john wayne

  • 7 ans et....3 millions de visiteurs..

                                                                  

     

     Hellow tous et toutes.

    dyn003_original_93_80_gif_2553649_d3a5b9d9f18420036efb7e69111ad635

    Le cinéma est depuis mon enfance, une véritable passion, voir une obsession. Quand j'étais gosse, ma grand'mère, chez qui je passais toutes mes vacances, grandes ou petites, m'enmenait dans l'unique petite salle de cinéma à l'arrière d'une brasserie sise sur la place communale de Diegem (Brabant).... En ces temps là, il y avait les chaises coiffeurs qui trônaient à côté du zinc, et derrière celui-ci, à côté des pompes à biere....une ouverture menant à la petite épicerie attenante et appartenant au même propriétaire... .... La campagne quoi! Et... la salle en question n'ouvrait que le dimanche, pour une seule séance à 14h.. Fallait avoir été très sage pour obtenir le précieux sésame qui donnait droit aux aventures des Comedy Capers, Harold Lloyd, Laurel et Hardy, et parfois des westerns. Ben oui, en ce temps là, les cinémas de quartier, comme celui niché au fin fond de cette commune qui sentait bon le foin, avant son urbanisation, n'avaient pas encore les reins assez solides pour proposer les films que l'on pouvait voir en ville..et puis..  avec le bus vicinal qui allait par monts et par vaux, c'était toute une expédition..la ville semblait si lointaine. Aujourd'hui cette salle et toutes les autres a fait place à des grandes surfaces,  des sites industriels, et si on veut aujourd'hui aller au cinoche, faut se rendre en ville et croiser toute une faune qui prend possession des 20 salles froides et impersonnelles que comptent les grands mastodontes dédiés au 7eme art. Tu parles d'un gai...surtout au son de tous ceux qui grignotent du popcorn . Lorsque je repense à "ma" petite salle dans l'arrière boutique...... le claquement du siège en bois, bruit si particulier, reconnaissable entre tous, un peu comme celui des briquets Dupont (pub gratuite)   les bonbons-caramels-eskimaus-chocolat criés par l'ouvreuse, tout me revient en mémoire.  Si j'avais été sage, ma grand'mère me gratifiait de 2 sous pour un frisko. Oui , oui.c'était chouette.

    dyn003_original_103_80_gif_2543688_f9fff9477de8adb03e2d0edc3389ff69A cette même époque, la télévision belge n'offrait quant à celle, que deux chaînes nationales, Rtb et Brt...et encore les programmes ne commencaient que vers 20h., du très figé avec des images cahotantes. Fallait faire avec, et la radio souvent branchée sur Europe1 ou Rtl complètaient la monotonie du paysage. Donc, le cinéma dans mes yeux d'enfant, représentait le monde extérieur, et la forme la plus "vraie" et la plus belle pour plonger dans le rêve.  Autrement mieux que tous les bouquins qu'on m'obligeait à lire et dans lesquels sans images, je n'aimais pas m'aventurer.

    x1pk64-9H0OKxSNQYK4oZs_dxL0Z7d9OK4z-rjkUYrn_PtAIYXhOww06KuTkAq4bUXIweHPCRKdyxgFIGTkgrgZPPXFhyBbZsPJg-LhYqa3yyzZzhmXPhUYCFyex_mVxqx05iv091sUc5LG7nyVQuelques années plus tard, je devais avoir 10/12 ans, ma tante du côté de mon papa, caissière au cinéma Victory, rue Neuve, juste en face du Métropole,  me faisait régulièrement passer entre les mailles du contrôleur (chut il y a prescription), et j'assistais les yeux ébahis aux échanges de John Wayne avec les indiens. Ce cinéma avait la particularité de, en dehors d'être un superbe exemple d'Art Déco,  proposer de nombreux westerns, genre à la mode à la fin des années cinquante, sous la forme de "Grindhouse" pour reprendre un terme fort à la mode ces temps çi.  Deux films pour le prix d'un, et en guise d'intermède, Stan Laurel et Oliver Hardy faisaient eux aussi, quoique déjà largement sur le retour, les beaux jours de ce cinéma. Je me rappelle aussi des "réclames". Qu'est-ce-qu'elles étaient marrantes...présentées par le petit Groom tout de rouge vêtu qui commencait par ces mots "publicité VanDamme KH" et faisant rouler des grands yeux écarquillés... Petite différence avec les cinéma de patelin, ici on avait droit à des bons fauteils bien moëlleux. A cette époque, j'étais émue par le sourire de la vedette, et j'imaginais l'histoire qui se cachait derrière les traits des nombreuses stars à l'affiche en ces temps là.
    decoration
    Bogart, Bacall, Mitchum, Turner, Martine Carol, Dietrich, Von Stroheim, Gloria Swanson, Tyrone Power, M. Monroe, Garbo, James Steward, Cary Grant, James Dean, E.G. Robinson, Hayworth, Susan Haywart, Joan Crawford, Bette Davies, Lana Turner, Henry Fonda, se retrouvaient l'espace d'une quinzaine à l'affiche des nombreuses salles bruxelloises. A l'époque la capitale en recencait plus d'une centaine...Rien qu'à la rue Neuve au centre ville, il y en avait une dizaine..Quant aux comédies musicales, les pas de danse d' Ann Miller, Fred Astaire , Nicholas Brothers Gene Kelly, Donald O'Connor, Cyd Charisse, Ginger Rogers, Judy Garland et Mickey Rooney, n'avaient plus aucun secrets pour moi.... Le cinéma d'alors avait tout pour capter une émotion, un instant de vérité sans tous les artifices utilisés aujourd'hui. Bien sûr, certains longs-métrages présentaient de grosses lacunes...et les "trucages" étaient bidouillés, mais qu'importe, le rêve  était bien présent..... j' eu la chance de pouvoir les vivre toute éveillée, une expérience qui a marqué ma vie. Et souvent la nostalgie m'emporte. john wayne,lairel et hardy,comedy capers,humphrey bogart  lauren bacall,marilyn monroe,actualite,actualite cinema,cine,cinema,moteur on tourne,movie,news,info,info cine,silence on tourne,actualite cine,photo,photosQu'elles étaient belles les salles des années 50 et 60, véritables chefs-d'oeuvres, des joyaux d'Art-Nouveau...Des murs africains pour certaines, art-déco made in the roaring thirtees pour d'autres, mais toutes avaient une âme, même lorsqu'elles étaient vides..et malgré le grand rideau rouge encore fermé . Ces salles étaient chaleureuses et accueillantes...surtout lorsque le  sourire des aimables "ouvreuses" lampe de poche à la main, nous guidaient vers nos sièges, après avoir déchiré une partie du ticket....A l'époque, pas d'horaire, le va et vient était permanent, comme les séances. Et pas de frisko, ni de popcorn et autres sodas....avant l'entracte. D'ailleurs entre les bâtons de glace avec ou sans chocolat, les 6 minis pralines chocolatées et glacées, et les petits paquets de bonbons, le choix était restreint, mais nous nous en contentions...Une fois les réclames passées, on n'entendait plus, contrairement à aujourd'hui, le moindre crunch crunch. En ces temps là Madame, les spectateurs se respectaient....

