road-movie

  • Floride bande-annonce

    floride.jpgDécouvrez la bande-annonce du film
    FLORIDE

    de Philippe Le Guay avec 

    Jean RochefortSandrine KiberlainLaurent Lucas.

    Sortie le 12 août 2015 au cinéma.

    A 80 ans, Claude Lherminier n'a rien perdu de sa prestance. Mais il lui arrive de plus en plus souvent d'avoir des oublis, des accès de confusion. Un état qu'il se refuse obstinément à admettre.

    Carole, sa fille aînée, mène un combat de tous les instants pour qu'il ne soit pas livré à lui-même.

    Sur un coup de tête, Claude décide de s'envoler pour la Floride.

    Qu'y a-t-il derrière ce voyage si soudain ?

     

     

     

     

    flor ide.jpg

                                                                           Lien Youtube : 
                                                                 https://youtu.be/745p0KnFcBY

  • XENIA Road-Movie Grec.

    xenia.jpg

    Sélection Officielle Un Certain Regard Cannes 2014
    Festival Pink Screen - Bruxelles 2014 
    Festival du Film de Gand  2014
     
    De Panos KOUTRAS 
     
     SORTIE LE 18 FEVRIER 
    Bruxelles - Gand - Mons - Courtrai - Liège 
     
     
    avec Kostas NIKOULI et Nikos GELIA et la participation de Patti PRAVO 
     
    Synopsis  A la mort de leur mère, Dany et son frère Odysseas, 16 et 18 ans, prennent la route d’Athènes àThessalonique pour retrouver leur père, un Grec qu’ils n’ont jamais connu. Albanais par leur mère, ils sontétrangers dans leur propre pays et veulent que ce père les reconnaisse pour obtenir la nationalité grecque. Dany et Ody se sont aussi promis de participer à un populaire concours de chant qui pourrait rendre leur vie meilleure.
     Ce voyage mettra à l’épreuve la force de leurs liens, leur part d’enfance et leur amour des chansons italiennes.
     
     
  • The Homesman de Tommy Lee Jones à Cannes..

    home.jpgSi la dernière réalisation de Tommy Lee Jones est à la hauteur de ce que la bande-annonce propose, alors je le vois bien remporter un prix à Cannes. Et pourquoi pas une Palme d'Or, sauf si on "l'offre sur un plateau"  aux frères Dardenne... ce qui à mes yeux, serait injuste.. Mais bon avec Jeanne Campion comme présidente du jury et qui avoue être une admiratrice du cinéma des frangins belges, on peut deviner de ce qu'il en sera. Ceci étant dit, le film de Tommy Lee Jones avec une surprenant Hilary Swank et une toute aussi surprenante Meryl Streep, et Hailee Steinfeld,  devrait sans nulle doute, être une des révélations sur la Croisette...

    homesman7.jpghomesman9.jpgAprès Trois enterrements,  couronné en 2005 avec le Prix du scénario pour  Guilermo Arriaga, Tommy Lee Jones (prix d'interprétation)  propose un film plutôt hors-normes sur la face plutôt obscure de la conquète de l'Ouest...  Une chevauchée en compagnie de Mary Bee Cuddy, une pionnière vivant isolée au Nebraska, avec à sa charge, 3 femmes chassées de leur village en 1855, parce que folles. En échange de la vie sauve, George Biggs  croisé auparavant en bien mauvais posture, va être contraint de prendre la route afin de mener ses dames  en Iowa.. Cet insolite attelage devra faire face à de multiples embûches tout au long d'un périple long de cinq semaines sur les territoires arides et dangereux de La Frontière...homesman1.jpg

    homesman4.jpghomesman2.jpghomesman8.jpg

    http://youtu.be/kCFaTffMMeE

  • Blue Ruin bientôt dans les salles..

    blue ruin.jpg

    Le réalisateur Jeremy Saulnier a gagné le prix de FIPRESCI au Quinzaine des Réalisateurs 2013, et le film a été officiellement sélectionné l'année passé au Toronto International Film Festival et au Sundance Festival 2014. 'Blue Ruin' a reçu des prix aux festivals à Gijon, Hawaii, Marrakesh et Virginia.

     

     

    blue r uin.jpgBlue_Ruin5bf1fb.jpgLe train-train de Dwight, un vagabond solitaire, bascule le jour où il apprend la libération du meurtrier de ses parents. Dès lors, une seule pensée l’habite : se venger, coûte que coûte. Bien que totalement dépourvu d'expérience, il se révèle étonnamment doué pour le meurtre.

    Par son deuxième long métrage, Jeremy Saulnier témoigne d'un grand savoir-faire cinématographique. “Blue Ruin” n'est pas un quelconque récit de vengeance, mais un surprenant thriller où la violence peut se révéler sauvage, brutale et propre à la condition humaine.

    Bande-annonce :  blue-ruin-600px.pnghttp://youtu.be/gJo1qrr_8Hc

    Casting : Dwight Macon Blair 

    Ben Gaffney Devin Ratray 

    Sam Amy Hargreaves  Teddy Cleland Kevin Kolack

    Kris Cleland Eve Plumb

    William David W. Thompson 

    Carl Cleland Brent Werzner 

    Hope Cleland Stacy Rock

    Officier Eddy Sidne Anderson

    Jeremy est né et a grandi à Alexandria, dans l’état de Virginie. Apres ses études á la Tisch School of Arts de la NYU, il a réalise et filmé le tres remarque court-métrage CRABWALK (Clermont Ferrand 2005) suivi par le long-métrage d’horreur/comédie culte MURDER PARTY (Magnolia Pictures). En tant que chef operateur, on le retrouve sur le nombreux longs-métrages don’t SEPTIEN (Sundance, Rotterdam 2010) ou les films de Matthew Porterfield – HAMILTON (Viennale 2007), PUTTY HILL (Berlin, SXSW 2010) et I USED TO BE DARKER (Sundance, Berlin 2013).

     

     

     

  • NEBRASKA Prix du Public à Rotterdam..

    nebrs.jpgAprès le Prix du Meilleur acteur pour Bruce Dern à Cannes, voici un autre prix pour ce film magnifique... Un vieil homme Woody, persuadé qu'il a gagné le gros lot à un improbable tirage au sort par correspondance, cherche à rejoindre le Nebraska pour y recevoir son gain. Sa famille,  et plus particulièrement Kate, sa femme, s'inquiètent de ce qu'elle perçoit comme le début d'une démence sénile.  Woody et Kate, couple archétype de l'Amérique profonde lié par des décennies de luttes, de malheurs, et de souffrance, vivote, jusqu'à l'annonce de cette improbable nouvelle, qui aussi insensée soit-elle,  est sans nulle doute, celle du rayonnement subtil de l'espoir, de cet acharnement aveugle qui maintient Woody en vie.. 110479_gal.jpgKate envisage de le placer en maison de retraite, mais un de ses fils se décide finalement à emmener son père en voiture c hercher ce pactole auquel personne ne croit. Pendant le voyage, le vieillard se blesse et l'équipée fait une étape forcée dans une petite ville en déclin du Nebraska. C'est là que le père est né. Epaulé par son fils, le vieil homme retrace ses souvenirs d'enfance. Nebraska est un super road-movie, où malgré les apparences, la folie n'est pas où elle semble être. Alexander Payne (Sideways - The Descendants) le réalisateur dresse un super beau portait de la vieillesse confrontée aux "folies" des plus jeunes de la famille, le tout sur fond des paysages superbes, qui  majestueusement mis en scène en noir et blanc,  donnent au voyage, une aura particulière... qui met habillement en lumière, les luttes psychologiques des plus vieux avec les plus jeunes.

