04 février 2016

Moonwalkers... On a marché sur la lune....Une supercherie??

moo.jpg

19 novembre 1969 :
l'Homme pose un pied sur la Lune pour la seconde fois...
MAIS l'a-t-il vraiment posé la première fois ?
 
Découvrez la vraie fausse histoire
de comment on n'a pas marché sur la lune.

moonw.jpg

Juillet 1969, Tom Kidman, l'un des meilleurs agents de la CIA de retour du Vietnam, est envoyé à Londres pour rencontrer Stanley Kubrick et le convaincre de filmer
un faux alunissage au cas où la mission Apollo 11 échouerait.
Kidman ne trouve pas Kubrick, mais il tombe sur Jonny, le manager raté d'un groupe de rock hippie. Tout les oppose, mais ils n’auront pas d’autre choix que de travailler ensemble, remplacer Kubrick, tromper la CIA, éviter les drogues hallucinogènes et sauver leur vie en montant la plus grosse supercherie de l’histoire

apollo 11,apollo 13,alunissage,arsmstrong,stanley kubrick,antoine bardou-jacquet,ron perlman,rupert grint,robert sheehan,ron pelerman

Lien de téléchargement

 

 

24 octobre 2014

Quand IKEA parodie The Shining...pour Halloween.

ikéa,the shining,stanley kubrick,singapour,actualité cinéma,insoliteikéa,the shining,stanley kubrick,singapour,actualité cinéma,insoliteSuper bien réalisé par Ikea Singapour,  vibrant hommage au mythique film de Stanley Kubrick. La scène du couloir dans The Shinning reproduite quasi à l'identique. Désormais, les clients ne verront plus le Night Shopping façon Ikea de la même façon.

 http://fr.wikipedia.org/wiki/Shining_(film)

http://youtu.be/cqsonfSQk2I

13:04 Publié dans Parodies | Tags : ikéa, the shining, stanley kubrick, singapour, actualité cinéma, insolite | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

03 juin 2014

The Making of Stanley Kubrick's 2001 A Space Odyssey sort chez Taschen en édition limitée à 1.500 copies

ImageProxy2.jpgIt’s the movie that revolutionized science fiction and the art of cinema, that transformed the way we think about film with its special effects, narrative style, philosophical importance, and unusual musical choices. Now, fifty years after its conception, TASCHEN presents the most exhaustive publication ever devoted to 2oo1: A Space Odyssey. Limited to 1,500 copies, this landmark edition has been made in exclusive collaboration with both the Kubrick Estate and Warner Bros.


Shooting the final scenes of 2OO1 in the faux-luxurious bedroom.

Get closer than ever to this movie that changed the movies. Conceived by the same designers behind our instant collectible Stanley Kubrick’s Napoleon: The Greatest Movie Never Made, this richly illustrated four-volume set features hundreds of previously unpublished documents and photographs, as well as personal testimony from Kubrick’s co-screenwriter Arthur C. Clarke. All hardcover volumes are presented in a sleek metal slipcase inspired by the famous monolith, and come boxed with exclusive cover art from Wayne Haag

The Making of Stanley Kubrick’s 2oo1: A Space Odyssey
Four hardcover volumes with a metal slipcase, all designed by M/M (Paris):
Volume 1: Film stills
Volume 2: Behind the scenes (including new interviews with lead actors, senior production designers, and key special-effects experts)
Volume 3: Facsimile of original screenplay
Volume 4: Facsimile of original 1965 production notes 
Plus a small comic surprise

Limited to a total of 1,500 copies:
Art Edition No 1-500 (Art Edition A and B, with a signed print by Brian Sanders)
and Collector’s Edition No. 501-1,500

The Making of Stanley Kubrick’s
'2oo1: A Space Odyssey'

Piers Bizony, M/M (Paris)
Hardcover, 4 vols. with metal slipcase
19,8 x 44 cm, 1386 pages
€ 500

Buy now

 

 

12 février 2014

I Am Spartacus! Primé!

 actualité cinéma,cinéma,usa,; littérature; les sentiers de la gloire,stanley kubrick,path of glory,kirk douglas,spartacus,i am spartacus,policier,mccartisme; la chasse aux sorcières,hollywood,politiqueMEILLEUR LIVRE ETRANGER
SUR LE CINEMA 2013

 

   pour

I am Spartacus !
de Kirk Douglas

 

 Un véritable acte de courage dans un moment politique décisif"

Les Inrockuptibles
 
"{Kirk Douglas} évoque tant l'histoire d'un film mythique que les heures les plus sombres de la démocratie américaine. Indispensable."
Positif

Parution: 6 juin 2013 ● 19€ ● 192 pages ● Format : 15 x 21 cm ● ISBN 978 2 918040 58 3

La folle épopée du film qui permit à Hollywood de tourner la page du maccarthysme. 

