26 août 2014

L'Art le Cinéma une symbiose à Kinépolis

 

actualité cinéma,kinépolis matisse,londres,tate modern,bruxelles,belgique,van goghChaque année, Kinepolis propose son programme Culture au Cinéma, qui permet aux amateurs d’opéra ou de ballet d’assister au Kinepolis à de prestigieuses représentations (en direct) de compagnies internationales. Après l’opéra et le ballet, Art au Cinéma formera dès cette année le troisième pilier de Culture au Cinéma.

Art au Cinéma proposera dès le mois d’octobre une série de 8 expositions artistiques. Art au Cinéma permet aux amateurs d’art d’admirer en haute définition les œuvres de quelques-uns des plus grands peintres et artistes de tous les temps. Les spectateurs reçoivent depuis les musées les plus célèbres du monde des informations détaillées sur des œuvres d’art historiques et peuvent jeter un œil dans les coulisses à la découverte des détails créatifs et techniques.

actualité cinéma,kinépolis,bruxelles,belgique,van goghNotamment des œuvres de l’artiste français Henri Matisse depuis le Tate Modern à Londres et les peintures de Vincent Van Gogh à Amsterdam, sont passées en revue.

Culture au Cinéma est un succès. En 2013, la formule a attiré plus de 55.000 visiteurs. Avec son nouveau concept, Kinepolis souhaite rendre l’art et la culture accessible à tous. « Tout le monde ne va pas au musée, mais grâce à cette série, Kinepolis rapproche l’art du public », explique Tom Dhaenens, Product Manager chez Kinepolis.

Art au Cinéma

Admirez sur grand écran les œuvres des plus grands peintres et artistes de tous les temps.

http://kinepolis.be/fr/art-au-cinema-saison-2014-2015

 

 

 

28 septembre 2009

Elsa Zylberstein Coup de Coeur de Namur!

 

 

fiff-banner
Comme chaque année, le FIFF met en exergue une personnalité du cinéma francophone à travers son « Coup de Cœur ». Des artistes aussi prestigieux que Jean Rochefort (en 2002), Jean-Claude Brialy (en 2003), Philippe Noiret (en 2004), Sandrine Bonnaire (en 2005), Emmanuelle Béart (en 2006), Kristin Scott-Thomas (en 2007) et Isabelle Huppert (en 2008), nous ont fait l'honneur de leur présence au cœur de la capitale Wallonne. Cette année, c'est une comédienne tout récemment auréolée du César de la Meilleure actrice dans un second rôle pour son interprétation exceptionnelle aux côtés de Kristin Scott Thomas dans « Il y longtemps que je t'aime » de Philippe Claudel : Elsa Zylberstein.

zylberstein metropole 2007(Droits réservés MichCiné photo prise au Metropole de Bruxelles)
Cette  dernière a réussi à s’imposer, au fil de ses rôles, comme l’une des actrices les plus talentueuses de sa génération, alliant à la fois une force et une fragilité dignes des plus grandes. Ses choix de carrière souvent audacieux lui ont permis de construire une filmographie à l’image du cinéma vivant et diversifié que le Festival de Namur défend, parvenant à passer d’un univers à un autre avec une aisance remarquable. Petite, Elsa Zylberstein a une seule passion : la danse classique, où elle excelle. L'adolescente timide, encouragée par son père, se tourne ensuite vers la comédie en intégrant après le bac la classe libre du cours Florent. Elle a pour professeur un certain Francis Huster. Après une apparition en 1989 dans « Baptême »de René Féret, c’est avec le « Van Gogh » de Maurice Pialat qu’elle fait une apparition éclatante dans le petit monde du 7ème art français. ‘Un génie’ dit-elle en parlant du réalisateur qui l’a découverte. Engagée initialement comme figurante, elle décroche finalement le rôle de Cathy, la prostituée en robe rouge, après le renvoi de la comédienne initialement choisie. Cette prestation lui vaut d'emblée un prix : le Prix Michel-Simon en 1992, ainsi que la première de ses trois nominations au César du Meilleur espoir. Elle pénètre ensuite dans l’univers tout en finesse de Christian Vincent en interprétant une jeune étudiante espiègle, aux côtés notamment d’Isabelle Carré, dans « Beau fixe »(1992). Elsa Zylberstein inspire beaucoup les jeunes réalisatrices comme Pascale Bailly ( Comment font les gens, 1992), Diane Bertrand ( Un samedi sur la Terre 1996), Karin Albou  La Petite Jérusalem  2005) et surtout Martine Dugowson, dont elle devient l'actrice-fétiche.  La cinéaste lui offre le rôle principal, aux côtés de Romane Bohringer,   Mina Tannenbaum , récit d'une amitié fusionnelle qui obtient un joli succès public et lui permet de remporter le Prix Romy Schneider en 1993. La comédienne au tempérament passionné affiche bientôt une prédilection pour les films d'époque, de  Farinelli  (1994) de notre compatriote Gérard Corbiau à  Monsieur N.  d’Antoine de Caunes en passant par  Jefferson à Paris  de James Ivory. Après Van Gogh , ses choix l’amènent également à explorer l’univers de deux autres grandes figures de la peinture : elle incarne Suzanne Valadon dans  Lautrec  de Planchon, puis la maîtresse de Modigliani dans le film de Mick Davis.

