timbuktu

  • Grand Prix de l'Union de la Critique belge à The Grand Budapest Hotel!

    actualité cinéma, Wess anderson , The Grand Budapest Hotel, GRAND PRIX DE L’UPCB 2014

     

    Ce jeudi 29 janvier, l’Union de la Presse Cinématographique Belge (UPCB) a tenu son dîner annuel à Bruxelles, au restaurant « La Quincaillerie », au cours duquel elle a attribué ses deux traditionnels prix cinématographiques: le Grand Prix et le Prix Humanum.

     

    Le Grand Prix a été décerné au film THE GRAND BUDAPEST HOTEL de Wes Anderson. L’association a décidé d’attribuer cette récompense à "Un film dans lequel son réalisateur mêle une fois de plus la pure comédie burlesque au ton gentiment mélancolique qui a fait sa renommée. C’est à la fois l’aboutissement d’une démarche cinématographique décalée entamée en 1996, et une œuvre hilarante, poétique et subtilement subversive. Un film à la folie irrésistible, qui offre par la même occasion à Ralph Fiennes son meilleur rôle depuis longtemps.

    Le Prix Humanum - décerné à un film servant de plaidoyer pour vivre en harmonie parmi différents peuples – a quant à lui été remis au film TIMBUKTU d’Abderrahmane Sissako, "Pour sa grâce poétique, parce qu’il rend hommage à la dignité de ceux qui luttent aujourd’hui contre les folies les plus extrêmes, qu’il réinvente le récit d’un quotidien et qu’il réussit, malgré tout, à enchanter. Et enfin, parce qu’il est en soi un geste cinématographique de résistance",a indiqué l’association.

     

    Composée d’une centaine de critiques et journalistes ayant un lien étroit et professionnel  avec le cinéma, l’Union de la Presse Cinématographique (UPCB) est le représentant national de la Fédération Internationale de la Presse Cinématographique (FIPRESCI).

     

  • Timbuktu sur la sellette??

    timbuktu.jpgLe maire de Villiers-sur-Marne a annoncé vendredi 16 janvier la déprogrammation du film Timbuktu, avant de revenir sur sa décision quelques heures plus tard en repoussant sa diffusion d’une quinzaine de jours.  Sorti le 10 décembre 2014 dans les salles françaises, le drame franco-mauritanien d’Abderrahmane Sissako a tout d’abord été encensé par la critique lors de sa présentation à Cannes. Il fait également partie des films étrangers nominés aux prochains Oscars. Et pourtant, ce n’est pas parce qu’il remet en doute sa qualité artistique que le maire UMP de Villiers-sur-Marne a tout d’abord choisi de le déprogrammer du cinéma de sa commune, mais parce que l’élu craint que l’œuvre ne fasse l’apologie du terrorisme. Une décision surprenante, combattue par son opposition.

    La suite ici: http://www.staragora.com/news/timbuktu-annule-puis-reporte-a-villiers-sur-marne-le-cinema-fait-il-peur/505583?utm_source=nl_150117&utm_medium=e-mail&utm_campaign=dailynews

     

    La critique ici : http://lestempscritiques.com/2014/12/05/timbuktu-le-film-coup-de-poing-dabderrahmane-sissako-notre-avis/

  • OSCARS. Marion Cotillard .....CInéart comme d'habitude est bien placé..

    -oscars.png

  • Prix Lumière de la Presse Etrangère. Le plein chez Cinéart!

    cinéart.png

  • Union de la Critique de Cinéma Films nominés

    kreuzweg,timbuktu,boyhoot,gett,actualité cinéma,ucc,belgique,dardenne,deux jours une nuit,the great budapest hotel(ph Avant-première bruxelloise) Les membres de l’Union de la Critique de Cinéma (UCC) se sont réunis ce mardi soir pour désigner, comme chaque année depuis 1954, les cinq films finalistes du Grand Prix qui sera attribué le 10 janvier 2015 et qui récompensera le meilleur film de l’année écoulée.

    Les cinq films nominés sont:

    1. Boyhood, de Richard Linklater, pour ses personnages attachants et l’originalité narrative d’un film tourné sur une période de douze ans;

    2. The Grand Budapest Hotel, de Wes Anderson, pour ses qualités stylistiques et sa grande inventivité cinématographique, dans un récit intemporel sur l’intolérance et l’extrémisme.

    3. Gett, le procès de Viviane Amsalem, de Ronit en Shlomi Elkabetz, pour son regard aussi éclairant qu’intense émotionnellement sur une loi vieille de quatre millénaires et toujours d’application en Israël;

    4. Kreuzweg, de Dietrich Brüggemann, pour la rigueur filmique avec laquelle il dénonce le sectarisme et l’intégrisme religieux;

    5. Timbuktu, de Abderrahmane Sissako, pour son message plein d’humanité et ses personnages bouleversants victimes du fanatisme idéologique et du fondamentalisme islamique.

     

    Parallèlement, l’UCC a également décerné le Prix Cavens du meilleur film belge de l’année à Deux jours, une nuit, de Luc et Jean-Pierre Dardenne. C’est la cinquième fois que les deux frères remportent cette récompense créée en 1976, ce qui