polar

  • Lizabeth Scott décès!

    ls.jpgDécès de la comédienne Lizabeth Scott qui fut longtemps considérée comme la rivale de Lauren Bacall. Elle tourna avec les plus grands, et même avec Elvis Presley dans Loving You!

    A lire ici http://www.staragora.com/news/mort-de-lizabeth-scott-retour-sur-les-3-plus-grands-films-d-une-reine-du-polar/506865?utm_source=nl_150207&utm_medium=e-mail&utm_campaign=dailynews

     

    lza.jpgLizabeth_Scott.jpg

  • Hôtel Noir le retour du film noir

    hnoir2.jpgLe film noir a connu son heure de gloire dans les années 30/40 jusqu'à fin 50, avant de sombrer un peu dans l'anonymat, suite à l'avènement du technicolor et des films à grands spectacles. Pourtant ce genre à vu défiler ce qu'il y avait de meilleurs. D' immenses stars qui avaient pour nom  Barbara Stanwick, Robert Mitchum, Bogey, James Cagney et plein d'autres, tournant pour des réalisateurs exceptionnels qui s'appelaient Robert Aldrich, Orson Welles et un certain Robert Siodmak....que personnellement j'aime beaucoup, et d'excellents chefs-opérateurs se jouant avec une facilité dérisoire des éclairages et des contre-jours ...Ce type de films est devenu au fil du temps, l'un des mouvements les plus influents de l'histoire du cinéma, même si certains pros y allèrent de critiques assassines en qualifiants ces films là de "meurtriers" par la proliférations de criminels et d'assassins qui les peuplaient!!!! Bien souvent même, ces films pourtant produits par de grands studios tels que Twentieh Century Fox, MGM, Warner et Paramount étaient relègués vers les films B..afin d'avoir un catalogue étoffé sans plus! Noyés sous l'opprobe hollywoodienne, certains films sont néanmoins devenus des flms-cultes, et d'autres tels "Assurance sur la Mort - et Le Faucon Maltais.....nominés aux Oscars....

    hn ma.jpgDepuis peu on assiste a un regain pour le genre qui avait déjà vu le film Black Dahlia se mettre au noir et blanc, et dernièrement "The Artist" ....même si ce n'est pas tout à fait le même style. Et aujourd'hui, le réalisateur Sebastian Gutierrez propose "Hôtel Noir" dont le casting à tiroirs donne envie....Malin Akerman (Rock of Ages) Kevin Connolly, Rosario Dawson, Roert Forster, Carla Gugino, Danny DeVito, Mandy Moore, Rufus Sewell. Cependant, cela ne donne pas nécessairement un bon film, et les Us Critics ne sont pas tendre avec le réalisateur qu'ils cataloguent de débutant, qui s'imagine que quelques tirs, quelques vamps, une musique rétro et le noir et blanc suffisent à récréer l'athmosphère lourde et pesante de ces films là! Je n'en dis pas plus n'ayant pu vu le film,  mais le seul non de Malin Akerman  a seulement éveillé ma curiosité pour que je m'attarde sur le dossier!

     

  • Shutter Island avec Di Caprio. Bientôt dans nos salles

    shutter island bannerMini synopsis: Shutter Island est un îlot au large de Boston où un hôpital psychiatrique semblable à une forteresse accueille des pensionnaires atteints de troubles mentaux graves et coupables de crimes abominables. Nous sommes en 1954, et rien dans le Ashecliffe Hospital juchée sur le rôcher en face de Boston, n'est comme il y paraît! Et encore moins le marshall Teddy Daniels et son équipier Teddy Aulnes.  Shutter Island Patient 67Y ont-ils été envoyés, pour retrouver Rachel, la patiente numéro 67, disparue, et condamnée pour le meurtre de ses 3 enfants? Ont-ils été envoyés pour découvrir de visu si les rumeurs qui circulent à propos de l'établissement, sont fondées, à savoir une approche psychiatrique et des expérimentations sur les patient jugées trop radicales?  Au plus ils s'approchent de la vérité, après avoir essayé dé décoder un  message laissé par Rachel, au plus incroyable et irrélle elle est, au plus ils vont se rendre compte qu'ils ne pourront sans doute plus quitter Shutter island, parce que certaines personnes essayent de les faire passer pour fous.  Avec pour conséquence, un internement dans l'hopital. 

    shutter island Michele williams


    Extraits  de Claude Mesplède --Ce texte fait référence à l'édition littéraire Broché .Petit à petit, ce drame fait ressurgir chez Teddy des éléments de son passé : il a connu la douleur de perdre sa femme dans un incendie criminel. Mais lorsque Chuck Aule découvre que le pyromane responsable des malheurs de son collègue se trouve interné sur l’île, il s’interroge sur Teddy : celui-ci est-il venu pour enquêter ou pour se venger ?
    Dennis Lehane a construit un puzzle diabolique et subtil dans l’intention de jouer jusqu’au bout avec les nerfs de ses lecteurs qui vont s’interroger tout au long d’un récit où les apparences sont souvent trompeuses et la vérité entrevue, contredite au chapitre suivant. Dans son précédent opus, le merveilleux
    Mystic River (porté à l’écran par Clint Eastwood), le romancier avait exprimé la mesure de son talent. Avec Shutter Island  il récidive de belle façon et son thriller à tiroirs se conclut par un magistral coup de théâtre. Si Lehane a changé de registre formel, il continue inlassablement à explorer les ressorts de la condition humaine.