                   

    110489_gal.jpg110486_gal.jpgEn dehors de la prestation époustouflante de Dern, J'ai particulièrement aimé la comédienne June Squibb, incarnant sa moitié, laquelle, sous ses "travers" grincheux, se révèle finalement une femme de cœur, qui toute sa vie aura supporté son grognon de mari. Quant au fils, incarné par Will Forte, son importance dans l'histoire n'est pas à démontrer, et le comédien est parfait...Sans Oublier Stacey Keach, dans la peau d'un ex-associé venal de Dern, n'ayant qu'un but, lui soutirer un maximum d'argent sur cette "prétendue" loterie, à laquelle finalement,  toute la ville finit par prendre pour "argent comptant"...110481_gal.jpgUn rôle ingrat, avec lequel Keach  (ph) s'en tire avec les honneurs. J'ajoute en guise de conclusion que, malgré le côté dramatique de l'histoire, ce petit bijou recèle quelques scènes absolument délicieuses, comme celle où le duo recherche le dentier du père sur un ligne de train désaffectée...où lorsque le duo retraverse la ville dans la "nouvelle" voiture du papa, devant les yeux ébahis de la population vieillissante, ou brillent des étincelles de bonheur, trop heureux de partager le "bonheur"  d'un ancien de la ville...110488_gal.jpg110480_gal.jpg110476_gal.jpg

     

     110490.jpg110482_gal.jpg110485_gal.jpg

  • Inside Llewyn Davis, le dernier des Coen Brothers 4 awards aux Films Critics awards,

     actualité cinéma,f. murray abraham,garrett hedlund,cinéma,usa,country,bob dylan,carey mulligan,justin timberlake,llewyn davis,john goodham,insolite,road-movie,waterloo,belgiqueInside Llewyn Davis qui a remporté les trois plus importants awards au Films Critics Awards samedi dernier, à savoir Meilleur film, Meilleur acteur et Meilleur(s) Réalisateur (s) est une comédie dramatique américaine de Joel et Ethan Coen  L'histoire est inspirée de la vie du guitariste et chanteur Dave Van Ronk. Le film était sélectionné en compétition officielle pour la Palme d'or au 66e Festival de Cannes Il a remporté le Grand Prix du Jury du Festival de Cannes[.
    1961.

     

    Synopsis: Llewyn Davis est à la croisée des chemins. Alors qu'un hiver rigoureux sévit sur New York, le jeune homme, sa guitare à la main, lutte pour gagner sa vie comme musicien, et affronte des obstacles qui semblent insurmontables, à commencer par ceux qu'il se crée lui-même.

    Il ne survit que grâce à l'aide que lui apportent des amis ou des inconnus, en acceptant n'importe quel petit boulot.

    Des cafés du Village à un club désert de Chicago, ses mésaventures le conduisent jusqu'à une audition pour le géant de la musique Bud Grossmans avant de retourner là d'où il vient.

     

     

    actualité cinéma,f. murray abraham,garrett hedlund,cinéma,usa,country,bob dylan,carey mulligan,justin timberlake,llewyn davis,john goodham,insolite,road-movie,waterloo,belgiqueAvec Oscar Isaac, Carey Mulligan, Justin Timberlake, F. Murray Abraham, John Goodman, Garrett Hedlund, (The Road)

     

    actualité cinéma,f. murray abraham,garrett hedlund,cinéma,usa,country,bob dylan,carey mulligan,justin timberlake,llewyn davis,john goodham,insolite,road-movie,waterloo,belgiqueactualité cinéma,f. murray abraham,garrett hedlund,cinéma,usa,country,bob dylan,carey mulligan,justin timberlake,llewyn davis,john goodham,insolite,road-movie,waterloo,belgiqueactualité cinéma,f. murray abraham,garrett hedlund,cinéma,usa,country,bob dylan,carey mulligan,justin timberlake,llewyn davis,john goodham,insolite,road-movie,waterloo,belgiqueLe dernier Coen a fait l'objet d'une  AVANT-PREMIERE l exceptionnelle au premier festival du film historique de Waterloo en octobre dernier.. 

    http://youtu.be/LFphYRyH7wc

  • James Franco aux manettes de As I lay Dying.

     

    as i lay dying.jpgAprès le décès d'Addie Bundren, son mari et ses cinq enfants entament un long périple à travers le Mississippi pour accompagner la dépouille jusqu'à sa dernière demeure. Anse, le père, et leurs enfants Cash, Darl, Jewel, Dewey Dell et le plus jeune, Vardaman, quittent leur ferme sur une charrette où ils ont placé le cercueil. Chacun d'eux, profondément affecté, vit la mort d'Addie à sa façon. Leur voyage jusqu'à Jefferson, la ville natale de la défunte, sera rempli d'épreuves, imposées par la nature ou le destin. Mais pour ce qu'il reste de cette famille, rien ne sera plus dangereux que les tourments et les blessures secrètes que chacun porte au plus profond de lui...

    as i lay dying,james franco,Tim Blake Nelson, Danny McBride, usa,actualité cinéma,cinéma,road-movie,insoliteAprès Sal, le biopic sur Sal Mineo, James Franco change complètement de régistre, pour s'attarder sur les relations d'une famille à l'aube d'aller enterrer un de leurs proches.  Façon Terrence Malick, dans cette adaptation d'une nouvelle de William Faulkner, Franco dresse un portrait sombre mais très réaliste de l'amérique profonde, et des sentiments qui animent tous les membres d'une famille sur le chemin d'un deuil cruellement ressenti. Présenté au dernier festival de Cannes, catégorie "Un Dernier Regard".

    Bande-annonce: http://youtu.be/VO68Kd2yQsE

     

    as i lay dying,james franco,Tim Blake Nelson, Danny McBride, usa,actualité cinéma,cinéma,road-movie,insoliteas i lay dying,james franco,Tim Blake Nelson, Danny McBride, usa,actualité cinéma,cinéma,road-movie,insoliteas i lay dying,james franco,Tim Blake Nelson, Danny McBride, usa,actualité cinéma,cinéma,road-movie,insoliteas i lay dying,james franco,Tim Blake Nelson, Danny McBride, usa,actualité cinéma,cinéma,road-movie,insolite

     

  • La Bande des JOtas de Marianne (Persepolis) Satrapi!

    satrapi.jpg

    La réalisatrice et dessinatrice de bande dessinée d'origine iranienne Marjane Satrapi signe avec La bande des Jotas un road movie à l'humour noir plutôt déjanté.

    Ce film, qui ne sortira que dans une vingtaine de salles le 6 février, n'a rien à voir avec ses deux premiers opus coréalisés avec Vincent Paronnaud, Persépolis et Poulet aux prunes, qui ont recueilli de nombreux prix. Avec La bande des Jotas, Marjane Satrapi, qui réalise seule et joue le rôle principal, a voulu "oublier les productions importantes" pour retrouver du plaisir. "Maintenant je sais qu'après chaque grand projet, je ferai un petit film expérimental", dit-elle dans les notes du film.

    Effectivement, ce troisième opus est fait avec peu de moyens, le scénario a été élaboré au fur et à mesure et les trois personnages principaux, Marjane Satrapi, Mattias Ripa et Stéphane Roche, sont autant acteurs que producteurs, scénaristes, monteurs, etc

    La suite ici: http://www.lemonde.fr/culture/article/2013/02/03/la-bande-des-jotas-de-marjane-satrapi-un-road-movie-decale_1826437_3246.html#xtor=RSS-3208

  • Barbra Streisand et les Golden Globes.

    gtC.jpg

    La presse étrangère regroupée au sein des Golden Globes a donc dévoilé sa liste de nominés pour la cérémonie de l'année prochaine. Et comme dans tout award qui se "respecte" il y a de grosses surprises. J'en ai déjà commis quelques lignes hier, mais aujourd'hui je me pose la question de savoir pourquoi le magnifique "Beast of Southern Wild" n'est pas nominé, tout comme je déplore l'absence de la petite Quvezhané Wallis, qui dans la peau de HushPuppy tient le film presqu'entièrement sur ses petites épaules, d'une part et l'absence de Barbra Streisand d'autre part. Snobée de chez snobé par les journalistes étrangers, j'avoue ne pas comprendre cela, alors que le film " The Guilt Trip" réalisé parCatherine Fletcher avec Seth Rogen, et produit par les studios Paramount réuni tous les critères pour pouvoir y figurer, et qu'en plus, une belle campagne de promotion avait été mise sur pied. Il est en effet courant qu'une grosse machinerie se mette en place, lorsque des pros du 7ème art s'y mettent pour promouvor un film auquel ils croient. Souvenez-vous  Weinstein avec "The Artist" l'année dernière, et,  plus près de nous pour "Intouchables"  que l'on retrouve d'ailleurs nominé tant aux Golden qu'aux Oscars. Bref, la presse à décidemment la mémoire courte et à complètement oublié les 2 Oscars, 8 grammy's et 5 emmy's...remportés par Barbra durant sa longue carrière, et avec lesquels elle pourra se consoler. Cette dernière, qui vient de donner deux concerts exceptionnels à Brooklyn le mois dernier, ne s'en fait pas trop...Une de plus, ou une de moins sur sa cheminée, ne change pas grand'chose. Son talent n'a pas besoin d'une  statuette supplémentaire pour être reconnu.

    gtB.jpg

    gtripA.jpg

  • Hitler à Hollywood. Sortie DVD! A voir absolûment!

