20 mai 2016

Bienvenue à Marly-Gomont.

Ce film est inspiré de la vie de Kamini, humoriste et interprète du célèbre titre "Marly-Gomont".
 
 
SYNOPSIS // 
En 1973, Seyolo, congolais d'origine, vient d'avoir son diplôme de médecin en France. Ne voulant pas retourner en Afrique travailler pour un dictateur, il saisit l'opportunité d'un poste de médecin de campagne, dans un village français, 95 % de vaches, 5 % d'habitants. De retour au Congo, il annonce la nouvelle à sa famille, ils sont fous de joie ! 
Anne, sa femme, croit même qu'ils vont vivre à Paris. Seyolo n'ose pas lui dire la vérité
Arrivés au village, dans la grisaille, au fin fond de la campagne française, tous déchantent. Les habitants ont peu, ils n'ont jamais vu de Noirs de leur vie. Rien ne se passe comme l'avait rêvé Seyolo. Son cabinet reste désespérément vide. Kamini, le plus petit des enfants, n'a aucun ami à l'école, à part un roux, rejeté comme lui. Kiessé va vite avoir à faire avec le caïd d'Ecole. Et Anne déprime totalement. Seulement Seyolo est bien décidé à réussir son pari. D'un côté, il essaie de gagner la confiance des villageois, se rapprocher d'eux, de leurs centres d'intérêts, de l'autre, inculquer aux siens les principes d'une bonne assimilation. Ils doivent être irréprochables et donner l'exemple. C'est sans compter sur les « cousins » congolais de Bruxelles qui viennent leur rendre visite, et terrorisent les habitants ruinant le peu de confiance gagnée par Seyolo.
 
 
 
Images intégrées 1
 
 
 Un film de Julien Rambaldi

21 avril 2015

UN FRANCAIS Première image

Alban Lenoir, Samuel Jouy, Paul Hamy, Olivier Chenille, Un Français, france, actualité cinéma, Mars distribution,

Découvrez une première image de

Un français
 

de Diastème avec Alban Lenoir, Samuel Jouy, Paul Hamy, Olivier Chenille,
Jeanne Rosa, Patrick Pineau et Lucie Debay


Sortie au cinéma le 10 juin 2015.
 

24 mars 2015

Cerise! Bande-annonce

cerise.jpg

Cerise a 14 ans, mais elle en paraît 20. 
Cerise a grandi à côté du périphérique, mais la voilà exilée en Ukraine. 
Cerise se maquille outrageusement, mais elle a encore des rêves de petite fille. 
Cerise ne connaît pas son père, pourtant elle doit vivre avec. 
Cerise ne s’est jamais intéressée qu’à sa petite personne, et la voilà plongée dans une révolution ! 
Cerise ou les pérégrinations d’une adolescente à la recherche de l’amour absolu… à la recherche d’elle même.
 

 

Lien Youtube : 
https://youtu.be/-SZqxt3vqHI

Qui est Zoé Adjani? A découvrir ici : http://www.lefigaro.fr/cinema/2015/03/23/03002-20150323AR...

16 mars 2015

Un Homme idéal 2 extraits..

niney.jpg

Lien Youtube : 
https://youtu.be/KO8jCbxlb9U

niney.jpg

Lien Youtube : 
https://youtu.be/bBit5hc31XA

Un homme idéal, un film de Yann Gozlan avec Pierre Niney, Ana Girardot,
Thibault Vinçon.

02 novembre 2014

France Magic in the Moonlight : déjà plus de 500 000 spectateurs sous le charme

 

 
Déjà plus de 500 000 spectateurs sous le charme !
Suivez l'actualité du film sur Facebook
 
 
Facebook
Facebook
Twitter
Twitter
YouTube
YouTube
Instagram
Instagram
Website
Website

17 décembre 2013

Mademoiselle C.....la mode et plus encore..

mademoiselle c,new >york,mode,mars distribution,france,people,karl lagerfeld,vogue,actualité dcinéma,cinéma,carine roitfeld,anna wintour,glamour,strass,it-girls,paparazzi,mannequins,défilé,catwalks,tapis-rouge,documentaire

mademoiselle c,new >york,mode,mars distribution,france,people,karl lagerfeld,vogue,actualité dcinéma,cinéma,carine roitfeld,anna wintour,glamour,strass,it-girls,paparazzi,mannequins,défilé,catwalks,tapis-rouge,documentaire 

Carine Roitfeld est la rédactrice de mode la plus connue au monde avec son acolyte du Vogue américain : Anna Wintour. La plus inaccessible aussi.