    dyn006_original_115_200_gif_2543688_33cfedf8db6996f79b1857c451755363[1]Je ne pouvais pas trouver de moment plus propice, maintenant que j'approche des trois millions de visiteurs, pour vous faire partager ces quelques moments d'intense émotion et, profite de l'occasion pour dire merci à tous ceux qui depuis le début continuent à me suivre , et ce malgré l'apport des réseaux sociaux qui petit à petit ont bouffé les blogs...Le mien vivote encore, mais même pour 10 visiteurs, je continuerai à l'alimenter chaque jour....BOn c'est moins drôle qu'au début, mais cela me permet de rester active dans le circuit..   A défaut de faire partager ma passion sur une grande échelle aujourd'hui, j'espère que mes avis tranchés et mes chroniques continueront à donner envie ou pas d'aller voir certains films...Mais je forme le voeux qu'il restera toujours quelque chose de MichCiné, quand j'aurai fermé boutique dans quelques années. D'ici là.... j'espère rester une bonne petite banque de données.

    mixedfeed

     

     

    mix2

     Mise au point Importante......

     

    dyn001_original_282_162_pjpeg_2563256_1d890f5458fe22c41aae39a942afa092Maintenant, je vais vite passer à un petit détail, mais important pour moi. Je sais qu'il y a des fautes d'orthographe par çi par là. Mes faiblesses, je ne les ai jamais cachées...je ne suis pas une encyclopédie vivante, et je ne fais pas partie des meilleures plumes du royaume, mais je reste pleine de tendresse, non pas pour les cancres, mais pour tous ceux qui comme moi, faute de n''avoir pu terminer de grandes études, n'en continuent pas moins de fureter partout, sur les sites internet, et dans les bibliothèques communales, pour continuer à se cultiver.. Pour tous ceux, et j'en fais partie, qui se bagarrent amoureusement avec les mots, qui craignent d'avoir commis 3/4 erreurs dans un article...mais qui pris par leur passion, sont un peu dissipés et distraits....  Je pourrais, à défaut d'avoir une syntaxe irréprochable, poster un texte au moins vide de fautes, suffit lors d'une hésitation; soit consulter le dico pôsé sur mon bureau, soit utiliser un correcteur dans le traitement de texte. Et bien non! Je laisse à dessein quelques couacs pour prouver aux esprits à la critique facile, que mes textes ne sont pas de vulgaires copiés/collés. Et s'il m'arrive de le faire, c'est d'après des communiqués de presse professionnels, et par manque de temps.....je gère ce blog toute seule... mais comme je suis une boulimique du travail, et tellement passionnée dans ce que je fais, il m'arrive de confondre vitesse et  précipitation. La seule vertu qui m'importe, c'est de présenter des articles biens faits, mais surtout récoupés..afin de ne pas être à côté de la plaque.....même si quelques "coquilles" orthographiques subsistent.

    Merci pour votre fidélité!