En 1959, Kirk Douglas met en chantier, en tant que producteur, un projet considérable : l’adaptation de Spartacus, best-seller d’Howard Fast. Stanley Kubrick sera le réalisateur, Douglas jouera le célèbre esclave rebelle, Laurence Olivier, Tony Curtis, Jean Simmons, Peter Ustinov, Charles Laughton tiendront des rôles secondaires. Pour l’adaptation, Douglas engage le grand scénariste Dalton Trumbo. Or celui-ci, inscrit sur la liste noire de Joseph McCarthy, vient de passer un an en prison. Il doit donc travailler sous pseudonyme.
Dans ce livre publié aux États-Unis en 2012, l’acteur décrit la mise en place d’un projet de grande envergure ; les relations orageuses avec Kubrick, avec qui il venait de tourner — et de produire — Les Sentiers de la gloire ; les caprices des acteurs, notamment la rivalité entre Ustinov et Laughton ; les difficultés pour parvenir à un montage définitif.
Livre à la fois au passé et au présent, mémoires et prise de parole d’un acteur soucieux depuis toujours de la chose politique, I am Spartacus ! raconte l’épopée du film qui permit à Hollywood de tourner enfin la page de la liste noire.

Extrait du livre : « Quand je repense à Spartacus aujourd’hui — avec plus de cinquante ans de recul — je suis sidéré que toute cette histoire ait réellement eu lieu. Tout était contre nous : la politique de l’ère McCarthy, la concurrence avec un autre film — tout. »

 

03 avril 2013

2001 odyssée de l'Espace....projection spéciale

kjubrick.jpgMardi 9 avril 2013 - 20h

Maison de la Culture de la Province de Namur

A l’aube de l’Humanité, une tribu de primates subit les assauts d’une bande rivale.

La découverte d’un monolithe noir inspire au chef des singes assiégés un geste inédit et décisif.

Brandissant un os, il passe à l’attaque et massacre ses adversaires…

Quatre millions d’années plus tard, un vaisseau spatial évolue en orbite lunaire au rythme langoureux du «Beau Danube Bleu».

A son bord, le Dr. Heywood Floyd enquête secrètement sur la découverte d’un monolithe noir qui émet d’étranges signaux vers Jupiter…

2001, L’Odyssée de l’Espace a beau avoir près de 45 ans, il reste aujourd’hui encore un exemple de modernité. Rares sont les réalisateurs qui ont réussi à nous dépeindre l’Univers avec autant d’esthétisme et de rigueur scientifique.

Stanley Kubrick était un visionnaire ! Intelligence artificielle, hommes sur la Lune (le premier pas de l’Homme sur la Lune a eu lieu le 20 juillet 1969, soit plus d’un an après la sortie du film), conquête de l’Espace… y sont représentés avec un étonnant réalisme.

 

Les représentations symboliques sont omniprésentes dans le film et il est presqu’impossible d’en épuiser toutes les interprétations.

 

Atout Sciences se propose toutefois, avant la projection, de vous préparer à cette expérience visuelle, à partir du livre homonyme d’Arthur C. Clarke et de l’expertise cinématographique, scientifique et philosophique de Charles Angelroth, André Füzfa et Luc Henrard.

 Vous aurez ainsi l’occasion de (re)découvrir, sur grand écran, ce chef-d’œuvre de la science-fiction avec un oeil averti ; un peu comme un certain HAL 9000.

 

Adultes : 5€ - Seniors/Étudiants : 4€ - Art.27

 Film présenté par Atout Sciences - Université de Namur dans le cadre des Alternofilms (Secteur Cinéma de la Province de Namur)

 

04 mars 2013

Kubrick et Napoleon "revus" par Spielberg.

et.pnget.jpg« Je suis en train de travailler sur le scénario de Stanley Kubrick sur la vie de Napoléon. » Seul Steven Spielberg pouvait s'attaquer à une tâche aussi colossale. Il possède en commun avec Stanley Kubrick ce perfectionnisme qui fait de ces réalisateurs deux des plus grands monstres sacrés du cinéma moderne. En 2001, Steven Spielberg, avait déjà mis sa patte sur un projet conçu par Kubrick en 1970, AI: Artificial Intelligence.