    Le dernier Martin Scorcese semble être un thriller flippant. En tout cas, la bande-annonce est explosive. Avec Max Von Sydow, Mark Ruffalo, Ben Kingsley, Michele Williams, Patricia Clarkson, Emily Mortimer, pour Paramount.

    shutter island pix one

    di caprio Shutter

    Di caprio shutter 2

    sources www.collider.com

    http://www.shutterisland.com/

  • Tarantino et Johnny Hallyday? Vous y croyez?

    Vengeance hallydayIl se murmure que Quentin Tarantino (Inglorious Basterds-Kill Bill) serait en train de paufiner un scénario pour Johnny Hallyday? J'ai du mal a y croire, même si c'est le principal intéressé qui l'affirme. L'info est curieuse, car on ne peut pas dire que sur grand cran, Johnny ait fait des étincelles jusqu'à présent. J'en veux pour preuve, son dernier film "Vengeance" sous la direction de Johnny Toe.. Sur un scénario de Wai Kai Fai, ce thriller se déroulant à Hong Kong, ou Costello un ganster français reconverti dans la restauration (Hallyday) débarque pour venger  les blessures infligées à sa fille celle-çi (Sylvie Testud)  et l'assassinat de son mari chinois, membre d'une triade.  Cependant, même si Johnny aurait dû être à l'aise dans une production asiatique, vu ses liens avec ces pays (Jade et Joy), il n'était rien de moins qu'une immense caricature, sorte de zombie, promenant sa grande carcasse du début à la fin du film, sans vraiment trahir aucune émotion. Et les les nombeux gros-plans ne l'arrangaient pas!

      Bah, autant croire à cette infos, cela ne fait de mal à personne. Jusqu'à preuve du contraire. Johnny chez Tarantino Ha!ha!.ET ce n'est pas tout....Selon Jojo  "Tarantino est en train d’écrire un scénario pour moi, mais je ne l’ai pas encore lu. Je dois également rencontrer les frères Coen, qui ont parlé de moi à mon agent. Sinon, j’ai un projet avec Olivier Marchal sur  "le Gang des Lyonnais", qui est en cours d’écriture, et je dois tourner dans une comédie réalisée par Francis Veber peut-être avec mon pote Jean Reno "  Rien que ça....

  • Venise, le festival c'est parti!!

    mostra 2 25 Pays sont représentés cette année, en dehors de l'Italie qui propose quatre longs-métrages, dont  Baaria’ de Giuseppe Tornatore qui a ouvert le bal lors du gala d'ouverture, et  ‘The Big Dream’ de Michele Placido, ‘The White Space’ de Francesca Comencini, et La Doppia Ora de Giuseppe Capotondi. Quant au Tapis-Rouge, je pense qu'il aura fière allure, car il sera foulé tout au long de la semaine, par d'énormes pointures....que malheureusement nous ne pourrions même pas imaginer en rêve sur nos terres belges...Charlize Theron (The Road) Steven Sodderberg, Julianne Moore, Michael Moore, Nicolas Cage et Eva Mendez (The bad Lieutenant's remake) Michael Moore (Capitalism A Love Story) George Clooney, Jeff Bridges, Kevin Spacey et Ewan McGregor (The Man who Stared at Goats)et George Romero, et la liste en loin d'être complète! Concernant la compétition, la France dévance les autres avec 3 films dont Persécution avec Charlotte Gainsbourg, qui ne l'oublions pas a ét primée à Cannes pour Antéchrist, 36 Vues du pic Saint-Loup de Jacques Rivette avec Sergio Castellito, Tania Danieli et Jane Birkin, sur une femme qui reprend les rennes d'un cirque.  Tiens mère et fille main dans la main...et enfin, White Material de Claire Denis tourné en Afrique, avec Isabelle Huppert, décidémment présente à chaque Festival....