    Michciné (67)

     

  • Appaloosa sous la loupe sortie Belgique.

    appaloosaposter
    Le western fait un come-back magistral.....aves  "Django Unchained"  Très populaire dans les années 30/40/50, et plus tard, après les sorties des films cultes  "Les 7 Mercenaires" et les Westerns Spaghettis: Le Bon, Le Brute et le Truand" "Pour quelques dollars de plus" "Mon Nom est personne" et Bandidas.....le genre était un peu tombé dans l'oubli. Plus de John Wayne, Gary Cooper, Clint Eastwood, Eli Wallach.. Cependant, depuis peu, on assiste à un retour aux sources du western, et si on respecte les anciens codes du style, il nous fait redécouvrir tout ce qui en faisait son charme...  Les grandes plaines, les pistoleros, les rangers, les saloons, les parties de poker, les attaques de diligences, les indiens, les forts retranchés.  apploosa du pixAprès 3:10 To Yuma et "The Assassination of Jessie James" ,  films qui ont ouvert la voie en 2008, voici "Appaloosa" écrit/produit/scénarisé et dirigé par Ed Harris, son deuxième film après Pollock.  Les deux acteurs principaux Virgil Code (Ed Harris) et Everett Hitch (Viggo Mortensen) ne doivent faire aucun effort pour être à l'aise dans leurs rôles respectifs, ceux d'un rugueux duo de pacifistes un peu décalés, qui arrivent sur leurs magnifiques Appalossa, un arrière pays du New Mexico où règne le trouble,  décident d'y rester afin de remettre un peu d'ordre, et de mettre fin aux agissements du rancher Randall Bragg (Jeremy Irons) et sa bande.

    Ils vont y rencontrer la mystérieuse Allyson French (Renée Zelwegger) dont les manières vont mettre à mal la longue amitié qui unit les deux potes depuis près de 10 ans! 

    appaloosa fiveappaloosa threeappaloosa fourAdapté de la nouvelle de  Robert B. Parker, Appaloosa c'est le Western, le Vrai, avec ses bordels, et tous ce qui je vous ai décrit plus haut, mais avec en plus les notables du coin, et le train qui à défaut de siffler trois fois, donne à l'histoire son cachet final.  Lorsque le film démarre, le sheriff local et son adjoint sont descendus par Braggs (Irons)  sorte de type qui ne reconnaît aucune loi, sauf la sienne. Raison pour laquelle, les habitants de la bourgade appellent le duo à la rescousse, en conférant à Viggil tous les pouvoirs afin de neutraliser la bande qui terrorise la ville. Une petite paix s'installe, et tout semble aller pour un mieux, jusqu'à l'arrivée de la diligence....et n'en débarque Allyson, une jolie jeune femme en jupons....(Zellweger). Femme au passé douteux, qui captive aussitôt Virgil. Tout est en place pour que le drame s'installe...  .

    appaloosa castLe film ne manque pas d'action, même si ces dernières se font de manières lentes et décalées, mais ceci n'est pas le nerf "D'Appaloosa" . Ed Harris explore plutôt le changement opéré chez un renégat, qui voue une très grande fidélité à un ami.  Tout au long du film, leurs plaisanteries seront au centre des débats et sujet à de nombreuses scènes comiques. Dame, que faut-il bien faire pour meubler les temps morts entre deux guets..Souvent, Virgil veut paraître plus poli qu'il n'est en réalité, mais il ne parvient jamais à trouver le bon mot au bon moment, tandis qu'Everett est toujours là pour le sortir d'affaire avec une joke....The right word at the right moment...Entretemps, les sentiments de Virgil envers Allison grandissent. Pourront-ils lever le pied et ensemble si possible?   Harris maitrise avec délectation les ficelles des relations humaines, et ses acteurs lui en tête, délivrent une très belle composition. . appoolosa Irons MichCiné Jusqu'à la toute dernière image, qui ne remet pas en doute ce qui transpire tout au long de la projection, à savoir que Appaloosa est un des rares films qui comprenne le sens du mot amitié.  Certains trouveront que film contient des longueurs, ils auront probablement raison, mais ces longueurs là sont très bien mises en valeurs..Et puis....le style à fait ses preuve avec la série des films de Sergio Leone. Quant l'image est belle, tout reste captivant, même les silences!           

     

     

     

    appaloosa cast 4

    Je n'ai pas pour habitude de poster des clip musicaux, mais celui qui suit est vraiment un petit bijou, que je n'ai pas pu m'empêcher de la faire. Et puis, quelle belle idée que d'associer la musique de ce génial pianiste avec un western, surtout que cela tombe bien pour moi avec ma chronique sur Appaloosa. Cependant, tout le mérite de la trouvaille revient à Greasette, une bloggeuse dont le site "Comédies Musicales et trala "la est une véritable mine d'or. Cliquz sur le lien en bas...

    http://greasette.skynetblogs.be

  • Harry Carey héros des westerns décès!