La suite ici : http://tvmag.lefigaro.fr/programme-tv/article/serie/74265...

Le Napoleon impossible de Kubrick http://www.lefigaro.fr/cinema/2009/10/26/03002-20091026AR...

04 janvier 2013

Frissonnez braves geeks....Stephen King est dans nos murs.

after e.jpgLa Cinématek de Bruxelles propose un cycle entièrement consacré à Stephen King. De quoi réjouir les fans de l'écrivain, mais également les cinéphiles, et ils sont nombreux, qui apprécient les films d'horreur et les adaptations réalisées par tous les grands metteurs en scène. Darabond, De Palma, Kubrick pour n'en citer que quelques-uns.

after e.jpgafter e.jpgafter e.jpgafter e.jpgDe Carrie à Cujo, en passant par Creep Show et Dolores Claiborne+ tant d'autres....tout y est....programmé jusqu'au 21 février...En ce qui me concerne, plusieurs projections sont déjà inscrites dans mon agenda...Mais un conseil pour les autres, ne vous y prenez pas à la dernière minute. Les salles de projections ne sont pas grandes, certaines à peine 50 places, d'autres un peu plus de 120.....Ce sera vite plein, et regarder un film d'horreur le nez collé à l'écran, c'est pas vraiment l'idéal! Bonne projection à tous!

http://www.cinematek.be/?node=17&event_id=100121102

 

21 mars 2012

De grands réalisateurs chez Warner Bros.

 
Warner Bros.
SPéCIAL GRAND RÉALISATEURS
Retrouvez leurs grands classiques et leurs œuvres moins connues
En DVD, Blu-ray, VOD et Téléchargement
Tim Burton - Christopher Nolan - Clint Eastwood - Stanley Kubrick
Zack Snyder - Steven Soderbergh - David Fincher - Woody Allen
 

12 juin 2011

Miriam Karlin Décès;

Miriam_Karlin.jpgLe décès de cette comédienne d'un cancer à l'âge de 85 ans le 3 juin dernier, m'avait complètement échappé. Et à la plupart des internautes cinéma aussi. Comment ce nom ne vous dit rien?  Mais si, ou alors vous avez loupé l'un des monuments du 7ème Art, à savoir "Orange Mecanique" de Stanley Kubrick, où elle interprètait Catlady...celle qui se fait violer par la bande...La photo dans le titre est assez explicite pour rafraîchir la mémoire de certains. Car malgré ce rôle marquant, je ne me souviens pas tellement de cette actrice qui fit ses débuts dans les années 60 grâce à la série télé britannique "The Rag Trade". Sa dernière apparition au grand écran en 2008 aux côtés de Daniel Craig et Helen McCrory dans "Flashbacks of a fool", où elle tenait le rôle de Madame Rogers.

Merci à Cristobal, un fan de cinéma pour l'info.

http://www.filmreference.com/film/16/Miriam-Karlin.html

 

22 décembre 2010

2001 Odyssée de l'Espace de Stanley Kubrick, des images inédites retrouvées.

odyssee-de-l-espace.jpgC'est comme çi un gros gain au lotto venait de tomber, ou une mine d'or mise à jour.! Depuis quelques heures, un véritable vent de panique secoue le net. D'après le site:  The Film Stage  Warner Bros aurait découvert 17 minutes d'images non utilisées du Chef-d'oeuvre de Kubrick dans une mine de sel au Kansas...Il y a un tel engouement autour de cette nouvelle que cela me laisse perplèxe. D'abord, parce que si Kubrick les a coupées au montage c'est qu'il devait y avoir une raison. Ensuite depuis le temps que cette bobine traîne dans le sol...le résultat ne doit pas être à la hauteur des superbes images connues, et enfin, "2001 Odyssée de l'Espace" est un tel chef-d'oeuvre qu'il serait vain d'y ajouter ces images là non? Déjà il y a quelques années, Douglas Trumbull et David Larsen, avaient commencé un documentaire intitulé " 2001: Beyond the Infinite: The Making of a Masterpiece" avant de l'abandonner peu après, tout en proposant des images inédites. Venaient-elles des mêmes sources? On n'en sait rien. Donc attendons la suite....Mais toucher à film de Kubrick serait à mes yeux sacrilège. 