Après 10 ans passés à la tête du Vogue Paris couronnés de succès et de scandales en tous genres, elle claque la porte l'an dernier et part vers ce qu'elle appelle la liberté.

Son plus grand défi : créer un nouveau magazine. Le magazine ultime de mode, le plus chic, le plus surprenant, le plus glamour, le plus innovant, qui porte tout naturellement son nom : CR. Mode, pouvoir, mannequins, tous se retrouvent autour de la plus iconique des rédactrices de mode au monde, la plus parisienne, la Tour Eiffel sur talons de 12 :
l'irrévérencieuse Mademoiselle C.  mademoiselle c,new >york,mode,mars distribution,france,people,karl lagerfeld,vogue,actualité dcinéma,cinéma,carine roitfeld,anna wintour,glamour,strass,it-girls,paparazzi,mannequins,défilé,catwalks,tapis-rouge,documentairemademoiselle c,new >york,mode,mars distribution,france,people,karl lagerfeld,vogue,actualité dcinéma,cinéma,carine roitfeld,anna wintour,glamour,strass,it-girls,paparazzi,mannequins,défilé,catwalks,tapis-rouge,documentairemademoiselle c,new >york,mode,mars distribution,france,people,karl lagerfeld,vogue,actualité dcinéma,cinéma,carine roitfeld,anna wintour,glamour,strass,it-girls,paparazzi,mannequins,défilé,catwalks,tapis-rouge,documentairemademoiselle c,new >york,mode,mars distribution,france,people,karl lagerfeld,vogue,actualité dcinéma,cinéma,carine roitfeld,anna wintour,glamour,strass,it-girls,paparazzi,mannequins,défilé,catwalks,tapis-rouge,documentaire

mademoiselle c,new >york,mode,mars distribution,france,people,karl lagerfeld,vogue,actualité dcinéma,cinéma,carine roitfeld,anna wintour,glamour,strass,it-girls,paparazzi,mannequins,défilé,catwalks,tapis-rouge,documentairemademoiselle c,new >york,mode,mars distribution,france,people,karl lagerfeld,vogue,actualité dcinéma,cinéma,carine roitfeld,anna wintour,glamour,strass,it-girls,paparazzi,mannequins,défilé,catwalks,tapis-rouge,documentaire

mademoiselle c,new >york,mode,mars distribution,france,people,karl lagerfeld,vogue,actualité dcinéma,cinéma,carine roitfeld,anna wintour,glamour,strass,it-girls,paparazzi,mannequins,défilé,catwalks,tapis-rouge,documentaire




29 octobre 2011

La Première fois..

première x.jpg 
 
Genre
Drame Romantique
Studio
Mars Distribution
À propos de
"Ma première fois" de Marie-Castille Mention-Schaar Sortie le 18 janvier 2012
Description
"Ma première fois" de Marie-Castille Mention-Schaar avec Esther Comar, Martin Cannavo, Vincent Perez, Judith El Zein, Lilly-Fleur Pointeaux, Lolita Chammah, Anne Loiret et Xavier Maly. Sortie le 18 janvier 2012
Grandes lignes de l'intrigue
Zachary a 20 ans. Sombre et indépendant, il collectionne les conquêtes amoureuses et les échecs scolaires. Sarah a 18 ans. Première de la classe, fragile, elle comble ses manques affectifs grâce à une maîtrise parfaite de sa vie. Rien ne devrait les rapprocher et pourtant, l’année du bac, durant six mois, ils vont vivre un amour contre lequel on ne peut rien, le vrai, le grand, celui qui marque une vie pour toujours.
Avec
Esther Comar, Martin Cannavo, Vincent Perez, Judith El Zein, Lilly-Fleur Pointeaux, Lolita Chammah, Anne Loiret et Xavier Maly


Bande Annonce Ma Première Fois par sortiescinema

23 septembre 2011

Présumé coupable.. Quand un juge borné fausse un procès!!!

pc pix.jpgComment ne pas s'identifier (car cela peut arriver à chaucun d'entre nous) et ressentir une réelle empathie pour Marecaux? Comment  ne pas frémir pour un homme qui perd sa femme, son bulot, son honneur, et dont les enfants, victimes de pressions nauséabondes de la part des enquèteurs à la solde du juge , craquent et disent ce que l'on veut qu'ils disent avant d'être placés dans des familles d'accueil. La réponse est dans "Présumé Coupable"!