     

    road-movie,documentaire,actualité,micheline presle,belgique,bruxelles,ciné,cinéma,blog,hitler,hitler à hollywood,les saintes chéries,frederic sojcher,maria de medeiros,pulp fiction,insolite,nathalie bayeHitler à Hollywood sort en DVD. D'une blague à l'autre, qu'est-ce donc qui se joue dans ce jeu d'images ? Qu'est-ce qui est vrai et qu'est-ce qui est faux ? Hitler à Hollywood joue sur cette ambiguïté, faux documentaire et vraie fiction. L'imbroglio se joue comme une comédie de Blake Edwards (La panthère rose) sauf que Sojcher se sert de la BD belge plutôt que du cartoon américain dont se sert Mister Blake. Côté belge, donc, autour du dessin de "la ligne claire" d’Hergé, de Franquin, de Raymond Macherot, et d'autres.

     

    Hitler à Hollywwod. Qui malgré le titre assez raccoleur, n'a rien à voir avec le dictateur, mais sous-entend seulement qu'une grande partie du faux-vrai documentaire, de la vraie fausse- fiction (sic) est centrée sur le cinéma d'après guerre. Hitler à Hollywood, c'est non seulement un film très abouti, mais également une source de renseignements sur le cinéma Hollywoodien pendant la grande guerre. J'y suis allée de découvertes en découvertes,  avec Micheline Presle et Maria de Medeiros comme fil rouge..Et pas un seul instant, je ne me suis ennuyée.  Troublant, captivant, bluffant et souvent drôle, sont les maîtres-mots pour définier ce long-mètrage, que je recommande chaudement à tous les fanas de cinéma....qui apprendront pas mal de choses...sur les coulisses pas très reluisantes du cinéma de cette époque là.

    Synopsis Lorsque Maria de Medeiros entreprend le tournage de son documentaire sur l'actrice Micheline Presle, elle n'imagine pas qu’une histoire débutée à la fin des années 30 révélera un complot qui met encore des vies en danger.  Hitler à Hollywood, avait déjà été projeté lors du dernier Festival du Film de Flagey en juin dernier, en présence de l'actrice principale, Micheline Presle, et après Cannes, Bruxelles avait réservé à son tour un accueil très chaleureux au film de Frederic Sojcher, une production que l'on peut cataloguer  production hors-normes. La comédienne, toujours bon pied bon oeil, celle qui avait ravi les téléspectateurs dans les années 70 avec "les Saintes Chéries," qu'on lui rappelle invariablement, s'est prètée de bonne grâce aux présentations d'usages, avant de se fondre d'une manière plutôt anonyme dans la foule au bar Vip...où j'ai la joie de pouvoir échanger quelques mots avec elle. 

    road-movie,documentaire,actualité,micheline presle,belgique,bruxelles,ciné,cinéma,blog,hitler,hitler à hollywood,les saintes chéries,frederic sojcher,maria de medeiros,pulp fiction,insolite,nathalie bayeroad-movie,documentaire,actualité,micheline presle,belgique,bruxelles,ciné,cinéma,blog,hitler,hitler à hollywood,les saintes chéries,frederic sojcher,maria de medeiros,pulp fiction,insolite,nathalie bayeroad-movie,documentaire,actualité,micheline presle,belgique,bruxelles,ciné,cinéma,blog,hitler,hitler à hollywood,les saintes chéries,frederic sojcher,maria de medeiros,pulp fiction,insolite,nathalie bayeroad-movie,documentaire,actualité,micheline presle,belgique,bruxelles,ciné,cinéma,blog,hitler,hitler à hollywood,les saintes chéries,frederic sojcher,maria de medeiros,pulp fiction,insolite,nathalie bayeL'actrice Maria de Medeiros, qu'on connaît depuis son rôle dans Pulp fiction, y joue son propre double fictionnel qui décide de réaliser un documentaire sur la star de cinéma Micheline Presle. Cette dernière a commencé sa carrière dans les années 30 et Maria découvre qu'elle a tourné en 1939 dans un film qui n'est jamais sorti en salle à cause de la guerre. Le réalisateur en est le mystérieux Luis Aramcheck. Maria part à la recherche du film disparu et son documentaire se transforme en une enquête haletante sur le passé oublié du cinéma européen.  Les bribes d'un film disparu depuis la seconde guerre mondiale lancent l'actrice de Pulp Fiction sur les traces d'une œuvre interdite qui aurait pu changer pour toujours l’Histoire du cinéma mondial : Hitler à Hollywood, projet resté dans les cartons à l époque!  De Paris à Venise, en passant par Berlin, Bruxelles, Cannes, Londres, Ostende et Malte, le film est une fable qui explore, de manière ludique, le pouvoir du 7ème art sur nos imaginaires. Une chasse au trésor dont certaines séquences on été tournées à Bruxelles, plus spécialement dans les Galeries saint-Hubert!.

    road-movie,documentaire,actualité,micheline presle,belgique,bruxelles,ciné,cinéma,blog,hitler,hitler à hollywood,les saintes chéries,frederic sojcher,maria de medeiros,pulp fiction,insolite,nathalie bayeroad-movie,documentaire,actualité,micheline presle,belgique,bruxelles,ciné,cinéma,blog,hitler,hitler à hollywood,les saintes chéries,frederic sojcher,maria de medeiros,pulp fiction,insolite,nathalie bayeroad-movie,documentaire,actualité,micheline presle,belgique,bruxelles,ciné,cinéma,blog,hitler,hitler à hollywood,les saintes chéries,frederic sojcher,maria de medeiros,pulp fiction,insolite,nathalie bayeroad-movie,documentaire,actualité,micheline presle,belgique,bruxelles,ciné,cinéma,blog,hitler,hitler à hollywood,les saintes chéries,frederic sojcher,maria de medeiros,pulp fiction,insolite,nathalie bayeÀ travers ce kaliedoscope,  Frédéric Sojcher offre au travers d'un subtil jeu de devinettes, un film dans un film, où le spectateurs ne sait pas où se situe la part de vérité, et la part de fiction.  Hitler à Hollywood, c'est  une mystification, un mystère du début à la fin... Le film de Sojcher est soutenu par une mise en scène travaillée, alors que, et c'est une première, il est entièrement réalisé avec un appareil photo numérique..

    h a h Presle 2.jpgHitler à Hollywood, une production Saga Film, Polaris Film Production & Finance, Intelfilm, coproduit par RTBF (télévision belge), produit avec l’aide du Centre du Cinéma et de l’Audiovisuel de la Communauté française de Belgique et des télédistributeurs wallons, avec la participation des Régions Wallonne et de Bruxelles Capitale, en association avec Motion Investment Group, avec le soutien du Département Tax Shelter du Pôle Image de Liège, avec la participation de CINECINEMA, en association avec Banque Populaire Images 10 et Arte/Cofinova, avec le soutien de Baya Productions et en coproduction avec Les Films du Possible. Développé avec le soutien du programme MEDIA de l’Union Européenne. 