  http://fr.wikipedia.org/wiki/2001,_l'Odyss%C3%A9e_de_l'es...

odyssée.jpgL’histoire

À la faveur d’une apparition, celle d’un monolithe noir, l’humanité se démarque de la condition animale en devenant capable d’intelligence technique. Une ellipse foudroyante (plusieurs milliers d’années de progrès technique) nous conduit d’un outil rudimentaire tournoyant dans le ciel à un vaisseau spatial en rotation. La redécouverte du monolithe amène l’homme à entamer un voyage vers Jupiter et le mystère de sa propre origine. Parvenu à la limite, l’homme se voit vieillir, mourir et renaître à l’ombre de cette origine insaisissable. (sources: http://www2.cndp.fr/TICE/teledoc/dossiers/dossier_2001ody...)

 

02 décembre 2008

TomCat dans un remake du DERNIER TANGO A PARIS?

Selon certains tabloïds Anglais, Tom Cruise envisage de tourner avec Katie Holmes dans un film sexy et hot tout en étant accessible au public..., en faisant référence à "Basic Instinct" qui d'après Tom est un bon film, avec un bon scénario et quelques intenses scènes de sex...Il n'en faut pas plus pour que la rumeur s'emballe, et que certains avançent  "Le Dernier tango à Paris" de Bernardo Bertoluci avec Marlon Brando et Marie Schneider. C'est en tout cas ce qu'affirme le site www.filmjunk.com tout en signalant à la fin de son article qu'il n'y croit pas très fort. Alors une petite question, les cinéphiles ont-t'il vraiment envie de voir TomCat s'envoyer en l'air? Bien sûr, il y a un précédent avec Kidman et "Eyes Wide Shut" de Stankey Kubrick, mais il faut voir là justement la justification de la lente descente aux enfers de Tom Cruise, même si les critiques de l'époque avaient salué ce film. Entretemps, on apprends que Tom, afin de rebooster sa carrière, envisage de prendre ses distances par rapport à Katie Holmes. Ben oui, et pourquoi pas, parce que ce n'est pas avec Valkyria, et après les très mauvaises critique lors du test-screening tenu le mois dernier, que Tom va remonter la pente. sans oublier l'apparition caméo dans "Tropic Thunder" méconnaissable.cruise tropic thunder cameo

Certaines Sources NOW Magazine  

 

23 octobre 2008

Passchendaele Magnifique histoire de courage et de passion!

 
passchendaele two
Tous ceux qui ont été confrontés aux horreurs des tranchées lors de la première guerre mondiale, se sont longtemps souvenus des classiques du genre qui ont depuis fait école "All Quiet On The Western Front" (A L'Ouest rien de nouveau) et   Paths Of Glory. (Les sentiers de la Gloire, le superbe film de Stanley Kubrick, longtemps interdit de sortie....Passchendaele, l'ambitieux film de Paul Gross  n'essaye pas de complèter la série. Au contraire, le scénariste-réalisateur-producteur, a choisi de se concentrer sur le style Ernest Hemingway, cad  "l'Amour et la guerre"....Son film démontre en quelques coups de "pinceau, et sans concessions aucune, toute la palette d'émotions que l'on peut ressentir avant de se retrouver plongé dans le bain de l'énorme chaos des champs de batailles....Passchendaele a le sentimentalisme de Saving Private Ryan de Spielberg, "assaisonné de c....Présenté comme la production canadienne le plus chère,  Passchendaele  devrait émouvoir le patriotisme national, lors de sa programmation à Toronto...et Gross en échange, en retirer de gros bénéfices. Cependant, du point de vue international, n'ayant aucun nom connu au générique, sera je pense, un frein énorme pour être bien perçu Outre-Atlantique...En clair Passchendaele c'est la couverture de l'une des batailles les plus importantes de la Grande guerre.