Marécaux l'avoue aujourd'hui, il a longtemps refusé que le cinéma s'empare de son histoire. Comment filmer, sans trahison, le calvaire vécu au jour le jour de celui qu'on a appelé l'«huissier» de l'affaire Outreau, accusé à tort de pédophilie ? « Je ne voyais pas, dit-il, comment le cinéma pouvait raconter avec exactitude ce que j'avais écrit dans mon livre Chronique de mon erreur judiciaire . Ma plus grande crainte était qu'on en rajoute, qu'on invente, qu'on dénature la vérité, sous prétexte de faire du cinéma...

Et le résultat est à la hauteur. Bien entendu, il y a des éllipses, des raccourcis, sans cela il aurait fallu faire deux films. Mais ce qui subsiste, c'est une implacable vérité, celle d'une "Justice" à deux vitesses...et les médias pas très "clean" sur ce coup là....comme bien souvent..Il y  avait déjà du parti-pris avant le début de l'enquète..

 

Le réalisateur:

"Hors de question évidemment de fabriquer de fausses actualités ! On a donc utilisé d’authentiques archives de journaux télévisés. Autant dire que lorsqu’on voit, du point de vue d’Alain, ces actualités à la télé, on se rend compte que les médias ont contribué à accréditer l’idée que les prévenus étaient vraiment pédophiles. D’ailleurs, certains journalistes qui ont réalisé ces sujets ont refusé de réenregistrer leurs voix pour les besoins du film : ils ont aussi demandé à ce qu’on change leurs noms tant ils avaient rétrospectivement honte de leurs reportages. Elise Lucet a été bien plus courageuse et a accepté de réenregistrer pour nous de faux noms de journalistes, et je tiens encore à la remercier. Très peu de journalistes avaient réalisé leur propre enquête, comme Florence Aubenas ou une équipe de télé belge. La plupart s’étaient contentés de la version de l’accusation. Même quand les journalistes employaient le conditionnel, ce qui arrivait parfois heureusement, ça sonnait comme de l’affirmatif. Au début du procès de Saint-Omer, l’immense majorité des journalistes étaient convaincus de venir assister au procès d’un réseau" (on  ne peut -être plus clair hein)!

pc juge.jpgQuand à Raphaël Ferret qui incarne le juge ".

Je lui ai demandé de ne surtout pas chercher à l’imiter, mais de partir de sa propre nature et d’essayer par petites touches successives de se rapprocher du profil psychologique de Fabrice Burgaud. Raphaël n’est pas du tout comme ça dans la vie, il a vraiment construit un personnage, ça a demandé beaucoup de répétitions, d’essais de maquillages, de costumes, et petit à petit, le personnage est apparu… Il ne ressemble pas tant que ça à Fabrice Burgaud, mais pourtant, un jour où les soeurs d’Alain sont venues nous rendre visite sur le tournage, quand elles l’ont vu, elles l’ont tout de suite reconnu et se sont mises à pleurer

Comment le monde judiciaire va-t-il réagir à ce film ? Torreton est plutôt optimiste. «Sans aucune provocation, je pense qu'il ne peut que bien réagir. La justice française n'est pas une des pires au monde. Ce n'est pas un film contre la justice, c'est un film qui aborde l'incompétence et l'inexpérience d'un juge d'instruction. Fabrice Burgaud n'est pas le méchant du film, c'est l'incompétent. » C'est dit! ET le prohain récipiendaire d'un César pourrait-être Torreton, tant son interprètation est hallucinante>.

pc 3.jpg

 Entretien avec Phillippe Torreton

Comment s’est passée votre rencontre avec Vincent Garenq ?

Quand j’ai rencontré Vincent Garenq, après avoir lu le scénario, je lui ai dit que nous, les acteurs, étions là pour rencontrer ce genre de rôle. Pour moi, cela allait bien au-delà du cinéma : c’était comme un cri que je me sentais obligé de pousser à la place de quelqu’un.

C’est la première fois que vous incarnez un personnage réel. Qu’est-ce que cela change ?