    Films en compétition :

    Baaria – La Porte Del Vento de Giuseppe Tornatore (Italie) : film d’ouverture

    · Women Without Men de Shirin Neshat (Allemagne)
    · Il grande sogno de Michele Placido (Italie)
    · 36 vues du Pic Saint-loup de Jacques Rivette (France)
    · Survival Of The Dead de George A. Romero (Etats-Unis)
    · Life During Wartime de Todd Solondz (Etats-Unis)
    · Tetsuo Bullet Man de Shinya Tsukamoto (Japon)
    · Lei Wangzi de Yonfan (Chine/Taïwan/Hong Kong)

    . Soul Kitchen de Fatih Akin (Allemagne) distribué par Cinéart
    · La doppia ora de Giuseppe Capotondi (Italie)
    · Accident de Pou-soi Cheang (Chine/Hong Kong)
    · Persécution de Patrice Chéreau (France)
    · Lo Spazio Bianco de Francesca Comencini (Italie)
    · White Material de Claire Denis (France)
    · Mr. Nobody de Jaco van Dormael (Belgique, France) Distribué par Belga
    · A Single Man de Tom Ford (Etats-Unis)
    · Lourdes de Jessica Hausner (Autriche)
    · Bad Lieutenant de Werner Herzog (Etats-Unis)
    · The Road de John Hillcoat (Etats-Unis)
    · Between two words de Vimukthi Jayasundara (Sri Lanka)
    · El Mosafer de Ahmed Maher (Egypte)
    · Levanon de Samuel Maoz (Israël)
    · Capitalism : A Love Story de Michael Moore (Etats-Unis)

    Films hors-compétition :

    · Anni Luce, Francesco Maselli (Italie)
    · L’Oro di Cuba, Giuliano Montaldo (Italie)
    · Ehky Ya Schahrazad (Scheherazade, Temm Me a Story), Yousry Nasrallah (Egypte)
    · Prove Per Une Tragedia Siciliana, John Turturro , John Paska (Italie)
    · Delhi-6, Mehra Rakeysh Omprakash (Inde)
    · Yona Yona Penguin , Rintaro (Japon) Distribué par Cinéart
    · The Informant !, Steven Soderbergh (Etats-Unis)
    · South of the Border, Oliver Stone (Etats-Unis)

    · Rec 2 , Jaume Balaguero , Paco Plaza (Espagne) Distribué par Cinéart
    ·
    · The Hole , Joe Dante(Etats-Unis)
    · Napoli Napoli Napoli , Abel Ferrara (Italie)
    · Brooklyn’s Finest , Antoine Fuqua (Etats-Unis)
    · The Men Who Stare at Goats, Grant Heslov (Etats-Unis)
    · Gulaal, Anurag Kashyap (Inde)
    · Dev D, Anurag Kashyap (Inde)
    · Toy Story 3-D, John Lasseter (Etats-Unis)
    ·· Valhalla Rising, Nicolas Winding Refn (Danemark)

    Film de clôture : Chendu, wo ai ni, Fruit Chan, Cui Jian (Chine)

    mostra banner

     

  • Alain Delon en (écran) large

    delon
    Un rumeur insistante, annonce que Alain Delon aurait été approché par Olivier Marchal, le réalisateur de 36 Quai des Orfèvres, Gansters et MR73, afin d'incarner Edmond Vidal, le chef du gang des Lyonnais. Cette bande était très active de 1967 à 1977, avec à son actif, plus de 35 hold-ups, dont celui de l'Hôtel des Postes de Strasbourg. On lui impute aussi l'assassinat du Juge Renaud en 75. C'est à ce personnage là que Olivier Marchal a pensé lorsqu'il a contacté Delon. Le réalisateur a également rencontré Edmond Vidal, aujourd'hui "rangé des voitures" afin de coller au plus près à la réalité de l'époque.
    Le début de tournage se situerait en avril de l'année prochaine...

    Néanmoins, le sieur Delon était bankable il y a quelques années, ce n'est plus le cas aujourd'hui, et si à côté de ce constat, on y ajoute que Olivier Marchal, malgré de bons sujets et une réalisation alerte, n'a pas rencontré le succès avec les trois films précités, on est légitimement en droit de se demander sir le projet tiendra la route... Gerad Lanvin et Nicolas Duvauchelle feraient également partie du casting.

    Sources Pure People...

  • Bertrand Tavernier à Bruxelles la semaine prochaine

    electric twoDans le cadre de la promotion de son dernier opus "In the Electric Mist", tourné en Louisiane, le réalisateur Bertrand Tavernier (Coup de Torchon-Que la Fête commence) sera à Bruxelles le 23 mars prochain. Avis aux chasseurs d'autographes.....postez-vous aux alentours de l'Hôtel Plaza dans l'après-midi. Peut-être aurez-vous une chance de l'apercevoir.
    Quant au film, il est assez surprenant d'y trouver Tommy Lee Jones au générique, où alors l'inverse, étonnant que ce dernier, comédien en vue aux States soit dirigé par un cinéaste français. Cependant, Tavernier n'est pas étranger à l'univers Cajun et bayou, il avait déjà écrit Mississipi Blues, il y a quelques années. Je pourrais vous donner plus de détails lundi soir...Entretemps j'aurais même vu le film...