    Un film de Frédéric Sojcher.  Musique : Vladimir Cosma.Avec : Maria de Medeiros, Micheline Presle, Wim Willaert ( vu dans La Mer Monte de  et avec Yolande Moreau) et Hans Meyer.

    road-movie,documentaire,actualité,micheline presle,belgique,bruxelles,ciné,cinéma,blog,hitler,hitler à hollywood,les saintes chéries,frederic sojcher,maria de medeiros,pulp fiction,insolite,nathalie bayeroad-movie,documentaire,actualité,micheline presle,belgique,bruxelles,ciné,cinéma,blog,hitler,hitler à hollywood,les saintes chéries,frederic sojcher,maria de medeiros,pulp fiction,insolite,nathalie bayeroad-movie,documentaire,actualité,micheline presle,belgique,bruxelles,ciné,cinéma,blog,hitler,hitler à hollywood,les saintes chéries,frederic sojcher,maria de medeiros,pulp fiction,insolite,nathalie bayeroad-movie,documentaire,actualité,micheline presle,belgique,bruxelles,ciné,cinéma,blog,hitler,hitler à hollywood,les saintes chéries,frederic sojcher,maria de medeiros,pulp fiction,insolite,nathalie bayeEt la participation des acteurs belges :Toni Ceccichinato, Michel Israël, Pierre Laroche, Jacques Sojcher, et la participation exceptionnelle de  :Théo Angelopoulos, Edouard Baer, Nathalie Baye, Marisa Berenson, Dominique Besnehard, Emilie Chesnais, Patrick Chesnais, Manoel de Oliveira, Arielle Dombasle, Marc Ferro, Sara Forestier, Gilles Jacob, Mylène Jampanoï, Andrei Konchalovski, Emir Kusturica, Bianca Li, Michael Lonsdale, Tonie Marschall,  François Morel, Volker Schlöndorff, Bruno Solo, Josiane Stoléru, Frédéric Taddeï, Jacques Weber, Wim Wenders…Ce n'est plus un casting à tiroirs, mais une commode toute entière! Oufti

     Interview très intéressante sur : http://www.lesoir.be/culture/cinema/2010-06-29/micheline-presle-quelle-histoire-778945.php

    Hitler à Hollywood s'est vu décerner le Prix international de la Critique au 45ème Festival international du film de Karlovy Vary en République tchèque.

                                                                                     DSCF4099.JPG

    road-movie,documentaire,actualité,micheline presle,belgique,bruxelles,ciné,cinéma,blog,hitler,hitler à hollywood,les saintes chéries,frederic sojcher,maria de medeiros,pulp fiction,insolite,nathalie baye

  • Mobile Home seul road-movie qui ne bouge pas, encensé par la presse française!

    mobilehome.jpgLa presse belge est unanime. Mobile-Home est une réussite!

    Après son passage au festival du film francophone d’Angoulême, Mobile Home s’apprête à sortir en France. En Belgique, il tient l’affiche depuis une semaine et s’est assuré un soutien franc et massif de la critique qui a trouvé dans ce premier long métrage beaucoup d’humour, de tendresse et d’intelligence.

    spacer

    arthur dupont,guillaume duix,actualité cinéma,ciné,cinéma,mobile home,belgique,road-movie,festival d'angoûlème,wallimage

    "C’est toujours émouvant, les débuts d’un cinéaste. Voici le Belge François Pirot, 35 ans, dans le grand bain avec son premier long-métrage", note par exemple Nicolas Crousse dans Le Soir
    Qui conclut : "Ce premier long est un mélange assez réussi de tendresse, d’humour et de cruauté".

    "Chronique drôle (souvent très drôle!) et tendre des mésaventures de deux jeunes adultes encore un peu ados dans leur tête et rêvant de grand départ pour une vie de liberté sur la route, Mobile Home touche et amuse d’autant plus que situations et personnages y respirent la justesse", explique avec enthousiasme Louis Danvers dans Le Vif *** .
    "François Pirot trouvant en Arthur Dupont et Guillaume Gouix des interprètes aussi talentueux que complices. De quoi faire une comédie générationnelle des plus réjouissantes!"
    mh.jpgla suite sur http://www.wallimage.be/newsfile.php?lang=fr&id=537

     

     

     

     

     

    arthur dupont,guillaume duix,actualité cinéma,ciné,cinéma,mobile home,belgique,road-movie,festival d'angoûlème,wallimage

     

     

    Cocorico! Mobile Home, le film belge du jeune réalisateur François Pirot enchante la France.

    Après des critiques belges plus qu’élogieuses et une excellente première semaine au cinema en Belgique, le film enflame et enchante les médias français.

    Un vrai engouement qui soulignent les qualités intrinsèques du film et le talent de son équipe.

    Et le public ne s'y trompe pas.

    arthur dupont,guillaume duix,actualité cinéma,ciné,cinéma,mobile home,belgique,road-movie,festival d'angoûlème,wallimage

     

    Le Monde

    Joliment fantaisiste, dans ses ressorts comiques comme dans ses escapades sentimentales, Mobile Home est un divertissement de choix : léger, relevé d'un doux parfum d'absurde, bien joué. Nuancé, énergique, intéressant dans ses contrastes comme dans sa gémellité foncière : le duo Dupont-Gouix est un modèle d'équilibre, dont on s'attache sans mal à suivre les pérégrinations.

    Les Inrocks

    Un beau et tendre film sur l’intelligence et ses mystérieuses circonvolutions (…) Drôle et fin.

    Télérama

    En imaginant cette situation cocasse et pleine de tendre ironie, le réalisateur de ce premier film fait résonner des sentiments complexes (…) Arthur Dupont et Guillaume Gouix, tout en spontanéité et finesse (…) Sous ses airs de chronique presque trop modeste, Mobile Home dépeint avec subtilité un moment délicat de la vie.

    France INTER

    Coup de cœur de la semaine.Un film ultra-réussi (…) Mobile Home est en réalité un faux road-movie mais une vraie réflexion sur les choix de vie (…) c’est surtout un très bon moment de cinéma.

    Le Parisien

    Arthur Dupont et Guillaume Gouix sont les mécaniciensd’un film plein de justesse et de tendresse.

    A NOUS

    L'amitié entre des personnages touchants à souhait et la tendresse qu'ils dégagent font de Mobile Home la première belle surprise decette rentrée.

    Trois couleurs

    Un fascinant road trip immobile.

    Studio Ciné Live

    Une fugue immobile au charme délicat. (…) Eclaboussé de rires éperdus, bouillonnant de rêves éconduits. Des pas-grand-chose sculptés dans le vent par François Pirot, délicieusement incarnés par Guillaume Gouix, Arthur Dupont et une triplette d’acteurs vénérables.

    Premiere

    Arthur Dupont confirme un charme hâbleur à la Belmondo, quand Guillaume Gouix, grand espoir du cinémafrançais, impose sa séduction virile à la Ventura. Leur complémentarité crève l'écran.

    Le Figaro

    Ces bras cassés sont attendrissants. (…) François Pirot contemple les dégâts. Il le fait avec douceur, avec un humour duveteux, des épaules haussées. (…) Ces losers sont magnifiques. On leur souhaite tout le bonheur du monde.

    Le Nouvel Observateur

    Le belge François Pirot signe une comédie sucrée et acide sur ces rêves que l’on fantasme sans jamais les concrétiser (…) L’empathie de son regard et l’énergie de ses deux acteurs rendent le voyage délicieux.

    La Croix

    Une ironie tendre flotte sur le film dont rend compte le titre. Loin de nous accabler des atermoiements et des états d’âme de ses héros, cette comédie douce-amère raconte avec drôlerie et sensibilité leur difficulté à devenir adultes

    Le Journal du Dimanche

    Mobile Home dégage une chaleur et un charme immédiat (…)et vaut largement que l’on partage un bout de route avec lui. Un premier film attachant.

    Grand Ecart

    Les situations sont si justes, les dialogues sonnent si vrais, tout en gardant tout le long un sens de la dérision touchant, que Mobile Home ne peut que séduire (…) Mobile Home est une invitation au voyage à ne pas manquer, à bord d’un camping-car où l’on s’amuse et on s’émeut, donnant à ses rêves des envies de réalité.

    Toutleciné.com

    Un jeu des acteurs admirable de vérité et de finesse dans ses jongleries : on s'instruit sans s'ennuyer, on s'amuse sans s'abrutir, on est ému sans larmoyer. Une vraie réussite quenous ne saurions que trop vous conseiller si vous pensez y être sensible etpouvoir vous y retrouver. Nous, nous disons : «bravo et merci ».