passchendaele three
Mini-synopsis: le sergent  Michael Dunne (Gross) blessé au front à Calgary, revient au Canada en état de choc. De retour chez lui, il est assigné à la guidance des nouvelles recrues en partance pour le front... Il est attiré par l'angélique infirmière  Sarah (De Havernas), droguée à la morphine depuis sa naissance...(ah .  La charnière du film dépeint une romance qui s'épanouit façon images d'épinal, avant d'être rejointe par la triste réalité des hommes au front.)  Le jeune frère de sarah David (Dinicol) souffre d'asthme et sa condition le décharge de toutes obligations militaire envers son pays...Cependant, afin de pouvoir quand même servir sa patrie, il va utiliser un faux certificat médical pour pouvoir s'inscrire sur les listes d'enrôlements...Michael va dès lors le suivre et le protéger...Les deux hommes comme de nombreux canadiens, vont batailler à Ypres (Belgique) et se retrouver sur le front dit "Passechendaele" une bataille contre des impossibles forces et qui fit de nombreuses victimes: 600,000 dans les deux camps. Passchandeale est orchestré de façon délicate, avec une petite touche de romantisme, afin d'arracher quelques larmes aux spectateurs...Amours impossibles, actes nobles, actions héroïques. Tout y est pour faire fondre le public. Il y a même comme une séquence d'amour en slow-motion sur fond de ballade romantique façon Dion.. Mais, petit bémol;  si les capacités de réalisateur sont indéniables, surtout dans la scène finale de 25 minutes, où tout les ingrédients pour prendre la vie sonts présents, baïonnette, couteaux, grenades,  une plus grande retenue aurait certes mieux servi l'histoire. Avec un budget tournant autour de 20 millions $, on dit que «Passchendaele» est le film le plus coûteux à avoir été produit au pays par des intérêts entièrement canadiens. Cette somme est très modeste si on la compare aux budgets des grands drames de guerre hollywoodiens.  Les scènes de bataille sensées se dérouler en France et en Belgique furent tournées en Alberta, comme le reste du film d'ailleurs.  Gross ne se gêne pas pour montrer certaines horreurs de la guerre. Tout l'attirail des images choc sont au rendez-vous, le sang est partout...l'Hémoglobine coule à flots, au travers des bras et jambes arrachés.
Parlant de ce jeune, David, joué par Joe Dinicol, il n'est pas très convaincant. Caroline Dhavernas se débrouille bien même si elle ne joue pas le plus grand rôle du siècle. On a déjà vu ces infirmières amoureuses de soldat. Cette fois, Gross a cependant voulu lui donner un peu de piquant en la rendant accro à la morphine, une façon pour elle de fuir sa dure réalité quotidienne. Conclusion: Passchendaele n'est pas vraiment le film qui marquera les adeptes du genre, les romantiques déploreront les trop longues scènes de batailles façon gore, et les fans des grandes guerres, les scènes romantique enveloppées de guimauve...Bref, une cote entre les deux 6/10 quand même pour le grand spectacle

Site officiel
Saviez-vous qu'il existe un Musée Passchendaele en Belgique.
Un clic ici suffit pour y entrer: http://www.passchendaele.be/eng/homeEN.html

20 octobre 2008

Festival du film de Marrakech Maroc. Un solide programme.

affiche 2
En 2007, le metteur en scène Milos Forman et président du Jury de la septième édition rendait hommage au Festival par ces mots:

"Un Festival offre une sélection orientée qui apporte au public une connaissance internationale du cinéma autour de différentes cultures. C’est ce qui fait la force du Festival International du Film de Marrakech."

Pour cette huitième édition, le Festival rendra hommages à plusieurs cinématographies:

- 40 ANS DE CINÉMA BRITANNIQUE
- LA RUSSIE D’ANDREI KONCHALOVSKY
- 50 ANS DE CINÉMA MAROCAIN
- LE MEILLEUR DE YOUSSEF CHAHINE

40 ANS DE CINÉMA BRITANNIQUE : ENTRE DEUX PALMES D’OR… SI LE VENT SE LÈVE Après le Maroc, pays honoré en 2004, l’Espagne mise à l’honneur en 2005, l’Italie en 2006, puis la cinématographie égyptienne en 2007, le Festival rendra hommage cette année à la Grande Bretagne, une cinématographie singulière qui a su résister face à la domination du cinéma hollywoodien grâce à un particularisme des genres qu’il s’est approprié ; la comédie, le réalisme social et le fantastique ; et de grands maîtres tels Alfred Hitchcock ou Ken Loach qui se sont imposés hors de ses frontières.

Une rétrospective d’une quarantaine de films, depuis « If » de Lindsay Anderson (Palme d’or en 1968) jusqu’au film de Ken Loach « Le Vent se lève » (Palme d’Or 2006) sera proposée aux festivaliers.