    electric mist
    New Iberia, Louisiane.
    Le détective Dave Robicheaux est sur les traces d'un tueur en série qui s'attaque à de très jeunes femmes. De retour chez lui après une investigation sur la scène d'un nouveau crime infâme, Dave fait la rencontre d'Elrod Sykes. La grande star hollywoodienne est venue en Louisiane tourner un film, produit avec le soutien de la fine fleur du crime local, Baby Feet Balboni. Elrod raconte à Dave qu'il a vu, gisant dans un marais, le corps décomposé d'un homme noir enchaîné. Cette découverte fait rapidement resurgir des souvenirs du passé de Dave. Mais à mesure que Dave se rapproche du meurtrier, le meurtrier se rapproche de la famille de Dave...

    electric oneAvec Mary Steenbruger, John Goodman, Peter Sarsgard et Ned beaty.

    Accrochez-vous, la bande-annonce est décoiffante et très prometeuse...Un film à voir sans hésitation...ce que je vais faire le 20 mars..Quelqu'un veut-il m'accompagner. Mais faut faire vite. Un message ici avant ce soir.

    electric mist dvd sleeve Anecdote: Aux States, le film est déjà disponible en Dvd Blu-Ray....

    Il se murmure même que la version américaine est différente de celle de Tavernier, Tommy Lee Jones, a paraît-il mis son grain de sel un peu partout..?

  • Johnny chez Johnny!!!!

    Johnnie et Johnny. Un duo étonnant.Johnny Toe dirige notre Jojo national dans un thriller. Ce dernier remplace Alain Delon dans "Vengeance"  sur un scénario de Wai Kai Fai, un  thriller se déroulant à Hong Kong, ou Costello un ganster français reconverti dans la restauration (Hallyday) débarque pour venger la mort de sa fille (Sylvie Testud) assassinée en même temps que son mari chinois, membre d'une triade. Dans la même veine que certains films de Melville, ont peut dès lors dire que Johnny To offre un film noir, qui devrait selon ses dires, être prèt pour le prochain festival de Cannes. Avec encore Anthony Wong, Simon yam, Lam Bet.  Quelques photos sur ce lien 

    Dès qu'il en aura terminé avec Vengeance, To va s'éttaquer à Death of an Hostage, et plus tard au remake du "Cercle Rouge" de Jean Pierre Melville.

    A noter que pour Testud, ce sera la seconde fois qu'elle tourne chez les nippon, après Stupeur et Tremblements, d'après Amélie Nothomb.

     johnny toe umbrellasjohnny toe lift

    johnny  toe scene

  • JCVD Encensé aux Etats-Unis.

    jcvdAlors que chez nous, le dernier Van Damme à fait une sortie plutôt timide malgré la bonne presse, au pays de l'Oncle Sam, les critiques ciné sont unanimes.
    J.C.V.D. c'est du tout bon Van Damme. Le film de Mabrouk El Mechri, tourné presque entièrement à Bruxelles (Schaerbek), est à peine sorti sur les écrans que les louanges afluent. Je ne vais pas revenir sur le pitch qui décrit en gros, les déboirs financiers et la prise en otage de Van Damme sur fond de film noir, le lien en bas vous y conduira, mais plutôt sur l'immense popularité dont jouit encore "The Muscle from Brussels" en Amérique, alors qu'ici, sur base de ses pensées philosophiques et quelques navets filmés, il est considéré comme has-been. Pourtant, il est un des seuls produits typiquement belge, et Bruxellois de surcroit à avoir réussi chez les yankees. Notre seul produit bankable!

    Un petite revue de presse vous en dira plus :

    Loin de ses films d'actions, Van Damme fait dans son monologue face au public, une prestation époustouflante. L'une des plus prenantes de l'année. Time Magasine

    Pour Los Angeles Times, qui revient également sur le fameux monologue, cette séquence signifie la "résurection" de Van Damme.

    Un film intelligent, et Van Damme enfin dans un rôle plus étoffé que ce qu'il nous avait montré jusque là. Us Today.

    Dans J.C.V.D l'acteur nous offre le côté caché de Van Damme, celui d'un excellent acteur. Variety.

    hi jcvdComme on peut le constater, sur un scénario qui revendique des emprunts aux meilleurs polars, et une prestation énorme de Jean Claude Van Damme, les critiques belges qui en sont temps avaient dédaigné et descendu en flamme notre symbôle national, n'avaient certainement pas vu le même. L'adage qui veut que l'on ne soit jamais estimé à sa juste valeur dans son pays natal...Sans doute les cinéphiles du nord du pays, ceux qui justement n'avaient pas apprécié, préfèrent-ils "Loft" et "De zaak Alzheimer" (à raison), mais cela n'implique pas pour autant de démolir un film belge qui n'a pas été tourné dans la langue de Vondel. Heureusement les Usa vont remettre les pendules à l'heure!
     Dossier complèt sur le lien  http://mich-silence-on-tourne.skynetblogs.be/tag/1/JCVD

  • Sorties salles Belgique 28/11. La Nuit nous Appartient- 4 Minuten. Margot at the Wedding. Hitman.