     

     

  • On The Road vu pour vous! Dossier super complèt!

     

    on the road cast Cannes.jpg

    Mini-synopsis:

    Après la mort de son père, Sal Paradise (Sam Riley), un aspirant écrivain de New York, rencontre Dean Moriarty (Garrett Hedlund), un sauvage et charismatique ex-taulard. marié à Marylou, une séductrice assez libérée..Les deux compères se sentent directement de nombreuses affinités, et on peut même dire que le courant passe bien. Déterminé à éviter les écueils d'une vie étriquée et étroite Sal et Dean prennent la route en compagnie de Marylou et ensemble s'en vont vers une Odyssée qui va complètement changer leur vie...tant émotionnelle que physique. Assoiffés de liberté, ils découvrent le monde, l'extase de l'expérience, la connexité de l'humanité et, finalement, eux-mêmes. Avec Kristen Stewart (Twilight -Into The Wild Snow White), Sam Riley (Control) Kirsten Dunst, Amy Adams (The Muppets), Garrett Hedlund (Tron Legacy) Viggo Mortensen,(Apaloosa) Tom Sturridge, Alice Braga (Predators), Elizabeth Moss (Mad Men) Danny Morgan et Marie-Ginette Guay.

     

    ontr.jpg

    otr a.jpg

    otr12.jpg

    On the Road d'après l'auto-biographie de Jack Kerouac propose une incursion dans le monde pré Beat Generation . On y suit une fille et deux gars, souvent le contraire, parfois un mec de passage (caméo de Steve Buscemi) ....à la poursuite d'une autre vie sur fond de drogues, d'alcool, de parties de jambes en l'air , afin d'échapper à l'American Dream, utopie parmi les utopies. Avec Marcel Proust sur le dashboard! Il y a des moments de pur plaisir, comme si le réalisateur avait lui-même pris le volant de la superbe Hudson, mais d'autres ou, franchement on s'ennuie un peu. D'où un film qui aurait pu être écourté d'une bonne vingtaine de minutes. Mais soyons francs. Le roman, tapuscrit sur un rouleau de 36,50 mètres, sans chapitres, sans ponctuation est impossible à mettre en bobine. Raison pour laquelle, Francis Ford Copolla qui avait acheté les droits en 1968, et d'autres ont mis tant d'années à sortir ce road-movie des "starting blocks"  Même Jean-Luc Godard et et Gust Van Sant fûrent approchés. Walter Salles qui a déjà tourné deux road-movies -Carnets de Voyage (Che Guevarra) et Central de Bresil sait de quoi il retourne en relevant le défi! Il veut dit-il " permettre aux spectateurs de revenir au lvre original , et qu'ils puissent construire leurs propres visions de "Sur la Route"  Le réalisateur Brésilien à mis 8 ans pour peaufiner son biopic, et parvenir à retranscrire la "prose libre" qui couvre 60.000 miles pour le grand écran! Il faut aussi savoir que, Kerouac lui-même fût tenté de faire le film, lorsqu'il écrivit une missive à Marlon Brando (ci-contre), l'implorant d'acheter son livre et de bien vouloir incarner le légendaire Neal Cassady.SAM_0303.JPG

    SAM_0308.JPGLe rouleau en question, à l’écriture rythmée et foisonnante, comportant un seul paragraphe de 370 pages, sans marge et sans chapitres, fait l'objet d'une superbe exposition à Paris (°°) où il est subtilement mis en valeur dans une vitrine de dix mètres, spécialement conçue pour, qui s'étend telle une longue route américaine autour de laquelle défilent des paysages : paysage de la vie de Kerouac, paysage de son amour pour la littérature, paysage de ses rencontres, paysage de la réalisation du film. Entre le 2 et 22 avril 1951, Jack Kerouac retape ses notes 125 000 mots sur un support papier de 36,50 mètres de long. Il a 29 ans. On peut y découvrir un homme qui avance, en quête de liberté, explore tous les sens et se fraye un chemin aboutissant à la rédaction de ce monument de la littérature américaine. Une soudaine fi èvre scripturale qui  l’entraîne à écrire  en prose spontanée, empruntée aux techniques du Surréalisme inspirée par son compagnon de voyage Neal Cassady.  « Je vais me trouver un rouleau de papier pour couvrir les étagères, je vais le glisser dans la machine, et je vais taper à toute vitesse, à toute berzingue, et au diable les structures bidons, après on verra »…Je l’ai déroulé sur le plancher et il ressemble à la route. » « j’ai écrit ce livre sous l’emprise du café… 6 000 mots par jour, 12 000 le premier jour et 15 000 le dernier… »
    SAM_0307.JPGIl préparait sa route depuis 1947, au moyen de dizaines de carnets et de notes manuscrites. De jeune romancier, Jack Kerouac va devenir l’écrivain le plus expérimenté, le plus doué de sa génération, qui le propulsera au sommet de la littérature américaine, avec la « littérature de l’instant ».
    Après plusieurs refus d’éditeurs et de sérieuses modifi cations, le tapuscrit sera finalement publié par les éditions Viking en 1957, et trois ans après en France par la maison Gallimard. C’est cette version plus courte et expurgée de ses passages les plus sulfureux que le public connaîtra jusqu’à ces toutes dernières années.

    Extrait : " Côte à côte, ils s'élançaient dans les rues, savourant toute chose dans le style qui était alors celui de leur première amitié et qui, plus tard, devint tellement plus désolé, objectif, morne. Mais alors ils s'en allaient, dansant dans les rues comme des clochedingues, et je traînais derrière eux comme je l'ai fait toute ma vie derrière les gens qui m'intéressent, parce que les seules gens qui existent pour moi sont les déments, ceux qui ont la démence de vivre, la démence de discourir, la démence d'être sauvés, qui veulent jouir de tout dans un seul instant, ceux qui ne savent pas bâiller ni sortir un lieu commun mais qui brûlent, qui brûlent, pareils aux fabuleux feux jaunes des chandelles romaines explosant comme des poêles à frire à travers les étoiles et, au milieu, on voit éclater le bleu du pétard central et chacun fait: "Aaaah!" Quel nom donnait-on à cette jeunesse-là dans l'Allemagne de Goethe?"

    Jack Kerouac, Sur la route, Folio, 1976, p. 21.

    INTERESSANT !!!: http://www.mk2.com/evenements/festival-cannes-paris-au-mk2-bibliotheque

    otr21.jpg

    Cependant, même si tiraillée entre deux sensations, l'une bof pas mal, l'autre j'ai aimé, force est de reconnaître que même si les paysages traversés sont magnifiques, la route reste ouverte au clap final! On reste sur sa faim, ce film n'étant finalement rien de plus qu'une voie sans issue, où les pneus crevès prennent le pas sur les "tours-minutes" (métaphore) Je salue cependant l'énorme travail des comédiens, surtout Garett Heddlund qui crève littéralement l'écran, et Kristen Stewart qui prouve ici qu'elle est mûre pour enfin sortir du carcan Twilight. Je l'avais déjà remarquée dans un autre road-movie "Into The Wild" de Sean Penn, où son talent explosait. Pour le reste, autre bémol, j'ai eu du mal avec la manière dont les femmes sont traîtées. A la limite et pour conclure cette chronique, j'ajoute que ce film est un "rien" misogyne. Mais cela n'engage que moi! 

    otr16.jpg

    SAM_0305.JPGLorsque Kerouac couchât ses premières notes sur papier, ou sur tout ce qui lui tombait sous la main, y compris, dans des moments de profond désarroi, sur des bouts de journaux trouvés dans des poubelles, il dut changer les noms pour des raisons légales. Décrire ses propres errances eut-été un suicide dans cette amérique encore cahotante et pudibonde. Ainsi Luanne Henderson dans la réalité devient Marylou (Stewart) dans le roman,  Carolyn Cassidy est Camille (Kirsten Dunst) Neil Cassidy est Dean Moriarty (Garrett Hedlund) Jack Kerouac prend les traîts de Sal Paradise (Sam Riley) William Burroughs -Old Bull Lee (Viggo Mortensen) ensuite Al Hinkel est Ed Dunkel (le nouveau venu Danny Morgan) et enfin la Mexicaine Bea Franco est Terry ( Alica Braga).