    carey.jpg

    Harry Carey Jr., un comédien connu pour ses nombreux films de westerns est décédé ce jour dans un hôme pour personnes âgées à l'âge de 91 ans. La nouvelle a été annonçée par sa fille Melinda Carey. Le "Cow-Boy" laisse un veuve, un fils, deux filles, deux petits-enfants, et deux arrière petits-enfants. En 50 ans de carrière, il est apparu dans plus de 90 longs-mètrages, la plupart des westerns, car il fit partie de la John Ford Stock company, réalisateur qui le fit tourner à de nombreuses reprises, avec John Wayne dans  “She Wore a Yellow Ribbon,” “The Searchers,” “3 Godfathers “ and “Rio Grande.”  “Red Rive and “Cahill, U.S. Marshall.” entre autres, et sans dans “Cheyenne Autumn,” " Wagon Master," “Mister Roberts” et “Two Rode Together.” Lorsque les western connûrent leurs  traversée du désert ....si je puis dire, il s'est  bien évidemment tourné vers la télévision qui elle en faisait encore les beaux jours, avec des séries télévisées très populaires, telles Gunsmoke, Bonanza et Rawhide...

    ca rey 2005.jpg

    Sa dernière apparition au grand écran remonte à 1993..."Tombstone" avec Val Kilmer et Kurt Russel...Les producteurs et cinéastes faisaient souvent appel à ses connaissances Western, car en mémoire vie de l'épopée "fordienne" il pouvait leur être d"un grand secours..Il publiât ses mémoires sous le titre de "Company of Heroes: My Life as an Actor in the John Ford Stock Company," en 1994

     

  • Jean Dujardin très à l'aise sur les plateaux télés, épate les américains!

    dujardin chez leno.jpgJean Dujardin a-t'il mis définitivement le public américain dans la poche? On dirait bien que oui! D'un talk show à un autre, il divertit les audiences avec ses facéties. Après Robert DeNiro et un chameau, il y a quelques semaines, sur un autre plateau télé Us, Jeannot propose à Jay Leno du Tonight Show, John Wayne, John Travolta et Sean Connery dans de savoureuses imitations...Particulièrement la danse en Z façon Travolta, laquelle a bien fait rire l'autre persone assise sur le sofa! En attendant, Jeannot (de la lune) est occupé à se tailler la part du lion en Amérique. Les critiques ne tarissent pas d'éloges, et si certains moguls ne voient en cette renommée qu'un feu de paille du à la barrière de la langue, d'autres au contraire, n'hésitent pas à dire qu'avec un charisme comme le sien, Jean Dujardin pourrait très bien faire carrière au States..

    Voyez par vous même sur cette savoureuse vidéo, où malgré un accent à couper au couteau, je trouve que Dujardin a fait d'énormes progrès en anglais.

     

  • Berlin Tapis-Rouge pour TRUE GRIT

    trur grit logo.jpgComme promis, voici les photos du Gala d'ouverture du Festival de Berlin, l'un des plus importants festivals de cinéma au monde, au même titre que Cannes et Venise. Le festival a gardé une chaise vide pour Jafar Panahi, membre du jury, en espérant que, le cinéaste iranien qui comme on le sait est emprisonné,  pourra se joindre au jury d'ici le 19 février où sera décerné l'Ours D'Or par le jury présidé par Isabella Rosselini..Seize films concourent pour la récompense suprême..

    True Grit, le dernier opus des Frères Coen ouvrait la 61ème cérémonie, en présence de Jeff Bridges, Josh Brolin et Haylee Steinfeld, la révélation et les frères Coen. Du très beau monde pour un  festival qui chaque année propose un programme de choix.

    true grit bridges.jpgtrue grit brolin.jpgtrue grit cast.jpgtrue grit coen.jpgtrue grit entire cast.jpg

     true grit trio.jpgtrue gritt bridges 2.jpg

    true grit brolin2.jpgtrue grit steinfeld.jpg

  • James Bacon. Décès. Il a vécu l'âge d'or du 7ème Art!

    baconliztodd2.jpgJames Bacon , est décédé à son domicile de Northridge (Californie) hier à l'âge de 96 ans. Une longue vie, riche en émotions et en rencontres exceptionnelles. Ce chroniqueur digne fils de son père Thomas Bacon, chroniqueur pour Randolph Hearst (film qui a influencé Orson Welles pour Citizen Kane) qui a  passé 23 ans à l'Associated Press , ensuite 18 années au Herald, était également l'auteur de trois bouquins explosifs: "Hollywood is a fouur letters town"," Made in Hollywood " et l'autobiographie de Jackie Gleason 's " How Sweet It Is ". Tous des best sellers!

    baconmonroe-195x240.jpgbacon-2.JPGPendant sa longue carruère de journaliste, il a été le confident de Marylin Monroe, de John Wayne dont il fut le premier a annoncer le cancer, a fréquenté le fameux Rat Pack de Franck Sinatra dans des beuveries sans fin, et a rencontré plusieurs grandes personnalités politiques, dont quelques présidents et Winston Churchill. Ce "rat" des scoops, paparazzo bien avant l'heure, avait même réussi à s'introduire chez Lana Turner,  en se faisant passer pour le coroner, et à lui  "arracher" des confidences exclusives sur le coup de couteau fatal porté par sa  Cheryl  Crane sur son amant Johnny Stampanato. Cette affaire avait défrayé la chronique pendant de nombreux mois. Bacon est celui qui bien avant les officiels (une fois de plus) s'était rendu au domicile de Elisabeth Taylor, pour lui annonçer la mort de Mike Todd son époux. Cependant, beaucoups ont mis en doute sa prétendue liaison avec Marylin, dont il parle dans "Hollywood is a four letter town"  Une autre de ses gros coups est celui d'avoir démystifié le canular Clifford Irving (The Hoax à l'écran avec Richard Gère) sur la soi-disant biographie de Howard Hughes. Bref, Bacon était vraiment un journaliste hors-pair, dont feraient bien de s'inspirer les pseudos chroniqueurs et paparazzi actuels. Aux oubliettes Elfassi....et consorts..


