il ya un an , la société a acquis Ferris Wheel avec Charlize Theron , 105 Degrees and Rising de Jon Amiel, Mad Money, Last Chance Harvey avec Dustin Hoffman et Righteous Kill avec Robert De Niro et Al Pacino.

    Beau prog
    Qu'ont en commun Heath Ledger, Christain Bale, Richard Gere et Cate Blanchett ? Bob Dylan Pardi! Mis à part celui d'incarner le Roi de la Folksong à différentes époques de sa carrière, la grosse surprise, c'est celle de retrouver Cate Blanchett dans la peau de Robert Zimmerman.cateSurprenant et inouï. Le 9 septembre 2006 déjà,  j'avais commis un petit article sur cette invraisemblable nouvelle. (clic sur le Tag en dessous du texte) Mais c'est quoi finalement cette histoire? Un vrai/faux Biopic sur l'une des légendes de la musique film américaine. logo

    I'm Not There de Todd Haynes (Velvet Goldmine) suit sept personnages : Chacun d'entre eux représente une des facettes de Bob Dylan. Il y a Woody, jeune garçon noir de 11 ans, Robbie, le chanteur/Casanova, Jude la rock star androgyne, John/Jack, l’idole folk en crise, Arthur et Billy le célèbre hors-la-loi vieillissant. En cliquant sur le lien ci-dessous, vous découvrirez Jude/Cate Blanchett rencontrant Allan Ginsberg.

    http://youtube.com/watch?v=VyWgzUGOliw


    sth Green bouldane,Les Wild Hogs ont terminé leur parcours, place à "Old Dogs" .Seth Green (Austin Pauwers) s'est joint à la distribution du film "Old Dogs, d'après un scénario de David diamond et David Weissman, une comédie réalisée par Walt Becker pour les studios Walt Disney. Robin Williams, John Travolta, Kelly Preston et Matt Dillon avaient déjà été embauchés pour y jouer.
    Le long-métrage traite de deux amis et partenaires d'affaires qui voient leur vie changer lorsqu'ils doivent prendre soin de jumeaux de sept ans. Green jouera un cadre de la firme de marketing qui est gérée par les personnages de Williams et Travolta. 

    15minutes1

    Les studios Universal ainsi que Robert De Niro et sa partenaire de la firme Tribeca, Jane Rosenthal, vont produire un long-métrage sur l'avènement du communisme en Chine et l'accession au pouvoir de Mao Tse-Toung. Au centre de l'histoire, l'un des seuls journalistes occidentaux à se trouver dans ce pays au moment des événements, selon Variety.
    Le studio a acquis un option sur les droits des mémoires de Roy Rowan, un livre intitulé "Chasing the Dragon: A Veteran Journalist's Firsthand Account of the 1949 Chinese Revolution". Jon Marans et Yuri Sivo vont adapter l'histoire pour en faire un drame à grand déploiement qui comprendra aussi une histoire d'amour. Rowan agira à titre de consultant. Sivo portera également le titre de producteur exécutif. Rowan avait laissé son boulot de travailleur humanitaire pour les Nations Unies en Chine pour un job de correspondant pour Time and Life. Avec un photographe, il a suivi l'accession au pouvoir de Mao et les changements qui en ont découlé. Il est aussi tombé amoureux d'une interprète chinoise qui pourrait avoir été une espionne.

    Sources ShowBiz


    josh_faoC'est le jeune Josh Flitter qui a été choisi pour incarner le fils de Ace Ventura dans le film "Ace ventura 3" produit par Morgan Creek, et qui sera réalisé par David. M.Evans. le film dont le tournage devrait débuter en septembre prochain suit les traces du fils de Ace Ventura, qui prend exemple sur son père et deviens détective. mais pas n'importe lequel, détective privé pour animaux de compagnie.....pour sa classe de 5ième. Il est contraint de retrouver un bébé panda, après que sa mère soit accusée à tort d'avoir volé l'animal.

    Flitter est au générique de Licence to Wed et Nancy drew. En préparation: Horton et Hear a Who.


    jared_leto_300x400 C'est le beau Jared Leto (Lonely Hearts-Requiem for a dream) qui a été choisi par Jaco van Dormael (Le 8ème jour) pour commencer le tournage de Mr Nobody tant à Bruxelles qu'a Montréal et Berlin. mr
    Nemo (Jared Leto) a trente-cinq ans. Il mène une existence ordinaire aux côtés de sa femme, Elise (Sarah Polley) et de leurs trois enfants jusqu'au jour où la réalité semble déraper : des panneaux publicitaires lui adressent des messages personnels ; il croise des inconnus qui lui ressemblent étrangement  il découvre, derrière les façades en carton-pâte de la ville, une plage où d'énormes blocs de mer sont assemblés par des hélicoptères. Nemo se réveille. Il est au fond d'un lac, en train de se noyer, prisonnier de sa voiture. Il se réveille, face à un inconnu qui lui tire une balle en pleine poitrine. Il se réveille encore, au bord de la piscine d'une splendide villa, avec une nouvelle femme et de nouveaux enfants qu'il ne reconnaît pas. Est-ce encore un mr_nobody4
    rêve????? (art-work d'une cité jardin de Bruxelles, un des sites de tournage. "...Le nouvel opus de Van Dormael, "Mr Nobody" est un film assez complèxe, avec un brin de "Dark City", un zeste de Slaughterhouse Five, et quelques clins d'oeils à "The Truman Show". mr_nobody2
    mr_nobody3

    photos site Teemex/ sources Showbizz

    Sources Hollywood reporter.


    kb   DeathLa première bande-annonce du thriller d'action "Death Sentence", une réalisation de James Wan (Saw-Dead Silence), est disponible sur YouTube. "Death Sentence est basé sur un roman homonyme de Brian Garfield qui a aussi écrit "Death Wish" le roman qui a inspiré la célèbre franchise mettant en vedette le regretté Charles Bronson. Nick Hume (Kevin Bacon) est un cadre bienveillant avec une vie parfaite, jusqu'à une nuit horrible où il est le témoin d'un événement qui le changera à jamais. Transformé par le chagrin, Hume en arrive à la conclusion troublante qu'il ferait n'importe quoi pour protéger sa famille. La distribution est aussi composée de Garrett Hedlun, Kelly Preston, John Goodman, Aisha Tyler, Leigh Whannell, Matt O'Leary, Yorgo Constantine et Jordan Garrett. Le scénario de Death Sentence a été écrit par Ian Jeffers . ET première images .

    ds04bds John Goodmands pix Kevin1

     

     

     

     

    http://youtube.com/watch?v=K0a8UUEG52M

    variety photos P.R.