    NuitnousappartientWe Own The night, de James Gray, avec Joaquim Phoenix, Mark Whalberg, Eva Mendez  et le vétéran Robert Duvall.

    Un super bon polar que je vous conseille vivement!

    New York, fin des années 80. Bobby est le jeune patron d'une boite de nuit branchée appartenant aux Russes. Avec l'explosion du trafic de drogue, la mafia russe étend son influence sur le monde de la nuit.
    Pour continuer son ascension, Bobby doit cacher ses liens avec sa famille. Seule sa petite amie, Amada est au courant : son frère, Joseph, et son père, Burt, sont des membres éminents de la police new-yorkaise...
    Chaque jour, l'affrontement entre la mafia russe et la police est de plus en plus violent, et face aux menaces qui pèsent contre sa famille Bobby va devoir choisir son camp..

    Site: . http://www.lanuitnousappartient.com/

    original_dyn_gif (2) 68954-4931ef_532686efcab_

    VierMinutenDe Chris Kraus, avec Monica Bleibtrau, Hannah Herzsprung. La pianiste Traude Krüger donne depuis plus de 60 ans des leçons de piano dans une prison de femmes. Un jour, elle y rencontre Jenny, une jeune femme inaccessible et agressive qui est incarcérée pour meurtre. Traude refuse d’abord de lui donner des leçons, jusqu’au jour où elle l’entend jouer. Jenny pourrait facilement participer à des concours de piano en-dehors de la prison, si seulement elle se décidait à le faire.
    Mais la jeune femme, violente et suicidaire, est réfractaire à la moindre discipline. Obstinée, la vieille Traude Krüger ne désarme pourtant pas.
    Une épreuve de force s’engage entre la détenue autodestructrice et son professeur d’une rigidité prussienne. Film ayant remporté de nombreux prix dans divers festivals.original_dyn_gif (2) 68954-4931ef_532686efcab_

     MargotWeddingMargot at the Wedding. De Noah Baubach. Avec Nicole Kidman, Jennifer Jason Leigh et Jack Black.Une jeune femme, Pauline, est sur le point de se marier. Elle reçoit la visite de sa soeur, Margot, accompagnée de son fils de 12 ans. Celle-ci ne comprend pas le choix de Pauline. Il est dommage qu'avec un tel talent, Kiddie se disperse dans des rôles insignifiants. Après le flop de "The Invasion", ce n'est pas encore avec Margot qu'elle va redorer son blason. Assez sirupeux, malgré la présence de Jack Black (Be Kind-rewind- The Holiday)

     

     original_dyn_gif (2) 68954-4931ef_532686efcab_

    HitmanDe Xavier Gens, avec Tomothy Oliphant. Crâne rasé, code barre tatoué sur la nuque, costume noir, chemise blanche et cravate rouge : l'agent 47 est le plus mystérieux et le plus insaisissable des tueurs professionnels. Réputé pour la minutie avec laquelle il va jusqu'au bout de ses missions, il obéit toujours à un protocole strict : extrême vigilance, extrême discrétion et extrême soin apporté à l'exécution de ses contrats.
    Patience et détermination sont ses deux armes de prédilection. Rien ne l'arrête. Sa signature : l'absence de preuves. Sa spécialité : disparaître sitôt sa mission accomplie. Un vrai fantôme, obligé de se découvrir le jour où Belicoff, candidat aux élections russes, lui tend un piège. Avec Interpol, les services secrets russes et trois tueurs de sa propre agence à ses trousses, l'agent 47 est contraint de briser son propre protocole pour mener à bien sa mission. Chasseur et chassé, il trouve bientôt sur son chemin la sublime Nika, propriété de Belicoff. Une énième adaptation d'un jeu vidéo, créneau très tendance actuellement, mais pas toujours bien à propos. Pour les amateurs de tirs tous azimuts sans plus.

    HMKS-006HMKS-350HMKS-183

    Si vous voulez vraiment en savoir plus, sur un film qui lors de sa sortie Us, a encaissé une salve de critiques négatives. Un clic sur: http://www.hitmanmovie.com/.
    Catalogé comme bide a rajouterà la longue liste de nanars et popcorn et Tomothy Oliphant pâlot dans le rôle de l'agent 45! La messe est dite!