De plus, dans le cadre de la section FLASHBACK ; qui rendait hommage l’année dernière aux cinéastes disparus Michelangelo Antonioni, Ingmar Bergman et au producteur Tunisien Ahmed Baha Attia ; le Festival a décidé cette année de rendre hommage en douze films à trois cinéastes emblématiques de la production anglaise :hitch

ALFRED HITCHCOCK
Seront notamment projetés : STAGE FRIGHT (LE GRAND ALIBI), THE BIRDS (LES OISEAUX), FRENZY…

STANLEY KUBRICK
A CLOCKWORK ORANGE (ORANGE MÉCANIQUE) et BARRY LINDON pourront être redécouverts par les festivaliers

JOSEPH LOSEY
Les chefs d’œuvre THE SERVANT et THE GO-BETWEEN (LE MESSAGER) seront notamment projetés.

LA RUSSIE D’ANDREI KONCHALOVSKY Cette rétrospective, qui sera reprise à Paris en Janvier 2009, est l’occasion pour le Festival de Marrakech de montrer, au travers de la talentueuse carrière Internationale d’Andrei Konchalovski, la spécificité de son regard, tendre, ironique et lucide sur « sa » Russie.

Sept films seront proposés aux festivaliers, dont son dernier opus, « Gloss » :
Konchal

1967 – THE STORY OF ASYA KLYACHINA
(L’histoire d'Assia Klyatchina qui aimait mais jamais était mariée)
Avec Iya Savina, Lubov Sokolova, Alexander Sourine

1969 – A NEST OF GENTLEFOLK (Le nid de gentilshommes)
Avec Irina Kuptchenko, Leonid Kulaguin, Beata Tyshkevitch


1970 – UNCLE VANYA (Oncle Vania)
Avec Innokenty Smoktounovsky, Sergey Bondartchouk, Irina Kuptchenko


1978 – SIBERIADE (Siberiada)
Avec Vladimir Samoïlov, Evgeny Perov, Sergeï Chakourov


1991 – THE INNER CIRCLE (Le cercle des intimes)
Avec Tom Hulce, Lolita Davidovitch, Alexander Zbruev
L’histoire vraie d’un officier du KGB qui fut le projectionniste personnel de Staline de 1939 jusqu’à la mort du dictateur.

1994 – RIABA MA POULE
Avec Inna Tchourikova, Alexander Sourine, Guennady Egorïtchev 


2002 – LA MAISON DE FOUS (House of Fools)
Avec Yulia Vïsotskaya, Soultan Islamov, Stanislav Varkki
En 1996, les patients d’un asile psychiatrique situé à la frontière russo-tchétchène se retrouvent livrés à eux-mêmes lors de la guerre en Tchétchénie.

2007 – GLOSS
De Yulia Vïsotskaya, Irina Rosanova, Alexeï Serebryakov


50 ANS DE CINÉMA MAROCAIN En 1958, Mohamed Osfour, un autodidacte, rompu aux différents métiers de cinéma grâce à ses nombreuses collaborations dans des productions internationales tournées au Maroc, réalisait son rêve : montrer au public marocain des salles populaires de Casablanca, son premier long métrage, « Le Fils maudit ».
Une initiative qui va être fêtée cette année comme le point de départ de la filmographie marocaine parvenue à ses cinquante ans (1958 – 2008), même si, à proprement parler, on peut faire la distinction entre l’histoire du cinéma marocain et l’histoire du cinéma au Maroc : le pays a en effet connu très tôt l’expérience des tournages internationaux et la présence du spectacle cinématographique.

La filmographie marocaine fête cette année son jubilé d’or dans un contexte particulier, marqué par une grande dynamique qui caractérise l’ensemble de la profession cinématographique. Conséquence d’un long parcours de tâtonnements, de recherches, de traversée de désert et fruit d’une maturation qui lui ont permis de se doter d’outils et de stratégies au service d’une production cinématographique nationale de plus en plus visible, progressant à rythme régulier, reconnue et appréciée à travers le monde.

LE MEILLEUR DE YOUSSEF CHAHINE Cette huitième édition a tenu à saluer l’immense talent de ce cinéaste disparu récemment, présent dès sa première année, et auquel le Festival avait déjà rendu hommage en 2004. Un ami du Festival, qui a toujours soutenu par sa présence et celle de son travail, notre manifestation.