Mais Elsa Zylberstein excelle également dans un registre plus léger et comique. Elle dévoile sa fantaisie dans  Tenue correcte exigée de Lioret (1997), puis s'éprend d'un clarinettiste homosexuel incarné par Antoine de Caunes dans  L'Homme est une femme comme les autres  (1998). C’est d’ailleurs grâce à ce rôle qu’elle remporte le Prix de la Meilleure actrice au Festival du film romantique de Cabourg. Ce mélange de romantisme et de folie douce séduit Raoul Ruiz, qui dirige l'actrice dans  Le Temps retrouvé , (1999) mais aussi dans  Combat d'amour en songe  (2000), Ce jour-là  (2003) et « Nocingen Haus » (2008). Faisant preuve d'un remarquable éclectisme, elle passe d'un film d'Akerman ( Demain, on déménage ) à une comédie avec Kad Merad ( J'invente rien  2006), d'une variation très personnelle autour d'un roman de Christine Angot ( Pourquoi (pas) le Brésil » de Laetitia Masson, présenté au FIFF en 2004), à une superproduction inspirée d'un best-seller ( Le Concile de pierre, 2006 ). 2008 est une grande année puisqu’elle est à l'affiche de deux films présentés au Festival de Berlin et qui remportent un beau succès :  Il y a longtemps que je t'aime  et  La Fabrique des sentiments .

Depuis quelques années, Elsa Zylberstein explore également l’univers de la télévision. Là encore, ses choix exigeants l’amènent vers des projets atypiques et forts : elle apparaît dans  Jean Moulin  d’Yves Boisset,  Petites meurtres en famille  d’Edwin Baily, dans la deuxième saison de  Venus et Apollon  ou encore dans  Un risque à courir  de Mocky.

Des projets pour ces prochains mois ? Ils ne manquent pas ! Les spectateurs auront le bonheur de la voir reprendre le rôle qu’elle tenait dans « L’Homme est une femme comme les autres » et retrouver Antoine de Caunes dans  La folle histoire d’amour de Simon Eskenazy, sur nos écrans ces prochains mois. L’avenir, c’est aussi et surtout le biopic  Arletty  dont elle est l’initiatrice et dans lequel elle tiendra le rôle-titre. Une femme de caractère, une comédienne de légende, une vraie héroïne de cinéma. Un vrai beau défi que ce rôle haut en couleurs, un défi comme les aime Elsa Zylberstein et qu’elle est prête à relever avec fierté !

elsazylberstein
Elsa Zylberstein participera à une rencontre publique le lundi 5 octobre à 17h au Caméo 2. Cette rencontre est ouverte à tous et gratuite.

Dans le cadre de ce coup de cœur, Elsa Zylberstein a sélectionné parmi sa filmographie cinq longs métrages qui seront projetés à Namur :

 Van Gogh  de Maurice Pialat, Mina Tannenbaum  de Martine Dugowson, Modigliani » de Mick Davis, : www.modigliani-lefilm.com, La fabrique des sentiments » de Jean-Marc Moutout, Il y a longtemps que je t’aime  de Philippe Claudel. www.ilyalongtempsquejetaime-lefilm.com

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

 

 

25 mars 2008

Elisabeth Taylor, Van Gogh , Eastwood , Ben X..etc.....

 La Cour suprême américaine a rejeté un ultime recours contre l'actrice Elizabeth Taylor, accusée de recel pour posséder un tableau de Van Gogh présumé volé par les nazis à sa propriétaire juive après son départ d'Allemagne en 1939.