  • Sorties 24/1 Blood Diamond, Pars vite et reviens tard,- Nue Propriété - Bobby, L'Illusioniste -Les Ambitieux- Ping Pong

    parsvitedyn005_original_50_38_gif_2543688_799c239c2912ac40336a87ed47ec8576Après "Ne le dis à Personne, et "Le serpent", le cinéma français quitte enfin son style franchouillard" à la c....pour nous proposer un troisième polar de très grande facture. Exit les "Brice de Nice" et autres "camping", même si ce fûrent d'énormes succès, le genre finira par s'éssoufler devant le "nouveau " cinéma français....pour notre plus grand plaisir!
    but_syno_on[1]Le commissaire Jean-Baptiste Adamsberg n'aime pas le Printemps. il se méfie des montées de sève, des désirs d'évasion, du déferlement des pulsions, tous ces signaux qui sonnent le retour des beaux jours....Et il a raison. Sa fiancée, Camille, prend du recul, et sn absence coupe les ailes du commissaire, au moment où il en aurait le plus besoin. Quelque chose vient de tomber sur la capitale, une énigme porteuse de malédiction, qui pourrait bien virer au malheure, si on ne la résout pas.D'étranges signaux se répandent sur les portes des immeubles de Paris, et  des mots inquiétants, mystérieux sont lâchés à la criée sur les marchés. Et puis arrive ce qu'Adamsberg redoutait: un premier mort, le corps noirci, le visage figé dans une grimace de terreur, les signes de la peste, mais avec une variante..il semble que quelqu'un contrôle la maladie, et laporte où il veut....et puis un deuxième mort, un troisième...Avec un excellent Olivier Gourmet, bien entouré de José Garcia et Nicolas Cazalé dans un film de Regis Wargnier. Avec la participation de Michel Serrault..  

    LesAmbitieuxdyn005_original_50_38_gif_2543688_799c239c2912ac40336a87ed47ec8576De Catherine Corsini, avec Karin Viard et Eric Caravaco. Un jeune libraire de province à écrit un roman, désirant se faire éditer, il monte à Paris pour rencontrer une éditrice dont il tombe amouraux. Utilisant des documents concernant le père naturel de la dame pour écrire son second livre, il se heurte l'incompréhension, aux malentendus  et à la vengeance. Je n'ai pas vu, donc synopsis court.

    pingpong
    dyn005_original_50_38_gif_2543688_799c239c2912ac40336a87ed47ec8576De Mathias Luthardt. Avec Sebastian Urzendowsky et Marion Mitterhammmer.
    but_syno_on[1] .Paul, 16 ans, débarque chez son oncle sans y avoir été invité. Ayant perdu récemment son père, il est çà la recherche d'un monde idéal et s'immisce dans cette famille apparemment parfaite. Après l'avoir rejeté, Anne, sa tante, se rapproche peu à peu de lui, Paul est attiré par elle, ce n'est que trop tard qu'il réalise qu'il est sous contrôle, complètement à sa merci.
    Le soleil brille. Une femme parle à son chien. Son fils répète au piano. Le temps s'est arrêté. Dans le jardin, le chantier d'une piscine à l'abandon. C'est comme ça que tout a commencé. Très sobrement sans fioritures. Une idylle où quelque chose ne tourne pas rond. Le réalisateur a étudié de plus près ce microcosme et l'a décoritiqué pour en faire un film couronné du Prix Rtbf du meilleur film au Festival du Film de Bruxelles à Flagey en 2006.
    Cinéma Arenberg - Bruxelles, Ugc Cartoon's - Anvers, Plaza Art - Mons.