Au départ, je m’étais dit que c’était une chance : si j’avais un doute, je pouvais me tourner vers Alain Marécaux et l’interroger. D’ailleurs, après l’avoir rencontré, il m’a dit que je pouvais le contacter quand je voulais. Mais au final, je ne l’ai pasfait. Sans doute parce que je ne m’en sentais pas le droit : j’aurais eu le sentiment d’être une sorte de sangsue d’émotions et je n’avais pas l’impudeur de lui demander, par exemple, à quel moment il avait craqué ou pleuré etc. Tout ce que je devais savoir était contenu dans le scénario. J’étais convaincu qu’il fallait s’accaparer le personnage et le réinventer.

Du coup, comment avez-vous travaillé le rôle ?

Je me suis isolé de tout le monde. Je sentais que c’était à moi, et à moi seul, de «craquer» et que personne ne pouvait m’aider – même pas Vincent Garenq. Personne ne peut aider un acteur à aborder ce type de personnage et de registre émotionnel. Ma seule obsession était d’être juste : je me demandais quelle tête on a quand on va en prison pour la première fois ou quand on se fait déshabiller dans une petite pièce oµ les flics vous fouillent à corps sans ménagement, surtout quand on ne l’a pas vécu. Et même si j’étais passé par là, je ne suis pas sûr que cela m’aurait beaucoup servi.

pc 6.jpgDe même, vous ne vous êtes pas spécialement documenté sur l’affaire d’Outreau ?

Je n’en avais pas besoin. Je n’avais que deux bibles : le livre d’Alain Marécaux et le scénario, validé par ses soins. Même si j’étais devenu spécialiste de l’affaire, cela ne m’aurait pas aidé dans mon travail d’acteur. Ce film est une caméra braquée sur un homme, à partir d’un matin de novembre, il y a dix ans, à 6h30 du matin, et qui le lâche trois ans plus tard. Ce n’est pas un film sur l’affaire d’Outreau : c’est un film sur trois ans de cauchemar vécus par Alain Marécaux.

Vous avez accepté de perdre 27 kilos pour les besoins du rôle, et votre métamorphose est proprement vertigineuse. Comment l’avez-vous vécue ?

Je suis allé voir un nutritionniste qui m’a dit qu’il ne cautionnait pas ce régime parce que j’avais trop de poids à perdre en trop peu de temps. Je me suis donc débrouillé tout seul, en m’astreignant à un régime des plus draconiens et en perdant 300 grammes par jour. C’était une discipline de vie terrible qui nous a d’ailleurs obligés à interrompre le tournage pour me laisser maigrir. Avec le recul, je crois que je suis entré dans une phase dépressive : j’ai passé toute cette période dans les larmes, l’isolement, l’hébétude, et le désir de mort.

pc 12.jpgComment la production a-t-elle accueilli votre détermination ?

La production a envisagé de faire appel à une doublure pour les scènes où j’étais censé être le plus maigre, mais je préférais éviter cette option. Et effectivement, quand Vincent Garenq est venu me voir dans la cabine de maquillage, très peu de temps avant la deuxième partie du tournage, il m’a dit qu’il allait téléphoner à la doublure pour lui dire qu’on n’en avait pas besoin.

Dans quel état d’esprit étiez-vous au moment du tournage ?

Comme j’étais constamment menotté et qu’on me prenait sans cesse sous les aisselles pour me balloter dans un fourgon ou dans une voiture, j’ai tourné le film dans un état de fragilité permanente. Je me souviens que, quand j’étais totalement amaigri, le seul contact de la main de la maquilleuse sur mon épaule et les poils de son pinceau sur ma joue me faisaient pleurer. C’était une réplique, comme il y a des répliques de tremblement de terre.

pc13.jpgRessort-on totalement indemne d’une telle expérience ?

Quand j’y repense, j’ai souvent les larmes aux yeux. Ce que je me dis, c’est que ce film m’a permis de rencontrer un type formidable – Alain Marécaux – et un metteur en scène passionnant. Et pour moi, en tant qu’acteur, c’est la première fois qu’on m’a proposé un rôle qui ait trait à l’abandon : mon personnage est un homme qui n’a plus de repères, qui est coincé dans son drame et sa prison, et qui perd espoir. C’est en cela que c’est un film sur l’abandon.