    Détails: Salles a organisé un boot camp d'un mois pour toute la production à Montreal en 2010, afin de les familiariser à l'ambiance très particulière du courant Beat. . Et la Hudson qui fait l'objet d'un véritable culte aux States est  le fil conducteur . Elle a été choisie parce qu'elle devait-être assez grande et large, afin que  les nombreux personnages puissent y prendre place lors des différents allers et retours effectués par la bande à Kerouak...sans oublier de mentionner que l'espace de la belle américaine a donné lieu à une scène cocasse, celle ou Marylou  nue entre Sal et Dean, également en tenue d'Adam, leur procure un plaisir simultané, alors que pied au plancher, le paysage défile à toute vitesse...Cette bagnole a pour les besoins du tournage, parcouru 7000 kilomètres non-stop, à tel point que des fanas de cette belle carosserie s'arrêtaient en la voyant passer où discutaient chrômes et enjoliveurs avec la prod!  Lors  de certaines séquences, plusieurs mécaniciens hauts en couleurs ont donné de précieux conseils...Kristen Stewart a été contactée bien avant le début de la saga Twilight.

     

    http://www.lemonde.fr/cinema/infographe/2012/05/18/le-tournage-de-sur-la-route-raconte-par-son-realisateur_170ml

    °° MUsée des Lettres et des Manuscrits

    222 bld Saint-Germain 75007 Paris Jusqu'au 19 août 2012.

     otr hors série.jpgSAM_0301.JPG

     Sources Hors-série "Sur la Route" Editeur Trois Couleurs" reçu de la Maison de Production MK2  et  grâce auquel j'ai pu commètre cette chronique....et .que je remercie chaleureusement. Un ouvrage magnifique, avec de nombreuses photos d'archives et tout le périple décrypté miles par miles. La vie et le parcours superbement mis en images...jusque dans les recoins de la salle 320 Berg Collection à la New York Public Library qui détient des centaines et des centaines de documents. Sans oublier un large chapitre de la Beat generation de l'après Kerouac! Un trésor que ce hors-série...

  • Jennifer Anniston et Jason Sudiekis contrebandiers..

    an.jpgimages.jpgJennifer Aniston pourraît tourner dans  " We’re The Millers", une comédie déjantée sur une famille composée uniquementdans le but de faire de s'occuper de contrebande pendant un long road trip..Jenn aurait Jason Sudeikis lequel serait un des passeurs dont Jenn devrait-être la "Fake-wife" lorsque le duo sera forçé de véhiculer leurs "deux enfants" et des dizaines de kgs de marijuana à travers les Etats-Unis..Pour Jenn et Sudeikis ce sera la deuxième collaboration après Horrible Bosses..Il se murmure, mais ce ne sont encore que des "on-dits" que Jenn va bientôt tourner un thriller sous la direction de Justin THeroux, sa moitié...

    Sources:  Deadline

  • On the road Viggo Mortensen....suit Kerouac!!!!

     

    on the road.jpg

    Une superbe affiche pour On The Road réalisé Walter Salles, avec Francis Ford Coppola à la production, d'après l'oeuvre de autobiographique Jack Kerouac...écrite en 1957, et publiée sur un long rouleau de 36 mètres.

    Le roman raconte de manière quasi autobiographique les aventures de l'auteur (nommé Sal Paradise dans le livre) et d'un compagnon de route, Neal Cassady (nommé Dean Moriarty dans le roman). On y croise également Allen Ginsberg (Carlo Marx) et William Burroughs (Old Bull Lee).Sur la route fut l'un des romans fondateurs de ce que Kerouac nomma lui-même la « Beat Generation ». Toutefois le terme de Beat Generation fut avant tout un raccourci commode qui permit aux médias d'instituer en mouvement littéraire ce qui était surtout la conjonction d'individus singuliers : même s'ils partagent un goût pour la prose spontanée et le surréalisme, l'écriture de Jack Kerouac ne ressemble pas à celle d'Allen Ginsberg, et celle de Ginsberg est elle-même éloignée de celle de William Burroughshttp://fr.wikipedia.org/wiki/Sur_la_route

    otr11.png

    otr13.png

    otr2.jpg

    otr1.jpg

     

     Mini-synopsis:

     Après la mort de son père, Sal Paradise (Sam Riley), un aspirant écrivain de New York, rencontre Dean Moriarty (Garrett Hedlund), un sauvage et charismatique ex-taulard.  marié à Marylou, une séductrice assez libérée..Les deux compères se sentent directement de nombreuses affinités, et on peut même dire que le courant passe bien.  Déterminé à éviter les écueils d'une vie étriquée et étroite Sal et Dean prennent la route en compagnie de Marylou et ensemble s'en vont vers une Odyssée qui va complètement changer leur vie...tant émotionnelle que physique.  Assoiffés de liberté, ils découvrent le monde, l'extase de l'expérience, la connexité de l'humanité et, finalement, eux-mêmes. Avec Kristen Stewart (Twilight -Into The Wild Snow White), Sam Riley (Control) Kirsten Dunst, Amy Adams (The Muppets), Garrett Hedlund (Tron Legacy) Viggo Mortensen, Tom Sturridge, Alice Braga, Elizabeth Moss, Danny Morgan et Marie-Ginette Guay.

  • Radiostars un chouette Road-movie qui cartonne en France!

     

    rs.jpg

    Radiostars, le Grand Prix du Festival International du Film de Comédie de L'Alpe d'Huez 2012 réalisé par Romain Lévy est annonçé comme le nouveau Intouchable. Film avec Manu Payet, Douglas Attal, Clovis Cornillac et Pascal Demolon, qui fait l'objet d'un grand engouement à chaque avant-première.  En salle le 11 avril 2012!

    Des faux making-of deRadiostars ont été réalisés pour la sortie du film et sont disponibles ici

     

     

    http://www.twitter.com/radiostars_film

  • L'autre Making-Off des Géants de Bouli Lanners

    J'ai toujours dit que j'aimais le cinéma, le vrai, et ce depuis ma plus tendre enfance...Que ce soit, une comédie musicale, un thriller, un road-movie, ou un film qui regorge de poésie de beaux paysages...peu me chaut, du moment que quelques chose fasse que l'étincelle jaillt...Ce fut le cas des centaines de fois, et malgré cela, il m'arrive encore aujourd'hui de m'attendrir devant un film tout simple, sans effets de jambes, sans artifices. Juste un décors naturel, des comédiens matures ou en herbe, chez qui ont sent une vraie envie de jouer pour le plaisir...et derrière tout cela, un réalisateur qui sait magnifier une histoire simple, au point de la rendre belle, magnifique. Un réalisateur qui vous enmène, vous prend à son bord, et vous fait faire un magnifique voyage au coeur du 7ème Art...

    Comme Bouli Lanners dans chacune de ses réalisations .

    La dernière en date est un petit bijou.. Voici pour vous....une autre bande-annonce sous forme de Making-off que je trouve absolûment délicieuse.

     

     

  • Les Géants de Bouli Lanners remporte deux Bayards au FiFF

    les-geants-1-c-obrother---patrick-muller.jpgAprès deux prix au Festival de Cannes et le Prix du Festival de Dieppe, le nouveau film de Bouli Lanners vient de remporter deux Bayards d’Or au 26ème Festival International du Film Francophone de Namur : le Bayard d’or de la meilleure interprétation masculine pour le trio Zacharie Chasseriaud/Paul Bartel/Martin Nissen et le Bayard d’or de la meilleure photographie pour Jean-Paul De Zaeytijd. Le film est également sélectionné aux prochains festivals de Londres (UK, mi-octobre), Hof (Allemagne, fin octobre) et Gijon (Espagne, novembre). Très attendu, le film sortira en Belgique le mercredi 12 octobre prochain,

     

    les-geants-2-c-obrother---patrick-muller.jpgles-geants-5-c-obrother---patrick-muller.jpg

     Synopsis

    C’est l’été, Zak et Seth se retrouvent seuls et sans argent dans leur maison de campagne.