    .

    .

     .

  • RIP.Michael Jackson

     

    Three deaths in a row(photo Chicago Tribune)
    Depuis quelques jours, les décès du showbizz font le une. Farrah Fawcett, Michael Jackson, Ed MacMahon, Karl Malden. Surtout Michael Jackson!, .

    Si j'ai choisi le cliché représentant les trois premiers nommés, c'est parce que lors de décès, d'accidents la loi des séries de trois intervient plus qu'à son tour. Cela m'a toujours interpellé, lors de catastrophes ou terriennes... Après le crash d'un avion, il y en a toujours deux et trois dans la foulée (voir les réçents Airbus ) ce qui m'amène (enchaînement facile) vers les premières années du R'n'Roll, où trois vedettes montantes du r'n'roll  Ritchie Valens (La Bamba) Big Bopper (Chantilly lace) et Buddy Holly (Peggy Sue). périrent ensemble dans le crash d'un avion de ligne, alors qu'elles étaient en route pour un concert à Londres. Aujourd'hui, alors que l'actualité est ce qu'elle est, je me pose la question suivante : après David Carradine, Bill Mayes une vedette de la télévision Us et Fred Travelanos , l'homme aux 1.000 voix, Sky Saxon le chanteur du groupe The seeds, et Koko Taylor....Cela fait 5 décès, même si nous ne les connaissons pas tous....Who's next? 
    mj national gallery
    Afin d'apporter ma petite pierre à l'édifice des nombreux hommages rendus ce jour à Michael Jackson, j'ai eu envie de publier une vidéo montrant l'endroit où de nombreuses grandes stars américaines, reposent en paix dans un environnement exceptionnel.  D'emblée ce qui frappe,  c'est qu'en dehors du calme qui sied à ce genre d'endroit, les lieux sont superbes et de toute beauté, bien loin de nos "vilains "cimetières. déprimants. Là-bàs et à Paris (Père Lachaise)  ces sites sont de véritables parcs, qui de par leurs aménagements et leurs différents commodités mettent tout en oeuvre afin que le visiteurs puissent se recueillir sans devoir afficher le masque de circonstance. Faire hommage aux proches décédés n'est déjà pas drôle en soi, donc ces endroits n'en sont que plus valorisants.  Pour les américains, rendre hommage à leurs défunts n'est pas une corvée, au contraire ils peuvent pourquoi pas afficher un sourire, s'asseoir sur un des nombreux bancs, voir tout simplement se promener, dans un endroit qui, loin de la tristesse et morosité affichée chez nous, baigne sous le soleil. Ultime clin d'oeil à la "vie" . Aux dernières nouvelles Michael Jackson serait entérré dans un de ses cimetières...Enfin le calme pour le Roi de la Pop?

    mmonroe

    Cliquer sur le son.

     A noter la bande musicale "Celluloid Heroes" par Ray Davies  "The Kinks""

    Clip réalisé par Kenrg.
    Défilent non sans une pointe d'humour de l'auteur,  Al Jolson, Stan laurel, James Stewart, Sonny (Cher) Liberace avec un superbe piano dessiné, Nicole Brown Simpson, Bela Lugosi, Sammy Davies, Richard Nixon, John Wayne, Sharon tate (Polansk'is Wife) Marilyn Monroe, Ritchie Valens (La Bamba) et très drôle deux tombes, l'une Dodge, l'autre Ford côte à côte. Bien vu du photographe Ken Goldstein.

     ramone_j

     

  • Appaloosa sous la loupe et bande-annonce


    appaloosaposter
    Le western fait un come-back magistral. Genre cinématographique très populaire dans les années 30/40/50, et plus tard, après les sorties de "Les 7 Mercenaires" et les Westerns Spaghettis: Le Bon, Le Brute et le Truand" "Pour quelques dollars de plus" "Mon Nom est personne" et Bandidas.....il était un peu tombé dans l'oubli. Plus de John Wayne, Gary Cooper, Clint Eastwood, Eli Wallach.. Cependant, depuis peu, on assiste à un retour aux sources d'un genre qui, si on respecte les anciens codes du style, nous fait redécouvrir tout ce qui faisait le charme de ce cinéma là!   apploosa du pixAprès 3:10 To Yuma et "The Assassination of Jessie James" , voici "Appaloosa" écrit/produit/scénarisé et dirigé par Ed Harris,  (Virgil Code) le deuxième film après Pollock. Synopsis  Virgil Code (Harris) et Everett Hitch (Mortensen)  enfourchent leurs montures, de magnifiques Appaloosa, et descendent  sur New Mexico. Les deux acteurs ne doivent faire aucun effort pour être à l'aise dans leurs rôles respectifs, ceux d'un rugueux duo de pacifistes un peu décalés, qui arrivent dans un arrière pays où règne le trouble, et décident d'y rester afin de remettre un peu d'ordre, et de mettre fin aux agissements du rancher Randall Bragg (Jeremy Irons) et sa bande.