Une cour d'appel de San Francisco avait déjà rejeté en mai la plainte des héritiers de Margarete Mauthner, qui avait fui Berlin pour l'Afrique du Sud en 1939 après avoir perdu la majorité de ses biens, dont le tableau "Vue de l'asile et de la chapelle à Saint-Rémy" peint en 1889 par l'artiste néerlandais. La cour d'appel avait ainsi confirmé la décision du tribunal de première instance, qui avait jugé en février 2005 qu'il y avait prescription.
Elizabeth Taylor avait acheté ce tableau en 1963 lors d'une vente aux enchères à Londres pour 257.600 dollars. La toile est aujourd'hui estimée entre 10 et 15 millions de dollars.

art_large_174681Les descendants de Margarete Mauthner, de nationalités canadienne et sud-africaine, ont tenté de faire valoir que l'actrice aurait dû savoir que ce tableau avait été volé par les nazis puis revendu plusieurs fois, l'accusant d'avoir fait preuve de "négligence". Elizabeth Taylor a maintenu que le catalogue de la vente aux enchères de Sotheby's de 1963 mentionnait bien que le Van Gogh avait appartenu à Magarete Mauthner, mais aussi qu'il avait été revendu à deux galeries réputées avant de passer dans les mains d'un Allemand de confession juive, Alfred Wolf, qui avait lui-même fui le régime nazi en 1933. (belga


eatwoodClint Eastwood va tourner un film dans lequel il va également jouer, son premier rôle à l'écran depuis "Million dollar baby" en 2004,
Gran Torino, sortirait déjà en décembre prochain?  selon le quotidien spécialisé Variety. L'oeuvre sera distribuée par le grand studio Warner Bros., mais son scénario est tenu secret. En attendant, déjà en novembre, les cinéphiles pourront découvrir "The Changeling" avec Angelina Jolie et John Malkovitch..."Million dollar baby" avait valu à Eastwood, 77 ans, le doublé aux Oscars 2005: meilleur réalisateur et meilleur film, un exploit qu'il avait
déjà réussi en 1993 avec le western crépusculaire "Impitoyable". L'ex-"homme sans nom" chez le maître du "western spaghetti" Sergio Leone détient une cinquième statuette, remise pour l'ensemble de sa carrière en 1995. (Hollywood reporter/7sur7-Variety)
ben X
Ben X
, le film de Nic Balthazar, a été primé au Sedona International Film Festival, aux Etats-Unis, par les membres du jury et par le public.

Le film remporte le Prix du meilleur film étranger, indique lundi le Vlaams Audiovisueel Fonds. Déjà en 2007, Ben X avait remporté l'award du meilleur film étranger au Festival de Toronto..Et il figurait dans les prénomminés aux Oscars section film en langue étrangère. A la mi-janvier 2008, Ben X avait remporté le Heineken Red Star Award pour le cinéma innovant au Palm Springs International Film Festival. Le film a enregistré quelque 276.000 entrées dans les salles de cinéma en Belgique. Le dvd du film sortira fin avril 2008. (belga/7sur7)

http://mich-silence-on-tourne.skynetblogs.be/tag/1/Ben%20X

site: http://www.benx.be/eng/trailer.asp


wonderfultown
Le film sud-coréen With a girl of black soil de Soo-il Jeon a obtenu le Lotus d'Or du meilleur film dimanche au dixième festival du film asiatique de Deauville, ont annoncé les organisateurs.

Yu Yun-MiLe film raconte l'histoire de Young-lim, une fillette de neuf ans qui vit avec son père et son frère handicapé mental dans un petit village de mineurs qui doit être rasé. Le Lotus du jury, présidé cette année par le cinéaste Patrice Chéreau, a été attribué ex-aequo aux films thaïlandais Wonderful town de Aditya Assart et malaisien Flower in the pocket de Seng Tat Liew.

Tsunami
Wonderful town raconte l'histoire d'un architecte qui débarque dans une petite ville du sud de la Thaïlande transformée après le passage du tsunami. Il loge dans un petit hôtel tenu par une jeune femme de laquelle il va s'éprendre, mais leur histoire d'amour n'est pas du goût de tous. Dans le film de Seng Tat Liew, Li Ahh et Li Ohm, deux frères qui ont perdu leur mère, sont livrés à eux-mêmes, jusqu'au jour où leur père se rend compte qu'il est encore capable d'aimer.  La 10e édition du festival du film asiatique de Deauville a proposé du 12 au 16 mars une cinquantaine de courts et longs métrages, avec des hommages rendus au Japon, à la Chine populaire et à la Corée. (belga/7sur7)