Comment Alain Marécaux a-t-il réagi après vous avoir vu à l’écran ?

Il m’a dit que cela lui faisait bizarre de voir quelqu’un qui endossait sa douleur et qu’il avait l’impression qu’il s’agissait d’une sorte de passage de relais. Je pense que c’est vrai – mais seulement d’un point de vue symbolique. Je me souviens aussi de la marraine d’Alain qui n’était pas enchantée à l’idée qu’un acteur joue son filleul. Après avoir vu le film, elle m’a dit une des plus belles choses que j’aie jamais entendues : «Je sais maintenant à quoi sert le métier d’acteur.» Effectivement, les acteurs servent à placer une caméra où il n’y en a jamais eu et où il n’y en aura jamais.

pc9.jpgPensez-vous que le film puisse jouer un rôle d’éveilleur de conscience ?

Si j’en crois des amis avocats qui l’ont vu, ce film devrait être projeté dans le cadre de formations juridiques. Ce que j’espère surtout, c’est que les spectateurs se rendront compte de la fragilité du témoignage humain. Et de la fragilité de l’homme

Sources vision-presse et dossiers de production Cinéart Belgique.

 

pc orig.jpgpc Original.jpgpc duo.jpg

22 octobre 2010

Mon Pote sous la loupe!

mon pote.jpgAprès "Les petits Mouchoirs" revoici Benoit Magimel...(La Fille coupe en deux) dans une autre histoire d'amitié!

Synopsis Mon Pote.
Victor est le patron d'un magazine automobile. Un jour, il va parler de son travail dans une prison. Il y rencontre un ancien braqueur, Bruno, fan de son magazine, qui lui demande de l'embaucher. Victor accepte. Une amitié naît entre les deux hommes…

Casting
Edouard BAER dans le rôle de VICTOR
Benoît MAGIMEL dans le rôle de BRUNO
Diane BONNOT dans le rôle d’AGATHE
Léonie SIMAGA, sociétaire de la Comédie Française dans le rôle d’ANNA
Atmen KELIF dans le rôle de SAMI

Production

Productions déléguées LES FILMS DU KIOSQUE & WAYAN PRODUCTIONS
Producteurs Marc ESPOSITO, François KRAUS et Denis PINEAU-VALENCIENNE
Coproduit par FRANCE 2 CINÉMA, MARS FILMS et ALVY PRODUCTIONS
Avec la participation de TPS STAR, CANAL + et FRANCE TÉLÉVISIONS
   
   
Distribution salles et vidéo
Scénario Marc ESPOSITO avec la collaboration de Jean-Luc LEVESQUE
Musique CALOGERO - GIOACCHINO

MARS DISTRIBUTION

 

mon pote2.jpg

 
 

Mon pote3.jpg

 
   

mon pote1.jpg


Bande Annonce Mon Pote
envoyé par sortiescinema. - Regardez plus de films, séries et bandes annonces.

04 août 2009

Nowhere Boy John Lennon's Biopic..

 

 


nowhere boy young lennon

Nowhere Boy, le premier film de l'Ecossais Sam Taylor, et qui relate la jeunesse perturbée de John Lennon, fera la clôture du BFI London Film festival, 53ème du nom. Sur un scénario de Matt Greenhalgh (Control), le film suit  John Lennon alors âgé de 15 ans à Liverpool en 1955. Elevé par sa tante Mimi (Kristin Scott Thomas) il ne comprends pas le mystère qui déchire les deux soeurs, lorsque sa maman réapparaît, et réclame la garde de l'adolescent. Après le décès tragique de sa maman, renversé par un policier ivre,  il essayera de s'évader de cet univers oppressant, et découvrira le r'n'roll en faisant la rencontre du tout jeune Paul McCartney. C'est le débutant Aaron Johnson (Kick-Ass, The Greatest) qui personnifie Lennon jeune. Avec encore  David Morrissey, David Threlfall, Thomas Brodie Sangster (McCartney jeune)  et un autre débutant  Sam Bell, dans la peau de George Harrison.

nowhere boy two

Détail, certaines scènes tournée à Liverpool l'ont été dans le Woolton Picture House, l'un des plus vieux cinémas indépendant d'Angleterre, où Lennon se rendait très souvent! Sortie prévue en mars 2010. Fans de John Lennon, armez-vous de patience. Mars Distribution.

Sources Empire on line