    Ils vont y rencontrer la mystérieuse Allyson French (Renée Zelwegger) dont les manières vont mettre à mal la longue amitié qui unit les deux potes depuis près de 10 ans! 

    appaloosa fiveappaloosa threeappaloosa fourAdapté de la nouvelle de  Robert B. Parker, Appaloosa c'est le Western, le Vrai, avec ses bordels, sa prison, son hôtel, sa diligence, son saloon, où se retrouvent les notables du coin, et le train qui à défaut de siffler trois fois, donne à l'histoire son cachet final.  Lorsque le film démarre, le sheriff local et son adjoint sont descendus par Braggs (Irons)  sorte de type qui ne reconnaît aucune loi, sauf la sienne. Raison pour laquelle, les habitants de la bourgade appellent le duo à la rescousse, en conférant à Viggil tous les pouvoirs afin de neutraliser la bande qui terrorise la ville. Une petite paix s'installe, et tout semble aller pour un mieux, jusqu'à l'arrivée de la diligence....et n'en débarque Allyson, une jolie jeune femme en jupons....(Zellweger). Femme au passé douteux, qui captive aussitôt Virgil. Tout est en place pour que le drame s'installe...  .

    appaloosa castLe film ne manque pas d'action, même si ces dernières se font de manières lentes et décalées, mais ceci n'est pas le nerf "D'Appaloosa" . Ed Harris explore plutôt le changement opéré chez un renégat, qui voue une très grande fidélité à un ami.. et tout au long du film, leurs plaisenteries seront au centre des débats et sujet à de nombreuses scènes comiques. Dame, que faut-il bien faire pour meubler les temps morts entre deux guets..Souvent, Virgil veut paraître plus poli qu'il n'est en réalité, mais il ne parvient jamais à trouver le bon mot au bon moment, tandis qu'Everett est toujours là pour le sortir d'affaire avec une joke....The right word at the right moment...Entretemps, les sentiments de Virgil envers Allison grandissent. Pourront-ils lever le pied et ensemble si possible?   Harris maitrise avec délectation les ficelles des relations humaines, et ses acteurs lui en tête, délivrent une très belle composition. . appoolosa Irons MichCiné Jusqu'à la toute dernière image, qui ne remet pas en doute ce qui transpire tout au long de la projection, à savoir que Appaloosa est un des rares films qui comprenne le sens du mot amitié.  Certains trouveront que film contient des longueurs, ils auront probablement raison, mais ces longueurs là sont très bien mises en valeurs..Et puis....le style à fait ses preuve avec la série des films de Sergio Leone. Quand l'image est belle, tout reste captivant, même les silences!             appaloosa twoAppaloosa one

     

     

     

     

     

     

     

    appaloosa cast 4

  • John Wayne producteur...Dvd cultes

    john wayne producteurEn 1952, John Wayne fonda avec le producteur Robert Fellows sa maison de production, la Wayne-Fellows Production. Après le départ de Fellows, quelques mois plus tard, Wayne rebaptisa la compagnie pour en faire la Batjac. Batjak était le nom d'une compagnie maritime de fiction dans le très beau film d'Edward Ludwig, Le Réveil de la sorcière rouge, en 1948. Une erreur de transcription, mentionne cependant Batjac.
    Il s'agissait pour l'acteur de garder un contrôle artistique sur les films dans lesquels il était en vedette, même si on sait qu'il y avait une poignée de cinéastes à qui il faisait une confiance aveugle, comme Howard Hawks et surtout John Ford. La Batjac avait signé un accord de distribution avec la Warner ou United Artists et produisit, bien sûr, les films dont l'acteur signa la mise en scène, comme Alamo (1960) et Les Bérets verts (1968), mais aussi un certain nombre de films signés par d'autres et dans lesquels il n'apparaissait pas forcément.
    Après la mort de Wayne, en 1979, la Batjac fut gérée par la famille du comédien. Des problèmes juridiques eurent pour conséquence de bloquer une partie des titres, qui resteront longtemps invisibles, certains comme Hondo, l'homme du désert, de John Farrow, ou Sept hommes à abattre, de Budd Boetticher, accédant au statut de films mythiques.
    En 2004, la Batjac a signé avec Paramount un accord de distribution, le studio s'engageant à distribuer les titres restaurés en DVD et à tirer, dans certains cas, des copies neuves en 35 mm. C'est à cet accord que l'on doit l'édition en DVD de quelques titres. William Wellman a notamment signé Ecrit dans le ciel (1954), où Wayne incarne un pilote de ligne qui tente de sauver son avion en difficultés, et Aventure dans le Grand Nord (1953), où il tente de survivre avec quelques compagnons au crash de son avion tombé en plein pôle Nord.
    Track of the Cat, en 1954, du même Wellman et dans lequel Robert Mitchum tient le rôle principal, est plus intéressant que ces deux titres plutôt conventionnels. C'est le portrait d'un homme brutal obsédé par l'idée d'abattre le couguar qui a tué son frère. La photographie somptueuse et expérimentale de William H. Clothier crée une image en noir et blanc parfois violemment tachée de couleurs.
    On peut aussi découvrir le mythique Hondo, l'homme du désert, de John Farrow (1953), honnête western antiraciste dont la rigidité est brisée dans la dernière séquence (une bataille spectaculaire avec les Indiens) et dont on découvre dans les bonus qu'elle a été filmée par John Ford. Sept hommes à abattre, de Budd Boetticher (1956), western rendu célèbre par un article d'André Bazin, est l'autre rareté, âpre histoire de vengeance avec Randolph Scott et Lee Marvin. A découvrir .
    D'après J.P.R "Le Monde"

    Sources "Le Monde"

  • HD-DVD de la semaine.