    affiche120x160_Def
    dyn005_original_50_38_gif_2543688_799c239c2912ac40336a87ed47ec8576Tourné non loin de Grez-Doiceau, en Brabant wallon, où Lafosse a laissé quelques souvenirs d'enfance, "Nue propriété" s'ouvre sur un trio inédit. Une femme  vit avec en guise de fils jumeaux deux espèces de Tanguy. De grands dadais, qui n'ont d'adultes que l'apparence physique. Dans la tête, ils Ont à peine 12 13 ans.  Ils ne font rien de leur vie. Restent affalés devant la télévision. Prennent leur bain ensemble. Passent des heures sur des jeux vidéo. Et, surtout, chambrent cette jeune maman qui rêve d'un peu d'oxygène, et qui voit en cachette un « Flamoutche » attentionné, à qui vient un jour l'idée de prendre le large, avec la mère, et de faire en sorte que cette dernière vende  la maison..
    Dès cet instant le film bascule pour les assistés vers une angoisse obsessionnelle : la maison, c'est la prolongation de l'enfance. C'est le refuge dressé contre les responsabilités, d'autant que le père a refait sa vie ailleurs depuis longtemps. Et c'est l'idée scandaleuse que, tout à coup, le cordon ombilical pourrait être irrémédiablement coupé. Le film tourné la plupart du temps, en plans-séquences fixes a plein de qualités, d'abord celles d'aborder un thème très actuel, très vécu, ensuite celui du choix des acteurs. 'Isabelle Huppert, une mère tout en retenue, mais qui " explose " enfin de compte, par manque d'oxygène, et dans Le rôle des jumeaux, on serait tenté de dire que Jérémie (Le fils rebelle) et Yannick (l'introverti) Renier sont criants de vérité et d'infantilisme. Ils font presque de l'ombre à la Huppert. Mais ce sont dans la vie aussi deux frères, réunis ici pour la première fois devant la caméra, et le talentueux vampire qui sommeille en Joachim Lafosse (qui a lui-même un frère jumeau) est en vérité parvenu à tirer le meilleur de ces complices de sang,
    Puérils jusqu'à la pathologie, ces deux-là passent leur temps à se chamailler. Comme des enfants, leurs jeux s'interrompent souvent par des crises de larmes. On sait que les jeux d'enfants dérapent, et lorsque les morceaux tombent, il faut du temps avant de pouvoir les recoller. Sauf qu'ici, les derniers morceaux seront irrémédiablement cassés.
    fiif 2006 015On sent combien Lafosse, a dû mettre de lui, dans cette aventure, entamée il y a déjà six ans et pour laquelle il a longtemps ramé, entre autres à la recherche de producteurs. C'était son premier projet de long-métrage. Ce n'est aujourd'hui que le troisième à voir le jour, après "Ca rend heureux" et "Folie Privée"
    "Nue Propriété", c'est la description de l'éclatement d'une cellule familiale, IL suffit d'une onde choc pour que tout l'édifice s'écroule, pour que les liens qui unissent Pacale à ses fils, laissent apparaître toutes leurs violences. Le film est le récit de l'explosion d'un monde clos, où la violence est la consèquence d'un divorce inachevé, où la rivalité gemmelaire des fils est le miroir de la rivalité parentale irrésolue.
    Nue propriété" a été très applaudi au dernier Festival de Venise.
    dyn004_original_64_12_gif_2543688_8f3c52c1cf6b680abc98cbc3cb687bb6[1]
    975-NuePropriete_05


    bobby

    dyn005_original_50_38_gif_2543688_799c239c2912ac40336a87ed47ec8576
    Emilio Estevez n'avait que 6 ans, et il se souvient encore de cette nuit de 1968, où la télé a retransmis l'assassinat de Robert.F.Kennedy. Il se rua dans la chambre de son père, Martin Sheen, ardent supporter du sénateur, pour lui faire part de la tragique nouvelle. Plus tard, son père l'emmena à l'Ambassador hôtel, où Kennedy avait prononcé ses dernières paroles. Estevez: "Je me souviens que nous avons mon père et moi, arpenté ces grands halls la main dans la main, tandis que mon père m'expliquait la perte que venait de subir l'amérique".
    Plus tard, Estevez verra dans cet assassinat, le coup d'arrêt au grand élan d'idéalisme et d'optimisme qui avait motivé la génération précédente. Kennedy avait laissé bien peu d'héritiers prêts à reprendre Le flambeau, et à aborder franchementl le problème de l'Amérique. Emilio : "A compter du 5 juin 1968, nous avons commencé à cèder au cynisme et à la résignation, cela explique en Ggrande partie ce que nous sommes devenus aujourd'hui"
    Bien plus tard, une séance de photos dans l'enceinte de l'Ambassador rappelle un jour à Estevez cet émouvant pélérinage, et ravive tous les souvenirs personnels. Il décide dans la foulée de consacrer un film à cette nuit noire. Il tenait à tout prix à commémorer l'esprit de Bobby. Mais plutôt que d'essayer de retrouver ceux qui passèrent cette nuit là par l'hôtel, et solliciter le droit de raconter leur histoire, Estevez choisit de mèler fiction et réalité historique, au lieu de se focaliser sur Bobby et son tueur Sirhan Sirhan, qui avaient déjà faits l'objets de nombreux ouvrages et documentaires fouillés. Il décide de créer un groupe de personnages hétéroclites, don't les vies seraient marquées en profondeur par les tragiques évènements se déroulant pratiquement sous leurs yeux.. Un micrcosme très spécial dans un décors unique; le légendaire Ambassador Hôtel sur Wilshire Bld à L.A., construit en 1921 qui a souvent accueillit le Gotha d'Hollywood.
    Son Cabaret le "Coconut Groove" avait été un haut lieu de la vie nocture de L.A.; et Le Palace au 500 chambres à  régulièrement hébergé les plus grands noms de la politique américaine, et plus spécialement les presidents.
    Devenu vêtuste,  l'hôtel était sur Le point d'être détruit, lorsque Emilio Estevez obtint in-extrémis une dispense du Los. Angeles Unified School District (qui avait pour mission de construire une école sur Le site), lui permettant une semaine de tournage dans l'enceinte de l'hôtel, où les marteaux-piqueurs avaient déjà commencé la destruction.....Mettant à profit, ce bref sursis, il a pu capter dans l'urgence, la façade, les nombreux couloirs et halls, mais aussi la cafétaria. Un seul problème majeur surgit alors; "Nous pensions faire circuler la caméra de chambre en chambre, dans un mouvement de fluide et en continu, l'architecture de l'hôtel aurait tissé un lien narratif entre toutes les histoires. Nous n'imaginions pas un seu instant qu'il nous faudrait filmer façon "puzzle" et composer notre Ambassador à nous à partir d'une multitude d'établissements dispersés à L.A."
    Super film au casting plus que cinq étoiles, où personne cependant ne vole la vedette. Toutes les grosses pointures ont le même "temps d'antenne".
    A épingler: une très belle composition de Demi Moore, qui avit déjà tourné avec Emilio dans "Wisdom" du temps où ils faisaient partie de la "Brat-pack, du nom donné à la nouvelle génération d'acteurs, et enfin un rôle intéressant pour Sharon Stone bien loin de son dernier navet "Basic instinct" cité aux Razzies..sous l'autre titre  "Basicly It's Stinks too"..comme l'un des plus mauvais fil de 2006. Ce qui n'est pas le cas de Bobby. Une perle qui devrait soulever les consciences.
    dyn001_original_60_11_gif_2543688_e13d73e1789e67a3e560cbdda276bbd3[1] sans hésitation.
     