    Les deux frères s’attendent encore une fois à passer des vacances de merde. Mais cette année là, ils rencontrent Danny, un autre ado du coin.

    Ensemble, à un âge où tout est possible, ils vont commencer la grande et périlleuse aventure de leur vie.les-geants-3-c-obrother---patrick-muller.jpg

     Réalisation : Bouli Lanners

    Acteurs : Zacharie Chasseriaud, Martin Nissen, Paul Bartel, Karim Leklou, Didier Toupy, Gwen Berrou, Marthe Keller

    Musique : The Bony King of Nowhere (Bram Vanparys)

    Production : Versus Production (Jacques-Henri & Olivier Bronckart)

    Coproduction : Haut et Court (France), Samsa Film (Luxembourg), Arte France Cinema et la RTBF

     Belgique /France /Luxembourg– 2011 – couleurs

    Durée : 84 minutes

    Version originale française, sous-titrée néerlandais

     Distributeur : O’brother Distribution

    Sortie en Belgique : 12 octobre 2011

  • The Trip A voir . A s'en lècher les babines..

    THE TRIP

    Visionnez la bande-annonce

    Une comédie culinaire de Michael Winterbottom avec Steve Coogan et Rob Brydon

     

     

     

     

     

     

     

    The Trip de Michel Winterbottom avec Steve Coogan et Rob Brydon...adaptation d'une sére britannique.....sous forme de faux documentary, est un vrai régal pour les yeux, et les papilles gustatives.

    Ben voilà, ce film apparemment anodin car basé sur only 2 personnages

    se revèle être un bijou : les paysages sont bandants, la bouffe présentée

    est à faire baver et un humour sarcastique et british noie les images dans le

    bonheur ! Haro au doublage éventuel en N'IMPORTE QUELLE LANGUE!!!!!!!!!!

    Les imitations constantes sont un régal, et ces joutes verbales perdraient de leurs saveurs si d'aventures elles étaient imitées en français. Surtout que tous les traits d'humour, les feintes, les allusions sont faites sur fond d'Abba et Kate Bush!! Non mais, vous les voyez chanter en français???

    trip.jpg

    The Trip, un road-movie énergétique, fait de bouffe, de mal-bouffe, mais tellement appétissant. Et il quasi certain que les deux comédiens ont pris du bon-temps à le tourner..Et pour les fines fourchettes que nous sommes, cette double escapade et un bon guide des meilleures tables, telles que nous les conseilleraient les G...t et M...lt et autres guides M.....N....(pub interdite, mais vous aurez reconnu les deux meilleurs guides culinaires du monde hein!

     

    Chronique Lee Croes collaborateur

     

     

    Tripes, sauce Winterbottom: une comédie rigoureusement originale!
    LA LIBRE

    Comique et mélancolique, à la fois divertissant et profond, THE TRIP est un petit régal à savourer sans modération.
    FOCUS VIF

    Une recette anglaise pour une vraie comédie.
    LE MONDE

  • HASTA LA VISTA "Déchire" internationalement cocorico!

    Toronto, Montreal, Canada, Clausde lelouch, hasta la vista, handicapés, road-movie,cine, cinéma, actualité, actualité cinéma, Geoffrey Enthoven,Tom Audenaert, Gilles de Schryver, flamand, film flamand, Flandres, Belgique, HASTA LA VISTA’ EXPLOSE INTERNATIONALEMENT

    Après la pluie de prix à Montréal, la carrière de Hasta la Vista s’envole de plus belle.  Moins de deux semaines après son triomphe à Montréal, et avant même la sortie sur les écrans belges, l’intérêt international monte en flèche.

    Que le réalisateur / producteur Claude Lelouch (réalisateur d’entre autres Un homme et une Femme) ait montré déjà à Montréal son intérêt pour Hasta la Vista n’est pas un secret.  Le contrat est maintenant définitif et la société de production de Claude Lelouch ‘Les Films 13’ distribuera le film à partir de mars 2012 sur pas moins de 150 copies en France.

    Entretemps, deux visions de marché ont déjà eu lieu à Toronto.  Le Brésil est le premier pays à avoir signé pour distribuer le film et sera certainement suivi par plusieurs autres pays.  Le film  sortira fin de ce mois dans les salles canadiennes et probablement plus tard cet automne aux Pays-Bas.
    Différents producteurs et de distributeurs américains importants ont également montré leur intérêt pour distribuer ou faire un remake du film.

    Hasta la Vista tourne autour d’un trio d’amis : l’un aveugle (Tom Audenaert), le deuxième en chaise roulante (Gilles De Schyver), et le dernier complètement paralysé (Robrecht Vanden Thoren).  Toujours puceaux, les trois hommes partent tous trois vers l’Espagne sous prétexte d’effectuer un voyage de dégustation.  La réalité est qu’ils espèrent perdre leur virginité dans un bordel spécialement adapté à leur condition physique.  Ils dépendent tous les uns des autres, mais également de leur accompagnatrice Claude (Isabelle De Hertogh), handicapée à sa façon.

    Le scénario (de la main de Pierre De Clercq) est basé sur l'histoire de Asta Philpot, un physicien handicapé américain qui œuvre pour les personnes handicapées et leurs droits sexuels.  

    Il s'agit du cinquième long métrage de Geoffrey Enthoven, après Les Enfants de l’Amour (2001), Vidange Perdue (2006), Happy Together (2007) et Meisjes (2009).  

    Hasta la Vista sera distribué dans les salles obscures belges dès le 14 septembre par Kinepolis Film Distribution (KFD).  Le film est une production de Mariano Vanhoof pour Fobic Films, en co production avec Dominique Janne (K2) et avec le soutien entre autres du Vlaams Audiovisueel Fonds (VAF).  

    Toronto, Montreal, Canada, Clausde lelouch, hasta la vista, handicapés, road-movie,cine, cinéma, actualité, actualité cinéma, Geoffrey Enthoven,Tom Audenaert, Gilles de Schryver, flamand, film flamand, Flandres, Belgique, Toronto, Montreal, Canada, Clausde lelouch, hasta la vista, handicapés, road-movie,cine, cinéma, actualité, actualité cinéma, Geoffrey Enthoven,Tom Audenaert, Gilles de Schryver, flamand, film flamand, Flandres, Belgique,

    http://www.hastalavista-themovie.be/

  • The TRIP!!! Un Road-movie succulent!

    trip.jpgThe Trip de Michel Winterbottom avec Steve Coogan et Rob Brydon...adaptation d'une sére britannique.....sous forme de faux documentary, est un vrai régal pour les yeux, et les papilles gustatives.

    Ben voilà, ce film apparemment anodin car basé sur only 2 personnages

    se revèle être un bijou : les paysages sont bandants, la bouffe présentée

    est à faire baver et un humour sarcastique et british noie les images dans le

    bonheur !   Haro au doublage éventuel en N'IMPORTE QUELLE LANGUE!!!!!!!!!!

    Les imitations constantes sont un régal, et ces joutes verbales perdraient de leurs saveurs si d'aventures elles étaient imitées en français. Surtout que tous les traits d'humour, les feintes, les allusions sont faites sur fond d'Abba et Kate Bush!! Non mais, vous les voyez chanter en français???

    trip.jpg

    The Trip, un road-movie énergétique, fait de bouffe, de mal-bouffe, mais tellement appétissant. Et il quasi certain que les deux comédiens ont pris du bon-temps à le tourner..Et pour les fines fourchettes que nous sommes, cette double escapade et un bon guide des meilleures tables, telles que nous les conseilleraient les G...t et M...lt et autres guides M.....N....(pub interdite, mais vous aurez reconnu les deux meilleurs guides culinaires du monde hein!

    trip.jpg

    Chronique Lee Croes collaborateur

  • Hasta La Vista vainqueur au Canada..

    hasta_la_vista.jpgLe long-mètrage flamand  'Hasta la Vista' de  Geoffrey Enthoven a remporté le Grand Prix des Amériques (non il ne s'agit pas de la  courses de chevaux parisienne) au festival Mondial de Montréal... Après "Ben X"  et "Adem"  l'année dernière, c'est donc la troisième fois qu'un film flamand remporte le Grand Prix chez nos amis Canuques. En dehors du prix principal le film a également remporté le Prix du Public, et une mention spéciale du Jury Oecuménique (Tiens ça je ne connaissais pas encore). Mais ce n'est pas tout, et ceci fera sans doute le bonheur de notre Bartje De wever, dans la catégorie Premier film, c''est le long-mètrage de Bavo Defune "Noordzee , Texas" qui est reparti avec le Prix Zenith, ainsi que le Prix Fipresci...