  • beavis

    Un superbe coffret de Beavis et Butt-Head, avec ci-dessous, la liste de tous les chapitres. (distribution Paramount)

  • Customers Suck  -Heroes  - Home Improvement -Stewart's House
  • Yogurt's Cool - Babes R Us - Friday Night - Scientific Stuff - At The Sideshow - Be All You Can Be -Washing The Dog -Lawn & Garden
  • Burger World - Bedpans & Broomsticks - Good Credit -Way Down Mexico Way - For Better Or Verse -Beware Of The Butt -At The Movies - Sick - No Laughing -Baby Makes Uh, Three -The Butt-head Experience
  • Gcowboys

    GbravoLa section "à venir" de la vitrine officielle du HD-DVD The Look and Sound of Perfect.com, vient d'être mise à jour avec deux westerns avec John Wayne qui n'avaient été jusqu'alors annoncés sur aucun planning de l'éditeur. (Warner) On sait que le studio prépare plusieurs éditions ou rééditions DVD des films du Duke pour célébrer le centième anniversaire de sa naissance, avec notamment pas moins de deux édition collector du Rio Bravo d'Howard Hawks, un classique qui devrait donc faire son apparition en haute définition si l'on en croit le site en question. Il serait accompagné des Cowboys de Mark Rydell, réalisé en 1972, lui aussi attendu en édition Deluxe en DVD. . La logique voudrait qu'ils arrivent en même temps que les éditions DVD, c'est à dire le 22 mai (John Wayne est né un 26 mai), mais rien n'est certain.


    GpriscillaFox et MGM préparent pour le 5 juin une nouvelle édition spéciale zone 1 de l'excellente comédie Priscilla, folle du désert, avec Hugo Weaving, Terence Stamp et Guy Pearce en drag queens en tournée à travers l'outback australien. Le film sera proposé dans son format d'origine 2.35:1 avec pistes anglaise en DTS 5.1, piste française en Dolby Digital 5.1 Surround, sous-titres anglais et espagnols. Côté suppléments, puisque c'est la grande raison d'être de cette nouvelle édition, l'éditeur annonce un commentaire audio du réaliasteur Stephan Elliot, des scènes coupées, les documentaires (ou featurettes) "Birth of a Queen" et "Tidbits from the Set", un bêtisier, une galerie de photos et des bandes-annonces.

  • Sorties DVD du mois. HD-DVD Blu Ray...

    Warner Home Entertainment vient de confirmer la sortie, le 8 mai prochain, des éditions HD DVD et BLU RAY de Mad Max 2 : The Road Warrior, classique de l'anticipation bourrine façon George Miller, ainsi que du film de guerre La Bataille des Ardennes de Ken Annakin, dans lequel Robert Ryan, Henry Fonda et Robert Shaw passent près de 3 heures à essayer d'empêcher que les forces allemandes s'emparent de la ville d'Antwerp. Aucun détail n'a filtré pour le moment, on sait juste que les films seront en 1080p, et que ces éditions proposeront des commentaires audio. Une nouvelle édition DVD de Mad Max 2 est par ailleurs prévue, vraisemblablement à la même date, les suppléments de cette dernière devraient logiquement se retrouver sur les disques haute définition. Plus d'infos dès que possible, et peut-être, avec de la chance, une jaquette enfin jolie et un personnage qui ressemble vraiment à Mel Gibson.


    GbeantvAvril, sera le mois de Mr BEAN.

    Après sa visite éclair dans Bruxelles mardi dernier (voir post) et la sortie de Mr Bean's Holiday dans quelques jours, Avril sera décidément le mois des fans de Mr Bean puisqu'Universal annonce la sortie successives de deux coffrets et d'une nouvelle édition collector du film. Au programme, donc, dès le 3 avril, un coffret l'intégrale réunissant les 14 épisodes de la série télévisée qui a vu naître ce personnage désormais mythique du paysage audiovisuel anglais. Déjà disponible sous la forme de trois DVD individuels, elle arrive donc en coffret, toujours avec les mêmes spécifications (image en 1.33:1, piste anglaise en Dolby Digital 2.0 avec nombreux sous-titres dont français et anglais) et les mêmes suppléments : "Les meilleurs moments de Mr Bean" (72 minutes), "La Bibliothèque et l'arrêt de bus", et enfin "Il était une fois... Mr Bean" (52 minutes). A la même date sont annoncés les trois volumes de Mr Bean : la série animée, inédite en France, et qui sera également disponible sous forme de coffret. On n'en sait pas plus pour le moment. Enfin, dès le 24 avril, Bean, le film le plus catastrophe reviendra dans une édition collector inédite. Là encore, peu d'informations pour l'instant, mais on sait que le DVD proposera une vingtaine de minutes de scènes coupées, ainsi que des extraits du film "Les vacances de Mr Bean"   pour lequel Atkinson est en pleine promotion dont la sortie au cinéma est prévue le 18 avril.