Dans le cadre de cet hommage posthume, le Festival projettera les films suivants :

1950 – BABA AMIN (Papa Amin)
Avec Hussein Riad, Faten Hamama, Kamal Al-Shennawi, Marie Munib
?

1958 – BAB EL HADID (Gare centrale)
Avec Youssef Chahine, Hind Rostom, Farid Shawky, Hassan El Baroudy
.

1968 – AL NASS WAL NIL (Un jour, le Nil)
Avec Vladimir Ivachov, Imad Hamdi, Zalah Sulficar, Igor Vladimirov
1964. Assouan en Egypte. Après deux ans d’un travail titanesque, l’ancien cours du Nil va être fermé. L’inauguration du grand barrage ouvrira une nouvelle ère tout en inondant définitivement les terres ancestrales.

1969 – AL ARD (La terre)
Avec Mahmoud Al Meligi, Ezzat Al Alayli-Nagwa Ibrahim, Hamdi Ahmed


1973 – AL OUSFOUR (Le moineau)
Avec Salah Kabil, Ali El Scherif, Mahmoud El Meliguy



1978 – ISKANDERIYA LIH ? (Alexandrie pourquoi ?)

Avec Mohsen Mohiedine, Farid Chawki, Naglaa Fathi
1942. Tandis que les troupes de Rommel se rapprochent d’Alexandrie, un jeune étudiant s’évade à travers le théâtre et le cinéma. Rêvant d’Hollywood, il met en scène ses propres pièces et revues théâtrales.

1982 – HADDUTA MISRIYA (La mémoire)
Avec Mohsen Mohiedine, Oussama Nadir, Leila Hamada, Ragaa Hussein


alexandrie pourquoi

1989 – ISKANDERIYA, KAMAN W KAMAN (Alexandrie encore et toujours)
Avec Youssef Chahine, Amr Abdel Guelil, Hussein Fahmy

1994 – AL MOHAGER (L’émigré)
Avec Khaled El Nabawi, Yousra, Michel Piccoli


1997 – AL MASSIR (Le destin)
Avec Nour El Cherif, Laïla Elwi, Mahmoud Hemida, Khaled El Nabawi


2004 – ISKANDERIYA-NEW YORK (Alexandrie… New York)
Avec Mahmoud Hemida, Ahmed Yehia, Yousra El Lozy, Hala Sedki
A l’occasion d’un hommage qui lui est rendu à New York, un réalisateur égyptien retrouve son amour de jeuness


FONDATION DU FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM DE MARRAKECH

Président : Son Altesse Royale le Prince Moulay Rachid
Vice Présidents Délégués : M. Nour-Eddine Saïl et M. Faïçal Laraïchi
Directrice du Festival : Madame Mélita Toscan Du Plantier
Administrateur trésorier : M.Azeddine Benmoussa
Secrétaire Général : M. Jalil Laguili 

SITE OFFICIEL DU FESTIVAL
www.festivalmarrakech.info 

03 mai 2008

2001 : A Space Odyssey 40ème anniversaire à Los-Angeles!

 header2
 Lors d'une soirée 40ème anniversaire, L'Academy of Motion Pictures Arts and Sciences a projeté une version restaurée du film-culte "2001-Odyssée de l'espace" le 25 avril dernier. Présenté par Tom Hanks en monsieur Loyal de service ,l'évènement  tenu à guichets fermé dans le prestigieux Samuel Goldwyn Theatre proposait un plateau de choix au niveau invités, tels Keir Dullea (Astronaut Bowman), Gary Lockwood (Astronaut Poole), Daniel Richter (Moon Watcher), specialiste en effets spéciaux, Douglas Trumbull et Bruce Logan. Buzz Aldrin, l'astronaute de la mission Apollo 11, a quant à lui reçu une standing ovation bien méritée.  Peu avant la projection, le public trié sur le volet eu droit un message pré-enregistré par  Garrett Reisman l'astronaute de la Station Spatiale internationale.

2001Le film de 70mm et 6 pistes était d'après mes renseignements, d'une qualité exceptionnelle, pas loin de la perfection. La soiré s'est terminée par un débat auxquel participaient tous les astronautes, lesquels y sont allés de leurs plus mémorables souvenirs de tournage, et de leurs expériences respectives sous la direction de Stanley Kubrick. Entetiens entrecoupés  de commentaires filmés par le maître.
  La prochaine session aura lieu le 21 mai prochain au Samuel Goldwyn Theatre.