    L'histoire de " Hasta la Vista" est inspirée de la vie de Asta Philpot, un handicapé physique américain, qui défend la cause des handicapés moteur lourds, afin que ces dernier puissent aient des droits en matière de sexualité....

    Sous forme de Road-Movie, le film raconte un voyage en Espagne de trois jeunes gens dont un est aveugle, l'autre paralysé et le troisième se déplace en chaise roulante, et qui espèrent bien perdre leur virginité en cours de route. 

    C'est le cinquième film pour Geoffrey Enthoven, dont le parcours est semé de succès....Vidange Perdue en 2006 et "Meisjes en 2009..
    Hasta la Vista fera l'ouverture au festival du Film d'Ostende le 2 septembre prochain, et sera distribué par Kinépolis dès le 14 septembre prochain...dans les salles flamandes.  Tien et pourquoi pas dans les cinémas francophones...il me semble que si les Canadiens qui parlent quand même français ont pu apprécier un film néerlandophone, pourquoi les francophones de Belgique devraient-ils  en être privés?

    Je vais même poser la question au Distributeur (Kinépolis)
    Ne me dites pas qu'il y a également un séparatisme bilingue, même au cinéma????

    http://www.hastalavista-themovie.be/

    Avec Isabelle de Hertogh, Tom Audenaert, Gilles de Schrijver, Robrecht Vandenthoren....
     

  • Shania Twain et Taylor Swift dans un remake de Thelma and Louise. Funny!

    th and lo 4.jpgComme je l'annonçais la semaine dernière, Shania Twain fraichement "étoilée" à Hollywood, et la chanteuse Taylor Swift, ont profité de la réunion de Susan Sarandon et Geena Davies à Toronto , pour commémorer à leur façon et à Nashiville, le  21ème  anniversaire du cultissime "Thelma & Louise", le fabuleux road-movie de Ridley Scott...

    Pour vous quelques photos du tournage auxquels ont également participé Kid Rock, Kenny Rogers et la star de Glee, Chord Overstreet (photo1)  dans le rôle de Brad Pitt. Ce mini film a fait l'avant-programme des CMT Music Awards, et a valu à Shania Twain, l'une des ses plus belles chutes en public...

    shania th and lo1.jpgshania th and lo 2.jpgth and loi6.jpgth and loi8.jpg

     



     http://www.dailymail.co.uk/tvshowbiz/article-2001605/CMT-Music-Awards-2011-Shania-Twains-embarrassing-tumble-stage.html#ixzz1OnUitJDM

    et dossiers persos.

  • Barbra Streisand sous la neige à Los Angeles, dans "My Mother's Curse"...

    streisand mother's curse1.jpg

    Seth Rogen, Barbra Streisand et Yvonne Strahovsky ont été surpris en plein tournage de " My Mother’s Curse" pour la Paramount à Los Angeles il y a deux semaines...Le jour des clichés, la production à "noyé" les comédiens sous une neige artifielle, sensée recréer une journie d'hiver particulièrement rude......Dans ce road-movie, Streisand incarnera  la mère de Rogen, un inventeur farfelu qui propose à cette dernière de le suivre dans une "tournée" épique à travers les Etats-Unis, afin de promouvoir sa dernière invention....un produit de nettoyage organique. Ce projet était dans les starting-blocks depuis quelques mois déjà, et c'est  sous la direction de Ann Fletcher (27 dresses) d'après un scénario de Dan Fogelman (Cars- Bolt-Tangled) que le trio s'est retrouvé sous un ciel "enneigé" dans  la cité des anges. Détail: le film est basé sur une histoire réellement vécue par le scénariste avec sa mère...

    Une date de sortie est même déjà prévue.. 12 mars 2012...Espèrons qu'il y aura du soleil ce jour là!

    streisand mother's curse4.jpgstreisand mother's curse 6.jpgSources: Caught on set

  • Thelma and Louise reunited again!

    t and l.jpgLe film Thelma & Louise de Ridley Scott,  a inscrit une page d'or dans le monde cinématographique. Nominées aux Oscars, Geena Davies et Susan Sarandon sont reparties bredouilles, (sauf un David Donatallo award plus tard) laissant le trophée à Jodie Foster...Pourtant 21 ans plus tard, on parle encore et toujours de ce road-movie exceptionnel...et des deux comédiennes qui pour marquer le coup, se sont rendues à Toronto, Canada hier après-midi.

    L'histoire de deux jeunes femmes qui espèrent échapper à leur morne quotidien en faisant une balade sans leurs compagnons à travers l'Arkansas. Les ennuis débutent au premier arrêt, et la virée se transforme en cavale quand Thelma tue un homme tentant de violer Louise.

    Pour rappel, ce film à vraiment lançé leurs carrières respectives, sans oublier que Brad Pitt, alors illustre inconnu y a fait ses premières armes dans un rôle peu conventionnel d'auto-stopeur-voleur...  Comme au bon "vieux temps" à Toronto, le duo est arrivé la main dans la main au  MAG (meet and greet) day.

    t and lo.jpg

     

     

     

     

    thelma-et-louise-.jpgEt alors que leurs personnages connaîssent une fin dramatique, les années n'ont semblent-il pas eu d'emprise sur les deux stars, Susan Sarandon (64) et Geena Davies (55) sont apparues détendues, souriantes

     tandis que  Shania Twain et Taylor Swift dans les coulisses,  recréaient l'une des scènes mythiques,  qui sera projetée lors des "Country Music Award show" de ce soir...(heure locale)

     

    t and lou.jpg http://fr.wikipedia.org/wiki/Thelma_et_Louise 

    Ce film est un mélang parfait  de Buddy Movie, Road-movie, western et policier, Style novateur à l'époque et qui suscita de nombreuses controverses de par les rôles, genéralement tenus par des hommes, joués ici par les deux héroïnes..

     

    thelma-et-louise-2.jpg

    thelma-et-louise-1.jpg

     

     

    thelma.jpg

    La scène finale. Le film quant à lui, ne fit pas le grand plongeon vers les flops, que du contraire!

  • Mr Nice. Délirant, décapant...Bientôt dans nos salles..

    rhys 1.jpgMR. NICE"  (Angleterre – 2011 – 121 min.)

     avec Rhys Ifans, Chloë Sevigny, David Thewlis, Omid Djalili

    Version originale anglaise sous-titrée bilingue français/néerlandais

    Distributeur belge : Paradiso

     

     

     

    Synopsis : Intello de service, Howard Marks découvre les plaisirs de la fumette à Oxford, avant de s’improviser passeur de marijuana, de développer un réseau de cannabis entre le Pakistan et Londres (avec l’aide, s’il vous plaît, du MI16, les services secrets de Sa Majesté), et de fanfaronner en baron de la drogue. C’est que Mr Nice a de la suite dans les idées !

    rhys1.jpgLes aventures rocambolesques d’un contrebandier (incarné par Rhys Ifans, le dandy rock deGood Morning England) haut en couleurs, cela sent la fiction à plein nez ! Sauf que ce film-ci est adapté d’une histoire vraie qui a d’ailleurs alimenté un best-seller. Mais au-delà de l’aspect biographique d’un dealer vraiment pas comme les autres, c’est une  étonnante figure de la contre-culture qui nous est donnée à voir, dans une Grande-Bretagne en pleine mutation Sex, Drugs & Rock’n’Roll. Pas besoin d’être écolo pour aimer l’herbe.

    Bernard Rose le réalisateur s'amuse avec son sujet, et le fait se balader d'hier à aujourd'hui, en y insérant des images d'archives du baron de la drogue que fut Howard Marks dans l'Europe des années 70... Rhys se ballade comme un poisson dans l'eau dans cette inoubliable traversée du XX siècle.