    Considéré par les critiques comme l'une des pires comédies de l'année passée, boudée par le public malgré une promo des plus éléphantesque, Les Aristos, de l'actrice passée réalisatrice Charlotte de Turkheim, est annoncé pour le 19 avril prochain par TF1 Vidéo. Aucun détail pour l'instant....Et on ne les demande vraiment pas. Un Razzie encore l'année prochaine????

    4Ca en deviendrait presque comique si ça n'était pas aussi prévisible : avant chaque sortie d'une sequelle d'un de leurs  blockbusters, les grosses compagnies US nous font désormais systématiquement le coup de l'édition spéciale de l'opus précédent. Après X-Men 1.5, Spider-Man 2.1,  , voici Fantastic Four l'Extended Edition, un nouveau double DVD proposant le montage original et une version longue inédite flanquée de 20 minutes supplémentaires, annoncé pour le 5 juin prochain aux States, histoire de mieux préparer le terrain pour la suite, Fantastic Four : Rise of the Silver Surfer.  Et des bonus, comme s'il en pleuvait: allons-y tout de même dans le détail : image au format 2.40:1, pistes anglaises en DTS et Dolby Digital 5.1., sous-titres anglais, français et espagnols. Concernant les suppléments, Fox annonce un commentaire audio des acteurs Ioan Gruffudd, Jessica Alba et Michael Chiklis sur la version cinéma, un second commentaire audio du réalisateur Tim Story, des producteurs Avi Arad, Kevin Feige, Michael France, et du scénariste Mark Frost et sur les deux versions, des scènes coupées et étendues, deux génériques alternatifs, une scène d'insert alternatif (!), le documentaire "Heroes Are Born : Making of Fantastic Four", la featurettes "The Baxter Building : Declassified", 6 featurettes multi-angles de l'animatique à la scène finale, et  "The World's Greatest Comic Magazine", "From Comic Book to Film", "Jack Kirby – Storyteller", une visite du musée Stately Ross, des galeries de photos, le teaser, des spots TV, la bande-annonce, le trailer de Fantastic 4 : Rise of The Silver Surfer, ben oui, faudrait pas s'en passer hein? Et enfin une featurette consacrée au Silver Surfer, qui sera comme tout le monde le sait, (surtout si vous passez régulièrement pas mon blog...qui vous tient au courant de toute l'actu ciné)....l'un des nouveaux personnages de l'opus 2.


    Gpractice2007 s'annonce plutôt prometteuse pour les amateurs de (bonnes) séries télé, puisqu'après l'arrivée en France de séries comme Oz ou Twin Peaks (sous réserve), Fox Home Entertainment annonce enfin la sortie aux Etats-Unis en coffret 4 DVD, de la première saison de The Practice, série judiciaire signée David E. Kelly, ancêtre de Boston Justice et pendant sérieux d'Ally McBeal. Indisponible en DVD jusqu'à aujourd'hui en dépit d'un succès assez retentissant, les 8 saisons de The Practice vont donc commencer à faire leur chemin en vidéo, les fans américains ayant du se contenter jusque là d'un maigre disque bonus avec 4 épisodes, refourgué dans une édition limité de Boston Justice en zone 1.  Seul supplément, la featurette "Setting Up The Practice". Espérons que Fox France suive le mouvement et annonce rapidement l'arrivée d'un coffret zone 2, même si la présence d'une VF et de sous-titres dans notre langue permettra aux fans les plus impatients de recourir à l'import sans trop de risques

    GseptL'émission culte "La Derniére séance" que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître, renaît sur DVD grâce à Eddy Mitchell. Best of Western de Paramount va s'étoffer le 29 mai prochain de deux raretés, Track of the Cat et 7 hommes à abattre, deux oeuvres produite par la société de production de John Wayne, Batjac, et réalisées respectivement par William A. Wellman et Budd Boetticher. Disponibles en éditions spéciales, ces films seront proposés dans leur format d'origine, avec des pistes anglaises Mono sous-titrées en français, et divers suppléments. 7 hommes à abattre, considéré par le grand André Bazin comme l'un des chefs-d'oeuvres du genre, nous sera proposé avec un commentaire audio de Jim Kitses, historien du cinéma, le documentaire "Budd Boetticher, un americain original", la bande-annonce cinéma, la bande-annonce du studio "Batjac" et une galerie de photos.

     

     GtrackMême contenu ou presque pour Track of the Cat, excepté que le commentaire audi sera de de William Wellman Jr, de Tab Hunter et de Frank Thompson, et que le documentaire s'intitulera "Track of the Cat : le making of". A noter que l'éditeur annonce 4 inédits pour le 5 juin prochain, dans le cadre du 100ème anniversaire John Wayne, qui sera également mis à l'honneur en zone 1 chez Warner qui rééditera pour l'occasion plusieurs films du Duke, ainsi qu'un coffret hommage.