Pour tout savoir sur la soirée.. un clic sur:  Academy website.

How could we possibly appreciate the Mona Lisa if Leonardo had written at the bottom of the canvas: ‘The lady is smiling because she is hiding a secret from her lover.’ This would shackle the viewer to reality, and I don't want this to happen to 2001.”
- Stanley Kubrick

Sources Academy Events.

19 mars 2008

Arthur C. Clarke décès.

Après Anthony Minghella hier, c'est un autre grand du septième art qui tire sa révérence...Arthur C. Clarke était l'écrivain le plus influent dans le domaine de la science-fiction.

Il était la plume qui se cachait derrière "Rendez-vous with Rama" mais surtout au scnério co-écrit avec Stanley Kubrick du cultissime "2001 Odyssée de l'espace"   C'est grâce à Clarke que le genre a enfi pu acquérir ses lettres de noblesse, et ne plus rester confiné dans un art mineur.  Il était toujours actif à 90 ans..

Sources : MTV Moviesblog

 

 

15 avril 2007

Operation Overload restauré, en DVD. Plein de bonus.

overlordLe film "Operation Overload" réalisé par John Alcot, le caméraman de Stanley Kubrick, et produit par L'Impérial War Museum, vient d'être restauré en DVD. Une bonne et généreuse dose de "War Footage", accompagnent ce drame de guerre anglais. Tom (Brian Stirner) est le type même du parfait Briton, qui à 18 ans est enrôlé dans l'armée en 1944. Le film suit le parcours du héros avec une authenticité rare, au travers de la rigueur militaire, et des entraînements poussés, jusqu'au "choc" de sa première bataille, où Tom trouvera la mort le jour du D-Day, d'ou l'allusion dans le  titre. Ce film sur la deuxième guerre mondiale est tout autant un documentaire, qu'une évocation "comme dans un rêve"combien l'homme est "petit" devant l'anorme machine qu'est la vie.

Bonus:
Restauration haute-définition digital transfert.-Commentaire audio, incluant Stuart Cooper et l'acteur Brian Stirner.-Archives comprenant une nouvelle vidéo incluant des archives du War Museum Film.-Quelques photos du célèbres Robert Capa, spécialiste de photos de guerre, dont certaines ont remporté de nombreux prix.-Une contribution de la "British Ministry of Informations " de 1943. Les caméramen de guerre.-Du même ministère, "Germany Calling", film de propagande.-Des agenda de 2 soldats du D-Day, lus par Brian Stirner.-Plusieurs trailers.
Sous titres anglais pour sourds et mal-entendants.-Plus, in nouvel essai par le critique Kent Jones.-Une description très détaillée sur le Imperial War Museum
Des extraits de la nouvelle Overlord  par Cooper et  Christopher Hudson

Le film est présenté dans son format original 1.66.1. ce qui sur écrans larges actuels , fera apparaître des bandes noires des deux côtés de l'image, afin de coller à l'original. Plusieurs outils audio ont été utilisés afin de réduire les grincements, les sifflements, et les crépitement, dans une remasterisation 24-Bit. 
  Clip 1
  Clip 2

Sources All movie Guide...


09 novembre 2006

Hollywood Gossips. Osbourne, Kubrick, Farell and cy

 
 

Ozzy Osborne sous les traits de Christopher Walken.

 
homepage3d

En voilà une drôle de nouvelle. Que l'histoire du groupe culte Motley Crue soit portée à l'écran, et adapter la biographie "The Dirt" du groupe, jusque là pourquoi pas? Mais préssentir Christopher Walken pour incarner le leader Ozzy Osbourne, qu'elle idée saugrenue. En effet, Walken, très connu entre autre, par son rôle de "l'homme à la roulette russe" dans The deer Hunter, incarnerait un Ozzy Osbourne caméléon, à l'image de ce qu'est Ozzie au naturel. Le livre dont le titre original est " The Dirt, confession of the world's Most notorious Rock band", dépeint la caractère brut de décoffrage du groupe mythique, et du phénomène Osbourne en tournée, "sniffant" du Lsd toute l'année. Val Kilmer quant à lui, devrait incarner David Lee Roth. Ca promet. Mais Kilmer ne devrait pas être trop dépaysé, lui qui a déjà eu l'honneur d'incarner Jim Morrison dans "The Doors" d'Oliver Stone! Le reste du groupe sera  composé de nouvelles têtes.