    Bobby
    photo5avec William. Macy, Elijah Wood, Lindsay Lohan, Harry Belafonte, Anthony Hopkins, Helen Hunt, Laurence Fishburne, Christian Slater, Sharon Stone, Demi Moore etc etc...


    illusionnist3dyn005_original_50_38_gif_2543688_799c239c2912ac40336a87ed47ec8576Achetez Le Popcorn. Installez-vous. Savourez le mystère. Le scénario de Neil Burger nous parle du pouvoir de fascination qu'execerce Le magicien qu'incarne Edward Norton avec son spectacle, au point d'atiser la jalousie du Prince Leopold (Rufus Schwell) auquel sa notoriété fait de l'ombre.  Fiancé à Sophie,avec laquelle il espère conclure une union intéressante, il ne supporte pas l'intérêt qu' Eisenheim porte envers elle. Il va donc enjoindrele commissaire Uhl (Paul Giacometti) de tout mettre en oeuvre afin d'une part de discréditer le magicien auprès du public, et de le mettre sous les verrous coûte que coûte. Cependant, le commissaire pris entre sa passion pour la magie et le magicien, et son devoir, aura toute les peines du monde à trouver le juste milieu... Ce long métrage pourrait devenir l'un des meilleurs films de ce début d'année parmi la pléthore de fictions proposées. L'intrigue romantique n'est que le prétexte qui renforce ce puzzle savamment ficelé, et il valorise ceux qui ont de l'imagination. Et croyez-moi, suivre l'intrigue est un excercice particulièrement plaisant. Il est fort agéable de se perdre dans les beautés viennoises, encorez accrues par la très belle partition de Philip Glass, sur une photohraphie soft-Focus mariant un sens accru et authentique de sensibilité et de style, avec d'élégantes transitions. Comme is la bobine défilait au temps du cinéma muet! Avec intélligence, peu de mots et une musique envoutante, The Illusionist est un film parfait à tous points de vue. Et même si tout a déjà été dit et écrit, je dois aussi souligner l'immense recherche méticuleuse effectuée par Neil Burger. Sa façon de présenter l'intrigue sous forme de progression ininterrompue de l'histoire est déjà une performance en soi, sans oublier de mentionner qu'il parvient à captiver son public en attirant l'attention sur ceux qui mentent en vous regardant droit dans les yeux. Envoûtant!!!!!

    dyn005_small150_800_600_jpeg_2543688_a7805bdc4e33a0a94248b7844355ee12[1]dyn006_original_32_32_gif_2543688_2d4bd58a3512542508250b92bb16e0ec[1] Blood Diamond. Chronique super complète, un peu plus loin, en bas sur cette page. A mi chemin entre "Indiana Jones" et "Killing Fields"...A VOIR! Asolûment! Et même si le monde des diamantaires prétend le contraire, (voir le précédent post), ci-joint le lien d'un site qui vous en dira plus long que tous les beaux discours.....
     
     
    + le site offciel du film : http://blooddiamondmovie.warnerbros.com/
    dyn004_original_64_12_gif_2543688_8f3c52c1cf6b680abc98cbc3cb687bb6[1]